Le Deal du moment : -85%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
22.95 €
-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Grèce

Page 1 sur 40 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant

Aller en bas

Grèce Empty Grèce

Message  sylvestre le Ven 25 Juin - 14:17

http://www.lejdd.fr/International/Europe/Actualite/Grece-Attentat-contre-un-ministre-202773/

Grèce: Attentat contre un ministre

Une bombe a explosé, jeudi soir, dans le bureau du ministre grec chargé de l'Ordre public, Mihalis Chrysohoidis, qui n'a pas été blessé. L'attentat n'a pas été revendiqué.

Mihalis Chrysohoidis, le ministre grec chargé de l'Ordre public, a survécu à un attentat à la bombe qui a tué un de ses plus proches collaborateurs, jeudi, à Athènes. Pour le moment, personne n'a revendiqué l'attentat. Selon les premières déclarations des autorités, la bombe, cachée dans un paquet présenté comme un cadeau, a explosé au sixième étage du ministère, provoquant de nombreux dégâts dans les bureaux du ministre, qui, pourtant présent sur les lieux, n'a miraculeusement pas été blessé.

"J'ai perdu un collaborateur précieux et cher", a-t-il déclaré à la presse, visiblement ému. La victime, George Vassilakis, était le chef de cabinet du ministre. "Le colis piégé, qui était enveloppé dans du papier, a explosé dans les mains du collaborateur qui l'avait pris pour apparemment l'ouvrir, a expliqué le porte-parole de la police. On a entendu un grand boum, puis il y a eu beaucoup de fumée et d'importants dégâts".

La Grèce est une habituée de ce genre de faits divers tragiques. En proie à une grave crise économique, le pays est la cible d'une vague d'attentats depuis 2008, à chaque fois revendiqués par des groupuscules d'extrême gauche. Il y a quelques mois, six personnes soupçonnées d'appartenir au groupe le plus radical du pays, "Lutte révolutionnaire", avaient été arrêtées par la police. Et quand il a pris ses fonctions de ministre de l'Ordre public, en octobre 2009, Mihalis Chrysohoidis avait promis qu'il démantèlerait ces mouvements.

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Mar 29 Juin - 14:40

http://www.lexpress.fr/actualites/2/nouvelle-greve-generale-contre-l-austerite-en-grece_902652.html


Nouvelle grève générale contre l'austérité en Grèce

Par Reuters, publié le 29/06/2010 à 12:18
Un appel à la grève générale en Grèce lancé par les syndicats du public et du privé pour protester contre les mesures d'austérité perturbe les transports et les services publics.
Cette cinquième grève depuis le début de l'année affecte en outre les services administratifs, le secteur de l'éducation, les banques et les médias.
Un demi-millier de militants communistes ont bloqué à Athènes le port du Pirée, empêchant des centaines de touristes d'embarquer sur les ferries à destination des îles, selon un correspondant de Reuters.
Des touristes ont hué les grévistes qui les invitaient à rejoindre leur combat contre les mesures d'austérité mises en oeuvre par Athènes pour bénéficier des 110 milliards d'euros d'aide de l'UE et du Fonds monétaire international.
Des grèves à répétition et des manifestations ont touché de plein fouet l'industrie du tourisme qui est un des moteurs de l'économie grecque et représente près de 20% du PIB.
"Athènes est une ville importante et célèbre. Je ne comprends pas. Elle est en train de perdre des touristes", se plaignait un étudiant coréen de 26 ans, Min Hyosik, face à la fermeture du musée archéologique et des boutiques.
Des milliers de manifestants devaient se rassembler en milieu de journée devant le parlement, où les députés entameront l'examen du projet de réforme des retraites, auquel s'oppose une majorité des Grecs.
Le gouvernement grec a adopté vendredi à l'unanimité la réforme des retraites, l'un des piliers de la politique économique convenue avec l'Union européenne et le FMI en échange d'une aide financière massive.
Le texte devrait être voté par le Parlement, où le parti socialiste et ses alliés disposent de 155 des 300 sièges.

L'ATTRAIT DES ÎLES
Conformément aux conditions posées par l'UE et le FMI, le montant des retraites est revu à la baisse, les possibilités de retraite anticipée sont sensiblement réduites, le nombre d'annuités nécessaires pour obtenir une retraite à taux plein passe de 35-37 à 40 et l'âge de la retraite pour les femmes est porté de 60 à 65 ans et rejoint celui des hommes.
"Ces mesures n'aideront pas. Elles ne feront qu'aggraver la récession et la pauvreté", estime Despina Spanou, dirigeante de la confédération syndicale des fonctionnaires Adedy.
"Les travailleurs vont répondre de manière claire au gouvernement et à cette réforme qui met fin à la sécurité en matière sociale", ajoute-t-elle.
Pour le gouvernement socialiste, cette réforme, qui s'ajoute aux autres mesures de rigueur, est cruciale. "Nous sommes profondément persuadés que ce que nous faisons est dans l'intérêt du peuple grec", a déclaré le porte-parole du gouvernement, George Petalotis.
Les observateurs observeront avec intérêt l'ampleur des arrêts de travail et des manifestations de mardi, qui pourrait donner une indication sur la force de l'opposition aux projets gouvernementaux.
La mobilisation s'est essoufflée lors des précédentes journées d'action, en partie en raison de l'arrivée de la belle saison pendant laquelle les Grecs partent vers les îles.
Mais les syndicats disent s'attendre cette fois-ci à une présence accrue des salariés aux manifestations.
Le défilé le plus important a réuni 50.000 personnes, le 5 mai, à Athènes. Le 20 mai, les syndicats avaient fait descendre 25.000 personnes dans les rues de la capitale.
Les syndicats font valoir que les Grecs commencent seulement maintenant à ressentir dans leur vie quotidienne les effets des mesures d'austérité.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Ven 9 Juil - 16:45

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/07/09/97001-20100709FILWWW00427-grece-appel-a-la-greve-pour-le-15-juillet.php

Grèce: appel à la grève pour le 15 juillet

Reuters
09/07/2010 | Mise à jour : 12:14
Réagir
La centrale syndicale de la fonction publique grecque a lancé aujourd'hui un appel à la grève pour le 15 juillet afin de protester contre la réforme du code du travail alors que la mobilisation contre le plan d'austérité du gouvernement semble s'essouffler.

Le parlement grec doit se prononcer la semaine prochaine sur les mesures d'alignement des retraites dans les secteurs public et privé. Le gouvernement a déjà procédé à la réduction des salaires et des primes des fonctionnaires dans le cadre d'un plan d'austérité de plusieurs milliards d'euros.

"Adedy a décidé de poursuivre sa mobilisation contre ces trois choix impopulaires", dit la confédération syndicale dans un communiqué. Le texte appelle les fonctionnaires à cesser le travail à 11h (8h GMT) et à se rendre au parlement.

Hier, 12.000 personnes environ ont défilé pacifiquement dans les rues d'Athènes et se sont rendues jusqu'au parlement pour dénoncer la réduction du montant des retraites et le report de l'âge légal de départ en retraite à 65 ans.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  nico37 le Sam 10 Juil - 21:12

Nota : savez-vous si le camarade Spartakos41 est au courant du déménagement du forum ?

Journée de grève en Grèce contre la réforme des retraites

La Grèce va vivre ce jeudi à l'heure des grèves et des manifestations contre la réforme du système des retraites, sur lequel les parlementaires doivent se prononcer une seconde fois, dans la journée.
Les vols au départ et à l'arrivée en Grèce seront perturbés, et les car-ferries resteront au port lors de cette journée de grève générale de 24 heures, la sixième depuis le début de l'année.
"Nous rejetons le projet de loi de réforme des retraites, un projet qui réduit à néant les principes fondamentaux (du système de retraites)", a déclaré Yannis Panagopoulos, dirigeant du syndicat GSEE du secteur privé. "Nous n'abandonnerons pas la lutte", a-t-il ajouté.
Des milliers de salariés devraient marcher à la mi-journée en direction du parlement, dans le centre d'Athènes, où les députés doivent débattre de nouveau de la réforme, au lendemain d'un vote préliminaire.
La réforme des retraites est une condition clé à l'octroi des 110 milliards d'euros promis par l'Union européenne et le Fonds monétaire internationale pour aider la Grèce à sortir de sa crise de la dette.
Lors du vote préliminaire mercredi, 159 députés se sont prononcés en faveur de la réforme adoptée fin juin par le gouvernement et 137 ont voté contre. Les socialistes du Pasok, au pouvoir, contrôlent 157 des 300 sièges de la Vouli, le parlement monocaméral.
LES CONTRÔLEURS DU CIEL EN GRÈVE
"Nous menons à bien la grande réforme structurelle du système des retraites, sans prendre en compte le coût politique. Nous devons porter un coup d'arrêter à des années de prospérité en trompe l'oeil", a déclaré mercredi devant les députés le ministre du Travail, Andreas Loverdos.
Les employés du parlement ont indiqué qu'ils feraient grève eux aussi. Ce sera leur premier arrêt de travail depuis 25 ans. On ignore pour l'instant dans quelle mesure cela affectera le vote prévu dans la journée à l'assemblée.
La moitié environ des Grecs jugent une réforme du système des retraites nécessaire, à en croire un sondage rendu public la semaine dernière. En cas d'élections législatives, indiquait ce même sondage, les socialistes au pouvoir ne recueilleraient que 23,4% des voix.
La participation aux dernières manifestations était en baisse. Douze mille personnes ont défilé dans les rues d'Athènes lors de la dernière grève générale le 29 juin, contre 50.000 lors du plus grand rassemblement, le 5 mai, en marge duquel trois personnes avaient péri dans l'attaque d'une succursale bancaire à coups de bombes incendiaires.
Si le soutien aux manifestations paraît en recul, certains syndicats n'ayant pas participé à de précédentes grèves, comme celui des aiguilleurs du ciel, ont fait savoir qu'ils prendraient part au mouvement de ce jeudi. Ils cesseront de travailler de 07h00 à 11h00 GMT, clouant alors tous les appareils au sol, sauf dans le cas de vols d'urgence.
Grégory Blachier et Eric Faye pour le service français

nico37

Messages : 7047
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Jeu 29 Juil - 10:40

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE66R29V20100728

Le gouvernement grec réquisitionne les camionneurs en grève
mercredi 28 juillet 2010 19h22

ATHENES 28 juillet (Reuters) - Le gouvernement grec a ordonné mercredi la réquisition des camionneurs en grève afin d'éviter notamment que leur mouvement ne provoque des pénuries susceptibles de paralyser le pays.

"La grève a causé de graves perturbations de la vie publique et économique et elle menace la santé publique avec des pénuries de carburant, de vivres et de médicaments", a déclaré Georges Petalotis, porte-parole du gouvernement.

Des milliers de chauffeurs en grève ont immobilisé depuis lundi leurs poids-lourds le long des autoroutes du pays pour protester contre le projet d'ouverture à la concurrence de leur profession - ultra-protégée - dans le cadre d'un plan d'aide du FMI et de l'Union européenne.

Les camionneurs ont 24 heures pour reprendre le travail, faute de quoi ils risquent d'être arrêtés ou de perdre leur licence.

Des syndicalistes ont fait savoir qu'ils ne se plieraient pas à cette injonction. "Nous n'obéirons pas. Ils peuvent venir prendre nos camions, s'ils veulent", a déclaré Spyros Kapetanios, un syndicaliste.

(Harry Papachristou et Ingrid Melander, Marc Delteil pour le service français, édité par Nicole Dupont)
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Ven 30 Juil - 11:42

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE66S2E720100729

Les camionneurs grecs défient un ordre de retour au travail
jeudi 29 juillet 2010 23h52

ATHENES 29 juillet (Reuters) - Les camionneurs grecs ont défié jeudi un ordre de retour au travail du gouvernement, reportant à vendredi une décision sur la suite à donner à leur mouvement de grève.

Les quelque 33.000 camionneurs grecs ont arrêté le travail lundi pour protester contre un projet du gouvernement de réduire le prix des nouvelles licences, une libéralisation de la profession réclamée par l'Union européenne et le Fonds monétaire international dans le cadre du plan d'aide qu'ils ont accordé à Athènes.

Le gouvernement a invoqué mercredi des risques de pénurie de vivres, de carburants et de médicaments pour leur ordonner de reprendre le travail et ils risquent des poursuites ainsi que la perte de leurs licences s'ils n'obtempèrent pas.

L'injonction de reprise du travail prenait effet jeudi soir, mais les camionneurs ne s'y sont pas pliés.

Des discussions avec le gouvernement se sont néanmoins poursuivies jeudi, débouchant sur de nouvelles propositions sur lesquelles les camionneurs se prononceront vendredi en assemblée générale, a déclaré un dirigeant syndical.

La grève a perturbé les approvisionnements en carburant en pleine saison touristique et de longues files se sont formées devant les pompes à essence.

Aux termes de l'accord sur l'octroi de l'aide, la Grèce doit ouvrir d'ici septembre son transport routier à davantage de concurrence et libéraliser d'ici juin 2011 d'autres profession protégées telles que celles d'avocat ou d'architecte.

(Harry Papachristou; Nicole Dupont pour le service français)
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  nico37 le Ven 30 Juil - 15:02

D'un camarade libertaire revenant de 2 semaines en Grèce

La situation politique, sociale et économique est extrêmement compliqué là bas et on sent vraiment que ça peut partir en sucette à n'importe quel moment. Les slogans fleurissent sur les murs, les affiches radicales aussi. Le plus important, c'est de voir que tout un pan du peuple lutte tous les jours, à chaque instant pour pouvoir espérer sortir de la crise et trouver une solution socialiste à cette crise du capitalisme et du libéralisme, attaque directe envers les classes populaires.
Mais la situation politique est vraiment, vraiment mal au point dans le pays et ce pour plusieurs raison :

1/ Le KKE, ou le parti communiste grec est un parti stalinien, sectaire et ultra-réformiste. Se disant très lutte de classe et très révolutionnaire dans les paroles, dans le concret ce parti ne vise que l'electoralisme et la construction d'un " front démocratique ". Sectaire, car ils organisent des manifestations à l'écart du mouvement, ils refusent l'union et fustigent les autres organisations d'être des agent et provocateurs bourgeois. Sans parler du fait que la mort du jeune Alex' ( 15 ans ) serait un complot de la CIA ..
Lors de l'attaque du parlement le 5 mai, ils ont retenu leur militants plutôt que de les laisser participer à l'action du peuple grec ( Je rappelle que cette manifestations du 5 ami est la plus grande depuis la fin de la dictature dans les années 70 ). Bref, sectaire, stalinien et réformiste, rien de concret à en tirer, malgré leur nombre d'affiche et de tag à leur gloire et malgré leur banderole sur l'Acropole " People of Europe Rise Up ! " tout cela sonne faux pour beaucoup de grecs ..

2/ Antarsya, est un front large anticapitaliste crée en mars 2009 et qui se veut un peu comme notre NPA à nous, cherchant a faire un " front large " avec un maximum d'organisations Grec ou étrangères ( Genre le SWP anglais ).
Comme le NPA chez nous, le réformisme et la se-radicalité laisse beaucoup de doute sur les volonté réel de Antarsya, bien qu'il semble qu'ils soient plus convaincu que le KKE par exemple.

3/ Synaspismos ( avec son aile Syriza ) est un parti de " gauche radicale-démocrate ) formé de beaucoup d'ancien militant du KKE et (d'ex) euro-communistes. Rien de neuf, si ce n'est qu'ils surfent toujours sur une vague de réformisme et n'apportent rien de plus que le PASOK ou la social-démocratie en Grèce.

4/ L'OKDE Spartacus est un mouvement révolutionnaire qui est adhérent à la IV ème Internationale et qui est ouvertement trotskyste. C'est les camarades avec qui j'ai pris contact en arrivant en Grèce et qui m'ont expliqué ce qui se passait dans le pays de manière simple et efficace, sans prise de tête ou de lourdeur diverse. Ils sont depuis 8 ans déjà, animateur d'un campement anticapitaliste et j'ai eu l'immense honneur de pouvoir participer à son édification non loin du mont Olympe et de la Mer. Soutenant un vrai programme révolutionnaire, basé sur une annulation de la dette, une nationalisation sous contrôle ouvrier, l'interdiction des licenciement et un salaire minimum de 1400/1500 €. Animateurs de beaucoup de luttes dans la ville de Salonique, dont la lutte de beaucoup pour retrouver du boulot dans un restaurant qui a fait un lock-out et qui a osé mettre devant l'entrée que " Le restaurant est fermé pour cause de grève des employés ". Bref, l'ogrnaisation qui pour moi à le plus d'avenir en Grèce.

5/ Les syndicats sont dans deux fédérations et sont tous assimilés à la social-démocratie et au PASOK, parti au pouvoir avec la Nouvelle Démocratie ( parti de droite libérale ). Les syndicats sont comme en France : des traitres à la cause ouvrière et à la lutte anti-capitalistes. Envoyant des fax pour les manifestations, ils ne gèrent pas le mouvement et laissent les gens sans perspective concrète de lutte dans les rues. Ils laissent délibérement les gens faire tout et n'importe quoi pour surtout les découragés. Le PASOK a accepté le diktat du FMI sur le pays et dans ses mesures a déjà supprimé le 13 ème et 14 ème mois des fonctionnaires, baissé le smic de 700 a 500 € ( d'ou le surnom de générations des 700 ) etc etc .. Les syndicats ne jouent aucunement le rôle d'animateur de lutte et c'est fait exprès volontairement de toute manière ..

6/ J'ai remarqué que beaucoup de tag ont été fait à Athènes et à Salonique et beaucoup se sont fini par un A cerclé, donc beaucoup sont l'oeuvre des anarchistes. Enfin, les organisations anarchistes n'existent quasiment pas en Grèce, il y a beaucoup d'autonomistes ( les totos ) qui font un peu tout et n'importe quoi, les camarades les qualifiant même de " bourgeois " parce qu'ils refusent d'entrer dans un front large et significatif. Ce qui ne veut pas dire que beaucoup d'anarchistes participent activement à la lutte avec l'OKDE ou sont à l'origine de prise sur le tas ou de redistribution populaire.
Les anarchistes ont une implantation immense dans le quartier Exarchia, quartier qui fut à la base des révoltes populaires de 2008 et ou le jeune Alex' a été tué, près du Polytechnicos. L'endroit devient in fréquentable car le gouvernement a envoyé tous les drogués de la ville dans ce quartier, ce qui provoque pas mal de rix entre les anars et les dealeurs ..
Ce quartier est désormais autogéré et est cerné par des militaires après la répression atroce mené le 7 mai par les policiers au cri de " Ce soir on vous nique tous " ..
C'est beau le mépris du peuple non ?

nico37

Messages : 7047
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  Troska le Sam 31 Juil - 22:31

C'est mon rapport en effet.
Tu l'as eu de où ? Smile
Troska
Troska

Messages : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 28
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  Invité le Sam 31 Juil - 23:08

Ici, je suppose : http://forum.anarchiste.free.fr/viewtopic.php?f=29&p=74445

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  nico37 le Dim 1 Aoû - 13:10

N a écrit:Ici, je suppose : http://forum.anarchiste.free.fr/viewtopic.php?f=29&p=74445
Effectivement mais j'avais mis au préalable un mp pour avertir Exclamation


Cette grève des camionneurs et des patrons routiers ne me plait pas. Pas plus que la personnalité du très stalinien George Tzortzatos, le leader de la Confédération des propriétaires de camions que l'on a vu à la télé porté en triomphe par sa garde rapprochée.
Il s'agit d'une grève corporatiste, manoeuvrée de A à Z par le Parti communiste (KKE) dans une stratégie de pression sur le gouvernement pour qu'il jette l'éponge et organise de nouvelles élections. De plus, elle est déconnectée de la lutte contre les mesures d'austérité draconiennes consécutives à la crise de la dette. Le KKE veut seulement amener le pays à prendre ses distances avec l'UE et ne plus dépendre du FMI.

Oui, ils se sont un peu frités avec les flics, et après ? Ils ne veulent pas perdre leurs beaux camions avec lesquels ils se sont complètement identifiés. Est-ce cela qui expliquerait votre engouement soudain pour la cause des patrons routiers ?
N'est-ce pas bizare que les journaux économiques (Les Echos, Bloomberg...) fassent des articles sur ce conflit ? Les camionneurs, ce sont des entrepreneurs. Ce qui leur arrive les intéresse. Ils avaient fait silence sur la grève des dockers il y quelques semaines.

Reuters, Les Echos - 30 jul 2010
http://www.lesechos.fr/info/inter/reuters_00270946-heurts-entre-policiers-grecs-et-camionneurs-grevistes.htm

Heurts entre policiers grecs et camionneurs grévistes

Des heurts ont opposé vendredi la police grecque à des camionneurs grévistes devant une raffinerie de pétrole au nord de Salonique, rapporte la télévision grecque.
Passant outre à un ordre de reprise du travail donné par le gouvernement, les camionneurs avaient peu auparavant décidé de poursuivre leur grève contre une réforme visant à libéraliser leur profession.
La télévision a montré des images de policiers en tenue anti-émeutes frappant des camionneurs à coups de matraque pour les empêcher de bloquer un camion réquisitionné qui tentait de sortir de la raffinerie.
Les camionneurs ont arrêté le travail lundi pour protester contre un projet de loi ayant pour effet d'ouvrir davantage leur profession, une mesure réclamée par l'Union européenne et le Fonds monétaire international dans le cadre du plan d'aide qu'ils ont accordé à la Grèce.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Bloomberg - 30 jul 2010
http://www.businessweek.com/news/2010-07-30/greek-truck-drivers-vote-to-continue-five-day-strike.html

Les camionneurs grecs votent la poursuite de la grève

Les conducteurs de camions grecs ont voté pour défier un ordre du gouvernement et continuer leur grève commencée il y a cinq jours et qui cause des pénuries de carburant à l'échelle nationale après que des entretiens avec des responsables du ministère des Transports ait abouti sur une impasse.
"Nous poursuivons la grève". a déclaré aujourd'hui George Tzortzatos, le président de la Confédération des propriétaires de camions, à la chaine NET TV, et dit vouloir rester ferme. "Nous ne sommes pas venus pleurer nos licences".

Le Premier ministre Georges Papandreou a ordonné au 28 juillet aux camionneurs de retourner au travail étant donné le "grave" bouleversement à la vie sociale et économique de la Grèce en plein milieu de la saison touristique estivale. Hier les autorités ont commencé à distribuer des courriers demandant aux propriétaires de camions de reprendre le travail s'ils ne veulent s'exposer à des sanctions, à savoir la saisie des licences et des véhicules.

Environ 33 000 camionneurs, parmi lesquels on compte les propriétaires de pétroliers, protestent contre le gouvernement qui envisage d'ouvrir le secteur du fret et de délivrer de nouvelles licences. Ces mesures sont exigées pour avoir droit à l'enveloppe de 110 milliards d'euros de prêts de l'Union européenne et du FMI.

Papandreou a déclaré hier que le gouvernement allait aller de l'avant avec ces plans d'aide afin d'ouvrir des professions telles que le camionnage qui sont liés par des règles qui empêchent la venue de nouveaux arrivants et font monter les prix. "Le gouvernement soutient les plans car ils augmentent le potentiel de croissance et non pas parce qu'ils font partie des termes de l'enveloppe" a-t-il dit.
D'autres professions pourraient être dérèglementées comme les ingénieurs civils, les notaires, les pharmaciens.

Aucune nouvelle licence de camionnage n'a été délivré depuis le début des années 70 selon le ministère des Transports qui a fait monter le prix de l'acquisition de la licence.
Les propriétaires de camions et les chauffeurs, ensemble, "ne doivent pas perdre leurs biens" a déclaré Tzortzatos.
Tugwell Paul et Maria Petrakis

nico37

Messages : 7047
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  Invité le Dim 1 Aoû - 16:24

nico37 a écrit:
N a écrit:Ici, je suppose : http://forum.anarchiste.free.fr/viewtopic.php?f=29&p=74445
Effectivement mais j'avais mis au préalable un mp pour avertir Exclamation

Vi. Disons que me suis permis de répondre (je savais pas si t'avais répondu, pas vu la question, etc.) parce qu'il y a par ailleurs pas mal d'infos sur le lien en question, ça me semblait pas dénué d'intérêt.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Jeu 5 Aoû - 14:33

http://www.socialistworker.co.uk/art.php?id=21995

Greek truckers’ strike ends but anger remains


by Matthew Cookson

A potent strike by Greece’s truck drivers last week marked a new stage in the fight against austerity measures being imposed on the country’s people.

Disgracefully, it saw the Pasok government, similar to New Labour, use troops against the truckers.

But it also saw strikers defy legal and physical threats to continue their action.

The truck drivers’ six-day strike had a huge impact on the country, with fuel supplies drying up, food not being distributed and tourists stranded.

Pasok used emergency laws to order the truckers back to work on Wednesday, stating they would face fines and have their vehicles requisitioned if they did not.

When the majority of drivers refused to return to work, the government sent in the army to supply fuel to airports and power stations.

The militant action saw truck drivers clashing with police. The drivers only returned to work after the government promised negotiations over its plans.

They voted by a narrow margin at a general assembly in Athens on Sunday to end their action.

“The leadership of the truckers’ union used the government’s promise to postpone the reading of the bill to say that they should go back to work,” said Costas Pittas, a trade unionist in Athens.

“The more militant section, mostly younger drivers, wanted to continue.

“Even though the strike is off, many drivers say that they could be out again if the government does not retreat.

“The result of the action is kind of a draw.”

The International Monetary Fund (IMF), the European Commission and the European Central Bank—known as the “troika”—are demanding that the Greek government opens up businesses such as the haulage industry to the free market.

This is part of the austerity measures that have to be pushed through to ensure that a 110 billion euro loan is given to the government.

A wave of attacks have devastated workers’ living standards, but have faced widespread resistance.

The truck drivers joined the fightback, angry that the government plans to increase the number of trucking licences.

While using the language of breaking up vested interests, the result would be to strengthen big corporations and to allow major firms to take over the system.

Fotis, a truck owner in Larissa, said, “The opening up of the trade means a much bigger invasion of the corporations into the transport industry. As we saw with the privatisation of the ports, that means higher fares and fewer jobs for the workers.”

Costas said, “At a very angry general meeting on Friday truck drivers voted to continue with the strike, and marched to parliament, chanting, ‘You are thieves’.

“The government’s use of the legal order was a dress rehearsal for the upcoming battles in the autumn. This didn’t work.

“The troika, which has just been in Greece, is demanding that the power and rail industries are privatised, which workers there will resist.

“The truck drivers could be out again too—making for a big struggle against austerity.”

It’s crucial that, whatever section of the movement fights, it gets the full support of everyone else.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  sylvestre le Sam 21 Aoû - 16:17

http://www.spiegel.de/international/europe/0,1518,712511,00.html

Entering a Death Spiral?

Tensions Rise in Greece as Austerity Measures Backfire

By Corinna Jessen in Athens

The austerity measures that were supposed to fix Greece's problems are dragging down the country's economy. Stores are closing, tax revenues are falling and unemployment has hit an unbelievable 70 percent in some places. Frustrated workers are threatening to strike back.

The feast of the Assumption of Mary on Aug. 15 is the high point of summer in the Greek Orthodox world. Here in one of the country's many churches, believers pray to the Virgin for mercy, with many of them falling to their knees.

Grèce 1260664873@Sub1,Sub2,Top1,Top2,TopRight,Left,Right,Right1,Right2,Right3,Right4,Right5,Middle,Middle1,Middle2,Middle3,Bottom,Bottom1,Bottom2,Bottom3,Position1,Position2,x01,x02,x03,x04,x05,x06,x07,x08,x09,x10,x11,x12,x20,x21,x22,x23,x70,VMiddle2,VMiddle,VRight,Spezial%21Middle2
The newspaper Ta Nea has recommended that the Greek government adopt the very same approach -- the country's leaders have to hope that Mary comes up with a miracle to save Greece from a serious crisis, the paper writes. Without divine intervention, the newspaper suggested, it will be a difficult autumn for the Mediterranean state.

This dire prognosis comes even despite Athens' massive efforts to sort out the country's finances. The government's draconian austerity measures have managed to reduce the country's budget deficit by an almost unbelievable 39.7 percent, after previous governments had squandered tax money and falsified statistics for years. The measures have reduced government spending by a total of 10 percent, 4.5 percent more than the EU and International Monetary Fund (IMF) had required.

The problem is that the austerity measures have in the meantime affected every aspect of the country's economy. Purchasing power is dropping, consumption is taking a nosedive and the number of bankruptcies and unemployed are on the rise. The country's gross domestic product shrank by 1.5 percent in the second quarter of this year. Tax revenue, desperately needed in order to consolidate the national finances, has dropped off. A mixture of fear, hopelessness and anger is brewing in Greek society.

Unemployment Rates of up to 70 Percent

Nikos Meletis is neatly dressed, and his mid-range car is clean and tidy. Meletis used to earn a good living at a shipbuilding company in Perama, a port opposite the island of Salamis. "At the moment, I'm living off my savings," the 54-year-old welder says, standing in front of a silent harbor full of moored ships.

Meletis is a day laborer who used to work up to 300 days a year; this year he has only managed to scrape together 25 days' work so far. That gives him 25 health insurance stamps, when he needs 100 in order to insure himself and his family -- including his wife, who has cancer. "How am I supposed to pay for the hospital?" Meletis asks. Unemployment benefits of at most €460 ($590) per month are available for a maximum of one year -- and only if he can produce at least 150 stamps from the past 15 months.

There's hardly a worker in the shipbuilding district of Perama who could still manage that. Unemployment in the city hovers between 60 and 70 percent, according to a study conducted by the University of Piraeus. While 77 percent of Greek shipping companies indicate they are satisfied with the quality of work done in Perama, nearly 50 percent still send their ships to be repaired in Turkey, Korea or China. Costs are too high in Greece, they say. The country, they argue, has too much bureaucracy and too many strikes, with labor disputes often delaying delivery times.

Perama is certainly an unusually extreme case. But the shipyards' decline provides a telling example of the Greek economy's increasing inability to compete. Barely any of the country's industries can keep up with international competition in terms of productivity, and experts expect the country's gross domestic product to fall by 4 percent over the course of the entire year. Germany, by way of comparison, is hoping for growth of up to 3 percent.

Sales Figures Dropping Everywhere

Prime Minister George Papandreou's austerity package has seriously shaken the Greek economy. The package included reducing civil servants' salaries by up to 20 percent and slashing retirement benefits, while raising numerous taxes. The result is that Greeks have less and less money to spend and sales figures everywhere are dropping, spelling catastrophe for a country where 70 percent of economic output is based on private consumption.

A short jaunt through Athens' shopping streets reveals the scale of the decline. Fully a quarter of the store windows on Stadiou Street bear red signs reading "Enoikiazetai" -- for rent. The National Confederation of Hellenic Commerce (ESEE) calculates that 17 percent of all shops in Athens have had to file for bankruptcy.

Things aren't any better in the smaller towns. Chalkidona was, until just a few years ago, a hub for trucking traffic in the area around Thessaloniki. Two main streets, lined with fast food restaurants and stores catering to truckers, intersect in the small, dismal town. Maria Lialiambidou's house sits directly on the main trucking route. Rent from a pastry shop on the ground floor of the building used to provide her with €350 per month, an amount that helped considerably in supplementing her widow's pension of €320.

These days, though, Kostas, the man who ran the pastry shop, who people used to call a "penny-pincher," can no longer afford the rent. Here too, a huge "Enoikiazetai" banner stretches across the shopfront. No one wants to rent the store. Neither are there any takers for an empty butcher's shop a few meters further on.

A sign on the other side of the street advertises "Sakis' Restaurant." The owner, Sakis, is still hanging on, with customers filling one or two of the restaurant's tables now and then. "There's really no work for me here anymore," says one Albanian employee, who goes by the name Eleni in Greece. "Many others have already gone back to Albania, where it's not any worse than here. We'll see when I have to go too."

No Way Out

The entire country is in the grip of a depression. Everything seems to be going downhill. The spiral is continuing unabated, and there is no clear way out. The worse part, however, is the fact that hardly anyone still hopes that things will improve one day.

The country's unemployment rate makes this trend particularly clear. In 2009, it was 9.5 percent. This year it may rise to 12.1 percent and economists expect it to reach 14.3 percent in 2011. Those, though, are only the official numbers, which were provided by Angel Gurría, secretary general of the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD). The Greek trade union association GSEE considers those numbers far too optimistic. It considers 20 percent to be a more likely figure for 2011. This would put the unemployment rate as high as it was in 1960, when hundreds of thousands of Greeks were forced to emigrate. Meanwhile, purchasing power has fallen to its 1984 level, according to the GSEE.

'Things Are Starting to Simmer'

Menelaos Givalos, a professor of political science at Athens University, has appeared on television, warning viewers that the worst times are still to come. He predicts a large wave of layoffs starting in September, with "extreme social consequences."

"Everything is getting more expensive, I'm hardly earning any money, and then I'm supposed to pay more taxes to help save the country? How is that supposed to work?" asks Nikos Meletis, the shipbuilder. His friends, gathered in a small cafeteria on the pier in Perama, are gradually growing more vocal. They are all unemployed, desperate and angry at the politicians who got them into this mess. There is no sympathy here for any of the political parties and no longer any for the unions either.

Grèce 1260664873@Sub1,Sub2,Top1,Top2,TopRight,Left,Right,Right1,Right2,Right3,Right4,Right5,Middle,Middle1,Middle2,Middle3,Bottom,Bottom1,Bottom2,Bottom3,Position1,Position2,x01,x02,x03,x04,x05,x06,x07,x08,x09,x10,x11,x12,x20,x21,x22,x23,x70,VMiddle2,VMiddle,VRight,Spezial%21Middle3 "They only organize strikes to serve their own interests!" shouts one man, whose name is Panayiotis Peretridis. "The only thing that interests me anymore is my daily wage. A loaf of bread is my political party. I want to help my country -- give me work and I'll pay taxes! But our honor as first-class skilled workers, as heads of families, as Greeks, is being dragged through the dirt!"

"If you take away my family's bread, I'll take you down -- the government needs to know that," Meletis says. "And don't call us anarchists if that happens! We're heads of our families and we're desperate."

He predicts the situation will only become more heated. "Things are starting to simmer here," he says. "And at some point they're going to explode."

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  nico37 le Dim 12 Sep - 22:20

From the greek streets
#370 Manifestations à Thessalonique

Deux grandes manifestations ont eu lieu ce soir sous la pluie à Thessalonique. Plus de 20.000 personnes en tout selon la police ont défilé jusqu'au Centre de Conférence Velidio, tandis que le PM prononçait son discours. Des affrontements mineurs ont eu lieu devant le bâtiment, où les flics ont utilisé des gaz lacrymogènes pour éloigner les manifestants de la porte d'entrée. Papandreou a annoncé dans son discours un allègement de l'impôt sur les bénéfices des entreprises (ramenéeè de 24% à 20%), les privatisations des chemins de fer nationaux, celle de la Compagnie électrique d'État et d'autres entreprises publiques.

Plus tôt dans la journée, un manifestant a lancé une chaussure vers le PM alors qu'il se trouvait en face du Centre d'Exposition internationale de la femme. Deux heures plus tard, K. Michalos, le président de l'Association industrielle et commerciale d'Athènes (EVEA), a été attaqué par des manifestants alors qu'il était en route pour rejoindre le PM au Macédonia Palace Hôtel. Michalos est connu pour ses apparitions dans les médias où il défend avec ferveur les mesures d'austérité gouvernementales. La police anti-émeute est intervenue et l'a extirpé de là.

Plus de 4.000 policiers étaient deployés à Thessalonique pour maintenir l'ordre au moment où les ministres et leur entourage étaient en train de visiter la ville.
Un peu plus tôt (environ 01h00 GMT +2) Le Inland Revenue Office, situé à rue Kolleti à Athènes (quartier de Exarcheia), a été attaqué et brûlé par quelques dizaines de personnes .

Grèce 13490710_91n

nico37

Messages : 7047
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Grèce Empty Re: Grèce

Message  nico37 le Mar 9 Nov - 0:09

Attaque des ultra-nationalistes (couverts par la police) du Raimbow festival antiraciste...