Le Deal du moment :
Sélection d’ebooks gratuits en ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -39%
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
Voir le deal
152 €

Parti Communiste Français

Page 2 sur 40 Précédent  1, 2, 3 ... 21 ... 40  Suivant

Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Lun 27 Déc - 22:21

En dehors d'une situation pré-révolutionnaire, les partis révolutionnaires n'ont jamais une influence majoritaire dans la classe, sinon, ils ne serviraient à rien...

Par contre, un parti réformiste qui avait une influence majoritaire dans la classe et l'a dilapidée en 30 ans de service à la bourgeoisie au point de recevoir beaucoup moins de voix ouvrières et jeunes qu'une seule orga révo (LCR) aux dernières élections, c'est la Bérézina totale.

Y rester, c'est où une innocence touchante, ou une complicité avec les lieutenants du capital dans notre classe. A la Riposte, je connais les deux situations...
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Gayraud de Mazars le Lun 27 Déc - 23:02

Alors cher Roseau, je choisirais bisque bisque et..., je choisirais l'innocence consciente ah ! Pour l'autre choix, tu en portes seul la responsabilité politique de cette critique, mais ce n'est pas le lieu d'en discuter...
Gayraud de Mazars
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 52
Localisation : En Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  jacquouille le Mar 28 Déc - 0:56

Roseau a écrit:

....."Par contre, un parti réformiste qui avait une influence majoritaire dans la classe et l'a dilapidée en 30 ans de service à la bourgeoisie au point de recevoir beaucoup moins de voix ouvrières et jeunes qu'une seule orga révo (LCR) aux dernières élections, c'est la Bérézina totale.".....



Rozo,pris la"main dans le sac",pour comportement de réformiste primaire.Je ne contesterait pas l'affirmation que le PC a"beaucoup moins de voix ouvrieres et jeunes que la LCR"(je n'ai pas de chiffres fiables).Mais pour des révolutionnaires,un échec électoral,ne constitue qu'un revers,pas une"Bérézina",car c'est sur le terrain des luttes que l'éssentiel se joue,et la,le PC tiens a l'aise la comparaison.Le nombre des grévistes,entrainés par le PC par rapport au résultats de l'E.G. et particulierement du NPA?.La participation aux manifs,sur l'ensemble du pays,1,2,3 millions ou plus sur les 7/8 manifs,ou le PC était la force motrice principale,probablement moitié,voir plus.l'E.G.combien? 1%,et dedans,le NPA,combien?.

Alors,sois un peu serieux Rozo,arrete de te "gargariser",sur ton"NPA" qui aurait déja écrasé le PC.Tu ne peut meme pas prétendre etre passé devant le POI ou LO,loin s'en faut,alors le PC,arrete de réver,et surtout regarde le terrain des luttes,et non celui des isoloirs,car la tu joue dans le meme"bac a sable"que notre cher ami B.V.
jacquouille
jacquouille

Messages : 758
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 72
Localisation : Reims

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  gérard menvussa le Mar 28 Déc - 1:10

Le nombre des grévistes,entrainés par le PC par rapport au résultats de l'E.G. et particulierement du NPA?.La participation aux manifs,sur l'ensemble du pays,1,2,3 millions ou plus sur les 7/8 manifs,ou le PC était la force motrice principale,probablement moitié,voir plus.l'E.G.combien? 1%,et dedans,le NPA,combien?.
Je pense que là aussi tu te la racontes... Le pcf n'était pas si nombreux, dans les manifs (sauf peut être un micro climat a Reims, mais ce n'était pas le cas général)

Même et surtout en terme d'organisation "de la classe", il n'est que l'ombre de lui même... Et la majorité des militants de la cgt (qui eux ont montré de beaux restes) sont soit "apolitiques", soit majoritairement ps... C'est peut être domage, mais c'est comme ça !
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Gayraud de Mazars le Mar 28 Déc - 3:37

Chers camarades,

Un micro climat existerait à Reims ou ailleurs ? sur Dijon j'ai pu constater des choses, qui confirmerait l'analyse de Reims alors... Pour le camarade GM, désolé, mais je ne suis pas Climatologue...

Cependant même si la CGT n'est plus la courroie de transmission du PCF, bien sûr, elle reste ce qu'est est, une fraction organisée in fine, le lien historique existe, une tradition militante aussi, le fait que la CGT soit PS politiquement c'est très vite dit et à prouver même si des soit disantes statistiques le démontre, et dire a - politique encore moins voire les luttes passées. Mais les luttes qui viendront dans quelques mois, montreront bien que le clivage politique, passera au sein bien de la dite "gauche" entre social - démocratie et PCF et F de G, même si je peux choquer, le Centrisme règne !

Je ne l'accepte pas, mais les révolutionnaires pur sucre ne sont pas audible dans l'affaire, quoique ! Pour peser il faudrait qu'ils fassent autrement que le sectarisme et la boutique, mais les "Révolutionnaires" authentiques ont des vertus, que la réalité tue !
Gayraud de Mazars
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 52
Localisation : En Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Mar 28 Déc - 4:03


Jacqouille: La participation aux manifs,sur l'ensemble du pays,1,2,3 millions ou plus sur les 7/8 manifs,ou le PC était la force motrice principale,probablement moitié,voir plus.l'E.G.combien? 1%,et dedans,le NPA,combien?
Défense de rire...
Au moins c'est dans la ligne de l'affabulation super casserole de la résolution de Congrès de la Direction de LO...
Les appels à la grève générale lancés par quelques gauchistes n’étaient que des paroles creuses
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  verié2 le Mar 28 Déc - 9:38


Roseau
La majorité des militants de la cgt (qui eux ont montré de beaux restes) sont soit "apolitiques", soit majoritairement ps

Ca me semble très vite dit. Certes, Thibault a clairement montré ses penchants pour le PS en se faisant acclamer à son congrès. Comme toute bureaucratie, celle de la CGT se tourne vers la mangeoire qui lui semble la plus prometteuse. Elle ne néglige pas non plus ses relations avec le pouvoir en place, qui lui laisse tout de même pas mal de prébendes, subventions etc. Cela ne signifie pas pour autant que les militants CGT ne voient pas d'autre solution que l'arrivée de Strauss Kahn ou de Aubry à la présidence !

Certaines traditions idéologiques et militantes demeurent au sein de la CGT, notamment dans ses gros bastions comme EDF ou la SNCF. Certes, la plupart des militants ne sont plus encartés et le PCF n'encadre plus l'appareil CGT. Néanmoins, c'est sa tradition (avec aussi parfois tout ce qu'elle a de nationaliste, corporatiste, voire de stalinienne) qui continue à influencer des pans entiers de ce syndicat - lequel syndicat représente tout de même la plus grande partie de la classe ouvrière organisée, qu'on le veuille ou non, Sud restant très minoritaire même si son rôle n'est pas négligeable dans divers secteurs.

Je ne sais pas par exemple si certains militants CGT des raffineries sont membres ou non du PCF, mais ils continuent à penser et fonctionner comme ceux du PCF des années 70-80. On trouve aussi des responsables PCF qui sont d'anciens cadres CGT, et qui continuent à avoir des liens avec elle, comme jadis, par exemple le maire de Migennes, ancien cheminot, qui est assez populaire et a mis les moyens de sa municipalité au service des grévistes pendant le mouvement. Ou, dans le même coin, Thiberville, maire adjoint de Villeneuve Saint-Georges, ville à forte tradition ouvrière, ancien cheminot lui aussi. Didier le Reste, ex dirigeant CGT cheminots, qui prend sa retraite, a annoncé son intention de se présenter aux élections avec le PCF etc.

Tous ces militants et dirigeants sont très différents évidemment de notables du genre Brard ou, pire ! Gérin. Dans le PCF, les maires ont toujours été plus ouvertement réformistes (voire Hue !) que les dirigeants venus des syndicats. Même si ces derniers n'étaient pas, et sont encore moins aujourd'hui, révolutionnaires, ils incarnaient une certaine tradition ouvrière.
Tout cela tend certes à se diluer, mais, encore une fois, contrairement à Roseau, je pense que le PCF a encore de (petits) beaux restes.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  gérard menvussa le Mar 28 Déc - 13:44

Déja, il faut rendre à César ce qui appartient à César, et à Menvussa ce qui est attribué à Roseau...

ensuite, la cgt était traditionnellement "la courroie de transmission" du pcf, mais ce rôle est depuis longtemps révolu. Et la part des militants actifs "PCF" dans la cgt tend a se réduire de plus en plus rapidement... Il leur reste quelques bastions, par exemple à la sncf (le cas d'edf étant assez différent de ce point de vue) mais ce n'est pas le cas dans de "petites" structures par exemple... Je ne retrouve plus ce document, mais j'avais vu un sondage qui explorait les "sympathies politiques" des "élus" (au sens large) de la cgt, qui était assez majoritairement proche du ps... ce n'est qu'un sondage, bien entendu...

Maintenant, si on prend la différence cgt sud, la première revendique 600000 adhérent, la seconde 100000, ce qui fait un rapport de un à six... Si on prend les adhésion du pcf comme point de référence, cela fait SUD au double de l'influence "relative" des différentes organisation d'extréme gauche...
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Mar 28 Déc - 14:42

@ Vérié: tu m'a attribué une phrase de Gérard.
Mais vos infos se complètent.
Concernant le concept de parti clientèle d'élus du système, il faut rajouter, pas au centre, mais pour compléter le radeau, que à travers les CE, corrompus ou pas, des milliers d'employés se raccrochent à la gamelle PCF.
Bref, pour corrigerl'image de Vérié, fondamentalement, non pas de beaux, mais de vieux restes au fond d'une gamelle...
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  gérard menvussa le Mar 28 Déc - 16:11

Moi je ne pense pas que "les élus du ce aillent à la gamelle"... Sans doute parce que je suis un ancien élu de CE... Et ce n'est pas une histoire de "corruption" (mais dans un pays capitaliste, cela fait toujours partie de la palette d'action des K, évidemment) C'est plus lié a ce qu'on apelle "bureaucratisation", et il est hors de doute que la cgt est de plus en plus bureaucratique (comme la cfdt bien entendu, fo, etc)
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Mar 28 Déc - 17:09

Moi aussi, ancien elu, CGT justement...
Attention, j'ai pas écrit les élus, mais les employés de grands CE, qui sont des centaines ou même milliers, et pour certains peuvent aller à la gamelle du PCF.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  panchoa le Mar 28 Déc - 23:03

verié2 a écrit:

Roseau
La majorité des militants de la cgt (qui eux ont montré de beaux restes) sont soit "apolitiques", soit majoritairement ps

Ca me semble très vite dit. Certes, Thibault a clairement montré ses penchants pour le PS en se faisant acclamer à son congrès. Comme toute bureaucratie, celle de la CGT se tourne vers la mangeoire qui lui semble la plus prometteuse. Elle ne néglige pas non plus ses relations avec le pouvoir en place, qui lui laisse tout de même pas mal de prébendes, subventions etc. Cela ne signifie pas pour autant que les militants CGT ne voient pas d'autre solution que l'arrivée de Strauss Kahn ou de Aubry à la présidence !

Certaines traditions idéologiques et militantes demeurent au sein de la CGT, notamment dans ses gros bastions comme EDF ou la SNCF. Certes, la plupart des militants ne sont plus encartés et le PCF n'encadre plus l'appareil CGT. Néanmoins, c'est sa tradition (avec aussi parfois tout ce qu'elle a de nationaliste, corporatiste, voire de stalinienne) qui continue à influencer des pans entiers de ce syndicat - lequel syndicat représente tout de même la plus grande partie de la classe ouvrière organisée, qu'on le veuille ou non, Sud restant très minoritaire même si son rôle n'est pas négligeable dans divers secteurs.

Je ne sais pas par exemple si certains militants CGT des raffineries sont membres ou non du PCF, mais ils continuent à penser et fonctionner comme ceux du PCF des années 70-80. On trouve aussi des responsables PCF qui sont d'anciens cadres CGT, et qui continuent à avoir des liens avec elle, comme jadis, par exemple le maire de Migennes, ancien cheminot, qui est assez populaire et a mis les moyens de sa municipalité au service des grévistes pendant le mouvement. Ou, dans le même coin, Thiberville, maire adjoint de Villeneuve Saint-Georges, ville à forte tradition ouvrière, ancien cheminot lui aussi. Didier le Reste, ex dirigeant CGT cheminots, qui prend sa retraite, a annoncé son intention de se présenter aux élections avec le PCF etc.

Tous ces militants et dirigeants sont très différents évidemment de notables du genre Brard ou, pire ! Gérin. Dans le PCF, les maires ont toujours été plus ouvertement réformistes (voire Hue !) que les dirigeants venus des syndicats. Même si ces derniers n'étaient pas, et sont encore moins aujourd'hui, révolutionnaires, ils incarnaient une certaine tradition ouvrière.
Tout cela tend certes à se diluer, mais, encore une fois, contrairement à Roseau, je pense que le PCF a encore de (petits) beaux restes.

"il me semble qu'il manque à votre analyse la présence, à mon sens massive, des militants catho de la JOC, qui sont les seuls ayant une idéologie. ils sont arrivées à l'époque du programme commun en masse dans la cgt et le PVC. c'est cela que l'on retrouvent et qui n'ont pas la méme culture que les militants ouvriers du PCF versiin époque marchais." Panchoa

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  panchoa le Mar 28 Déc - 23:11

et toujours à lire en ce moment sur bellaciao un débat quasi permanent sur ou à propos des 90 ans du PCF. fameux et instructif

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Mer 29 Déc - 0:08

Merci Panchoa.
On y découvre les ritournelles des bureaucrates staliniens amateurs d'urnes et caviar.
Mais aussi, ceci, critique lucide, et avant gout, à Corbeil, des désastres électoralo-réformistes à venir:
http://www.creil-avenir.com/article-le-on-d-une-election-partielle-63876791.html
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Vals le Mer 29 Déc - 20:56

Lutte Ouvrière n°2213 du 31 décembre 2010

25-30 décembre 1920 : le Congrès de Tours : naissance du Parti Communiste Un espoir pour le mouvement ouvrier français Lorsque, le 25 décembre 1920, s'ouvrit à Tours le congrès du Parti Socialiste (SFIO), l'issue en était déjà connue : il allait se conclure par une rupture entre le courant social-démocrate réformiste et chauvin et la majorité qui, soutenant avec enthousiasme la révolution d'Octobre 1917 et les Bolcheviks qui l'avaient menée, voulait rejoindre la IIIe Internationale créée en mars 1919.

Mais le Parti Communiste (Section française de l'Internationale Communiste) qui naquit au terme du Congrès de Tours, après bien des débats houleux et passionnés, était cependant bien loin du modèle bolchevik. L'élan révolutionnaire des travailleurs n'allait pas suffire à contrebalancer l'inexpérience des militants et le poids des traditions réformistes imprégnant la majeure partie de sa direction.

Dès l'ouverture, l'ordre du jour fut bousculé, la majorité des délégués présents voulant que soit traitée d'abord la question essentielle : l'affiliation à l'Internationale Communiste, l'IC, qui faisait l'objet de vifs débats dans toutes les sections du Parti Socialiste. Depuis sa fondation en mai 1919, le « Comité pour l'adhésion à la IIIe Internationale » y menait une intense propagande. Il était animé par des hommes qui allaient fournir les meilleurs éléments au jeune Parti Communiste: Rosmer et Monatte, des syndicalistes révolutionnaires qui s'étaient dès 1914 opposés à la guerre impérialiste, ainsi que Souvarine qui sera avec Rosmer un des dirigeants du PC avant d'en être exclu en 1924. De retour d'un voyage à Moscou, Cachin et Frossard défendaient eux aussi, dans une série de réunions, l'adhésion à l'IC, même si c'était plus par opportunisme que par convictions communistes.

La naissance du Parti Communiste

Dans les deux années qui suivirent la fin de la Première guerre mondiale, la SFIO avait vu grossir ses rangs. Avec un effectif de 178 000 adhérents, le parti avait plus que doublé par rapport à l'avant-guerre. Les ouvriers et aussi les paysans qui dans les tranchées avaient été au contact des idées socialistes s'enthousiasmaient pour la révolution d'Octobre pendant laquelle, derrière le Parti Bolchevik, les travailleurs russes avaient été capables de renverser le capitalisme. Pour eux, les choses étaient claires : la montée révolutionnaire en Europe pouvait permettre d'espérer qu'en France aussi, pour peu qu'existât un tel parti, le capitalisme s'effondrerait à son tour. Lors des débats dans les sections, une anecdote est révélatrice de l'état d'esprit ; un vieil ouvrier demande : « L'Internationale de Lénine, laquelle est-ce ? - La Troisième - Alors, c'est la mienne » !

Les orateurs qui, tel Cachin, relataient ce qu'ils avaient vu de la Russie soviétique furent vigoureusement applaudis. Et l'enthousiasme redoubla à la lecture d'un message de Zinoviev, un des dirigeants de l'IC, ou lorsque la militante communiste allemande Clara Zetkin prit la parole.

En face, les interventions de représentants de l'aile droite du parti étaient constamment interrompues par des huées et des remarques leur rappelant leur trahison des idéaux socialistes. Ainsi, lorsque Sembat, qui fut ministre sous l'Union sacrée, déclarait que la création d'un Parti Communiste donnerait un prétexte à la bourgeoisie française pour écraser le mouvement ouvrier, un délégué lui lança à la figure : « Vous excusez votre lâcheté ! » Et lorsque Blum, son chef de cabinet pendant la guerre, défendit la nécessité de la défense nationale, il fut interrompu par des cris proclamant : « À bas la guerre ! », les délégués entonnant ensuite L'Internationale.

Les centristes, représentés par Longuet et Pressemane, qui tentaient de ménager le réformisme du parti français tout en y amalgamant certains aspects du régime soviétique, ne furent pas mieux accueillis.

Le vote final fut sans appel : 70 % des délégués, représentant 89 fédérations sur les 96 que comptait la SFIO, votèrent pour l'adhésion à la IIIe Internationale ; le centre recueillit 20 % des voix et la droite seulement 10 %. La rupture, jugée indispensable par Lénine et l'IC - qui avaient imposé 21 conditions d'admission aux Partis Communistes occidentaux - était ainsi consommée, les réformistes quittant le nouveau Parti Communiste (SFIC-section française de l'Internationale Communiste) qui venait de naître. Avec 130 000 membres, contre 40 000 au Parti Socialiste, il devenait le principal parti des travailleurs, ouvriers et petits paysans.

Un parti à construire

La classe ouvrière française avait ainsi répondu présent à l'appel de l'IC de rejoindre les rangs des communistes révolutionnaires. Cependant, le PC tel qu'il était à la fin du Congrès de Tours, s'il « marquait la volonté des militants de devenir communistes », pour citer Trotsky qui suivit de près son évolution, était loin d'être l'arme de combat des prolétaires pour leur émancipation, comme l'avait été le Parti Bolchevik. « Un parti qui a subi une telle déviation pendant la guerre ne devient pas subitement communiste par le vote d'une motion de congrès », constatait-il un an plus tard.

À sa base, le PC était composé de « masses nouvelles et inexpérimentées » qu'il était indispensable de former, d'autant plus que la vague révolutionnaire refluait en Europe. À l'impatience d'un courant gauchiste qui n'avait pas compris que la situation avait changé et refusait la politique de front unique soutenue par l'IC et de militer dans les syndicats, répondait « la faiblesse de la direction qui n'a pas créé une conscience collective », avant tout la faiblesse idéologique de ses intellectuels formés à l'école de la IIe Internationale et imprégnés de réformisme, comme le constatait Trotsky lors du congrès de Marseille qui se tint un an plus tard. « Ces survivances du passé », disait-il, se manifestent dans certains groupes par, entre autres, « une tendance à rétablir l'unité avec les réformistes », à lutter « contre une direction du parti vraiment centralisée » et « les efforts pour substituer une fédération platonique de partis nationaux à la discipline internationale d'action ». Trotsky insistait sur la nécessité « de faire un grand travail d'organisation, de purification, d'éducation, de sélection » et, pour faire contrepoids aux Cachin et autres réformistes de la direction, « de faire plus de place aux ouvriers dans le comité directeur ».

Dans les crises qui agitèrent le PC, dans les années 1923-1925, l'épuration se fit en partie sur la droite, mais surtout sur la gauche, avec l'éviction de communistes sincères en 1924 tels que Rosmer, Monatte ou Souvarine. À partir de cette époque, le PC calqua sa politique sur celle du PC soviétique et de l'Internationale aux mains de Staline, qui excluait, avant de les assassiner, les militants de la vieille garde bolchevique. En France, les militants, liés avant tout sentimentalement à l'Union soviétique et pour beaucoup dépourvus de culture marxiste, ne comprirent pas pour la plupart les enjeux de la lutte qui se menait en URSS entre les révolutionnaires et la fraction stalinienne. Le parti français suivit alors sans critique toutes les déviations de la politique stalinienne et sa trahison de toute politique révolutionnaire.

Aujourd'hui, 90 ans après le Congrès de Tours, le PCF continue de s'en revendiquer. Mais il y a bien longtemps que le parti des Cachin, Thorez, Marchais... et maintenant Pierre Laurent a tourné le dos au communisme révolutionnaire pour marcher dans les pas des réformistes que les communistes combattaient en 1920.

Marianne LAMIRAL

Vals
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Jeu 30 Déc - 0:48

Soubresauts ...

JDD, 29 Décembre 2010

Gérin, candidat "contre l’effacement" du PCF

Le PCF fête ses 90 ans. Certains de ses membres craignent "l’effacement" de ce parti, notamment en cas d’une candidature Front de gauche. Mercredi dans L’Humanité, plusieurs membres du conseil national du parti ont lancé un "Appel à une candidature communiste pour la présidentielle". Parmi les signataires : le député André Gérin. Très critique sur le Front de gauche, et pas tendre non plus avec la direction du PCF, il dit vouloir être candidat à la candidature pour la présidentielle afin de porter les couleurs communistes.


Le PCF fête ses 90 ans. Que pensez-vous des commémorations qui ont été organisées, début décembre, par le parti?
La direction ne pouvait pas faire moins. C’était le service minimum. Nous avons une équipe dirigeante qui ne croit plus en un Parti communiste de combat. Ils sont dans une situation d’adaption à la crise. Je suis pour un parti révolutionnaire de transformation.

Les dirigeants du PCF croient-ils encore dans le Parti communiste?
Pour l’essentiel, non. Je pense que c’est cela le fond du problème. On est dans une posture de parti de second rôle.

90 ans après, il y a donc, selon vous, un vrai risque d’effacement du PCF?
Bien sûr qu’il y a un risque d’effacement. Mais nous, nous considérons qu’avec la crise du capitalisme actuel il n’y a pas de raison que l’on disparaisse. Nous avons plus que jamais notre place.

Dans ces conditions, que pensez-vous du Front de gauche?
Le Front de gauche n’est pas une bonne idée. Nous ne voulons pas servir d’alibi pour Mélenchon qui roule pour le Parti socialiste. Mélenchon revendique l’héritage de Mitterrand et n’a pas un mot critique sur le bilan du gouvernement Jospin auquel il a participé. Ce qu’il faut c’est un candidat qui porte les couleurs du Parti communiste. Il faut un PC qui retrouve son autonomie et ses bases dans les milieux populaires qu’il a abandonnés.

Mais cette stratégie de Front de gauche n’a-t-elle pas déjà été tranchée?
Je ne crois pas. On demande à la direction qu’elle respecte les statuts. D’abord avec un appel à candidatures. Et, s’il y a cet appel [ndlr : qui pourrait avoir lieu lors de l’Assemblée des secrétaires de section du 8 janvier prochain], je serai candidat. Ensuite, les communistes doivent décider de quel type de candidature ils veulent à la présidentielle [ndlr: une candidature Front de gauche ou une candidature PCF]. Si les communistes sont consultés de la bonne manière, je pense qu’ils choisiront une candidature communiste.

Votre refus du Front de gauche n’est-il pas minoritaire dans le PCF?
Si je me réfère au dernier Congrès de 2008, l’opposition avait fait 40%. Que va-t-il se passer d’ici au Congrès ? Je n’en sais rien. Rien n’est écrit d’avance. Mais, je n’imagine pas une seconde qu’il n’y ait pas une candidature communiste à la présidentielle.

Le communiste André Chassaigne, lui, est déjà un candidat au sein du Front de gauche?
Pour l’instant c’est une candidature individuelle. Au-delà du respect et de l’amitié que j’ai pour lui, j’ai le sentiment que c’est est un alibi pour faire avaler celle de Mélenchon.

Et si le PCF adoubait la candidature de Jean-Luc Mélenchon, pourriez-vous vous présenter en votre nom et sans l’appui du parti?
Si c’est nécessaire, absolument. Peut-être alors que j’aurais le soutien d’une partie du parti.

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  nico37 le Jeu 30 Déc - 12:22

Bas les masques ! Un parti communiste rassembleur est maintenant possible. mardi 21 décembre 2010

Les débats entre communistes s’accélèrent et c’est bien, deux dates butoirs nous y incitent : la réunion des secrétaires de section le 8 janvier, sa préparation avec la définition du processus de désignation du candidat soutenu par le Parti Communiste aux présidentielles (c’est un choix qui relève de la stratégie mais aussi d’éléments tactiques) et la préparation du congrès de la fin du printemps.

Les puissantes luttes de classe de cet automne structurent le débat, soulignent les besoins, montrent les possibles. Deux textes circulent sur la question de la candidature et nombre de militants s’interrogent sur ce qu’ils peuvent faire pour rester maîtres en ce qui les concerne des décisions finales.

Dans mon mandat de membre du Conseil National j’ai participé ces derniers jours à quatre rencontres bien différentes quant à la forme, le fond des débats a cependant partout été le même qu’il s’agisse du bureau départemental de la fédération de l’Hérault ; d’une réunion publique réunissant à l’appel de toutes les organisations de gauche (sauf le PS) environ 250 militants à Marseille pour débattre sur les suites politiques du mouvement retraites ; d‘une initiative des "Amis de l ‘Huma" à Montpellier avec plus de 100 personnes "pour réfléchir" au 90ème anniversaire du PCF ; de l’assemblée départementale des vétérans héraultais du PCF à Frontignan.

L’identité profonde des questions posées se résume à mon appréciation par les questions suivantes :

Faut-il un parti révolutionnaire en France, comme dans chaque pays d’Europe, faut-il une nouvelle internationale ? L’Europe du capital peut-elle avoir un avenir même avec les luttes populaires ? Ce parti doit-il se réclamer du communisme ? Le parti communiste français, conservé sous cette apppellation par choix de ses militants en décembre 2007 contre les propositions de mutation émises par sa direction peut-il occuper cette place ? Comment peut-il contribuer à la reconstitution de l’unité communiste en France ? Et sera-t-il en état d’assurer sa présence dans cette élection si particulière qu’est l’élection présidentielle ? Certes dans chacun de ces lieux le vieux désir spontanément majoritaire d’un rassemblement électoral fut-il sans principe, et hélas sans autre objectif au fond que le partage de positions électorales, a occupé une place prépondérante. Ici sous le cri "Tous derrière Mélenchon candidat courageux et médiatique", là au nom de l’aspiration des 7 000 000 de travailleurs dans l’action à voir la reproduction dans la sphère politique de l’unité construite et maintenue dans la lutte quels qu’en soient contenu et niveau, ailleurs au nom de la constation simple mais simpliste " C’est trop difficile si on ne va pas à l’union dès le premier tour on sera amené à appeler à voter socialiste au second... donc autant se coucher tout de suite."

Comme toujours c’est dans la façon de se poser les questions que réside déjà la pertinence des réponses possibles.

En contradiction avec ces affirmations apparait, sur la base de la profondeur de la crise systémique, de ses conséquences inhumaines et du niveau remarquable des résistances, d’une expérience accumulée en cours d’analyse des questionnements porteurs d’une autre perspective stratégique.

Le niveau de violence requis par le maintien du taux moyen de profit est largement perçu comme insupportable dans la durée. La souffrance de masse des exploités gagne, dans toutes les couches sociales hormis la classe étroite des exploiteurs, en un mouvement d’aggravation sans commune mesure depuis plus d’un demi siècle.

La question de la possibilité d’accommodements à la marge avec le système interroge.

Restons-nous dans la même période qu’avant l’écroulement de l’Union Soviétique ou même celle des vingt dernières années pendant lesquelles le capitalisme pouvait passer pour la fin de l’histoire ?

L’explosion de la crise, le niveau élevé de la résistance ont déjà réouvert la question de la rupture avec le capitalisme et en conséquence celle de la construction de l’outil nécessaire. Parti se réclamant du communisme.

Là je constate que que dans chacune de ces quatre circonstances ce sont les communistes qui au positif montrent leurs recherches spécifiques pour ajuster mieux leur propositions aux questions de l’heure. Seuls les esprits chagrins y verront marques de divisions car sans contradictions publiquement assumées il n’y aura pas d’interventions efficaces dans l’action.

Qu’y a-t-il de commun entre la décision prise à Aubagne de choisir au premier tour des cantonales comme suppléant à la candidate première adjointe communiste, un adjoint socialiste plutôt que le camarade désigné par la section acteur important d’une lutte anticapitaliste pour l’emploi industriel dans l’usine locale du trust Unilever et la décision prise par (et appliquée avec difficulté) dans la fédération de l’Hérault de ne conclure aucun accord départemental avec aucun partenaire PG compris. La constitution nécessaire d’un Front passant dans chaque canton par le choix d’une candidature communiste et seulement après l’examen dans le cadre local du meilleur candidat pour porter le rassemblement électoral de rupture avec le capitalisme.

C’est donc bien d’un débat stratégique que nous sommes acteurs.

Les uns, bien que battus dans leur parti par le débat démocratique, s’accrochent toujours plus ou moins discrétement à l’objectif de "mutation – disparition – liquidation" accélérées ; d’autres plus nombreux font leur, l’idée de maintien d’une organisation de type parti, d’appellation communiste, mais hésitent au nom d’une "modernité à géométrie variable" à plonger dans l’analyse concrète de la situation concrète d’exploitation et retombent bien vite dans toutes les solutions passées d’union pour l’union sans objectif de rupture définis. Ce positionnement conduit quel que soit le chemin à l’acceptation de l’effacement derrière le front gauche et parfois dans le cadre d’une confusion savamment entretenue derrière le parti de gauche.

Ces masques peuvent rapidement tomber, car il se reconstitue une force militante – majoritaire à la base, c’est du moins mon appréciation – remettant à partir de l’analyse critique les stratégies en échec d’union antérieures qu’il s’agisse de l’union de la gauche, de gauche plurielle, de Cuals antilibéraux et proposant d’innover dans le cadre ouvert par les luttes de résistance.

Ils résument leur proposition stratégique, en proposant de faire en sorte que la question de la transformation des rapports de production soit posée comme question centrale, ce qui implique rupture avec le mode de production capitaliste porteur de la crise anthropique que nous vivons en ce moment, et pose la question de l’existence d’un parti communiste français, populaire, de masse, organisé dans les luttes et toutes les élections.

Point d’illusions entre nous communistes français, si les liquidateurs pressés semblent battus dans le parti réel... ce qui n’est peut être pas le cas dans toutes les directions locales, départementales, nationales – il n’en est pas de même sur la deuxième question : celle du contenu révolutionnaire à donner à aux projets politiques du PCF en ce début de siècle, et de leur articulations avec des candidatures compatibles quelles que soient les consultations électorales.

C’est l’objet du débat actuel sur la candidature communiste ou issue du parti communiste aux présidentielles. Mélenchon c’est certain ne fait pas l’affaire, non en raison de défauts ou de qualités plus ou moins visibles, mais en raison des orientations qu’il défend avec son parti. Rappellons-nous de la mise en place de F. Mitterrand par la bourgeoisie et ses médias, ne revivons-nous pas les mêmes faits… la création d’un candidat compatible ?

D’ici le congrès de juin travaillons dans le respect de nos statuts à résoudre cette question de candidature car la vie concrête nous la pose.

Quel que soit le résultat nous savons qu’il nous faut créer les conditions nationales permettant de sortir de la course à l’émiettement communiste allègrement poursuivie depuis 20 ans. C’est elle entre autres qui nous a amenés au niveau d’étiage de 1,95 % aux présidentielles, seul le renouveau d’une force communiste rassemblée ouvrira la voie du succès dans les élections et dans les luttes. Tous les les communistes de France y aspirent.

Pas de victoire possible sans rassemblement populaire,

Pas de rassemblement populaire possible sans réunion de la force communiste

Pas de rassemblement de la force communiste française sans théorie et organisation communistes clairement identifiables dans les luttes et à chaque élection.

Paul Barbazange Secrétaire de la section de Béziers

nico37

Messages : 7047
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  verié2 le Jeu 30 Déc - 16:19

Gérin, candidat "contre l’effacement" du PCF

Un véritable symbole de l'état de déliquescence idéologique et organisationnelle du PCF ! Ce personnage, qui vient de se faire remarquer par sa démagogie xénophobe, ultra-chauvine et sécuritaire, qui fricote avec la droite de la droite (Raoult), qui s'est vu confier la gestion de la commission parlementaire sur le voile intégral aux côtés dudit Raoult et d'autres personnalités encore moins ragoutantes, ose se présenter comme le continuateur des traditions communistes. Et surtout sans que ça suscite immédiatement un tollé, alors que la dignité élémentaire aurait exigé que Gérin soit exclu du parti - même le PS a fini par exclure Frèche !

C'est pitoyable, et j'ai honte pour les nombreux militants sincères du PCF qui doivent supporter ce démagogue réactionnaire.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  BouffonVert72 le Ven 31 Déc - 0:43

Quelle plaie ce Gerin ! Evil or Very Mad

Et quel imbécile surtout : le PC tout seul a fait 1.95 % tandis que le Front de Gauche a fait aux élections suivantes des scores intéressants, et sa conclusion : "le FdG n'est pas une bonne idée" ! Laughing

C'est la stratégie de ce genre d'inconscients qui a failli éradiquer le PCF, voire toute une branche du communisme ! Mad

Je ne relèverais même pas ce qu'il a osé dire de Mélenchon... Tellement pathétique ! (malheureusement certains gauchistes vont reprendre ses conneries et vont essayer de les propager...). No

Le Front de Gauche est tout simplement ZE idée ! C'est l'un des derniers espoirs pour abattre le Kapita£i$m€ dans ce pays !


BV72 ki/ Gerin, c'est toi le miterrandien ! tongue
BouffonVert72
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 47
Localisation : sur mon réformiste planeur

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  verié2 le Ven 31 Déc - 11:15

Bouffon Vert
Je ne relèverais même pas ce qu'il a osé dire de Mélenchon... Tellement pathétique ! (malheureusement certains gauchistes vont reprendre ses conneries et vont essayer de les propager...)
Non, Bouffon. Les gauchistes n'ont pas besoin de Gérin pour se faire un point de vue sur Mélenchon. D'autant que ces deux politiciens, même s'ils ont des origines différentes - les Lambertistes puis le PS pour l'un, le PCF dans sa tradition nationalo-stalinienne pour l'autre - ont pas mal de points en commun : le nationalisme, une défense de la laicité qui frise la xénophobie, la démagogie populiste.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Copas le Ven 31 Déc - 12:41

Exactement, on hésite sur la façon de qualifier ce désir de croire forcené de notre bouffon ...

Melenchon se suffit à lui tout seul pour constater ce qu'il dit et également ce qu'il ne dit pas. Ce qu'il fait, et ne fait pas. Le regard qu'il porte sur ses actes et son absence de critique sérieuse du passé.

Et c'est déjà bien lourd.

Pour ce qui est du PCF, la séquence électorale va lui servir à nouveau à sectariser ses militants contre la gauche révolutionnaire (les calomnies ont recommencé, etc), et de survivre plus loin.

Mais nous ne sommes pas plus avancés sur les objectifs fondamentaux et comment y arriver.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Ven 31 Déc - 14:51

...pas besoin de Gérin pour se faire un point de vue sur Mélenchon. D'autant que ces deux politiciens, même s'ils ont des origines différentes - les Lambertistes puis le PS pour l'un, le PCF dans sa tradition nationalo-stalinienne pour l'autre - ont pas mal de points en commun : le nationalisme, une défense de la laicité qui frise la xénophobie, la démagogie populiste...

Plus que des "points communs" c'est un socle, un ciment commun:
la défense de sa position de politicien professionnel dans le système, dans le capitalisme.
Le verbe haut, dans les deux cas, n'est que du "programme" au sens réformiste, cad de la "com".
Ils l'ont démontré dans les faits comme pilier (Mélanchon PS) ou en appuyant (Gérin PC) des gouvernements bourgeois.

Evidemment Gérin essaie maintentant de se faire une virginité...
quand Mélanchon fait la grande bêtise de se revendiquer de Mitterrand.
Il a le grand défaut, pour un haut voltigeur de l'oportunisme, d'être têtu...
On va bien rigoler si il est candidat, car Mitterrand image parfaite de l'opportunisme,
va lui sauter au nez comme un feu de ses artifices...

Le socle commun, la défense dans les actes du capitalisme (le fameux cambouis),
est si fort que lorsque Mélanchon a déclaré à la TV qu'il ne soutenait pas la grève générale et lancé le référendum,
j'ai immédiatement eu un haut le coeur car ressenti la grande trahison historique de ces mêmes réformistes,
qui en 68 ont, avec tous les partis bourgeois, détourné le mouvement dans les élections de Juin.

Bref, souhaitons que les deux soient candidats pour qu'on rigole...
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  verié2 le Ven 31 Déc - 16:08

Roseau
Plus que des "points communs" c'est un socle, un ciment commun:
Il existe différentes variantes de l'idéologie bourgeoise, et par conséquent de la façon de défendre le système tout en faisant de la démagogie et d'avoir pour aspiration de le gérer, ou du moins d'obtenir un strapontin dans un gouvernement. Mais, je suis d'accord : ces deux-là ont un socle idéologique en commun. Ce qui explique d'ailleurs le relatif succès de Mélenchon auprès d'une partie du PCF.

Mais, s'il se revendique de Mitterrand, ce que j'ignorais, il va en effet braquer les milieux PCF qui ont toujours détesté l'homme qui a fait exécuter Fernand Yveton et proclamé "L'Algérie c'est la France". Cette erreur tactique me surprend...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Duzgun le Ven 31 Déc - 16:20

verié2 a écrit:Mais, s'il se revendique de Mitterrand, ce que j'ignorais
Je confirme que Mélenchon se revendique de Mitterrand. Je sais pas par contre si c'est ça qui braque le plus les "orthodoxes" du PCF ou autre chose...
Duzgun
Duzgun

Messages : 1628
Date d'inscription : 27/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Roseau le Ven 31 Déc - 16:54


@ Vérié
Ca m'a surpris moi aussi quand j'ai commencé à m'intéresser au candidat Mélanchon.
La plupart des complices ont pris des distances, lâches mais habiles, mais Mélanchon, non.
J'y vois un caractère têtu, et c'est ce qui va le perdre.
Il y a des tonnes de forfaitures dont Mélanchon se rend ainsi complice,
de l'assassinat du camarade heroîque Yveton, jusqu'au massacres de dizaines de milliers de Malgaches.
Et, puis cerise sur le gateau, 14 ans de bons et loyaux services du capital.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Parti Communiste Français - Page 2 Empty Re: Parti Communiste Français

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 40 Précédent  1, 2, 3 ... 21 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum