Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
ASOS : Jusqu’à -75% sur 1000 looks Homme
Voir le deal
Le Deal du moment : -37%
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
Voir le deal
16.99 €

Colère en Bretagne

Page 12 sur 22 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 17 ... 22  Suivant

Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Roseau le Ven 15 Nov - 13:29

[quote="Achille"]
verié2 a écrit:
Il n'ont toujours pas expliqué comment une situation de "grêve générale" pouvait être stoppée par un manifestation de 700 personnes, c'est toujours difficile d'expliquer une hallucination...
Personne n'a jamais prétendu que c'est le flop de la manif des bureaucrates
à Carhaix qui freine la convergence des luttes.
C'est leur manip pour diviser, retarder la convergence des travailleurs en lutte.

Comme toujours, c'est leur volonté de freiner la lutte des classes
au profit de la lutte des places dans la république bourgeoise.
Tout comme en 36 ou en 68.

Et plus récemment en 2010 leur sabotage du mouvement pour sauver nos retraites,
le pompon revenant déjà à l'admirateur de Mitterrand,
JLM, condamnant les appels à la GG et appelant à un référendum.
Le "business as usual"...des politiciens professionnels.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Ven 15 Nov - 13:48

verié2 a écrit:
J'espère tout de même que Mykha ne prend pas le chemin de Achille et Duhring qui soutiennent la politique du Front de Gauche et des directions syndicales en dénigrant la manif de Quimper par tous les moyens. On attend d'ailleurs toujours de leur part une condamnation claire des propos insultants de Mélenchon contre les travailleurs.
Ah bon, un soutien des directions du FdG et de la CGT ? Je te mets au défi de présenter une quelconque intervention de ma part dans ce sens là !
Quand on affirme quelque chose, le moins qu'on puisse faire c'est d'en apporter la preuve, ou alors on ne vaut pas mieux que les plumitifs de la bourgeoisie.
Je répète encore une fois le sens de mon intervention : soit on estime pouvoir peser sur le cours des évènements comme le prétend Copas et on s'en donne les moyens (surtout dans une situation où le champ était libre de toute manoeuvre politico-syndicale hormis celle de la droite, un cas extrèmement rare et qui risque de ne plus se reproduire), soit on reste chez soi comme LO. Le NPA a choisi une solution intermédiaire à Quimper en alignant quelques maigres sections sur une base de 2000 ou 3000 militants face à une petite-bourgeoisie relativement faible numériquement en face. C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
Mais continue à croire à un soutien imaginaire aux directios syndicales et politiques de ma part, si ça te fait plaisir et te permet de mieux vivre un NPA largement fantasmé, pourquoi pas !
De plus, cette façon que tu as de tenter de te raccrocher à LO est pitoyable, un coup l'encensant sur une virgule, un coup l'incendiant sur Mercier ; tu en deviens pitoyable. Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  verié2 le Ven 15 Nov - 14:30

Duhring
Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.
Le dernier article me semble plus négatif que cela, mais comme il y a des nuances voire des différences entre les divers articles de LO, notamment sur l'écotaxe comme je l'ai déjà signalé, difficile de se faire une religion.
cette façon que tu as de tenter de te raccrocher à LO
Je n'ai nul besoin de me "raccrocher" à LO, car ce qui a été écrit par le NPA et dit Par Poutou me semble tout à fait juste. Mais LO est une composante majeure de l'extrême-gauche, donc ce que LO écrit m'intéresse évidemment...

J'attends toujours néanmoins une condamnation claire et nette des propos de Mélenchon...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Copas le Ven 15 Nov - 14:35

Eugene Duhring a écrit:
verié2 a écrit:
J'espère tout de même que Mykha ne prend pas le chemin de Achille et Duhring qui soutiennent la politique du Front de Gauche et des directions syndicales en dénigrant la manif de Quimper par tous les moyens. On attend d'ailleurs toujours de leur part une condamnation claire des propos insultants de Mélenchon contre les travailleurs.
Ah bon, un soutien des directions du FdG et de la CGT ? Je te mets au défi de présenter une quelconque intervention de ma part dans ce sens là !
Quand on affirme quelque chose, le moins qu'on puisse faire c'est d'en apporter la preuve, ou alors on ne vaut pas mieux que les plumitifs de la bourgeoisie.
Je répète encore une fois le sens de mon intervention : soit on estime pouvoir peser sur le cours des évènements comme le prétend Copas et on s'en donne les moyens (surtout dans une situation où le champ était libre de toute manoeuvre politico-syndicale hormis celle de la droite, un cas extrèmement rare et qui risque de ne plus se reproduire), soit on reste chez soi comme LO. Le NPA a choisi une solution intermédiaire à Quimper en alignant quelques maigres sections sur une base de 2000 ou 3000 militants face à une petite-bourgeoisie relativement faible numériquement en face. C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
Mais continue à croire à un soutien imaginaire aux directios syndicales et politiques de ma part, si ça te fait plaisir et te permet de mieux vivre un NPA largement fantasmé, pourquoi pas !
De plus, cette façon que tu as de tenter de te raccrocher à LO est pitoyable, un coup l'encensant sur une virgule, un coup l'incendiant sur Mercier ; tu en deviens pitoyable. Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.
Il est exact que trouver un soutien aux directions du FdG et de la CGT de la part de Duhring est effectivement pas simple car il ne procède pas ainsi mais autrement en attaquant tous ceux qui critiquent ces directions, c'est donc beaucoup plus filandreux.
Dans ce qu'il reconnait là sur la question de Quimper c'est qu'il y avait présence d'une petite bourgeoisie relativement faible dans cette grosse manif (par rapport à ce qu'est la Bretagne et cette ville). C'est déjà un progrès...
Qui va d'ailleurs tout à fait dans le sens de ce que je disais en riant sur des directions syndicales entourées de milliers de travailleurs qui déguerpissent parce qu'il y a quelques centaines de petits patrons et paysans qui viennent (par ailleurs avec raison sur ce qu'est concrètement l'écotaxe).
Dans son décompte (il y a le NPA il y a la petite-bourgeoisie) il y a toujours un absent : les travailleurs qui étaient mobilisés là contre les licenciements, le gros de la troupe, des cortèges d'entreprise, des sections syndicales et un certain nombre d'orgas dans le champ du mvt oiuvrier (FO, etc).
Occulter le gros de la troupe, ce casse-pied de prolétariat urbain, cela permet de dérouler un discours abstrait.

Sur la question du NPA il n'a pas totalement tord sur la capacité de mobilisation du parti. Toutefois, cette situation ne vient pas des événements mais du terrain concédé par le NPA lors de la période où celui-ci à draguer les vieux caïmans du FdG. Les racines de cette politique ne sont pas extirpées totalement du NPA et les conséquences continuent de courir : une orga qui se reconstitue dans le feu des batailles sociales mais qui a encore beaucoup de chemin à parcourir.
Toutefois, cette orga a sainement et remarquablement réagit dans cette histoire bretonne et le NPA de la région a fait un bon boulot. Quand on voit le désastre à côtés du parti des lièvres et des lapins de garennes, le rôle pro-gouvernemental des directions de la CGT et de la FSU, il y a là une différence considérable.

Dans cette histoire, nos camarades sur place ne doivent pas oublier de recruter sur leur travail et leur reconnaissance par les équipes de travailleurs en lutte dans leurs entreprises. A eux de trouver des modalités organisationnelles politiques pour constituer des groupes de travailleurs révolutionnaires, et à eux également de tenter de favoriser avec d'autres militants, syndicats de base, des médiations organisationnelles de masse, en place, pour offrir enfin une alternative unitaire organisationelle de masse du mvt ouvrier.
Il y a donc deux réponses organisationnelles qui se nourrissent l'une de l'autre dans le mouvement populaire : Construire des groupes de travailleurs révolutionnaires et construire des formes unitaires organisationnelles de masse alternatives aux vieilles directions bureaucratisées et vendues au gouvernement des patrons et à l'état, ses prébendes.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  gérard menvussa le Ven 15 Nov - 15:10

Quelques interventions de Duhrin :
C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
Je trouve cette critique juste.
Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.
Et sur le 1° décembre un silence opportuniste sur la nature de cette manifestation Point.
Ah bon, un soutien des directions du FdG et de la CGT ? Je te mets au défi de présenter une quelconque intervention de ma part dans ce sens là !
Je serais bien en peine de trouver une critique des directions du fdg et de la cgt vis a vis des modalités pratiques de la lutte.
Pour copas, maintenant :
Toutefois, cette situation ne vient pas des événements mais du terrain concédé par le NPA lors de la période où celui-ci à draguer les vieux caïmans du FdG.
Non : c'est au contraire notre incapacité organsationnelle qui nous améne a "draguer les vieux caimans". Qui eux, savent "organiser la classe", même si c'est pour d'autres objectifs que nous...
une alternative unitaire organisationelle de masse
Si c'est unitaire, il faut dire avec qui.


gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Copas le Ven 15 Nov - 15:38

gérard menvussa a écrit:Quelques interventions de Duhrin :
C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
Je trouve cette critique juste.
Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.
Et sur le 1° décembre un silence opportuniste sur la nature de cette manifestation Point.
Ah bon, un soutien des directions du FdG et de la CGT ? Je te mets au défi de présenter une quelconque intervention de ma part dans ce sens là !
Je serais bien en peine de trouver une critique des directions du fdg et de la cgt vis a vis des modalités pratiques de la lutte.
Pour copas, maintenant :
Toutefois, cette situation ne vient pas des événements mais du terrain concédé par le NPA lors de la période où celui-ci à draguer les vieux caïmans du FdG.
Non : c'est au contraire notre incapacité organsationnelle qui nous améne a "draguer les vieux caimans". Qui eux, savent "organiser la classe", même si c'est pour d'autres objectifs que nous...
une alternative unitaire organisationelle de masse
Si c'est unitaire, il faut dire avec  qui.


Les coordinations d'infirmières étaient-elles des alternatives unitaires de masse aux directions bureaucratiques syndicales ?
Quand je parle d'unité et d'unitaire, je parle toujours de la classe ouvrière au sens moderne du mot , cela peut comprendre des orgas pré-existantes syndicales....ou pas.
L'unité de la classe ouvrière ne passe pas forcement par l'alliance avec des bureaucraties. Beaucoup de moutures sont possibles. Le paysage des batailles sociales en Europe du sud nous montrent de multiples formes possibles. Ce qu'on connait c'est la crise et la fragmentation des orgas ouvrières de masse.
Dans les conflits actuels dus à des licenciements on voit de tout pour ce qui est des orgas de masse et ça part souvent du syndicat majo dans la boite (en Bretagne se fut souvent FO dans les boites qui ont balancé). Et ce qui fut fait à un niveau inter-entreprises furent des comités ouverts, en Italie, ce fut le travail depuis longtemps enclenché par des syndicats dits de base qui ont esquissés une alternative organisationelle unitaire de masse.
Dans la santé de la région de Madrid des AG de masse des travailleurs.

Bien malin qui peut être certain d'un chemin naturel et aisé vers des alternatives unitaires organisationelles de masse. Mais c'est bien une des premières questions de la crise actuelle des orgas de masse du mvt ouvrier en France. Et la solution ne passe pas pour moi par la recherche d'une opposition politique de gauche au gouvernement en galopant après le FdG, celle-ci est secondaire.

Sur la question du NPA, au départ ce qui fait les gentillesses au FdG n'est pas la faiblesse organisationnelle mais le regard porté arriéré sur les partis du FdG, des travers réformistes dans une partie du NPA et le manque de confiance dans la force d'un parti, le refus de traiter sérieusement des questions de construction d'un parti populaire. Ces élements et cette orientation égorgent rapidement les possibilités de développement du NPA .
Ces questions demeurent .


Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Ven 15 Nov - 20:24

Copas a écrit:
Eugene Duhring a écrit:
verié2 a écrit:
J'espère tout de même que Mykha ne prend pas le chemin de Achille et Duhring qui soutiennent la politique du Front de Gauche et des directions syndicales en dénigrant la manif de Quimper par tous les moyens. On attend d'ailleurs toujours de leur part une condamnation claire des propos insultants de Mélenchon contre les travailleurs.
Ah bon, un soutien des directions du FdG et de la CGT ? Je te mets au défi de présenter une quelconque intervention de ma part dans ce sens là !
Quand on affirme quelque chose, le moins qu'on puisse faire c'est d'en apporter la preuve, ou alors on ne vaut pas mieux que les plumitifs de la bourgeoisie.
Je répète encore une fois le sens de mon intervention : soit on estime pouvoir peser sur le cours des évènements comme le prétend Copas et on s'en donne les moyens (surtout dans une situation où le champ était libre de toute manoeuvre politico-syndicale hormis celle de la droite, un cas extrèmement rare et qui risque de ne plus se reproduire), soit on reste chez soi comme LO. Le NPA a choisi une solution intermédiaire à Quimper en alignant quelques maigres sections sur une base de 2000 ou 3000 militants face à une petite-bourgeoisie relativement faible numériquement en face. C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
Mais continue à croire à un soutien imaginaire aux directios syndicales et politiques de ma part, si ça te fait plaisir et te permet de mieux vivre un NPA largement fantasmé, pourquoi pas !
De plus, cette façon que tu as de tenter de te raccrocher à LO est pitoyable, un coup l'encensant sur une virgule, un coup l'incendiant sur Mercier ; tu en deviens pitoyable. Sur Quimper LO est parfaitement clair : un soutien aux travailleurs et une défiance sur la nature de cette manifestation. Point.
Il est exact que trouver un soutien aux directions du FdG et de la CGT de la part de Duhring est effectivement pas simple car il ne procède pas ainsi mais autrement en attaquant tous ceux qui critiquent ces directions, c'est donc beaucoup plus filandreux.
Pour faire une réponse groupée Vérié et toi : je préfère gagner mon temps à organiser plutôt qu'à le perdre à dénoncer inlassablement des bureaucraties syndicales et politiques ou des individus réformistes (JLM, Laurent par exemple) au mieux, où la très grande majorité des interventions est à pleurer sinon à grincer surtout sur un forum. J'ai autre chose à foutre que de reprendre une à une leurs déclarations pour démontrer ce que l'écrasante majorité des forumeurs connaissent. Chacun sa marotte. Libre à vous de faire cet exercice inlassable mais totalement vain voire même contre-productif. Je préfère dans la vie quotidienne un dosage de ces critiques, au moment opportun. Certains y verront une adaptation aux directions réformistes, grand bien leur fasse mais on comparera les bilans. Ce bilan on le connait depuis un paquet d'année où trois organisations trotskystes se sont cassées les dents à éreinter les réformistes de leurs critiques incessantes sans avoir comptabilisé un seul point, ni étendu leur surface militante ou sympathisante. Le marxisme c'est aussi partir de la réalité du terrain.
Copas a écrit:
Dans ce qu'il reconnait là sur la question de Quimper c'est qu'il y avait présence d'une petite bourgeoisie relativement faible dans cette grosse manif (par rapport à ce qu'est la Bretagne et cette ville). C'est déjà un progrès...
Qui va d'ailleurs tout à fait dans le sens de ce que je disais en riant sur des directions syndicales entourées de milliers de travailleurs qui déguerpissent parce qu'il y a quelques centaines de petits patrons et paysans qui viennent (par ailleurs avec raison sur ce qu'est concrètement l'écotaxe).
Dans son décompte (il y a le NPA il y a la petite-bourgeoisie) il y a toujours un absent : les travailleurs qui étaient mobilisés là contre les licenciements, le gros de la troupe, des cortèges d'entreprise, des sections syndicales et un certain nombre d'orgas dans le champ du mvt oiuvrier (FO, etc).
Occulter le gros de la troupe, ce casse-pied de prolétariat urbain, cela permet de dérouler un discours abstrait.
J'habite à l'autre bout de la France. Quand plusieurs intervenants me donnent des versions à peu près similaires, j'en conclus qu'il doit y avoir une bonne partie de vrai. Con mais avec des limites !
Occulter le gros de la troupe ? C'est à moi que s'adresse cette pique ? Bon, on peut être super nul en math mais être capable de faire cette soustraction : à peu près 30000 - à peu près 300 petits bourgeois = à peu près 29 000 prolos actifs ou retraités. Faut aussi que je détaille le sexe, la couleur, la taille des oreilles, ... ?
Copas a écrit:
Sur la question du NPA il n'a pas totalement tord sur la capacité de mobilisation du parti. Toutefois, cette situation ne vient pas des événements mais du terrain concédé par le NPA lors de la période où celui-ci à draguer les vieux caïmans du FdG. Les racines de cette politique ne sont pas extirpées totalement du NPA et les conséquences continuent de courir : une orga qui se reconstitue dans le feu des batailles sociales mais qui a encore beaucoup de chemin à parcourir.
Ah tiens je ne serai pas totalement con. Certaines de mes critiques seraient justes. Et bien je profite de ce moment d'unité de vue partielle pour en rajouter une couche : le NPA c'est la continuité de la LCR, avec des tares rédhibitoires dont le sens aigu de l'inorganisation et du dilettantisme est une marque de fabrique !
Copas a écrit:
Dans cette histoire, nos camarades sur place ne doivent pas oublier de recruter sur leur travail et leur reconnaissance par les équipes de travailleurs en lutte dans leurs entreprises. A eux de trouver des modalités organisationnelles politiques pour constituer des groupes de travailleurs révolutionnaires, et à eux également de tenter de favoriser avec d'autres militants, syndicats de base, des médiations organisationnelles de masse, en place, pour offrir enfin une alternative unitaire organisationelle de masse du mvt ouvrier.
Il y a donc deux réponses organisationnelles qui se nourrissent l'une de l'autre dans le mouvement populaire : Construire des groupes de travailleurs révolutionnaires et construire des formes unitaires organisationnelles de masse alternatives aux vieilles directions bureaucratisées et vendues au gouvernement des patrons et à l'état, ses prébendes.
Voir mon intervention précédente et le bilan désastreux de 3 années de construction du NPA !

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  verié2 le Ven 15 Nov - 20:39

Duhring
je préfère gagner mon temps à organiser plutôt qu'à le perdre à dénoncer inlassablement des bureaucraties syndicales et politiques ou des individus réformistes
Tu passes tout de même pas mal de temps à critiquer inlassablement le NPA et divers intervenants de ce forum...Very Happy 

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Ven 15 Nov - 20:55

Bon, pour les dernières nouvelles, la prochaine manif "Bonnets Rouges" se passera à Carhaix le 30. Je pense que le comité veut contrôler plus les troupes, et éviter les infiltrations indésirables.De plus le site des Vieilles Charrues est assez adapté en cas de grosses foules.
Par contre les directions FO se tirent du truc, il semble que les responsables proches du POI ou de la FA aient beaucoup de mal à supporter les drapeaux bretons Seront-ils suivis par leurs adhérents ?
Il y aura des manifs intersyndicales au niveau des départements avec tous les syndicats sauf FO, pour un volet social dans le Pacte pour l'Avenir. FO considère cette manif comme un soutien au gouvernement (pas faux) et en fer une autre ce jour-là.
La situation est intéressante, le problème est l'absence totale d'initiative coté travailleurs. L'affolement du Ps, du FDG, du FN ou de l'UMP sont assez rigolos à voir.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Ven 15 Nov - 21:19

verié2 a écrit:
Duhring
je préfère gagner mon temps à organiser plutôt qu'à le perdre à dénoncer inlassablement des bureaucraties syndicales et politiques ou des individus réformistes
Tu passes tout de même pas mal de temps à critiquer inlassablement le NPA et divers intervenants de ce forum...Very Happy 
Les phraseurs, les poseurs me filent de boutons surtout quand ils s'épargnent une critique tout aussi acerbe et incessante de leur propre organisation.
Tu remarqueras que je suis moins prolixe quand il s'agit de LO. Au moins eux agissent sans verser dans l'exhortation perpétuelle. Et pourtant je classe LO dans ces vieilles organisations trotskystes percluses de tares tout aussi rédhibitoires mais d'un autre genre. Si je me suis barré du CCI puis du POI c'est aussi en raison de ces critiques quotidiennes vis à vis des directions réformistes, en évitant soigneusement FO, Schivardi et ses déclarations à l'emporte-pièce et en se décernant dans le même temps des autosatisfecit.
Il s'agit d'un forum et comme tout un chacun je choisis quand, comment et sous quelle forme j'interviens.

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Ven 15 Nov - 21:22

yannalan a écrit:Bon, pour les dernières nouvelles, la prochaine manif "Bonnets Rouges" se passera à Carhaix le 30. Je pense que le comité veut contrôler plus les troupes, et éviter les infiltrations indésirables.De plus le site des Vieilles Charrues est assez adapté en cas de grosses foules.
Par contre les directions FO se tirent du truc, il semble que les responsables proches du POI ou de la FA aient beaucoup de mal à supporter les drapeaux bretons Seront-ils suivis par leurs adhérents ?
Il y aura des manifs intersyndicales au niveau des départements avec tous les syndicats sauf FO, pour un volet social dans le Pacte pour l'Avenir. FO considère cette manif comme un soutien au gouvernement (pas faux) et en fer une autre ce jour-là.
La situation est intéressante, le problème est l'absence totale d'initiative coté travailleurs. L'affolement du Ps, du FDG, du FN ou de l'UMP sont assez rigolos à voir.
FO agit en fonction de ses intérêts et de rien d'autre.
Tu parles d'affolement des partis mais dans quel sens, pour quelles raisons ?

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  FirstQuarterStorm le Ven 15 Nov - 22:04

"Esclave", "identitaire", chouan, cul-terreux arriéré de service : pour paraphraser Césaire, "n'allez pas le répéter, mais le Breton il vous EMMERDE"

Comme il fallait s'y attendre (bien que nous ayons apparemment été les seuls), cela n'a pas loupé. Il n'aura pas fallu beaucoup plus que quelques gwenn ha du (le fameux drapeau national) hissés bien haut, quelques slogans dans cet horrible baragouin (bara ha gwin = pain et vin) de brezhoneg, et des bonnets rouges évoquant une révolte de 1675 contre le centralisme francimand du bon Roi Soleil, pour voir (re)surgir tous les stéréotypes, toutes les caricatures et les insultes contre le Peuple (ouvriers, employés, petits paysans, indépendants ou micro-employeurs) de Bretagne. Le Breton de 1913, de la 3e République du petit père Combes et du "tigre" Clemenceau, était un cul-terreux bigot défilant en procession, cierge et crucifix en main, derrière son curé et son châtelain. Le Breton de 2013 est un "esclave" défilant bonnet rouge sur la tête et gwenn ha du au vent (porté par un cochon) sous les vociférations de son patron-du-Medef-anti-écotaxe. Dans les deux cas, un abruti incapable de la moindre conscience autonome de ses intérêts de classe.

http://servirlepeuple.over-blog.com/article-esclave-identitaire-chouan-cul-terreux-arriere-de-service-pour-paraphraser-cesaire-n-allez-pas-le-re-121078445.html

Colère en Bretagne - Page 12 Breizh_gwenhadu_komunour

FirstQuarterStorm

Messages : 155
Date d'inscription : 18/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Prado le Sam 16 Nov - 11:51

Eugene Duhring a écrit:
.Je répète encore une fois le sens de mon intervention : soit on estime pouvoir peser sur le cours des évènements comme le prétend Copas et on s'en donne les moyens (surtout dans une situation où le champ était libre de toute manoeuvre politico-syndicale hormis celle de la droite, un cas extrèmement rare et qui risque de ne plus se reproduire), soit on reste chez soi comme LO. Le NPA a choisi une solution intermédiaire à Quimper en alignant quelques maigres sections sur une base de 2000 ou 3000 militants face à une petite-bourgeoisie relativement faible numériquement en face. C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
D'après les témoignages que j'ai lus, ma conclusion est qu'il aurait fallu que le NPA imprime plus de tracts ! Quant à envoyer un grand nombre de militants d'autres régions à Quimper, je trouve cette idée plutôt farfelue. A quoi cela servirait-il de donner aux manifestants de Quimper et à la presse l'illusion que le NPA breton est une force importante si la baudruche se dégonfle le lendemain et que le grand NPA de Bretagne est ensuite incapable de peser dans les rapports de force ? Cela, ce serait du dilettantisme et une politique de gribouille.
De toute manière, le nombre de militants du NPA présents à Quimper est vraiment un détail. Dans cette affaire,  les problèmes politiques sont ailleurs et ne manquent pas. L'un d'eux, et non le moindre, est le fait que les manifestants auront retenu que l'essentiel du mouvement ouvrier et des force syndicales était absent de Quimper. Quoi qu'ils fassent, le NPA, les Alternatifs et quelques syndicats ne pouvaient pas effacer cela. Cependant il s'agit non de groupes propagandistes mais d'organisations et de militants ayant malgré tout une certaine implantation locale et des liens avec les travailleurs en lutte, dont beaucoup étaient présents. Rester à la maison n'aurait donc fait qu'aggraver la débâcle du mouvement ouvrier.

Prado

Messages : 1274
Date d'inscription : 02/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  verié2 le Sam 16 Nov - 12:21

Duhring
Les phraseurs, les poseurs me filent de boutons surtout quand ils s'épargnent une critique tout aussi acerbe et incessante de leur propre organisation.
(...)
Il s'agit d'un forum et comme tout un chacun je choisis quand, comment et sous quelle forme j'interviens.
Mais tu n'es pas le moins phraseur, loin de là !Very Happy Tu connais l'histoire de la paille et la poutre...

Le problème n'est pas tellement de savoir si untel "phrase" ou non, mais de savoir s'il phrase pour dire quoi. Toi, tu nous a dit avoir rejoint le Front de gauche. Il est donc logique que tu consacres peu de "phrases" pour le critiquer et pour critiquer les directions syndicales, et que tu en consacres davantage pour démolir l'extrême-gauche. Quant à ton indulgence à l'égard de LO, à ta façon d'en parler, elle fleure le mépris absolu.

Ton reproche adressé au NPA de ne pas avoir envoyé davantage de militants est tout simplement absurde. Poutou est venu sur place, a été parfaitement visible et s'est exprimé (très bien) dans les médias. Ensuite, c'est aux camarades locaux d'agir avec les travailleurs en lutte, ou en leur direction, pour favoriser une convergence de ces luttes sur des positions de classe, en Bretagne comme à l'échelle nationale.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Sam 16 Nov - 12:24

Prado a écrit:
Eugene Duhring a écrit:
.Je répète encore une fois le sens de mon intervention : soit on estime pouvoir peser sur le cours des évènements comme le prétend Copas et on s'en donne les moyens (surtout dans une situation où le champ était libre de toute manoeuvre politico-syndicale hormis celle de la droite, un cas extrèmement rare et qui risque de ne plus se reproduire), soit on reste chez soi comme LO. Le NPA a choisi une solution intermédiaire à Quimper en alignant quelques maigres sections sur une base de 2000 ou 3000 militants face à une petite-bourgeoisie relativement faible numériquement en face. C'est une de ses tares, ne pas se donner les moyens d'organisation à la hauteur des enjeux. Le NPA c'est la continuité de la LCR rien n'a évolué depuis sur ce plan.
D'après les témoignages que j'ai lus, ma conclusion est qu'il aurait fallu que le NPA imprime plus de tracts ! Quant à envoyer un grand nombre de militants d'autres régions à Quimper, je trouve cette idée plutôt farfelue. A quoi cela servirait-il de donner aux manifestants de Quimper et à la presse l'illusion que le NPA breton est une force importante si la baudruche se dégonfle le lendemain et que le grand NPA de Bretagne est ensuite incapable de peser dans les rapports de force ? Cela, ce serait du dilettantisme et une politique de gribouille.
De toute manière, le nombre de militants du NPA présents à Quimper est vraiment un détail. Dans cette affaire,  les problèmes politiques sont ailleurs et ne manquent pas. L'un d'eux, et non le moindre, est le fait que les manifestants auront retenu que l'essentiel du mouvement ouvrier et des force syndicales était absent de Quimper. Quoi qu'ils fassent, le NPA, les Alternatifs et quelques syndicats ne pouvaient pas effacer cela. Cependant il s'agit non de groupes propagandistes mais d'organisations et de militants ayant malgré tout une certaine implantation locale et des liens avec les travailleurs en lutte, dont beaucoup étaient présents. Rester à la maison n'aurait donc fait qu'aggraver la débâcle du mouvement ouvrier.
Curieuse façon de voir les choses que de vouloir lui donner un caractère régionaliste en restreignant la responsabilité d'une manifestation à une ou des sections locales ! S'agit-il des intérêts de la classe ouvrière prise dans son ensemble ou des intérêts locaux d'une fraction de celle-ci ? Le grand NPA de Bretagne ? Quelle drôle trouvaille que celle-là !

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Eugene Duhring le Sam 16 Nov - 12:27

verié2 a écrit:
Duhring
Les phraseurs, les poseurs me filent de boutons surtout quand ils s'épargnent une critique tout aussi acerbe et incessante de leur propre organisation.
(...)
Il s'agit d'un forum et comme tout un chacun je choisis quand, comment et sous quelle forme j'interviens.
Mais tu n'es pas le moins phraseur, loin de là !Very Happy Tu connais l'histoire de la paille et la poutre...

Le problème n'est pas tellement de savoir si untel "phrase" ou non, mais de savoir s'il phrase pour dire quoi. Toi, tu nous a dit avoir rejoint le Front de gauche. Il est donc logique que tu consacres peu de "phrases" pour le critiquer et pour critiquer les directions syndicales, et que tu en consacres davantage pour démolir l'extrême-gauche. Quant à ton indulgence à l'égard de LO, à ta façon d'en parler, elle fleure le mépris absolu.

Ton reproche adressé au NPA de ne pas avoir envoyé davantage de militants est tout simplement absurde. Poutou est venu sur place, a été parfaitement visible et s'est exprimé (très bien) dans les médias. Ensuite, c'est aux camarades locaux d'agir avec les travailleurs en lutte, ou en leur direction, pour favoriser une convergence de ces luttes sur des positions de classe, en Bretagne comme à l'échelle nationale.
Je n'ai pas rejoint le front de gauche. Où as-tu vu qu'il y avait une carte d'adhérent au FdG ? Il était dans le panier de la mariée, j'en hérite donc. Point.
Camarades locaux ? Comme Mercier à qui tu reproches le fait qu'il n'est pas voulu (parvenu ?) à étendre le mouvement plus largement ?

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  verié2 le Sam 16 Nov - 13:08

Eugene Duhring
Camarades locaux ? Comme Mercier à qui tu reproches le fait qu'il n'est pas voulu (parvenu ?) à étendre le mouvement plus largement ?
Il me semble en effet que la tâche de l'heure est d'agir dans la mesure de ses moyens pour une convergence des luttes. Il y a de quoi enrager de voir ces travailleurs combatifs et révoltés se battre usine par usine et partir chaque fois avec des indemnités parfois faibles et des promesses de reclassement.

En ce qui concerne les camarades de LO de PSA Aulnay, dont Mercier est le principal porte-parole, je l'ai déjà dit en effet, ils ont laissé passer une occasion exceptionnelle de s'adresser aux autres travailleurs, de lancer un appel, en restant replié sur leur seule lutte.
Si LO a eu cette occasion, c'est grâce à un travail acharné de nombreuses années et à l'engagement de ces camarades. Mais c'est tout de même dommage d'avoir accompli un tel travail pour ne pas le capitaliser, l'utiliser comme tremplin le moment venu.

Sinon, je ne reproche pas à Mercier de ne pas avoir réussi à étendre la lutte, mais de ne pas avoir essayé. On n'a jamais de garantie de résultat, mais il faut essayer. Peut-être d'ailleurs est-ce encore possible aujourd'hui : il reste, je crois, environ 800 ouvriers chez PSA et des bagarres sont en cours.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  artza le Sam 16 Nov - 15:31

Vérié parlant d'Aulnay c'est l'OCI parlant de Renault 47.

Ceux qui connaissent comprendront pour les autres c'est pas grave vous perdez pas grand chose.

artza

Messages : 112
Date d'inscription : 29/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Invité le Sam 16 Nov - 16:09

Je mets cette article sur le camembert le petit pour montré les stratégies industriel. L'industriel qui a racheté la marque, a voulu changer la recette et aussi élargir la collecte du lait en réduisent la main-d-oeuvre (ont sais pour quoi). La stratégie des industrielle c'est détruire les petite exploitation, et contrairement au idées reçue, cette stratégie supprime des emplois.
J'avait fait un poste mais j'était insatisfait du contenue, en plus d'avoir perdu des parti non enregistré. du coups il manquer la conclusion sur la vocation des région la culture a respecté et leurs rôle contre les délocalisation de mon point de vue.

Le point de vue de Lactalis
Précédente Suivante
Lactalis, géant laitier français, produit de nombreuses marques de camemberts. Son directeur de la communication, Luc Morelon, explique les paradoxes de ce débat sur le camembert, au nom de la sécurité sanitaire.

http://cuisine.journaldesfemmes.com/magazine/dossier/0803-camembert/3.shtml
Et je met un article sur les position de Melenchon sur les région et les langues.

Sur les langues régionales, Mélenchon trouble Paco Ibanez
Il y a plusieurs jours, je me suis rendu dans une petite salle de spectacle pour assister au concert du chanteur contestataire et libertaire Paco Ibanez.


Paco Ibanez, en janvier 2009 (Simoncio/Wikimedia Commons/CC)
Sur scène, une chaise en bois. Noire. Deux pieds de micro. L’un pour la voix, l’autre pour la guitare. Un cube noir sur lequel est posé un verre d’eau. L’éclairage, sobre, illumine l’espace encore vide. Puis entre le chanteur, simplement vêtu d’un pantalon et d’une chemise noirs. Il tient dans sa main une guitare classique. Il nous salue dans un français parfait, met un pied sur la chaise et pose sa guitare sur sa cuisse. C’est parti !
http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/02/24/paco-ibanez-sur-les-langues-melenchon-est-un-fasciste-229680
J'avait mis le lien sur le petit a la place de Paco Ibanez, et personne n'a rien dit ?Shocked 


Dernière édition par Jesuisfred le Sam 16 Nov - 16:42, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Babel le Sam 16 Nov - 17:18

En plus de la lettre ouverte postée par Marco * mardi dernier, 12 novembre, le site de la revue carré rouge propose à la lecture ce texte de V. Présumey plutôt bien vu-bien dit, et que je me fais un plaisir de diffuser :

La Bretagne, c’est la France.
03 NOVEMBRE 2013 | PAR VINCENT PRÉSUMEY

A l’issue de la journée du samedi 2 novembre, un premier bilan et de premières leçons politique sont possibles et nécessaires. A Quimper, 30 000 à 40 000 manifestants, ce qui est considérable à l’échelle d’un département et d’une région. Les salariés sont là, en masse, dont la quasi-totalité des ouvriers de Doux, Gad-SAS, Marine Harvey, Tilly-Sabco, ainsi que la population locale. Les « patrons » étaient majoritairement des agriculteurs, très nombreux, pécheurs, et transporteurs de petite taille, parfois sans aucun salarié. L’UD FO, une partie conséquente de la FSU locale qui avait décidé d’appeler à la fois à Quimper et à Carhaix, ainsi que la CGT des marins et d‘autres sections CGT, étaient là, FO ayant formé un cortège initialement séparé à Penvillers. A 15h, un groupe organisé de FNSEA est venu casser la sono de FO.

Rappelons que cette manifestation, appelée initialement par le Comité pour l’emploi en centre-Bretagne - salariés de Marine Harvey exigeant l’interdiction des licenciements ou la mise sous séquestre de l’entreprise, mairie de Carhaix, NPA local, Alternatifs …- a été « prise en main » par la FNSEA seulement à partir de l’émeute de Pont-de-Buis du samedi précédent, au départ pour « calmer les troupes » le jour même. A partir de là une opération politique s’est développée pour interdire le front commun du salariat et des agriculteurs, marins et transporteurs contre les licenciements et les écotaxes, ou au moins pour en brouiller le contenu et tenter d’empêcher le monde du travail, dans toute la France, de se saisir de ce mouvement menaçant pour les patrons et le gouvernement.

Il faut être clair : la fuite à Carhaix, appelée par les directions régionales (sur impulsion nationale) de la CGT, de la FSU et de Solidaires, rejoints par le PCF et le Front de Gauche local avec EELV et le MJS, soutenant explicitement les écotaxes et donc le gouvernement, ne pouvait aboutir à aucune manifestation de masse à Carhaix, mais avait pour fonction, de fait, d’isoler les militants syndicaux des salariés allant en masse à Quimper. Cette réalité physique était éclatante à Carhaix, ou les délégués CGT de plusieurs entreprises ont eu la parole … en l’absence de la quasi-totalité de leurs collègues de travail, tous à Quimper ! Il est pourtant probable qu’un plus grand nombre de syndiqués CGT, FSU et Solidaires étaient à ce moment même à Quimper. Là, une présence organisée massive et tout à fait possible aurait été nécessaire, par exemple pour mater le petit groupe FNSEA venu agresser la sono de FO parce que celle-ci lançait des slogans anti-patronaux, et plus généralement pour que les syndicats jouent leur rôle de syndicats, avec les travailleurs et là où ils sont.

Mais tout au contraire, le milieu militant « de gauche », à quelques exceptions notables près, s’est gargarisé d’un discours de mépris et de stigmatisation des prolétaires bretons « manifestant avec leurs patrons » ou, pire, « marchant avec les fascistes ». Le pire du pire de l’aristocratie militante crachant sur Bécassine en lutte pour son émancipation fut atteint, il faut le dire, par les propos de J.L. Mélenchon, largement médiatisés, sur les « esclaves » et les « nigauds ». Ces propos marquent une rupture : on ne calomnie pas impunément la classe ouvrière. Ces propos marquent aussi un choix politique : peut-être celui d’EELV contre les ouvriers, en tout cas celui de la coalition avec le gouvernement au moment où celui-ci accentue sa politique anti-ouvrière. A tout cela, s’ajoute la campagne gouvernementale et médiatique sur les « violences » qui allaient survenir et la « conjonction des extrêmes », à laquelle J.L. Mélenchon échappait donc, pour la première fois depuis longtemps, puisque ayant lui-même dénoncé le bas peuple il n‘était plus « populiste ».

Affolement policier et affolement « de gauche » sur les réseaux sociaux se renforçaient mutuellement : au moment où de jeunes ouvriers lançaient des pots de chrysanthèmes sur la préfecture à Quimper et sur les CRS, des bruits courraient sur « les Identitaires qui attaquent la police ». Et pourquoi pas Aube dorée pendant qu‘on y est ? Alors, certes, la manifestation de Quimper, qui n’était pas « pure » puisqu’elle était une manifestation de masse, et en raison de la fuite organisée à Carhaix d’une partie décisive des syndicalistes (mettant en péril leurs propres organisations syndicales : c’est la défense de la CGT notamment qui exige qu’on le dise ! ), apparut largement comme dominée, au niveau des médias et de la tonalité générale des sonos et des drapeaux, par la FNSEA, les régionalistes et la droite.

Pour autant, ce sont bien les masses prolétariennes qui étaient là et qui cherchent, ni esclaves ni nigauds, la voie du combat et de l’émancipation.

Saluons à cette occasion le geste de Philippe Poutou, sans forcément soutenir toute sa ligne politique. S’il est venu à Quimper, c’est parce qu’il est un ouvrier et sait ce que c’est qu’un ouvrier. Sa présence sauvait l’honneur et montrait ce qu’aurait dû faire le mouvement ouvrier organisé : venir en masse, écouter les gens, généraliser et centraliser leur colère, et alors, plus de problème avec « la droite » et « les fachos ». Le 2 novembre breton marque une cassure. Il y a ceux qui cherchent leurs drapeaux, leurs fétiches et leurs grigris et insultent le mouvement réel. Partir du réel pour aller à l’idéal, comme disait Jaurès, c’est le contraire de partir de ses petites idées et petits plans pour formater de force le réel et l’insulter quand il suit sa propre voie. Ceux qui bavent sur le prolétariat breton en l’accusant de marcher avec « les patrons » et « les fascistes » sont les meilleurs alliés des patrons. La cause politique de cela, c’est le refus ou l’incapacité de rompre avec le gouvernement, actuellement état-major central des attaques patronales. Quand on soutient sa politique, écotaxes ou autres, on ne peut pas combattre le patronat et on divise à l’avantage du patronat. Les syndiqués et militants CGT, FSU et Solidaires évidemment présents en masse à Quimper montrent la seule voie pour leurs organisations. On ne peut pas demander à Bécassine, on ne peut pas demander aux travailleurs, d’avoir le look du bon petit révolutionnaire comme dans les livres. Le vrai révolutionnaire est celui qui commence par se mettre à l’école du prolétariat, pas par humilité ni par charité, mais pour exprimer le mouvement réel, le colérer, l’amplifier, le généraliser, le centraliser. La Bretagne, c’est la France. Ce qui vient de se passer est la première manche d’une série d’affrontements où la trame des combats sociaux se reconstituera à sa façon.

L’explosion lycéenne à la veille des vacances ressemble plus à ce que « le militant de gauche » a l’habitude d’imaginer, au point que là non plus il n’a souvent pas vu ce qui se passait réellement : un début rapide de centralisation spontanée de la jeunesse contre le ministère de l’Intérieur. Une force révolutionnaire ferait la liaison entre un tel mouvement et celui qui porte des travailleurs et des petits producteurs désespérés à casser les portiques d’écotaxes, affrontant directement l’Etat du capital.

Et cela va continuer avec le mouvement de fond contre la réforme dite des rythmes scolaires. Sur les réseaux sociaux, les parents s’organisent pour refuser l’ « après-midi de rattrapage » du mercredi 13 novembre et en faire une journée de grève scolaire contre l’attaque portée à l’école : ils ont raison. Parallèlement, les professeurs se demandent bien pourquoi cette demi-journée de travail en plus, et des réunions, heures syndicales et autres se préparent pour ce jour là. Plusieurs petits syndicats (CGT, FO, SUD, FAEN) appellent à une grève des écoles pour le retrait de cette contre-réforme le lendemain jeudi 14. Le principal syndicat SNUIPP-FSU appelle à des délégations au ministère le mercredi 20 pour demander sa renégociation, mais sa principale section, celle de Paris, appelle à la grève elle aussi le 14. Toute cette effervescence, en partie faite de manœuvres et de contre-manœuvres pour ne pas affronter le gouvernement, est en train de nourrir une vague qui monte d’en bas.

Elle aussi se fera traiter de « fasciste », puisque ce terme est revenu pour insulter ceux qui entrent en mouvement. Sans doute aurons nous à nouveau droit à « la grève arme des trusts » ! Une chose est claire : le front unique du monde du travail se construit contre son principal adversaire de classe : le gouvernement. Parce qu’il fait le contraire de ce pour quoi Sarkozy a été chassé, il n’est pas « notre gouvernement ». Telle est la conclusion à laquelle la masse qui a voté Hollande en 2012 est en train de parvenir.

A partir de là, commence le présent.

http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-presumey/031113/la-bretagne-cest-la-france
________
* Pour rappel : lettre ouverte du 4/11/2013 du syndicat CGT de Damen BREST au secrétaire CGT régional de Bretagne et à la secrétaire CGT générale départementale du Finistère.
http://blogs.mediapart.fr/edition/points-de-vue-anticapitalistes/article/121113/bretagne-le-coup-de-gueule-dun-syndicat-cgt-ladresse-des-responsables

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  alexi le Sam 16 Nov - 19:43

Artza :

Vérié parlant d'Aulnay c'est l'OCI parlant de Renault 47.

Ceux qui connaissent comprendront pour les autres c'est pas grave vous perdez pas grand chose.
Artza aime bien les posts elliptiques, se faire comprendre du plus grand nombre est le cadet de ses soucis.

Et pour ceux qui voudraient comprendre, que se soit Vérié pour Aulnay, ou le PCI (et non l'OCI !!!) pour la grève Renault de 1947, ils ont le droit de donner leur avis sur ces évènements puisqu'un certain nombre de leurs amis y étaient; présents en petit nombre certes.
Mais sa petitesse n'a jamais empêché le courant politique d'Artza de donner son avis aux uns et aux autres; ce qui est sûr, c'est qu'il n'a toujours pas obtenu de la classe ouvrière le privilège de dicter son point de vue; n'est pas le PCF qui veut.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  yannalan le Sam 16 Nov - 21:15

FO agit en fonction de ses intérêts et de rien d'autre.
Tu parles d'affolement des partis mais dans quel sens, pour quelles raisons ?
Pour FO, je maintiens ce que je dis et ce n'est pas évident qu'ils soient écoutés par leurs militants. On a l’habitude ici, dans une manif, le cortège FO est très "gauche"avec un petit groupe de manifestants à slogans proches du POI. Dans les entreprises ou les bureaux, on a un autre son de cloche...
Les différents partis voient un tas de gens manifester sans eux et commencent à avoir la trouille que ça continue. Quand Marine LP va dire qu'elle a peur que la révolte se change en révolution ou que les journalistes proches du PS racontent n'importe quoi sur les manifestants de Quimper ou que les syndicats CFDT ou CFTC appellent à une manif commune, oui, ça veut dire que tous ces gens là ont la trouille.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Prado le Sam 16 Nov - 22:03

Eugene Duhring a écrit:Curieuse façon de voir les choses que de vouloir lui donner un caractère régionaliste en restreignant la responsabilité d'une manifestation à une ou des sections locales ! S'agit-il des intérêts de la classe ouvrière prise dans son ensemble ou des intérêts locaux d'une fraction de celle-ci ? Le grand NPA de Bretagne ? Quelle drôle trouvaille que celle-là !
Il s'agissait d'une manifestation régionale à portée nationale. Sa portée nationale fait qu'il a été demandé très tôt qu'un porte parole national soit là, d'après ce qu'écrit un camarade de Bretagne. Elle avait également un fort caractère régionaliste (sa force et sa faiblesse), et c'est une raison supplémentaire pour laquelle il aurait été maladroit et contreproductif de faire venir de l'extérieur des centaines de militants du NPA.
"Le grand NPA de Bretagne" ? Tu as compris de travers : dans la phrase dont tu as extrait cette expression ironique, je disais qu'il ne fallait pas bluffer et donner aux manifestants des illusions sur les capacités du NPA en Bretagne.

En bonus : l'Internationale en breton


Prado

Messages : 1274
Date d'inscription : 02/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  artza le Sam 16 Nov - 22:58

alexi a écrit:
Artza :

Vérié parlant d'Aulnay c'est l'OCI parlant de Renault 47.

Ceux qui connaissent comprendront pour les autres c'est pas grave vous perdez pas grand chose.
Artza aime bien les posts elliptiques, se faire comprendre du plus grand nombre est le cadet de ses soucis.

Et pour ceux qui voudraient comprendre, que se soit Vérié pour Aulnay, ou le PCI (et non l'OCI !!!) pour la grève Renault de 1947, ils ont le droit de donner leur avis sur ces évènements puisqu'un certain nombre de leurs amis y étaient; présents en petit nombre certes.
Mais sa petitesse n'a jamais empêché le courant politique d'Artza de donner son avis aux uns et aux autres; ce qui est sûr, c'est qu'il n'a toujours pas obtenu de la classe ouvrière le privilège de dicter son point de vue; n'est pas le PCF qui veut.
Ben non je parlais de l'OCI et non du PCI.



Pourquoi parce que c'est encore plus nul...20, 30, 40 ans après.

Ben oui tout le monde donne son avis.
Mais là il s'agit de dégommer la concurrence. Et c'est nul voilà!
Bon week-end.

Tu n'as pas tout compris Alexi, mais je le disais amicalement, c'est pas grave tu n'as pas perdu grand chose:D

Enfin pour information, bien sur j'ai mes idées et mes préférences que chacun peut percer et juger, mais je ne suis pas ici le porte-parole de qui que soit.

artza

Messages : 112
Date d'inscription : 29/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  verié2 le Dim 17 Nov - 11:23

Artza
Mais là il s'agit de dégommer la concurrence.
C'est vraiment un procès d'intention ! Es-tu capable d'admettre qu'on puisse être en désaccord avec la politique menée par LO chez PSA, du moins en ce qui concerne le refus de faire appel aux travailleurs des autres entreprises qui licencient, de toutes les manières possibles, sans pour autant être un sectaire qui ne cherche qu'à dégommer LO ?

Certes LO n'est pas le PC et tu n'es pas porte-parole officiel de LO, mais présenter tous ceux qui critiquent le moindre aspect de la politique de LO comme des "anti LO" forcenés, des gens malhonnêtes, de mauvaise foi etc ça rappelle tout de même des souvenirs désagréables. Heureusement, tu ne nous accuses pas d'être manipulés, comme l'aurait fait le PC, c'est déjà ça.Very Happy 

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Colère en Bretagne - Page 12 Empty Re: Colère en Bretagne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 22 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 17 ... 22  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum