Lettre de liaison - Front Unique

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Roseau le Mer 23 Mai - 23:23

Barber retarde, mais on l’excusera.
Il confond NPA et la GA qui fait avec le programme du FdG la propagande réformarde keynésienne.

Ici le 4 pages du NPA "On ne payera pas la dette !"
http://www.npa2009.org/sites/default/files/4PDette.pdf

Le 4 pages ne peut être plus clair. Sa conclusion:

Pour le NPA, la réponse est claire, une dette construite par les cadeaux faits aux plus riches et aux grandes entreprises est illégitime et n’a pas à être payée.

Tous ensemble, nous devons par nos mobilisations imposer son annulation.

Son annulation ouvre la possibilité d’utiliser l’argent public pour des investissements et des emplois utiles à toute la population.

C’est aussi la condition pour mettre un terme au pouvoir des marchés.

L’annulation de la dette provoquera la faillite des institutions financières,
nous dit-on, mais c’est la politique même des banquiers et des États
qui conduit à la faillite et à la ruine de la société.

Il y a urgence à les empêcher de nuire.
Il n’est plus question de renflouer à coups de milliards d’argent public
Leurs bilans pourris par les opérations douteuses,
pour leur permettre de poursuivre leurs spéculations contre les peuples.

Il faut les saisir, les socialiser sans indemnité ni rachat
pour constituer un véritable service bancaire public sous le contrôle de la population,
une appropriation publique et sociale du crédit
qui permette d’imposer le contrôle des capitaux et de leur utilisation.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Copas le Mer 23 Mai - 23:31

Barber a écrit:
Copas a écrit:
En retard sur les syndicalistes belges de la FGTB.

En voilà encore un qui ne sait pas de quoi il parle. Tu devrais lire CPS pour être mieux informé. Si tu es très gentil et si tu t'excuses, on voudra peut-être que tu t'abonnes.

Question en retour: comment se fait-il qu'aucun de vos copains (NPA, POI et autres tous très présents dans l'appareil FSU auquel nous nous opposons) ne défende d'une manière ou d'une autre - et ne serait-ce que sous la formule bidon de "seule la lutte bla bla bla" - le mot d'ordre de non-paiement de la dette?

Parce que tu es sans doute au courant du fait que la vraie merde, c'est votre collectif pour l'audit citoyen, hein?

Je répète par rapport au sujet dont tu parlais et que tu essayes là d'amener sur un autre terrain que votre appel est un classique de forces réformiste qui se la joue.
Les rigolos dans ton genre qui passe d'un sujet à l'autre pour ne pas répondre aux conneries qu'ils balancent ne s'honorent pas.
Nous sommes là pour débattre et pas jouer aux savonnettes par rapport aux sujets traités.

Donc je répète pour en espérant que tes oreilles s'ouvrent :

1) le PS n'est pas un parti ouvrier d'aucun des points qu'on puisse utiliser pour définir un tel type de parti. Mettre sur le même terrain PC et PS de ce point de vue est idiot.

2) La question du syndicalisme enseignant en France doit être reprise à zéro et les positions des groupes de la gauche révolutionnaire nettoyées et remises à l'endroit. Et ça compte aussi pour une partie des ex-LCR.
Comme l'ensemble de l'intervention dans la classe ouvrière de la gauche révolutionnaire.

3) venons-en au texte petit bourgeois présenté :

En aucun cas, un tel vote ne vaut soutien au programme du PS, du PCF, du PG. Car de la Grèce à la France aucune revendication ne peut être satisfaite si la dette n’est pas dénoncée.

A ré-écrire :

Car de la Grèce à la France aucune revendication ne peut être satisfaite sans la mobilisation des travailleurs, cette mobilisation pour être efficace doit prendre à son compte la dénonciation de la dette.


Plus ou moins donc un truc comme ça.

Pas un truc de retardés qui ne comprend pas comment les choses bougent et quels en sont les ressorts. S'imaginer que les choses sont hyper vachement importantes parce qu'on vote un texte en se torchant des réalités de la mobilisation des travailleurs, c'est pas très futé, surtout quand celui-ci est mou du genou sur le PS en essayant de créer des illusions.

En retard sur les syndicalistes belges de la FGTB.
Qui ont pourtant bien des illusions.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Mer 23 Mai - 23:32

Ce n'est pas moi qui retarde, c'est toi qui n'a pas bien lu.

"Un moratoire", demande le NPA. A qui? A personne, juste pour la galerie. Pour quoi? Pour un "audit citoyen de la dette publique". On va faire le tri, note de frais par note de frais.

Et pendant ce temps? Le gouvernement en place n'est ni cité, ni sommé de rien faire. Les bureaucraties syndicales peuvent dormir sur leurs deux oreilles parce que, pendant qu'il parle d'"audit citoyen", le NPA s'oppose à toute prise de position des syndicats sur le terrain du refus du paiement de la dette.

Et je passe sur le baratin fiscaliste qui vide cette question de la dette de toute signification révolutionnaire. Non ce n'est pas le capitalisme qui est en crise, ce sont les méchants libéraux qui se marchent sur la tête.

Tous ces subterfuges pour désamorcer tout réel combat contre les plans d'austérité est indigne d'une organisation qui se dit révolutionnaire. Il est vrai que le NPA n'a même pas cette prétention.

Chacun son truc, nous, nous ne nous cachons pas derrière des écrans de fumée, et ce que nous défendons est défendu de la base au sommet des syndicats. Seule la vérité est révolutionnaire.

PS (eh oui!): s'agissant des délires virtuels de Copas, qui distribue des brevets derrière son écran quand nous, nous animons de vraies fractions syndicales, je ne me donnerai pas la peine d'y répondre. Les génies de village qui n'ont rien d'autre à faire que d'ânonner leurs certitudes en dehors de tout combat réel ne nous intéressent pas. Quant à ses idioties sur le caractère avancé de la FGTB - les travailleurs belges qui se sont pris un plan d'austérité-éclair à Noël savent ce qu'il en est.

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Roseau le Mer 23 Mai - 23:44


Le 4 pages est là, les articles aussi, les affiches aussi: nous ne paierons pas.
Barber préfère insulter plutôt que lire.
Pas la première fois...
On ne peut rien de plus pour lui...
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Copas le Mer 23 Mai - 23:53

Barber a écrit:Ce n'est pas moi qui retarde, c'est toi qui n'a pas bien lu.

"Un moratoire", demande le NPA. A qui? A personne, juste pour la galerie. Pour quoi? Pour un "audit citoyen de la dette publique". On va faire le tri, note de frais par note de frais.

Et pendant ce temps? Le gouvernement en place n'est ni cité, ni sommé de rien faire. Les bureaucraties syndicales peuvent dormir sur leurs deux oreilles parce que, pendant qu'il parle d'"audit citoyen", le NPA s'oppose à toute prise de position des syndicats sur le terrain du refus du paiement de la dette.

Et je passe sur le baratin fiscaliste qui vide cette question de la dette de toute signification révolutionnaire. Non ce n'est pas le capitalisme qui est en crise, ce sont les méchants libéraux qui se marchent sur la tête.

Tous ces subterfuges pour désamorcer tout réel combat contre les plans d'austérité est indigne d'une organisation qui se dit révolutionnaire. Il est vrai que le NPA n'a même pas cette prétention.

Chacun son truc, nous, nous ne nous cachons pas derrière des écrans de fumée, et ce que nous défendons est défendu de la base au sommet des syndicats. Seule la vérité est révolutionnaire.

La position du NPA est rappelée (elle ne se confond pas aux illusions de barber sur le PS) :

Pour le NPA, la réponse est claire, une dette construite par les cadeaux faits aux plus riches et aux grandes entreprises est illégitime et n’a pas à être payée.

Tous ensemble, nous devons par nos mobilisations imposer son annulation.

Son annulation ouvre la possibilité d’utiliser l’argent public pour des investissements et des emplois utiles à toute la population.

Etc...

Comment cela doit être mis en musique ?

Là on peut discuter, mais ça ne se confond pas avec une campagne de crachats d'abord. Surtout quand on est mou du genou avec le PS.

La bataille pour l'annulation de la dette que nous partageons est là pour donner des forces au mouvement populaire, elle nécessite une discussion sur les moyens de la mener, et les types d'alliance possible avec d'autres pour la mener.

Mais tu n'es pas dans cette logique mais dans une campagne de crachats.

Tous ces subterfuges pour désamorcer tout réel combat contre les plans d'austérité est indigne d'une organisation qui se dit révolutionnaire. Il est vrai que le NPA n'a même pas cette prétention.

Ouais, le NPA complote pour empêcher la lutte contre les plans d'austérité. Ouais...C'est bien connu.


avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Eugene Duhring le Jeu 24 Mai - 2:17

Copas a écrit:
Barber a écrit:Ce n'est pas moi qui retarde, c'est toi qui n'a pas bien lu.

"Un moratoire", demande le NPA. A qui? A personne, juste pour la galerie. Pour quoi? Pour un "audit citoyen de la dette publique". On va faire le tri, note de frais par note de frais.

Et pendant ce temps? Le gouvernement en place n'est ni cité, ni sommé de rien faire. Les bureaucraties syndicales peuvent dormir sur leurs deux oreilles parce que, pendant qu'il parle d'"audit citoyen", le NPA s'oppose à toute prise de position des syndicats sur le terrain du refus du paiement de la dette.

Et je passe sur le baratin fiscaliste qui vide cette question de la dette de toute signification révolutionnaire. Non ce n'est pas le capitalisme qui est en crise, ce sont les méchants libéraux qui se marchent sur la tête.

Tous ces subterfuges pour désamorcer tout réel combat contre les plans d'austérité est indigne d'une organisation qui se dit révolutionnaire. Il est vrai que le NPA n'a même pas cette prétention.

Chacun son truc, nous, nous ne nous cachons pas derrière des écrans de fumée, et ce que nous défendons est défendu de la base au sommet des syndicats. Seule la vérité est révolutionnaire.

La position du NPA est rappelée (elle ne se confond pas aux illusions de barber sur le PS) :

Pour le NPA, la réponse est claire, une dette construite par les cadeaux faits aux plus riches et aux grandes entreprises est illégitime et n’a pas à être payée.

Tous ensemble, nous devons par nos mobilisations imposer son annulation.

Son annulation ouvre la possibilité d’utiliser l’argent public pour des investissements et des emplois utiles à toute la population.

Etc...

Comment cela doit être mis en musique ?

Là on peut discuter, mais ça ne se confond pas avec une campagne de crachats d'abord. Surtout quand on est mou du genou avec le PS.

La bataille pour l'annulation de la dette que nous partageons est là pour donner des forces au mouvement populaire, elle nécessite une discussion sur les moyens de la mener, et les types d'alliance possible avec d'autres pour la mener.

Mais tu n'es pas dans cette logique mais dans une campagne de crachats.

Tous ces subterfuges pour désamorcer tout réel combat contre les plans d'austérité est indigne d'une organisation qui se dit révolutionnaire. Il est vrai que le NPA n'a même pas cette prétention.

Ouais, le NPA complote pour empêcher la lutte contre les plans d'austérité. Ouais...C'est bien connu.
Ne t'en déplaise, Barber a raison. Le NPA est engagé( signataire au même titre que le PCF, le PG, EELV, ..) dans le "collectif pour un audit citoyen de la dette". Le journal TEAN se fait aussi le relais de ce collectif ; d'ailleurs je te conseille la lecture d'un article de Nicolas Verdon (à priori dans la tendance "Que faire") en date du 10 mai où il plaide pour ce collectif qui devrait aboutir selon lui à faire reculer le pacte budgétaire !
Mais comme d'habitude les Roseau et cie me reverront aux textes fondateurs et toi peut-être me rétorqueras-tu que ce Nicolas Verdon dans la presse du NPA n'engage que lui ...
La LCR s'était fait une spécialité du double discours, le NPA tient sa paternité !

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Marco Pagot le Jeu 24 Mai - 3:15

Barber a écrit:CA académique du SNES Clermont-Ferrand, 15 septembre 2011:

"Motion Front Unique

La CA académique considère que le mot d’ordre qui s’impose au sujet de la « dette publique » est :
« Cette dette n’est pas la nôtre. »
Elle s’adresse à la direction de la FSU pour que celle-ci reprenne cette position.

4 pour, 2 abstentions, 7 contre.
"

Conseil Délibératif Fédéral National des 20 et 21 septembre 2011:

"Motion : Non au Remboursement de la dette ! Contre le budget 2012

Au nom de la « lutte contre les déficits », le gouvernement Sarkozy-Fillon durcit toujours plus son offensive contre les travailleurs et la jeunesse, cherche à briser leurs acquis sociaux et en finir avec tous leurs droits.

Le CDFN de la FSU se prononce contre le remboursement de la dette au nom de laquelle sont menées ces attaques car cette dette n’est pas la nôtre.

Il se prononce contre le budget 2012 de mise en place de ces attaques.

Se placer radicalement en défense des travailleurs exige d’affronter le gouvernement Sarkozy-Fillon.

Dans cette perspective, Le CDFN décide de préparer une manifestation centrale à l’Assemblée Nationale contre le vote du budget de toute la clase ouvrière et de la jeunesse et lance un appel aux autres les autres fédérations syndicales, la CGT, FO et avec l’UNEF pour l’organiser.

D’ores et déjà le CDFN décide que la FSU appellera à une manifestation le jour du vote du budget de l’Éducation Nationale.

Il mandate de BN de la FSU pour contacter les autres syndicats de l’éducation Nationale pour la convoquer dans l’unité.

Pour : 3, Contre : 79 , Abs : 7, RDV : 22"

L'Ecole Emancipée dirigée par des militants du NPA dispose de 20 à 30 élus, au moins, là-dedans.

Bureau Délibératif Fédéral National du 5 octobre 2011:

La FSU doit se prononcer :

Non au paiement de la dette

Manifestation à l'Assemblée Nationale, lors du vote du budget, contre ce budget.

Intervention du courant Front Unique au BDFN de la FSU, le 5 octobre

"Le 28 septembre, le gouvernement Sarkozy-Fillon a adopté en conseil des ministres un projet de budget qui est une véritable déclaration de guerre contre les travailleurs. Au nom de la "réduction de la dette publique": pour la première fois depuis 1945, les dépenses budgétaires diminuent en valeur absolue.

D'un côté: 48 milliards d'euros, plus de 13% des dépenses sont affectés aux intérêts de la "dette", dont on sait que l'explosion ces dernières années est due avant tout aux "plans de relance" en faveur des banques. Encore s'agit-il de la face émergée d'un iceberg qui inclut des dizaines de milliards de cadeaux fiscaux et d'exonérations de charges accordés au patronat - cadeaux qui sont prorogés par ce budget, sous couvert de mini-taxes dérisoires.

De l'autre côté: hausse des prélèvements et déremboursements à la Sécurité Sociale, poursuite de l'asphyxie budgétaire des collectivités locales - avec toutes les attaques que cela préfigure contre les travailleurs - plus de 30000 suppressions de postes, etc. Fait sans précédent, l'enveloppe salariale de la Fonction Publique diminue.

Derrière le discours sur la "réduction de la dette", il y a un choix politique: celui de faire payer la crise, le maintien artificiel des taux de profit, les guerres néo-coloniales de Sarkozy aux travailleurs et à leurs familles.

Accepter le paiement de la "dette", accepter ce budget, c'est abdiquer par avance toutes les revendications syndicales. C'est accepter par avance toutes les contre-réformes qui découlent presque mécaniquement de ce budget.

Or, c'est précisément sur ce terrain-là que se situent les journées d'action du 27/9 et du 11/10. Bernadette Groison s'est félicitée aujourd'hui du "succès" de la grève du 27 et de sa "visibilité" dans les médias. Pourtant, ce qui a été "visible", c'est le fait que la FSU ait accepté de défiler main dans la main avec les "syndicats" de l'enseignement privé! Les "revendications" de ces syndicats sont par définition hostiles à celles des enseignants du public: la FSU devrait, au contraire, dénoncer tout financement par l'Etat de l'enseignement privé! Le 28, le gouvernement a ainsi pu présenter son budget sans crainte - d'autant plus qu'au même moment, la FSU organisait un colloque et s'entretenait avec Grosperrin, représentant de l'UMP. Quant au 11 octobre, journée en trompe-l'oeil sans appel national à la grève, elle se situe sur le terrain défini par l'intersyndicale du 18 août: celui d'un autre remboursement de la "dette publique" et de l'interpellation des "élus"! A une semaine de l'ouverture du débat budgétaire à l'assemblée, ce dispositif ne conduit qu'à une chose: laisser passer le budget sans accroc.

Pour ceux qui cherchent à s'engager sur le terrain d'une véritable grève, avec de vraies revendications, c'est d'ailleurs la répression qui s'abat: à Mayotte, où une grève générale se développe, les cortèges syndicaux ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes. Les blindés ont été déployés à Mamoudzou. Une répression qui dans ce contexte prend un caractère néo-colonial!

Alors, la responsabilité de la FSU devrait être de se situer sur un terrain de combat contre le gouvernement. Pour commencer, ce devrait être de s'opposer au paiement de la "dette", exigence sans laquelle il n'est même pas possible de défendre les revendications. Au diable la dette! Les travailleurs ne sont pas responsables de la crise, ils n'ont rien à payer, ils ne doivent pas payer. La FSU doit se prononcer: non aux attaques contre la Sécurité Sociale, aucune suppression de postes, défense des statuts, etc. Et dans ce sens, proposer à la CGT, à FO de préparer une manifestation unitaire de tous les travailleurs à l'Assemblée Nationale, lors du vote du budget, contre ce budget.

S'agissant de Mayotte, la responsabilité de la FSU devrait être en outre de condamner la répression néo-coloniale organisée par Sarkozy et son gouvernement, de réaffirmer le droit élémentaire de faire grève et de manifester pour les revendications."

On pourrait continuer en évoquant les interventions défendues dans d'autres instances (chercheurs scientifiques ou SNASUB-FSU, où le courant Front Unique vient de gagner un siège supplémentaire au Bureau National grâce au vote des syndiqués) mais il suffit de constater notre appel à rejoindre le courant FU lors du prochain congrès pour voir qu'il y a une continuité évidente dans notre intervention sur cette question - et une continuité dans le positionnement de l'EE en la matière.

Dans la FSU, les militants qui se battent contre le paiement de la "dette", ce sont les militants du courant Front Unique.

Marco, c'est aux dirigeants de l'EE qu'il faut demander des comptes, pas à nous!

Congrès Académique du SNES, 21 et 22 mars 2012, Aix-Marseille

Thème 3 : pour des alternatives économiques, sociales et environnementales



Motion Émancipation:

Annulation de la dette

Partout, des attaques majeures sont portées contre le niveau de vie et contre les acquis des travailleurs, au nom de la réduction de la dette.

Mais, cette dette n’est pas celle des travailleurs, elle est la conséquence des nombreux cadeaux fiscaux octroyés aux entreprises et aux riches, des exonérations de cotisations en tous genres, du renflouement des banques, .. etc.

Cette dette est illégitime, le SNES se prononce pour le refus de la payer, pour son annulation.

Pour : 10

Contre : 56

Abst : 5

Nppv : 0

C'est les militants NPA, qui sont à émancipation, qui étaient porteurs de cette motion.

Y'a plus de NPA - EE au SNES à Marseille

_________________
http://www.petitionfuriani.com/
Catastrophe de Furiani - 5 mai 1992
La catastrophe de Furiani ne doit jamais être oubliée et ce, pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus. Un devoir de mémoire est indispensable : Furiani mai più.
Nous demandons qu'aucun match de football professionnel ne soit plus dorénavant joué en France un 5 mai. Nous sollicitons par conséquent l'inscription de ce fait dans les règlements de la FFF et de la LFP.
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  chejuanito le Jeu 24 Mai - 7:58

le NPA s'oppose à toute prise de position des syndicats sur le terrain du refus du paiement de la dette
Marco a déjà relevé le flagrant délit de mensonge, mais dès le 22 mars (date symbolique), j'avais mis dans le fil idoine l'exemple d'un syndicat où non seulement des camarades ont défendus l'annulation de la dette, mais qui plus est l'ont fait largement adopter (ce qui est quand même déjà un peu plus intéressant). Non, sur cette question comme sur tant d'autres le problème du NPA, c'est que comme il n'a aucune méthode d'implantation dans la classe, il est incapable de décider de porter une même position dans l'ensemble des syndicats, quel que soit le lieu.
Quant au Durhing aux pieds plats, la mauvaise foi n'a souvent d'égal que l'impuissance de son auteur. On peut tout à fait critiquer le choix du NPA d'utiliser le CAC comme un cadre de front unique (ce que j'estime qu'il n'est pas), par contre sous entendre que quand on participe à un cadre large signifie qu'on y nivelle sa propre position est ubuesque, ou alors tu ne peux plus jamais signer le moindre truc unitaire.
avatar
chejuanito

Messages : 568
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 8:06

Copas, tu as je crois, un problème avec toute organisation.

Le NPA comme les autres: tes grognements impuissants contre la réalité incontournable du vote ouvrier pour le PS sont aussi une diatribe contre lui. Ce n'est pas le problème de ton organisation, ça, c'est le tien.

Pourquoi, après avoir pesté depuis tant d'années contre le "social-libéralisme", le NPA a-t-il adopté en dernière analyse un appel à voter Hollande? Parce qu'à nier la réalité, il se serait brisé.

Tant que n'aura pas surgi un véritable parti ouvrier révolutionnaire, les masses continueront de chercher à se servir du vote pour les partis ouvriers bourgeois traditionnels, si dégénérés soient-ils - et notre tâche sera de les aider à formuler de manière positive les mots d'ordre qui leur permettront d'avancer vers nous.

Quand tu seras plus grand, tu pourras mieux te renseigner et constater que dans la tradition trotskyste, la manière intelligente de combattre les partis ouvriers bourgeois s'appelle le front unique. Et que Lénine avait un nom pour ceux qui rejettent la réalité et se cantonnent dans l'impuissance: le gauchisme.

Il est vrai qu'avant, il te faudra apprendre à lire un tract et à en mesurer les implications concrètes. C'est comme la Canada Dry: ce n'est pas l'apparence superficielle qui compte.

Ce qui te dérange en définitive, c'est que des révolutionnaires si réduit soit leur nombre construisent des fractions dans leurs syndicats et font voler en éclats toutes tes sentences creuses: nous défendons les revendications de manière claire et sans appel, et tes représentants votent contre.

Il va falloir nous expliquer, et pas se limiter à la première ligne d'un tract truffé de tartufferies. Pratiquement, les dirigeants du NPA votent contre le non-paiement de la dette. Nous n'aurions aucun déplaisir à constater le contraire mais c'est ainsi. Pourquoi?

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 8:17

chejuanito a écrit:
le NPA s'oppose à toute prise de position des syndicats sur le terrain du refus du paiement de la dette
Marco a déjà relevé le flagrant délit de mensonge, mais dès le 22 mars (date symbolique), j'avais mis dans le fil idoine l'exemple d'un syndicat où non seulement des camarades ont défendus l'annulation de la dette, mais qui plus est l'ont fait largement adopter (ce qui est quand même déjà un peu plus intéressant). Non, sur cette question comme sur tant d'autres le problème du NPA, c'est que comme il n'a aucune méthode d'implantation dans la classe, il est incapable de décider de porter une même position dans l'ensemble des syndicats, quel que soit le lieu.

Oh mais, cette résolution, on l'aurait sans doute votée - puisqu'il y a des chances que nous l'ayons inspirée! Refus de la dette, combat contre les plans Fillon, c'est ce que nous avons été seuls à avancer... quand il était temps de le faire.

Parce que le 22 mars, ça ne mange pas de pain, c'est un peu tard pour lutter contre les plans d'austérité, hein.

Et Marco n'a rien "relevé" - montre-moi ce que vous avez vraiment soumis au congrès du SNES!

Dire une chose et son contraire selon le lieu, le syndicat, et surtout le degré de proximité avec l'appareil, c'est quand même autre chose qu'un petit problème... c'est un révélateur de ce qu'est une organisation, indépendamment de tel ou tel de ses militants.

par contre sous entendre que quand on participe à un cadre large signifie qu'on y nivelle sa propre position est ubuesque, ou alors tu ne peux plus jamais signer le moindre truc unitaire.

"Cadre large", c'est vite dit: c'est un cadre constitué par les appareils dans lequel il n'y a pas grand monde. Et le plus important: sur une ligne pourrie qui revient à évacuer toute exigence de non-paiement de la dette.

Nous, on fait de la politique et pas du bricolage. L'exigence de non-paiement de la dette est destinée à être défendue dans les syndicats, en direction du gouvernement, conduisant à poser la question du pouvoir et, au-delà, d'en finir avec le capitalisme. Tout à ces grenouillages, c'est ce que vous ne faites pas.

Voilà ce que nous défendons, de la base au sommet:

La FSU doit se prononcer contre tout paiement de la dette et pour l’abrogation des contre réformes Sarkozy :
Abrogation effective du « décret évaluation »
Rétablissement des 14000 postes supprimés à la rentrée 2012
Abrogation des contre- réformes (formation des maîtres, lycée, LP, ECLAIR, LRU, IDEX, décret enseignants chercheurs)
Abrogation de la « loi mobilité dans la Fonction publique », de la loi Sauvadet et titularisation des précaires
Abrogation de la contre réforme des retraites, de la TVA dite « sociale » contre la Sécurité Sociale
Augmentation générale des salaires indexés sur l’inflation et non sur la « croissance »
Mais ces revendications ne figurent pas dans les déclarations de la direction de la FSU ; déclarations qui par ailleurs en appellent au « dialogue social ».

La FSU n’a pas, comme le demande B.Groison à Hollande, à « être reconnue comme partenaire utile et indispensable ». Elle a à défendre les revendications.

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  le petit scarabée le Jeu 24 Mai - 9:31

Barber, tu sembles assez au fait de ce qui se passe dans le FSU. Si j'ai bien compris, il y a une tendance animée notamment par des militants du NPA et qui est incrustée dans l'appareil syndical; ce n'est pas étonnant, à l'extrême-gauche il y a ces dérives qui peuvent survenir; reste à savoir dans quelle mesure ces buros sont détachés de leur organisation à la base (ça existe, des buros encartés qui ne militent plus trop dans leur parti).
Tu indiques qu'il y a la tendance pour le fonr unique qui est donc en fait une fraction syndicale de ton organisation. Mais si j'ai bien saisi il y a encore d'autres tendances d'extrême-gauche dans ce syndicat, comment sont vos rapports avec eux ?

le petit scarabée

Messages : 194
Date d'inscription : 18/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 10:10

le petit scarabée a écrit:Barber, tu sembles assez au fait de ce qui se passe dans le FSU. Si j'ai bien compris, il y a une tendance animée notamment par des militants du NPA et qui est incrustée dans l'appareil syndical; ce n'est pas étonnant, à l'extrême-gauche il y a ces dérives qui peuvent survenir; reste à savoir dans quelle mesure ces buros sont détachés de leur organisation à la base (ça existe, des buros encartés qui ne militent plus trop dans leur parti).
Tu indiques qu'il y a la tendance pour le fonr unique qui est donc en fait une fraction syndicale de ton organisation. Mais si j'ai bien saisi il y a encore d'autres tendances d'extrême-gauche dans ce syndicat, comment sont vos rapports avec eux ?

Bonjour Scarabée,

Les rapports entre le NPA et les bureaucrates issus du NPA sont à peu près inverses de ceux qui existaient entre le PCF du temps jadis et ses appareils syndicaux: ce n'est pas le parti qui définit l'orientation, ce sont les bureaucrates qui utilisent le parti à leur guise. Une situation que tout le monde peut vérifier quand on voit la manière dont des dirigeants fondateurs du NPA oeuvrent aujourd'hui à saborder ce qu'ils ont "construit", pour servir la soupe à un Front de Gauche en osmose avec les grands appareils.

Le courant Front Unique rend compte de ses interventions de façon très régulière, il suffit de te rendre sur le site de FU http://www.frontunique.com et de t'abonner à notre liste de diffusion.

En-dehors du courant Ecole Emancipée animée en bonne partie par des cadres issus du NPA (ex-LCR), qui est une composante de l'appareil fédéral, existent deux autres tendances: Emancipation (un morceau de l'Ecole Emancipée constituée de tous ceux qui ont refusé le "pacte fédéral" avec l'appareil FSU) et PRSI (émanation du "Parti Ouvrier Indépendant").

Des représentants d'Emancipation soutiennent un certain nombre de nos positions, mais il faut bien dire que ce courant est de plus en plus déliquescent faute de cohérence politique et en raison d'un net vieillissement de ses cadres.

Quant à la tendance du POI, elle est à l'image de ce parti: elle aussi totalement soumise aux appareils - même si les militants du POI ont pour particularité d'accorder une importance particulière à la défense des intérêts de l'appareil FO.

Pour ce qui est de leur politique, ce que nous avons écrit en 2006 dans Combattre pour le socialisme reste totalement d'actualité: http://socialisme.free.fr/cpssup25_cci.pdf

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Copas le Jeu 24 Mai - 10:24

Barber a écrit:Copas, tu as je crois, un problème avec toute organisation.

Le NPA comme les autres: tes grognements impuissants contre la réalité incontournable du vote ouvrier pour le PS sont aussi une diatribe contre lui. Ce n'est pas le problème de ton organisation, ça, c'est le tien.


Ah, un parti ouvrier défini par le fait qu'il a une partie du vote ouvrier !!!




Barber a écrit:Tant que n'aura pas surgi un véritable parti ouvrier révolutionnaire, les masses continueront de chercher à se servir du vote pour les partis ouvriers bourgeois traditionnels, si dégénérés soient-ils - et notre tâche sera de les aider à formuler de manière positive les mots d'ordre qui leur permettront d'avancer vers nous.

Toujours des âneries de la petite-bourgeoisie qui ignorent ce qu'est un parti ouvrier, fut-il ouvrier bourgeois. Non le fait de rajouter traditionnel et bourgeois, de rajouter vote ouvrier (minoritaire) ne fait pas un parti ouvrier.
Et le parti démocrate américain (ayant plus de liens avec la classe ouvrière) , c'est un parti ouvrier ?

Barber a écrit:Quand tu seras plus grand, tu pourras mieux te renseigner et constater que dans la tradition trotskyste, la manière intelligente de combattre les partis ouvriers bourgeois s'appelle le front unique. Et que Lénine avait un nom pour ceux qui rejettent la réalité et se cantonnent dans l'impuissance: le gauchisme.

L'impuissance des motions du style dont tu parles et le fait ne ne vouloir en faire que des branlades creuses contournant les nécessités de la mobilisation et la résistance réelle pour les porter marque effectivement ton courant depuis des dizaines d'années. Ce genre de motion avec des mouvements de menton n'ont jamais servi à grand chose.


Barber a écrit:Ce qui te dérange en définitive, c'est que des révolutionnaires si réduit soit leur nombre construisent des fractions dans leurs syndicats et font voler en éclats toutes tes sentences creuses: nous défendons les revendications de manière claire et sans appel, et tes représentants votent contre.

Ah, en étant mou du genou face au PS, bombardé parti ouvrier.

Non, on est là dans le débat et les postures sont ridicules et inutiles.
J'ai indiqué ce que je pensais d'une partie de l'activité et la construction du NPA dans les entreprises (et non un seul secteur....), la ligne erronée portée par la direction de ce parti là dessus.
La question de l'implantation dans l'EN de feu la LCR a donné lieu à des dérives et des phénomènes de bureaucratisation, des "fatigues" au fond et des dérives politiques.
Dans la bataille politique qui est menée dans le NPA, cette situation donne de grandes espérances d'évolution . Cela fait partie des batailles politiques à mener dans des partis.

Ca ne fait aucun doute, comme je l'ai dit, qu'il y a lieu de faire le ménage sur certaines orientations là dessus.

Mais ça ne renvoie pas à des pratiques gogolines qui se gargarisent de déclarations qui n'entrainent aucune mobilisation, ni chemin vers celle-ci, et qui en plus essayent de faire croire que le PS ça serait comme le PC, un parti ouvrier. Alors qu'il n'existe plus de militants du PS dans la classe ouvrière ou pratiquement, que le PS ne se réclame plus de la classe ouvrière et que son programme ne fait appel à aucun objectif de socialisme.

De tous les points de vue, le PS n'est pas un parti ouvrier fusse-t-il bourgeois. Un front unique avec est tout à fait curieux, vu que le PS n'existe pas comme parti ouvrier. Moi je veux bien mais il faut nous raconter tout ça...

Le mouvement ouvrier n'a pour l'instant pas grand chose à tirer des résolutions que tu nous sors, par ailleurs, comme je l'indiquais, fausses.

Sur la question des partis, je mène une orientation vers la construction d'un parti des travailleurs qui ne ressort pas des concurrences infantiles entre groupes gauchistes. Le patriotisme de parti allant jusqu'à la connerie avec la poursuite des haines de boutiques, passant avant le fond et l'orientation de fond je te le laisse ici, on est dans le débat rien d'autre.
Pour l'action moi c'est tout à l'heure et cet après-midi avec mes camarades de travail.

Et il y a des batailles qui valent mille résolutions déclamatoires. Qaund ces dernières se construisent sur l'impuissance et l'incapacité de mobiliser même d'un pas la classe ouvrière, elles sont des contre-feux quelque part au nécessaire. Je n'ai rien contre des motions, mais d'expérience, et on en a vu hein, elles ne servent pas à grand chose après que des camarades aient cru à une belle bataille, tant qu'elles ne sont pas enserrées dans le mouvement réel de la classe ouvrière.

Ce que je voulais te dire est cela, avant que tu n'abreuves d'injures ceux qui expriment une critique sur ton texte, et elle se faisait, cette critique, en mettant en premier les questions de la mobilisation de la classe ouvrière (et pas seulement sur le thème de la dette) :

- La question de la mobilisation est incomprise (un classique d'ailleurs de l’incompréhension de ce qu'est au fond le mouvement ouvrier)
- La question du PS est maltraitée à cause de la paresse d'analyse de ceux qui l'ont rédigé (un classique maintenant du gauchisme fatigué qui regarde la classe ouvrière d'aujourd'hui avec des lunettes colorées à l'analyse d'il y a 60 ans quand le PS avait des positions dans la classe ouvrière, notamment dans le nord).
- et non, ne pas prendre ton bréviaire, comme le bijou tombé des textes sacrés vers la terre, ne ressort pas d'une ignoble trahison contrairement aux délires rapportés.

On peut parfaitement le critiquer comme je le fais sans que cela ne renvoie aux courants de l'ex-LCR dans l'éducation nationale.

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 10:35

Bon, peu de temps à consacrer aux tartines de Copas pour qui, manifestement, le combat politique se passe essentiellement derrière un écran.

Ce qui l'énerve visiblement, c'est qu'il trouve que la réalité a tort, parce qu'il a du mal à avaler le fait que la Seine-Saint-Denis ait donné ses scores les plus élevés au PS. Et que cela exprime une volonté politique indépendante du programme pourri de Hollande: d'abord dégager Sarkozy, ensuite utiliser le vote PS-PCF-PG comme un point d'appui pour la défense des revendications (comme l'ont exprimé immédiatement un certain nombre de grèves dès les résultats de la présidentielle).

Les dirigeants du PS, aussi bourgeois soient-ils, ne s'y trompent pas, eux, qui annoncent des mesures telles que l'abrogation du dernier décret Chatel ou celle de la circulaire Guéant.

Et aussi, que la réalité de son organisation se révèle un peu plus chaque jour, les effectifs ayant déjà été divisés par 4, non pas en raison de dissensions sur la manière de combattre le capitalisme, mais bien sur la stratégie électorale à adopter vis-à-vis du Front de Gauche. Quel révélateur cinglant des relations entre les dirigeants du NPA et les appareils, en effet!

Nous avons tout lieu de nous féliciter d'avoir refusé, sur des bases claires, d'intégrer cette opération médiatique sans lendemain, à base de reniement du nom même de trotskysme:

http://socialisme.free.fr/histoire_theorie/cps35_npa.htm

Il y aura un Conseil National de la FSU la semaine prochaine. Nos représentants, portés dans cette instance par le vote des syndiqués - c'est cela, sans doute, que certains digèrent mal: nous pouvons défendre des mots d'ordre révolutionnaires jusque dans le sanctuaire des bureaucrates, parce que nous regroupons assez de collègues autour de nous pour cela - porteront, outre notre orientation publiée plus haut, la nécessité d'une mobilisation concrète en soutien aux étudiants québécois.

Comme d'habitude, nous rendrons compte en toute transparence de ce que nous aurons défendu, et aussi de ce qu'auront voté les autres!

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  gérard menvussa le Jeu 24 Mai - 11:24

la réalité a tort, parce qu'il a du mal à avaler le fait que la Seine-Saint-Denis ait donné ses scores les plus élevés au PS.
Donc si je comprend bien la démarche, dans le Nord (ou pas mal de prolos ont donné leur voix au front nat) le FHaine est un parti ouvrier ?

Un parti ouvrier c'est une organisation politique qui organise ses membres sur la base de leurs intérets de classe, la classe ouvrière. Ce que n'est pas le parti socialiste (qui les organise sur une base "démocratique") mais est encore le parti communiste et le parti de Gauche... Même si ces deux derniers ont une direction bourgeoise qui les entraine vers une pure impasse...

la réalité de son organisation se révèle un peu plus chaque jour, les effectifs ayant déjà été divisés par 4
auraient ils été divisés par 400 qu'on sera toujours un parti de masse par rapport a vous, mes camarades !

avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 11:37

gérard menvussa a écrit:
Un parti ouvrier c'est une organisation politique qui organise ses membres sur la base de leurs intérets de classe, la classe ouvrière. Ce que n'est pas le parti socialiste

Donc le NPA appelle à voter pour un parti bourgeois... vous n'en ressortez pas grandis, de vos explications!

Mais encore une fois, ce qui compte, c'est la réalité de ce qui s'est exprimé, non seulemnt dans les urnes, mais encore le 1er mai, et dans les grèves qui se développent depuis le 1er tour.

Nous avons eu raison, et nous avons raison d'affirmer qu'il faut voter pour une majorité PS-PCF-PG à laquelle il s'agira d'imposer la satisfaction des revendications. C'est parfaitement compris autour de nous. Et ça se vérifiera une fois de plus très vite, qui défend les revendications et qui s'inscrit dans le cadre du "dialogue social" - car je ne sache pas que les dirigeants du NPA à la tête des syndicats aient grand chose à redire contre les concertations en cours entre les bureaucrates et le nouveau gouvernement!

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  gérard menvussa le Jeu 24 Mai - 12:07


Donc le NPA appelle à voter pour un parti bourgeois...

Oui : comme pour Chirac. La seule façon d'envisager les choses, c'est ; entre un candidat bourgeois et un candidat ouvrier (fusse t il ouvrier bourgeois) il faut par principe appeler a voter pour le candidat ouvrier. Par contre en cas de choix entre deux candidats bourgeois, le fait d'appeler pour un politicien bourgeois est une question tactique. Je te rapelle que Trotsky appelait a voter pour un candidat bourgeois (oh combien !) le représentant des junkers allemands Thalmann lui même Pourtant, si il y a bien un politicard bourgeois, c'est bien lui ! En bottes de cuir et culotte de peau, vieille baderne et tutti quantti !

je cite Trotsky http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1932/02/320204.htm

Dans la brochure je vais me prononcer nettement contre cet article, comme faux. Je vais écrire aujourd'hui à la direction et insister pour qu'ils corrigent leur erreur. Il nous faut résolument, courageusement, fermement, nous prononcer pour la candidature de Thälmann et nous battre pour elle comme des tigres. Même quelques-uns de la gauche du S.A.P. ont compris cela ( J'ai lu hier un article de discussion en ce sens).
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 12:26

Ernst Thälmann (1896-1944)

Docker, militant social-démocrate en 1904, du parti social-démocrate indépendant (USPD) en 1917.

Thälmann appartient à la gauche berlinoise du PC allemand après la fusion de l'USPD et des communistes. Il passe ensuite au centre contrôlé par l'appareil du Comintern et devient un président du KPD étroitement soumis à Moscou.

Arrêté en 1934 par les nazis, il sera exécuté à Büchenwald en 1944.

Tu racontes décidément n'importe quoi...

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  gérard menvussa le Jeu 24 Mai - 13:25

Euh, non mais il manque tout un passage dans mon texte (qui le rend parfaitement incompréhensible)

Ce n'est pas Talmann le "politicien junker", mais bien van hindenburg, la vieille baderne ! Donc, les sociaux démocrates et les "démocrates" ont appelé a voter "von hindenburg" dès le premier tour (face à Hitler) en retirant leur candidat. Et le camps "démocratique" a fait une grosse pression pour que le parti communiste allemand retire son candidat (Talmann) Et une partie des "trotskystes allemands" et alliés ont marché dans cette combine. Trotsky a tenu a intervenir tout de suite pour corriger cette erreur. Par contre, il n'a jamais défendu que le fait de voter von hindenburg face a hitler était un crime contre la classe ouvriére... Par contre, refuser de se présenter et choisir un politicien bourgeois contre l'autre, si ! Un peu comme quand Stéphane just a justifé la politique de renoncement de son organisation et appelé a voter pour le politicien bourgeois Mitterand...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Jeu 24 Mai - 13:35

C'est de plus en plus n'importe quoi.

L'article que tu cites montre précisément que Trotsky s'oppose farouchement au soutien à un candidat bourgeois sous prétexte de "lutte contre le fascisme", et c'est dans ce sens qu'il appelle à défendre la candidature Thalmann. Tu t'emmèles tellement les pinceaux que tu oublies de préciser à quel point l'histoire lui a donné raison - ce qui constitue le B.A-BA pour n'importe quel militant trotskiste.

La volonté de justifier à tout prix les errements opportunistes et sans principes de ton organisation en 2002 t'égarent. Ton inconscient semble te dicter de faire ressortir cet égarement...

Nous, nous avons gardé les mains propres parce que nous n'avons jamais appelé à voter Chirac, président qui au pouvoir a appliqué la quasi-totalité du programme du FN, conduisant à la victoire de Sarkozy en 2007.

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Roseau le Jeu 24 Mai - 13:58

Eugene Duhring a écrit:
Mais comme d'habitude les Roseau et cie me reverront aux textes fondateurs
Personne ne renverra aux textes fondateurs,
car à l'époque l'annulation de la dette n'était pas dans l'actualité.

Par contre, parmi les premiers, le NPA défend sans cesse l'annulation.
Pour ne pas répéter, voit toutes les preuves déjà données ici
http://forummarxiste.forum-actif.net/t2149p15-lettre-de-liaison-front-unique#42423
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Mer 6 Juin - 14:33

Lettre de Liaison n°200: compte-rendu du Conseil National (CDFN) de la FSU des 30-31 mai

www.frontunique.com

CDFN des 30 31 Mai 2012 :
Les représentants Front Unique ont combattu pour que le Conseil National se prononce pour :

Un appel à voter pour une majorité PS PCF PG à l’Assemblée nationale dont les travailleurs pourraient exiger la satisfaction des revendications
L’abrogation des contre réformes Sarkozy Fillon et le rétablissement des 14000 postes comme préalable à toute discussion
La solidarité réelle avec les étudiants du Québec par l’organisation d’une manifestation dans l’unité à l’ambassade du Canada

Introduction

Ce CDFN était le premier après la défaite de Sarkozy, le candidat du capital financier, et la victoire de Hollande, candidat du PS. Si la motion de la direction de la FSU semble beaucoup s’en féliciter, il faut rappeler à quel point... elle a refusé d’y contribuer. Rappelons qu’au Bureau National de la FSU précédant le deuxième tour des élections, elle a rejeté (ainsi que les autres tendances) la proposition du courant Front Unique d’appeler à battre Sarkozy par le vote Hollande.

Mais si notre courant n’a cessé de combattre ainsi pour la défaite de Sarkozy, il a dans le même temps indiqué qu’il n’était pas question de prendre en charge le programme de Hollande. La défaite de Sarkozy, la victoire de Hollande devaient – doivent – créer une condition plus favorable à la satisfaction des revendications : telle était la raison pour laquelle la direction de la FSU devait prendre position.

A l’inverse, pour la direction de la FSU, la victoire de Hollande constitue une excellente occasion…. de renoncer à la satisfaction de l’essentiel de ces revendications. Or celles-ci se résument en un mot d’ordre : abrogation des contre réformes Sarkozy Fillon !

Quelques exemples ? La direction de la FSU se félicite d’être invitée à la « conférence sociale » de Juillet. Elle va y demander… une nouvelle réforme des retraites. Elle ne demande pas l’abrogation de la contre réforme de 2010. Plus grave : on sait que la « nouvelle réforme » qui est dans les tuyaux, c’est la « retraite par points », l’individualisation totale de la rémunération des pensions que l’on va faire dépendre de la situation économique donc de l’état de santé du capitalisme.

De même la direction UA EE a officiellement rejeté la revendication de rétablissement des 14000 postes supprimés à la rentrée 2012 par le budget Sarkozy Fillon (pour la petite histoire, PRSI, qui avait un instant formulé cette exigence y a renoncé… suite à la fraternelle sollicitation de Bernadette Groison). Ainsi dans le secondaire, la rentrée se fera entièrement aux conditions Sarkozy Fillon. Pendant ce temps, Peillon était au congrès de l’APEL – on se souvient du rôle joué par l’association des parents de l’école « libre » dans la grande manifestation réactionnaire et cléricale de 1984 - ; il offrait aux dirigeants de cette association toute garantie sur le fait que l’école « libre » - pour l’essentiel cléricale - aurait une « juste » part des 60000 postes promis par Hollande, et pourrait participer pleinement à la concertation sur les réformes à venir.

Depuis le CDFN de la FSU, un événement d’une certaine importance s’est produit. Le Conseil d’Etat a annulé une partie des dispositions concernant l’année de stage des professeurs stagiaires. Rappelons que dans le cadre de la contre réforme Sarkozy Fillon Darcos, les stagiaires sont immédiatement mis en responsabilité en service complet d’enseignement, alors que précédemment ils ne devaient devant élèves qu’un tiers temps, le reste du temps étant consacré à la formation pédagogique. Il y a là une formidable opportunité pour faire disparaître la contre réforme honnie en exigeant le rétablissement des conditions antérieures de stage, et le rétablissement des postes que cela implique (4000 postes). Mais précisément, la direction de la FSU, celle du SNES, se refusent avec obstination à demander l’abrogation pure et simple de ladite contre réforme. Le dernier US magazine (périodique du SNES) demande même que les stagiaires fassent en 2012 2013… deux tiers de service devant élèves , soit le double de ce qu’ils faisaient avant la contre réforme !

Enfin nous avons combattu pour que la FSU manifeste une vraie solidarité aux étudiants du Québec : soutien à leur revendication d’annulation des hausses des droits d’inscription ! A bas la scélérate loi 78 contre le droit de grève et de manifestation ! Et pour cela manifestation à l’ambassade du Canada !

Sur ce dernier point aussi se marque la place de notre courant : Front Unique. Pour qu’il continue à mener ce combat, il nous manque encore 25 candidatures. Portez vous candidat (e) !

Intervention dans le cadre du débat général

Le 6 mai, Sarkozy a été battu. Les travailleurs, les jeunes, les enseignants ont utilisé l'élection pour chasser Sarkozy et son gouvernement qui avaient porté atteinte à leurs droits, à leurs conditions d'existence pendant cinq ans... ils ont voté Hollande, le candidat présenté par le PS, pour se protéger contre l'offensive annoncée contre le droit des travailleurs, notamment par l'opération du 1er mai, où Sarkozy avait explicitement annoncé la couleur d'une vaste offensive contre les travailleurs, les statuts, les droits, mais aussi contre leur droit à combattre pour se défendre, par la lutte des classes !

Le sens du vote est donc très clair ! Mettre en échec Sarkozy, et derrière lui la bourgeoisie française.

Le courant Front Unique avait avant l'élection proposé que la FSU se prononce pour l'appel à voter pour les candidats présentés par les partis issus du mouvement ouvrier, dont le PS et le Front de gauche. Cela signifiait, concrètement, un appel à voter Hollande au deuxième tour ; mais dans le même temps, le courant Front Unique précisait, qu'il ne s'agissait en aucun cas de prendre en charge le programme de ces candidats. Aujourd'hui la direction de la FSU, qui n'a mené la bataille que le 6 mai, et encore pas du tout sur l’appel à voter pour les candidats issus du mouvement ouvrier, se félicite de l'élection de Hollande, prend date pour la discussion avec ce gouvernement, et s'adresse à lui plusieurs fois par semaines ! Rappelons le contenu de la lettre ouverte à Vincent Peillon, du 18 mai : « Pour la FSU, cela nécessite de transformer le fonctionnement du système éducatif. Elle s’est largement exprimée sur l’idée d’un nouveau pacte éducatif et les propositions qu’il recouvre.

Le Président de la République fait de l’Education une priorité. La FSU, première fédération de l’Education nationale, ne peut que s’en féliciter.

Une loi d’orientation et de programmation est prévue ainsi que la création de 60 000 postes dans l’Education nationale durant les 5 années à venir. La FSU n’a cessé ces dernières années d’affirmer qu’il faut concilier le qualitatif et le quantitatif.

Les moyens qui seront mis en œuvre doivent donc l’être pour assurer la réussite d’une politique éducative ambitieuse.

De manière urgente, il faut assurer que la prochaine rentrée scolaire se fasse sous d’autres auspices. »

Qu'en est-il réellement, Peillon a annoncé le début de discussions sur les rythmes scolaires, sur la base des rapports faits à l'époque de Sarkozy et Châtel ; une rentrée sous d'autres auspices ? Pour l'essentiel les postes supprimés dans le budget 2012 le seront effectivement, et totalement dans le secondaire. La raison en est que le gouvernement se place sur le terrain du paiement de la dette. On ne peut pas donner ainsi de chèque en blanc au gouvernement, ce serait s'opposer au message adressé lors de l'élection par les travailleurs, les jeunes, les personnels de l'enseignement : ils veulent qu'avec Sarkozy, les contre-réformes qu'il a imposées soit balayées ! Sans cela la page du Sarkozysme ne serait pas tournée. Ils veulent en particulier :

· L’abrogation du décret évaluation, publié le 7 mai... et dont l'abrogation n'est toujours pas effective.

· Le rétablissement des 14 000 postes supprimés.

· L'abrogation de la contre-réforme de la « formation des maîtres »

· L’abrogation du SMA

et du reste de l'ensemble des contre-réformes, de la maternelle à l'université...

C'est cela qu'attendent les collègues, et il faut le dire, la responsabilité de la direction de la FSU est donc de s'adresser au gouvernement pour annoncer qu'elle en fait un préalable à toute discussion.

Pour réellement tourner la page du Sarkozysme il y encore une échéance : les élections législatives. L'aspiration des collègues doit aussi se traduire sur le terrain de ces élections là. La direction de la FSU doit appeler à voter pour les candidats présentés par les partis issus du mouvement ouvrier, particulièrement du PS, PCF ou PG ; il faut en effet une majorité à l'assemblée du PS, du PC et du PG à laquelle les travailleurs, les jeunes, les enseignants puissent adresser leur revendications. Il faut aussi le dire clairement, il faut dénoncer les accords de front républicain, qui au nom de la lutte contre le Front National amènerait à faire voter pour des partis qui ont soutenu la politique de Sarkozy, dont les propositions n'ont d'ailleurs été que dans la surenchère avec le FN depuis des mois ou des années... pas une voix pour l'UMP, ou même le MODEM, qui exprime les intérêts des financiers et autres banquiers.

Intervention dans le débat général : soutien aux étudiants québécois

J'interviens au sujet de la situation au Québec, où les étudiants mobilisés depuis plusieurs mois font face à l'adoption d’une loi dite « spéciale » : la loi 78, adoptée il y a une dizaine de jours par le gouvernement Charest.

Cette loi constitue une attaque frontale contre le droit de manifestation, le droit de réunion et le droit de s'organiser. Depuis son adoption, des manifestants ont été arrêtés par milliers – plus de 2000, déjà, en fin de semaine dernière.

Cette offensive ne frappe pas seulement les étudiants et les travailleurs québécois. Ce que tente d'imposer le gouvernement Charest du Québec, c'est ce que Sarkozy annonçait vouloir imposer lors des élections, sur fond d'insultes contre les chômeurs et de menaces contre les syndicats nommés « corps intermédiaires ». C'est ce contre quoi les travailleurs et la jeunesse se sont dressés en France, d'abord le 1er mai, puis le 6 mai en votant massivement pour dégager Sarkozy.

La tentative d'imposer la loi 78 au Québec constitue un test pour tous les gouvernements au service des capitalistes, en Amérique du Nord ou en Europe. Alors que la crise du capitalisme continue de se développer, qu'elle est même en passe de franchir un nouveau seuil, que tous les droits et acquis arrachés par les travailleurs, notamment après la seconde guerre mondiale, sont remis en cause par les gouvernements au service des capitalistes, tous ces gouvernements aspirent à briser le frein à leur offensive que constituent les organisations syndicales. Si Charest arrive à ses fins, des attaques majeures contre les libertés démocratiques, les droits syndicaux, le droit de faire grève ou de manifester, seront à l'ordre du jour de tous ces gouvernements.

Qu'on en juge :

- avec la loi 78, les directions syndicales sont sommées d'organiser elles-mêmes la fin des grèves et la reprise des cours dans toutes les universités.

- tout rassemblement de plus de dix personnes est interdit sur les campus – une mesure visant à interdire la tenue des Assemblées Générales étudiantes au cœur du mouvement de grève.

- toute manifestation est soumise à approbation de la police, qui peut les interdire de facto, ou n'accorder son autorisation qu'avec quelques heures d'avance.

Dans les faits, les manifestations deviennent impossibles.

- tout fait de casse – le moindre provocateur infiltré, le moindre manifestant accusé de casser un carreau au milieu d'un cortège de 10 000 personnes – expose les organisateurs à des poursuites – ils sont donc présumés coupables – et des amendes allant jusqu'à 125 000 $ canadiens peuvent leur être infligées.

- je n'énumèrerai pas tous les articles de la loi 78 : cependant, il faut encore savoir que les syndicats ou associations étudiantes qui désobéiraient pourraient être littéralement chassées des universités, privées de locaux et de droit d'expression.

Tout cela, pour briser un mouvement de la jeunesse sans précédent et totalement légitime ! Au Québec, les frais d'inscription universitaires sont exorbitants, proches de 1700 euros par an en moyenne ; et Charest veut les augmenter de plus de 80% !

Le seuil de l'intolérable est franchi : pratiquement, la « réforme » du gouvernement Charest prive des dizaines de milliers de jeunes du droit aux études. Les étudiants québécois refusent de payer pour le capitalisme en crise, contre une société qui leur barre la route de l'avenir.

Alors, ce CDFN a une responsabilité à prendre dans cette affaire.

La FSU doit se prononcer : A bas la loi 78 ! Libération de tous les manifestants arrêtés ! Pour la défense du droit de manifester, de se réunir et de s'organiser.

Je propose que la FSU décide d'appeler, dans les plus brefs délais, avec l'UNEF, avec la CGT et FO, à une manifestation massive devant l'ambassade du Canada dans ce sens, en soutien aux étudiants québécois.

Motion : soutien aux étudiants québécois

Considérant :

- que la loi « spéciale » n°78 votée par le gouvernement Charest constitue une attaque en règles contre les libertés démocratiques élémentaires : droit de manifestation, droit de réunion, liberté d'expression et droits syndicaux ;

- que c'est le droit le plus élémentaire des étudiants québécois que de faire grève, manifester et s'organiser, dans leurs assemblées générales et dans leurs syndicats, contre la hausse usuraire des frais d'inscription universitaires programmée par le gouvernement Charest et pour le droit aux études ;

- que la mise en œuvre de la loi 78 s'accompagne d'un déchaînement de violences policières et d'arrestations par milliers ;

Le CDFN de la FSU se prononce :

A bas la loi 78 !

Libération de tous les manifestants arrêtés

Pour le droit de manifestation, de réunion, de grève et d'organisation pour les étudiants québécois

Dans ce sens, le CDFN de la FSU décide d'appeler, dans les plus brefs délais, à une manifestation massive devant l'ambassade du Canada sur ces mots d'ordre. Il invite les directions de l'UNEF, de la CGT, de FO à se joindre à cette initiative.

Pour 12 Contre 71 abstentions 1 nppv 34

Intervention : Quelle position doit adopter la FSU sur les législatives ?

Le résultat des élections présidentielles a été très clair.

Les travailleurs se sont saisis du vote Hollande pour en finir avec la politique réactionnaire du gouvernement Sarkozy-Fillon, pour exprimer leur aspiration à dégager ses contre-réformes et à défendre leurs revendications.

Le courant Front Unique est intervenu pour que la FSU appelle à voter pour battre Sarkozy, donc au second tour pour le candidat présenté par le PS, François Hollande, sans aucun soutien à son programme. La direction fédérale s’y est opposée. Mais les travailleurs se sont exprimés.

Et aujourd’hui, le premier objectif des élections législatives serait de dégager l’UMP.

Ce dont nous avons besoin, c'est d'une majorité dont on pourra exiger qu'elle satisfasse les revendications.

Et pourtant, à nouveau, la direction fédérale nous joue la même musique. Bernadette Groison nous a expliqué en substance hier que ces élections n'ont pas tellement d'importance "il y a les élections législatives, ça va compter un peu. Et puis on verra le résultat dans 3 semaines".

Qui peut croire que le résultat de ces élections puisse être indifférent pour les travailleurs ?

Ces derniers ont voté Hollande sans voter pour son programme, la direction de la FSU fait le contraire : elle a refusé d'appeler à voter Hollande mais elle épouse déjà son programme en appelant à la concertation sans qu'au préalable soient abrogées toutes les contre-réformes du gouvernement Sarkozy-Fillon.

Pire, le dialogue n'est pas rompu avec l'UMP ou le Modem : comme lors des présidentielles, la direction de la FSU continue d'interpeller les élus, y compris ceux de l'UMP qui ont voté toutes les attaques, y compris ceux du Modem de Bayrou, le candidat de l'école privée qui réclame la poursuite des suppressions de postes.

On n’a pas chassé la politique de Sarkozy par la porte pour quelle revienne par la fenêtre, au nom du "front républicain" contre le FN.

La responsabilité de ce CDFN est par conséquent

- d'appeler les travailleurs à voter pour les candidats des partis issus du mouvement ouvrier, particulièrement ceux du PS-PCF-PG au premier tour et au second tour, indépendamment de leur programme.

- de se prononcer pour qu'il n'y ait aucune voix pour les candidats des partis bourgeois notamment l'UMP ou le Modem, y compris sous prétexte du prétendu « front républicain » contre le Front National.

Motion Elections législatives : pour une majorité PS-PCF-PG à l’Assemblée Nationale

Le 6 mai, les travailleurs se sont mobilisés pour battre Sarkozy et rejeter sa politique de destruction des acquis ouvriers.

Pour en finir avec cette politique et avec ceux qui l'ont portée, le CDFN de la FSU considère que la défense des travailleurs, des services publics, de l'enseignement public, exige que la défaite imposée au représentant de la bourgeoisie soit concrétisée par l'élection d'une majorité de députés PS, PCF et PG à l'Assemblée nationale. De cette majorité, les travailleurs et la jeunesse pourront exiger la satisfaction des revendications.

Par conséquent, le CDFN :

- appelle les travailleurs à voter pour les candidats des partis issus du mouvement ouvrier, particulièrement ceux du PS-PCF-PG au premier tour et au second tour, indépendamment de leur programme.

- se prononce pour qu'il n'y ait aucune voix pour les candidats des partis bourgeois y compris sous prétexte de « front républicain » contre le Front National.

Pour 6 Contre 103 Abst 1 nppv 8

Intervention : Sarkozy a été dégagé alors il faut que ses contre-réformes dégagent !

C’est ce que veulent les travailleurs, la jeunesse, qui se sont servis de leur bulletin de vote pour le chasser

Et la FSU a une immense responsabilité : répondre à cette aspiration en exigeant l’abrogation des contre-réformes de Sarkozy.

Or, dès le 6 mai la direction de la FSU a déclaré qu’une page était tournée et s’est dite prête à discuter avec le gouvernement de nouvelles réformes, sans aucun préalable, sans aucune condition.

Mais les enseignants, les personnels le savent, la page du Sarkozysme n’est pas tournée, pour preuves :

La rentrée se prépare avec la suppression des 14 000 postes décidée par Sarkozy, la saignée des suppressions de postes dans l’Éducation Nationale continue. Alors la rupture prônée hier par Bernadette Groison ne passe-t-elle pas en premier par l’exigence du rétablissement de ces 14 000 postes dès cette rentrée avant tout « dialogue » avec le gouvernement?

Le décret sur l’évaluation, ultime provocation du gouvernement Sarkozy qui l’a promulgué le 7 mai alors qu’il était battu, une atteinte grave contre le statut que Peillon avait alors promis d’abroger. Peillon est nommé ministre depuis 2 semaines et toujours rien. Par contre, il veut lancer un grand débat sur les rythmes scolaires dont les enseignants savent que c’est un autre angle d’attaque contre leur statut. La référence du ministre ? : le « travail approfondi » de la concertation de Châtel qui avait été commandé avec le but de remettre en cause définition hebdomadaire du service des enseignants pour l’annualiser et réduire les vacances scolaires.

Et puis, comment la FSU pourrait accepter de discuter de nouvelles réformes sans mettre comme préalable

- l’abrogation du SMA qui remet en cause le droit de grève ?

- l’abrogation du décret sur la modulation des services des enseignants chercheurs et l’abrogation de la contre-réforme de la formation des maîtres ?

En 2009, la volonté des collègues s’est exprimée. Ces réformes ont été imposées contre la mobilisation historique des enseignants-chercheurs et parce que, il faut le rappeler, la direction de la FSU a refusé de reprendre leur exigence du retrait pur et simple.

Malheureusement, comme on le lit dans le texte action, elle persiste et signe. La direction du SNES, elle « demande d’abaisser d’au moins un tiers le temps de service en responsabilité et de prévoir la mise en place de réelles formations ».

Depuis Darcos, un stagiaire est utilisé pour remplacer un poste, avec cette proposition, un stagiaire ne remplacera « plus que » 2/3 de poste. En clair cette position n’est qu’une version soft de la contre-réforme Darcos, et bien loin de ce qui existait avant sa réforme.

La seule revendication c’est abrogation de la réforme de masterisation de la formation des maitres.

Il en est de même de la contre-réforme des retraites :

Hollande l’a dit et réaffirmé il ne veut pas abroger la contre-réforme de 2010,

Il veut tout au plus accorder aux travailleurs qui ont leurs 42 annuités le droit de partir à 60 ans et encore il mégote sur le nombre de trimestres qui seront validés et voudrait faire payer cette mesure par les retraités eux-mêmes via la CSG.

Mais d’un autre côté, Hollande se montre beaucoup moins pingre pour les banksters de DEXIA, qui ont déjà bénéficié de 18 milliards d’euros de fonds publics depuis 2008, et à qui il vient de confirmer la garantie de l’État pour plusieurs dizaines de milliards d’euros.

C’est d’ailleurs exactement ce que signifie l’engagement de Hollande de payer les milliards de la dette, rubis sur l’ongle. C’est faire payer la crise aux travailleurs. Et pour cela son gouvernement ne se contentera pas de maintenir l’essentiel des contre-réformes Sarkozy-Fillon. La crise continue et s’amplifie, il devra porter le fer plus violemment encore dans les acquis du prolétariat.

Alors la conclusion s’impose : la satisfaction des revendications exige que ce CDFN de la FSU se prononce pour l’abrogation de toutes ces contre-réformes et qu’elle en fasse un préalable à toute discussion avec le gouvernement Ayrault-Duflot-Plenel.

Pas de chèque en blanc pour Hollande et son gouvernement !

Motion : Les travailleurs et la jeunesse ont « dégagé » Sarkozy. Ses contre-réformes doivent également dégager !

Le CDFN de la FSU réuni trois semaines après la défaite infligée à Sarkozy aux élections présidentielles par les travailleurs et la jeunesse déclare : Sarkozy a été chassé, ses contre-réformes attaquant les acquis ouvriers, la recherche et l’enseignement publics, de la maternelle à l’université, doivent dégager,

à commencer par :

- L’abrogation effective du « décret évaluation »

- Le rétablissement des 14000 postes supprimés à la rentrée 2012

- L’abrogation de la contre-réforme de la formation des maîtres et du décret modifiant le statut des enseignants chercheurs

- L’abrogation de la contre-réforme des retraites et de la TVA dite « sociale » contre la Sécurité Sociale

- Abrogation de la loi SMA qui limite le droit de grève

Le CDFN fait de la satisfaction de ces revendications un préalable à toute discussion avec le gouvernement Hollande-Ayrault-Duflot-Pinel.

Pour 7 Contre 92 abstentions 2 nppv 17

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Mer 6 Juin - 14:35

Un compte-rendu du congrès national du SNASUB (administratifs et bibliothèques) est également consultable sur le site de Front Unique, rubrique "interventions dans les instances".

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Eugene Duhring le Mer 6 Juin - 20:02

Barber a écrit:Lettre de Liaison n°200: compte-rendu du Conseil National (CDFN) de la FSU des 30-31 mai

Motion : soutien aux étudiants québécois

Considérant :

- que la loi « spéciale » n°78 votée par le gouvernement Charest constitue une attaque en règles contre les libertés démocratiques élémentaires : droit de manifestation, droit de réunion, liberté d'expression et droits syndicaux ;

- que c'est le droit le plus élémentaire des étudiants québécois que de faire grève, manifester et s'organiser, dans leurs assemblées générales et dans leurs syndicats, contre la hausse usuraire des frais d'inscription universitaires programmée par le gouvernement Charest et pour le droit aux études ;

- que la mise en œuvre de la loi 78 s'accompagne d'un déchaînement de violences policières et d'arrestations par milliers ;

Le CDFN de la FSU se prononce :

A bas la loi 78 !

Libération de tous les manifestants arrêtés

Pour le droit de manifestation, de réunion, de grève et d'organisation pour les étudiants québécois

Dans ce sens, le CDFN de la FSU décide d'appeler, dans les plus brefs délais, à une manifestation massive devant l'ambassade du Canada sur ces mots d'ordre. Il invite les directions de l'UNEF, de la CGT, de FO à se joindre à cette initiative.

Pour 12 Contre 71 abstentions 1 nppv 34

Dis-moi, à quoi ça rime de proposer des motions dont on est sur qu'elles seront retoquées. Ainsi dans l'exemple que j'ai pris, la conclusion est tellement autoritaire et tellement fermée que cette motion n'avait aucune chance d'obtenir une adhésion majoritaire.

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Barber le Mer 6 Juin - 20:25

Et tu aurais proposé quoi?

Barber

Messages : 142
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de liaison - Front Unique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum