Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone à 394€ seulement
Voir le deal
394 €
Le deal à ne pas rater :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils – 1 an (clé ...
4.99 €
Voir le deal

Débat stratégique dans le NPA

Page 15 sur 20 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 20  Suivant

Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Jeu 23 Mai - 8:13

gérard menvussa a écrit:Je suis trés emmerdé : parce que la question est difficile : théorie et pratique se rejoignent "quand on a gagné"... Avant....
"La téorie"' permet d'agir alors même qu'on a pas "tous les "éléments". Si la pratique était suffisante, personne ne se lancerait dans "la théorie", et des résultats trés aléatoires.....

Hi hi...

Bon, le texte de Sabado (qui m'avait fait rejoindre le projet du NPA ensuite) posait une série de questions intéressantes mais avait également ses limitations et en germe des trajectoires stratégiques complétement différentes (réformistes pour l'essentiel de la GA, ou révolutionnaires pour d'autres).

Le dernier texte qu'il a commis bascule bien plus fort vers le réformisme et le vertige de l'intégration dans les institutions électives de l'appareil d'état.

[url=Les gauches dans la crise ]Les gauches dans la crise [/url] correspondent assez aux danses du ventre que l'on a vu de Samy Josuah autour de la question du FdG et des institutions électives de l'appareil d'état avant qu'il ne rejoigne le réformisme.

Je ne sais si cela se passera de la même façon, on verra.

L'insistance sur Syriza montre les vertiges électoralistes qui saisissent beaucoup dés qu'un parti ou un front ayant des révolutionnaires en son sein obtient quelque part plus de 20% aux élections, ...
Sauf que ce type de raisonnement est puissamment politicien et ne s'attarde pas à la scène centrale de la lutte des classes, ne s’attarde pas sur les problèmes évidents d'organisation de l'essentiel du prolétariat grec. C'est normal, le centre de la politique de Syriza, pour caricaturer, c'est pas les soviets, c'est pas les "travailleurs eux mêmes", etc, ce n'est pas une prise de pouvoir direct de la classe populaire mais l'accès à une majorité parlementaire avec forcement des forces réformistes bourgeoises, sans compter que les règles du jeu électoral peuvent changer.

Les questions posées de Sabado sont dispersées là dessus , le front d'opposition n'a de substantiel qu'au travers d'une matérialisation d'unité avec des petits partis réformistes, gonflés à l'hélium , mais ne part pas des possibilités de reconstruire les organisations de la classe ouvrière au sens large , ni de la construction d'une force révolutionnaire dans le prolétariat qui passe par autrement que de récupérer quelques centaines de réformistes .

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Gaston Lefranc le Jeu 23 Mai - 8:20

Cesser d'être à la remorque programmatique du Front de gauche :
http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/autre/mai2013-fdg.pdf

Élections municipales et européennes : pour des listes anticapitalistes défendant un programme anticapitaliste !
http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/autre/mai2013-election.pdf

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Estirio Dogante le Jeu 23 Mai - 11:22

Des textes clairs et intéressants mais que sur certains aspects sollicitent des questions.

Le premier "cesser d'être à la remorque..." est complètement correct. Tant comme il était nécessaire d'aller à la manif du 5 pour apporter une autre ligne aux masses présentes, autant aller à cette réunion est une faute ou pire.

Mais sur le deuxième document relatif aux élection, le paragraphe suivant me semble ou gauchiste ou peu clair.

Le texte soumis au congrès parisien (qui a fait consensus entre toutes les sensibilités du parti) fixe une orientation claire qui devrait être majoritaire au sein du NPA : nous voulons aller aux élections avec un programme anticapitaliste : un programme de transition qui relie nos revendications à la nécessité du pouvoir des travailleurs pour les imposer. Nous nous adressons en conséquence uniquement aux forces anticapitalistes pour le défendre avec nous : cela exclut toute possibilité de liste commune avec les composantes du FdG, mais permet d'ouvrir des discussions avec Lutte ouvrière et Alternative libertaire.
Nous proposons au CPN de suivre le même chemin : priorité aux discussions avec LO et AL pour des listes anticapitalistes indépendantes, pour explorer la possibilité de se présenter à la fois aux municipales et aux européennes.

Le FdG est réformiste c'est clair, mais n'est-il pas "anticapitaliste" à sa manière?
A quoi cela sert de se lier les mains et oublier la tactique léniniste d'appuyer les libéraux face à la réaction quand on ne peut pas ou on n'a pas le forces ou l'audience pour faire mieux?
Qu'il faut chercher chercher en priorité des alliances avec les partis et groupes affines, cela est clair, même obligatoire; mais s'interdire de profiter des opportunités qui permettraient d'élargir la portée des propositions du Npa...à quoi cela rime?

Cet autre paragraphe est contradictoire
Le texte de la position Y refuse, au niveau national, tout accord avec le FdG. Nous sommes totalement d'accord. En revanche, il envisage la possibilité, au niveau local, de listes communes avec des composantes du FdG qui refuseraient tout soutien même critique au gouvernement ou aux municipalités de gauche. C'est une condition nécessaire, mais non suffisante : toute liste commune devrait se faire sur un contenu anticapitaliste conséquent.

Bon il est inutile dire que le FdG signera n'importe quel papier " de contenu anticapitaliste conséquent", mais c'est vrai, c'est une condition indispensable. Dans ces conditions, je ne vois pars pourquoi un accord national avec le FdG est impossible (moins encore des accords locaux). Le but des élections, en ce moment précis, est de se servir d'une tribune pour propager des revendications.

Si cela se fait, à niveau national ou local, "sur un contenu anticapitaliste conséquent" où est le problème? Les masses de gauche ne semblent pas le suivre en grande partie? C'est un critère qu'il ne faut pas négliger.

Aujourd'hui, il y a un seul danger à éviter, l'isolement. Tant que l'on peut éclairer les masses tout en leur donnant l'impression qu'une force est en train de se créer, c'est du tout gagné. La pure et simple "défense" des principes (du dogmatisme et du sectarisme) conduit au néant.

Bien sur, pour cela il faut une direction au Npa qui soit totalement consciente des dangers d'une telle tactique et qui tienne fermement sur des positions communistes. Voila plutôt où le bat blesse, mais cela peut se corriger sans tomber dans l’isolationnisme.

Estirio Dogante

Messages : 686
Date d'inscription : 30/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  yannalan le Jeu 23 Mai - 12:47

CCI qui combattent pour la révolution prolétarienne
Pour l'instant le CCI est planqué derrère le POI qui se garde bien de parler de ça...

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Jean Jean le Jeu 23 Mai - 12:59

Site du CCI IVe Internationale courant du POI
Jean Jean
Jean Jean

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2013
Localisation : Késtufou-sur-Yvette

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Jeu 23 Mai - 18:55

Estirio Dogante a écrit:Des textes clairs et intéressants mais que sur certains aspects sollicitent des questions.

Le premier "cesser d'être à la remorque..." est complètement correct. Tant comme il était nécessaire d'aller à la manif du 5 pour apporter une autre ligne aux masses présentes, autant aller à cette réunion est une faute ou pire.

Mais sur le deuxième document relatif aux élection, le paragraphe suivant me semble ou gauchiste ou peu clair.

Le texte soumis au congrès parisien (qui a fait consensus entre toutes les sensibilités du parti) fixe une orientation claire qui devrait être majoritaire au sein du NPA : nous voulons aller aux élections avec un programme anticapitaliste : un programme de transition qui relie nos revendications à la nécessité du pouvoir des travailleurs pour les imposer. Nous nous adressons en conséquence uniquement aux forces anticapitalistes pour le défendre avec nous : cela exclut toute possibilité de liste commune avec les composantes du FdG, mais permet d'ouvrir des discussions avec Lutte ouvrière et Alternative libertaire.
Nous proposons au CPN de suivre le même chemin : priorité aux discussions avec LO et AL pour des listes anticapitalistes indépendantes, pour explorer la possibilité de se présenter à la fois aux municipales et aux européennes.

Le FdG est réformiste c'est clair, mais n'est-il pas "anticapitaliste" à sa manière?
A quoi cela sert de se lier les mains et oublier la tactique léniniste d'appuyer les libéraux face à la réaction quand on ne peut pas ou on n'a pas le forces ou l'audience pour faire mieux?
Qu'il faut chercher chercher en priorité des alliances avec les partis et groupes affines, cela est clair, même obligatoire; mais s'interdire de profiter des opportunités qui permettraient d'élargir la portée des propositions du Npa...à quoi cela rime?

Cet autre paragraphe est contradictoire
Le texte de la position Y refuse, au niveau national, tout accord avec le FdG. Nous sommes totalement d'accord. En revanche, il envisage la possibilité, au niveau local, de listes communes avec des composantes du FdG qui refuseraient tout soutien même critique au gouvernement ou aux municipalités de gauche. C'est une condition nécessaire, mais non suffisante : toute liste commune devrait se faire sur un contenu anticapitaliste conséquent.

Bon il est inutile dire que le FdG signera n'importe quel papier " de contenu anticapitaliste conséquent", mais c'est vrai, c'est une condition indispensable. Dans ces conditions, je ne vois pars pourquoi un accord national avec le FdG est impossible (moins encore des accords locaux). Le but des élections, en ce moment précis, est de se servir d'une tribune pour propager des revendications.

Si cela se fait, à niveau national ou local, "sur un contenu anticapitaliste conséquent" où est le problème? Les masses de gauche ne semblent pas le suivre en grande partie? C'est un critère qu'il ne faut pas négliger.

Aujourd'hui, il y a un seul danger à éviter, l'isolement. Tant que l'on peut éclairer les masses tout en leur donnant l'impression qu'une force est en train de se créer, c'est du tout gagné. La pure et simple "défense" des principes (du dogmatisme et du sectarisme) conduit au néant.

Bien sur, pour cela il faut une direction au Npa qui soit totalement consciente des dangers d'une telle tactique et qui tienne fermement sur des positions communistes. Voila plutôt où le bat blesse, mais cela peut se corriger sans tomber dans l’isolationnisme.

La question est celle du centre de l'activité du parti révolutionnaire, ce centre est dans la classe ouvrière, dans le travail d'organisation de celle-ci au travers de la lutte des classes.

Le centre ne ressort ni de près ni de loin de l'unité avec des petits partis qui n'existent même plus de façon organisée dans les entreprises.
Je n'ai rien contre des alliances électorales mais il faut cesser d'y accorder une grande importance, et ce qui est important c'est de développer notre politique.

Et on verra alors que c'est d'un coup plus facile de parler aux quelques milliers de militants ouvriers du FdG sans accorder autant d'importance à leurs dirigeants.

L'unité avec les FdG est utile quand des initiatives peuvent être partagées permettant d'améliorer l'organisation de notre classe , d'améliorer le contrôle de ses organisations par notre classe, d'améliorer le contenu des batailles revendicatives. Ce n'est pratiquement jamais le cas. On peut partager des combats , mais ce ne sont pas des partenaires .

Donc la question est reposée de (re)construire les organisations du mouvement social, ça n'a strictement rien à voir avec le FdG.

Et de construire le parti qui aide à cette progression de l'organisation de masse et unitaire des travailleurs , l'unité de petits partis réformistes c'est ni de près ni de loin cela.

Et la question du programme posée de façon fétichisée est un aspect secondaire; il faut arrêter le fétichisme du texte juste qu'on arriverait à faire signer à des réformistes.

Non pas que le programme ne soit pas important mais c'est la capacité de l'appliquer dans le cadre d'une stratégie qui importe.
Ce n'est pas le bon texte qu'on fera signer à des réformistes qui importe. Ça, ça n'existe pas .

Par contre il est exact que pour le mouvement ouvrier malade d'Europe , c'est à dire le mouvement ouvrier français, la classe bouge et mène des résistances.
Le potentiel de résistance existe, et le fond des batailles sociales en France, si il est plus faible qu'à une époque, demeure un feu roulant .
Il y a en ce moment par exemple plusieurs dizaines d’hôpitaux en France dans lesquels se mènent des batailles sociales mais les problème d'existence d'une forme d'organisation unitaire qui mette cela en mayonnaise sont des obstacles absolus pour aller plus loin. D'en aucune manière les bureaucraties dirigeant des 9 confs françaises (pour caricaturer) n'apporteront une quelconque réposne là dessus, aucun travail avec le FdG n’apportera une réponse là dessus, ils n'y sont pas organisés politiquement et si ils y ont des militants dans les syndicats ils y ont aussi des bureaucrates, mais les uns et les autres , ils ne représentent pas des masses de monde.
Les révolutionnaires là dessus sont face à leurs responsabilités même si ils ne sont pas beaucoup.
Le problème renvoie essentiellement à la crise des organisations et non aux potentiels de résistance. Le problème vient beaucoup qu'on est toujours à tourner en rond sur la question de l'unité avec des débris politiques réformistes style FdG de moins en moins implantés, et pas d'assumer nos responsabilités organisatrices.

Quand quelques dizaines de guguss arrivent à developper des mvts de masses entrainant des centaines de milliers de jeunes prolétaires en Espagne et au Portugal, même réformistes et tout ce qu'on veut, et qu'avec nos milliers de militants on n'arrive pas à faire bouger les mêmes secteurs dans de mêmes circonstances, confrontés aux mêmes problèmes, à la même culture, c'est qu'on a un problème et qu'on a un problème évident.

Il faut le dire .

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Babel le Ven 21 Juin - 18:59

Discussion à fleurets mouchetés entre François Sabado et Samy Johsua ("mon camarade" par-ci, "mon camarade" par-là...Rolling Eyes ) autour de la question de la République, avec celle de l’État en plat de résistance.

Quelques questions à François Sabado à propos de la République
JOHSUA Samuel - 14 juin 2013 : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article28923

La République ? Première réponses aux questions posées par Samy Joshua
SABADO François - 20 juin 2013 :
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article28981#nb1

Où l'on voit les avancées théoriques considérables accomplies au cours de ces dernières décennies sur ces questions.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  gérard menvussa le Mar 25 Juin - 1:07

Discussion à fleurets mouchetés

La discussion a beau être polie, elle n'est pas (me semble t il) complaisante, d'aucun coté. Il faudrait pouvoir avoir cette qualité de débats avec d'autres courant du mouvement ouvrier, mais on en est trés trés loin !
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau le Jeu 18 Juil - 4:41

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Ven 26 Juil - 22:37

Une reprise qui me semble utile :
Mai rampant ou automne chaud ?

Je rajoute un élément en fin de texte...


par Jacques-Marc Chastaing

Pour penser le présent, il n’est pas indifférent de choisir sa référence au passé. C’est à juste titre l’argument de Ph.Corcuff lorsqu’il choisit le « mai rampant » italien plutôt que le mai 68 français pour aider à comprendre le mouvement des retraites.
Résistance ou révolution ?

L’avantage de la grille de lecture du "mai rampant", c’est de placer les évènements dans leur développement, c’est penser en terme de période et pas d’évènements soudains. On a souvent coutume en effet d’appeler "mai rampant", l’ensemble des évènements qui englobent en Italie toute la période qui va de mars 68 à décembre 69, voire, parfois, jusqu’à 1979-80.

Cette référence n’a par contre plus cet avantage si l’on ne met pas ces évènements en relation avec les évolutions économiques, sociales et politiques profondes dont ils sont les révélateurs et qu’on ne s’en tient qu’à la chaine évènementielle. Les 18 mois du mai rampant deviennent alors un tout soudain et fortuit au même titre que les deux mois du mai 68.

C’est là où si l’on pousse jusqu’au bout l’amorce de raisonnement contenu dans la référence au mai rampant, on débouche sur la question du cycle historique. Car plus que d’opposer mai rampant et mai 68, il est plus productif de chercher ce qu’il y a de commun à ces deux épisodes, comme d’ailleurs aux évènements à la même époque qui ont traversé de nombreux pays de la planète des USA au Nigéria en passant par l’Allemagne ou le Pakistan et qui ont fait de toute la période qui va de la fin des années 1960 aux années 1970 un cycle historique commun de luttes.

Et s’il faut se poser la question de la nature du mouvement des retraites, on ne peut le faire qu’en le liant non seulement aux luttes du printemps 2009 en France mais aussi à tous les mouvements qui sont en train de traverser l’Europe dans la même période voire plus loin comme ceux d’Afrique du Nord pour le moins. C’est-à-dire que si on cherche l’appui d’une référence au passé, la question qu’il faut se poser est de savoir si nous sommes entrés ou non aujourd’hui dans un nouveau cycle historique de luttes lié d’une manière ou d’une autre à la crise.

De la réponse que nous donnons à cette question dépend l’attitude que nous devons avoir pour les petites choses comme pour les grandes, de notre politique dans les cantonales, du contenu de nos alliances éventuelles, de nos campagnes sociales, des choix de construction de notre organisation et de l’orientation politique globale du NPA. Si nous sommes entrés dans un tel cycle de luttes, nous assisterons à une politisation et une radicalisation des jeunes et des milieux populaires. Dès lors, dans tous les domaines, nous devons non seulement nous y préparer, nous-mêmes, politiquement, idéologiquement et organisationnellement mais avoir une politique qui y prépare les plus larges masses, qui s’adresse en ce sens directement aux travailleurs en rupture avec toutes les fausses lunes passées de la gauche et de la gauche de gauche.

D’un point de vue idéologique, cela veut dire une "rupture" intellectuelle avec les décennies passés. Nous devons abandonner les habitudes trop courantes d’un certain défaitisme intellectuel qui se cachent souvent sous l’éclectisme des références et sous le vocable général de l’esprit de "résistance". Nous devons abandonner ce "bon ton" du désespoir intellectuel. Nous ne "résistons" plus, nous préparons l’offensive et prenons ouvertement et clairement le vocabulaire de la "révolution". Il nous faut faire comprendre que l’enjeu majeur actuel pour notre organisation est d’avoir la volonté de voir le subversif dans le réel qui se déroule sous nos yeux et de se donner les outils intellectuels, organisationnels et politiques pour cela.

C’est pourquoi, faute de ce choix, Ph. Corcuff ne voit le subversif que dans le détail du mouvement et pas dans la dynamique générale de la période. Ce qui a un certain nombre de conséquences. D’abord, d’être toujours à la traîne des mouvements, de ne pas pouvoir y peser en n’en ayant pas l’intelligence. Ensuite de tenter de compenser ce "suivisme" social et politique par de purs appels incantatoires à la grève générale.
Dès lors, à la juste critique que fait Corcuff de ces appels incantatoires à la grève générale lors du mouvement des retraites faute d’une "intelligence de la situation", il oublie d’associer le suivisme politique et idéologique qui les provoque en les précédant dans les périodes de calme. C’est pourquoi il oppose cette impuissance générale de l’incantation et l’effilochement du mouvement général à l’aspect "durable, multiforme et convergent" du détail du mouvement qu’il retrouve dans la durée sans but du mai rampant, de ce mouvement italien sans grève générale. Il donne ainsi, malgré lui, suivant ce qu’il explique et le regrette dans la dernière revue TEAN, le sentiment qu’il oppose le mouvement lui-même à sa dynamique de grève générale.

Mais on ne peut faire autrement lorsqu’on n’est armé que du seul esprit de "résistance" et sans esprit "révolutionnaire". On ne peut qu’opposer le détail du mouvement à sa compréhension générale, l’évènement à sa dynamique, l’ensemble à ses moments paroxystiques.

Et, logique de cela, on ne peut que ramener l’économie politique à la sociologie, suggérer les vieilles caricatures du "tout ou rien", de la grève générale (ou révolution) sous la forme du "Grand soir", qui opposent les révolutionnaires à la lutte quotidienne, la réforme à la révolution. Alors que ce que montrent plus de cent ans d’histoire, c’est qu’il n’y a que le combat des révolutionnaires qui ait obtenu des réformes partielles et que ce sont ceux qui veulent le "tout" qui obtiennent le "rien," ou plus, exactement un peu.

C’est pourquoi, il doit aller chercher de manière anachronique chez le très controversé G.Sorel son idée de la grève générale comme un mythe (alors que ce dernier ne donnait absolument pas le sens "d’illusion" à ce terme mais tout l’inverse) et l’associer à l’idée de "grève de masse" ( ou "grève générale", "grève générale politique" suivant les moments et les traductions) de Rosa Luxembourg qui était au contraire chez elle un concept de combat contre le mythe de la grève générale "anarcho-réformiste" d’un G. Sorel qui en faisait un tout fantasmatique, un "Grand soir", empêchant toute intelligence de la situation, dissociant la lutte économique de la lutte politique et ne posant pas la question du pouvoir.

Rappelons que R.Luxembourg, concevait la "grève de masse" ou "grève générale politique" comme une épisode, un cycle de nombreuses années, où, disait-elle, « la révolution précède la grève générale et pas l’inverse ». C’est-à-dire où la politisation des masses, l’état d’esprit potentiellement révolutionnaire de ces dernières est à l’origine des luttes sociales dans lesquelles elles s’engagent et leur donne sur toute une période cette orientation à la généralisation, première étape vers le renversement révolutionnaire du capitalisme et la prise du pouvoir par les masses.

Mai rampant ou automne chaud ?

Choisir le "mai rampant"des étudiants, et pas "l’automne chaud" des ouvriers italiens, faire commencer la "grève générale politique" italienne en 1966 est tout à la fois anachronique et en même temps révélateur de cet état d’esprit avec lequel nous devons rompre.

Le mouvement des retraites n’a pas été une mobilisation étudiante mais ouvrière. Privilégier le "mai rampant" étudiant, c’est donner à la vague de luttes ouvrières italiennes de 1969 nommée "l’automne chaud", le cœur des évènements italiens, la signification d’un simple prolongement du mouvement étudiant, ce qui est tout autant une légende que celle du "mai 68" français. Ce n’est pas exact chronologiquement car ce ne sont pas les étudiants, mais les ouvriers qui ont commencé le long mouvement de luttes de l’Italie des années 1960 et 1970. Ce n’est pas exact non plus quand à l’importance des mobilisations des uns et des autres et leurs poids respectifs sur la vie du pays. Ce n’est pas exact enfin pour leurs significations respectives, puisque c’est le mouvement ouvrier qui a révélé et donné sens aux évolutions économiques, sociales et politiques de toute une période auquel le mouvement étudiant a seulement tenté de donner prolongement et forme à travers notamment ce qui s’est appelé "l’opéraïsme" et la construction d’organisations type Lotta Continua, Potere Operaïo ou d’autres.

La référence au mai rampant n’est donc pas bonne mais a surtout des effets pervers. Car le plus frappant dans l’effort de contextualisation de Ph. Corcuff pour comprendre le mouvement des retraites c’est qu’il est capable d’aller chercher l’Italie mais oublie avec les ouvriers la crise et, de ce fait, le rôle des syndicats. Ce qui permet d’une part, en oubliant la dimension potentiellement catastrophique de la situation actuelle, d’oublier la lutte de classes ouvriers/capitalistes qui a une longue histoire, de se référer implicitement à la notion de "multitude" dans son instant plutôt que celle des "classes" dans leur histoire, de limiter en conséquence le mouvement des retraites à sa gestion de l’immédiat et, d’autre part, en autonomisant le mouvement social de ses organisations, de chercher dans la comparaison anachronique d’un passé intemporel des réponses pacifiques et progressives pour aujourd’hui. Ce qui revient à poser l’Italie pour ne retenir que la désobéissance civile individuelle de Thoreau et borner le mouvement des retraites au simple fait de se soustraire aux règles comme le refus de payer l’impôt de Thoreau, alors que le mouvement a été bien plus loin et a remis en cause ces règles. Bref un "mai rampant" qui, faute de périodisation, nous entraîne dans le domaine du merveilleux où on peut changer le monde sans poser la question du pouvoir et distordre l’histoire en additionnant G.Sorel à R.Luxembourg.

Mais pour mieux juger de la pertinence du "mai rampant" prétendument opposé au mythe de la "grève générale", regardons ce qui s’est passé en Italie.

La crise du refus du travail

Toutes les sociétés occidentales dans ces années 1960 et 1970 ont connu la même crise, à des degrés divers, que les patrons ont appelé pudiquement la crise du refus du travail.

Entre la moitié des années 1950 et le début des années 1960, en moins de dix ans, la société italienne est passée d’une société mi-industrielle, mi-agricole, à une société industrielle évoluée.

Le travail industriel, aidé par l’introduction de machines nécessitant pas ou très peu de formation, évolue vers la parcellisation du travail, la déqualification massive des tâches. La croissance économique est telle que les patrons manquent d’une main d’œuvre acceptant les nouvelles conditions de travail pénibles de l’industrie automobile. Les patrons se débarrassent de leur vieux noyau d’ouvriers professionnels et embauchent massivement des jeunes sans expérience, souvent immigrés et, en Italie, des migrants du Sud du pays. Mais cette génération de nouveaux salariés européens refuse le type de travail qui leur est imposé en échange de l’augmentation du pouvoir d’achat qui leur est promis.

Dans cette période dite du « miracle économique », entre 1955 et 1960, plus de huit millions et demi de personnes émigrèrent du Sud au Nord et vers les grandes villes.
Turin passa de 700 000 habitants en 1951 à 1 600 000 habitants en 1962. Les quartiers ouvriers débordent : Mirafiori Sud passe de 19 000 habitants en 1951 à 120 000 en 1960, Lingotto de 24 000 à 43 000 et Santa Rita de 23 000 à 89 000. Ce qui liera les problèmes de logement à ceux de l’usine, ce qui ne sera pas sans conséquence. L’usine Fiat Mirafiori avec ses 50 000 salariés était la plus grande concentration ouvrière de l’Europe pendant que l’ensemble des usines Fiat de Turin représentait plus de 90 000 salariés.

Dans cette période de quasi plein emploi, ces jeunes n’acceptent pas facilement de se faire exploiter car les charges de travail s’accroissent plus vite que l’embauche ou les salaires. La prospérité générale devenant manifeste, ces nouveaux recrutés ne sont plus aussi sensibles à la mentalité de reconstruction de l’après-guerre qui s’incarnait dans la hiérarchie des catégories intégrée dans les accords entre patronat et syndicats. Cette jeunesse ne supporte plus les longues semaines de travail passées à faire un travail parcellisé et sans qualification, à des cadences toujours plus élevées et pour des salaires grignotés par l’inflation qui ne progressent pas en rapport des profits confortables de l’entreprise. L’inflation galopante du moment qui se traduit par une baisse du pouvoir d’achat ruine les promesses d’un avenir meilleur. Pour domestiquer et diviser cette masse de nouveaux ouvriers, le patronat avait multiplié les catégories professionnelles avec l’aide des syndicats et du PCI qui acceptaient sa logique d’ascension sociale individuelle (durant les premiers mois de 1969 seulement, une quarantaine de conflits éclatèrent sur le seul motif de « changements de catégories » des ouvriers à la Fiat-Mirafiori). Le refus du travail se constate par un absentéisme considérable et un roulement démentiel du personnel. Cette jeune classe ouvrière amène un sang et un état d’esprit nouveaux à l’ancienne, auparavant contrainte par le patronat, aidé du stalinisme, à reconstruire le pays dans le sang et les larmes au nom de l’unité nationale.

Une première vague de grèves sauvages éclata dans la métallurgie du Nord en 1960-61, faisant usage d’un refus collectif des heures supplémentaires obligatoires.
Comme dans les autres pays d’Europe la tactique syndicale à ce moment avait pour but de paralyser la production au moindre coût pour les ouvriers. Une application judicieuse de la grève a singhiozzo (dans l’atelier) et a sacchiera (arrêts coordonnés sur tout le site) mène rapidement au chaos dans la production. Mais, comme ailleurs, les aspirations de la jeunesse ouvrière débordèrent cette tactique.

De la Piazza Statuto à Valle Guila

En juin 1962, à la Fiat de Turin, qui depuis des années n’avait plus vu de mouvement, une grève éclate, entraînant des milliers de travailleurs pour le renouvellement de la convention collective. La direction de Fiat signe un accord bidon avec les syndicats UIL( dirigé par le PS et les Républicains) et Sida (un syndicat jaune patronal qui porte bien son nom) et proclame le lock-out. La réponse des travailleurs fut une manifestation et... la prise d’assaut du siège de l’UIL, Piazza Statuto. Elle fut suivie de violents affrontements entre la police et des ouvriers, en grande partie jeunes et d’origine méridionale.

En 1964, de nouvelles grèves éclatent, puis, en 1966, naquit le premier organisme ouvrier de base, le conseil d’usine, à l’occasion d’une grève chez Siemens à Milan, qui démontrait que parmi les travailleurs existait une volonté de lutter en élisant leurs propres représentants, sans se fier aux bureaucrates syndicaux, révélant les fondements sociaux d’une transformation des mentalités, phénomène qui allait exploser en 1969.

Le mouvement ouvrier de la Piazza Statuto fonctionne pour toute la société comme un révélateur de ce nouvel état d’esprit. C’est cela le tournant, le moment fondateur.
Et il faut nous demander si nous connaissons aujourd’hui, comme je le pense, depuis la révolte de l’hiver 2008 des jeunes grecs qui ne voulaient pas être une génération à 700 euros, des événements portant une telle signification, un tel tournant.
Ces évènements entraînent en 1966, date choisie par Ph.Corcuff pour faire commencer le mouvement, une contestation des étudiants contre la hausse des droits d’inscription à l’université en mettant en ligne de mire le caractère de classe du système d’enseignement. Comme la contestation de la catégorisation et de la hiérarchie à l’usine, les étudiants remettent en question l’autoritarisme académique, ressenti comme un conditionnement en faveur d’un consensus et d’une passivité générale. La critique exprimée par le mouvement étudiant est dirigée contre le système capitaliste mais aussi, dans le prolongement de la Piazza Statuto, contre les partis, et syndicats de gauche, accusés d’avoir renoncé à toute tentative de transformation radicale du système existant.

En effet, depuis les évènements de la Piazza Statuto, le PSI s’est rapproché de la Démocratie Chrétienne et l’Italie est dirigée dans cette fin des années 1960 par cette majorité de centre-gauche, qui a rapidement mis de côté les promesses initiales de réformes.

Le PCI de son côté regarde avec une réserve croissante puis avec une hostilité déclarée ce mouvement ouvrier et étudiant qui refuse de reconnaître son leadership.
Dès 1967, ces luttes étudiantes se radicalisent et font tâche d’huile. Les étudiants de Pise puis de Milan et de Turin occupent leur université. En décembre, la vague d’occupation touche les universités de Naples, Pavie, Cagliari, Salerne et Gênes. Face à l’expansion du mouvement, les recteurs demandent l’intervention des forces de l’ordre. Dès janvier 1968, une dizaine de villes universitaires de la péninsule sont en lutte. À Padoue, Venise, Pise, Milan et Florence, les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre sont d’une violence extrême. Lors du 1er mars à Rome, des milliers d’étudiants affrontent les flics dans des combats de rue pendant plusieurs heures. Cette bataille de la Valle Guila, fera plusieurs centaines de blessés autant chez les étudiants que chez les flics. Cet événement initiera plus de 18 mois d’agitation universitaire, le "mai rampant", dont les batailles de rue d’une rare violence dans de nombreuses villes. Les répercussions de Valle Guila sont immenses et font définitivement passer le mouvement étudiant du plan de la simple contestation universitaire à celui d’une opposition frontale à la société tout entière, cristallisant l’opposition ouvrière qui s’était manifestée localement en 1960-61, 1962, 1964 et 1966, vers une forme clairement nationale et politique, vers la grève générale.
Pendant l’été 68, la fermeture des universités entraîne le déplacement de la contestation vers les institutions culturelles. Artistes et étudiants interrompent la Biennale de l’art contemporain et le Festival du cinéma de Venise. En automne, la balle passe dans le camp des lycéens, qui occupent les établissements scolaires et organisent de grandes manifestations.

La culture du mouvement étudiant est constituée des diverses revues de la gauche non institutionnelle auquel la prééminence de la contestation ouvrière donnera le visage de "l’opéraïsme" ; de la critique de la société de consommation élaborée par l’Ecole de Francfort puis Marcuse, et de l’effervescence dans le tiers-monde amorcée par le combat de libération des ex-colonies et relancée par la guerre du Vietnam ; de "l’antipsychiatrie" et du mouvement libertaire de la jeunesse apparu pendant les années du "beat italiano" ; du courant de pensée féministe, élaboré de manière originale par certaines intellectuelles italiennes.

Entre temps, le mouvement n’a pas cessé chez les ouvriers amplifiant ses caractéristiques de départ. Cela allait être explicite durant toute l’année 1968 chez Pirelli à Milan, avec la naissance du « comité unitaire de base », le CUB, qui prolongeait l’expérience Siemens de 1966. En 1968 à Valdagno, petite ville de la Vénétie réactionnaire ayant toujours vécu autour de l’industrie textile Marzotto, la colère ouvrière éclata de façon imprévue. Parmi ces travailleurs du textile soumis à un paternalisme digne du XIXe siècle, un conflit sur les temps de travail mais parti des profondeurs se transforma rapidement en une grève et une révolte. Le 19 avril, la population de la petite ville descendit dans la rue, affronta la police et jeta bas la statue de Gaetano Marzotto, fondateur de la dynastie patronale du lieu.

Le 2 décembre 1968 encore, à Avola en Sicile, la police tirait et tuait deux ouvriers agricoles en grève. Quelques mois après, le 9 avril 69, la même police tuait deux personnes à Battipaglia, en Campanie, au cours d’une manifestation contre des fermetures d’entreprises.

1969 et « l’automne chaud »
Au printemps 1969, ce sont les ouvriers qui empêchent le déclin du mouvement étudiant, notable dans le reste de l’Europe. Des luttes paralysant la production pendant plus de 50 jours éclatent dans des centaines d’usines grandes et petites, sur les mêmes thèmes : pour l’égalité salariale et contre l’autoritarisme, voire la répression, régnant dans les entreprises.

À l’avant-garde, on trouve les plus grandes usines, où leur nombre met les travailleurs en confiance. Fin juin une grève éclate chez Montedison à Porto Marghera, près de Venise, où, beaucoup de travailleurs accueillent favorablement les manifestations de solidarité des étudiants, que les syndicats accusent pourtant d’utiliser la grève à des fins politiques, de dresser les modérés contre les radicaux, de vouloir le "tout ou rien", le Grand soir mythique, etc... La grande usine Fiat de Mirafiori à Turin, elle aussi, est en ébullition. Le 22 mars les ouvriers des presses décident l’auto-réduction de la production. Le 11 avril c’est la grève totale pour la première fois depuis vingt ans.

Les syndicats, dépassés, tentent de reprendre la main en ne mettant en avant qu’un des aspects de la lutte qui ne contestait pas directement les industriels, la dénonciation du problème du logement et de la hausse des loyers. Sur ce thème, ils organisent une journée de grève nationale le 3 juillet 1969. La manœuvre se transforma en son contraire puisque de cette journée, la contestation des ouvriers turinois de Fiat s’étendit autour d’eux à d’autres catégories sociales, notamment les étudiants qui s’associèrent à eux pour prendre comme cible l’usine de Fiat la plus importante, celle de Mirafiori à Turin. Des échauffourées violentes s’ensuivirent entre des manifestations d’ouvriers et d’étudiants convergeant vers Mirafiori et la police qui tentait de protéger l’usine. Le combat de rue s’étendit peu à peu au quartier puis à d’autres secteurs de Turin. Les échauffourées de Turin furent le point de départ de "l’automne chaud".

Dès le retour des vacances, les grèves qui n’avaient pas cessé, reprirent de plus belle et s’étendirent un peu partout dans le pays. Le 2 septembre, à la Fiat de Turin, une grève de deux heures proclamée par les syndicats est prolongée par des centaines de travailleurs bloquant la chaîne de montage. 30 000 travailleurs sont renvoyés chez eux : c’est une tactique de la direction pour les dresser les uns contre les autres, les modérés contre les radicaux. La bureaucratie syndicale reprend la situation en main, réussissant à obtenir de Fiat le retrait de ce lock-out et à isoler, selon ses mots, la « minorité d’ouvriers extrémistes qui, en bloquant la chaîne de montage, font du tort à tous les travailleurs ».

Les directions syndicales avaient eu le temps de prendre la mesure du mécontentement ouvrier et de mettre au point leur tactique.

Cet automne de 1969 était aussi l’échéance des contrats collectifs de 5 millions d’ouvriers de la métallurgie, de la chimie, du bâtiment et d’autres catégories. Les dirigeants syndicaux avaient ainsi un cadre tout trouvé permettant de canaliser et émietter l’explosion de mécontentement ouvrier : ils allaient fixer aux métallos l’objectif d’un « bon contrat » pour la métallurgie, aux travailleurs de la chimie celui d’un « bon contrat » pour leur catégorie, etc., permettant d’éviter le mouvement d’ensemble, la "grève générale" et la mise en cause directe du gouvernement. Les directions syndicales mirent au point la tactique dite des grèves « articulées » : tel jour les métallos firent grève, tel autre les travailleurs de la chimie, tel autre le bâtiment. Des grèves « générales » purent aussi avoir lieu... mais par province ou même par ville, contre la vie chère ou la hausse des loyers. Au niveau des entreprises, les dirigeants syndicaux prônaient les grèves tournantes, un atelier après l’autre, sous prétexte de causer le plus de dommages possible aux patrons à moindres frais pour les ouvriers. Mais le but réel était d’empêcher que l’ensemble des travailleurs se retrouvent dans la même lutte, dans la généralisation politique de cette lutte. Ainsi, on assista à une multitude de grèves et journées d’action par catégorie professionnelle, secteur d’industrie, branche, atelier, usine, ville ou région pour empêcher l’unification de la lutte de l’ensemble des travailleurs, pour empêcher la grève générale.

Voilà une différence essentielle avec le mouvement des retraites qui rend la comparaison avec le "mai rampant" peu efficiente. Le mouvement italien commença par la diversité économique sans arriver à la dépasser. Le mouvement français trouva dés le début son unité autour d’un problème unique, la réforme des retraites, en même temps qu’il était directement politique par le fait qu’il remettait en cause la politique d’un État qui joue un rôle crucial en matière de droit social. La crise y est pour quelque chose, mais c’est aussi une tradition française où la centralité politique des institutions sociales, y compris le rôle central de Paris à la différence des diverses capitales italiennes, Rome, Turin, Milan, Naples... pousse traditionnellement à la politisation plus rapide de toutes les questions qu’elles soient économiques, sociales ou sociétales. La séparation entre l’action syndicale et l’espace politique est spécifiquement ténue dans notre pays. La jonction de cette spécificité historique générale et celle, particulièrement politique des retraites sur fond de crise du capitalisme, a posé très différemment que dans le "mai rampant" toutes ses caractéristiques propres. Les manifestations nationales en France ont pris rapidement dans la conscience populaire la caractéristique péjorative de simples "promenades" insuffisantes à faire fléchir l’État dans un moment où celui-ci est engagé dans un processus de démolition de toutes les protections sociales. Il y a eu la même chose en Italie. Par contre, les grèves aux objectifs particuliers des agents portuaires, des raffineurs, des éboueurs... ont toutes fusionné dans un seul mouvement pour s’affronter ensemble au gouvernement. Exactement l’inverse du "mai rampant" italien.

Et lorsque le mouvement redémarrera en France, quel que soit le sujet, il aura dès le départ cette conscience "généralisante" et politique à l’esprit.


En Italie, le 6 septembre, ce sont les ouvriers métallurgistes, de la chimie et du bâtiment qui sont en grève, le 11 septembre de nouveau les métallos. Le 16 septembre, les ouvriers de la chimie et du ciment et les métallos des industries à participation d’État. Le 17, encore le bâtiment. Le 19 de nouveau les métallurgistes du secteur d’État. Le 24 , la direction de Pirelli lock-oute, entraînant les jours suivants une grève générale à Milan. Le 8 octobre, Fiat Mirafiori est en grève. Le 9 octobre, c’est la grève générale dans le Frioul. Le 10 octobre, c’est une grève nationale de plus de 250 000 salariés dont 10 000 de la Mirafiori. En même temps à Gênes, un des pôles sidérurgiques italiens, des dizaines de milliers de métallurgistes en grève défilent dans la ville. Les grèves se succèdent, non seulement à Milan et à Turin mais aussi dans cent autres villes. Les 15 et 16 octobre, grève à Milan contre la vie chère et théâtre de violents affrontements. Le 17 octobre, grève générale nationale à laquelle participent des millions de travailleurs. Le 19 novembre, à nouveau Milan. Le 27 novembre, 1 000 ouvriers bloquent la production de Fiat Mirafiori, rejoints par 7 000 étudiants devant les grilles de l’usine. Le 28 novembre, manifestation nationale des métallos à Rome.

Les affrontements sont de plus en plus féroces au fur et à mesure que l’automne avançait.

En encourageant le foisonnement et la diversité des luttes, tout en empêchant leur coordination sur un terrain politique, il s’agissait pour les syndicats et les partis de gauche d’empêcher l’étape suivante d’une contestation explicite du pouvoir et de gêner par la même occasion la création de partis politiques révolutionnaires du prolétariat. 
En novembre et décembre, les syndicats réussirent à faire approuver peu à peu les conventions collectives secteur par secteur. Le 7 novembre, ils signaient le contrat collectif du bâtiment, le 7 décembre le contrat de la chimie, le 8 celui des métallos du secteur public. C’est le 21 décembre, dans un climat politique désormais profondément modifié par l’attentat de la Banque de l’Agriculture quelques jours plus tôt, que la signature de la convention de la métallurgie met fin à « l’automne chaud ».

Dans bien des entreprises, mécontents de structures syndicales très hiérarchiques et loin de leur contrôle, les travailleurs avaient commencé à élire des délégués d’atelier.

Sur ce terrain, les directions syndicales firent le nécessaire pour reprendre le contrôle d’une base qui commençait à leur échapper. Elles allaient retourner la situation en institutionnalisant ces délégués d’atelier sous forme de « conseils d’usine ». Elles proposèrent un système d’organisation par délégués ouvriers. Conscients que c’était leur seul moyen de garder un quelconque contrôle sur les luttes, les syndicalistes devaient se proposer comme délégués devant des assemblées pour ensuite se réunir pour une réunion du « conseil des délégués ouvriers ». 
Pour détourner la colère ouvrière, elles agitèrent le chiffon de l’unité. Ces "conseils" devaient en effet devenir l’organe de base du syndicat unitaire que les trois confédérations syndicales, CGIL, CISL et UIL, s’annonçaient décidées à construire ensemble. La promesse de l’unité, celle des trois confédérations, allait devenir un moyen de mieux contrôler la base. Mais une fois le mouvement retombé, l’unité fut évidemment bien vite oubliée.

Les résultats du mouvement furent modestes, des améliorations de salaires et d’horaires, un notable progrès en matière de possibilités politiques et syndicales avec la fin, au moins pour quelque temps, de l’autoritarisme patronal sans pitié qui avait régné depuis les années 1950 dans les usines. En 1971 l’ensemble s’institutionnalisera avec le « statut des travailleurs » concédé par le gouvernement.



La bombe de Piazza Fontana et la fin de "l’automne chaud" 
A partir de novembre, alors que la combativité ouvrière s’épuisait dans les divisions de la tactique syndicale, la bourgeoisie, d’abord surprise et effrayée par l’intensité des luttes ouvrières, commence à orchestrer une campagne de presse contre les « extrémistes ». La première occasion en est les événements du 19 novembre à Milan, quand des affrontements entre manifestants et policiers aboutissent à la mort d’un policier. Le 12 décembre, une bombe explosait dans le hall de la Banque de l’Agriculture, Piazza Fontana à Milan, faisant 16 morts. Dans les jours qui suivirent, l’attentat fut attribué à des anarchistes. L’un d’eux, Giuseppe Pinelli, mourut dans les mains de la police milanaise. En fait, l’attentat de Piazza Fontana n’allait être que le premier d’une série d’actions du même type émanant de l’extrême droite et de certains milieux de la police et de l’armée, politique que l’on allait baptiser « la stratégie de la tension » : une partie de l’appareil d’État était le siège de troubles complots visant, si la tension sociale continuait, à préparer un tournant vers un gouvernement autoritaire. Il n’y en eut en fait pas besoin, les organisations syndicales suffirent comme gardiens de l’ordre capitaliste. 

La préoccupation des partis de gauche et des syndicats n’était pas de préparer la classe ouvrière à faire face à ce danger. Elle était de mettre un terme au plus tôt à l’agitation sociale. Le 21 décembre, peu de jour après l’attentat, la signature du contrat collectif des métallos du secteur privé, qui avaient été l’avant-garde de l’« automne chaud », apparaissait comme une capitulation politique devant la menace d’un État fort et mettait un point final à cette saison de luttes. La centralisation de l’État bourgeois avait eu raison de l’absence de centralisation et généralisation du mouvement ouvrier.

Quelles leçons de "l’automne chaud" ?

Malgré les efforts acharnés des organisations syndicales pour maintenir les revendications sur le plan économique, "l’automne chaud" donna naissance à un mouvement qui, se faisant l’écho des aspirations des jeunes ouvriers et étudiants, remettait en cause l’exploitation capitaliste elle-même. De nombreux groupes révolutionnaires ont émergé en 1968-1969. Deux d’entre eux qui avaient choisi de s’orienter vers les ouvriers se sont développés au cours de l’« automne chaud » les faisant passer d’un réseau d’intellectuels-militants autour de revues à des organisations nationales de dizaines de milliers d’ouvriers et d’étudiants en l’espace d’un an avec une implantation dans la classe ouvrière industrielle plus forte que celle de presque tous les autres courants de la gauche révolutionnaire internationale.
Mais faute d’une politique s’adressant à tous les travailleurs, capable de se saisir de chaque instant pour renforcer le camp ouvrier, ils ne réussirent pas à passer au stade du parti révolutionnaire. S’il y a bien une leçon du mai rampant c’est qu’il s’est "effiloché" faute d’avoir pu trouver le chemin de la grève générale, et que c’est faute de cette politique permettant de passer de l’émiettement à la grève générale que les groupes n’ont pas pu passer au stade de parti.

De ce fait, découragés, une partie d’entre eux a glissé vers le "compromis historique" c’est-à-dire un passage pacifique au socialisme à travers une insertion des forces populaires dans les institutions en réintégrant le PCI et son soutien à la Démocratie Chrétienne, l’autre vers le "brigatisme" des brigades rouges censé faire pièce au terrorisme "noir".

Tirer les leçons de ce passé, ce n’est pas tenter d’additionner ces héritages dans une espèce d’association de réformistes et de révolutionnaires par la baguette magique d’une "guérilla pacifique" et l’addition de G.Sorel à R.Luxembourg. Ce n’est pas à cette fin, utiliser le non aboutissement du "mai rampant" pour séparer le mouvement de ses objectifs, l’économique du politique, le socialisme de la révolution, la révolution sans sa violence. Chaque lutte actuelle prend sa signification dans le mouvement général de l’ensemble des luttes européennes. Ce n’est pas sociologiser le mouvement sans pouvoir individualiser dans le prolétariat un sujet historique, c’est-à-dire sans pouvoir dire aux ouvriers autre chose que ce qu’ils savent déjà depuis longtemps par leur quotidien. La généralisation du mouvement n’a pas qu’un sens tactique, technique, mais est aussi un renvoi à des objectifs plus vastes, socialistes que la période permet de dire, en étant compris par de larges secteurs des classes populaires.

Tirer les leçons du mouvement des retraites à la lumière du passé, c’est comprendre par l’analyse de la période, du cycle historique dans lequel nous sommes rentrons et dont le NPA devrait chercher à se faire l’expression, ce que signifie mener une politique ouvrière socialiste indépendante, c’est-à-dire comment des révolutionnaires peuvent en s’appuyant sur les sentiments populaires les plus simples, quotidiens, lier les modérés par un programme transitoire à la locomotive des radicaux pour avancer vers la construction d’un rapport de forces tels qu’il pose de lui-même la question du pouvoir et de l’avenir de la société. Car les révolutionnaires ne "font" pas la révolution, ni la "grève générale", ils ne commandent pas aux faits, ils permettent à ceux-ci d’accoucher de ce qu’ils portent. Ils ne sont pas violents, c’est la société qui l’est. Ils ne sont pas pour le "tout ou rien", c’est le gouvernement Sarkozy qui l’est et le sera de plus en plus. Plus que jamais, la situation liera le quotidien, le détail du mouvement au renversement général du capitalisme.

C’est ça, me semble-t-il, "l’intelligence de la situation" que demande Ph. Corcu

Une autre difference fondamentale avec le mai rampant italien et le mvt des retraites de 2010 en France c'est la disparition en France des réformistes comme groupes politiques organisés dans les entreprises.
C'est un élément fondamental de la période.
Même les orgas réformistes syndicales de masse sont sérieusement amochées. Les bureaucraties syndicales ont plus une nocivité d'absence de perspectives que de contrôle de la classe ouvrière.

Et c’est le trait principal de la période qui s'ouvre dans la fin des années 90, 2000 et 2010 , les nomeclaturas politiques et syndicales, fragmentées ont + un pouvoir de nuisance que de contrôle et de domination.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau le Dim 29 Sep - 23:38

- Salariat d’hier et d’aujourd’hui, projet de transformation sociale : réflexions sur les mobilisations émancipatrices contre le capitalisme à partir de l’expérience française
LE MOAL Patrick
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article29780

- Quelques remarques sur les « mobilisations émancipatrices à partir de l’expérience française »
CABRAL Jean-François
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article29876
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Jeu 3 Oct - 7:57

Roseau a écrit:- Salariat d’hier et d’aujourd’hui, projet de transformation sociale : réflexions sur les mobilisations émancipatrices contre le capitalisme à partir de l’expérience française
LE MOAL Patrick
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article29780

- Quelques remarques sur les « mobilisations émancipatrices à partir de l’expérience française »
CABRAL Jean-François
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article29876
On est effectivement là dans une partie du cœur du débat , sur ce qui est nouveau et ne l'est pas, sur ce qu'il y a à faire de nouveau et ce qui doit être conservé...

Il faut approfondir les diagnostics et arrêter les lieux communs répétés en boucle dans la gauche française sur les classes là et ailleurs.
Comprendre, analyser, etc, pour partir d'une base solide pour discuter stratégie.

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Désynchronisation des luttes sociales/politiques

Message  Babel le Jeu 26 Déc - 16:41

Quelle stratégie ? Résurgence des mouvements sociaux, combativité et politique
de Leo Panitch, Greg Albo et  Vivek Chibber (coord.),
Mont-Royal, M éditeur, 2013, 208 pages

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Image001

La préface de Richard Poulin à l'édition française de cet ouvrage collectif dresse un tour d'horizon des luttes sociales et politiques qui se sont développées dans le monde ces deux dernières décennies, en mettant l'accent sur le décalage constaté partout entre
l’explosivité de la situation sociale et sa traduction dans l’action politique. De nouvelles formes d’organisation apparaissent, mais beaucoup sont instables et plusieurs s’avèrent éphémères. Plus encore, il n’y a jamais eu en même temps une crise aussi globale et profonde du capitalisme et un mouvement ouvrier aussi faible.

A consulter sur le site d'Avanti4.be

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Dim 23 Mar - 12:55

Plusieurs défis stratégiques pour les révolutionnaires européens aujourd'hui qui ont accumulé un très lourd retard en ne prenant pas en compte d'évolutions significatives qui pèsent de tout leur poids dans les stratégies développées, notamment vis à vis des conceptions raccourcies de front unique :

1) L'existence d'un espace méditerranéen de luttes politico-sociales des classes ouvrières et prolétariats urbains numériquement hégémoniques dans la plupart des cas et majoritaires dans quelques cas, depuis plusieurs années qui bouleverse (devrait bouleverser). Cette dimension géographique des secousses des prolétariats considérés bouleverse les visions européennes d'espaces de lutte. Au point de faire émerger une espèce de social-chauvinisme européen qui fait parler des luttes en Europe, voir en Europe du Sud, sans prendre en compte l'insertion de celles-ci dans un espace global qui flambe.
Les éléments originaux ressortent bien de l'accumulation historique des forces productives dans l’espace méditerranéen et notamment de la partie humaine de celles-ci qui vient percuter des régimes maillons faibles du capitalisme.
Ca ne neutralise pas la domination de l'UE, ni le fait de la présence des impérialismes dominants dans l'Espace Méditerranéen. Ni les tentatives des appareils d'état de l'UE de construire un mur diviseur en Méditerranée.
Mais ce qui est nouveau pour notre camp c'est bien l'unité de lieu (l'espace méditerranéen), l'unité de classe (partout des prolétariats urbains hégémoniques et de plus en plus instruits), l'unité de luttes politico-sociales dans le temps (presque partout de grosses à d'énormes secousses populaires qui durent maintenant depuis 2009).
Des forces se sont accumulées et elles entrent en conflit sur tout l’espace méditerranéen maintenant avec le capital, ses appareils d'état, les anciens équilibres politiques et sociaux.
C'est ce que l'on peut constater.
Mais cela veut dire des choses à dire pour les révolutionnaires de l'espace méditerranéen et non essayer de découper des espaces dits arabo-musulmans ni européens, espace qui ont toutefois une certaine logique.
Notre espace à nous ce sont les gigantesques secousses inédites depuis plusieurs années dans l'espace concerné.
Le centre de gravité de la lutte de classe dans la région a sa colonne vertébrale au milieu de la Méditerranée, précisément là où l'UE veut mettre un mur contre les hommes et les femmes, et où le social-chauvinisme européen accepte d'en boire la cigüe.
Et cette colonne vertébrale des luttes de notre classe ne se dément pas, s'assagit puis redémarre, rebondit, sans se démentir en Espagne, au Portugal, en Italie, en Bosnie, en Croatie, en Bulgarie, à Chypre, en Grèce, en Turquie, au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Égypte, en Libye, en Tunisie, en Algérie et au Maroc.
Cette situation construit en faute ceux qui voudrait faire des campagnes pour les états-unis socialistes d'Europe sans prendre en compte la cartographie de la lutte des classes réelles et donc la prise en compte des tâches réelles pour unifier, appuyer, échanger, construire un pôle révolutionnaire méditerranéen (articuler avec les questions européennes, arabes et autres).

C'est une chose.

2) De l'autre, autre élément qui bouleverse la donne , l’écroulement des organisations ouvrières dans une série de pays (Europe du sud), la naissance de nouvelles organisations (Égypte, Algérie, Maroc) , la création d'un nouveau mouvement ouvrier qui se construit sur les cendres du précédent en en empruntant ou pas des éléments.
A nouveau, nous avons eu un gros avertissement en Espagne avec le mouvement du 22 mars qui a plus emprunté aux mouvements d'indignés qu'aux confédérations syndicales historiques. La gigantesque mobilisation prolétaire qui a eut lieu le 22 mars en Espagne s'est déroulée de fait sans que les confs en soient la colonne vertébrale, ni qu'une bataille pour l'unité de ces dernières n'en soient sésames de l'élargissement des mobilisations.
Ni les confédérations syndicales, ni les partis ouvriers n'ont été colonnes vertébrales de la grande bataille des travailleurs hospitaliers de la région de Madrid qui ont mobilisé des dizaines de milliers de travailleurs pendant 1 an et demi, ou de la mobilisation du 22 mars 2014 en Espagne qui aurait réuni selon certains médias 2 millions de manifestants à Madrid.
Pourtant personne ne peut nier le caractère prolétarien de ces mobilisations, ni qu'elles ont été sur des thèmes plus radicaux que ceux propulsés par les directions des confs.
L'Espagne est un avertissement.

La crise des organisations ouvrières en Europe du sud est à prendre en considération (et pas croire que d'en parler est ce qui produit la crise comme certains essayent de le faire croire).
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  nico37 le Mar 25 Mar - 9:31

Position majoritaire du Comité d’Orléans concernant le vote aux municipales

Les élections municipales 2014 se situent dans un contexte particulier d’aggravation des attaques subies par les salariéEs, les jeunes, les sans emplois et les retraitéEs et ce alors que PS et EELV, qui sont au pouvoir, détiennent la majorité absolue au parlement et 23 régions sur 27.

Localement le NPA, poursuivant sa politique de concertation avec les forces qui se réclament de l’anticapitalisme, a rencontré le PCF concernant l’élaboration de listes à ORLEANS, FLEURY LES AUBRAIS et ST JEAN DE LA RUELLE, dans la suite des accords conclus lors des précédentes élections municipales (avec la LCR) mais en tenant compte du nouveau contexte politique national.

En accord avec les priorités locales avancées par nos deux partis, il nous a cependant été impossible de nous entendre sur un appel clair et ferme dès le premier tour à ne pas rejoindre ou fusionner avec les listes présentées par le PS et EELV. Le PCF réserve sa réponse au soir du 1er tour, de toute évidence en vue de tractations ou d’accords avec les listes PS-EELV. Cette démarche est d’ailleurs en parfaite cohérence avec les listes PS-EELV-PCF nombreuses sur l’agglomération: CHECY, ST JEAN DE BRAYE, INGRE, LA CHAPELLE ST MESMIN, OLIVET, LA FERTE ST AUBIN, etc.

Le NPA a donc refusé de participer à des listes qui n’auraient pas une attitude claire vis à vis de listes ou de candidats se réclamant de la "majorité présidentielle".

Dans cette même problématique il nous fut impossible de rencontrer officielement LUTTE OUVRIERE qui applique, pour ces élections, une politique nationale visant à les faire apparaitre comme les seuls capables de défendre les travailleurs ! Le tournant est rude entre leur volonté lors des dernières élections de se présenter avec le PS et ces élections 2014 ! La politique locale leur importe peu alors que des réponses locales articulées aux préoccupations nationales permettraient certainement une prise de conscience plus importante et plus massive.

Cependant, leur attitude intransigeante vis à vis du gouvernement et du patronat fait que nous appelons à voter pour eux lors de ce premier tour.

Dans les communes où Lutte Ouvrière ne présente pas de liste, nous appelons au vote blanc ou nul.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Invité le Mar 8 Avr - 8:31

EUROPENNES - Mélenchon en a rêvé, Besancenot l'a fait. Le NPA, dont l'ancien candidat à la présidentielle reste la figure médiatique, a adressé lundi 7 avril un appel à toutes les composantes de la gauche de la gauche pour faire des listes communes en vue des européennes. Peut-être le prélude à une alliance de ce camp qui se rêve en alternative au PS.
http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/07/europeennes-2014-front-commun-extreme-gauche_n_5103510.html

Ça a était débattu au NPA, Ou il l'ont découvert dans les médiat?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Gaston Lefranc le Mar 8 Avr - 10:01

Cela a été adopté (de justesse) par le CPN du NPA ce week-end. Lettre catastrophique.

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  tristana le Mar 8 Avr - 12:15

Lettre magique...Depuis le temps qu'on attendait que le NPA sorte de son isolement stérile!
Il faut maintenant enfoncer le clou: créer un vrai front de gauche unitaire!
tristana
tristana

Messages : 263
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : Var

http://www.npa-var-est.com/

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau le Mar 8 Avr - 15:32

Le NPA n'a jamais été isolé des travailleurs en lutte.
Et il n'a jamais cessé de défendre l'unité,
évidemment pour la lutte de classe
et pas pour la lutte des places, seule fonction du FdG.

Les Principes fondateurs du NPA, dans la tradition MR, sont très clairs.
Ils mentionnent une seule fois les élections.
C'est dans cette phrase:
Nous participons aux élections pour défendre nos idées, pour rassembler très largement la population autour de notre programme
http://npa2009.org/content/principes-fondateurs-du-nouveau-parti-anticapitaliste-adopt%c3%a9s-par-le-congr%c3%a8s
Encore une fois, dans les élections, ce qu'il faut,  
c'est l'unité sur un programme de lutte de classe,
pas sur le programme d'aménagement du capitalisme des nomenclaturistes du FdG
(voir ma signature)
Nous verrons si les militants du FdG seront capables
de rompre avec les politiciens bourgeois qui le dirige.
Sans doute pas demain, mais la crise terrible qui vient
les y aménera, comme le reste de notre classe,
si les anti-k tiennent bon contre les manoeuvres de ces politiciens.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Invité le Mar 8 Avr - 17:51

Gaston Lefranc a écrit:Cela a été adopté (de justesse) par le CPN du NPA ce week-end. Lettre catastrophique.

Le CPN a consulté les militant de base, ou c'est en option?  Laughing 

De toute façon je voie pas du tout comment le NPA peut s’entendre avec l’autoritarisme d'un Mélenchon, ou le jeu perso du PCF, dans une autre dimensions peut être!
J'imagine les mines désabuser des militant du NPA  seau de colle a la main obliger de collé les affiches avec la tête du chef du front de gauche...

Bande de déconneurs va!  lol!

C'est un poisson d'avril non?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  gérard menvussa le Mar 8 Avr - 18:00

De toute façon ce sont aux miliants du npa à décider ce qu'ils veulent faire ou pas. Pas aux rigolos façons "Jesuisfred", qui est la juste pour baver sur l'extréme gauche...
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Mar 8 Avr - 18:46

tristana a écrit:Lettre magique...Depuis le temps qu'on attendait que  le NPA sorte de son isolement stérile!
Il faut maintenant enfoncer le clou: créer un vrai front de gauche unitaire!

Résultat : le PG retourne avec le PC pour les européennes, avec le PC qui fait le sale boulot au côté du PS dans les collectivités... Elle est pas belle la vie ???
Comme ils disent : contre l'austérité ! tout contre !
Pour sortir de l'isolement, il vaut mieux d'abord et surtout se tourner vers les travailleurs, proposer des solutions pour résister. Pas faire des mamours avec des dirigeants de petites claques bureaucratiques, sortir des galimatias grotesques et incompréhensibles.
Là on ne pourra pas dire que le NPA n'a pas mis les petits plats dans les grands, une fois de plus.

Aucune solution ne vient de ce type de démarche, c'est encore une fois prouvé. Bien pire, ça affaiblit les révolutionnaires et désespère les travailleurs car rien n'est proposé aux travailleurs, rien et que dalle par rapport aux problèmes qu'ils ont, aux problèmes d'orientation et d'organisation .
Il est encore une fois prouvé que ce n'est pas en allant vers la droite qu'on arrive à faire progresser les gens qui seraient "à droite" de nous. Cela n'a jamais marché ! nulle part ! Bien au contraire, en tenant des discours de plus en plus vers la droite, on renforce les a prioris, les organisations à notre droite.
La démonstration a été faite il y a 2 ans, c'est reparti...


Dernière édition par Copas le Mar 8 Avr - 18:57, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  GGrun le Mar 8 Avr - 18:48

gérard menvussa a écrit:De toute façon ce sont aux miliants du npa à décider ce qu'ils veulent faire ou pas. Pas aux rigolos façons "Jesuisfred", qui est la juste pour baver sur l'extréme gauche...
De toute façon Paul Laurent a décidé. Et ça sans consultation de ses troupes (qui râlent depuis x années contre le ps et ont validé in fine aux municipales les accords pourris avec le ps) Une lettre d'appel aux autres n'est pas un engagement au suicide. Mais la suite des appels que nous avons faits aux municipales, partout où nous sommes présent-e-s pour le regroupement de la gauche de la gôche. Des pans entiers ne sont pas tombés dans nos bras. Mais y a que les nostalgiques qui croient encore que tous les combats sont gagnés d'avance.

GGrun

Messages : 311
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas le Mar 8 Avr - 19:03

GGrun a écrit:
gérard menvussa a écrit:De toute façon ce sont aux miliants du npa à décider ce qu'ils veulent faire ou pas. Pas aux rigolos façons "Jesuisfred", qui est la juste pour baver sur l'extréme gauche...
De toute façon Paul Laurent a décidé. Et ça sans consultation de ses troupes (qui râlent depuis x années contre le ps et ont validé in fine aux municipales les accords pourris avec le ps)  Une lettre d'appel aux autres n'est pas un engagement au suicide. Mais la suite des appels que nous avons faits aux municipales, partout où nous sommes présent-e-s pour le regroupement de la gauche de la gôche. Des pans entiers ne sont pas tombés dans nos bras. Mais y a que les nostalgiques qui croient encore que tous les combats sont gagnés d'avance.

ce qu'on sait c'est que tous les pas de 2 vers la droite sont des échecs.
Quand aux pans.... sans déconner vous les voyez où dans les entreprises les pans du FdG ? Des pan-talonnades...
Pour faire progresser ce qui reste du PC et du PG dans les entreprises, c'est à dire très très peu de chose, il s'agit de developper des stratégies de mobilisation, de re-constructions des grandes organisations de résistance des travailleurs.

Au moment où des tentatives de coordinations se font dans la santé en France (43 hôpitaux réunis ce WE), concentrer une orientation sur des lettres bordelisantes et sans sens utile ne répond pas aux tâches de l'heure.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Invité le Mar 8 Avr - 19:14

gérard menvussa a écrit:De toute façon ce sont aux miliants du npa à décider ce qu'ils veulent faire ou pas. Pas aux rigolos façons "Jesuisfred", qui est la juste pour baver sur l'extréme gauche...

Allons bon, ils y en a ici qui ont pas besoin de rigolos façons "Jesuisfred" pour baver et tout le temps sur tout le mondes, la cohérence c'est bien aussi des fois (même a "l’extrême gauche").
Reconnait au moins que quant ont se réclame de la démocratie direct, consulté au moins c'est militant avant de proposer dans les médiat des alliances avec certain partie, se n'est pas une idée si mauvaise, même si c'est difficile a mette en place, d'ou mets postes...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 15 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 20 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 20  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum