Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -28%
Machine à café automatique Krups EA8108
Voir le deal
198.31 €
-11%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable – HP Pavilion Gaming – 17,3″ RTX 3050 (via ODR ...
824 € 927 €
Voir le deal

Débat stratégique dans le NPA

+52
ottokar
Sparta
Prado
Barber
Lascar Kapak
Bernard Quellmalz
nelum
Gaston Lefranc
panchoa
cundo
dug et klin
Babel
Eleanor
Achille
lieva
stef
Eugene Duhring
irving
BouffonVert72
Ciro
Boutanche
elchepedro
Vérosa_2
GGrun
iztok
Gayraud de Mazars
irneh09218
Gauvain
yannalan
Richard Heiville
tomaz
Duzgun
nico37
Jonhy
tristana
Babalu
alexi
erouville
louhans
verié2
Vals
le petit scarabée
jacquouille
ulm
Roseau
gérard menvussa
Toussaint
fée clochette
chejuanito
Marco Pagot
Copas
sylvestre
56 participants

Page 21 sur 40 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22 ... 30 ... 40  Suivant

Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas Mer 21 Mar - 9:11

GGrun a écrit:D'accord mais pas absolument
n'étant pas au NPA mais à qq km, je ne suis pas sur que les débats n'auraient pas du être menés autrement.
Je voterai Poutou sans problème, étant heureux de sa candidature.
Je suis sur qu'une force révolutionnaire continuera en France autour du NPA malgrè (à cause) de sa juvénilité.
C'est ma faiblesse de vieux pour croire encore que je suis jeune. Cassez pas mes illusions SVP

Je suis OK là dessus.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Vals Mar 27 Mar - 22:14

Petit retour en arrière d'une vingtaine d'années : certaines analyses restent cruellement d'actualité...

France Le vieux piège du « nouveau langage » le manifeste des « Refondateurs


Les dix ans de présidence de Mitterrand, et de gouvernement de gauche (mise à part la parenthèse de la cohabitation, avec le gouvernement Chirac, de 1986 à 1988), ont fait se multiplier dans la gauche française les « re » quelque-chose. Le PCF, avec les « rénovateurs » de l’ex-porte-parole de ce parti Pierre Juquin, les « reconstructeurs » de l’ancien ministre Marcel Rigout, et autres « réformateurs », semblait dans un premier temps avoir l’exclusivité du phénomène.

Mais, à l’occasion de la guerre du Golfe, on a vu un certain nombre de personnalités du Parti Socialiste (à commencer par le ministre - depuis démissionnaire - des Armées, Jean-Pierre Chevènement) adopter une attitude quelque peu critique par rapport à la politique du PS au gouvernement. Et plusieurs d’entre elles (notamment les anciens ministres Claude Cheysson et Max Gallo) se sont ralliées à une initiative prise par les « refondateurs » du Parti Communiste Français, et ont été parmi les premiers signataires du manifeste Refondations (publié à titre de publicité dans Le Monde du 16 avril), au côté d’anciens ministres du PCF de la période 1981-84 (Charles Fiterman, Jack Ralite, Anicet Le Pors), et d’anciens dirigeants de ce parti (Maurice Kriegel-Valrimont, Lucien Sève et Mireille Bertrand).

Cette initiative des « refondateurs » (qui doivent organiser leur première rencontre publique les 7 et 8 juin) se veut d’ailleurs d’autant plus oecuménique, qu’à côté de la signature de cette brochette d’anciens ministres on trouve également celle de l’inévitable et très médiatique évêque de Dreux, Gaillot.

La seule chose clairement affirmée dans ce manifeste c’est que « partout la voie communiste vers le socialisme a débouché sur la dictature d’une bureaucratie et la voie social-démocrate, sur la gestion du capitalisme » , d’où la conclusion : « il est raisonnable, et il est urgent, d’inventer un autre futur » .

Nous reviendrons plus loin sur ce qu’il y a derrière cette affirmation selon laquelle « l’époque nous commande d’être inventifs » . Mais la reconnaissance, exprimée conjointement par d’ex-responsables de haut-niveau des deux partis, de la faillite des prétentions du PCF comme du PS à « changer la vie » (pour reprendre l’expression qui a tant servi en 1981), mérite d’abord quelques commentaires, car elle ne constitue nullement, contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, un constat honnête.

On ne saurait évidemment, sans naïveté, reprocher aux sociaux-démocrates signataires de ce texte (et encore moins à Mgr Gaillot) d’écrire que « partout la voie communiste vers le socialisme a débouché sur la dictature d’une bureaucratie » . Ils ne font jamais que répéter là ce qu’ils ont toujours affirmé. Mais les anciens et actuels dirigeants du PCF qui, en prétendant cela, essaient de se faire passer pour d’honnêtes démocrates se paient la tête du public. Car outre qu’ils continuent imperturbablement à assimiler communisme et stalinisme, ils font comme s’ils venaient de découvrir en toute bonne foi le caractère dictatorial de l’URSS et des « démocraties populaires », comme si avant la chute du mur de Berlin personne ne pouvait être au courant, comme s’ils n’avaient pas eu les moyens de savoir.

Il y a en effet plus de soixante ans qu’au sein même du mouvement communiste des voix se sont élevées, à commencer par celle de Trotsky, pour dénoncer le stalinisme, la dictature anti-ouvrière qu’il faisait régner en URSS, comme les méthodes de gangster qu’il imposait dans tout le mouvement ouvrier, et pour expliquer qu’il était en fait la négation, et non la continuation, du bolchevisme et du communisme. On peut évidemment être en désaccord avec ces analyses. Mais la moindre des honnêtetés, pour qui s’est dit « communiste » et condamne aujourd’hui le régime qui régnait (et règne encore, bien qu’en crise) en URSS, c’est de se situer par rapport aux critiques des communistes révolutionnaires, de ne pas faire comme si elles n’avaient jamais existé.

Et on peut adresser un reproche symétrique aux anciens ministres « socialistes » qui affirment aujourd’hui que « partout (...) la voie social-démocrate (a débouché) sur la gestion du capitalisme » . Car enfin, quand Cheysson et Gallo sont entrés au gouvernement, en 1981, ce n’était tout de même pas la première fois que le problème de la participation gouvernementale se posait au mouvement socialiste, en particulier en France. Et toutes les expériences passées, celle de 1914, celle de 1936, celle de la période 1944-1951, celle de 1956-59, témoignent de ce que la seule politique du Parti Socialiste au gouvernement a toujours été de gérer le mieux possible (le mieux, pour les possédants) les affaires de la bourgeoisie. Ce rôle de la social-démocratie, des générations de militants révolutionnaires l’ont dénoncé, combattu, ont expliqué à l’avance qu’il ne pourrait pas être différent à l’avenir. Alors là aussi, l’honnêteté la plus élémentaire consisterait à ne pas raisonner comme si le passé n’existait pas, en faisant mine de découvrir aujourd’hui ce que d’autres avaient analysé il y a bien longtemps. Car les Cheysson et les Gallo ne sont tout de même pas des gens incultes, qui auraient pu en toute bonne foi ignorer tout cela.

Les promoteurs de ce manifeste (qu’ils viennent du stalinisme ou de la social-démocratie), qui ont fait leur carrière politique en affirmant pendant des années que la seule solution, c’était de « voter à gauche » , s’avisent d’ailleurs aujourd’hui qu’il faut dépasser cette notion de « gauche » . Ils ne lui adressent pas le reproche (tout à fait fondé, celui-ci) d’être floue, et de masquer les seules frontières qui devraient vraiment compter pour les travailleurs, les frontières de classe. Ils la trouvent (c’est à la mode) un peu dépassée, et affirment, dans un style qui prouve une fois de plus que le ridicule ne tue pas, que leur « vaste exigence refondatrice concerne toutes les forces classées à gauche (mais) - d’autres aussi. Car la perspective à élaborer, si elle est tout le contraire de neutre, relativisera bien des clivages qui ont marqué ce siècle » . Et ils en appellent à « une sorte inédite d’entente entre constructeurs d’avenir » .

Car pour ces prétendus « socialistes » ou « communistes » critiques, l’avenir qu’il s’agit de construire n’est pas le socialisme. Là aussi, il leur faut « inventer un autre futur » , puisque leur problème c’est de « concevoir un âge post-capitaliste de la démocratie » , « un nouvel âge de la démocratie » , belles phrases creuses, qui ont l’insigne avantage de ne pas risquer d’effrayer quelqu’un à droite.

Cette préoccupation des « refondateurs » de rassembler large ressemble d’ailleurs beaucoup à celle de Chevènement, qui vient de déclarer, dans sa campagne pour les élections législatives partielles de Belfort, qu’il voulait oeuvrer à rassembler un jour dans une même formation les socialistes, les communistes, et les « gaullistes de gauche ». Comme quoi le problème des futures alliances électorales passionne bien du monde « à gauche » (comme le prouve le ton conciliant adopté par le PCF vis à vis du nouveau gouvernement Cresson, et la récente rencontre au sommet Marchais-Mauroy), et comme quoi aussi il n’y a pas que Mitterrand et les sociaux-démocrates orthodoxes qui sont tentés par « l’ouverture » .

Ces préoccupations électorales clairement sous-jacentes montrent bien que de la part des politiciens professionnels qui en ont pris l’initiative, le manifeste des « refondateurs » n’est pas une entreprise innocente, et que seuls d’incurables naïfs pourront croire qu’il s’agit là, comme le prétendent les signataires, d’une « entreprise de bonne foi, étrangère à tout calcul politique ou électoral, allergique à toute récupération » .

Refondations est certes tout le contraire d’un programme. On n’y trouve la définition d’aucune politique. Mais d’innombrables questions : « quel monde voulons-nous pour maison commune (...) ? » , « dans quelle société aspirons-nous à vivre (...) ? » , « de quelle politique rêvons-nous (...) ? » . On y ajoute que « ces vastes questions se traduisent en d’autres dont l’acuité grandit. Celles de l’environnement (...) Celles du racisme (...) Celles des femmes » . Et on y invite pêle-mêle (dans le même style ampoulé qui caractérise ce texte) les « révoltés de toutes les injustices et les sottises, nouveaux protagonistes de causes ponctuelles ou globales, humanistes de toutes cultures, croyants de toutes fois, militants inlassables - avec ou sans carte - pour un monde meilleur » à se livrer « à une réflexion dialoguante sur la planète et la cité de demain » , et à contribuer « ensemble à refonder une perspective, une culture, une pratique de transformation sociale dont la dynamique puisse changer la donne » . S’il ne s’agit pas là d’un essai de récupération de toutes les insatisfactions politiques, de quoi s’agit-il donc ?

Un vieux truc, qui a deja beaucoup servi

Cela ne doit pas nous surprendre, car il ne s’agit vraiment pas d’une tentative originale. Dans quasiment toutes les situations où la gauche réformiste a été au pouvoir, et s’y est plus ou moins usée, on a assisté à des tentatives de ce genre, plus ou moins couronnées de succès, destinées à lui refaire un « look » un peu plus attrayant.

Pour ne pas remonter plus haut dans le temps, la naissance du Parti Socialiste Unifié (à partir, entre autres choses, de transfuges du Parti Socialiste) dans les années de la guerre d’Algérie, comme la « refondation » du Parti Socialiste au congrès d’Epinay en 1970, suivie de l’OPA de François Mitterrand sur le « nouveau » parti, relevèrent de ce genre de manoeuvre. Et si le PSU fut globalement un échec (encore qu’il constitua pour la carrière politique de Rocard et de quelques autres un excellent marche-pied) le ravalement de façade auquel la vieille SFIO (la « Section Française de l’Internationale Ouvrière » , désignation officielle, alors, du PS) se livra avec la création du « nouveau » Parti Socialiste, puis en se jetant dans les bras de Mitterrand, fut une incontestable réussite du point de vue de ses intérêts électoraux.

Alors, si aujourd’hui un certain nombre de politiciens dits « de gauche » pensent (à tort ou à raison) qu’il faut d’ores et déjà prendre date, et se préparer à occuper un espace politique qui va peut-être se libérer dans les mois ou les années qui viennent, ce n’est que très banal.

Ce serait en outre complètement dépourvu d’intérêt (d’autant que la tentative fera peut-être long feu), si toute une partie de l’extrême-gauche ne risquait pas d’être sensible, quoi qu’elle pense des « refondateurs » , au langage que ceux-ci emploient, parce qu’elle emploie souvent le même.

Car ce n’est évidemment pas par hasard que les vieux politiciens roués que sont les Cheysson, Ralite et autres Fiterman, brandissent si fort la bannière de « l’innovation », de « l’invention », et posent tant de questions auxquelles ils se gardent bien de donner la moindre réponse (ce qui évite, bien sûr, d’en donner de « vieilles » ). Ce n’est même pas seulement parce que, pour ratisser large, réunir le plus de monde possible, il vaut mieux ne pas préciser sur quoi on va se réunir. C’est aussi parce que c’est à la mode, en particulier dans le milieu de la jeunesse intellectuelle qui ne penche pas ouvertement à droite, et dans le contexte actuel de recul des idées socialistes et communistes, de prétendre refuser la « langue de bois » , et de vouloir chercher un « nouveau » langage, de nouvelles idées, pour parler des problèmes de la société.

Or ce serait pour les militants révolutionnaires se faire de grosses illusions que de croire que la solution aux difficultés du recrutement passe par la recherche d’un « nouveau » langage.

Pour tout dire, cette illusion de croire qu’il suffirait de trouver un nouveau langage, mieux adapté à notre monde et à notre époque, pour gagner les jeunes est justement une de ces « vieilles » idées qui revient régulièrement dans toutes les périodes de recul.

Au cours des années de la guerre d’Algérie, à une époque où les forces additionnées de tous les groupes trotskystes français ne devait pas dépasser la centaine de militants, un certain nombre de sociologues « de gauche », dont le plus célèbre fut Serge Mallet, s’étaient fait une spécialité d’expliquer que le marxisme était dépassé, que la classe ouvrière n’existait plus, qu’il fallait « inventer » quelque chose d’autre. Et ces idées rencontraient un écho certain dans les petits groupes sociaux-démocrates gravitant en marge du PS, telle que la « Nouvelle Gauche » (Juquin n’a même pas le mérite d’avoir inventé l’expression), puis au sein du PSU dans lesquels ces derniers se retrouvèrent.


Mais en 1968, ce ne furent pas ces idées prétendument nouvelles qu’embrassèrent les milliers de jeunes que le mouvement amena à l’activité militante, dans une période qui voulait pourtant mettre « l’imagination au pouvoir » . Ce furent celles du marxisme (avec les trotskystes, mais souvent aussi, il est vrai, dans la version populiste du marxisme que constituait le maoïsme), celles aussi de l’anarchisme, des « vieilles idées » donc, comme ils reprirent de « vieux drapeaux (rouges ou noirs), et un « vieux » chant de lutte, « l’Internationale ». Les théoriciens des idées « nouvelles » n’eurent plus qu’à regarder passer les cortèges, qui démontraient, mieux qu’un long discours, qu’il y a entre toutes les luttes sociales une filiation qu’il serait ridicule, pour des militants révolutionnaires, de vouloir ignorer.

Céder aux idées qui sont à la mode, en période de recul, dans la petite-bourgeoisie intellectuelle, c’est donc prendre le risque d’être complètement pris au dépourvu lors de la remontée du mouvement de masse qui ne manquera pas de se produire un jour ou l’autre (et peut-être plus tôt que la bourgeoisie ne le souhaiterait).

Ce que cache le refus des « vieilles » idees


C’est vrai qu’on entend fréquemment, aujourd’hui, exprimer le refus du « vieux » langage du mouvement socialiste et communiste. Mais ce qu’il faut d’abord bien comprendre, c’est que ce n’est pas une simple affaire de vocabulaire, et que ce n’est pas politiquement neutre. C’est que cela correspond, chez ceux qui expriment ce refus, à une volonté d’apolitisme, et à un rejet des idées socialistes elles-mêmes, que l’on ne vaincra certainement pas en changeant simplement de mots, en présentant les mêmes idées sous une autre forme. Ce n’est pas le « neuf » en général qui serait à la mode, alors que le « vieux » n’y serait pas. C’est le fait de se dire communiste qui n’est pas à la mode (contrairement à ce qu’était la situation, dans l’intelligentsia petite-bourgeoise, en 1968 et dans les années qui suivirent immédiatement). Et l’on assiste au contraire dans tous les domaines au retour en force d’idées réactionnaires, les vieux nationalismes d’Europe centrale, que l’on aurait pu espérer dépassés depuis longtemps, comme les innombrables superstitions religieuses qui refleurissent dans certains milieux, bien qu’elles n’aient vraiment pas le mérite de la nouveauté.

Pour continuer ce parallèle, ce n’est d’ailleurs pas à l’époque de l’ aggiornamiento réalisé sous Jean XXIII, que l’église catholique a bénéficié du « renouveau charismatique » qui amène aujourd’hui en France un certain nombre de personnalités connues à jouer les nouveaux apôtres, mais sous Jean-Paul II, un pape qui ne brille certes pas par son esprit novateur, et qui rêve ouvertement de voir l’Eglise retrouver le rôle social qu’elle avait au moyen-âge. Car s’il y a une phrase juste dans le manifeste des « refondateurs » , c’est bien la constatation qu’à la « marée basse de la confiance et du combat progressistes » (vis-à-vis de laquelle les Cheysson et les Fiterman portent, soit dit en passant, une lourde responsabilité) correspond une « marée haute de l’individualisme et de l’abstention, du nationalisme et de l’extrême-droite » .


Et puis, le problème de trouver des mots nouveaux pour dire les choses n’aurait vraiment de sens, justement, que pour ceux qui pensent que les idées communistes, que les idées du marxisme révolutionnaires, sont erronées ou dépassées. Dans ce cas, ce ne serait d’ailleurs pas seulement des mots nouveaux, mais aussi des idées nouvelles, des perspectives nouvelles, un programme nouveau, qu’il conviendrait de chercher. C’est peut-être une tentation à laquelle céderont des militants, des courants, voire des groupes trotskystes, dans la période que nous traversons, comme cela est arrivé bien des fois dans des périodes de recul. Mais ce serait une erreur tragique.

La démoralisation de la classe ouvrière, en France comme dans bien d’autres pays, son manque de confiance dans ses propres forces, de goût pour l’organisation syndicale et politique et àfortiori pour l’activité militante, d’intérêt pour les idées politiques, ne proviennent pas d’on ne sait quelle faillite du programme révolutionnaire, d’un programme qui depuis plus de cinquante ans, depuis les ravages provoqués par le stalinisme, n’a été défendu au sein de la classe ouvrière que par un tout petit nombre de militants (quelques milliers en comptant large, quelques centaines serait plus juste), jouissant d’une influence extrêmement limitée. Et ce serait manifestement surestimer cette influence que de croire que l’inadéquation de leurs idées à la situation présente a pu avoir une responsabilité dans la situation présente.
Par contre, la responsabilité du réformisme sous ses deux formes, stalinienne et social-démocrate est considérable, car ces deux courants avaient (et ont encore, malgré le recul de la conscience ouvrière) une influence considérable parmi les travailleurs. Il y a d’abord eu les années de propagande électoraliste, parlementariste, qui ont amené la classe ouvrière à mettre tous ses espoirs dans les urnes, suivies de la désillusion provoquée par la politique des gouvernements PS-PCF, puis PS seul, entre 1981 et 1986, et depuis 1988. A cela est venu se rajouter, depuis deux ans, l’abandon de toute référence au communisme par un certain nombre de partis se disant précédemment communistes, à l’Est comme à l’Ouest, la crise de l’Union soviétique et la conversion de ses dirigeants aux bienfaits de l’économie de marché. C’est tout cela qui, joint aux conséquences de la crise économique chronique qui sévit depuis plus de quinze ans, et de la progression du chômage, explique le recul du mouvement ouvrier.

Les communistes révolutionnaires n’ont pas moins de raisons, quant à eux, aujourd’hui, de poursuivre leur combat qu’ils en avaient il y a vingt ans. Ils ne sont pas moins présents dans la classe ouvrière. Ils le sont même plus, en ce qui concerne du moins notre courant, et plus encore relativement, par rapport aux forces militantes du réformisme. Et ils ont d’autant moins de raison de remettre en cause le marxisme, que celui-ci reste le meilleur instrument pour comprendre le monde d’aujourd’hui, pour comprendre comment fonctionne cette gigantesque machine à accumuler des richesses d’un côté et de la misère de l’autre, au sein de chaque pays, comme entre les pays riches et les pays sous-développés. Et le programme qui découle du marxisme, celui du communisme révolutionnaire, reste le seul qui indique une voie possible pour transformer le monde : celle de la révolution prolétarienne internationale.

Alors, pour ceux qui entendent rester fidèles à ce programme (et c’est d’abord à ceux-là que nous nous adressons), chercher des solutions aux difficultés du recrutement dans un nouveau langage, ce serait se leurrer gravement. Qui pourrait vraiment croire qu’en remplaçant la « lutte des classes » par le « combat des différentes strates sociales », on y gagnerait quelque chose ? Ce n’est certes pas cela qui séduirait ceux des jeunes qui sont à l’affût de prétendues nouveautés idéologiques. Et le seul résultat pour le mouvement révolutionnaire serait de perdre, avec le vocabulaire marxiste traditionnel, un outil commun à tous les courants de ce mouvement, et un outil qui a fait ses preuves, pour le remplacer par un ersatz frelaté.

Revendiquer bien haut les idees, le programme communiste

Ce serait aussi une erreur profonde de croire que du fait de la baisse actuelle du militantisme ouvrier, de la « crise des idéologies » comme disent les commentateurs, la prochaine remontée de la classe ouvrière passera obligatoirement par un autre chemin que celui des organisations traditionnelles. La tâche essentielle des révolutionnaires reste donc, comme par le passé, d’arracher la fraction militante de la classe ouvrière à l’influence politique du réformisme social-démocrate ou stalinien.

La crise actuelle du mouvement communiste se traduit non seulement par une diminution du nombre de jeunes ouvriers venant à l’activité militante, mais également par le fait que bon nombre de militants déjà formés décrochent de cette activité, parce qu’ils sont découragés par les volte-face incessantes du PCF et, pour un certain nombre d’entre eux, parce qu’ils se reconnaissent de moins en moins dans le langage chaque jour plus social-démocrate de celui-ci. Et cette crise du militantisme au sein de la fraction de la classe ouvrière la plus influencée par le PCF n’est pas en soi quelque chose de positif.

Il n’est, pour s’en convaincre, que de regarder la situation du mouvement ouvrier en Allemagne ou en Grande-Bretagne (où la social-démocratie joue un rôle hégémonique), ou aux États-Unis (où le mouvement ouvrier est dans son ensemble « apolitique », c’est-à-dire lié au libéralisme bourgeois). Dans aucun de ces pays la construction du parti révolutionnaire ne s’est révélée plus facile, du fait de la quasi-absence du stalinisme.

Les militants ouvriers des partis staliniens ont conservé des origines communistes de leur parti, sous une forme certes confuse, pervertie, un certain nombre de réactions de classe qui sont infiniment plus rares dans la social-démocratie, et une conception du militantisme qui fait défaut à celle-ci. La disparition de ce type de militants (qu’elle soit due à la disparition des partis communistes eux-mêmes, ou à la social-démocratisation croissante de ceux-ci), si elle n’était pas accompagnée d’une renaissance du communisme révolutionnaire, constituerait en fait un appauvrissement du capital du mouvement ouvrier. Si ce processus ne devait finalement profiter qu’à la social-démocratie (dont la capacité à dévoyer les luttes ouvrières, à répandre les poisons du chauvinisme et de l’électoralisme, ne sont en rien en retrait sur celles du stalinisme), ce ne serait pas un avantage pour la classe ouvrière, ni du même coup pour les révolutionnaires.
Ce serait d’autre part une grossière erreur que de croire que l’effondrement du PCF (ou des autres partis issus du mouvement stalinien) est inéluctable, et en ce domaine nombre de militants et de courants d’extrême-gauche s’empressent un peu trop d’enterrer de pseudo-morts qui présentent encore bien des signes de vie.

Ce qui a d’ores et déjà disparu, c’est le type de parti stalinien qui a existé des années 1930 à la fin des années 1950 (pour fixer une limite quelque peu arbitraire), qui se distinguait des partis réformistes classiques par des liens étroits de subordination vis-à-vis de la bureaucratie soviétique. Ce type de parti, qui a été une forme transitoire (même si elle a existé durant trente ou quarante ans), liée à la dégénérescence de l’Internationale Communiste, est mort à jamais. Mais les organisations issues de ce courant ne disparaîtront pas forcément pour autant. Et ce n’est pas parce que le PCF a perdu en quelques années les deux-tiers de son électorat que le processus continuera forcément en ce sens.

L’histoire du Parti Socialiste est là pour nous rappeler que sur le terrain électoral, les crises que peuvent connaître les partis réformistes ne les empêchent pas forcément de reconquérir ensuite une nouvelle audience. Après que la vieille SFIO eut quasiment sombré dans la période de la guerre d’Algérie, puis de l’arrivée au pouvoir de De Gaulle, son candidat aux élections présidentielles de 1969, Gaston Defferre, dépassa à peine les 5 % des voix. Ce qui n’empêcha pas, douze ans après, Mitterrand d’être élu président de la République.
Et ce n’est pas seulement sur le terrain électoral que ce genre de chose peut se manifester. Rien ne nous dit que le Parti Communiste Français ne pourrait pas être le principal bénéficiaire d’une vague de luttes ouvrières, quelle que soit la réalité de sa crise actuelle (et cela d’autant plus facilement que l’extrême-gauche négligera le travail d’implantation dans les entreprises, en cédant aux sirènes de la recherche de « nouvelles » idées). Là aussi, il ne faut pas oublier les leçons du passé, et la manière dont le PCF, pourtant fortement déconsidéré, en mai-juin 1968, par ses premières prises de positions vis-à-vis du mouvement dans la jeunesse étudiante, et même dans la jeunesse ouvrière, a finalement été, dans les mois qui en suivi, en termes d’organisation, le principal bénéficiaire de la situation.

Une autre erreur à ne pas commettre serait de croire que l’évolution du PCF l’amènera inexorablement à renoncer explicitement à toute référence au communisme, en abandonnant en quelque sorte ce terrain-là aux révolutionnaires, ou en leur évitant d’avoir à se définir comme tels. La majorité du Parti Communiste Italien a certes choisi de renoncer à l’étiquette « communiste » (dans un pays où, il ne faut pas l’oublier, le réformisme classique était fortement minoritaire par rapport au PCI). Mais le PCF ne l’a pas suivi jusque-là, et peut très bien, ne serait-ce que pour préserver des différences formelles par rapport au Parti Socialiste, continuer à se social-démocratiser tout en conservant des références tout aussi formelles au communisme.

L’une des tâches essentielles des révolutionnaires, dans la période actuelle, c’est donc d’offrir aux ouvriers qui se sentent communistes, qui sont attachés à cette référence, même s’ils n’ont qu’une vision confuse du communisme, une autre issue que celle de renoncer à l’activité : renouer au contraire avec les idées du marxisme révolutionnaire. Mais encore faut-il, pour cela, ne pas cesser de les défendre ouvertement, sous prétexte d’essayer de séduire telle ou telle couche de la petite-bourgeoisie intellectuelle.

La tâche des révolutionnaires c’est aussi, dans cette période plus que jamais, de recruter des jeunes, intellectuels et ouvriers, prêts à se consacrer à la lutte pour transformer le monde, et de les former aux idées du marxisme, du communisme, aux « vieilles » idées, qui sont les seules justement capables de donner une nouvelle jeunesse à l’Humanité.

Au moment où tant de ceux qui pendant des années se sont frauduleusement parés du titre de « communistes » laissent tomber le masque, et répudient ouvertement le communisme, il ne s’agit certainement ni de renoncer à nos idées, ni de les camoufler sous on ne sait quel verbiage nouveau. Il s’agit au contraire de les revendiquer bien haut, même si cela doit effrayer un certain nombre de compagnons de route possibles de l’extrême-gauche, écologistes ou autres alternatifs, et d’éduquer les militants de la nouvelle génération dans l’idée qu’il n’y a que sur la base des idées du marxisme, du léninisme, du trotskisme (tous mots en « isme » auxquels la plupart des petits-bourgeois sont aujourd’hui allergiques) que l’on pourra construire les partis révolutionnaires, l’Internationale, instruments indispensables de la révolution socialiste.

Nous ne savons évidemment pas quel écho aura l’initiative des « refondateurs » .

Pour le moment, ni ceux qui proviennent de la social-démocratie, ni ceux qui sont issus du PCF, n’ont encore coupé le cordon ombilical qui les rattache à leur parti d’origine. Ils se posent seulement en militants « critiques » de ceux-ci, et s’en tiendront peut-être là, se contentant, pour l’avenir, d’apparaître comme différents. Mais peut-être aussi iront-ils plus loin, et prendront-ils le chemin de la construction d’une nouvelle formation politique.

Bien évidemment, si cela se produisait dans une période de poussée à gauche du mouvement ouvrier, si l’on avait affaire à des politiciens radicalisant leur langage pour ne pas perdre le contact avec leur base (comme cela s’est produit par exemple au sein des partis social-démocrates français et espagnol, dans la période qui a immédiatement précédé 1936), cela poserait un problème tactique plus difficile. Car les révolutionnaires auraient alors à défendre clairement leur politique, en évitant en même temps tout ce qui pourrait risquer de leur faire perdre le contact avec cette base ouvrière en voie de radicalisation.
Mais ce n’est même pas ce problème-là qui se pose aujourd’hui. Car il n’y a manifestement pas, actuellement, l’ombre d’un réel courant derrière les « refondateurs » (comme il n’y en avait pas un, il y a trois ans, au moment des élections présidentielles de 1988, derrière Juquin).

Le plus que l’on peut envisager, à court terme, c’est de voir se former, à la suite de cette initiative, un vague regroupement qui permettra à un certain nombre de personnalités de se mettre « en réserve » de la gauche, prêtes à jouer un rôle si un jour la situation leur redevient favorable. Une maigre réussite qui pourrait en satisfaire certains, car après tout, le PSU des années 1960-70, pour n’avoir été guère plus qu’un groupuscule, a offert à certains politiciens un chemin pour arriver aux « affaires ». Mais ce n’est même pas l’hypothèse la plus vraisemblable, parce qu’il y a eu en ce domaine plus d’échecs que de réussites.

Peu importe, cependant, car dans tous les cas, les révolutionnaires n’auraient rien à gagner à s’aligner, ne serait-ce que pour des raisons prétendument tactiques, sur l’image « d’inventeurs du futur » que les « refondateurs » essaient de se donner.

Parce que de deux choses l’une : ou bien ceux-ci échouent totalement, et les révolutionnaires qui auront joué ce jeu-là se seront privés pour rien de la possibilité de défendre ouvertement leurs idées. Ou bien ils connaîtront une certaine réussite, et les mêmes révolutionnaires auront eu comme seul rôle de faciliter la tâche de quelques politiciens professionnels issus du stalinisme ou de la social-démocratie, de quelques anciens ministres qui ne demandent qu’à le redevenir, dans leur tentative de se refaire une virginité de « militants inlassables pour un monde meilleur » , comme ils osent dire.

Et ce qui vaut pour les « refondateurs » d’aujourd’hui (dont l’avenir sera sans doute, encore une fois, éphémère), et qui valait pour les « rénovateurs » hier, vaudra aussi pour toutes les tentatives de ce genre qui pourraient se produire demain.

Pour les communistes révolutionnaires, il n’y a d’avenir politique honorable que dans la défense des idées du communisme révolutionnaire.

Le 7 juin 1991
Lutte de Classe


Vals
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  sylvestre Jeu 29 Mar - 14:50

Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Babel Ven 30 Mar - 8:27

mademoiselle Sylvestre a écrit:
Même dans la majorité actuelle, on l’admet. « La situation est difficile. Il faut se battre pour maintenir tout le monde ensemble… J’espère qu’on y arrivera », lâche François Sabado, autre dirigeant historique de la LCR. Lui veut encore y croire, persuadé que les divergences sont moins profondes qu’il n’y paraît, à condition ne pas envisager une participation au Front de gauche: « Après la campagne, ce ne sera pas le repli sectaire. Certains pensent qu’on a fait la faute du siècle. On a fait ce qu’on a pu. Mais après la présidentielle, les conditions seront réunies pour redéployer une orientation anticapitaliste de rassemblement. Le NPA aura une politique d’unité et de dialogue avec le Front de gauche s’il ne participe pas au gouvernement et ne soutient pas une majorité parlementaire. Mais dans un pôle anticapitaliste indépendant. »
C’est aussi l’espoir de Sandra Demarcq, membre du comité exécutif (CE) du NPA : « Déjà le fait d’avoir obtenu les 500 signatures montre qu’il y a encore des militants dans ce parti ! La crise du NPA existe, mais la base croit encore en cette campagne, même plus ou moins, et veut la porter jusqu’au bout. Et si le NPA est au bord de la scission, je me battrai pour dire que nos désaccords peuvent cohabiter dans le même parti. »
Un avis partagé par Antoine, lui aussi élu au CE sur une position très hostile au Front de gauche : « Rien n’est joué. Mais si les membres de la GA qui sont à la direction sont quasiment déjà dehors, ils sont en décalage avec les préoccupations des militants locaux. Et les désaccords sont parfois surestimés. Certains pensent qu’on veut faire la même politique que LO mais c’est une erreur !»
(...)
Alors fini le NPA ? Pas encore, veulent croire ses militants. « Il peut y avoir un sursaut », dit Sandra Demarcq. Et puis, dit Samy Johsua, si « la famille est divisée, il ne faut jamais insulter l’avenir ». Dans un sourire, il ajoute : « Trotsky et Lénine se sont insultés pendant des années. Finalement, ils ont fait la révolution ensemble. »

On tiendra. Les fossoyeurs en seront pour leurs frais.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  GGrun Ven 30 Mar - 18:41

lu sur ESSF

Poutou, Letchimy et Moustaki
DAQUIN Patrick
16 mars 2012
n°24730
Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l’élection présidentielle, Philippe Poutou, a déposé ce matin au Conseil constitutionnel les 572 signatures d’élus, qui lui permettent de participer au scrutin. Au même moment, l’auteur-compositeur et interprète Georges Moustaki lui apportait son soutien dans une tribune publiée par le Huffington Post [1].

La campagne du NPA aura finalement lieu. 572 signatures, c’est mieux qu’en 2002 et en 2007, quand la candidature d’Olivier Besancenot n’avait été rendu possible que grâce au soutien instrumental et de dernière minute d’élus du Parti socialiste, puis de l’UMP. Il se murmure même que cette fois le député Serge Letchimy, président du Parti progressite martiniquais (PPM) d’Aimé Césaire, qui s’est récemment fait remarquer par une salutaire charge anti-raciste et anti-coloniale contre le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, aurait accordé son paraphe, à l’instar de quelques élus du PPM.

Arrachées par plusieurs centaines de militants issus de tous les courants du NPA dans un contexte particulièrement difficile, tant sur le plan médiatique et sondagier marqué par la sur-exposition des « grands » candidats et de la « dynamique » de la campagne de Jean-Luc Mélenchon à gauche de la gauche (qui s’est imposée jusqu’à Mediapart, où la rédaction a décidé de privilégier depuis plusieurs semaine et limitativement quatre candidats), que sur le plan interne, où la direction de la minorité du parti anticapitaliste (Gauche anticapitaliste) apparaît déterminée à ne pas laisser la campagne - qu’elle qualifie de « faute politique grave » - être menée à bien, ces signatures constituent une première victoire pour le NPA, qui peut désormais concourir à l’élection et bénéficier d’ici quelques jours de l’égalité des temps de parole, le mur des parrainages, « premier tour administratif », selon Philippe Poutou et Olivier Besancenot, ayant été franchi. Tous les obstacles ne sont, cependant, pas levés, puisque balayant d’un revers de main l’appel à l’unité du parti et à la raison lancé par Olivier Besancenot, Christine Poupin, Alain Krivine et François Sabado, la Gauche anticapitaliste pourrait ce week-end appeler à voter pour le candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle, puis quitter le NPA d’ici quelques semaines, non sans avoir pris soin de lui faire les poches et de le délester - sans manifestement respecter les principes et les procédures démocratiques en vigueur au sein de l’organisation anticapitaliste - de 850 000 euros (dont 150 000 devraient revenir à la Gauche unitaire, tendance de la Ligue communiste révolutionnaire qui a rejoint le Front de Gauche au moment de la création du NPA).

Le soutien apporté ce matin à Philippe Poutou par Georges Moustaki sonne comme une deuxième bonne nouvelle pour le parti anticapitaliste et vient ensoleiller quelque peu son ciel, qui, à défaut de lui tomber totalement sur la tête, peine à s’éclaircir. L’artiste aux « sympathies de gauche » et dont la « sensibilité se rapproche des libertaires, des grévistes » qualifie Jean-Luc Mélenchon de « très bon » mais de « cabotin » avant de marquer sa nette préférence pour le candidat du NPA : « Dans cette présidentielle, s’il y a un candidat dont les arguments m’interpellent, dans le sens où sa parole me touche, c’est Philippe Poutou. Il a l’air perdu dans l’univers politicien. Il le dit lui-même qu’il ne sera pas élu, mais il tient à cette tribune pour que le monde ouvrier ait voix au chapitre. Et je trouve cela attendrissant, oui c’est le terme qui convient selon moi. De surcroît, je trouve ses revendications radicales et justes. J’aimais bien Olivier Besancenot en 2002. Il avait du charisme et de la conviction. Mais je trouve Philippe Poutou plus émouvant. Il est d’apparence plus fragile. D’apparence seulement ».

Poutou, Letchimy, Moustaki : l’occasion de rappeler l’organisation ce samedi 17 mars 2012, à Paris, d’une marche anti-coloniale et anti-raciste, à l’appel d’une centaine d’associations, de syndicats et de partis politiques. Cette marche « contre le racisme et les idéologies d’exclusion, pour en finir avec le colonialisme partout dans le monde, pour l’auto-détermination et l’indépendance des peuples en lutte, pour les libertés individuelles et collectives et pour l’amitié et la solidarité avec les peuples en lutte » s’élancera de Barbès à 14 heures pour rejoindre la place de la Bastille. Place de la Bastille, qui sera investie le lendemain, 18 mars 2012, date anniversaire du début du soulèvement de la Commune de Paris et de la signature des accords d’Evian, par les soutiens du Front de Gauche, à l’occasion d’une marche pour la 6e République. Une république, dont on espère que leur candidat à l’élection présidentielle saura rappeler non seulement les pages glorieuses, mais également les heures sombres, qui continuent de peser lourdement sur les épaules de nombre de nos concitoyens, d’ailleurs ou d’ici.

Patrick Daquin, 16 Mars 2012


--------------------------------------------------------------------------------


GGrun

Messages : 311
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  fée clochette Ven 30 Mar - 19:26

Babel a écrit:
mademoiselle Sylvestre a écrit:
Même dans la majorité actuelle, on l’admet. « La situation est difficile. Il faut se battre pour maintenir tout le monde ensemble… J’espère qu’on y arrivera », lâche François Sabado, autre dirigeant historique de la LCR. Lui veut encore y croire, persuadé que les divergences sont moins profondes qu’il n’y paraît, à condition ne pas envisager une participation au Front de gauche: « Après la campagne, ce ne sera pas le repli sectaire. Certains pensent qu’on a fait la faute du siècle. On a fait ce qu’on a pu. Mais après la présidentielle, les conditions seront réunies pour redéployer une orientation anticapitaliste de rassemblement. Le NPA aura une politique d’unité et de dialogue avec le Front de gauche s’il ne participe pas au gouvernement et ne soutient pas une majorité parlementaire. Mais dans un pôle anticapitaliste indépendant. »
C’est aussi l’espoir de Sandra Demarcq, membre du comité exécutif (CE) du NPA : « Déjà le fait d’avoir obtenu les 500 signatures montre qu’il y a encore des militants dans ce parti ! La crise du NPA existe, mais la base croit encore en cette campagne, même plus ou moins, et veut la porter jusqu’au bout. Et si le NPA est au bord de la scission, je me battrai pour dire que nos désaccords peuvent cohabiter dans le même parti. »
Un avis partagé par Antoine, lui aussi élu au CE sur une position très hostile au Front de gauche : « Rien n’est joué. Mais si les membres de la GA qui sont à la direction sont quasiment déjà dehors, ils sont en décalage avec les préoccupations des militants locaux. Et les désaccords sont parfois surestimés. Certains pensent qu’on veut faire la même politique que LO mais c’est une erreur !»
(...)
Alors fini le NPA ? Pas encore, veulent croire ses militants. « Il peut y avoir un sursaut », dit Sandra Demarcq. Et puis, dit Samy Johsua, si « la famille est divisée, il ne faut jamais insulter l’avenir ». Dans un sourire, il ajoute : « Trotsky et Lénine se sont insultés pendant des années. Finalement, ils ont fait la révolution ensemble. »

On tiendra. Les fossoyeurs en seront pour leurs frais.


c'est quoi ta source pour ce texte ? faites un effort quoi, mettez vos sources !!!!!!!
fée clochette
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 56
Localisation : vachement loin de la capitale

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Babel Ven 30 Mar - 20:26

fée clochette a écrit:
Babel a écrit:
mademoiselle Sylvestre a écrit:
Même dans la majorité actuelle, on l’admet. « La situation est difficile. Il faut se battre pour maintenir tout le monde ensemble… J’espère qu’on y arrivera », lâche François Sabado, autre dirigeant historique de la LCR. Lui veut encore y croire, persuadé que les divergences sont moins profondes qu’il n’y paraît, à condition ne pas envisager une participation au Front de gauche: « Après la campagne, ce ne sera pas le repli sectaire. Certains pensent qu’on a fait la faute du siècle. On a fait ce qu’on a pu. Mais après la présidentielle, les conditions seront réunies pour redéployer une orientation anticapitaliste de rassemblement. Le NPA aura une politique d’unité et de dialogue avec le Front de gauche s’il ne participe pas au gouvernement et ne soutient pas une majorité parlementaire. Mais dans un pôle anticapitaliste indépendant. »
C’est aussi l’espoir de Sandra Demarcq, membre du comité exécutif (CE) du NPA : « Déjà le fait d’avoir obtenu les 500 signatures montre qu’il y a encore des militants dans ce parti ! La crise du NPA existe, mais la base croit encore en cette campagne, même plus ou moins, et veut la porter jusqu’au bout. Et si le NPA est au bord de la scission, je me battrai pour dire que nos désaccords peuvent cohabiter dans le même parti. »
Un avis partagé par Antoine, lui aussi élu au CE sur une position très hostile au Front de gauche : « Rien n’est joué. Mais si les membres de la GA qui sont à la direction sont quasiment déjà dehors, ils sont en décalage avec les préoccupations des militants locaux. Et les désaccords sont parfois surestimés. Certains pensent qu’on veut faire la même politique que LO mais c’est une erreur !»
(...)
Alors fini le NPA ? Pas encore, veulent croire ses militants. « Il peut y avoir un sursaut », dit Sandra Demarcq. Et puis, dit Samy Johsua, si « la famille est divisée, il ne faut jamais insulter l’avenir ». Dans un sourire, il ajoute : « Trotsky et Lénine se sont insultés pendant des années. Finalement, ils ont fait la révolution ensemble. »

On tiendra. Les fossoyeurs en seront pour leurs frais.


c'est quoi ta source pour ce texte ? faites un effort quoi, mettez vos sources !!!!!!!
Cool...

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Les anticapitalistes ? Plus que jamais nécessaires

Message  Roseau Ven 30 Mar - 20:43

DEMARCQ Sandra
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article24720
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  fée clochette Ven 30 Mar - 21:57

Roseau a écrit:DEMARCQ Sandra
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article24720

cheers cheers cheers
fée clochette
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 56
Localisation : vachement loin de la capitale

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  dug et klin Sam 31 Mar - 8:57

Babel a écrit:

.....Alors fini le NPA ? Pas encore, veulent croire ses militants. « Il peut y avoir un sursaut », dit Sandra Demarcq.....


"On tiendra. Les fossoyeurs en seront pour leurs frais."



C'est tout le mal que je vous souhaite,d'autant plus que vous avez gagné la 1ere manche,en déposant plus de 500 signatures,alors que la "GA"visiblement misait sur un échec pour dépecer l'animal au profit de Mélanchande heu pardon de Hollanchon.


dug et klin
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  sylvestre Mar 3 Avr - 15:00

sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  verié2 Mar 3 Avr - 17:34

sylvestre a écrit:
sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise
Je ne trouve pas cette analyse très bonne. Pour faire court :

-D'une part, ce texte reproche au NPA de ne pas avoir davantage recherché l'unité avec le FdG sur un candidat commun. Ce reproche me semble absurde, dans la mesure où, de toute évidence, c'est le FdG qui ne voulait en aucun cas d'un accord susceptible de le gêner si peu que ce soit dans ses projets électoralistes, gestionnaires, gouvernementaux.
Dans le contexte actuel, un accord avec le FdG n'aurait pu être qu'un ralliement qui aurait transformé le NPA en supplétif de Mélenchon - ce que sont, de fait, les militants qui ont quitté le NPA ou s'apprêtent à le faire.

-D'autre part, globalement, ce texte ne tient pas compte de la lente et continuelle dérive droitière de la LCR. Bien avant la création du NPA, un certain nombre de militants souhaitaient abandonner le sigle "communiste révolutionnaire" pour former un rassemblement large et flou de type crypto social démocrate de gauche. Seule la présence d'un noyau qui s'est avéré relativement solide et des tendances que ce texte considère comme "sectaires" a empêché que le NPA passe en entier avec armes et bagages derrière Mélenchon...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  sylvestre Mar 3 Avr - 17:54

verié2 a écrit:
sylvestre a écrit:
sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise
Je ne trouve pas cette analyse très bonne. Pour faire court :

-D'une part, ce texte reproche au NPA de ne pas avoir davantage recherché l'unité avec le FdG sur un candidat commun. Ce reproche me semble absurde, dans la mesure où, de toute évidence, c'est le FdG qui ne voulait en aucun cas d'un accord susceptible de le gêner si peu que ce soit dans ses projets électoralistes, gestionnaires, gouvernementaux.

Il me semble que tu fais une confusion : le texte fait plutôt référence à la possibilité d'une candidature unitaire antilibérale en 2007, avant la création du NPA. ("Cela a été très évident à la fois avant la formation du NPA au cours des tentatives infructueuses pour s’entendre sur une candidature unitaire « anti-libérale » pour l’élection présidentielle de 2007 sur la base du succès de campagne référendaire contre le Traité Constitutionnel Européen de 2005 et, plus récemment, dans la réticence du NPA à se confronter de manière constructive avec le Front de Gauche.")

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  cundo Mar 3 Avr - 18:07

perso je ne comprends pas ce bout phrase ; "se confronter de manière constructive avec le Front de Gauche"
cundo
cundo

Messages : 77
Date d'inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Eugene Duhring Mar 3 Avr - 18:15

sylvestre a écrit:
verié2 a écrit:
sylvestre a écrit:
sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise
Je ne trouve pas cette analyse très bonne. Pour faire court :

-D'une part, ce texte reproche au NPA de ne pas avoir davantage recherché l'unité avec le FdG sur un candidat commun. Ce reproche me semble absurde, dans la mesure où, de toute évidence, c'est le FdG qui ne voulait en aucun cas d'un accord susceptible de le gêner si peu que ce soit dans ses projets électoralistes, gestionnaires, gouvernementaux.

Il me semble que tu fais une confusion : le texte fait plutôt référence à la possibilité d'une candidature unitaire antilibérale en 2007, avant la création du NPA. ("Cela a été très évident à la fois avant la formation du NPA au cours des tentatives infructueuses pour s’entendre sur une candidature unitaire « anti-libérale » pour l’élection présidentielle de 2007 sur la base du succès de campagne référendaire contre le Traité Constitutionnel Européen de 2005 et, plus récemment, dans la réticence du NPA à se confronter de manière constructive avec le Front de Gauche.")

Pas grand chose à se mettre sous la dent dans ce texte. je retiens par contre la fin
Comme il a été dit, l’effondrement du NPA serait un désastre pour la gauche révolutionnaire à une échelle internationale.
Curieusement, pas un mot sur la IV et le fait que le NPA n'en soit pas membre à l'inverse de la LCR. Vraiment une curieuse façon d'aborder les choses !
Contrairement à toi, je comprends de ce texte que le NPA aurait du préparer les conditions d'un front unique avec le FdG en particulier pour les présidentielles, évitant ainsi sa marginalisation et l'effet venturi autour d'un front réformiste.

Eugene Duhring

Messages : 1705
Date d'inscription : 22/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau Mar 3 Avr - 18:52

L'auteur démontre à chaque page qu'il connait très mal la situation française,
et pas mieux allemande d'ailleurs.
Il ignore l'essentiel: le NPA ne voulait pas d'une candidature NPA (alors Olivier pour bp...),
mais unitaire et a fait proposition de candidat commun du mouvement social.
L'enflure de l'égo Mélenchon et les appêtits des nomenclatures pour le caviar
ont fait capoter.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Achille Mar 3 Avr - 18:57

Roseau a écrit:
L'enflure de l'égo Mélenchon et les appêtits des nomenclatures pour le caviar
ont fait capoter.

chacun appréciera où sont puisés les arguments...

Achille

Messages : 2738
Date d'inscription : 24/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau Mar 3 Avr - 19:04

Le sectarisme du FdG a bien plusieurs sources:
ambitions personnelles et intérêt de refaire la Gauche Plus Rien,
résumée par l'image du caviar.
Dans la crise, dans quelques mois, il n'auront plus que les oeufs de lump... Laughing
mais cela n'est rien, car ces bureaucrates, qui se gavent déjà dans tous les exécutifs du système,
vont occuper des milliers de nouvelles sinécures.

C'est vrai aussi que le programme du FdG n'a strictement rien à voir avec le marxisme ou la révolution,
comme l'affirme JLM, mais à l'époque, si ce n'avait été ce sectarisme dément, on aurait pu discuter,
tous ensemble.
Malheureusement, les vieilles nomenclatures, au gouvernement Mitterand ou derrière Jospin,
ne changent pas. Rien à voir avec notre classe.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  sylvestre Mer 4 Avr - 9:31

cundo a écrit:perso je ne comprends pas ce bout phrase ; "se confronter de manière constructive avec le Front de Gauche"

C'est une traduction qui vaut ce qu'elle vaut de "engage with" c'est à dire... "se confronter de manière constructive", ou pour reformuler, "prendre pleinement en compte sans taire les divergences".
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  sylvestre Mer 4 Avr - 9:38

Roseau a écrit:L'auteur démontre à chaque page qu'il connait très mal la situation française,
et pas mieux allemande d'ailleurs.
Il ignore l'essentiel: le NPA ne voulait pas d'une candidature NPA (alors Olivier pour bp...),
mais unitaire et a fait proposition de candidat commun du mouvement social.
L'enflure de l'égo Mélenchon et les appêtits des nomenclatures pour le caviar
ont fait capoter.

Je pense que l'auteur démontre au contraire qu'il connait mieux la situation que toi, ce que c'est que l'objectivité... En l'occurrence, l'idée de la "candidature du mouvement social" si elle a été portée par OB, ne l'a pas été avec un quelconque sérieux par l'organisation, comme il est dit dans l'article. Je ne suis personnellement pas certain que cela aurait été une bonne idée par ailleurs (les "candidatures du mouvement social" ont l'habitude d'être incontrôlables, voir Bové en 2007).

Pour l'instant une chose me frappe : vos commentaires, comme le débat dans le NPA, se focalisent sur "fallait-il ou pas une alliance électorale avec le FdG ?", et trouve l'article pas clair là-dessus - or c'est bien normal puisque ce n'est pas son axe. Son axe c'est justement de pointer la focalisation sur les élections comme le problème fondamental de la LCR/ du NPA :

Le problème est que la vie politique du NPA se concentre sur les élections. Ceci date de bien avant la formation du NPA. Je me souviens d’un militant de la LCR impliqué dans le mouvement altermondialiste qui se plaignait du manque d’intérêt de la direction pour le mouvement, malgré le fait que la France était l’un de ses principaux centres. « Ils ne s’intéressent qu’aux élections », disait-il. Le problème ici est moins un passage à l’électoralisme qu’un recul de la conception léniniste d’un parti interventionniste. La LCR (à l’époque la Ligue Communiste) a été très interventionniste après sa formation en 1968 : elle a été interdite pour avoir mené une attaque contre un meeting fasciste en 1973. Mais en réponse à la crise de la gauche révolutionnaire des années 1970, la LCR a évolué vers une position beaucoup plus passive à l’égard des luttes.

Cette attitude - une réaction excessive aux erreurs substitutionnistes dans laquelle la Ligue était parfois tombée dans les années 1960 et au début des années 1970 - a été justifiée par l’idée que les organisations politiques devaient respecter l ’« autonomie des mouvements sociaux », comme si les syndicats et les autre organisations militantes se situaient en quelque sorte en dehors des conflits entre idéologies et tendances politiques. Des militants individuels de la LCR puis du NPA ont pu jouer un rôle important dans les grèves, les syndicats et les coalitions altermondialistes comme ATTAC, mais l’organisation politique n’a rassemblé que très rarement ces militants pour décider d’une ligne sur une question particulière, encore moins pour amener leur force collective derrière une intervention. Cela a eu deux conséquences négatives : en premier lieu, cela a limité la capacité de la LCR / du NPA à construire les différentes luttes et mouvements. D’autre part, cela signifiait que, dans la pratique, les élections (qui sont pléthore en France - municipales, régionales, présidentielles, législatives et européenne) sont devenues centrales dans la vie de l’organisation.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Roseau Mer 4 Avr - 13:52

Non, il est très superficiel, comme sur Die Linke.
La candidature commune en France, il fallait la tenter.
Mais nous savions tous que ce serait difficile avec LO
et plus encore avec le FdG qui ne travaillait que pour l'unité et les intérêts des nomenclatures,
jamais pour l'unité sur une base indépendante de classe.

Pour Die Linke, ramener ses reculs à la concurrence des écolos,
c'est faire peu de cas de ses compromissions avec le SPD,
pour une gestion bourgeoise, presque partout où il peut.

Par contre, que la LCR ait été polarisée par les élections, comme le NPA,
c'est l'évidence. Seuls les réformistes qui y ont sévi si longtemps pourraient le nier.


Dernière édition par Roseau le Mer 4 Avr - 15:02, édité 1 fois
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  panchoa Mer 4 Avr - 14:32

sylvestre a écrit:
sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise

merci texte trés interressant panchoa

panchoa

Messages : 1042
Date d'inscription : 20/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Copas Mer 4 Avr - 18:41

panchoa a écrit:
sylvestre a écrit:
sylvestre a écrit:Un article dans la revue théorique du SWP britannique, très pertinent je pense :

France: anti-capitalist politics in crisis

Article à présent traduit : http://quefaire.lautre.net/archives/article/france-l-anticapitalisme-en-crise

merci texte trés interressant panchoa

Intéressant par certains aspects mais complétement inexact par d'autres .

Par exemple ne pas se rendre compte du problème qui existait dans la LCR et croire qu'il a été provoqué par la création du NPA. Le ver du réformisme était dans une partie de la LCR, encore faut-il en reconnaitre les traits.

Et globalement ce sont une partie des ex de la LCR qui ont été terrorisés par les questions de construction d'un parti qui ne soit pas confidentiel, pour se précipiter sur une valeur sure : tourner autour du PC et de courants rompant avec le PS.

Aux masses ! aux masses ?

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  gérard menvussa Mer 4 Avr - 22:58


Par exemple ne pas se rendre compte du problème qui existait dans la LCR et croire qu'il a été provoqué par la création du NPA. Le ver du réformisme était dans une partie de la LCR, encore faut-il en reconnaitre les traits.
La question n'est pas celle du "réformisme". Ce serait éventuellement le cas si il y avait une "poussée révolutionnaire" et qu'on reste au bord de la route. Mais la poussée R, on en est assez loin.

La question est plutot : comment etre utile et efficace ici et maintenant ? Et pas dans un avenir "révolutionnaire" indéfini. Comment augmenter notre potentiel de "confiance" dans la classe. Comment répondre a des tas de défis qui nous attendent, et qui ne sont pas résumable a la dialectique réforme versus révolution....

Or les réponses sont certainement inconsistante chez les zunitaires, elles le sont tout autant chez les "révolutionnaires" autoproclamés. Depuis que je fréquente ce forum, je n'ai jamais vu UNE proposition concrete permettant de "faire la différence" avec les partis "nomenklaturistes". On pourrait, on devrait s'appuyer sur une assez forte méfiance envers le "politique" pour partir de trucs "pratiques", d'organisation de base, de syndicats, d'association, d'éducation populaire.

Une des meilleures décision qu'ait pris la lcr dans les années 90, c'est de s'investir dans le "mouvement social" en général et dans le mouvement altermondialiste en particulier. Or les "atermondialistes" n'étaient pas plus "révolutionnaires" que ne l'était le front de gauche aujourd'hui (par contre ils étaient pas des "politiciens professionnels", et ils avaient une ouverture intelectuelle hors de comparaison avec le fan club de JLM...

Bref, je suis totalement en accord avec le texte traduit par notre camarade : il faut revenir au réel, et arreter de se tripoter la nouille (ou le petit bouton) en citant les Grands Barbus...
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 64
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  chejuanito Jeu 5 Avr - 7:17

[quote="gérard menvussa"]



Or les réponses sont certainement inconsistante chez les zunitaires, elles le sont tout autant chez les "révolutionnaires" autoproclamés. Depuis que je fréquente ce forum, je n'ai jamais vu UNE proposition concrete permettant de "faire la différence" avec les partis "nomenklaturistes".
Ce qui vaut également pour toi. Depuis un certain temps, tu joues beaucoup à renvoyer dos à dos ce que tu appelles les zunitaires et les révolutionnaristes. D'une part, ce n'est vraiment pas ce que j'ai hérité de notre tradition politique, qui consiste toujours, sans campisme, à choisir un côté où peser, surtout, je ne t'ai pas une fois lu dire je préfèrerai ceci ou cela comme ligne, simplement dire que rien n'est bon. Ensuite, tu parles d'investir les organisations de base, syndicats, associations... Ouah, quelle révolution théorique... Il me semble que ça fait un bail que beaucoup le disent et essayent de le faire. Je me rappelle avoir suffisamment gueulé au sein de la ligue sur le refus de beaucoup d'essayer de définir des positions communes sur ce qu'il faut faire dans les syndicats, par exemple. A ce niveau là, il y avait plutot du mieux au sein du NPA avec plusieurs listes mails (et rencontres IRL) de branche où on peut discuter de ce qu'on fait dans les syndicats sans être regardé de travers. Il y a bien sûr d'énormes efforts à faire, mais je pense qu'ils tiennent aussi beaucoup aux questions organisationnelles à régler. Il me semble qu'aucun courant constitué ne dit qu'il faut pas bosser dans les cadres de masses, par contre, il est vrai qu'il en est qui préfère discuter de ce qu'on fait avec les états-major du FdG que de notre politique dans les masses, généralement les mêmes qui refusent qu'on discutent de notre ligne dans le mouvement syndical, sous le prétexte honteux de l'indépendance syndicale, les mêmes qui ne voyaient pas l'intérêt d'un travail en vue d'un courant intersyndical lutte des classes...
chejuanito
chejuanito

Messages : 566
Date d'inscription : 08/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Débat stratégique dans le NPA - Page 21 Empty Re: Débat stratégique dans le NPA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 21 sur 40 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22 ... 30 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum