Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

32% 32% 
[ 13 ]
10% 10% 
[ 4 ]
2% 2% 
[ 1 ]
15% 15% 
[ 6 ]
12% 12% 
[ 5 ]
29% 29% 
[ 12 ]
 
Total des votes : 41

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Roseau le Mer 6 Juil - 23:30

Bonne définition de l'unité.
Et avant la Margerite effeuillée, le rassemblement antiK-antilibéraux du PRCI, vite fané, et que personne ne regrette, tant il a servi à ces derniers.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  BouffonVert72 le Mer 6 Juil - 23:44

Le programme commun du Front d'Extrême Gauche est tout à fait clair et ne laisse aucun doute sur sa finalité. Il n'y a aucune désinvolture et aucun manque de sérieux là-dedans. Il ne faut pas confondre le fond et la forme, mais ça, malheureusement, beaucoup se plante... Je pense que c'est en partie dû à un manque de recul...

Les noms d'organisations citées dans le premier message ne sont là que pour donner une idée... Ce n'est pas exhaustif... Ce n'est pas à prendre aux pieds de la la lettre... Ce qui compte est le fond.
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  oxy le Jeu 7 Juil - 6:31

BouffonVert72 a écrit:Le programme commun du Front d'Extrême Gauche est tout à fait clair et ne laisse aucun doute sur sa finalité. Il n'y a aucune désinvolture et aucun manque de sérieux là-dedans. Il ne faut pas confondre le fond et la forme, mais ça, malheureusement, beaucoup se plante... Je pense que c'est en partie dû à un manque de recul...

Les noms d'organisations citées dans le premier message ne sont là que pour donner une idée... Ce n'est pas exhaustif... Ce n'est pas à prendre aux pieds de la la lettre... Ce qui compte est le fond.

Le Programme commun c'est l'alliance du PS/PCF/Radicaux de gauche ( ces derniers symbolisent les bourgeois ) c’est à dire le Front populaire alors que la vraie unité de classe c'est le front unique ouvrier sur des bases de classe . Un front d'extrême gauche c'est un succédané gauchiste pour masquer la création du parti ouvrier communiste seul capable de faire la révolution ...Attention aux mots , les marxistes révolutionnaires sont attachés aux mots d'ordre et aux formules politiques , ils ont une histoire si tu changes leur sens tu ne pourras pas être admis dans leur "club" (modernisation du mot religieux de secte) . Il faudrait aussi te pencher sur les mots d'ordre transitoires, le programme de transition et les formules algébriques (voir nos taches politiques de Trostky ). N'oublie jamais Trotski Marx et Lénine ! Pardon Marx, Lénine et Trostki ...

oxy

Messages : 141
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Invité le Jeu 7 Juil - 8:08

Je ne sais rien mais avant de se remplir la bouche des grandes noms et des grandes phrases creuses de substance militante, commencez modestement par trouver un mot d'ordre mobilisateur et mobilisez ceux qui vous pensez peuvent s'unir. Gagnez des gens, renforcez vos partis et alors vous pourrez parler d'une unité qui dure parce que vous serez devant les yeux des masses et aussi devant des responsabilités autres que vos disputes sans conséquences.

Si vous arrivez, cela m'étonnerais lisant dans les forums vos chamailleries, vous pourriez envisager plus grand.

Mais parler en long et en large d'unité en abstrait tout en vous envoyant toues les vannes possibles, cela sert à quoi?

Je suis pour l'unité, mais il faut la construire sérieusement. Il ne s'agit pas d'avancer des "idées" pour faire la nique au groupe d'à coté.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  BouffonVert72 le Jeu 7 Juil - 15:47

Cela fait déjà qq temps que j'ai compris qu'un nouveau Front Populaire n'était pas la solution (en regardant les faits historiques, on comprend). C'est bien pour ça que je préconise maintenant un Front d'Extrême Gauche. On peut aussi appeller ça Parti Ouvrier Révolutionnaire, mais je préfère actuellement le terme d'Extrême Gauche. Bon, je trouve ça plus moderne sur la forme...

Le terme Programme Commun peut induire en erreur car ça peut faire penser à 1972, oui... Mais ce n'est pas une expression labélisée purement réformiste. Ou alors il faudrait s'interdire d'utiliser "programme" et "commun"... A force, on ne va plus pouvoir utiliser grand-chose...
Nous aussi à l'Extrême Gauche, on a le droit d'avoir un éventuel programme commun.


Mais parler en long et en large d'unité en abstrait tout en vous envoyant toues les vannes possibles, cela sert à quoi?

Je suis pour l'unité, mais il faut la construire sérieusement. Il ne s'agit pas d'avancer des "idées" pour faire la nique au groupe d'à coté.

Les vannes en question sont très utiles car ça permet en permanence de reconsidérer tel et tel aspect des choses, ça nous fait travailler tous les sujets, ça nous fait apprendre individuellement et collectivement, ça nous fait progresser. Ce forum par exemple est aussi utile que les partis politiques d'EG.
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  irneh09218 le Dim 10 Juil - 12:27

Peut être que la question n'est pas : pour ou contre un front d'extrême gauche, mais plutôt pour ou contre un "front anticapitaliste"??
Plutôt que de gauche à droite, j'ai tendance à raisonner dans l'autre sens à 90°(bas en haut)...

lol!
avatar
irneh09218

Messages : 502
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 66
Localisation : L'Ametlla de mar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Invité le Lun 11 Juil - 13:20

irneh09218 a écrit:Peut être que la question n'est pas : pour ou contre un front d'extrême gauche, mais plutôt pour ou contre un "front anticapitaliste"??
Plutôt que de gauche à droite, j'ai tendance à raisonner dans l'autre sens à 90°(bas en haut)...

lol!

C'est bien mieux, évidement.
Un "Front" d'EG est pur sectarisme. Et ne peut pas rallier grand monde. Peut servir pour des élections, manque d'autre chose.
Un Front "anti-capitalisme" c'est encore sectaire, mais un peu moins.
Un Front à partir d'une plateforme de lutte pour des revendications bien réelles et concrètes tout en posant une perspective socialiste, serait encore mieux.
Mais pour un tel Front, il faudrait d'abord que ceux qui peuvent l'impulser (l'EG essentiellement, toute l'EG, des maoïstes, anars à trotskystes et affines) ait conscience de sa nécessité, la volonté de travailler pour et la volonté de ne pas se chamailler pour leurs histories de boutique ou de histoire.
Ce n'est pas gagnée. Il faudrait donc commencer par un minimum et élargir à partir de là. Et avec la volonté de ..etc.
Ce n'est pas gagné non plus, mais la nécessité est criante et donc, sa propagande nécessaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Josh Lyman le Mer 3 Aoû - 16:04

Plus qu'un "front d'extrême gauche", je serai favorable à un Front de Gauche anticapitaliste réunissant les orgas membres du FdG actuels, le NPA, LO et d'autres organisations qui voudraient s'y associer.

En même temps, la construction de cartels qui soient à la fois cartels de lutte et cartels électoraux ne doit pas empêcher le renforcement propre de chaque organisation. Un cartel ou un front d'organisations n'est fort que si chacune des orgas qui en fait partie est forte (et c'est pour ça que je préfère travailler au renforcement du PCF et que le FdG n'est pas vraiment ma tasse de thé).

Le front d'extrême gauche proposé par Bouffon Vert marierait vraiment la carpe et le lapin. Je ne vois pas la CGA et AL dans le même cartel d'orgas que le POI...
avatar
Josh Lyman

Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 36
Localisation : Hénin-Beaumont

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lheninois.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Marco Pagot le Jeu 4 Aoû - 16:43

Josh Lyman a écrit:Plus qu'un "front d'extrême gauche", je serai favorable à un Front de Gauche anticapitaliste réunissant les orgas membres du FdG actuels, le NPA, LO et d'autres organisations qui voudraient s'y associer.

En même temps, la construction de cartels qui soient à la fois cartels de lutte et cartels électoraux ne doit pas empêcher le renforcement propre de chaque organisation. Un cartel ou un front d'organisations n'est fort que si chacune des orgas qui en fait partie est forte (et c'est pour ça que je préfère travailler au renforcement du PCF et que le FdG n'est pas vraiment ma tasse de thé).

Le front d'extrême gauche proposé par Bouffon Vert marierait vraiment la carpe et le lapin. Je ne vois pas la CGA et AL dans le même cartel d'orgas que le POI...

Ben la aussi c'est le mariage de la carpe et du lapin entre anticapitalistes (npa, lo) et antilibéraux (pcf, pg, fase, gu, c.a, alternatifs...)
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Appel pour des fronts anticapitalistes !

Message  Lascar Kapak le Mar 3 Avr - 18:33

http://alternativelibertaire.org/spip.php?article4759

Fronts anticapitalistes - Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

Si l’engouement pour la campagne politique menée par le Front de gauche dans le cadre de l’élection présidentielle est réel, ses enjeux ne peuvent se limiter au seul rééquilibrage des forces de la gauche institutionnelle, entre le Parti socialiste et ce même Front de gauche, puisque celui-ci entend incarner avant tout l’aiguillon pour une majorité parlementaire dominée par le PS.

Le contexte de la campagne présidentielle reste fortement marqué par la crise du capitalisme et nous ne pouvons nous satisfaire d’un projet, celui du Front de gauche, certes en bien des points progressiste mais dont l’horizon reste avant tout la résistance. C’est tout le problème de l’anti-libéralisme, qui combat les politiques d’austérité mais sans se battre pour l’annulation de la dette, qui veut taxer davantage le capital et contenir son emprise, mais laisse son pouvoir intact en n’envisageant pas son expropriation et enfin semble effrayé à l’idée de conjuguer révolution (ou transition, c’est selon) énergétique et sortie du nucléaire.

Si la scénographie de la manifestation du 18 mars à la Bastille était particulièrement réussie, il était difficile de ne pas y voir une sorte de retour vers le futur, c’est-à-dire une renaissance de cette gauche qui a pensé en 1981 pouvoir domestiquer le capital en menant une politique réformiste dont les audaces ont fait long feu face à un capitalisme qu’elle a préféré gérer plutôt que détruire.

Les révolutionnaires, les libertaires et plus largement les anticapitalistes n’ont pas à rougir de leur stratégie de rupture avec un système qu’il est illusoire de désarmer si on ne lui arrache pas le pouvoir que lui confère la propriété des moyens de production et avec un État qui en est le meilleur chien de garde.

Convergence de l’anticapitalisme

En revanche, ils et elles feraient bien de réfléchir sur ce qui constitue un élément essentiel du succès actuel des antilibéraux dont le Front de gauche constitue l’étendard : leur unité.

L’éclatement actuel des forces anticapitalistes, outre qu’il constitue un signe d’affaiblissement, leur interdit de peser politiquement dans les luttes et d’avoir une audience significative chez celles et ceux qui cherchent une issue à la crise du capitalisme. Une aggravation de cette même crise ne se traduira pas en effet mécaniquement par un renforcement du poids politique des opposants au capitalisme. On le voit en Grèce, un des pays où les forces anticapitalistes comptent proportionnellement le plus d’activistes en Europe mais dont l’impuissance est à la hauteur des divisions et se conjugue avec une incapacité à développer l’auto-organisation à une échelle de masse, tant dans les entreprises, que dans les quartiers ou parmi la jeunesse scolarisée.

C’est la raison pour laquelle, il nous semble essentiel de travailler activement et concrètement à une convergence des anticapitalistes.

Lors de la coordination fédérale d’AL qui s’est tenue fin janvier 2012 nous avons décidé de nous adresser aux forces qui se réclament de l’anticapitalisme : en premier lieu des organisations libertaires comme la Fédération anarchiste, la Coordination des groupes anarchistes, Scalp Reflex, mais aussi les Alternatifs, le NPA, la Gauche anticapitaliste, le Mouvement des objecteurs de croissance, le Parti pour la décroissance ou encore la Fédération pour une alternative sociale et écologique.

Construire un front anticapitaliste

Dans un courrier que nous leur avons adressé en février dernier, nous proposons de les rencontrer afin d’envisager le lancement d’un appel à la constitution d’un front anticapitaliste à l’échelle nationale qui se fonderait sur des regroupements locaux. Un tel regroupement aurait pour première utilité de faire converger des forces en faveur du non-paiement et de l’annulation de la dette, mais aussi concrètement d’impulser des actions les plus larges possible contre les expulsions, les coupures de gaz et d’électricité, les fermetures d’hôpitaux, pour la réquisition de nourriture ou de logements vides.

Nous proposons que ce front constitue une force extraparlementaire car nous sommes convaincus que la lutte anticapitaliste se mène pour l’essentiel hors de l’institution même si les processus électoraux constituent un obstacle difficile à contourner. Nous voulons également qu’un tel regroupement soit ouvert partout à celles et ceux qui ne sont pas organisé-e-s politiquement et pas seulement aux organisations. Depuis, seuls le NPA et les Alternatifs ont répondu à notre courrier et nous devons les rencontrer prochainement. L’unité étant un long chemin, nous ne désespérons pas de pouvoir débattre de nos propositions avec d’autres forces.

Plusieurs éléments et notamment des expériences de travail en commun nous laissent penser que cela est possible et souhaitable.

Ainsi, plusieurs initiatives regroupent ou ont regroupé ces derniers mois à chaque fois au moins une partie de ces forces. Nous pensons aux rencontres Reprendre la ville qui ont rassemblé plus de 300 personnes à Paris en novembre 2011, au Forum social antifasciste du 7 avril prochain dans lequel plusieurs organisations anticapitalistes jouent un rôle clef, l’enjeu étant de contribuer à relayer, relancer et élargir les mobilisations antifascistes. Enfin, la Foire à l’auto- gestion nous semble également un type de rassemblement qui démontre la capacité des anticapitalistes à faire de la politique de la meilleure façon qui soit, c’est-à-dire hors du champ très balisé des institutions bourgeoises et en portant un projet alternatif propre.

Agir dans l’unité

Qu’est-ce qu’un front anticapitaliste sinon un outil permettant de systématiser de telles démarches dans le respect du pluralisme et de l’identité de chacun, là où la proposition d’une organisation avec une stratégie faisant abstraction du caractère propre et de l’apport de chaque courant a bien peu de chance d’aboutir ? C’est donc une façon de faire vivre le pluralisme en même temps que se donner les moyens d’agir. Avoir raison dans son coin ou viser une dérisoire hégémonie nous semblent des réponses bien en-deçà des problèmes qui nous font face.

Il est légitime que les organisations libertaires, révolutionnaires, anticapitalistes continuent d’exister en tant que telles et fassent le nécessaire pour se maintenir et se développer, mais il est essentiel que cette démarche ne soit pas exclusive, qu’elle ne constitue pas une fin en soi, une position de repli idéologique et dogmatique. En faisant une telle proposition, nous ne prétendons pas faire preuve d’une folle imagination.

En Amérique latine, de tels regroupements se sont fait par le passé. Enfin il ne s’agit pas de se substituer au front social et aux luttes des mouvements sociaux plus globalement. Il s’agit d’occuper un espace politique qui ne l’est ni par les anti-libéraux, ni par les mouvements sociaux qui pour nous ne sont pas dénués de capacité politique mais dont la faiblesse actuelle ne s’explique pas uniquement par la peur, la crise et la répression. Leur faiblesse doit aussi beaucoup au fait qu’une partie de leurs troupes n’envisage pas les luttes comme un aboutissement politique en soi, pour leur rechercher un « débouché politique », alors que la victoire des luttes constitue bien le premier débouché politique du mouvement social.

Alors rupture anticapitaliste ou retour vers le futur réformiste ?

Si les anticapitalistes veulent devenir audibles, ils et elles doivent s’en donner les moyens et faire bouger les lignes qui leur interdisent actuellement d’acquérir le poids politique qui leur fait tant défaut.

avatar
Lascar Kapak

Messages : 105
Date d'inscription : 11/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bon, je suppose...

Message  Lascar Kapak le Mer 4 Avr - 11:41

... qu'il vaut mieux reporter la discussion de cette initiative après les élections (qui ne serviront pourtant à rien, tout le monde en convient pourtant ici, ou presque...). Triste quand même, sur un forum de révolutionnaires...
avatar
Lascar Kapak

Messages : 105
Date d'inscription : 11/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Duzgun le Lun 9 Avr - 17:20

La proposition me paraît intéressante à explorer même si j'ai du mal à voir la forme exacte de ce front proposé par l'AL. Je ne comprends pas très bien non plus pourquoi il exclut LO d'entrée, même s'il est probable que LO réponde par la négative (mais il est probable que les Alternatifs, la FASE ou la GA fassent de même et pourtant ils sont interpelés quand-même).
N'hésite pas à poster plus d'infos sur le sujet...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fronts anticapitalistes - Rompre avec le capitalis

Message  cundo le Lun 9 Avr - 21:31

http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article4759

Fronts anticapitalistes - Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

Si l’engouement pour la campagne politique menée par le Front de gauche dans le cadre de l’élection présidentielle est réel, ses enjeux ne peuvent se limiter au seul rééquilibrage des forces de la gauche institutionnelle, entre le Parti socialiste et ce même Front de gauche, puisque celui-ci entend incarner avant tout l’aiguillon pour une majorité parlementaire dominée par le PS.

Le contexte de la campagne présidentielle reste fortement marqué par la crise du capitalisme et nous ne pouvons nous satisfaire d’un projet, celui du Front de gauche, certes en bien des points progressiste mais dont l’horizon reste avant tout la résistance. C’est tout le problème de l’anti-libéralisme, qui combat les politiques d’austérité mais sans se battre pour l’annulation de la dette, qui veut taxer davantage le capital et contenir son emprise, mais laisse son pouvoir intact en n’envisageant pas son expropriation et enfin semble effrayé à l’idée de conjuguer révolution (ou transition, c’est selon) énergétique et sortie du nucléaire.

Si la scénographie de la manifestation du 18 mars à la Bastille était particulièrement réussie, il était difficile de ne pas y voir une sorte de retour vers le futur, c’est-à-dire une renaissance de cette gauche qui a pensé en 1981 pouvoir domestiquer le capital en menant une politique réformiste dont les audaces ont fait long feu face à un capitalisme qu’elle a préféré gérer plutôt que détruire.

Les révolutionnaires, les libertaires et plus largement les anticapitalistes n’ont pas à rougir de leur stratégie de rupture avec un système qu’il est illusoire de désarmer si on ne lui arrache pas le pouvoir que lui confère la propriété des moyens de production et avec un État qui en est le meilleur chien de garde.
Convergence de l’anticapitalisme

En revanche, ils et elles feraient bien de réfléchir sur ce qui constitue un élément essentiel du succès actuel des antilibéraux dont le Front de gauche constitue l’étendard : leur unité.

L’éclatement actuel des forces anticapitalistes, outre qu’il constitue un signe d’affaiblissement, leur interdit de peser politiquement dans les luttes et d’avoir une audience significative chez celles et ceux qui cherchent une issue à la crise du capitalisme. Une aggravation de cette même crise ne se traduira pas en effet mécaniquement par un renforcement du poids politique des opposants au capitalisme. On le voit en Grèce, un des pays où les forces anticapitalistes comptent proportionnellement le plus d’activistes en Europe mais dont l’impuissance est à la hauteur des divisions et se conjugue avec une incapacité à développer l’auto-organisation à une échelle de masse, tant dans les entreprises, que dans les quartiers ou parmi la jeunesse scolarisée.

C’est la raison pour laquelle, il nous semble essentiel de travailler activement et concrètement à une convergence des anticapitalistes.

Lors de la coordination fédérale d’AL qui s’est tenue fin janvier 2012 nous avons décidé de nous adresser aux forces qui se réclament de l’anticapitalisme : en premier lieu des organisations libertaires comme la Fédération anarchiste, la Coordination des groupes anarchistes, Scalp Reflex, mais aussi les Alternatifs, le NPA, la Gauche anticapitaliste, le Mouvement des objecteurs de croissance, le Parti pour la décroissance ou encore la Fédération pour une alternative sociale et écologique.
Construire un front anticapitaliste

Dans un courrier que nous leur avons adressé en février dernier, nous proposons de les rencontrer afin d’envisager le lancement d’un appel à la constitution d’un front anticapitaliste à l’échelle nationale qui se fonderait sur des regroupements locaux. Un tel regroupement aurait pour première utilité de faire converger des forces en faveur du non-paiement et de l’annulation de la dette, mais aussi concrètement d’impulser des actions les plus larges possible contre les expulsions, les coupures de gaz et d’électricité, les fermetures d’hôpitaux, pour la réquisition de nourriture ou de logements vides.

Nous proposons que ce front constitue une force extraparlementaire car nous sommes convaincus que la lutte anticapitaliste se mène pour l’essentiel hors de l’institution même si les processus électoraux constituent un obstacle difficile à contourner. Nous voulons également qu’un tel regroupement soit ouvert partout à celles et ceux qui ne sont pas organisé-e-s politiquement et pas seulement aux organisations. Depuis, seuls le NPA et les Alternatifs ont répondu à notre courrier et nous devons les rencontrer prochainement. L’unité étant un long chemin, nous ne désespérons pas de pouvoir débattre de nos propositions avec d’autres forces.

Plusieurs éléments et notamment des expériences de travail en commun nous laissent penser que cela est possible et souhaitable.

Ainsi, plusieurs initiatives regroupent ou ont regroupé ces derniers mois à chaque fois au moins une partie de ces forces. Nous pensons aux rencontres Reprendre la ville qui ont rassemblé plus de 300 personnes à Paris en novembre 2011, au Forum social antifasciste du 7 avril prochain dans lequel plusieurs organisations anticapitalistes jouent un rôle clef, l’enjeu étant de contribuer à relayer, relancer et élargir les mobilisations antifascistes. Enfin, la Foire à l’auto- gestion nous semble également un type de rassemblement qui démontre la capacité des anticapitalistes à faire de la politique de la meilleure façon qui soit, c’est-à-dire hors du champ très balisé des institutions bourgeoises et en portant un projet alternatif propre.
Agir dans l’unité

Qu’est-ce qu’un front anticapitaliste sinon un outil permettant de systématiser de telles démarches dans le respect du pluralisme et de l’identité de chacun, là où la proposition d’une organisation avec une stratégie faisant abstraction du caractère propre et de l’apport de chaque courant a bien peu de chance d’aboutir ? C’est donc une façon de faire vivre le pluralisme en même temps que se donner les moyens d’agir. Avoir raison dans son coin ou viser une dérisoire hégémonie nous semblent des réponses bien en-deçà des problèmes qui nous font face.

Il est légitime que les organisations libertaires, révolutionnaires, anticapitalistes continuent d’exister en tant que telles et fassent le nécessaire pour se maintenir et se développer, mais il est essentiel que cette démarche ne soit pas exclusive, qu’elle ne constitue pas une fin en soi, une position de repli idéologique et dogmatique. En faisant une telle proposition, nous ne prétendons pas faire preuve d’une folle imagination.

En Amérique latine, de tels regroupements se sont fait par le passé. Enfin il ne s’agit pas de se substituer au front social et aux luttes des mouvements sociaux plus globalement. Il s’agit d’occuper un espace politique qui ne l’est ni par les anti-libéraux, ni par les mouvements sociaux qui pour nous ne sont pas dénués de capacité politique mais dont la faiblesse actuelle ne s’explique pas uniquement par la peur, la crise et la répression. Leur faiblesse doit aussi beaucoup au fait qu’une partie de leurs troupes n’envisage pas les luttes comme un aboutissement politique en soi, pour leur rechercher un « débouché politique », alors que la victoire des luttes constitue bien le premier débouché politique du mouvement social.

Alors rupture anticapitaliste ou retour vers le futur réformiste ?

Si les anticapitalistes veulent devenir audibles, ils et elles doivent s’en donner les moyens et faire bouger les lignes qui leur interdisent actuellement d’acquérir le poids politique qui leur fait tant défaut.

Laurent Esquerre (AL Paris Nord-Est)
avatar
cundo

Messages : 77
Date d'inscription : 28/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ou Contre un Front d'Extrême Gauche ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum