Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-35%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone à 419€ seulement
419 € 649 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils ...
Voir le deal
4.99 €

Front national

Page 11 sur 21 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 21  Suivant

Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  sylvestre le Sam 28 Juin - 15:11

Nouvelle illustration de la tension inhérente aux partis fascistes (notabilisation contre constitution d'une force militante indépendante visant l'instauration d'une dictature) : Paul-Marie Couteaux : "Marine Le Pen cède toujours devant son père"

Marine Le Pen n'est pas sortie du cadre du FN. J'ai fait des observations en disant qu’il faut une architecture gouvernementale, qu’il faut des partenaires, qu’aucun parti ne peut gouverner seul, qu’il faut qu’elle soit la championne de la droite au second tour de la présidentielle. Elle pouvait ramasser des portions importantes de l'UMP. L’ouverture, ce n’est pas seulement avec les villiéristes ou les partisans de Dupont-Aignan, avec qui elle s’est d’ailleurs sans cesse très mal conduit. Elle ne comprend pas les institutions de la Vème République.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Lun 30 Juin - 1:54

Robert Ménard veut supprimer l'étude du matin aux enfants de chômeurs 03/06

Le maire de Béziers entend interdire l'étude surveillée, entre 7h35 et 8h30, aux élèves de primaire dont les parents ne travaillent pas.
C'est une décision qui devrait encore faire polémique. Après le retour de la blouse à l'école, l'interdiction faite aux habitants d'étendre leur linge aux fenêtres et l'instauration d'un couvre feu pour les mineurs de moins de 13 ans, le maire de Béziers, Robert Ménard, entend maintenant interdire l'étude surveillée du matin aux élèves de primaire dont les parents sont au chômage.
Le maire élu avec le soutien du Front national a pris cette décision lors du dernier conseil municipal, le 22 mai. La mesure est justifiée par un souci " d'économies " . Elle vise l'étude surveillée entre 7h35 et 8h30 le matin que le maire veut remplacer par un simple " accueil " .
Les élus de l'opposition se sont élevés contre cette décision qu'ils jugent discriminatoire. "Le service public doit être le même pour tous", a souligné Aimé Couquet, conseiller municipal d'opposition sur BFMTV, ajoutant que cette initiative n'était pas légale.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Lun 30 Juin - 16:04

Franck Briffaut augmente le tarif de la cantine pour les plus pauvres 27/06

VILLERS-COTTERÊTS (02). A l'issue du conseil municipal de jeudi, l'équipe aux manettes a voté un réajustement des tarifs de cantine. 71 enfant sont concernés.

" Il faut différencier la solidarité de l'assistanat " , se justifie Franck Briffaut, le maire de Villers-Cotterêts, après sa décision de modifier les tarifs de cantine. Lors du dernier conseil municipal, tenu jeudi soir, la municipalité FN a décidé de supprimer les trois tarifs les plus bas de l'ancienne grille pour n'en garder qu'un à 2,50 euros le repas. " On va faire très peu d'économies avec mesure, mais les tarifs n'avaient pas changé depuis le passage à l'euro " , poursuit-il. Soit en 2002.

749 euros par mois

De concert avec son adjointe à la jeunesse Evelyne Althoffer il affirme également que " une personne au RSA peut venir chercher son enfant à l'école car il ne travaille pas " . Ce qui peut faire grincer des dents les ménages qui ne bénéficieront plus de ce tarif avantageux " et qui profitent des prestations sociales comme les allocations familiales " , assume celui qui, il y a quelques semaines, a fait passer son salaire de 3.304 à 3.791,96 euros, soit 14,8%. " Oui, je me suis augmenté, mais par rapport à l'inflation et c'est beaucoup moins que ce que je gagnais dans le privé " .
Pour les familles les moins aisées, cela signifie une augmentation de 1 euro par repas. Sur les 387 écoliers demi-pensionnaires de la communes, 71 enfants sont concernés par cette hausse. Les familles devront ainsi payer 152 euros de plus par an et par enfant. Pour rappel, une personne seule, sans aide au logement, avec enfant perçoit 749 euros par mois du RSA.
C'est également " en termes de justice " que l'édile FN explique son choix : " Ceux qui étaient au seuil minimal devaient payer plus que ceux de la tranche inférieure, avec moins d'allocations. Ceux là, ils ont morflé ! "
Le 25 juin dernier, Joris Hebrard, le maire extrême-droite de Pontet dans le Vaucluse, avait annulé la gratuité de la cantine dans sa commune.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  Invité le Jeu 3 Juil - 9:23

nico37 a écrit:
Franck Briffaut augmente le tarif de la cantine pour les plus pauvres 27/06

VILLERS-COTTERÊTS (02). A l'issue du conseil municipal de jeudi, l'équipe aux manettes a voté un réajustement des tarifs de cantine. 71 enfant sont concernés.

" Il faut différencier la solidarité de l'assistanat " , se justifie Franck Briffaut, le maire de Villers-Cotterêts, après sa décision de modifier les tarifs de cantine. Lors du dernier conseil municipal, tenu jeudi soir, la municipalité FN a décidé de supprimer les trois tarifs les plus bas de l'ancienne grille pour n'en garder qu'un à 2,50 euros le repas. " On va faire très peu d'économies avec mesure, mais les tarifs n'avaient pas changé depuis le passage à l'euro " , poursuit-il. Soit en 2002.  

749 euros par mois

De concert avec son adjointe à la jeunesse Evelyne Althoffer il affirme également que " une personne au RSA peut venir chercher son enfant à l'école car il ne travaille pas " . Ce qui peut faire grincer des dents les ménages qui ne bénéficieront plus de ce tarif avantageux " et qui profitent des prestations sociales comme les allocations familiales " , assume celui qui, il y a quelques semaines, a fait passer son salaire de 3.304 à 3.791,96 euros, soit 14,8%. " Oui, je me suis augmenté, mais par rapport à l'inflation et c'est beaucoup moins que ce que je gagnais dans le privé " .
Pour les  familles les moins aisées, cela signifie une augmentation de 1 euro par repas. Sur les 387 écoliers demi-pensionnaires de la communes, 71 enfants sont concernés par cette hausse. Les familles devront ainsi payer 152 euros de plus par an et par enfant. Pour rappel, une personne seule, sans aide au logement, avec enfant perçoit 749 euros par mois du RSA.
C'est également " en termes de justice " que l'édile FN explique son choix : " Ceux qui étaient au seuil minimal devaient payer plus que ceux de la tranche inférieure, avec moins d'allocations. Ceux là, ils ont morflé ! "
Le 25 juin dernier, Joris Hebrard, le maire extrême-droite de Pontet dans le Vaucluse, avait annulé la gratuité de la cantine dans sa commune.

Sa démontre que le FN c'est pas le NPA, ni LO ni la gauche... Arrow A putain, je me souviens des air compatissant de lepen quant une femme lui confié  c'est problème sur un marché du nord a la télé, on aurait presque crue que c'était sincère! Suspect

S'en prendre aux enfants de pauvres ça c'est FN!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Jeu 3 Juil - 13:49

FN à Marseille: Stéphane Ravier interdit l'usage d'une langue autre que le français 27/06

Le maire FN du 7e secteur de Marseille a adressé une circulaire à ses fonctionnaires dans laquelle il leur interdit de parler une langue étrangère, rapporte Mediapart. Il le justifie par des présumées plaintes de ses administrés.
Voilà une décision polémique de plus dans le compteur des édiles FN. Le maire du 7e secteur de Marseille (13e et 14e arrondissement) a envoyé jeudi une circulaire à ses agents dans laquelle il interdit l'usage d'une langue autre que le français, révèle Mediapart. Elle a été reçue par les responsables de 23 centres d'animation.
Dans son texte, Stéphane Ravier, élu aux dernières municipales, rappelle que "la langue de la République est le français", conformément à l'article 2 de la Constitution. "En conséquence, est interdit l'usage d'une langue autre que le français par les agents en service, notamment dans les centres sociaux ou d'animation", écrit-il. Seule exception: dans le cas où les interlocuteurs ne parleraient pas le français. Autrement dit, les agents n'ont pas le droit de parler entre eux -ou avec des administrés qui parlent français- une autre langue que celle de Molière.
Stéphane Ravier justifie sa circulaire par "des plaintes de personnes se sentant exclues ou discriminées." Mais selon Mediapart, l'administration du 13 et 14e arrondissement n'a jamais enregistré de telles plaintes. Le site rappelle également que si la français est la langue des services publics, la loi n'interdit pas aux agents de parler une langue étrangère entre eux. "Va-t-il falloir poser des micros partout?", s'interroge un fonctionnaire marseillais, cité par Mediapart.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Ven 4 Juil - 16:33

Le magazine municipal version Front national Ludivine Bleuzé-Martin 03/07

Franck Briffaut, le maire, a décidé de modifier sa communication locale.Le Villers Infos va changer et la fréquence des tribunes de l’opposition aussi.

Changement de stratégie dans la communication de la municipalité cotterézienne. Franck Briffaut, le maire FN, a décidé « de remanier de Villers-Infos ». Il le veut plus efficace, plus réactif. À partir du mois de septembre, le magazine d’informations municipales ne sortira plus que sous un format de quatre pages tous les mois et d’une manière plus étoffée tous les trimestres.
Pour le distribuer, la municipalité a décidé de créer trois emplois permanents à temps partiel à raison de 13 heures mensuelles. Ces emplois seront pourvus par des agents non titulaires. « C’est un petit boulot. Comment on peut vivre avec 13 heures mensuelles ? On va précariser les gens », pour Jean-Claude Pruski, chef de file de l’opposition de gauche qui pourrait « saisir le contrôle de légalité car le minimum c’est 25 heures ».

L'opposition ne s'exprimera que 4 fois par an

Franck Briffaut n’a, selon ses propres termes, « pas la prétention de dire que ces personnes vont vivre avec ça mais il s’agit de permettre de bénéficier d’un plus avec la distribution du Villers infos. C’est un appoint ». Son objectif est de glisser le résumé de sa politique plus rapidement dans les boîtes aux lettres.
Les habitants de Villers-Cotterêts se rendront ainsi plus rapidement compte que les groupes d’opposition municipale s’exprimeront désormais moins. Si les tribunes politiques demeurent à 1500 signes d’expression, elles ne paraîtront plus que dans la formule étoffée. Soit une fois par trimestre. Trois fois moins qu’aujourd’hui.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Dim 6 Juil - 2:14

Bagnols-sur-Cèze : où est donc passée la caisse de la buvette du FN ? 30/06

Un adhérent du parti de Marine Le Pen, somme Navarro de rendre la cagnotte à apéro.

Au théâtre Grand-guignol, certains militants d'extrême droite bagnolais brillent d'une folle et inextinguible énergie. Tel le vieil avare de Molière, Harpagon dont la marotte pour l'argent, par une foudroyante métonymie, se confond avec la fameuse cassette, un adhérent du Front national dans une lettre manuscrite, signée et déposée au Midi Libre, affirme comme une impérieuse nécessité que "M. Jean-Pierre Navarro, rende la caisse de la buvette".

" Il y a plus de gens qui boivent qui mettent des sous "

Diantre, l'ancien élu, exclu après trente ans de bons et loyaux services du parti de Marine Le Pen pour avoir tenu tête à la hiérarchie de la circonscription, pis qu'un “félon” serait un vil voleur, coupable d'abus de biens d'apéro ? "À la sortie de nos réunions mensuelles dans une salle municipale, on avait coutume de prendre un petit pot, explique Jean-Pierre Navarro, on avait donc chargé l'un d'entre-nous de tenir une cagnotte commune. Comme souvent, il y a plus de gens qui boivent qui mettent des sous".
L'intéressé rappelle une loi d'airain, il n'y a pas que le ridicule qui tue, la maladie aussi, "l'année dernière on a perdu deux adhérents, à deux mois d'intervalle. La collecte s'est révélée insuffisante pour acheter deux plaques funéraires. On a dû compléter un peu avec la cagnotte. Il ne restait plus grand-chose". Très exactement 2, 62 € dans un porte-monnaie "que le militant qui gérait très bien la tirelire, a balancé à la figure d'une ex-conseillère municipale, après le clash avec nos responsables".

" Mais que diable suis-je allé faire dans cette galère ? " Jean-Pierre Navarro, ancien élu FN

Au jeu de la farce tragicomique, le soupçonné sait rendre la monnaie de la pièce, et affirme avoir dépensé pour 15, 28 € de fournitures pour le parti : "en conséquence si cet adhérent veut reprendre la cagnotte, il me doit 12, 26 €." Jean-Pierre Navarro regrette les trois longues décennies de combat, "avant, on m'insulté parce que j'étais Front national. Aujourd'hui on m'injurie parce que je ne le suis plus", note fataliste le septuagénaire qui après cette nouvelle humiliation n'aspire qu'à l'oubli. "Quand je me tourne vers ce passé, j'ai l'impression de regarder l'album photo de quelqu'un d'autre." L'univers du grand Jean-Baptiste Pocquelin regorgeant de personnages hallucinés et plongés dans l'égarement, il s'incarne un instant en Géronte : "Mais que diable suis-je allé faire dans cette galère ?"

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Dim 6 Juil - 17:26

Jacques Bompard dénonce l'échec des négociations avec le FN pour les sénatoriales : " On ne veut pas être des harkis " 05/07

PAS D'ACCORD - Le Front national et la Ligue du Sud du député-maire d’Orange Jacques Bompard ne partiront pas en vacances ensemble. Les deux mouvements ne se sont pas entendus pour la formation d’une liste commune en vue des élections sénatoriales de septembre dans le Vaucluse.

Jacques Bompard fulmine après cet échec. Le député-maire d’extrême droite s’est emporté auprès de l'AFP vendredi 4 juillet :

Il n'y a plus de négociations. On ne veut pas être des harkis, on veut être des partenaires.
Pourquoi le FN et la Ligue du Sud ne sont-ils pas parvenus à s’entendre ? À cause d’une demande de Jacques Bompard qui n’a pas vraiment plu au Front national. Le député-maire d’Orange souhaitait imposer la candidature de sa femme et maire de Bollène Marie-Christine Bompard en tête de liste.

Au cours d’une "discussion il y a mois à l’Assemblée" qui a duré "deux minutes" entre lui et la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, il avait été convenu, d’après Jacques Bompard, "le partage d'un mandat éventuel à moitié pour la Ligue du Sud, à moitié pour le Front, et le fait qu'aux cantonales la circonscription dans laquelle je suis député restait sous la responsabilité de la Ligue du Sud".

Et puis non en fait. Jacques Bompard a ajouté :

La commission d'investiture FN a méprisé cet accord. J'ai dit qu'alors, il n'y avait pas de discussion possible. Il n'y a plus de discussion et il n'y en aura pas d'autres.
De son côté, le FN, par la voix de Philippe Lottiaux, candidat aux municipales à Avignon et pressenti pour porter les couleurs du FN aux sénatoriales, dit regretter cet échec des négociations. Il fustige la demande du camp Bompard, "une exigence pas réaliste". Ce "jeu perdant-perdant" d'après le frontiste rend l’élection d’un sénateur FN dans le Vaucluse "beaucoup plus compliquée".

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  Roseau le Lun 7 Juil - 3:20

«L’ennemi du FN n’est plus le juif mais le Français musulman»
Médiapart, 06 juillet 2014
Par Joseph Confavreux et Marine Turchi

Dans une histoire très documentée du Front national, la chercheuse Valérie Igounet démontre la tension permanente entre la volonté de Marine Le Pen de normaliser le parti et sa nécessité de composer avec les racines du parti. Elle met en évidence le « maquillage » mis en place par la présidente du FN.

Historienne, chercheuse associée à l’institut d’histoire du temps présent (CNRS), spécialiste de l’extrême droite et du négationnisme, Valérie Igounet publie aux Éditions du Seuil une histoire extrêmement documentée du Front national depuis sa création en 1972 jusqu’à l’arrivée à sa tête de Marine Le Pen, en 2011.

De ce travail de dix-huit mois, elle retire un grand nombre de documents inédits et des entretiens fouillés avec d’anciens responsables du FN, dont Jean-Marie Le Pen. Loin de l’idée d’un « nouveau parti », Valérie Igounet démontre que « le Front national de 2014 est un parti d’extrême droite », « prolongement de son prédécesseur », dont l’histoire « commence à l'automne 1972 et se poursuit aujourd’hui ». Si de nouvelles thématiques apparaissent et si Marine Le Pen a opéré plusieurs changements de forme, la chercheuse montre que le FN n’a pas varié sur les fondamentaux.

Elle détaille à Mediapart cette tension permanente entre la volonté de la présidente du FN de normaliser le parti et la nécessité de composer avec les racines du FN, sa frange historique. « Ce qu’affiche Marine Le Pen et son équipe peut être assimilé à un vernis qui se craquelle régulièrement », explique-t-elle. Dernier épisode en date : la déclaration de Jean-Marie Le Pen sur la « fournée » et son entretien à l'hebdomadaire antisémite et pétainiste Rivarol, le 3 juillet.

Mediapart. Comment enquête-t-on, comme chercheur, sur le Front national ? Les responsables du FN acceptent-ils le travail et les codes de la recherche ?

Valérie Igounet. Je considère mon travail comme complémentaire de celui des journalistes. Je voulais écrire un livre sur la période Jean-Marie Le Pen, c'est-à-dire celle s'étalant entre 1972 et 2011. J'ai eu accès à des documents écrits, internes et inédits. J'ai consulté les archives (nationales, de la préfecture de police de Paris et du ministère de l'intérieur). J'ai aussi conduit de nombreux entretiens, mais rencontré pour cela davantage les anciens responsables du FN que les actuels, même si le vice-président du parti et compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, m'a accordé plusieurs entretiens et m'a donné accès à certains aspects des sessions de formation organisées par le FN. Marine Le Pen n'a pas voulu me rencontrer.

Était-ce un désintérêt de sa part ou la volonté de ne pas être confronté à l'histoire du FN ?

Elle a invoqué un manque de temps, mais je lui en ai fait la demande à plusieurs reprises et je pense donc qu'il ne s'agit pas du tout d'un désintérêt. Mon livre revient sur la genèse du FN et elle ne voulait certainement pas se retrouver face à une réalité qu'elle dément sur certains points.

Qu'avez-vous voulu montrer avec ce livre ?

En travaillant sur des archives internes et en recoupant avec des témoignages oraux, je n'ai pas écrit une histoire fondamentalement différente de ce que des journalistes avaient déjà pu dire, mais j'ai pu aboutir à une histoire plus précise et documentée. Par exemple, s'intéresser à la première période du FN permet de voir que l'équation entre l'immigration et le chômage ne date pas de 1978 et de l'action de François Duprat (numéro deux du FN dans ses premières années - ndlr), mais est présente dès le départ, comme le montrent certaines affiches. Cependant, la thématique n'a pas pris initialement.

L'étude des slogans, des affiches ou du graphisme permet parfois de comprendre ce qui ne se formule pas directement. On savait tous que le logo du FN était issu de la flamme du parti fasciste italien, le MSI. Mais j'ai pu montrer de manière irréfutable, en m'appuyant sur les archives, non seulement l'emprunt, mais aussi le fait que ce parti fasciste avait aidé financièrement certaines des premières campagnes du FN. C'est indéniable, même si Marine Le Pen a du mal à accepter cet héritage.

Vous reproduisez dans votre ouvrage les différents logos du FN. Que disent-ils du parti ?

C’est un travail graphique et idéologique en même temps : chaque renouvellement graphique de la flamme originelle traduit les évolutions du parti. La flamme agressive de l'époque Mégret (1989-1998), style “fer de lance”, a été controversée et n'est restée en place que quelques mois. L'actuelle, plus douce et féminine, correspond à l'image que veut donner Marine Le Pen du parti, même si elle a été introduite avant qu'elle ne prenne les rênes du FN.

Quel est le but de Jean-Marie Le Pen, lorsqu'il crée le FN en 1972 ? Il a d’abord créé une marque ?

Son objectif principal est de sortir l'extrême droite d’un état groupusculaire auquel elle est réduite depuis l'après-guerre et sa délégitimation liée à la Collaboration. Il veut pour cela créer un vrai parti politique qui assume les valeurs d'une droite « nationale, sociale et populaire ». Mais cela va prendre beaucoup de temps. Pendant les dix premières années, le FN est un groupe politique artisanal. Au siège, rue de Surène, l’électricité est fréquemment coupée. Quelques vrais militants conçoivent, impriment – parfois dans une baignoire ! – et collent des affiches jour et nuit, dont Jean-Marie Le Pen, qui est alors un réel politique, qui croit en ce qu’il fait. L’apport de l'héritage Lambert en 1976 va changer la donne et entacher l’histoire de ce qui n’est encore qu’un groupuscule et qui va devenir un parti politique.

Jean-Marie Le Pen avait-il la volonté d’accéder au pouvoir ? On entend souvent dire que, contrairement à sa fille, il n'a pas été dans une vraie stratégie de conquête du pouvoir. Est-ce une idée reçue ?

Ce n'est pas si simple que cela. Avant 1987 et sa sortie sur les camps d'extermination nazis comme « détail » de l'histoire, Jean-Marie Le Pen espère voir le FN parvenir au pouvoir, même s’il y a déjà eu de prétendus « dérapages ». À partir de 1987, il y a une dégringolade, il ne peut plus espérer devenir président de la République ; cet antisémitisme affiché étant incompatible avec le jeu politique. Tous les anciens cadres et responsables du FN soulignent cette rupture fondamentale dans l'histoire de leur parti.

Au début des années 1960, Jean-Marie Le Pen a créé la SERP, une « maison d'édition de disques pédagogiques » qui reproduit des discours et des chants venus de la collaboration et du nazisme, notamment un disque à la gloire du maréchal Pétain. Puis le catalogue s'élargit afin de revendiquer un certain éclectisme et sa société reproduit aussi bien des discours de Blum que de Hitler. Est-ce une stratégie de « dédiabolisation » avant l'heure ?

Cette manière d'avancer masqué est une stratégie inhérente au FN, depuis sa création. On la retrouve dans la rhétorique du parti, dans sa presse, ses programmes, dans les noms que l'on choisit pour ses diverses structures et instances (comme le « Rassemblement bleu marine »). Il y a toujours une manière d'édulcorer pour ne pas effrayer et attirer des électeurs venus, entre autres, de la droite classique.

Louis Aliot: « C'est l'antisémitisme qui empêche les gens de voter pour nous »

Ce qui dérange aujourd'hui, c'est l'antisémitisme, qui ne peut plus s'afficher, contrairement au rejet des musulmans. Est-il toutefois encore présent ?

On ne peut plus être un antisémite affiché au FN d'aujourd’hui. Les quelques personnes dont cet antisémitisme a été médiatisé ont été exclues, c’est incompatible officiellement avec la nouvelle ligne du parti. Mais quand on voit encore que Jean-Marie Le Pen choisit de s'expliquer dans Rivarol (le 3 juillet, ndlr), bien connu pour son histoire antisémite et négationniste, sur la « fournée » qu'il a promise à des personnalités juives, on peut douter que l'antisémitisme n'existe plus du tout au FN. Mais cette frange n'est pas majoritaire aujourd'hui dans le parti.

Les sorties de Jean-Marie Le Pen ne sont pas des « dérapages » comme on le lit souvent. Est-ce un partage des rôles, même tacite, entre les Le Pen pour remobiliser le cœur de l'électorat frontiste dans une période de normalisation ou bien est-ce que Marine Le Pen ne parvient pas à contrôler son père ?

Selon moi, c'est sans aucun doute la seconde hypothèse. Remobiliser l’électorat historique du FN, la vieille extrême droite antisémite issue de Vichy, correspondait à la stratégie antérieure du parti, et Jean-Marie Le Pen faisait ses échappées verbales entre autres pour cela. Désormais, le renouvellement générationnel s'est opéré et l'antisémitisme est rédhibitoire. Pour les responsables actuels, c'est une faute politique grave.

Le problème est de savoir jusqu'où Marine Le Pen peut se différencier de son père. S'il continue à creuser son sillon antisémite et qu'elle ne se démarque que timidement, elle risque de perdre cette respectabilité qu'elle conquiert depuis une dizaine d'années et lui risque de ne pas s'arrêter. Si elle est plus abrupte et condamne fermement, elle pourrait se mettre à dos celui qui a été président du FN pendant quarante ans et qui tient encore les rênes financières du parti...

Qui sont les radicaux aujourd’hui au FN ? Certains anciens du GUD, sans être encartés au FN, peuvent travailler pour Marine Le Pen ou occupent les postes clés de Jeanne, le micro-parti à son service. Parallèlement, on observe des tentatives d'entrisme de membres du mouvement d’Alain Soral ou d’identitaires.

Ils existent, mais on ne les affiche pas. Une partie, notamment les militants de l’Œuvre française, a été écartée du FN parce qu’ils étaient pro-Gollnisch et parce que leur idéologie ne rentrait plus dans ce qu’on peut appeler le « Marinisme ». Mais la mouvance de Soral est encore présente au Front national, je pense à Frédéric Chatillon notamment (ancien leader du GUD et conseiller officieux de Marine Le Pen - ndlr), régulièrement aux côtés de Marine Le Pen. On sait que c’est l'un de ses proches et l’imprimeur du Front national, mais il sait se tenir alors qu’un Alexandre Gabriac (conseiller régional du FN exclu en 2011 - ndlr) va poser en photo en faisant un salut nazi. Ce qu’affiche Marine Le Pen et son équipe peut être assimilé à un vernis qui se craquelle régulièrement.

Le Français musulman semble avoir remplacé le juif comme ennemi affiché au FN ?

Pour partir à la conquête de nouveaux électeurs, il faut abandonner l'antisémitisme. Louis Aliot me l’a explicité en des termes clairs et sans ambiguïté : « La dédiabolisation ne porte que sur l'antisémitisme. En distribuant des tracts dans la rue, le seul plafond de verre que je voyais, ce n'était pas l'immigration ni l'islam. D'autres sont pires que nous sur ces sujets-là. C'est l'antisémitisme qui empêche les gens de voter pour nous. Il n'y a que cela. À partir du moment où vous faites sauter ce verrou idéologique, vous libérez le reste. (…). Depuis que je la connais, Marine Le Pen est d'accord avec cela. Elle ne comprenait pas pourquoi et comment son père et les autres ne voyaient pas que c'était le verrou. Elle aussi avait une vie à l'extérieur, des amis qui étaient aux antipodes sur ces questions-là, des Le Gallou et autres. C'est la chose à faire sauter. »

Aussi, à la fin des années 2000, l’ennemi du FN n’est plus le juif mais le Français musulman. Le marqueur islamophobe supplante celui de l'antisémitisme. Le message est recontextualisé et peut être véhiculé par ces quelques mots : le danger islamiste s'oppose aux valeurs laïques prônées par notre pays et fondements de la République française. C'est également une façon de contourner la législation antiraciste : parler de l'islam est une manière de parler de l'immigration sans tomber sous le coup de la loi.

Au congrès de Tours, en 2011, où Marine Le Pen prend la présidence du FN, elle déclare assumer « tout l’héritage du FN » et prendre toute « l’histoire » du parti. Comment rendre compatible cette phrase avec sa stratégie de normalisation ?

Marine Le Pen n'a jamais voulu prendre toute l'histoire du parti. Il y a une contradiction importante entre ce qu'elle a dit et ce qu'elle fait. Mais elle n'assume pas véritablement, contrairement à d'autres partis de la droite radicale à l'échelle européenne, une rupture idéologique nette avec l'extrême droite issue des fascismes de la guerre. Le FN de Marine Le Pen surfe aujourd'hui sur un fil idéologique : il a besoin de s'allier avec la droite pour devenir un parti respectable et un parti de gouvernement, mais il a encore tendance à envoyer des signes extrêmes pour préserver un héritage et un certain type d'électorat.

Qu'est-ce qui, entre le FN de 1972 et celui de 2014, relève de la permanence et de la rupture, si l'on s'intéresse aux questions de fond et non aux précautions de forme ?

Il existe des permanences. Certains marqueurs perdurent notamment la thématique anti-immigrés. Le patronyme, Le Pen, représente aussi une forme de continuité rattachée à une histoire. Mais il y a une rupture nette et politique sur l'antisémitisme et le négationnisme et une rupture plus opportuniste sur le libéralisme. Même si Marine Le Pen n'irait pas, comme son père, faire l'éloge de Reagan, en matière économique, le FN s'adapte surtout aux régions dans lesquelles il évolue. Steeve Briois ne tient pas à Hénin-Beaumont le même discours que Marion Maréchal-Le Pen dans le Vaucluse. Dans le Nord-Pas-de-Calais, il mobilise avec le thème du social et affiche une critique du néolibéralisme. Dans le Sud-Est, l'immigration et l'insécurité sont, par exemple, des thématiques davantage développées. Ce qui est logique d'ailleurs.

Existe-t-il un FN du Sud-Est qui assume sa position à la droite de la droite et un FN du Nord et de l'Est qui serait plutôt sur un discours « ni droite, ni gauche » ?

Il y a des différences géographiques réelles. Pour ceux qui observent le FN, ce slogan « ni droite ni gauche » fait figure de maquillage si on regarde le discours développé dans le Sud-Est. Mais bien que sans pertinence politique, le slogan fonctionne. La réalité est celle d'une adaptation du FN à ses publics.

Marine Le Pen peut-elle durablement fédérer ces deux FN, l’un au discours gauchisant incarné par Florian Philippot ou Steeve Briois au Nord et à l'Est, l’autre que rien ne rattache à la gauche porté par Marion Maréchal-Le Pen dans le Sud-Est ?

C'est pour moi un équilibre très précaire. Je pense que la rentrée politique sera agitée pour le FN. Mais les cadres « marinistes » tiennent bien le parti. Il existe des clivages de fond, que ce soit avec le père ou avec la nièce, mais je ne crois pas que cela puisse entraîner aujourd'hui de nouvelles scissions. Les pro-Gollnisch et les historiques sont quasiment tous déjà partis ou sont décédés.

Quelles différences notez-vous entre la stratégie de « dédiabolisation » mise en place à l'époque par Bruno Mégret et celle mise en œuvre aujourd'hui par Marine Le Pen ?

Pratiquement aucune. La « dédiabolisation » a été mise en avant par Mégret dès 1989, en dépit de la dénégation des dirigeants actuels. Il faut souligner un aspect : comme élu, à Vitrolles, l'ancien secrétaire général du FN n'a pas suivi du tout cette stratégie de dédiabolisation qu'il prônait pour le parti, en agissant de manière brutale dans le domaine de la culture, ou en changeant les noms de rue. Mais à l'époque, les municipalités frontistes étaient des laboratoires autonomes. Aujourd'hui, il existe une osmose plus forte entre la politique nationale et locale. Les consignes sont édictées par le siège. Reste maintenant à regarder de près les municipalités FN et la politique que ses maires appliquent.

Le FN, qui n’avait plus de formations depuis la scission, a relancé son école de formation. Vous avez pu assister à ces sessions : qu'en avez-vous retenu ?

Je n'ai pu assister qu'à des moments bien ciblés de formation, et non à leur intégralité, mais je pense que cela aurait été pareil au sein d'autres partis. Après avoir rencontré des anciens formateurs de la période des années 1990, je ne constate pas de vrais changements dans la manière de guider et de « fabriquer » le bon militant frontiste. On insiste plus aujourd'hui sur la dimension sociale, mais les cibles, comme les journalistes par exemple, demeurent les mêmes, et certains slogans antérieurs sont même repris !

Le FN administre désormais 11 villes et a envoyé 23 élus au parlement européen, ce qui nécessite autant de collaborateurs ou directeurs de cabinet. N’a-t-il pas un problème de personnel expérimenté ?

Oui, mais c'est un problème récurrent. Ils sont en train de recruter à tout-va, mais vu l'augmentation de leur nombre d'élus, ils n'arrivent pas à trouver un entourage de qualité. Le FN va avoir beaucoup de mal, d'autant qu'ils manquent aussi d'idéologues, comme pouvaient l'être les Jean-Claude Martinez ou Bruno Mégret dans les années 1980-90. Aujourd'hui, le Front national exploite un contexte de crise général et la faiblesse des partis de gouvernement. Pour le parti d'extrême droite, l'enjeu des présidentielles de 2017 est de capitaliser sur son nom un vote d'adhésion.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  Prado le Jeu 10 Juil - 7:54

Dans le QG "secret" de Marine Le Pen

"Loin du siège officiel du FN à Nanterre, dans le très chic XVIe arrondissement de Paris, les hommes de la présidente préparent la bataille de 2017. Enquête sur la pépinière mariniste où se mêlent amitiés, stratégies politiques et business juteux".

http://www.marianne.net/Dans-le-QG-secret-de-Marine-Le-Pen_a239850.html

Prado

Messages : 1274
Date d'inscription : 02/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Ven 11 Juil - 23:56

Facebook du maire FN de Fréjus: le commentaire qui dérape 03/07

L'idéologie et les dérives xénophobes de son parti viennent-elles de rattraper le maire FN de Fréjus, David Rachline ?

Un commentaire posté sur sa page Facebook, et visant l'union métissée de son opposante socialiste Elsa Di Méo, le laisserait en tout cas transparaître. Et viendrait ternir l'image d'un élu qui s'évertue, depuis le 30 mars, à ne pas faire de vague.

À la suite d'une réaction de la conseillère régionale sur le « retoquage » infligé par le rectorat à l'application des rythmes scolaires envisagée par la municipalité fréjusienne, David Rachline a répliqué. Sur les réseaux sociaux, et notamment son compte Facebook. Un communiqué qui a suscité un certain nombre de commentaires partisans, raillant les propos de l'ancienne candidate à la mairie de Fréjus.

Mais, noyé au milieu, il en était un plus précis, et à caractère clairement raciste, sur les origines du mari et des enfants d'Elsa Di Méo. « Nous français nous sommes contents d'avoir David Rachline comme maire, c'est tout ce qui compte. Si elle n'est pas contente, l'autre, elle n'a qu'à se faire rapatrier. Comme ses enfants sont, d'après elle, franco-algériens. Allez oups du balai », pouvait-on lire sous la plume d'une certaine S. D.

Une attaque qui est restée affichée durant vingt et une heures sur la page du maire. D'ailleurs, au-delà du caractère raciste, c'est ce délai « long », que dénonce Elsa Di Méo, qui a évidemment été informée de cette publication.

« Banalisation »

L'élue socialiste, si elle réfléchit à un dépôt de plainte, dénonce déjà « une banalisation de la parole raciste. En laissant ce genre de propos circuler, M. Rachline, pourtant spécialiste de la communication numérique, montre son vrai visage. Il prouve surtout que la voix du racisme s'est libérée à Fréjus et c'est inacceptable, car c'est un délit ».

Interrogé sur ces propos, David Rachline tendait à les temporiser, voire les minimiser, même s'il reconnaissait « un commentaire clairement déplacé, que je dénonce évidemment ». Pour le maire de Fréjus, « il ne peut pas y avoir de contrôle instantané des commentaires avec un administrateur bénévole qui gère ça sur son temps libre. Nous avons évidemment fait retirer ce commentaire. »

Si le commentaire a effectivement, mais tardivement, été retiré, n'aurait-il pas mérité d'être dénoncé avec plus de fermeté par ceux-là même qui veulent prouver que le Front national a réellement changé ?

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Dim 13 Juil - 0:32

Les hauts et les bas du Front 04/07

Cent cinquante adhérents à jour de cotisations, meetings quasi déserts et résultats électoraux ridicules : tel est le tableau offert par le parti de Jean-Marie Le Pen en 1982, une décennie après sa création. Dans "le Front national de 1972 à nos jours", l'historienne Valérie Igounet met en lumière cette période matricielle à laquelle le FN faillit ne pas survivre.

Le 5 octobre 1972 naissait le Front national pour l'unité française (Fnuf), une dénomination demeurée officielle jusqu'en 1995. Avant de viser la masse des électeurs, ce sigle unitaire s'adresse, en fait, à une mouvance divisée en dépit de racines anciennes, puisant aux sources du nationalisme réactionnaire et de la xénophobie, dont la dernière irruption marquante dans la vie politique remontait aux années 1953-1958 et à la vague contestataire du poujadisme. Eclipsés, les meneurs des extrêmes droites françaises ont compris la nécessité de s'unir pour peser électoralement.

FÉDÉRATION DE PARIAS

Depuis 1965 et l'échec à la présidentielle de l'avocat Jean-Louis Tixier-Vignancour, le microcosme des nationalistes français est parcouru de tentatives de rapprochement : fin 1971, des dîners-débats organisés par l'ancien milicien François Brigneau, le journal Rivarol et l'ex-député poujadiste Jean-Marie Le Pen rassemblent des anciens de l'OAS comme Christian Baeckeroot et le principal créateur du Parti de l'unité française, Roger Holeindre, qui se dit également résistant, ou André Dufraisse, alias « Tonton Panzer », cégétiste au début des années 30 passé à la collaboration puis au poujadisme ; ces microévénements font la jonction avec les ambitions fédératrices affichées par le mouvement Ordre nouveau, apparu en novembre 1969 et prompt à faire le coup de poing contre les « gauchistes ». Avec quelques milliers d'adhérents, ce groupe rassemblé derrière la croix celtique se réclame, lors de son premier congrès et face à un parterre de sympathisants enclins à tendre le bras, des écrivains collaborationnistes Robert Brasillach et Maurice Bardèche, des figures de l'OAS et du dictateur espagnol Primo de Rivera.

Après une première participation électorale aux municipales de 1971, sanctionnée par de piètres résultats, le bureau politique d'Ordre nouveau œuvre, en vue des législatives de 1973, à l'émergence d'un « Front national » présentable, conçu comme un « véritable parti nationaliste » placé sous son contrôle et appelé à « constituer une troisième force contre le gaullisme et le communisme ». Ces hommes cherchent moins un chef qu'une personnalité apte à incarner leurs idées : troisième choix après le cofondateur du Grece Dominique Venner et le vétéran de l'OAS Jean-Jacques Susini, Jean-Marie Le Pen entend, lui, être le vrai patron de cette nouvelle formation : entre son Front national des combattants mort-né en 1957 et sa maison de disques connue pour des rééditions à l'éclectisme douteux, l'ancien para végète.

DES TENSIONS ORIGINELLES

Apprécié à l'extrême droite pour ses qualités de tribun, son passé politique et un épais carnet d'adresses, Le Pen, qui fut directeur de campagne de Tixier-Vignancour, n'entend pas se limiter au rôle de simple représentant. Il obtient ainsi une part importante des responsabilités : reposant sur des alliances fragiles, le bureau politique du jeune FN se subdivise en trois parts, dévolues respectivement à Le Pen, aux représentants d'Ordre nouveau et aux autres formations groupusculaires. Pour tenter d'atténuer le parfum néofasciste qui émane d'Ordre nouveau, le président désigné tente, en vain, d'y intégrer durablement Georges Bidault, successeur de Jean Moulin à la tête du Conseil national de la Résistance devenu proche de l'OAS et chef du Rassemblement pour l'Algérie française.

D'emblée se pose la question de l'autonomie du parti par rapport à Ordre nouveau, qui voit dans le FN sa vitrine électorale, voire « une simple étiquette transitoire ». Calquée sur le logo néofasciste du Mouvement social italien (MSI), cette « étiquette » prend la forme d'une flamme tricolore qui atteste autant une affiliation idéologique que des moyens limités. Surveillé de près, le Front national fait alors l'objet de rapports des Renseignements généraux, qui chiffrent l'aide du MSI à près de 200 000 €.

Véritable gloubi-boulga idéologique, le programme frontiste se distingue de celui de la majorité gaulliste, et le parti revendique l'appartenance à une « droite sociale ennemie des monopoles capitalistes » à même de défendre « les petits artisans et commerçants » et « l'agriculture ». Cette droite se veut aussi « populaire [et] héritière des traditions humanistes » et mue par un « amour de la patrie, forme la plus haute de solidarité entre les hommes ». Inspirés du projet de constitution que l'ancien commissaire aux questions juives Xavier Vallat soumit à Pétain, ces grands principes se changent, sur les estrades, en dénonciation des « invasions sauvages et légales » organisées par les « voleurs au pouvoir », l'imminence d'un « grave problème racial », tandis qu'un soutien appuyé « aux combattants du Sud-Vietnam » jouxte le rappel anxiogène de la « criminalité impunie ».

CAPTATION D'HÉRITAGE

Très vite, l'implication du Front national dans le jeu électoral, conclue par 1,32 % des voix aux législatives, provoque des départs de militants allergiques au « légalisme » et les réticences de l'aile la plus dure d'Ordre nouveau. Pour assurer sa mainmise, Le Pen interdit bientôt le cumul de responsabilités au FN et à Ordre nouveau, évinçant de facto Alain Robert, secrétaire général des deux formations. Moins d'un an après la naissance du parti, la scission est donc inévitable. Attestant la rupture, la dissolution d'Ordre nouveau par un décret ministériel daté du 28 juin 1973 ne provoque pas un afflux de ses militants vers le Front.

Ceux-là seront captés par le Parti des forces nouvelles (PFN), né sur les cendres d'Ordre nouveau. Au FN, miné par des dettes colossales et l'effondrement de son modeste appareil, les efforts d'organisation conduits par François Duprat et l'ancien collaborateur Victor Barthélemy, qui calque les nouvelles structures sur l'organisation du Parti communiste, ne débouchent pas sur des progrès notables, à l'exception de quelques cantons et bureaux de vote où, au fil des scrutins, une poignée de candidats FN flirte avec les 5 %.

Malmené par ses rivaux, Le Pen s'accroche. Diverses procédures judiciaires lui ont reconnu le droit exclusif d'utiliser le nom de « Front national », et son score à l'élection présidentielle de 1974, bien que modeste - 0,74 % des voix -, le pose en chef de l'extrême droite. « Il faut bien connaître Le Pen, sa façon de fonctionner et son orgueil incommensurable, assure Franck Timmermans, un frontiste de la première heure. C'est parce qu'il est piqué au vif par le résultat de 1974 que, pour lui, jeter l'éponge serait admettre la défaite. » Surtout, Le Pen a une certitude : « Il est le seul à représenter ce courant national. Après 1974, il existe un espace libre. Pour lui, c'est un petit boulevard qui s'ouvre, très prometteur. »

Mais le score de 0,3 % aux législatives de 1978 et, trois ans plus tard, l'incapacité à réunir 500 signatures d'élus dans une France marquée par l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic empêchent Jean-Marie Le Pen de se présenter à la magistrature suprême. Menacé de disparition et accablé par un 0,2 % au scrutin législatif suivant, le parti compte moins de 300 adhérents. Inespérés, de ponctuels scores à deux chiffres enregistrés aux cantonales de 1982 et aux municipales de 1983 lui accordent un sursis. C'est dans ce contexte que François Mitterrand reçoit un courrier de Jean-Marie Le Pen dénonçant l'indifférence médiatique envers le FN.

En 1981, après plusieurs désistements de ses candidats lors de précédents scrutins en faveur de la droite, le leader d'extrême droite n'avait pas appelé à faire barrage à Mitterrand, à l'inverse de Pascal Gauchon, son concurrent du Parti des forces nouvelles. Non dénué d'arrière-pensées, le président socialiste donne alors des instructions et, le 13 février 1984, l'héritier du cimentier Lambert est invité à « L'heure de vérité ». Quatre mois plus tard, le FN rassemble près de 11 % des voix aux élections européennes et bascule dans une nouvelle ère.

NORMALISATION EN CONTINU

Plus de trente ans avant que Marine Le Pen ne menace de procès quiconque range son parti à l'extrême droite, le chef du parti rejetait déjà cette appellation jugée « péjorative ». En 1977, François Duprat, élément clé du parti, réclame dans une note interne la fin des « tracts à connotation raciale ». «Il faut savoir ce que l'on veut : plaire à un militant hargneux d'une section ou à un vague sympathisant, ou bien gagner à nos thèses des milliers d'électeurs et d'adhérents », explique ce négationniste patenté.

A partir de 1983, le leader frontiste prend ses distances avec le courant néofasciste du FN et pousse vers la sortie son vieux compagnon Léon Gaultier, vétéran du régime vichyste, pionnier de la Milice et volontaire dans la Waffen SS. Dans la foulée, le nouvel Institut de formation nationale enjoint aux militants d'éviter « le style boule à zéro, skinhead, loubard », ou « le style béret avec brochette d'insignes et tenue paramilitaire ». Aujourd'hui, Marine Le Pen s'efforce d'achever le processus de normalisation.

Fondatrices, ces premières années ont construit le discours du Front national et ont consolidé la position de son chef à la tête d'une machine à ramasser les vaincus de l'histoire et les déçus des partis de gouvernement. L'essor du FN coïncide, il faut le dire, avec les reniements de la gauche que symbolise le « tournant de la rigueur ». Un constat qui traverse les époques...


Le Front national de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, de Valérie Igounet, Seuil, 495 p., 24 €.

TROIS QUESTIONS À VALÉRIE IGOUNET : " Il y a un avant et un après-1984 "


Comment expliquez-vous le nombre limité d'ouvrages historiques consacrés au FN ?

J'en suis moi-même très étonnée. Les Archives nationales, celles de la Préfecture de police, du ministère de l'Intérieur ou des documents internes permettent pourtant de mieux connaître le Front national.

Le traitement médiatique du Front national n'a-t-il pas toujours été inadéquat ?

Il y a un avant et un après-1984. Quand Le Pen écrit à Mitterrand, il sait ce qu'il fait. Son parti reste à la marge, mais, en fin politique, il a bien senti qu'un espace pouvait s'ouvrir et qu'il tenait enfin l'opportunité de se rendre visible en installant le FN sur la scène médiatique. Puis certains médias ont « diabolisé » le FN plutôt que de s'en tenir à un traitement neutre.

Son émergence ne repose-t-elle pas également sur des éléments plus politiques ?

J'ai voulu m'en tenir au travail sur les archives, pour reconstituer cette trajectoire. Reste que la principale force du Front national réside sans doute dans la faiblesse de ses adversaires politiques et des partis de gouvernement.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Dim 13 Juil - 23:29

Julien Rochedy (FN) va démissionner 08/07

Quatre mois seulement après avoir intégré le conseil municipal de Montélimar, le leader du groupe d’opposition du Front national s’apprête à démissionner. Contacté, Julien Rochedy confirme et justifie cette décision par de nouvelles responsabilités nationales au FN qui devraient lui être confiées après le congrès du parti à l’automne. Sauf surprise, il sera remplacé par son ex-directeur de campagne Alain Csikel.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Lun 14 Juil - 14:48

Nice : purge au FN, quatre élus municipaux suspendus avec AFP 12/06

Cinq des sept conseillers municipaux de Nice (Alpes-Maritimes) élus en mars sous la bannière FN ont été suspendus par les instances nationales du parti, a annoncé ce jeudi soir à la presse Marie-Christine Arnautu, qui conduisait la liste aux municipales.

Selon l'élue, la présidente du FN Marine Le Pen a « fait envoyer un mail » le 4 juin à six élus du groupe « Nice Bleu Marine » qui venaient d'élire comme chef de file Guillaume Aral, un galeriste niçois, et non Marie-Christine Arnautu, leur intimant l'ordre « de retirer immédiatement ce groupe » .

Depuis cette date, l'un d'entre eux a rallié Marie-Christine Arnautu, par ailleurs vice-présidente du parti frontiste et députée européenne.

Mais les cinq autres élus campent sur leurs positions. Aussi quatre d'entre eux, adhérents du FN ou du Rassemblement Bleu Marine (RBM), ont-ils été formellement « suspendus » par Marine Le Pen, la cinquième conseillère municipale n'étant pas encartée. Il leur est à tous interdit de se revendiquer du FN ou du RBM « sous peine de poursuites judiciaires » , a-t-elle souligné.

Autoritaire et peu impliquée dans les commissions

La commission des conflits doit se pencher sur le sort des quatre élus encartés « en vue de leur exclusion » définitive, a précisé Marie-Christine Arnautu.

Les cinq élus en désaccord avec elle reprochent notamment à cette « parachutée qui n'a pas atterri » de ne pas être venue habiter à Nice, « comme elle l'avait promis pendant la campagne » des municipales, « de diriger le groupe de façon très autoritaire » et de « ne pas s'impliquer dans la vie des commissions » au sein du conseil municipal, a expliqué Guillaume Aral.

« Nous regrettons la décision des instances parisiennes qui n'ont pas pris compris le sens de notre action » qui était, selon lui, « purement locale, visant à réorganiser le groupe pour qu'il soit plus efficace » . Selon Guillaume Aral, les cinq élus incriminés n'ont « même pas été entendus » par les instances dirigeantes du FN.

En juillet 2013, plusieurs sources au FN racontait que Marine Le Pen penchait davantage pour une candidature locale à Nice, celle de Robert Ripoll. Mais Jean-Marie Le Pen, élu en PACA, a pesé de tout son poids, lors d'une réunion de la commission d'investiture, le 25 juin, pour imposer le parachutage de Marie-Christine Arnautu. Vice-présidente du FN, cette dernière est une fidèle de la première heure de Jean-Marie Le Pen. Ces dernières années, elle se présentait aux élections en Ile-de-France, notamment en Seine-et-Marne.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Mar 15 Juil - 12:36

Le duel entre Arnautu et Nofri se poursuit à Nice 14/06

Au lendemain de la conférence de presse de Marie-Christine Arnautu, chef de file de la liste « Nice, Bleu Marine » lors des dernières municipales et députée européenne Front national, le torchon brûle toujours avec son directeur de campagne, Gaël Nofri, montré du doigt comme "l'instigateur" de la révolte de cinq colistiers*.

Ainsi, vendredi, c'est ce dernier qui a réagi à ces accusations. Au cours d'une longue interview à notre titre (lire notre édition de Nice), il a notamment, au travers de nombreuses phrases assassines, réaffirmé que Marie-Christine Arnautu « trop souvent absente de Nice et logée dans un hôtel quatre étoiles de la Prom' aux frais du parti », n'était plus « légitime » pour présider le premier groupe d'opposition au conseil municipal.

Il a, enfin, confirmé que la formation conserverait le nom de Nice Bleu Marine, qu'il a « créé », et que sa présidence serait toujours assurée par Guillaume Aral. Un « poste » que Gaël Nofri « ne briguera pas », même s'il devenait conseiller municipal au travers de « démissions souhaitées ou forcées ».

La prochaine séance, qui se tiendra ce 20 juin, s'annonce très chaude en tout cas...

*. Ils ont créé il y a quelques jours un groupe au conseil municipal en excluant leur tête de liste Marie-Christine Arnautu. En réaction, ils ont été suspendus du FN et du Rassemblement Bleu Marine en attendant une probable exclusion. 2. Gaël Nofri était huitième sur la liste du Rassemblement Bleu Marine à Nice. Les sept premiers ont été élus.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Sam 19 Juil - 1:15


Robert Ripoll nommé nouveau patron du Front national à Nice 10/07

Robert Ripoll, expert-comptable à la retraite, va prendre en main la section niçoise du Front national

Décidément il se passe toujours quelque chose au sein du parti frontiste.

Cette semaine, la nomination de Robert Ripoll lors de la dernière réunion du bureau départemental des cadres et élus du FN 06 pourrait bien raviver de vieux débats…

Ex-candidat aux dernières municipales. Il était présenté, il y a un an, comme l'un des principaux adversaires de Marie-Christine Arnautu à la course à l'investiture.

Mais l'expert-comptable niçois avait finalement choisi de jeter l'éponge début 2014. Précisant dans ces mêmes colonnes : « Je ne me voyais pas collaborer avec elle. Je ne suis pas un politicien professionnel. Je ne sais pas faire semblant. »

Favorable à un rapprochement, voire une liste commune avec les Identitaires de Philippe Vardon, Robert Ripoll ne semblait pas non plus correspondre à la ligne nouvelle du Front national souhaitée par Marine Le Pen.

Pourtant c'est bien lui qui va jouer un rôle important « en vue des prochaines élections cantonales », comme le souligne Lydia Schénardi, secrétaire départementale du FN. « A lui de trouver les futurs candidats et de nouveaux responsables. On oublie les querelles du passé pour regarder vers l'avenir. »

En parlant de passé, justement, Robert Ripoll fait figure d'ancien du mouvement.

« J'étais encore étudiant, en 1972, lorsque Jean-Marie Le Pen a créé le Front national. Et je me suis présenté aux élections législatives de Nice, en tant que suppléant, face à Jacques Médecin », rappelle celui qui refuse l'étiquette de « perdreau de l'année ».

Pacifier la section locale

On se souvient également du mois de juin houleux traversé par la section niçoise. Ébranlée par une véritable guerre de tranchée ayant opposé Marie-Christine Arnautu et son ex-directeur de campagne Gael Nofri.

Ce dernier étant désigné comme l'instigateur de la « révolte » de cinq colistiers du groupe d'opposition présent au conseil municipal de Nice*.

La mission de Robert Ripoll sera-t-elle, dès lors, de pacifier le climat au sein de la section niçoise ?

« J'estime que lorsque l'on adhère à un mouvement, il faut y respecter certaines règles. À moi de ramener certaines brebis égarées au bercail. » Sur ses divergences avec Marie-Christine Arnautu ? « C'était de l'ordre du relationnel. C'est fini. Qui peut dire qu'elle ne fait pas le job ? C'est une des rares à tenir tête à Christian Estrosi. »

*Ils avaient créé un groupe au conseil municipal en excluant leur tête de liste, Marie-Christine Arnautu. En réaction, ils ont été suspendus du FN et du Rassemblement Bleu Marine en attendant une probable exclusion.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Dim 20 Juil - 22:44

Prison ferme pour insulte à Taubira : le FN dénonce un « jugement politique » 16/07

La sanction est lourde, et le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet. La condamnation à neuf mois de prison ferme d'une ex-candidate frontiste, qui avait comparé Christiane Taubira à une guenon, n'a pas manqué de faire réagir.

L'intéressée elle-même a annoncé, mercredi 16 juillet, son intention de faire appel de sa condamnation : « C'est totalement disproportionné, j'ai été très choquée d'apprendre ce jugement. Les criminels sont condamnés et ont un bracelet et moi on me donne de la prison ferme »

Dans un communiqué, la direction du FN annonce également son intention de faire appel, et dénoncé un « guet-apens judiciaire » : « Clairement, au tribunal de Cayenne, les règles ne sont pas appliquées, il faut dénoncer avec vigueur ces violations incroyables de notre état de droit. » Le parti qualifie le procès de « chausse-trappe » au motif qu'il « n'est pas parvenu à trouver à Cayenne un avocat susceptible de défendre » l'ancienne candidate frontiste.
Le Front national met également en cause le juge Stéphane Rémy, président du tribunal correctionnel. Le mouvement de Marine Le Pen explique en effet qu'il appartient au Syndicat de la magistrature, régulièrement dénoncé par les partis de droite à cause de l'affaire du « mur des cons ». Le FN demandait que ce juge soit récusé.
Sur Twitter, le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, a ainsi apporté son soutien à l'ex-tête de liste FN aux municipales.

Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales dans les Ardennes, a été condamnée mardi par le tribunal de grande instance de Cayenne à neuf mois de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité pour avoir comparé la Garde des Sceaux Christiane Taubira à un singe.

Le numéro deux du Front, Florian Philippot, évoque lui une condamnation « disproportionnée »
Sur BFM-TV, il a ainsi dénoncé un « jugement politique ». Pour étayer son propos, l'eurodéputé a repris l'argumentaire publié sur Twitter la veille par Fabrice Robert, le président du Bloc identitaire – mouvement d'extrême droite proche du FN – qui compare la condamnation de Mme Leclère à d'autres peines prononcées pour des délits différents.

Mercredi, à l'issue du conseil des ministres, la garde des sceaux, Christiane Taubira a affirmé que les magistrats avaient rendu leur verdict en suivant le code pénal et non « leur fantaisie » : « En deux ans, vous ne m'avez jamais entendu commenter la moindre décision de justice. Pas une seule fois. Je ne ferai pas d'exception »

A l'UMP, les dirigeants ne remettent pas en question cette condamnation. Eric Ciotti, député et président du conseil général des Alpes-Maritimes, a estimé cette dernière « totalement justifiée ». Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, approuve ce jugement mais montre du doigt ce qu'ils perçoit comme une justice à deux vitesses. [...]

De l'autre côté de l'échiquier politique, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a déclaré mercredi sur France 2 ne pas émettre de « jugement sur le jugement » : « Je condamne ce qui est un acte de racisme. »
Invitée de la matinale de France Info, la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts du Val-de-Marne Esther Benbassa a salué cette condamnation : « C'était nécessaire. Je vois combien de tweets racistes on reçoit. Il faut que parfois ça serve d'exemple. » L'universitaire s'est tout de même interrogée sur la lourdeur de la peine infligée à Mme Leclère.
Une certaine réserve que ne partagent pas les associations antiracistes, qui se félicitent d'« un fait rare voire inédit ». « Les juges ont voulu envoyer un message, un coup de semonce », a plaidé sur RTL Alain Jakubowicz, le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), qui juge la sanction non disproportionnée.

L'association SOS-Racisme s'est également réjoui de la condamnation du Front national à 30 000 euros d'amende.
« Ce parti, dont la matrice est la haine de l'autre, doit cesser de faire mine de découvrir le profil raciste et antisémite de ses candidats uniquement lorsqu'une polémique publique commence à poindre. »

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  alexi le Lun 21 Juil - 8:31

Le Front National serait-il un nouveau groupe, ajouté à sa (longue) liste, dont Nico pense devoir nous informer des moindres faits et gestes et ...déclarations ?!

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  Josh Lyman le Lun 21 Juil - 19:50

A Hénin-Beaumont, le FN a déposé une motion nominative au dernier conseil municipal pour dénoncer une directrice d'école maternelle socialiste et syndiquée UNSA accusée d'avoir annulé la kermesse pour des raisons politiques par haine du FN et accusée d'avoir pris un arrêt de maladie de complaisance par dépit après la victoire du FN.
Malgré les interventions outrées de l'opposition républicaine PS-PC-Verts scandalisée, la motion du FN a été adoptée.

http://www.lheninois.com/article-quand-le-fn-transforme-le-conseil-municipal-en-tribunal-politique-pour-lyncher-une-enseignante-henin-123996387.html

L'Unsa du Pas-de-Calais a lancé une pétition de soutien. La directrice d'école a porté plainte en diffamation et demandé la protection fonctionnelle de l'Education nationale.

Le lien vers la pétition de l'Unsa est ici :

http://www.lheninois.com/article-signez-la-petition-de-soutien-a-christine-coget-lancee-par-le-se-unsa-124117858.html
Josh Lyman
Josh Lyman

Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 39
Localisation : Hénin-Beaumont

http://www.lheninois.com

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Mar 22 Juil - 2:15

alexi a écrit:Le Front National serait-il un nouveau groupe, ajouté à sa (longue) liste, dont Nico pense devoir nous informer des moindres  faits et gestes et ...déclarations ?!

Vu l'actualité politique, il est difficile pour l'instant de passer à côté... A nous de continuer le travail de terrain dans les boites, dans les quartiers, pour effacer les gros bras du patronat Exclamation
Accessoirement, pour enrichir les formations et les publications, il y a des faits à ne pas ignorer... or nous sommes submergé-es d'infos...

Au Luc, le maire FN coupe le son du festival électro Étienne charles 18/07

Le maire Front national du Luc-en-Provence, aura finalement eu raison de l’Amne’Zik Open Air Festival, qui devait se tenir du 8 au 10 août sur le circuit du Var. Les motifs invoqués sont pour le moins discutables.

"Rap et techno, qui ne sont pas des expressions musicales (sic!), seront évidemment privés de tout soutien public…" Une perle issue du programme du Front national, qui prend aujourd’hui tout son sens.

Et plus encore, avec l’annulation de l’Amne’Zik Open Air Festival, prévu du 8 au 10 août, sur le circuit du Var. Quand la technopolis du Luc devient technopolice…

Risques sévères d’incendie, consommation d’alcool et de stupéfiants, hébergement et stationnement insuffisants, nuisances sonores (bad trip pour les cigales)… toute une batterie de motivations qui ont eu raison de la tenue de l’événement.

Une décision « incompréhensible » pour son président et fondateur Anthony Lasagna, d’autant plus que « la commission de sécurité réunie le 3 juillet avait validé l’intégralité de l’organisation »

À plus forte raison en prenant d’emblée en considération le risque incendie puisque l’annulation de l’événement était prévue en cas de vent supérieur à 70 km/h…

Des prétextes à la pelle

Le maire FN du Luc, Philippe De La Grange a bataillé ferme, en coulisse, pour avoir la peau du festival. À grand renfort de missives adressées aux autorités préfectorales ou au syndicat mixte du circuit du Var, le premier magistrat mettait en garde contre «le risque majeur d'incendie, en période estivale, et les nuisances sonores engendrées par ce type de manifestation»(1).

Mieux encore, « la consommation d'alcool et de stupéfiants » (2)accroîtrait, selon lui, les risques. De là à croire que les concours de boules anisés seront aussi prochainement bannis du paysage local ! Lui s'en défend. Et se fend d'une justification laconique dans un communiqué de presse : « j'ai inévitablement émis un avis défavorable à l'organisation de cet événement, dans le seul intérêt de protéger les personnes et de sauvegarder l'environnement».

Malgré son pouvoir de police générale, Philippe De La Grange a toutefois pris soin de s'enquérir d'avis motivés de la part d'autres autorités, sous-préfecture, gendarmerie et sapeurs-pompiers. Daniel Nouals, de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) a ainsi, lui aussi, émis un avis défavorable en raison des risques d'incendie, notamment concernant « l'absence d'emplacement de parkings suffisants(...) et que les structures d'hébergement existantes aux environs ne sont pas à même de satisfaire une telle demande, si tant est que le public visé ait les moyens d'y accéder». Sur ce dernier point, l'argument parait limite, sachant qu'un espace camping avait été prévu pour accueillir jusqu'à 1 500 festivaliers. Plus surprenant encore, la DDTM n'avait pas bronché, l'an dernier, lors de l'organisation, à la même période de l'année et au même endroit, du Bike Show & Rock Festival. Les risques, eux aussi, étaient pourtant les mêmes… Le représentant de la DDTM affirme ainsi n'en avoir pas eu connaissance à l'époque et avoue à demi-mot un manque d'éléments en sa possession(3). Il prend soin, toutefois, de préciser que son avis n'était que consultatif, sans lier la décision du préfet.

« La réalité de la politique FN »

Des motivations donc, pour le moins discutables, qui révoltent Anthony Lasagna. « Cette interdiction est une coquille vide. Le maire n'a même pas souhaité nous recevoir pour nous expliquer ses raisons». Étrange d'ailleurs, car les élus frontistes du Luc s'étaient abstenus, mais n'avaient pas voté contre la mise à disposition du site des Sigues, pour le bivouac, lors du vote en conseil communautaire du 24 juin. Tout aussi curieux sont les avis favorables émis respectivement par Messieurs Baumont, pour la mairie du Luc et Fortunato, pour la DDTM, lors de l'examen par la commission de sécurité. Enfin, à l'issue d'une réunion sur place le 8 juillet, en présence du sous-préfet de Draguignan, du maire du Luc, des représentants de la gendarmerie, du SDIS et du syndicat mixte du circuit, mais à laquelle l'organisateur n'était pas convié, il a été signifié que le maintien de la manifestation ne serait possible qu'en y associant le syndicat mixte au titre de co-organisateur. Pour Michel Mondani, son président, « les délais impartis étaient bien trop justes pour remonter un dossier.» Au final, Anthony Lasagna voit en ce retournement de situation «la réalité politique du Front national, à savoir abolir les expressions artistiques alternatives et empêcher toute initiative originale à destination de la jeunesse. » Dommage pour un festival qui avait attiré, l'an dernier, plusieurs milliers de clubbers alors qu'il était organisé au complexe du Vabre à Brignoles. Mais les nuisances sonores pour le voisinage avaient alors eu raison d'une nouvelle édition sur le site. Un prétexte qui, au moins, pouvait s'entendre.

1. Courrier du 25 juin au préfet du Var. Réitéré le 9 juillet au sous-préfet de Draguignan.

2. Courrier du 25 juin adressé au président du syndicat mixte du circuit du Var.

3. Il écrit d'ailleurs le 27 juin à M. Philippe de la Grange, « président du syndicat mixte du circuit et maire du Luc », alors qu'il s'agit de M. Michel Mondani.


nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  alexi le Mer 23 Juil - 14:10

Les dirigeants du FN aiment les privilèges :

Le Nouvel Observateur
23/07/14
Arthur de Boutiny

Les Le Pen, super VIP pour Air France


Le Canard enchaîné de ce mercredi relaye cette scène à l’aéroport de Strasbourg, le 17 juillet dernier : à la porte d’embarquement du vol pour Paris, les passagers qui font la queue voient passer devant eux Marine Le Pen, son compagnon Louis Aliot, Jean-Marie Le Pen et son épouse Jany, ainsi que leur garde du corps et deux policiers en civil.

D’autres députés européens présents dans la file s’étonnent auprès de l’équipage. Une hôtesse de l’air leur répond que la famille Le Pen voyage en « business class ». Sauf qu’il n’y en a pas sur ce vol.

L’hôtesse ne se démonte pas : elle rétorque que Marine Le Pen bénéficie d’une carte d’abonnement Air France. Sur les vols en France métropolitaine, les titulaires de la carte Air France embarquent en priorité. Sauf que les députés européens bénéficient aussi de cet abonnement...

L’hôtesse précise alors que Marine Le Pen dispose d’un accès VIP qui dépasserait en importance l’abonnement de ses collègues du Parlement européen.

On reste discret, chez Air France

Pas de trace d’abonnement VIP pour l’usager lambda, mais celui-ci existe bien pour les cadres d’Air France et certaines personnalités, comme les anciens Présidents, les anciens ministres des Transports...

Sur cette carte VIP, ou carte Club 2000, on reste discret chez Air France : elle est accordée à la compagnie sur des critères discrétionnaires, en général à des clients qui « contribuent au rayonnement de la compagnie », selon Marianne. Charge à l’équipage de se montrer aux petits soins avec les VIP, afin de souligner leur caractère important aux autres passagers.

A l’atterrissage à Orly, à l’effarement des passagers lésés, l’entourage de Marine Le Pen disposait d’un minibus de l’aéroport venu les chercher au pied de l’avion. Là encore, rien d’étonnant : les clients privilégiés de la compagnie nationale peuvent demander qu’un minibus vienne les chercher pour rejoindre leur destination finale. Ou une limousine. Ou un avion.

Contactée, Air France n’a pas donné suite à nos demandes d’explications.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  nico37 le Ven 25 Juil - 0:46

Béziers : Ménard commémore les "massacres d'Oran" devant une stèle de l’OAS Sylvain Lacombe 11/07

Robert Ménard a commémoré ce samedi à Béziers les "massacres d'Oran" du 5 juillet 1962. La démarche n’a pas manqué de faire réagir, d’autant plus que la cérémonie a eu lieu devant la stèle rendant hommage à des membres de l’OAS.

Décidemment, Robert Ménard fait beaucoup parler de lui depuis son élection en mars dernier à la tête de Béziers. Cette fois-ci, l’édile Biterrois a commémoré samedi dernier "les massacres d'Oran" du 5 juillet 1962 en prononçant un discours devant une stèle érigée en hommage à quatre membres fusillés de l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS).

Régulièrement, les mesures de l’édile Biterrois suscitent la polémique : interdiction au moins de 13 ans de se balader seul dans les rues après 23 heures, interdiction des paraboles et du linge aux fenêtres dans le centre ville ou encore proposition d’offrir des blouses aux écoliers.

Si ces mesures sont critiquées, l’hommage rendu samedi dernier va trop loin, estime l'opposant PCF Aimé Couquet. Selon lui, c’est "une véritable provocation". "Nous n'avons rien contre les rapatriés d'Algérie", assure t-il. "Ce qui nous pose problème, c'est le fait de s'incliner devant ces photographies de tueurs de l'OAS qui ont été jugés et fusillés dans le cadre des lois de la République", explique l'adversaire communiste du maire de Béziers.

Une stèle qui fait polémique

La stèle a été érigée en 2003 dans le nouveau cimetière de la ville par l’association nationale des Français d’Afrique du Nord, d’Outre-Mer et de leurs Amis à la mémoire des Français tombés en Algérie pour la France (Anfanoma). Y figurent les portraits de Dovecar et Piegts, à l’origine de l’assassinat du commissaire d’Alger, de Bastien-Thirty, organisateur de l’attentat raté contre De Gaulle, et de Degueldre, fondateur des commandos Delta.

Interrogé par Le Nouvel observateur, l’édile, dont le père "flirtait avec l’OAS" selon ses propres termes, a déclaré que "ça n'est pas une stèle en l'honneur de l'organisation secrète, mais de fusillés comme il y en a tant eu, avec un certain nombre de noms qui figurent sur cette plaque".

Depuis plusieurs années déjà, Aimé Couquet, se bat pour faire retirer la plaque commémorative. En vain.

Une initiative électoraliste ?

L’ancien président de Reporter Sans Frontières (RSF) a donc choisi le 5 juillet pour commémorer, au côté du député UMP de l’Hérault Elie Aboud, les "centaines de Français d'Algérie livrés sans défense à Oran au couteau des égorgeurs". Une gerbe a été posée au pied de la stèle en présence de 150 à 200 " rapatriés " de l’Algérie Française, rapporte Le Nouvel Observateur.

"Je suis né à Oran, mon père a failli être tué ce jour-là. Il y a un déni de réalité sur ce qui s'est passé.' Les critiques ? ' Je m'en contrefiche", a conclu Robert Ménard.

nico37

Messages : 7055
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  yannalan le Ven 25 Juil - 9:59

Les massacres d'Oran ont été une réalité, en plus, ça s'est passé à un moment ou les plus engagés dans l'OAS s'étaient déjà barré en Espagne ou en France.Il est encore difficile d'analyser comment ça s'est passé, qu'il y ait uen stèle ne me choque pas du tout.
Par contre les portraits des 4 OAS fusillés, ça non !

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  sylvestre le Ven 25 Juil - 12:52

yannalan a écrit:Les massacres d'Oran ont été une réalité, en plus, ça s'est passé à un moment ou les plus engagés dans l'OAS s'étaient déjà barré en Espagne ou en France.Il est encore difficile d'analyser comment ça s'est passé, qu'il y ait uen stèle ne me choque pas du tout.

Oui, mais pourquoi ces massacres-là en particulier ? A Béziers ? Le sens politique est assez évident.
Si les Oranais décidaient de faire, ça aurait un sens différent.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  yannalan le Ven 25 Juil - 12:58

Il y a un certain nombre d'ex-oranais à Béziers et dans ce coin. Après, oui, il y a des groupes qui exploitent ça en faisant des amalgames avec les fusillés OAS, et ça il faut le dénoncer.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Front national - Page 11 Empty Re: Front national

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 21 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 16 ... 21  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum