Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-57%
Le deal à ne pas rater :
Autoradio JVC KD-X351BT – Bluetooth (ODR 30€)
39.99 € 93.72 €
Voir le deal
-53%
Le deal à ne pas rater :
– 53% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC – Hauteur réglable – ...
22.88 € 49 €
Voir le deal

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 19:27


Une partie des résistances en Décembre dans le secteur santé social en France


Parce que là et que personne ne peut dire que nous n'étions pas prévenu des objectifs chiffrés du gouvernement Hollande qui sont de 2012 à 2015 de détruire 350 à 360 000 emplois dans le périmètre d'intervention de l'état et de baisser drastiquement les frais de fonctionnement et d’intervention publique nous commençons partout à tenter de convaincre de s'organiser, riposter à hauteur de l'agression anti-sociale.

L'ensemble du secteur santé-social, des travailleurs des collectivités supporte et va supporter de plus en plus le poids des attaques du gouvernement réactionnaire.

Le secteur santé-social ruisselle depuis longtemps de batailles âpres à tous niveaux, pour les conditions de travail, les salaires, les effectifs, les retraites, contre la fermeture de services publics, hôpitaux, services de soins, urgences, maternités, contre la privatisation rampante et le pillage par des intérets privés, contre les attaques qui visent à rendre de plus en plus couteux l'accès aux soins, ...

De nombreuses associations su secteur social, aides à domicile, éducateurs, aides aux miséreux, etc, dépendent de ce périmètre que Hollande veut détruire en lui coupant les moyens d’exister. Ce sont là des dizaines de milliers d'emplois en jeu que la clique de Hollande veut détruire pour continuer d'alimenter de plus en plus la bourgeoisie et ses entreprises.

Donc les luttes du secteur santé social au destin lié sur ce fil, avec des fois des victoires quand le combat s'installe dans la durée.



Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 14:56, édité 2 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 19:35

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...



Educateurs de rue à la rue!

Parole d'éducateurs, parole de jeunes.

Le Conseil Général socialiste de Seine-Maritime divise par deux le budget de la prévention spécialisée : les éducateurs de rue à la rue, la prévention par-dessus bord, et la police comme seule réponse à la délinquance. L'Etat fait un cadeau de 20 milliards d'euros aux entreprises mais bloque les dotations aux collectivités territoriales jusqu'en 2017.

Dans le projet de budget du département de Seine Maritime pour l'année 2013, il est prévu une baisse de 50% de la dotation globale pour la prévention spécialisée (on passerait de 6 874 2O8 € en 2012 à 3 462 237 € en 2013 !!!!).

Cette diminution de 50% du budget de toutes ces associations va avoir pour conséquence immédiate et mathématique le licenciement de 80 à 100 éducateurs de prévention spécialisée. La prévention spécialisée est aujourd'hui reconnue dans sa fonction de médiation sociale et de lutte contre toutes les exclusions, dans des territoires en marge de la République. Qui demain pour recréer un lien social déjà fragile avec les jeunes ? Qui pour enrayer leur dynamique d'exclusion ? Qui pour les aider à s'insérer ? Qui pour éviter la dégradation de leur situation ? Qui pour repérer les conduites à risques ? Qui pour prévenir la délinquance dans ces quartiers ? Qui pour créer du lien social ?...

Depuis que Hollande est au gouvernement, le Conseil Général ne réclame plus à l'Etat les 820 millions d'euros qu'il lui doit.






Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:15, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 19:48

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...


Grève des salariés d'une maison de retraite à Nice, un succès et des résultats au bout

La CGT salue la victoire à l'issue de la grève des salariés de la maison de retraite Residencia ( du groupe Bel Age), située avenue Thiers à Nice.

Les employés manifestaient depuis mercredi pour une amélioration de leurs conditions de travail et une revalorisation de leur prime de Noël. Vendredi, la direction a finalement accepté de faire passer le bonus de 120 à 200€ pour les 46 salariés et d'embaucher deux nouvelles personnes


.


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:16, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 21:45

Les résistances dans les maisons de retraite, une série de batailles.

Tourcoing, conditions de travail et salaires dans les maisons de retraite les Acacias et des Flandres :

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 21:53


.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Hier, un peu plus de 30 % du personnel de l'hôpital de Calais (hôpital psychiatrique et Roselière compris) était en grève contre kes conditions de travail et pour des embauches de personnel.

Hôpital Clocheville: appel à la grève contre les "mutualisations" et déplacements destructions de services et d'établissements :


La bataille de Dieppes , 18 décembre une AG 2 fois plus massive que d'habitude.
Occupation, intersyndicale FO-CGT, campements dans les couloirs de la direction.
Protestations contre les surcharges de travail, les charcutages des horaires et plannings.
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Dscn3010


Rappel de l'AG du 14 Décembre :
L’Assemblée du personnel gréviste réunie le vendredi 14 décembre a discuté des derniers développements.
La mobilisation très forte, et sans précédent du personnel, a commencé à faire bouger la Direction :

=> Il est envisagé de ne pas casser les roulements de nuit et de maintenir les ASHQ en 7h30.
=> Les administratives du pôle médecine ne sont pas passées en 7h.

L’assemblée a décidé :

=> Adoption d’une réponse au Directeur à faire circuler largement.
=> Reconduction de la grève pour samedi dimanche et lundi.
=> Réunion lundi 17 décembre à 14h30 dans le hall.

Grand rassemblement Mardi 18 décembre à 15h dans le hall.

Ensemble défendons nos acquis et le protocole.

=> Maintien de la journée de 8h.
=> Maintien des 22 repos compensateurs.
=> Nous voulons un engagement écrit pour les nuits et les ASHQ.

Fallait-il dépenser 800 € pour autant de contre vérités ? (réponse au courrier que M. le Directeur a adressé à chaque agent)

« La nouvelle organisation du travail en chirurgie permet aux infirmiers et aide soignants de ce pôle d’accéder à une réduction du temps de travail journalier de 8h à 7h30 ».
C’est peut-être vrai au pays des Bisnounours mais parlons plutôt de l’hôpital de Dieppe où nous travaillons :

La Direction ignore-t-elle que la plupart des infirmières en chirurgie finissent à 22h, à 22h30 ? Souvent les infirmières du matin n’ont pas encore mangé à 14h30. Si la Direction ignore cela c’est peut-être parce que la consigne a été donnée au cadres de ne plus enregistrer en heures supplémentaires les dépassements d’horaires. L’agent doit justifier son dépassement, et ensuite la Direction accepte ou refuse d’enregistrer le dépassement. Alors il s’agirait de passer de 9h à 7h30. Et qui fera les soins ? Qui s’occupera du patient ?

« Il est difficile pour ceux des agents de l’établissement qui bénéficient de 27 RTT d’accepter l’idée de se conformer à la réglementation ».

« Maintenir 27 RTT non réglementaires n’est pas raisonnable »
Regardons précisément la réglementation : le décret 2002-9 du 4 janvier 2002 (que chacun peut consulter sur internet ou se procurer auprès des syndicats).

Ce décret précise les modalités de mise en place des 35h dans les hôpitaux. Il ne donne pas de limite au nombre de RTT pour une raison simple : Le mot RTT ne figure pas dans ce décret. Par contre le décret parle, dans l’article 9, de « repos compensateurs » pour les agents qui travaillent « en moyenne » 35h sur un cycle. Rappelons que le protocole prévoit 39h la 1ère semaine et 31h la 2ème semaine, donc 35h en moyenne sur 2 semaines.
Selon le décret:

=> Il n’y a aucune limite fixée annuellement au nombre de repos compensateurs, ni dans l’article 9 ni ailleurs. Ainsi les agents travaillant en 12h bénéficient d’environ 100 Repos compensateurs par an.

Ces précisions étant faites, il est très clair que l’application du protocole est conforme à la réglementation. « S’agissant des chevauchements et des transmissions entre les équipes de journée… nous sommes un des rares établissements à les effectuer en 1 heure… »
La Direction entretient volontairement une confusion qui sous entend que pendant l’heure de chevauchement il n’y a pas de travail.

Et pourtant la Direction doit savoir que les transmissions durent généralement une demi heure qu’il y a largement de quoi faire pendant l’autre demi heure : la fin des soins, le recopiage de la visite…
« J’ai proposé aux organisations syndicale, qui l’ont refusé, de trouver un accord… A chaque fois, la demande a été le maintien de la situation actuelle… ». C’est faux !

Le vendredi 7 décembre, la délégation FO et CGT avec les personnels a proposé à Messieurs Couturier et Macabiau de revenir strictement à ce que dit le protocole : C'est-à-dire de passer de 27 « RTT » à 22 repos compensateurs comme le propose le protocole, pour les AS, les IDE, les personnels administratifs et techniques.

La délégation intersyndicale a proposé de chiffrer les moyens que cela dégagerait, appliqué sur 600 agents. Monsieur Couturier s’était montré ouvert à ce chiffrage… Depuis nous attendons.

Nous avons renouvelé notre proposition de 22 repos compensateurs, le 10 décembre et le 13 décembre.
Enfin dans ce courrier Monsieur le Directeur se livre à un chantage : les syndicats devraient signer pour abandonner le protocole et 10 repos compensateurs, sous la menace de mesures plus dures.

Nous disons tranquillement que ces menaces sont déplacées et que nous avons d’abord le souci des soins en défendant les conditions de travail des collègues.

Le personnel est contraint à la grève par l’attitude de la Direction.
A nouveau nous posons la question : Qui ferait les 24 minutes de soins qui seraient retirées aux infirmières et aux aide soignantes ?
A nouveau nous amenons notre proposition : Revenir au 22 repos compensateurs comme l’écrivait le protocole.

La négociation doit être possible, puisqu’elle s’est engagée pour les personnels de nuit et pour les ASHQ.
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 2012-111Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 2012-112


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:16, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 22:37

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...


Le CHU de Poitiers en colère contre les suppressions d'emplois, les dépressions et suicides dans des contextes dantesques de travail, etc...
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Chu_310

Après s'être rassemblés devant le CHU à la mi-journée, les grévistes se sont invités au conseil de surveillance qui avait lieu ce vendredi après-midi pour exprimer leurs revendications. Elles portent notamment sur le manque de personnel en particulier aux urgences et contre les conséquences de la mutualisation de trois services (chirurgie viscérale, endocrinologie et urologie).

Les salariés dénoncent également le manque de temps disponible pour chaque patient du fait des cadences de travail trop élevées.

Alain Claeys, député-maire de Poitiers et président du conseil de surveillance du CHU et Jean-Pierre Dewitte, le directeur de l'hôpital ont été interpellés. Le représentant du gouvernement Alain Claeys, l'irresponsable élu du PS qui vient en ajouter une couche pour anesthésier et sortie ses boniments, protéger son gouvernement anti-social et faire croire que la santé était un des grands axes du gouvernement. On le croit ! ... Un tel dossier prioritaire que son gouvernement dés son arrivée à annoncer la destruction de plus de 340 000 emplois dans le périmètre d'intervention de l'état (et en laissant courir les mesures sarko contre des milliers d'emplois , pour aboutir à un plan cumulé de 360 000 emplois détruits, dont énormément dans al santé et le social).

Reste le directeur du CHU, savoureux de génie...
Le budget est équilibré et si le travail est pénible c'est la faute des travailleurs qui deviennent malades... dixit le directeur.

Salauds de malades !

Comment des gens comme ça peuvent être nommés à ces postes ? Vivement que les travailleurs aient le pouvoir !





.../...


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:16, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 22:46



Marescot en grève sur les conditions de travail, le charcutage des plannings et des horaires, l'irrespect des contractuels
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 12121810
C’est la nouvelle organisation du temps travail qui est à l’origine du mouvement social qui a débuté ce mardi à l’hôpital de Vimoutiers.
À l’appel du syndicat FO (Force Ouvrière), un mouvement de grève est lancé depuis ce mardi à l’hôpital Marescot, à Vimoutiers. Ce mouvement se manifeste par des débrayages n’excédant pas 55 minutes pour les agents devant être à leur poste. Ils étaient vingt et un à suivre le mouvement en fin de matinée, en présence du secrétaire général de l’Orne Frédéric Cochu. L’autre syndicat de l’établissement, la CGT, ne s’associe pas au mouvement.

« Nous lançons une grève illimitée à compter de ce jour », indiquent les délégués syndicaux FO, Béatrice Clin et Grégory Guillemot. Leurs revendications portent « sur la nouvelle organisation du temps travail que l’on veut nous imposer à compter du 7 janvier prochain. Ce n’est pas ce qui avait été adopté il y a six mois. Nous rappelons qu’à cette occasion nous avions perdu douze jours de RTT ainsi que la pause déjeuner désormais décomptée de notre temps de travail ».

Cette nouvelle organisation, selon les syndicalistes, va conduire « à ce que des contractuels à temps complet se voient imposer des temps partiels. Les agents titulaires et contractuels à temps partiel, verront quant à eux leur temps de présence journalière réduite. En contrepartie, de seize jours travaillés dans le mois, ils passeront à dix-neuf jours ».
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 22 Déc - 22:59

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Chartres, stupeur sur la fermeture du service de chirurgie viscérale, pas assez rentable !
Il y a des malades rentables et des malades non rentables ...


Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 95009610

Depuis jeudi, le personnel du service de chirurgie viscérale et d'urologie est en grève pour dire non à la fermeture du service qui est prévue pour mars 2013.
L’annonce de la direction ne s’est accompagnée d’aucune proposition de réaffectation pour les vingt-huit personnes travaillant dans le service.
Mardi une délégation a rencontré le président du Conseil de surveillance de l'Hôpital Jean-Pierre Gorge le Député-Maire de Chartres.
La circulation a été perturbée jeudi sur la rocade de Chartres au niveau du rond-point route d'Orléans. Les travailleurs de l’hôpital du Coudray, mobilisées contre la fermeture du service de chirurgie viscérale, ont bloqué le trafic entre 15h et 16h. Des tracts ont été distribués aux automobilistes et les grévistes ont également fait signer la pétition qui s’oppose au projet de fermeture. Une délégation devait rencontrer la direction de l’hôpital vendredi.

.../...
RÉPONDRE AUX BESOINS DE LA POPULATION

http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/semaine/index.asp?id=2337
Le syndicaliste s’inquiète en outre des possibilités d’accès aux soins pour la population du département: «La chirurgie a été supprimée il y a environ dix ans à Nogent-le-Rotrou, située à soixante-dix kilomètres de Chartres. Idem il y a cinq ans dans la localité de Châteaudun distante de quarante kilomètres, et maintenant c’est Chartres qui est touchée. On ne peut pas avoir tous les jours 85% d’activité en chirurgie, mais il faut être en mesure de répondre aux besoins de la population.»

Les salariés de la chirurgie viscérale, soutenus par leurs collègues d’autres services, sont déterminés à se battre pour leurs emplois et un bon accès aux soins de leurs concitoyens: à l’appel de leurs organisations syndicales FO, CGT et CFDT, ils ont entamé, le 12 décembre à minuit, une grève illimitée. «Dans les quatre services de chirurgie de l’hôpital, tous les personnels assignés se sont déclarés grévistes», indique Arnault Pionnier. Lors d’une assemblée générale qui s’est tenue dans le hall de l’hôpital le 14 décembre, les personnels ont décidé de manifester et de bloquer la rocade de Chartres le jeudi 20 décembre. Les syndicats ont en outre obtenu deux rendez-vous: le premier le 18 décembre avec le député-maire de Chartes, Jean-Pierre Gorges, qui est aussi président du conseil de surveillance du centre hospitalier; le second à l’Agence régionale de santé le 21 décembre.



Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:17, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 12:34

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

La direction du CHU de Toulouse attaque la CGT

Réponse :



L'arrogance de la direction des hôpitaux est connue et les hôpitaux seraient bien mieux gérés si les travailleurs les dirigeaient en lien avec les travailleurs d'autres secteurs de la société

Urgences de Pompidou
la grève


La responsabilité implacable des casseurs du gouvernement Hollande qui fait suite à celle de sarkozy.
Des conditions misérables de soins.


Quincy : grève à l'hôpital Claude-Galien
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 24073110
Plusieurs dizaines de salariés ont encore manifesté leur mécontentement devant l’entrée de cet hôpital privé, situé à Quincy-sous-Sénart. Pour la troisième journée consécutive, l’établissement a tourné au ralenti. L’Agence régionale de santé (ARS) a décidé de fermer le service des urgences depuis jeudi 20 heures.
Face au manque de personnel soignant, le service orthopédie pourrait, lui aussi, être mis en sommeil, selon certains salariés. Le mouvement de grève a débuté mercredi matin, suite à l’annonce de la direction de l’hôpital de ne verser aucune prime d’intéressement cette année.
Mercredi soir, les premières négociations entre direction et représentants du personnel n’avaient pas abouti. Ce vendredi, le directeur régional du groupe Générale de santé, propriétaire de l’établissement, s’est rendu sur place afin de rencontrer les grévistes.





Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:17, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 13:10

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Grève de 8 jours pour la dignité !
Le Centre SSR de Saint Sébastien dans la banlieue de Rennes a mené une grève de 8 jours pour les salaires, défendre la qualité d'accueil des patients.

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande P1d22610
Les salarié(e)s du Centre de Soins de Suite et de Rééducation de Saint Sébastien (banlieue de Nantes) ont mené une grève durant 8 jours, pas pour demander une augmentation de leurs salaires, pourtant bien bas, mais pour défendre la qualité de la prise en charge des patients accueillis. Ils exigent juste des moyens pour assurer aux patients une prise en charge décente

* Parce que la rentabilité de l’établissement prime sur la qualité des soins due aux patients
* Parce que les personnes en fin de vie ont le droit de vivre dans le respect et la dignité jusqu’à leur mort.
* Parce que les conditions de travail et la souffrance au travail sont devenues intolérables.

C'est l'ARS (l’Agence Régionale de Santé), sous les injonctions du gouvernement Hollande qui étrangle les SSR, dont celui-ci aux effectifs très insuffisants qui accueille des personnes malades, âgées, dont plusieurs en fin de vie.. L’établissement mutualiste appartient au groupe Harmonie soins et services qui porte également sa part de responsabilité.

Les négociations avec leur employeur la direction d’Harmonie Soins et Services se sont ouvertes mardi 18 décembre mais les personnels estiment les propositions de la direction insuffisantes : 25% environ des postes demandés (Postes demandés par les salariés = 1 d’infirmière par jour, 3 d’aides-soignantes par jour et 3 d’Agents de services hospitaliers par jour) .

Les discussions et les débats se sont prolongés entre les salariés, dans des groupes de travail. Jeudi 20 décembre à 22h un accord a été ratifié entre la direction et l’organisation syndicale SUD santé sociaux, même si tous les emplois revendiqués n’ont pas été obtenus.
Après 8 jours de lutte ce conflit s’achève, mais le combat continue pour une amélioration de la prise en charge des patients, notamment, ceux en fin de vie.

Manifestation du comité de défense de l'hôpital de Nanterre

Manifestation du comité de défense de l'hôpital... par picasso92
Dimanche 16 décembre, dans le centre ville de Nanterre, des centaines d'habitants, des syndicalistes du CASH, des personnels médicaux et soignants, des élus, des associations, les organisations de gauche à l'exception du PS, ont participé à la manifestation organisée par le comité de défense de l'hôpital Max Fourestier.

L’hôpital Saint-Nicolas de Sarrebourg
La tension provoquée par une direction agressive et des conditions de travail dégradées


Le 18, les organisations syndicales de l’hôpital Saint-Nicolas de Sarrebourg ont tenu leur assemblée générale. Plus que jamais, les conditions de travail, le climat social et la personnalité du directeur sont décriés.
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Hopita10


Une nouvelle provocation du directeur est arrivée dans l'enveloppe de la paye de novembre avec un document glissé dedans relatant les conclusions d'une rencontre tenue entre les deux parties le 27 novembre dernier et annonçant au personnel des suppressions de primes et de certains congés à compter du 1er janvier. « Nous n'avons jamais avalisé quoi que ce soit lors de cette discussion qui n'avait rien d'un dialogue social comme on veut vous le faire croire », ont rappelé les syndicalistes.

Si l'envie de faire grève ou de manifester dans la rue est grande, les incertitudes quant à l'ampleur de la mobilisation refrènent les ardeurs. « Nous sommes tout juste cinquante dans cette salle aujourd'hui, le monde médical et le monde politique de Sarrebourg ne partagent pas unanimement nos revendications, loin s'en faut. J'imagine mal une manifestation où il y aurait plus de drapeaux que de porte-drapeaux, a déclaré Roger Berger. Pour autant, des actions sont nécessaires car vu de l'extérieur, tout va bien à l'hôpital de Sarrebourg. Les suppressions de postes non médicaux, les congés et les départs qui ne sont plus remplacés, les conditions de travail qui se dégradent, les personnels qui passent de service en service selon les besoins, les étudiants en soins infirmier qui prennent la place de diplômés pour boucher les trous, et au final le risque de carence de soins dans les lits, il faut en parler, le faire savoir ! »

Un nouveau rendez-vous a été fixé à la mi-janvier pour mettre en place d'éventuelles actions.


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:17, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 13:33

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...


Manifestation à l'hôpital de Langon
200 contre le plan de retour à l'équilibre


Jean-Luc Huon (CGT), lisant le communiqué intersyndical, en présence de la directrice du centre hospitalier Sud-Gironde (à gauche de la photo)
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 91266910
En signe de protestation, les représentants syndicaux CGT et FO n’ont pas siégé hier après-midi lors du comité technique d’établissement (CTE) du centre hospitalier du Sud Gironde.

En début de réunion, soutenus par plus de 200 manifestants, ils ont néanmoins lu une déclaration intersyndicale à la directrice de l’hôpital, Marie-Noëlle Bouchaud.
Ils s’opposent notamment aux mesures du plan de retour à l’équilibre. Le déficit du centre hospitalier du Sud Gironde, qui regroupe les sites de Langon et La Réole, approche le million d'euros

La CGT et FO dénoncent des mesures touchant à l'emploi, avec des non-remplacements de postes ou de la précarisation, la modification des organisations des services sanitaires, handicap et personnes âgées, ou encore une remise en cause des jours RTT. « Il y en avait à 14 à Langon et 19 à La Réole, avec des organisations différentes. On assiste à une harmonisation par le bas, à 14 », explique Annie Village. « C'est d'autant plus grave que beaucoup d'heures supplémentaires ne sont pas déclarées », appuie Jean-Luc Huon.

Les deux représentants syndicaux affirment qu'il n'y a pas de dialogue social, les mesures prévues pour le budget 2013 ayant déjà été transmises pour validation à l'Agence régionale de santé. Ils souhaiteraient pouvoir présenter des mesures alternatives.

La directrice indique que ces trois dernières années les effectifs n'ont cessé de croître, passant de 829 personnes en 2009 à 895. Elle insiste sur la mise en place d'un pool polyvalent de remplacement, qui permettra de lutter contre l'absentéisme. « En 2011, cet absentéisme, lié à l'épuisement du personnel, a été évalué à 77 équivalents temps plein ».

Voir sur Facebook : https://www.facebook.com/100001463456854/posts/366487496743362


Vire
Rassemblement de parents devant la maternité

Les manœuvres pour liquider la maternité continuent et les usagères restent mobilisées

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 12121710

Un groupe de parents et de futures mamans ont manifesté à l’hôpital, ce lundi après-midi, pour la sauvegarde de la maternité de Vire. « Si un gynécologue a signé, rien n’est encore acquis, il en faut encore un autre pour que les accouchements reprennent », indique Carole Paulus, une maman enceinte.

D’autre part, des membres du collectif Touche pas à ma santé à mon hosto ont été reçus, en matinée, au ministère de la Santé. Ils ont obtenu la garantie que les candidats gynécologues ne passeront pas un nouvel entretien devant une commission composée de membres du réseau de périnatalité, comme l’avait prévu l’Agence régionale de santé.

NON à la fermeture de l’hôpital de jour du Centre Hospitalier de Hyères !
La casse continue des emplois dans le secteur de la santé continue, pétitions et mobilisations.
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Petiti10

http://www.mesopinions.com/petition/sante/fermeture-hopital-jour-centre-hospitalier-hyeres/9469
À l'attention : Monsieur Philippe DUGAND, directeur du Centre Hospitalier

Pour les fêtes de Noël, les personnels de l’hôpital de jour du Centre Hospitalier Marie-José Truffot à Hyères ont reçu un « cadeau » de la part de leur directeur : l’annonce de la fermeture de leur service au 31 décembre 2012 !

Une restructuration qui se « justifie » pour des raisons financières : pas assez rentable ! On dit que la santé n’a pas de prix, mais pour vous, si!

L'impact de cette décision, prise sans aucune concertation avec le personnel, dans une seule logique de rentabilité et sans égard envers les patients, est dramatique notamment en termes de qualité de soins.

Pour les 98 autres patients qui souffrent comme moi d’hémochromatose et qui ne
« rapportent » que 38 € par séance et pour tous les autres patients soignés dans ce même service pour d’autres pathologies, quel avenir ?
Joindre à l’angoisse de la maladie, la perte de repères et du suivi habituel et efficace de la part d’une équipe soignante efficace et rassurante, pour atterrir dans un laboratoire de ville inconnu ?

Monsieur le directeur, vous affaiblissez votre hôpital et déstructurez les équipes en place, démotivez vos personnels et ainsi, contribuez à la destruction de l’hôpital public et de ses valeurs !

Suivez donc les propos de votre ministre de tutelle :
"Consacrer les valeurs du service public, c'est dire que l'hôpital n'est pas une entreprise."
Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Septembre 2012

L’article en entier : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/pacte_de_confiance_-_GR3_-_Artisanat_et_entreprise_Pinel.pdf

et pensez aussi aux personnels soignants et à leurs malades en maintenant tel qu'il est actuellement l'hôpital de jour de votre établissement.

Merci!


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:18, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 13:57

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Déterminés à sauver l’hôpital de Moûtiers

Plus de 130 personnes se sont réunies devant la mairie, mercredi en début d’après-midi, avant la rencontre du conseil de surveillance du centre hospitalier Albertville-Moûtiers (Cham) à l’hôtel de ville. Une rencontre suivie par celle du comité de pilotage convoqué par l’Agence régionale de la santé (ARS) à 18 heures dans le même lieu.

Sous la banderole “Touche pas à mon hosto”, les manifestants répondaient à l’invitation du collectif pour l’hôpital de Moûtiers, constitué après l’annonce par l’ARS de l’abandon du projet d’hôpital à La Bâthie. Les habitants et le personnel du centre hospitalier Albertville-Moûtiers craignent la disparition progressive de l’hôpital de Moûtiers. Ils ont plaidé pour son maintien et son ouverture à l’année.
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Bernar10

L'hôpital de Lamalou s'est mis en grève à la mi-décembre.

A l'appel de l'intersyndicale FO-CGT-CFDT, le personnel de l'hôpital de Lamalou s'est mis en grève.
Outre le personnel gréviste assigné, (qui continuait à assurer les soins), 150 travailleurs ont manifesté contre l'opacité des comptes de l'établissement qui présenterait un déficit de 800 000 € d'après la direction, et contre les menaces portées sur l'emploi et le personnel.

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande L-inte10

Le directeur interrogé à ce sujet, est resté assez évasif sur les origines du déficit : "Je n'ai peut-être pas assez su dire non aux uns et aux autres." Pour tenter de justifier le 'trou financier', le directeur invoque d'une part des frais de fonctionnements accrus, liés aux nouveaux bâtiments, et d'autre part, une trop faible dotation de l'Agence régionale de santé (ARS) : "Avant, l'ARS nous aidait davantage. Mais cette année, elle a très peu de crédit à distribuer." En outre l'ARS exige auprès de la direction un plan de redressement. "On est déjà à flux tendu...»

Si les causes du déficit restent floues, les remèdes proposés par la direction sont en revanche limpides : non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux pendant trois ans, réduction des lignes de gardes médicales...

Les représentants des travailleurs :
"La direction propose un plan qui touche les emplois et donc nuit à la qualité des soins et à la sécurité de la prise en charge des patients."
"Dans certains services, on est déjà à flux tendu. Dès qu'il y a un malade, ça coince !" L'intersyndicale souhaite aussi que les spécificités liées aux activités de l'hôpital (qui gère au quotidien des patients atteints de traumatismes crâniens...), soient mieux prises en compte dans les dotations de l'ARS.

Certaines familles de patients participaient à la manifestation et abondent dans ce sens. "Le personnel est très gentil et très compétent, mais il manque de temps. Mon fils est levé deux fois par semaine. Il faudrait qu'il soit levé tous les jours !", regrette une usagée.

Du côté de la mairie, Marcel Roques: "Je fais cause commune avec le directeur. Avec son plan de redressement, on est dans les clous. Mais il ne faut pas que l'État, chaque année, nous enlève des moyens."
Encore un qui soutient les travailleurs et la population comme la corde soutient le pendu.

Ce mardi 18 décembre, une commission se réunira pour étudier le versement d'une enveloppe complémentaire. Début janvier, une rencontre est prévue entre les partenaires sociaux, la direction et l'Agence Régionale de Santé. Affaire à suivre, donc.


Partout les annonces d'agression contre le personnel des établissements santé-social, non remplacements des personnes malades, des agents partant à la retraite, menaces de licenciements, liquidations de précaires, etc.

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Travai10

Le plan Ayrault de destruction de centaines de milliers d'emplois dans le périmètre d'intervention de l'état tombe lourdement sur le public et le privé .
Chacun doit connaitre la lettre de cadrage de Ayrault expédiée à ses ministres le 28 juin 2012 quand il est arrivé aux affaires. Cette agression sociale s'applique pas à pas, elle guide et cadre l'intervention de l'état et se dévoile pas à pas dans le temps. Une attaque à peine terminée qu'une campagne de propagande est menée pour en faire une autre . Si on suit chacune de ces attaques on n'en comprend pas l'ensemble et les objectifs, ceux-ci sont là : www.gouvernement.fr/sites/default/files/communiques/06.28_cp_-_lettre_de_cadrage.pdf

2.5% d'emplois en moins chaque année dans le périmètre d'intervention de l'état (donc aussi par exemple des cliniques, des collectivités, des assoces, des hôpitaux, etc), 15% en moins de crédits d'intervention et de fonctionnement pour détruire plus efficacement et dégager du pognon pour les actionnaires et la bourgeoisie.


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:18, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 14:22

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Vannes. 580 agents en contrat précaire à l'hôpital

Au centre hospitalier de Vannes, sur 2 780 emplois équivalent temps plein sans comptabiliser les médecins, on recense quelque 580 CDD : 340 sur des postes permanents et 240 assurant des remplacements.

Au centre hospitalier Bretagne-Atlantique, l'emploi de contractuels en contrat à durée déterminée (CDD) touche l'ensemble des catégories de personnels : infirmières, aides-soignantes, agents des services hospitaliers, secrétaires...

Précarité


« La direction n'a malheureusement pas le choix, note Pierrick Simon, secrétaire départemental de Force ouvrière. Elle gère l'hôpital avec deux sources de financement : l'État qui réduit sa participation, et les facturations à l'acte. »

Des actes souvent peu rémunérateurs.


« L'hôpital accueille toutes les pathologies, y compris celles rapportant peu, à la différence des cliniques qui peuvent choisir », ajoute Pierrick Simon. Avec des frais fixes lourds, les recettes sont assez faibles.

« Les directeurs ont une possibilité limitée de recruter. Ils doivent équilibrer leur budget, gérer la pénurie.
»

Ils multiplient donc les CDD qui coûtent moins cher : absence de 13e mois, de primes de service, de déroulé de carrière.

« Une souplesse engendrant la précarité »

Autre raison avancée à l'emploi de CDD : « La réduction du temps de travail qui pose de vrais problèmes, note un syndicaliste de la CGT. Dans les services importants, avec vingt ou trente infirmières, les vacances, les RTT, les heures récupérées lissées sur l'année représentent plusieurs postes. »

Ces postes sont donc occupés par des contractuels. « Cet emploi des CDD est une souplesse engendrant la précarité », conclut Pierrick Simon.


Un syndicaliste évoque, cependant, le chiffre de quarante contractuels remerciés cette année. « Certains avaient trois ans d'ancienneté ».

Concernant les contractuels avec une forte ancienneté, l'horizon s'est éclairci depuis la loi de mars 2012. Elle énonce qu'à partir de six ans d'ancienneté en CDD, sans interruption, l'employeur public est tenu de proposer un CDI (contrat à durée indéterminée). « Sept agents ayant six ans ou plus d'ancienneté étaient concernés. Quatre ont un CDI, trois sont en stage », souligne Valérie Jouvet.


Plus de six ans d'ancienneté


Pourtant, jamais titularisés, des agents sont toujours contractuels avec cinq ou huit ans d'ancienneté.



Les CDD doivent être interdits.
La mise en stage statutaire dans la fonction publique hospitalière, à limiter à un an, est déjà une période d'essai qui se suffit à elle-même.

La question de l'étranglement des hôpitaux, là par la précarité des travailleurs, par le gouvernement Hollande ressort de décisions politiques favorables aux plus riches, aux actionnaires et aux grands groupes que Ayrault et Hollande gavent d'avantages, eux qui en ont eu déjà de très nombreux sous Sarko.

Aussi la bataille concrète en soutien aux précaires pour qu'ils soient titularisés sans délais est également une bataille posant le problème de la mobilisation des travailleurs contre des décisions politiques anti-sociales.

L'aide aux précaires est donc un devoir élémentaire du syndicalisme largement partagé.

]b]
L'Hôpital de Montreuil dans la tourmente ![/b]

COMITE DE DEFENSE DU CHI ANDRE GREGOIRE DE MONTREUIL :

OU EN EST-ON ?

En plusieurs mois de campagne, le Comité de Défense du CHI André Grégoire de Montreuil a fait signer plus de 6 000 habitants des villes de Montreuil, Bagnolet, Noisy- le- Sec, Romainville, Rosny-sous-Bois, rassemblé des centaines d’entre eux dans le cadre de réunions publiques pour exiger :
Le maintien intégral de tous les services de l’hôpital ;
La réouverture des urgences chirurgicales de nuit et de week-end ;
Aucune suppression de postes ;
Des moyens pérennes pour fonctionner et investir ;
L’abrogation de la tarification à l’activité et de la loi Bachelot.

Cette campagne est un appui à l’action engagée par les personnels et leurs organisations syndicales pour défendre leurs services, leurs postes et leurs conditions de travail.


Pour rappel : la décision de l’ARS, en application directe de la loi Bachelot, de fermer dès le 1er février 2012 le service chirurgical des urgences la nuit et le week-end a plongé l’hôpital et ses services dans une spirale qui les menace dans leur existence même, y compris le service de la maternité : des médecins anesthésistes, mis dans l’impossibilité d’exercer leur métier, ont demandé leur mutation ; le service chirurgical des urgences de jour a été fermé 24h/24, 7 jours sur 7 depuis le 1er octobre 2012…

Aujourd’hui, où en est-on ?

Face à la mobilisation, l'administration provisoire a fait appel à deux médecins anesthésistes vacataires et un médecin retraité, permettant la réouverture depuis le 3 décembre et jusqu'à fin avril du service chirurgical des urgences de jour (jusqu'à 22h) et de week-end (jusqu'à 18h).

Face à la mobilisation toujours, l'ARS s'est engagée à « pérenniser et consolider l'hôpital », mais dans le même temps persiste à vouloir mettre en place les restructurations imposées par la loi Bachelot. Ainsi, la lettre de mission de l’ARS à l’administration provisoire ne peut que susciter les plus vives inquiétudes:

« Rétablir une gouvernance efficace au sein de l’établissement… »
« Prendre les mesures susceptibles de redresser la situation financière, notamment par la mise en œuvre d’un plan de retour à l’équilibre… »
« Redéfinir le, positionnement de l’établissement dans l’offre de soins de la zone Est du territoire de santé, notamment par la refonte du projet médical… »
« Prendre des mesures susceptibles de redresser la situation financière »: s’agit-il de poursuivre l’offensive de restructuration de l’hôpital, en rationalisant des services, supprimant des postes sous couvert de « retour à l’équilibre » ?
« Redéfinir le positionnement de l’offre de soins » : s’agit-il de maintenir la décision de suppressions des urgences chirurgicales de nuit à l’hôpital de Montreuil, ou encore la fermeture d’un service spécialisé ?

Au bout du compte, s’agit-il d’imposer la dictature de la « tarification à l’activité » qui oblige l’hôpital à sans cesse se financer sur les marchés financiers, tant pour l’investissement que le fonctionnement ?

Et ces questions se posent avec d’autant d’actualité qu’au même moment on apprend que le gouvernement entend supprimer 657 millions d’euros supplémentaires pour le financement des hôpitaux en 2013 !
Il est clair que rien n’est réglé. Les menaces sont toujours présentes.

Le comité de défense du CHI a décidé d’amplifier sa campagne, de multiplier les signatures sur sa pétition.

Il demande solennellement une entrevue à Mme Voynet, présidente du conseil de surveillance du CHI, et de soutenir publiquement les revendications sur lesquelles se sont regroupés les milliers de signataires.


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:19, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 14:55

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Les personnels de l'hôpital de Billom en colère

A l'appel de l'inter-syndicale CGT-FO du Centre hospitalier de Billom, une partie du personnel de l'établissement a cessé le travail


D'après le tract syndical, la direction aurait décidé de modifier les horaires de travail des personnels, dans le but, dixit les syndicats "de gagner sur les dépenses de remplacement et ainsi faciliter la création d'un nouvel Ehpad (établissement hospitalier d'accueil des personnes âgées ou dépendantes)".
L'intersyndicale affirme que 90% du personnel ont signé une pétition contre l'idée que le personnel ait à payer les projets de construction de la direction.
Pour eux, il s'agit d'une remise en question des 35 heures.
Dans le détail, le projet de la direction consiste à réduire le temps de travail des personnels administratifs et ateliers à 7h30 au lieu de 8h, et à 7h30 au lieu de 7h36 les personnels soignants et ouvriers en cuisine ou blanchisserie. Toujours d'après l'inter-syndicale "A aucun moment, le directeur ne s'est préoccupé de qui va faire le travail effectué pendant ces minutes supprimées"



hôpitaux Marie-Madeleine de Forbach et Lemire de St-Avold, l'hôpital Robert-Pax de Sarreguemines

"Nous ne quitterons pas ce bureau tant que l'ARS (Agence régionale de la santé) ne nous donnera pas de rendez-vous ! " Hier à 14 h, 12 représentants de l'intersyndicale des établissements hospitaliers (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Sud, INPH) ont débarqué sans crier gare chez Philippe Thomas, administrateur provisoire d'Unisanté (hôpitaux Marie-Madeleine de Forbach et Lemire de St-Avold).

Le directeur n'étant pas là, les syndicalistes se sont confortablement installés, avec thermos de café et gâteaux, pour l'attendre durant une bonne heure et demie.


Prêts à coucher dans le bureau

« Nous ne partirons pas d'ici tant que nous n'aurons pas une date de la part de l'ARS,[/i] l'a immédiatement prévenu Patrick Koch, porte-parole de l'intersyndicale. Nous avons des sacs de couchage. Si nous n'avons pas de réponse, nous passerons la nuit ensemble ! » Flegmatique, Philippe Thomas a écouté les revendications du groupe avant de téléphoner au directeur de l'ARS, Jean-François Bénévise.


« Nous demandons l'arrêt immédiat des restructurations et fermetures de services et des licenciements réels ou déguisés (CDD) », insiste le porte-parole, en regrettant que « contrairement à ce que nous disent les directeurs des quatre sites les restructurations continuent. »[/i] L'intersyndicale constate que « le gouvernement et nos tutelles jouent la montre. Ils restent sourds à nos revendications, à nos propositions et nous méprisent. On nous balance des décisions de l'ARS sans aucune concertation. Ce n'est pas normal que M. Bénévise ne veuille pas nous entendre. »

« On soigne à flux tendus »

Une syndicaliste s'émeut du sort des CDD de plus en plus nombreux dans la fonction publique « 180 actuellement chez nous alors que l'État devrait donner l'exemple. Certains sont sur des postes vacants et pourraient passer stagiaires, ils sont là depuis 4-5 ans, et voient leur contrat reconduit de mois en mois. Cette précarité n'est pas normale », s'offusque la professionnelle. Elle dénonce les heures supplémentaires non payées, les récups pas prises, le non-respect du temps de travail... « Aujourd'hui, je trouve que les infirmières sont vraiment mal traitées. On soigne à flux tendus. On est au bout du bout. » Elle interpelle également l'administrateur d'Unisanté sur son manque de concertation, « Vous ne réunissez jamais le conseil de surveillance », lui reproche-t-elle.

Rendez-vous est pris

« Faux », rétorque Philippe Thomas, expliquant que ce sont les syndicats qui ont boycotté le dernier CHSCT. « Si on ne siège plus, c'est parce que les restructurations se font de façon sauvage », lui répondent les syndicats.

L'administrateur se défend de supprimer des postes : « On envisage une réorganisation des ressources pour tenir compte de la géographie des lieux et des services de soins. Il n'y a pas de suppressions d'emplois mais des départs volontaires ou à la retraite, 119 personnes se sont déjà montrées intéressées. » Et annonce une réunion le 12 décembre, avec la direction de soins et cadres de santé pour parler de cette nouvelle organisation, « vous voyez, une large concertation va commencer. »

Manifestation le 15 décembre à Forbach

La même opération coup-de-poing a eu lieu simultanément à l'hôpital Robert-Pax de Sarreguemines. Là aussi les syndicalistes se sont montrés fermes sur la date du rendez-vous.

« Nous avons finalement eu une réponse. Le directeur de l'ARS a proposé de nous rencontrer le 17 décembre »
, se félicitait Patrick Koch, en fin d'après-midi.

L'intersyndicale n'a pas l'intention de relâcher la pression. Après l'organisation d'une réunion publique le 29 novembre à Forbach, d'une manifestation le 1er décembre dans les rues de Sarreguemines, elle appelle à la mobilisation générale le samedi 15 décembre à Forbach. Elle donne rendez-vous à toute la population à 14 h devant la mairie où un défilé est prévu jusqu'à la sous-préfecture pour dire : « Non à la casse hospitalière ! »

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Mt-st-10

L’Ile-Bouchard : Grève très suivie à l’Ehpad
La Nouvelle République, :

Les syndicats FO et CGT de l’Ehpad de L’Ile-Bouchard (37) appelaient à une journée de grève, hier, à la suite de l’annonce de la direction de « supprimer tout ou partie des remplacements de congés maladie ».

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande L-ile-10

La grève a été très suivie, et le personnel qui a manifesté avec drapeaux et banderoles devant l’établissement a reçu le soutien du public et des familles de résidants, en recueillant 150 signatures sur une pétition adressée à la direction. Les représentants du personnel ont rencontré le directeur pour exprimer leur mécontentement, dénonçant que « la variable d’ajustement soit une fois de plus l’effectif ». Les salariés attendent des réponses du conseil d’administration et n’excluent pas de faire d’autres actions, si leurs demandes ne sont pas satisfaites.


Dernière édition par Copas le Dim 23 Déc - 15:19, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 23 Déc - 15:13

.../... Suite des résistances en décembre dans le secteur santé-social .../...

Le tribunal annule les licenciements
20-12-2012
http://www.lamarseillaise.fr/social/le-tribunal-annule-les-licenciements-28893-2.html

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Ehpadr10

Le tribunal a suspendu le plan de sauvegarde pour l’emploi pour l'Ehpad Regain. La procédure va être reprise à zéro.

« La procédure du plan de sauvegarde pour l’emploi est suspendue et les négociations doivent recommencer à zéro. Les salariés ont accueilli la nouvelle avec beaucoup d’émotion. Ils étaient fous de joie. On a eu souvent l’impression d’être un grain de sable dans la machine mais de ne pas peser, désormais, le rapport de force est entre notre faveur » a réagi Virginie Cassignol de l’union locale CGT.

Les salariés vont tout entreprendre pour « sauver les emplois et travailler à Sainte-Marguerite ».

Depuis la décision des tutelles, ARS et CG13, de diviser l’Ehpad en deux (passage de 141 à 71 lits et à 41,43 ETP), la guerre sociale était déclarée.

Le président de l’association Accueil Regain, Didier Germain, par ailleurs dirigeant et gestionnaire de nombreuses structures d’accueil pour personnes âgées, avait engagé le processus de transfert sur son nouvel Ehpad de Châteauneuf-les-Martigues via la mise en œuvre d’un PSE sous-dimensionné aux regards des attentes et des besoins des salariés.

Le tout, dans un climat interne extrêmement tendu alors qu’en parallèle il investissait, avec la bénédiction des tutelles, des millions d’euros dans d’autres affaires. Un an de bataille plus loin, alors que « la direction n’a pas hésité à utiliser toutes les pressions et les intimidations pour démoraliser les salariés » indique la CGT, « le cabinet Secafi, mandaté par le CE » mettait « à jour la dégradation de la situation de l’association Regain ». Le tribunal qui annule tous les licenciements envisagés a assorti son jugement d’une amende de 5 000 euros en cas d’infraction.

« Cette belle victoire des salariés pour leurs droits » l’est d’autant plus que la reprise partielle d’activité, donc du site par le centre d’orientation sociale (COS) approche à grands pas..../....





CHCP de Saint Gaudens

http://www.cgthopitalsaintgaudens.fr/?p=1119

Le père noël est une ordure!!

La nouvelle est tombée comme un couperet.

Le 20 décembre, lors du CTE (Conseil Technique d’Etablissement), la Direction annonçait le désengagement de l’ARS (Agence Régionale de Santé) en ce qui concerne l’accompagnement financier de 130000 euros prévu pour la poursuite du plan de résorption de l’emploi précaire local.
Cet accord signé en 2009 pour une durée de trois ans est rompu de manière abrupte et insidieuse. A l’approche de noël, c’est un véritable cadeau empoisonné du père « CHASTEL », directeur de l’ARS, que reçoivent les contractuels de l’établissement. Passez, muscade !

Cette décision inique va priver la stagiairisation méritée et légitime de 50 contractuels de l’établissement, qui pour certains totalisent déjà plus de quatre années de CDD. Honteux !! Voilà comment aujourd’hui sont remerciés ces agents qui ont contribué pleinement à l’assainissement des finances de l’établissement par leur professionnalisme et leur dévouement. Les quasis totalités de ces personnels appartiennent à la catégorie C (*). Véritables sacrifiés de la fonction publique, ils subissent déjà un déclassement salarial et un appauvrissement de carrière sans précédent.

Les membres du CTE ont voté une motion condamnant l’attitude de l’ARS. Aujourd’hui ce 21 décembre, il sera demandé aux représentants du Conseil de Surveillance d’en faire de même. Il est urgent de prendre toutes les dispositions nécessaires pour réparer cette terrible et inacceptable injustice.

Les syndicats CGT et CFDT de leur côté mettront tout en œuvre pour lutter contre cette ignominie. L’enveloppe financière nécessaire à la poursuite du plan de résorption précaire doit être octroyée illico presto.

(*) La catégorie C, c'est les travailleurs les moins payés de la santé.



Saint-André-de-Cubzac
http://www.sudouest.fr/2012/12/20/les-grevistes-craignent-pour-leur-temps-de-travail-913300-3072.php
La grève de l'EHPAD face aux attaques sur le temps de travail

Les employés de l'Ehpad ont observé une deuxième journée de grève afin de s'opposer au projet de la direction de supprimer les jours de RTT.

Les salariées en grève ont manifesté bruyamment le 19 décembre début d'après-midi.

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 91330010

Des pancartes, des drapeaux, des cris et un concert de sifflets. Devant les bâtiments administratifs de l'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Saint-André-de-Cubzac, un joyeux boucan. Une vingtaine de personnes grévistes manifestaient bruyamment hier à 14 heures. « Les autres salariés sont en grève mais sont réquisitionnés », explique une gréviste.

Après un premier mouvement d'humeur la semaine dernière, les personnels de l'Ehpad de la Tour du Pin ont décidé d'une deuxième journée de mobilisation. Dans leur viseur : le projet du directeur Christian Laffargue de raboter la journée de travail de 8 heures à 7 heures et de supprimer, en contrepartie, les 20 jours de RTT. Les filles en grève craignent d'être perdantes sur toute la ligne.

« On fera plus de 7 heures, car on ne finira pas à l'heure, mais on n'aura plus de RTT », lâche l'une d'elles. « On a déjà du mal à faire tout ce qu'on veut en 8 heures, alors en 7 heures », soupire Stéphanie Jacquet, une infirmière, en grève.
Pas de réelle avancée

Dehors, on manifeste. Dedans, on discute. Alors que les grévistes filent en ville donner de la voix sous les fenêtres de la mairie, les membres du conseil d'administration (CA) entament les débats à 14 heures. Trois bonnes heures d'entretien. Christine Martos, déléguée syndicale CGT, est à la table des discussions. Dans un texte lu aux membres du CA, elle réaffirme la défiance du personnel à l'égard de la direction. Inquiète de la gestion de l'établissement et de ses projets. Étonnée « des annonces plus ou moins fluctuantes sur les difficultés financières de l'établissement, annoncées depuis l'été dernier ».

Au point de s'interroger sur « le projet de reconstruction et les coûts engendrés par les études, honoraires d'architecte… ». « Nous sommes très soucieux de l'utilisation d'argent public d'autant que le projet ne va pas aboutir faute de financement et sûrement de démesure. »

Sur la suppression des RTT, le passage à des journées de 7 heures et le temps de repas non-compté dans le temps de travail, Christine Martos a réaffirmé son opposition totale. « Ces propositions sont ressenties comme injustes car contradictoires, autoritaires et non-efficaces. […] Nous relevons que les membres de la direction ont droit à 20 jours de RTT et le temps de repas pendant le temps de travail : pourquoi pas pour l'ensemble du personnel ? Pourquoi faire deux poids deux mesures ? »

La réunion s'est achevée vers 17 heures. Sans réelle avancée entre les deux parties.
Une infirmière prévient : « On refera grève en janvier. »
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Mar 25 Déc - 15:52

Les mouvements dans le secteur social et associatif sont vifs par rapport aux attaques et volontés de détruire des emplois de la part du gouvernement Hollande. On peut en trouver beaucoup sur le fil grèves en vrac.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Mar 25 Déc - 15:56

Dijon
Une grève contre la privatisation des parkings du CHU

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Le-syn10
Les représentants du personnel de la CGT du CHU ont manifesté devant les bâtiments administratifs du CHU. Le syndicat dénonce la privatisation du parking et le manque de concertation de l’ensemble des partenaires qui interviennent dans cet épineux dossier. Certains services pourraient donc être perturbés par ce débrayage. La CGT assure toutefois que la continuité des soins sera assurée.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 5 Jan - 22:41

2 janvier 2013

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Manife11

Plouflagran, le personnel de l'Ehpad ne désarme pas après la réorganisation des services (le temps de travail passe de 7h30 à 7h), qui est effective depuis hier.
Après les interventions de Rémy Moulin, maire, et de Christine Orain, conseillère générale, qui ont fait savoir qu'ils ne reviendraient pas sur cette prise de position, Jean-Edmond Coatrieux, secrétaire général de l'Union départementale de la CGT, met en garde les fâcheuses conséquences que pourrait avoir cette réorganisation:

«Il va falloir lever les résidents, qui sont en perte d'autonomie, dès 6h45, au lieu de 8h, afin de commencer les toilettes dès 7h, après le petit-déjeuner. Les transmissions entre les membres du personnel seront sacrifiées et la charge de travail par agent sera la même, avec une demi-heure de travail en moins».

Depuis le début du conflit, la titularisation de dix agents contractuels a été mise en avant mais, parallèlement, les effectifs passeront de 39,67 à 35,70, soit quatre emplois en moins. Le personnel exige le maintien des horaires à 7h30 et estime qu'il serait nécessaire de porter l'effectif à 41emplois, comme la mairie l'avait formulé auprès des institutions compétentes dans sa demande initiale. «Nous demandons la tenue d'une table ronde réunissant les élus de Ploufragan, le conseil général, l'ARS (Agence régionale de santé) et l'organisation syndicale représentant le personnel de l'Ehpad».
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Sb04_310

http://npa29quimper.over-blog.fr/article-ploufragan-22-la-cgt-departementale-prend-la-main-le-tel-113982779.html



Sur le blog de Martial Collet, conseiller municipal de LO à Ploufragan
http://martial-collet.blogspot.fr/
(51 ans, militant LO depuis 1975, licencié de Chaffoteaux et Maury au moment de la fermeture en 2009. Elu conseiller municipal de Ploufragan depuis 2008, sur une liste Lutte Ouvrière) :

SOLIDARITE AVEC LES SALARIES DE L'EHPAD
Le personnel du foyer logement pour les personnes agées de Ploufragan est en grève depuis le 21 décembre 2012.
Il proteste contre une nouvelle organisation du travail qui doit entrer en application le 1er janvier 2013. Ce nouveau planning de travail entraînerait la perte de 15 jours de congés sur une année. En effet, il est prévu que la journée de travail passe de 7h30 à 7h et la demi heure perdue chaque jour serait compensée par 15 jours de travail supplémentaire sur un an.
Cela veut dire aussi des repos hebdomadaires raccourcis pour les salariés de l'Ehpad.

Les salariés considèrent que les nouveaux horaires entraîneront non seulement la dégradation de leurs conditions de travail mais également une qualité moindre des services rendus aux résidents.

Je suis solidaire de leur combat. J'ai été soutenir les grévistes sur les piquets de grève.
Les salariés de l'Ehpad n'ont pas à faire les frais de la nouvelle convention de l'Agence régionale de santé (ARH) et le Conseil général. Les salariés de l'Ehpad n'ont pas à subir les conséquences de réduction budgétaire.

De fait, il faut voir là que l'ARH est en ligne avec les objectifs du gouvernement Hollande qui prévoit de liquider chaque année 2.5% des emplois dans le périmètre de l'intervention de l'état. Cette agression, menée en laissant en place l'essentiel des attaques du gouvernement Sarkozy, conduira à la liquidation de 360 000 emplois.


L'ARH est dans le tableau de marche du gouvernement en liquidant 4 postes sur 39.67 ETP, soit 10% des emplois.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 5 Jan - 23:13

CHU de Rennes : succès du débrayage à la blanchisserie

Depuis plusieurs semaines, il manquait au moins dix personnes par jour à la blanchisserie.

Le premier arrêt non remplacé remontait au 8 août. À un congé maternité non remplacé se sont ajoutés des arrêts plus courts.

Du coup, au lieu de travailler à 50 par jour, le personnel s'est retrouvé à 40, voire moins.

Pour obtenir des remplaçants, nos collègues ont décidé de faire grève une heure, jeudi 20 décembre. Dès le dépôt du préavis, la direction a reconnu que la situation n'était pas tenable et a annoncé qu'elle allait mettre des remplaçants.

Mais, il n'était pas question de la croire sur parole.

28 personnes ont arrêté le travail, soit près des trois quarts des présents ce jour-là. Elles se sont rendues à la direction. Le DRH a confirmé l'arrivée de six personnes à partir du lundi 24 décembre. Cela suffira-t-il pour répondre aux besoins en linge des services pendant la période des fêtes et, au-delà, pour faire face au 14 tonnes de linge en retard ? Si ce n'est pas le cas, les salariés comptent bien se mobiliser à nouveau.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2318&id=19

Et bien voilà, c'est tout simple...

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Sam 5 Jan - 23:22

Mayotte,
les infirmiers du centre de rétention de Dzaoudzi dénoncent leurs conditions de travail et le mauvais accueil sanitaire des immigrants

Même là, la politique est de gratter sur les moyens humains au détriment des travailleurs et des Comoriens qui sont emprisonnés pour les empêcher de rejoindre les familles divisées par la France et la séparation de mayotte du reste des Comores.

Le CRA, le Centre de Rétention Administratif, génère des conditions de travail aussi indécentes que l'emprisonnement des personnes, pour les personnels de santé leur venant en aide. Les infirmiers doivent ausculter les immigrants dès leur arrestation jusqu’à leur renvoi aux frontières et prodiguer des soins à ceux qui le nécessitent. Ils sont contraints de prendre des décisions allant bien au-delà de leurs qualifications. C’est seulement en cas de nécessité qu’intervient un médecin urgentiste, agissant souvent à distance.

« moi je refuse de mettre la vie de mes collègues en danger, s’il y a un infirmier, il doit il y avoir un médecin. »

Se mettre en danger, ou mettre en danger les autres, c’est le risque que dit encourir malgré lui le personnel soignant. En sous-effectif permanent, un infirmier doit ausculter à la chaîne des dizaines d’étrangers en situation irrégulière.

« Il y a une semaine, une collègue seule a dû s’occuper d’ausculter 180 personnes dans la journée »

L’hôpital de Dzaoudzi réclame à sa direction centrale la création d’une unité spécifique, une unité entièrement dédiée aux soins des immigrants illégaux. De leur côté, les politiques assurent avoir pris conscience du problème.

Des conditions de détention effroyables dans les prisons illégales de Messieurs Hollande et Valls :

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Arton411
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 6 Jan - 0:14

Grève générale des cadres de santé dans l'ensemble des établissements du groupe AHNAC
La bataille contre le travail gratuit

A la polyclinique de Riaumont, à la polyclinique d'Hénin-Beaumont , etc, les cadres de santé répondent à l'appel à la grève
Les cadres infirmiers de l'Association hospitalière Nord Artois Clinique (AHNAC) ont appelé à une journée de grève, hier.
À la polyclinique de Riaumont, établissement de l'AHNAC, cet appel a été entendu par neuf personnes. Principal objet de leur colère : le mode de fonctionnement des astreintes et gardes.

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 6 Jan - 0:22

PONT-SAINTE-MAXENCE
Le personnel de l'hôpital malade du manque d'effectifs


De nouveaux lits dédiés à l'accueil des malades d'Alzheimer doivent être installés. .Le personnel dénonce des moyens humains insuffisants. Une grève se prépare.

Alors que l'Agence régionale de santé (ARS) prévoit d'ajouter dans l'hôpital Georges Decroze de Pont-Sainte-Maxence treize lits dédiés aux malades d'Alzheimer ce mois-ci, une partie du personnel, notamment les aides-soignantes, se prépare à faire la grève à partir du 7 janvier.

«On se fout de nous ! », lâche Catherine Machet, secrétaire du bureau local de la CGT et elle-même aide-soignante.

«Je travaille de nuit, et nous ne sommes que deux pour nous occuper de 80 patients dont 20 atteints de la maladie d'Alzheimer. Nous n'avons pas les moyens de nous occuper de treize lits supplémentaires », témoigne-t-elle. Selon Catherine Machet, le manque d'effectifs a des conséquences : «On est à plat au niveau physique. Nous sommes aussi frustrées : nous partons faire des formations pour apprendre à mieux gérer les malades. Mais une fois revenues à l'hôpital, on comprend vite qu'on ne peut rien faire sur le terrain. »

Des effectifs insuffisants pour des tâches de plus en plus grandes

Les effectifs de l'hôpital Georges Decroze sont fonction de l'argent accordé par l'ARS. Catherine Machet explique : «Le budget prévisionnel 2013 prévoit l'embauche de 20 emplois à temps plein en comptant le personnel technique, l'entretien... Or, il nous faudrait 36 de ces emplois ! » Un audit, commandé en juillet 2012 par le conseil de surveillance de l'hôpital, donne raison à l'employée sur le manque d'effectifs de l'établissement. Selon ce rapport, il manquerait en effet huit aides-soignantes pour que les traitements soient dispensés plus efficacement aux patients.

De son côté, l'ARS se borne à répondre que le budget prévisionnel 2013, actuellement en cours de réflexion, se base sur les coûts moyens nationaux des hôpitaux. «Ces coûts prennent également en compte l'extension de la capacité de l'établissement », précise Dominique Taupin, la chargée de communication.

La grève, le soutien de la population, la question posée du démantèlement des ARS


C'est le président du conseil de surveillance de l'hôpital lui-même, à savoir le maire Michel Delmas, qui a commandé l'audit. Et ce dernier supporte à 100% la grève qui doit débuter dans trois jours : «C'est un événement attendu, et même inéluctable, puisque nous restons sans réponse de l'ARS à propos des manques d'effectifs. »
L'élu juge que «ce n'est pas la peine d'amener des malades supplémentaires juste pour faire du gardiennage, sans les soins nécessaires ni un accompagnement humain ». Michel Delmas ajoute qu'il est «indispensable que la population se mobilise sur cette question ».

Le maire fait savoir qu'un pupitre est désormais disponible à la mairie. Les habitants peuvent y signer une pétition pour soutenir la grève du personnel hospitalier.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Emploi : l'obscénité des engagements de Hollande

Message  Roseau le Sam 12 Jan - 14:56

TEAN
http://www.npa2009.org/content/emploi-lobsc%C3%A9nit%C3%A9-des-engagements-de-hollande
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 20 Jan - 16:05

MÂCON/Paray-le-Monial
Centres médico-psychologiques en grève


« On s’intéresse aux patients, contrairement à la direction ».

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande La-rep10
Les établissements annexes du CH ont débrayé pendant une heure, vendredi matin, à l’appel de la CGT, pour protester contre la nouvelle organisation des horaires imposée par le centre hospitalier.

« Les structures annexes ( les CMP adultes et enfants, le CATTP Mâcon et les CMP adultes et enfants de Paray-le-Monial) marchent en continu car le personnel mange sur place et non à la cafétéria du centre hospitalier », expliquait Alice Devillers, représentante CGT au centre hospitalier.
Libre donc aux infirmiers, psychologues, psychomotriciens orthophonistes et infirmiers de caler leur rendez-vous aux patients entre midi et 14 heures si cela arrangeait. « Pour tout uniformiser, la direction a remis en cause cette organisation à partir du 1 er janvier en imposant une heure de pause déjeuner. » Une heure fixe qui ne prend pas en compte, selon les salariés, la « réalité du terrain ». « On ne peut plus recevoir de patients alors que cela arrangeait souvent les parents qui travaillent, confirme une autre employée. Ce n’est pas dans l’intérêt des patients. »

Le but de ce mouvement de grève : rouvrir l’espace de négociation pour réorganiser le travail des agences selon leurs activités. « Le conseil de surveillance présidé par Jean-Patrick Courtois a refusé de faire des réunions de concertation, continue Alice Devillers. Aujourd’hui, on nous dit que l’on verra la semaine prochaine… » Les salariés, en tout cas, se sentent « punis », et ont l’impression de punir leurs patients.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 20 Jan - 16:23

Retour sur la grève de la Polyclinique du pays de Rance
Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande 19681610
Les salariés de la polyclinique du Pays de Rance ont débrayé en masse, le 11 Janvier 2013, face au plan de réorganisation annoncé par la direction.

«Cela fait au moins quinze ans qu'il n'y a pas eu de grève à la polyclinique; la dernière, c'était à la Sagesse (l'ancienne clinique de Dinan, NDLR). Même la cérémonie des voeux a été annulée cette année, car le personnel n'a pas voulu participer: c'est du jamais vu! En un an, depuis le rachat de la polyclinique, Vivalto a réussi à faire l'unanimité contre lui».

Ces propos d'un infirmier donnent la mesure du mécontentement qui règne chez les salariés de la polyclinique depuis l'annonce d'une vaste «réorganisation», le mois dernier (Le Télégramme du 20décembre).

«Service minimum»


Ils étaient très nombreux à participer au débrayage, entre 15h et 17h, à l'appel de la CFDT, seul syndicat de l'établissement.
Près de 90 personnes sur un total de 160 salariés, c'est une grande partie de ceux qui travaillaient hier.

«Le préfet aurait pu avoir à réquisitionner des personnels, mais on a accepté de mettre en place un service minimum», note VéroniqueLautrédou, secrétaire générale de la CFDT Santé Sociaux des Côtes-d'Armor, présente sur place. Le moment choisi pour ce débrayage est stratégique: en même temps se tenait un comité d'entreprise(CE) extraordinaire entre la direction et les représentants du personnel.
Cette réunion faisait suite à la demande des personnels, dans le cadre du «droit d'alerte» inscrit dans le code du travail, qui leur donne droit de poser des questions et d'obtenir des réponses de la direction. En l'occurrence, les questions du personnel portaient sur les raisons économiques justifiant les différents pans de la «réorganisation»: suppressions d'emplois, externalisation de l'entretien et de la restauration à Sodhexo, modification des horaires de travail, incitations aux départs volontaires...

«Pas de réponses précises»


Sur le parvis de la polyclinique, la chaleur humaine n'éclipse pas les inquiétudes nées avant la période des fêtes.

«Ce qui nous inquiète, ce sont les conditions de travail, et surtout la qualité des soins à l'avenir. Avec les suppressions de postes, on aura moins de personnel, donc moins de temps, moins de sécurité, moins de communication avec les patients», déplore une infirmière approuvée par plusieurs soignantes à l'hospitalisation.

Pour «mettre la pression», les manifestants ont fait un tour en fanfare sous les fenêtres de la réunion, puis dans les couloirs et dans le hall. Enfin, vers 16h30, PascaleBourdais, la déléguée syndicale CFDT, sort de la réunion avec ses collègues représentants du personnel. «On n'a toujours pas de réponses, ni précises, ni écrites, ce qu'on avait demandé. On maintient donc le droit d'alerte, et on demande une expertise comptable, qui devrait arriver dans le courant du mois, et l'assistance d'un avocat», annonce Pascale Bourdais à tous ses collègues, dans le hall. «Le directeur a promis qu'il n'y aurait aucun licenciement contraint», ajoute-t-elle. «Oh!», ironise la foule, avant d'applaudir ses représentants.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum