Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur Noir
4.99 €
Voir le deal

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande - Page 2 Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 20 Jan - 16:49

Les SDIS dans tous leurs états

Saint-Jean-de-Luz en résistance contre l'irresponsabilité et le mépris des dirigeants qui se prêtent à la soumission aux plans de casse du pouvoir.

La sortie des responsables syndicaux de la caserne des pompiers de Saint-Jean-de-Luz , qui ont décidé de monter au créneau pour dénoncer la nouvelle organisation des gardes, a fait réagir la direction du Service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Atlantiques.

Michel Blanckaert, le directeur du Sdis 64 a tenu à mettre les choses au point : « Les sapeurs-pompiers de Saint-Jean-de-Luz demandent la reconstitution totale des gardes la nuit. Mais ce système n’existe nulle part ailleurs dans le département. »

Alors que le Sdis 64 cherche à faire des économies, le directeur ne semble pas disposé à écouter les revendications de la caserne luzienne dont la moyenne des sorties s’élève à 2 500 interventions par an.
Les sapeurs-pompiers disent : « On ne peut pas faire des économies sur les vies. »

Le feu couve à la caserne des pompiers de Saint-Jean-de-Luz où les pompiers ont décidé de combattre la nouvelle organisation des gardes voulue par la direction du Service départemental d'incendie et de secours des Pyrénées-Atlantiques.
Ca va au-delà des revendications sur la réforme de la filière des sapeurs pompiers professionnels, c'est également la rémunération des volontaires et la suppression de plusieurs postes dans le département. La colère avait d'ailleurs abouti à l'annulation de la cérémonie des vœux la semaine dernière à Pau « en raison de risques de perturbations et de débordements ».

Si les représentants syndicaux de la caserne luzienne ont décidé de monter au créneau, c'est pour protester contre la note de service envoyée le 24 décembre par leur direction qui « risque de remettre en cause l'efficacité des interventions » des soldats du feu. Gérard Mendiburu (FO), Jean-François Urquijo (FO) et Bernard Berasteguy (SNSPP) expliquent : « Jusqu'à aujourd'hui, des pompiers volontaires étaient appelés en renfort à la caserne en cas de départ sur une intervention du personnel de garde. » Ce système de reconstitution de garde avait été mis en place afin que les renforts soient directement mobilisables pour une deuxième intervention.

« Une goutte d'eau »

Or, la direction du Sdis a décidé qu'il ne sera procédé à aucune reconstitution de garde la nuit : « Tout départ en intervention sera effectué par les personnels de garde puis, si cet effectif est engagé, par le rappel pour départ immédiat des sapeurs-pompiers volontaires en astreinte », décrypte la note de service.

C'est cette nouvelle organisation, effective depuis le début de l'année, qui inquiète fortement les pompiers de Saint-Jean-de-Luz qui veulent faire la preuve de la dangerosité de ce nouveau système : « Il y a six sapeurs-pompiers professionnels au minimum la nuit à la caserne de Saint-Jean-de-Luz. En cas d'incendie, quatre d'entre eux sont mobilisés. Si un deuxième incendie éclate, il faut alors biper des pompiers volontaires et attendre leur arrivée à la caserne pour partir. Certains habitent à Ascain ! »

Même si ce cas de figure n'est pas très courant, cette perte de temps est inacceptable pour les soldats du feu de Saint-Jean-de-Luz, dont l'activité est très importante avec 2 413 interventions en 2012 (troisième caserne au niveau départemental) : « Ce système a été mis en place pour faire des économies. Mais d'après nos calculs, cela ne représente que 48 000 euros sur une année sur tout le département. C'est une goutte d'eau quand on sait qu'une grande échelle coûte dix fois plus. Faire des économies, d'accord, mais pas en risquant la vie de nos concitoyens. On ne peut pas faire des économies sur des vies. »

Le coup de gueule est partagé par la majorité des pompiers de la caserne de Saint-Jean-de-Luz qui compte 32 professionnels et une quarantaine de volontaires. Leur but ? Sensibiliser les élus du secteur sur ce problème.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande - Page 2 Empty Re: Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande

Message  Copas le Dim 20 Jan - 17:01

Face aux 360 000 destructions d'emploi de Hollande - Page 2 Desave10


Manif SDIS à Nîmes.
Les agressions sur les salaires déjà bas en cause


Palettes en feu, slogans “en grève” peints en blanc sur les ambulances rouges garées à l’entrée de la caserne de Nîmes, les sapeurs-pompiers manifestaient en Janvier leur colère.

"Une réforme de la fonction publique est actuellement en cours. Elle prévoit de réexaminer les catégories liées aux fonctions des pompiers. Pour chacune, la direction a la possibilité de faire monter d’un cran les pompiers afin de leur éviter une baisse de salaire", expliquait un des porte-parole du mouvement.

Un dialogue social ?

Cette perte de pouvoir d’achat repeinte en dialogue social "lors des négociations avec la direction du service départemental d’incendie et de secours (Sdis)". "Nous demandons l’ouverture de négociations durant lesquelles nous serons des partenaires et pas des adversaires", estime Patrice Cartagena (syndicat Sud). Dans l’après-midi, un rassemblement revendicatif devait être organisé devant les locaux du Sdis à Saint-Césaire.

Sept ans pour mettre en place la réforme

Du côté de la direction du Sdis, on précise d’abord : "Nous avons sept ans pour mettre en place cette réforme voulue par l’ancien gouvernement." Et s’agissant du contenu : "Nous souhaitons mettre en œuvre cette réforme progressivement et en fonction des besoins opérationnels. D’ores et déjà en 2013, 68 pompiers supplémentaires vont acquérir un grade supérieur. Mais nous ne pouvons pas faire de même pour quelque 500 personnes d’un seul coup. Nous allons agir pour appliquer cette réforme dans des proportions raisonnables et en fonction des contraintes opérationnelles et managériales."

.

Le gouvernement Hollande applique la casse des emplois et des salaires dans le périmètre de l'intervention de l'état par tous les moyens, y compris en appliquant les agressions sarkozistes. Il trouvera à cette fin des autorités locales capables d'appliquer encore plus férocement la casse. [quote]
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum