Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Marshall Monitor Bluetooth Casque Audio sans fil
95.97 €
Voir le deal

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Sam 18 Aoû - 8:39

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Hollande sort le gros canon pour détruire plus de 350 000 emplois directs en 3 ans + des emplois indirects.

Comment ?

Ca part de la lettre de cadrage du 1er ministre :

Les effectifs de l’Etat connaîtront une stabilité globale. Les créations d’emplois seront réservées à l’enseignement, la police, la gendarmerie et la justice.
Des efforts de -2,5% par an sur les autres secteurs seront donc nécessaires afin de respecter cet objectif de stabilité. Ces efforts porteront sur l’ensemble des ministères, y compris sur les ministères qui interviennent dans un domaine prioritaire pour leurs emplois situés en dehors de ce champ.

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a fait publier un communiqué de presse le 28 Juin 2012 sur les réductions d’effectifs dans la fonction publique.

Cette lettre est là :
http://www.gouvernement.fr/presse/le-premier-ministre-a-adresse-des-lettres-de-cadrage-aux-ministres

L’importance des suppressions d’emploi nécessitait d’attendre des protestations de même ampleur du côté du camp progressiste. Surtout de la part de ceux qui ont des capacités d'analyse technique en matière de risques sur les emplois. Les organisations syndicales et le front de gauche. Tout le monde a fait comme si "on" n'avait pas vu.

L'énormité de l'attaque est proportionnelle au silence du camp des travailleurs.

Nous avons attendu sagement des protestations face à cette agression inqualifiable...

La timidité des réactions interroge expressément et nécessite donc d’aller de l’avant sans attendre, de battre le tocsin et d’appeler à résister à l’agression du gouvernement Hollande—Ayrault contre les travailleurs.

Les termes du communiqué du premier ministre :

.../...L’effort qui est demandé aux membres du Gouvernement est juste et partagé. Il est juste car le budget en préparation respecte des priorités, conformes aux engagements du Président de la République : l’enseignement, la sécurité et la justice.

Il est partagé car l’ensemble des ministères, y compris ceux qui interviennent dans un domaine prioritaire, engagera des économies, fondées sur des propositions de réformes qu’ils élaboreront eux-mêmes. Les opérateurs de l’Etat devront également participer à l’effort de redressement des comptes publics.../...

Décryptages

Qui est concerné ?

D’abord il s’agit de bien préciser ce dont il est question, et les périmètres.

Le communiqué ne parle pas de réduire les effectifs de fonctionnaires mais de réduire les effectifs de l’état, c’est donc une démarche plus large.

Seulement l’état ?

Non, également un périmètre plus large que les emplois de l’état :

.../... Les opérateurs de l’Etat devront également participer à l’effort de redressement des comptes publics.../...
Qu’est ce que c’est que cela ?

Définition des "opérateurs de l’état" :
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/la-nouvelle-gestion-publique/les-operateurs-de-letat.html

"Les opérateurs de l’État sont des organismes distincts de l’État, au statut juridique public ou privé, auxquels est confiée une mission de service public de l’État.

Placés sous le contrôle direct de l’État, ils sont financés en majorité par l’État et contribuent à la performance des programmes auxquels ils participent.

On retrouve parmi les opérateurs des grands établissements publics comme les universités, Météo France, le CNRS ou l’INSERM "

Les suppressions d’emploi (2,5% l’an) concerneront donc largement au delà des emplois de l’état, fonctionnaires et autres, mais aussi toute une série de secteurs plus larges, de contrats, avec des équipes qui peuvent être complètement privées.

Les emplois concernés de cette partie spécifique de l'intervention "publique" sont de 416 529 emplois "ETP".

ETP signifie équivalents temps pleins, on peut estimer que le chiffre concerne donc près de 500 000 travailleurs.

Quand on fait l'addition des périmètres définis, ce sont 5 970 000 emplois qui seront concernés par les réductions de 2.5% par an.

Retrancher de ces 5 970 000 emplois, les secteurs protégés selon l’expression odieuse de Monsieur Hollande. qui ne devront faire que des efforts (effectifs et dépenses hors emplois) mais qui demeurent "prioritaires" : "l’enseignement, la sécurité et la justice".

Quelques précisions sur ces secteurs prioritaires

".../...Les effectifs de l’Etat connaîtront une stabilité globale. Les créations d’emplois seront réservées à l’enseignement, la police, la gendarmerie et la justice .../..."

Nous avons donc notre précision :

"l’enseignement, la police, la gendarmerie et la justice"

Hollande cogne un peu moins un petit morceau de sa base sociale électorale (Sarko s’en était déjà occupé) et flatte le gourdin des temps de crise pour pouvoir continuer de contrôler rages et colères (leçons grecques, espagnoles, italiennes, tunisiennes et égyptiennes).



Mais ça nous fait :

Enseignement : 1 057 000
Justice : 76 700
Gendarmerie
------ Militaires 93 971
---------- Civils 3 097
Police nationale 143 659
Total 1 374 427 emplois dits prioritaires

Quels sont les secteurs non prioritaires ?
Quels efforts demandés en réductions d’effectifs par an ?

".../... .Des efforts de -2,5% par an sur les autres secteurs seront donc nécessaires afin de respecter cet objectif de stabilité.../..."

Quels sont les secteurs non prioritaires ?

C’est bien évidemment retrancher des employés du secteur public et des opérateurs publics, l’éducation nationale, la gendarmerie, l’appareil de la justice.

Nous avons donc les effectifs de l’état et des opérateurs d’état auxquels il faut soustraire les emplois dits "prioritaires".

Le périmètre concerné par les réductions d’effectifs est de :

(5 970 000 - 30 400 (RGPP 2012)) - 1 374 427 = 4 565 173 emplois directs sont concernés par les réductions d’effectifs.

Il s’agit donc de bien prendre mesure de l’ampleur des réductions de 2,5% par an sur les années 2013, 2012 et 2013.

2,5% de 4 565 173 emplois c’est 114 127 emplois supprimés sur 2013, + 2014, etc . C’est à dire une régression annuelle 4 fois plus importante que sous Sarko.

Sur quelle période ?

.../... A la suite de ces échanges, le Premier ministre fixera les crédits et les emplois de chaque ministère pour les années 2013, 2014 et 2015, avant la fin du mois de juillet. Efficacité et justice seront les critères des arbitrages du Premier ministre .../.
..

L’année 2012 est mise de côté par le pédalopipède car en butte aux mesures sarkozistes d’agression sociale que le gouvernement laisse faire, connues sous le nom de "Révision Générale des Politiques Publiques" , ou "RGPP" .

La RGPP prévoit pour 2012 une suppression de 30 400 emplois, non remis en cause par le gouvernement Hollande.

C’est là :http://infos.emploipublic.fr/files/2011/06/2011-06-22-dofp-ministeres.jpg

L’attaque opérée par le gouvernement Hollande va s’effectuer sur un périmètre bien plus grand et avec des tranchées bien plus grosses dans l’emploi direct (les effets indirects seront très graves et récessifs).

De 2012 à 2015, si aucune résistance ferme ne naît, ce seront 350 000 emplois directs qui auront été liquidés par les gouvernements Sarkozy et Hollande.

L’ampleur des tranchées dépasse de très loin les saignées en cours dans le secteur automobile, mais ressort de la même nature.

Hollande c’est pire que Sarkozy en programmation de liquidation d’emplois. On est obligé de constater.

Plus en détail
L’exemple du secteur de la santé

La fonction publique hospitalière en France
chiffres 2009
Source : ministère d’état
http://www.fonction-publique.gouv.fr/statistiques-12

Suppressions d’emploi programmées : - 2,5% par an

27500 emplois supprimés par an
80 000 emplois menacés de 2013 à 2015 + les opérateurs d’état
de ce secteur (missions de services publics)
+ les destructions indirectes d’emplois

Au sens étroit le secteur public de la santé (avec des établissements à statut privé dedans) :
Titulaires 816048
Non-titulaires 175355
Médecins 106688
Assistantes maternelles 1977
Autres 5

Total des effectifs pour la seule fonction publique hospitalière = 1100073

Il s’agit bien, dans le secteur de la santé, de la suppression programmée de 90 000 emplois pour les années 2012, 2013, 2014 et 2015.

Les dépenses de fonctionnement et leurs impacts sur l’emploi et le service rendu

".../... S’agissant des dépenses de fonctionnement, chaque ministre proposera également des réformes, permettant, dans un souci d’équité et d’efficacité des services publics, d’en réduire globalement le montant de 7% en 2013 par rapport à 2012, 4% en 2014 par rapport à 2013 et 4% en 2015 par rapport à 2014. Un effort de même ampleur sera appliqué, dans cet esprit d’équité et d’efficacité, aux dépenses d’intervention.../..."
Ces réductions importantes de dépenses de fonctionnement auront un impact considérable sur :

les emplois dans les secteurs liés aux commandes de secteurs dans le périmètre de l’intervention de la dépense publique. Par exemple, dans le secteur de la santé ces dépenses auront des impacts énormes dans la pharmacie, les appareillages médicaux, du bâtiment,

Dans la qualité du service rendu à la classe populaire, ce qui est économisé en dépenses de fonctionnement étant payé par les utilisateurs de diverses façons. Les riches, ça peut aller ailleurs.

L’explosion des "restes à charge" seront particulièrement cruels pour les plus démunis à cause de l’organisation de la pénurie (par exemple dans la santé).

Les impacts dévastateurs indirects sur l’emploi des suppressions d’effectifs

Les 350 000 emplois menacés par les gouvernements Hollande et Sarkozy ont également un énorme effet indirect sur l’emploi.

Exemple
Ainsi quand un chapelet de petits hôpitaux locaux est menacé dans l’arrière pays niçois se sont bien toute une série de populations locales qui sont sous des menaces de disparition du plus gros employeur local.

L’effet indirect, par cet exemple, qui se conjugue aux politiques de destruction menées contre les autres travailleurs, les postiers par exemple, est une catastrophe pour toutes les activités indirectes générées dans des gros villages, des vallées, etc.

Hollande,
Le successeur de Sarko


L’ensemble de ces agressions contre le monde du travail et plus largement contre la classe populaire est dans la suite de celles des gouvernements Sarkozy notamment les agressions rédigées par Eric Woerth, dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) .

La différence jouant sur le style et la tactique..

Là où Sarko se revendiquait de ses agressions, Hollande les cache sous des formulations, des propos diagonaux (et probablement une tactique qui s’adaptera aux obstacles rencontrés afin d’enfoncer d’abord ceux qui résisteront moins).

L'argumentation hollandiste, au travers d'une série de déclarations a fait croire à une logique de maintien de l'emploi global dans la fonction publique, il n'en est rien. En regardant plus précisément ses déclarations , il n'a parlé que de maintenir en partie les effectifs de l'éducation nationale par des redéploiements internes.

La lettre de cadrage fait un pas de plus et dévoile une grande partie de la mécanique de casse de cet instant de la grande crise capitaliste. Les ordres donnés de destructions d'emplois sont énormes. C'est un gros apéritif pour le capital.

Il est utile de voir les propos gourmands et peu vigoureux à ce sujet des médias au service des plus riches.

Et de constater que d'un coup d'un seul l'état français a vu les taux d’emprunts d'argent tomber sous le niveau de l'inflation (taux réels négatifs). Le capital international qui cherche des placements sécurisés où il ne perde pas trop d'argent s'est précipité sur ces emprunts d'argent.

Nous sommes à nouveau confrontés, 15 ans après le détestable gouvernement de l’anti-social Jospin qui avait privatisé plus que tous les gouvernements depuis 1945, à un gouvernement de gauche programmant ouvertement de très graves attaques contre le monde du travail., avec le risque programmé d’une le Pen arrivant au second tour.

La gauche de gauche reste tétanisée et ne bouge pas.
Elle n'existe plus sauf comme une fiction et on ne peut rien en attendre. Ce qui est distinct de ses petites bases sociales.

Les anciens alliés de Jospin, qui avaient participé au gouvernement de casse de 1995 à 2002, c’est à dire le courant politique de Mr Mélenchon et le PCF, réunis maintenant dans le Front de Gauche, restent désespérément mous et petits bras, n’arrivant même pas à aller au delà d’une abstention misérable. Des fois même au soutien de Hollande.

L’état capitaliste est un patron comme un autre, avec un petit plus : il est le patron des patrons.

Ce qui se déploie est une attaque hors normes du patron des patrons. Cela nécessite de dimensionner la lutte contre le gouvernement réactionnaire à sa véritable dimension.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Roseau le Sam 18 Aoû - 10:20

Excellent travail, camarade !
A diffuser massivement.
Proposition d'illustration dans vos publications:


L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Alternance-electorale
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Dim 19 Aoû - 19:25

Roseau a écrit:Excellent travail, camarade !
A diffuser massivement.
Proposition d'illustration dans vos publications:


Bof, 350 00 suppressions d'emplois programmés ça ne semble pas brancher grand monde dans le gauchisme. Trop vulgaire peut-être ?

Bien, j'ai attendu 2 mois avant d'en parler, j'attendais effectivement que ces calculs très simples soient faits et que le tocsin soit frappé, rien.

La signification de cela c'est que l'opposition au gouvernement Hollande, sur le fond, est une opposition à un gouvernement réactionnaire lançant un assaut contre la classe ouvrière au sens large du terme.

Ce sont des énnemis de classe. L'attaque est aussi violente au fond que celle du clan Sarko.
Pas des gens qui se trompent, pas des gens qui appliquent une mauvaise politique,... Il n'y a pas là une gauche et une droite, la classe populaire sait depuis un moment à quoi s'en tenir.

Les défis là dedans sont et demeurent ceux de la plus grande crise capitaliste depuis celle des années 1929 à 1943.
Ils sont de l'actualité de la révolution et des stratégies permettant de préparer l'humanité à ce défi.

Mais au delà de cela, les appareils bureaucratiques syndicaux ont parfaitement compris l'ampleur de l'attaque. Ils ont les mêmes outils d'analyse. Ils sont totalement incapables d'y faire face, de tous points de vue, politique, organisationnel, conceptions stratégiques et dépendances matérielles vis à vis de l'appareil d'état de la bourgeoisie, et de l'executif de cette dernière, le gouvernement Hollande.

Ils ne font même pas le service minimum qu'ils avaient fait à l'époque de la bataille des retraites.

Arriver à mobiliser et unifier la résistance à ces agressions passe d'abord par assumer le triste sort de la gauche révolutionnaire : parmi les forces politiques elle est actuellement seule, les entreprises pour faire bouger le Front de gauche sont des échecs. Ils ne bougent pas, ils ne veulent pas bouger, au delà d'attitudes de témoignage, ils n'ont aucune stratégie ou orientation permettant de tenter de gagner.

Mais bien pire, ils n'ont pas désir à résister et attaquer le gouvernement réactionnaire.

Il n'y a rien à obtenir d'une bataille qui passe son temps à essayer de faire bouger des petites factions bureaucratiques qui ne veulent absolument pas bouger , ce qui est très distinct de batailles possibles dans les syndicats à la base, ou locaux suivant les endroits. Ou de s'adresser à la petite base du FdG.

Nous n'aurons aucune aide dans nos tâches de la part du FdG qui ne nous aime que morts et enterrés. Il ne fait pas de doute que si nous faisons notre travail comme il faut on verra alors le FdG se bouger un peu plus. Mais sans aller bien loin.
Lors du mouvement sur les retraites on a vu de quel côté était la direction du FdG.

Mais pour cela il faut une politique globale, une feuille de route globale, avec un courant politique dans la classe ouvrière menant sa politique et ses objectifs , sans attendre qu'il pousse des ailes à des fers à repasser.

Le meilleur moyen de faire bouger d'autres courants est de tester et mener sa politique. L'histoire ne nous donne pas le choix, attendre quelque chose du FdG serait accepter de ne pas bouger au moment où les agressions pleuvent.

Des réseaux politiques de secteurs de la classe ouvrière, se déclinant dans les entreprises quand celles-ci sont assez grosses. Des réseaux avec des directions de secteur, des organes centraux de secteurs (sites, moyens de propagande, etc; autre chose que les bricolages en cours), qui travaillent la résistance sociale à son articulation vers le pouvoir des travailleurs, des secteurs travaillant à une tendance inter et extra-syndicale de classe travaillant à unifier les résistance avec une même orientation prenant en charge l'essentiel et au détail des cahiers de revendication.

L'agression de Hollande nécessite de se donner là les porte-voix nécessaires s'adressant directement aux masses.

A la difference de l'automobile divisée en une séries de directions d'entreprises plus ou moins coordonnées mas concurentes, là nous avons un seul patron, le patron des patrons, l'état.

L'histoire d'une partie des secteurs de l'état concernés nous donne possibilité de ré-animer le principe des coordinations . C'est suivant cette échelle, ces principes, qu'il faut fonctionner en France, du moins tenter notre chance ainsi.

la place du soutien populaire sera extrêmement importante mais il est clair que la tactique doit mener à ce que les travailleurs du secteur dirigent leurs batailles.

Les problèmes concrets de l'organisation et de la mobilisation sont à des années lumières des questions qui obnubilent encore trop de monde autour de l'alliance avec le FdG ou du FdG qu'on arriverait à débusquer, etc.

Les travailleurs s'en contrefoutent et rien ne répond là à leurs problèmes.

Au parti et aux masses...

Etc...
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Postes a supprimer,salaires a réduire!!!

Message  dug et klin le Lun 20 Aoû - 9:10

Et pourtant il y en a des postes a supprimer,parmis les parasites inutiles,et en totalité,par exemple le sénat.Et des réductions de salaires seraient bienvenues,par exemple:Ministres,députés,maires de grandes villes,ne serait il pas juste de plafonner leurs indemnités au montant du salaire moyen dans notre pays.
dug et klin
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Sam 15 Sep - 11:15

L'offensive qui se déploie, on a eu la lettre de cadrage, les 150 000 emplois d'avenir, bélier pour casser les salaires de secteurs peu payés (tourisme, aide à domicile, etc), mettre en loi la précarité massive, etc.

L'offensive visant à détruire des emplois concerne tout le champ social. Là où ce seront des licenciements, ailleurs ce sera des départs à la retraite non remplacés, ailleurs encore des contrats non renouvelés, etc.

Elle se combine avec la précarisation, la casse des statuts et la montée des bas salaires pour les embauches qui sont malgré tout nécessaires en partie (du point de vue des patrons), en plus que ces embauches à conditions très différentes permettent de diviser profondément les travailleurs.

La bourgeoisie, le patron des patrons (l'état), mènent une politique de destructions de capacités qui s'accompagne de liquidations de postes de travail et de prises en tenaille qui dévalorisent les salaires, surtout les plus bas salaires. Les 150 000 emplois d'avenir sont un bélier, payé à 73% par l'état, contre les bas salaires dans la mesure où ils remplaceront des emplois souvent à bas salaire, dans le tourisme, les services à domicile, le secteur associatif, etc.

L'offensive est multiple et cohérente . Il y a une très forte cohérence du gouvernement Hollande à liquider 360 000 emplois, notamment dans la santé (30 000 supprimés par an pour ce dernier secteur), et d'un autre côté créer 150 000 emplois précaires, financés par l'état, qui vont remplacer dans le secteur sanitaire et social des emplois pérennes .

Cette cohérence doit nous amener à revisiter une conception de la bataille de résistance qui soit faite d'une campagne sur une question, puis une campagne sur une autre question, etc. Par exemple les licenciements puis l'austérité, puis le TSCG, etc.

Le LKP s'était appuyé sur 120 ou 140 revendications pour couvrir le champ de la résistance et, loin de disperser les efforts, cela avait permis d'élargir au contraire le champ de la résistance et briser les reins des négociateurs patronaux et étatiques même sur des questions où le rapport de force était difficile avant l'intégration des revendications liées, dans le mouvement social unifié.

La bataille par exemple ne peut être une campagne contre les seuls licenciements, elle doit déjà unifier et faire comprendre que nous avons affaire à une destruction d'emplois (de capacités) prenant plusieurs formes et en même temps une baisse de ce qu'ils appellent le "cout du travail".

Il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de cigarette sur le fond entre ce qu'ordonne Ayrault (d'un côté 360 000 suppressions d'emplois, de l'autre 150 000 contrats précaires sous-payés) et ce qu'ordonne les patrons des groupes automobiles dans le monde (détruire des capacités de production en détruisant au passage les hommes qui y travaillent, baisser les salaires pour rétablir les marges).

D'un côté, les patrons, de l'autre le patron des patrons, l'état.

Dernièrement nous avons eu la morgue du patron de la SA LA POSTE, société anonyme contrôlée à 100% par le patron des patrons, l'état qui nous a fait du Hollando-Ayrautisle en plus petit : J'annonce que j'embauche plein de gens, 5 000 par an, mais aux conditions de la précarité du privé, et d'un autre côté je liquide 12 000 postes de travail par an ...

C'est la même politique en action, une copie conforme de la politique de destruction de 360 000 emplois sur 3 ans par Ayrault-Hollande dans le périmètre de l'état et des commandes de l'état, couplée à ses 150 000 emplois d'avenir, il faut bien le comprendre, la proportion de l'attaque à la poste est un décalque de celle menée par Ayrault .

Ci-joint une explication de Bernard Dupin, administrateur CGT à La Poste (au delà de ce qu'on peut penser du raisonnement de Dupin, c'est bien la description technique de la tactique de destructions d'emplois qu'il faut pointer, ainsi que les casses de statuts :

Suite au rapport Kaspar sur le « Grand dialogue social », la Direction de La Poste travaille sa communication sur l’annonce de 15 000 recrutements sur les trois prochaines années.
A y regarder de plus près, cette annonce qui peut paraître intéressante s’inscrit malheureusement dans la droite ligne de la spirale infernale des suppressions d’emplois.

Si l’on fait en effet le solde d’emplois entre les recrutements et les départs naturels on est en effet en deçà de la situation qu’a connue La Poste sur l’année 2011, où pour 5 123 recrutements il y a eu 12 446 départs à la retraite.
La Poste annonce donc 5 000 recrutements par an sur trois ans pour une moyenne de départs de 12 000 à 13 000 départs chaque année. Les dirigeants de La Poste soignent donc une communication qui cache une véritable escroquerie.


Animée par la seule rentabilité financière au service des seuls actionnaires, la direction de la Poste méprise son personnel et les usagers, car si elle reconnaît une dégradation des conditions de travail, elle n’en tient aucun compte et n’a toujours pas pris la mesure de l’urgence sociale et économique dans cette période.

Ces mesures annoncées sont donc très en deçà des profondes attentes des postières et des postiers.

C’est le modèle économique en tant que tel qui doit être revu, car gérer ce grand service public sur la base des suppressions d’emplois, sur la baisse des charges et sur la vente du patrimoine est un système de gestion mortifère.

Les dirigeants de La Poste viennent de prendre la décision de rester figés sur leur plan de marche qui vise à augmenter la valorisation initiale de l’entreprise qui était de 3 milliards d’euros, de 1,3 milliard d’euros supplémentaires si le plan stratégique est respecté à l’échéance de 2015 et de le porter à 5 milliards d’euros s’il est dépassé.

Le choix des résultats financiers va donc continuer à prédominer au détriment de l’état sanitaire et social de l’entreprise.

L’Etat en tant qu’actionnaire majoritaire ne peut pas continuer à rester aux « abonnés absents » et doit donner un signe politique fort de sa volonté de renforcer ce grand service public pour le sortir des griffes du business pour le business de manière à ce qu’il puisse répondre aux besoins de la population.

Il devient urgent que la Direction de La Poste sorte de son autisme pour prendre vraiment la mesure du niveau de dégradation du climat social et de la colère qui anime aujourd‘hui les postiers.

Il est plus que temps de se mettre autour d’une table pour décider concrètement de l’organisation, de la finalité et des conditions de travail à La Poste et donc de parler d’emplois, de salaires et de démocratie dans l’entreprise.

http://dupin-bernard.over-blog.com/
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Dim 20 Jan - 11:38

Destructions d’emplois massives dans les groupes publics


Pour un emploi détruit dans le secteur privé, combien le sont dans le secteur public marchand ? Tandis que les réductions d’effectifs chez Renault (dont l’Etat possède 15,01 %) font l’actualité, de grandes entreprises publiques suppriment des emplois par milliers sans faire les gros titres des journaux.

Il en va ainsi de La Poste, premier employeur de France après l’Etat (268 822 agents à fin 2011), qui a supprimé 8 500 emplois par an en moyenne sur la période 2003-2011 (les départs naturels excédant toujours les embauches).

.../....

http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article752
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Dim 3 Fév - 11:14

Banque de France, la bande à Hollande accompagne la destruction de 2500 emplois

Les salariés de la Banque de France ont fait grève mardi 29 janvier, avec manif à Paris devant le siège pour protester contre une restructuration de l'établissement bancaire prévoyant la suppression de 2 500 postes à l'appel de cinq syndicats (Solidaires, CGT, CFDT, CFTC, FO), à l'exception de la CFE-CGC.

Il faut rappeler que la banque de France a des établissements sur tout le territoire en France et également des usines de fabrication de billets.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Dim 3 Fév - 12:16






Conséquences à Bordeaux des actes de casse du gouvernement Hollande


Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Copas le Ven 1 Mar - 9:41

La Poste : environ 4.800 suppressions de postes en 2012


Selon la CGT, SUD et FO, l’entreprise qui présentait jeudi ses résultats financiers, a supprimé un peu plus de 4.800 postes à temps plein au sein de la maison mère contre 10.000 en 2011 et 11.000 en 2010.

La CGT souligne en plus « une augmentation constante depuis 3 ans des CDD ». SUD estime pour sa part que la signature récente d’un accord sur la qualité de vie au travail, n’empêche pas une persistance du malaise social au sein du groupe, pointant notamment une augmentation du nombre de jours d’arrêt maladie (22,22 en 2011 et 22,46 en 2012), tandis que FO avance que les réductions d’effectifs sont à l’origine de tensions « de plus en plus fortes » dans les services.

En présentant les résultats financiers à la presse, le PDG de La Poste Jean-Paul Bailly a annoncé un bénéfice net stable à 479 millions d’euros en 2012.

La SA 100% sous contrôle des bandes à Hollande et Sarko a détruit dans la poste 4800 emplois cette année et a par ailleurs remplacé les travailleurs statutaires anciens par des CDD , détruit les conditions de travail, etc.
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  verié2 le Mer 6 Mar - 9:40

Je ne sais pas quelles sont vos impressions de la manif parisienne d'hier, pour ceux qui y ont participé, mais il m'a semblé qu'elle était surtout composée de militants, avec une moyenne d'âge assez élevée. Mais je n'ai pas vu tout le cortège... Donc aucune idée du nombre global de participants. Si vous avez davantage de précisions...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Vals le Mer 6 Mar - 9:47

verié2 a écrit:Je ne sais pas quelles sont vos impressions de la manif parisienne d'hier, pour ceux qui y ont participé, mais il m'a semblé qu'elle était surtout composée de militants, avec une moyenne d'âge assez élevée. Mais je n'ai pas vu tout le cortège... Donc aucune idée du nombre global de participants. Si vous avez davantage de précisions...

Même constat dans mon coin, CGT plus de 80% pour une manif aux contours militants.
Vals
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  sylvestre le Mer 6 Mar - 13:05

Il y a deux façons de voir ce genre de compositions, suivant qu'on est plutôt de la tendance verre à moitié vide ou verre à moitié plein : oui, c'était plutôt le noyau militant qui était là - mais c'est un noyau qui va bien au-delà des seuls permanents syndicaux. 200 000 manifestants sur toute la France, c'est tout de même une force conséquente, qui ne pourra bien sûr pas faire reculer seule le gouvernement, mais qui a bien le potentiel pour entraîner plus largement, et qui en tous cas montre qu'elle est loin d'être démoralisée.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande Empty Re: L'énormité de l'attaque anti-sociale de Hollande

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum