Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -37%
PHILIPS Viva Collection Extracteur de Jus HR1889/70
Voir le deal
119.99 €

Résistance au gouvernement bourgeois

Page 14 sur 20 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 20  Suivant

Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Mer 25 Sep - 18:00

Meeting internationaliste de l’U d’été NPA
De 3 :30 à 37 mn interventions internationales Turquie, Brésil, Syrie, Egypte

Meeting UE 2013 por E_varlin
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Mer 25 Sep - 21:59

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Affiche%20meeting%20st%20denis%20octobre%202013%20-%20copie.preview
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 3 Oct - 17:14

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 AntiK211%20la%20Une.preview
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Lun 7 Oct - 17:32

Mercredi 9 Octobre 2013
Paris (75) - Meeting unitaire : Pour nos retraites, on lutte ! 19h30, 2 rue Japy, Paris 11e (Métro : Charonne ou Voltaire)

Vendredi 11 Octobre 2013
Toulouse (31) - Meeting unitaire retraite - 20h

Samedi 12 Octobre 2013
Gérardmer (88) - Fête du NPA avec Philippe Poutou - 17h

Mercredi 16 Octobre 2013
Saint-Denis (93) Meeting région parisienne avec Olivier Besancenot - 20h

Vendredi 18 Octobre 2013
Blois : réunion publique avec Philippe Poutou 18H
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Assez de conciliation avec ce gouvernement !

Message  CCR le Mer 9 Oct - 9:56

ANI, retraites, budget 2014, criminalisation des Rroms... jusqu’à la lie ?
Assez de conciliation avec ce gouvernement anti-ouvrier et anti-populaire !


Guillaume Loic
Source: http://www.ccr4.org/Assez-de-conciliation-avec-ce-gouvernement-anti-ouvrier-et-anti-populaire

La rentrée sociale s’inscrit malheureusement dans la continuité de ce qu’avait été le printemps. Des attaques qui s’accumulent, des résistances qui existent mais ne parviennent pas à enrayer le cycle des reculs, et des choux gras pour le FN. La nouvelle réforme des retraites n’a pas jusque-là été l’occasion tant attendue pour construire une riposte d’ensemble. Et sur les Rroms (voir l’article de Pierre Hodel dans ce numéro), la fiscalité ou encore le travail le dimanche, c’est la classe dominante qui est à l’offensive, et qui profite d’un rapport de force qui lui est favorable pour avancer dans ses attaques. Sur nos lieux de travail et d’études, dans nos quartiers, nombre de collègues, de jeunes, de précaires ou de chômeur-se-s souhaitent rompre avec cette dynamique, reprendre la rue et commencer à inverser la vapeur. Mais, malgré quelques explosions, l’horizon général reste bouché. Pourquoi ? C’est ce qu’il est temps de comprendre.


Un gouvernement de combat contre les classes populaires…

Le faible niveau de mobilisation qu’on constate jusque-là ne peut pas être expliqué par les illusions que se feraient les travailleurs et la jeunesse envers Hollande et son gouvernement. Sondage après sondage, le premier peine à dépasser les 30% d’opinions favorables depuis plus de six mois. Et pour cause ! Après avoir entériné la fermeture des Hauts fourneaux de Florange, de l’usine PSA d’Aulnay et de centaines d’autres boîtes moins emblématiques, Hollande a orchestré la signature de l’ANI, qui permet aux patrons de pratiquer un chantage légal au licenciement, et dont l’application site par site s’apprête à faire perdre parfois des centaines d’euros par mois aux travailleurs. Pour financer le cadeau aux entreprises de 20 milliards d’euros par an (2% du PIB !) dans le cadre du « crédit impôt compétitivité », il a fait augmenter la TVA. Aujourd’hui, il avance un nouveau projet de loi pour commencer à transférer sur cette dernière le financement de la sécu, en lieu et place des cotisations patronales.

Pour 2014, ce gouvernement a concocté un « budget de combat » selon ses propres termes, combat contre notre classe, ses droits, ses acquis. 15 milliards d’euros d’économies sont prévus, en plus de 3 milliards de hausses d’impôts. Pour mémoire, le budget 2013 avait déjà rogné 30 milliards d’euros sur nos salaires directs (20 milliards de hausse d’impôts) ou indirects (10 milliards d’économies). Quant à la nouvelle réforme des retraites (voir l’article de Nina Kirmizi dans ce numéro), elle est un pas de plus dans la casse de nos pensions, alors que l’espérance de vie en bonne santé est en baisse depuis 2010. La durée de cotisation est allongée à 43 ans pour toutes celles et tous ceux qui sont nés après 1973, alors même que le chômage des jeunes ne cesse d’augmenter. La hausse des prélèvements va faire baisser nos salaires, alors que les prix augmentent mois après mois. Alors qu’il devient tout simplement impossible pour la grande majorité des travailleur-se-s d’obtenir une retraite à taux plein, celles des retraité-e-s actuel-le-s sont abaissées.

Cette offensive à l’intérieur a aussi un pendant international : après l’attaque sur le Mali en janvier dernier, qui a repositionné ce pays comme bastion de la françafrique, Hollande a pris en cette rentrée une posture martiale au sujet de la crise syrienne... avant de finir complètement marginalisé par la solution diplomatique négociée par les Etats-Unis et la Russie et la résolution ultérieure du Conseil de Sécurité, qui ne fait même pas référence au chapitre 7 de la Charte de l’ONU comme le souhaitait Paris, c’est-à-dire à la possibilité pour les impérialistes d’utiliser la force en cas de non-respect de ses engagements par le régime syrien. Reste que ses visées guerrières s’inscrivent dans la droite ligne de la politique internationale promue par la bourgeoisie française depuis le début de la crise, avec l’intervention en Côte d’Ivoire (pays redevenu le point avancé de l’impérialisme français en Afrique) ou encore en Libye (qui avait permis de faire contrepoids aux processus révolutionnaires ouverts en Tunisie et en Égypte dans la région, avant que le pays ne tombe dans une ingouvernabilité croissante après l’intervention). Dans l’Hexagone comme à l’extérieur, c’est « la réaction sur toute la ligne ».

…mais avec une méthode différente de celle du gouvernement Sarkozy

Hollande a donc repris les attaques là où Sarkozy les avait laissées, notamment parce qu’il avait trouvé le mouvement contre la précédente réforme des retraites sur son chemin à l’automne 2010. Mais la particularité est que le nouveau Président parvient à les faire passer dans le cadre d’une méthode différente de celle tentée par Sarkozy, qui s’inspirait lui du modèle de la « dame de fer » britannique [1] , bien qu’il soit resté loin de parvenir à ses fins, en grande partie du fait de l’explosion de la crise économique internationale.

A présent règnent les conférences sociales, les salons, les petits fours, les tables de négociation. Désormais la casse sociale s’annonce, étape par étape, sur le perron de l’Elysée par des « partenaires » qui jugent le « dialogue » souvent « constructif », parfois « insuffisant », mais toujours très utile. Et, depuis bientôt 18 mois, dans le cadre de la négociation de l’ANI comme de la réforme des retraites, pas une seule des directions officielles du mouvement ouvrier n’a refusé de se prêter à ce macabre petit jeu ! Voilà ce qu’observent les millions de travailleur-se-s et de jeunes qui, au quotidien, subissent de manière toujours plus pressante le terrorisme du chômage de masse, c’est -à-dire misère et marginalisation pour les un-e-s, et baisse des salaires et dégradation des conditions de travail pour celles et ceux qui ont encore la chance d’avoir un emploi. Voilà pourquoi des franges importantes de notre classe sont déboussolées, et cèdent à la haine aveugle, négative, retournant leur colère contre les secteurs opprimés de cette société : travailleur-se-s étranger-ère-s ou immigré-e-s, minorités sexuelles, Rroms, etc.

La situation actuelle est profondément déterminée par le refus des directions syndicales dans leur ensemble d’organiser la colère de notre classe. Toutes préfèrent le pourrissement en cours à la rupture avec le gouvernement, au motif que celui-ci est « de gauche ». Cela alors que des secteurs de la bourgeoisie continuent à hésiter sur la meilleure politique pour faire passer les réformes profondes qui leur permettront de sortir le capitalisme français de la crise structurelle qu’il traverse. On se souvient du tournant de Hollande, il y a un an, passant du « choc de compétitivité » au « pacte de confiance ». Ou encore du rappel à l’ordre d’un secteur du patronat envers Pierre Gattaz, jugé trop conciliant après la séance de négociations sur les retraites qui a eu lieu fin août. C’est l’énorme combativité qu’a rencontré la réforme emblématique du sarkozisme en 2010 qui a convaincu une grande partie de la classe dominante de favoriser la « méthode Hollande » malgré l’incertitude de ses résultats. Mais la pression de la crise pourrait l’amener à vouloir à nouveau changer de rythme, pour avancer beaucoup plus vite.

« Ils dialoguent, on exécute » : retour sur la politique des directions syndicales

Toutes ? Il y a certes des différences importantes de positionnement entre les centrales. La CFDT, sortie renforcée de l’application de la réforme sur la représentativité en mars dernier, pousse le bouchon jusqu’à assumer publiquement une posture ouvertement collaborationniste, en appuyant les contre-réformes successives. Après avoir signé l’ANI, Laurent Berger appelait le gouvernement à accélérer la mise en place de la réforme des retraites au printemps dernier, réforme qu’il salue aujourd’hui ! Berger et son équipe portent désormais un discours reprenant quasiment terme à terme celui du patronat, tout juste mâtiné de références à « l’équité ». Il expliquait ainsi en juin que la « coopération » (avec le CAC 40) est « une exigence d’une société bloquée, en manque de marge de manœuvre et de dialogue ». Les porte-voix patronaux, théoriciens du « choc de flexibilité », ne disent pas autre chose... La CFDT a d’ailleurs signé récemment avec la CFE-CGC et le Médef un rapport commun sur le thème « Réinventer la croissance ». Voilà jusqu’où va, aujourd’hui, la trahison de la deuxième centrale syndicale du pays, qui, dans son bloc avec la CFTC et la CFE-CGC représente 51% du paysage syndical selon les résultats des dernières élections professionnelles.

Dans ce contexte, la CGT pourrait chercher à fédérer autour d’elle les secteurs désireux de rompre avec l’humiliation et la tétanisation du « dialogue social ». Il n’en est rien. D’une part, la prise de distance avec la CFDT au sujet de l’ANI s’est révélée n’être qu’une somme de petites phrases destinées à montrer un visage plus combatif en amont du congrès de la centrale de Montreuil, qui s’est tenu en février dernier à Toulouse. Il s’agissait de capter la colère des équipes à la base, qui ressentaient le besoin d’un affrontement après la fermeture de Florange, la répression policière des camarades de Goodyear et en pleine grève à PSA Aulnay. Mais, dès le congrès passé, le nouveau secrétaire général Thierry Lepaon a pris un nouveau virage à droite. Fin mai, il se vantait d’un « déjeuner convivial » avec Laurent Berger. « Oubliez les deux blocs, d’un côté les contestataires et de l’autre les réformistes ! Sortez de cela. Cela ne marche pas… » explique-t-il à L’Humanité mi-septembre.

Effectivement, ce qui s’est passé avec la réforme des retraites démontre que la direction de la CGT n’est pas « contestataire », bien au contraire. Son orientation depuis le mois de juin, réitérée dans son récent courrier aux parlementaires qui vise à faire « pression » avant le vote de la loi, consiste à demander « à ce que la réforme des retraites fasse l’objet d’une négociation tripartite entre syndicats de salariés, organisations patronales et le gouvernement » (Lepaon). C’est-à-dire justement ce que souhaite le gouvernement, pour faire passer son attaque ! A la fin août, Thierry Lepaon expliquait à la presse que ce gouvernement « écoute » trop le patronat, et « pas assez » la CGT, mais que, suite aux meetings de la CGT, « l’audition commencerait à revenir ». Il concluait même : « Nous sommes donc sur la bonne voie ! ». C’est ce qu’il a répété lors de ces fameux meetings, où il se vantait lourdement des « avancées » soi-disant obtenues grâce au dialogue.

La CGT est la plus importante organisation syndicale du pays. Elle regroupe en ses rangs des centaines d’équipes combatives, ayant une expérience de lutte et l’envie de riposter. Mais sa direction actuelle préfère plutôt utiliser le poids des 700 000 adhérents du syndicat pour se donner un ticket d’entrée dans les salons.

Quant à FO, son appel à manifester pour le 10 septembre n’a pas trompé grand monde. Encore moins que la CGT, elle n’a cherché à construire cette journée, à en faire la première étape de la mobilisation générale qui sera nécessaire pour faire reculer le gouvernement. Juste après le 10, elle a mis toute son énergie à refuser de réunir l’intersyndicale, et à faire passer en interne l’acceptation de la réforme. Finalement, elle n’appelle qu’à un rassemblement devant l’Assemblée lors de la première lecture du texte le 15 octobre prochain, qui vient compléter la proposition de « semaine d’action » formulée par la CGT du 7 au 10 octobre. Dans les deux cas, il s’agit de faire passer la réforme et d’enterrer la mobilisation comme cela s’est passé pour l’ANI. C’est que, dans les deux cas, FO ne cherchait qu’à se positionner pour ne pas perdre toute son influence dans le mouvement syndical, en ne laissant pas tout l’espace « contestataire » à la CGT.

Le mouvement ouvrier hexagonal face aux gouvernements de gauche, une vieille histoire

Voilà donc ce qui imprime sa marque sur la situation politique en cette rentrée. Après avoir fait sa campagne sur le thème du « Médef de combat », Pierre Gattaz utilise à fond la méthode du dialogue social pour défendre les intérêts de la minorité parasite qu’il représente. En face, le mouvement ouvrier est paralysé par sa soumission à l’exécutif « de gauche ».

Le problème n’est pas nouveau. Souvenons-nous que c’est déjà grâce au soutien dont il avait su se doter auprès des directions syndicales, mais aussi du PCF, que Mitterrand a pu refermer la décennie de luttes et d’insubordination ouvrière et populaire qui avait suivi mai 1968. C’est le gouvernement Mitterrand qui avait pu le premier mettre en œuvre les réponses voulues par la bourgeoisie à la crise économique ouverte dans les années 1970, en imposant la rigueur, et en installant le chômage de masse. Et c’est alors que le FN avait pu s’établir dans le paysage politique, sur le terreau de la déception historique expérimentée par notre classe. Jospin avait repris le flambeau en 1997, en privatisant à tour de bras, plus qu’aucun gouvernement de droite... jusqu’au 21 avril 2002, où Jean-Marie Le Pen le devançait au premier tour des présidentielles.

Le FN fort de cette faiblesse

La croissance du FN est l’expression d’une crise sociale profonde. Elle est la manifestation de l’impasse dans laquelle commence à se trouver le régime bourgeois français, soumis d’une part à la pression du capitalisme allemand concurrent, et de l’autre à la peur de se retrouver dans la même situation que les pays d’Europe du Sud. Mais pourquoi ces éléments structurels s’expriment-ils essentiellement à droite, de manière réactionnaire ?

Le FN n’est en rien, aujourd’hui comme hier, la raison principale de l’essor qu’il vit depuis des années, et ce malgré toute l’immonde ingéniosité qu’il met à profiter de la situation. Ce sont les désillusions ressenties par notre classe, liées aux précédentes expériences de gouvernement sociaux-libéraux, et la méfiance accumulée envers les organisations de la gauche politique et syndicale, qui ouvrent son boulevard au FN. S’il parvient à apparaître comme l’opposition la plus résolue au gouvernement, en se délimitant clairement des deux grands partis de la bourgeoisie (PS et UMP), c’est précisément parce que les directions officielles du mouvement ouvrier, politiques comme syndicales, se refusent à le faire. « Il y a une différence entre la gauche et la droite. Considérer que c’est la même chose c’est permettre au Front national d’empocher la mise. Jamais la CGT ne fera ce jeu », explique à longueur d’interviews Thierry Le Paon, qui insiste : « avec ce gouvernement, tel qu’il est, les choses peuvent avancer ». Quant aux directions locales des luttes emblématiques depuis un an, rares sont celles qui rompent la discipline envers ce gouvernement. On a ainsi vu Edouard Martin, syndicaliste (CFDT) devenu célèbre pour avoir vertement critiqué Hollande lors de la fermeture de Arcelor-Mittal à Florange, se prêter la semaine dernière à l’esbroufe de la cérémonie organisée sur le site en présence du Président, et se féliciter de la création... d’une plateforme de recherche sur la sidérurgie !

Quant au Front de Gauche, l’ensemble de ses composantes tombe d’accord sur la perspective d’un « recentrage à gauche » de l’actuel gouvernement, avec entrée de ministres PC et PG. Dans le cadre des municipales, toutes souhaitent l’alliance avec le PS, la division actuelle portant sur la nécessité de réaliser cette alliance dès le premier tour (ce que souhaite le PCF pour conserver son appareil de 7000 élu-e-s) ou au second (voir l’article de Romain Lamel dans ce numéro). La conciliation de classes, qui plus est dans un contexte de crise économique et d’offensive brutale de la classe dominante : voilà donc la maladie sur laquelle se développe la moisissure du FN.

Indépendance de classe, pôle de direction alternatif : les tâches de l’extrême gauche

Face à ce constat, l’extrême-gauche se retrouve face à d’énormes responsabilités. Il s’agit de réussir à organiser, à partir des luttes qui se développent, et au cœur même du mouvement ouvrier comme du mouvement étudiant, la possibilité d’une expression de classe, indépendante et combative à partir de laquelle puissent commencer à se regrouper les secteurs qui souhaitent en découdre. Ce serait une grave erreur, en effet, de ne voir dans la situation actuelle que les difficultés et les dangers, comme le fait malheureusement la majorité de notre parti. Des possibilités existent, et ne doivent pas être sous-estimées.

D’une part, et bien qu’il ait réussi jusque-là à faire passer toutes les attaques qu’il se proposait d’imposer, ce gouvernement est affaibli et particulièrement impopulaire. Hollande ne dépasse pas le tiers d’opinions favorables dans les sondages depuis plus de 8 mois. Depuis l’affaire Cahuzac [2], il a réussi à contenir les pressions dans sa majorité, mais il n’est pas exclu que, sous la pression d’un changement de situation, les tensions avec Europe écologie-Les verts ou avec l’aile gauche du PS ne se transforment en crise gouvernementale.

Et d’autre part, des luttes existent, qui ont la particularité de porter en germe une remise en cause profonde de la politique du gouvernement et des classes dominantes. Ainsi l’application concrète de l’ANI, ce grand recul du droit du travail orchestré par Hollande, bien qu’elle n’ait pas encore provoqué d’explosion globale, a provoqué une première riposte d’ensemble dans le groupe PSA (voir l’article de Vincent Duse dans ce numéro), où le plan de compétitivité défendu par la direction n’a rien de bien différent de ceux que le patronat cherche à imposer dans des milliers d’autres boites (voir l’article de Marc Barois). Dans le secteur de la santé, la rentrée a été marquée par plusieurs luttes contre les fermetures de sites ou de services notamment en région parisienne, comme la maternité des Lilas, le centre dentaire Archereau à Paris 19e ou encore l’Hôtel Dieu, dans le cadre d’une occupation qui dure depuis plus d’un mois. Si elles se fédéraient, ces bagarres pourraient marquer un point d’inflexion dans une décennie de casse de l’hôpital et de la santé publics. Dans l’éducation nationale, la réforme des rythmes scolaires, qui avait provoqué une mobilisation importante des enseignants du primaire en début d’année dernière, est en train de se mettre en place et provoque des résistances, à Aubervilliers et ailleurs.

S’ajoute à tout cela la situation qui est en train de se tendre sur les facs, où se font sentir désormais très concrètement les conséquences des coupes budgétaires accumulées depuis plusieurs années. A Béziers, c’est l’ensemble du site universitaire qui est menacé de fermeture. Dans l’emblématique université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le déficit camouflé depuis des années a poussé la direction à supprimer 10% de son offre de cours en cette rentrée, soit pas moins de 30 000 heures ! Cette situation pourrait ouvrir une véritable crise dans les universités, empêchées de remplir normalement la fonction qui est la leur dans la société capitaliste. Elle provoque d’ores et déjà des résistances et des débuts de mobilisation, à Rennes 2 comme à Bézier, où deux AGs de 500 personnes se sont tenues jeudi 25 puis jeudi 3 octobre. Les jours qui viennent diront si l’on assiste à la naissance d’une mobilisation étudiante nationale, qui pourrait modifier la situation en exprimant la première contestation d’ampleur de la politique du gouvernement sur le terrain des luttes, et ainsi augmenter le niveau de confiance de l’ensemble de notre classe.

Quoi qu’il en soit, ce qui est en jeu pour commencer à renverser la situation, c’est l’apparition et le renforcement d’une expression indépendante et combative des travailleurs et de la jeunesse, ancrée dans leurs luttes et leurs préoccupations immédiates, et parvenant à avancer dans la constitution d’un plan de bataille à la hauteur des enjeux. Les directions officielles de la gauche et du mouvement ouvrier travaillent au contraire à conserver coûte que coûte leurs liens avec le gouvernement, avalant – et défendant ! – la pilule d’une politique souvent plus dure que celle de Sarkozy. Tout l’enjeu pour nous est donc de se mettre au service de la construction de cette voix alternative pour les travailleurs. Ce qui implique de rompre avec toute forme de suivisme des va-et-vient du Front de Gauche, lui même engagé dans la recherche perpétuelle de liens avec le PS et le gouvernement. Il est indispensable que le NPA change son orientation majoritaire, en s’impliquant de manière déterminée dans les luttes, tout en radicalisant nos revendications à la hauteur des attaques du gouvernement et du patronat. Il s’agit d’œuvrer à la construction d’une véritable alternative révolutionnaire qui puisse redonner pleinement confiance aux travailleurs face à ce système en crise, seule manière de contrecarrer le poids grandissant du FN dans certaines couches du prolétariat.

3/10/2013

----------------------------------------------

[1] Lire D. Sacchi, 24 avril 2013, « Ding dong ! The witch is dead ! Margaret Thatcher, retour sur une dame de fer », http://www.ccr4.org/Margaret-Thatch...

[2] Voir G. Loïc, 8 avril 2013, « Cahuzac, Augier, Woerth et compagnie...La vérité sur le régime autoritaire et corrompu de la Ve république », http://www.ccr4.org/La-verite-sur-l...

CCR

Messages : 168
Date d'inscription : 12/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 24 Oct - 3:51

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty "La triste droitisation du PS"

Message  gérard menvussa le Ven 25 Oct - 10:34

une tribune d'éric fassin dans le monde :

LE MONDE | 24.10.2013 à 12h05 • Mis à jour le 24.10.2013 à 19h21 | Par Eric Fassin (Sociologue, université Paris-VIII)

Pour la gauche gouvernementale, le "réalisme" s'avère irréaliste : le ralliement au sens commun de droite attise "l'insécurité culturelle" sans apaiser l'insécurité économique. La cote de François Hollande dans les sondages baisse à mesure que progresse celle de Manuel Valls. De même, la "démagogie" sarkozyenne s'était révélée impopulaire : les "grands débats" sur l'identité nationale ou l'islam n'ont pas évité la défaite de 2012. Bref, "réalisme" de gauche et "démagogie" de droite ne paient pas.

Pour autant, la désaffection pour la gauche "réaliste" ne bénéficie guère à la gauche de gauche. En revanche, l'extrême droite prospère à la faveur de la dérive idéologique de la droite. C'est une raison supplémentaire pour ne pas reprendre à son compte la fausse symétrie entre les "extrêmes". De fait, si la droitisation du paysage politique, depuis les années 1980, justifie plus que jamais de qualifier le Front national de parti d'extrême droite, être à la gauche du Parti socialiste n'est plus synonyme de radicalité !

Pourquoi l'échec de la première ne fait-il pas le succès de la seconde ? On aurait tort d'invoquer quelque logique mécanique, la crise économique déterminant la droitisation de la société française. D'une part, l'expérience historique nous rappelle que, en même temps que les fascismes européens, les années de la Grande Dépression ont vu fleurir le New Deal aux Etats-Unis et le Front populaire en France.

D'autre part, l'analyse des évolutions de l'opinion dément l'hypothèse d'une droitisation de la société – culturelle mais aussi économique. Quant au racisme, il ne date pas d'aujourd'hui ; il a surtout changé d'habits, puisqu'il s'autorise le plus souvent de rhétorique républicaine. Bref, la droitisation de la politique n'est pas l'effet d'une droitisation de la société française. Il faut expliquer la politique par la politique – et non par la société qu'elle prétend pourtant refléter.

SUR LE TERRAIN DU FN POUR LE CONTRER

Cette droitisation résulte donc d'un choix politique – celui qui prévaut depuis trente ans. En 1984, comment comprendre la percée du Front national ? Au lieu d'interroger le tournant de la rigueur de 1983, droite puis gauche vont s'employer à contrer le parti de Jean-Marie Le Pen en allant sur son terrain – insécurité, immigration. C'était faire comme si l'extrême droite posait les bonnes questions. On mesure toutefois le chemin parcouru : aujourd'hui, les mêmes diraient que le Front national apporte les bonnes réponses. Certes, la gauche socialiste continue de revendiquer un "juste milieu" entre les "extrêmes" ; mais à mesure que le paysage se déporte, ce "milieu" est moins juste. Il suffit, pour s'en convaincre, de le comparer à celui de 1974.

Reste le paradoxe actuel : le Front national accuse droite et gauche de mener la même politique. Il est vrai qu'il est le seul ou presque à vouloir rompre avec l'Europe. Mais en matière d'immigration, si la gauche finit par rejoindre la droite, depuis longtemps, celle-ci chasse sur les terres de l'extrême droite. S'il faut faire l'amalgame, en matière "identitaire", c'est donc d'UMPSFN que devrait parler Marine Le Pen. Or, comme le disait son père, les électeurs préfèrent l'original à la copie. Les partis majoritaires semblent ainsi pasticher Sacha Guitry : contre le FN, tout contre…

Loin de rompre avec cette stratégie, François Hollande la reconduit. C'est ainsi qu'il choisit de mettre en avant le candidat le plus marginal, car le plus droitier, des primaires socialistes. C'est valider l'opposition chère à la droite entre angélisme et réalisme – qui débouche toujours sur le renoncement aux principes. On en voit les effets : comme Nicolas Sarkozy hier, comme Jean-Marie Le Pen avant-hier, Manuel Valls prend régulièrement le parti de choquer par des propos sulfureux (sur le regroupement familial, ou l'incapacité culturelle des Roms à s'intégrer). Et à chaque fois, un sondage vient valider son pari "auto-réalisateur" de droitisation. C'est que, comme toujours, "l'opinion" répond aux questions qu'on lui pose. Lui en soumettrait-on d'autres (si d'aventure la gauche parlait redistribution, et plus largement lutte contre les inégalités) qu'elle donnerait d'autres réponses.

C'est dans ce contexte que la "gauche de gauche", qui se veut populaire, se trouve marginalisée. Le consensus politique, que redouble le sens commun médiatique, repose en effet sur un préjugé : le "peuple" serait forcément "populiste", xénophobe et raciste. Mais c'est surtout qu'il devient impossible de parler d'autre chose. Jusqu'aux années 2000, il fallait 200 000 à 300 000 sans-papiers pour occuper le terrain médiatico-politique ; aujourd'hui, dans un pays de 65 millions d'habitants, il suffit de 20 000 Roms.

Mieux : François Hollande préfère s'exprimer sur le cas Leonarda, au risque de l'absurdité d'un jugement de Salomon, plutôt que de devoir justifier son choix d'une politique conforme aux attentes des marchés. Sans doute aura-t-il réussi, tel Mitterrand, à affaiblir sa gauche ; mais en se livrant aux seules pressions de la droite, il paiera son habile victoire au prix fort. Pour l'Histoire, il pourrait bien rester le président "de gauche", entre guillemets, qui a permis en France l'avènement de l'extrême droite – sans guillemets.
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 63
Localisation : La terre

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Sam 26 Oct - 20:14

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 31 Oct - 4:54

Besancenot (NPA) appelle à "se mettre à la page bretonne" après la suspension de l'écotaxe

http://www.leparisien.fr/marseille-13000/besancenot-npa-appelle-a-se-mettre-a-la-page-bretonne-apres-la-suspension-de-l-ecotaxe-29-10-2013-3269197.php
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Sam 2 Nov - 0:51

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Dim 3 Nov - 8:58

VIDEO Philippe Poutou : "il y a une violence quotidienne du capitalisme"
http://www.itele.fr/france/video/philippe-poutou-il-y-a-une-violence-quotidienne-du-capitalisme-60955
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Tract Hebdo NPA

Message  Roseau le Mar 5 Nov - 17:11

Hollande en déroute,
Patrons, UMP et FN attaquent,
Aux travailleurs d’ouvrir une perspective


http://npa2009.org/sites/default/files/tract%204%20novembre.pdf
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 7 Nov - 0:52

Gouvernement discrédité ; Patrons, UMP, FN à l’offensive...
Mettons-nous à l’heure bretonne !

http://npa2009.org/node/39460
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Mer 13 Nov - 18:36

Lycéen-ne-s, enseignant-e-s, ouvrier-e-s en lutte :
tous ensemble pour affronter le patronat et son gouvernement Hollande !

http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/articles-pdf/artpdf-549.pdf

Conclusion:
Dans la colère bretonne et la manifestation de Quimper en particulier, on a vu une majorité de salarié-e-s, de jeunes, et depaysans vraiment en difficulté. Mais il y avait aussi des patrons, la droite et même quelques fachos
qui voulaient saisir l’occasion pour faire croire qu’ils ont des intérêts communs avec nous. La meilleure démonstration du contraire, ce sont les salarié-e-s de GAD, Marine Harvest, Tilly Sabco, Doux etc. qui s’opposent aux licenciements et radicalisent désormais leurs actions par des occupations, des actions contre la sous-préfecture, etc. !

Il s’agit maintenant que tou-te-s les travailleurs/ses frappé-e-s par les plans de licenciement suivent l’exemple breton en occupant leurs usines, en multipliant les actions contre le pouvoir, en convergeant dans une grande manifestation
commune contre la patronat et son gouvernement. Sans surprise, nous ne sommes vraiment pasaidé-e-s par Mélenchon et la clique à la tête des syndicats qui s’obstinent à couvrir Hollande, à faire croire que l’éco-taxe était une mesure juste et écologique, à diviser les luttes des travailleur-se-s, pour finir par les mépriser2. Quand Mélenchon vante les Rafales de Dassault et l’aide à garder sa place de sénateur3, quand il dit « les investisseurs n’ont pas à avoir peur de mon programme », il fait bien plus de tort à la lutte des classes que n’importe quel travailleur-se.

De la même façon, la principale organisation syndicale chez les enseignant-e-s, la FSU, dirigée par le Front de gauche et le PS, refuse d’engager l’épreuve de forces décisive avec le gouvernement pour imposer le retrait de la réforme sur les rythmes scolaires. Pourtant, la colère des enseignant-es et des parents d’élèves monte et, face aux tentatives de récupération par l’UMP, les appels à la grève se multiplient pour les 13-14 novembre pour mener le mouvement par les armes du mouvement ouvrier. Il est urgent d’aider à l’auto-organisation des enseignant-e-s et d’imposer le
front unique des organisations pour aller vers une vraie grève nationale, seule à même d’imposer le retrait.

Alors que les directions syndicales et du Front de gauche ont refusé de mener la bataille sur la question centrale de la rentrée, la contre-réforme des retraites, ce sont les lycéen-ne-s qui ont montré la voie à suivre pour la résistance à ce gouvernement, par un mouvement spontané contre l’expulsion de Katchik, de Léonarda, de tous les enfants sans-papiers et de leurs familles. C’est grâce à ce mouvement que la situation sociale a commencé à changer, qu’un an et demi après l’élection de Hollande a enfin émergé la perspective d’une grande lutte d’ensemble contre sa politique au service des patrons, dans la stricte continuité de Sarkozy. Elle reste à construire certes, mais avec les lycéen-ne-s, avec les enseignant-e-s, avec les travailleurs/ses et les petit-e-s paysan-es breton-ne-s montrant la voie à toutes celles et tous ceux du pays, la construction d’un grand mouvement d’ensemble contre Hollande-Ayrault est désormais concrètement à l’ordre du jour.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 14 Nov - 17:57

Fronde sociale et fiscale : les préfets sonnent l'alarme
http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/13/01002-20131113ARTFIG00612-fronde-sociale-et-fiscale-les-prefets-sonnent-l-alarme.php
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Marée rouge en décembre

Message  Roseau le Mer 20 Nov - 1:58

Olivier BESANCENOT, Christine POUPIN et Philippe POUTOU,
membres de la direction du NPA
http://npa2009.org/node/39621
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Mer 20 Nov - 2:07

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Affiche-Reu-Publique-11.preview
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Béthune: Appel à mobilisation générale le 4 Déc

Message  Roseau le Ven 22 Nov - 12:47

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/06/23/69/bassin_1.pdf
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty LO manifestera le 1er Décembre.

Message  mykha le Lun 25 Nov - 22:32

http://www.humanite.fr/politique/lutte-ouvriere-manifestera-avec-le-front-de-gauche-553835
mykha
mykha

Messages : 1079
Date d'inscription : 19/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Mer 27 Nov - 18:55

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 AntiK219%20la%20Une.column
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Ven 29 Nov - 5:43

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty La révolte en Bretagne : un révélateur

Message  Roseau le Ven 29 Nov - 23:36

Source:

Entretien de L'Anticapitaliste (Suisse) avec Alain Krivine.

Fondateur en 1969 de la Ligue Communiste et, après son interdiction en 1973, de la Ligue Communiste Révolutionnaire, Alain Krivine poursuit son activité militante au sein du Nouveau parti anticapitaliste, le NPA. Il nous livre sa vision de la situation en France.

L’anticapitaliste : L’autre matin, un journaliste de la Radio romande étalant son érudition comparait la situation de la France actuelle à celle de l’hiver de 1789…

Alain Krivine : Mmmoui… Ce qui se passe en Bretagne est l’expression d’une colère populaire généralisée qui s’exprime par une vraie explosion populaire. Elle donne un écho en termes de mobilisation à un ras-le-bol généralisé qui touche tout-le-monde, y compris une partie du petit patronat.

C’est ce qui lui donne un caractère ambigu…

Oui, comme toute révolte. Cependant, celles et ceux qui étaient dans la rue et qui le sont toujours, ce sont d’abord des salarié.e.s, des chômeurs et chômeuses, des petits pêcheurs et petits paysans que l’industrie agro-alimentaire met sur la paille. Sur les 30’000 de la manif de Quimper le 2 novembre, l’écrasante majorité c’étaient eux. Certes, l’Eglise, les petits patrons, l’extrême droite se sont greffés dessus, mais à l’origine de la mobilisation se trouve une coordination de boites en lutte réunie à Quimper et, en octobre, à Carhaix.

Oui, mais au final, le NPA défile avec le FN, les évêques et les patrons…

C’est ce que titrait Politis : ils se fourrent le doigt dans l’œil. On a eu raison d’y être, on a toujours raison d’y être et de lier le ras-le-bol généralisé avec nos mots d’ordre en faveur de mesures immédiates anti-crise. La dénonciation des ambiguïtés de la révolte bretonne par les forces de gauche sert d’abord à éviter la confrontation centrale avec le gouvernement. Quant au patronat, il essaie de la détourner sur la question des taxes et pour parler de dissolution de l’Assemblée nationale. Qu’est-ce que ça changerait, de dissoudre ou même de changer de 1er ministre ? Avant on avait un parlement de droite qui faisait une politique de droite, maintenant, c’est un parlement de gauche qui fait une politique de droite. C’est cette politique qu’il faut combattre.

Revenons à la Bretagne…

Pour revenir à l’affaire bretonne, les divergences sur le positionnement traversent toute la gauche. Pour éviter l’affrontement avec le gouvernement, les syndicats organisent sept manifestations décentralisées, ils morcèlent la mobilisation ; pour sa part, Mélenchon appelle à une manif le 1er décembre en faveur de la « révolution fiscale »… à Paris. Or, sur le terrain, nous constatons que cette politique ne satisfait pas nombre d’activistes du PC et du Front de Gauche qu’on retrouve dans les manifestations avec nous, autour de la défense d’intérêts de classe. C’est sur cette base, que nous sommes et serons dans toutes les manifs.

Cependant, la révolte ne se traduit pas des mobilisations au plan national.

Tout-le-monde regarde vers la Bretagne. Mais, en même temps, les gens sont désabusés, démoralisés, ils n’y croient plus. Des luttes, il y en a, très radicales. Mais, elles ne convergent pas. Et sur le plan politique, la confusion est grande. Y contribuent les accords électoraux passés entre le PC et le PS à Paris, mais aussi à Toulouse et dans d’autres villes. Et quand celle qui se dit « l’opposition » va à la soupe, c’est le Front National qui prend racine.

La vague bleu marine ?

Contrairement à son père, toujours aligné sur les positions patronales, la fille Le Pen ne se positionne pas contre les aspirations populaires, ne s’oppose pas aux grèves. Elle capte ainsi de larges franges de gens, d’autant que son discours sur l’immigration, sur les roms etc. a bien pris dans les couches populaires, c’est un fait. Ainsi, c’est bien la première fois dans ma vie que, dans mon quartier, un quartier populaire, des gens disent qu’ils hésitent « entre le petit facteur et Marine »… C’est grave. Et ça nous oblige à aborder la question de l’extrême droite autrement qu’il y a trente ans. D’abord parce que le FN n’est pas l’Aube dorée. Et ensuite parce qu’il ne suffit pas de les dénoncer comme fascistes ou racistes et d’aller se coucher à cinquante devant leurs meetings. C’est plus en profondeur, sur les problématiques sociales et sur les mobilisations de masse, qu’il faut disputer au FN l’oreille des salarié.e.s.

C’est pourquoi, pour revenir à la Bretagne, c’est dans le mouvement, avec les gens qui le font qu’il faut être, pas à côté…
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Lun 2 Déc - 1:05

Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Premier décembre : et maintenant ?

Message  Roseau le Ven 6 Déc - 15:31

http://npa2009.org/node/39911
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Roseau le Jeu 19 Déc - 13:06

En pdf ici: http://npa2009.org/sites/default/files/tract%2018%20dec.pdf
Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Tract%2018%20dec.preview
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Résistance au gouvernement bourgeois - Page 14 Empty Re: Résistance au gouvernement bourgeois

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 20 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 20  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum