Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-40%
Le deal à ne pas rater :
Ravensburger- Labyrinthe Junior – Jeu d’enfant
13.99 € 23.22 €
Voir le deal
-54%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet pressing + Rase peluche
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

Les politiques "sociales" du new labour

Aller en bas

Les politiques "sociales" du new labour Empty Les politiques "sociales" du new labour

Message  Isildur Lun 26 Juil - 9:00

Les politiques "sociales" du new labour Icon_eek

Je vous invite à lire cet entretien hautement instructif avec un ancien conseiller de Tony Blair (grand gourou des politiques sociales)

Celui-ci est amené à évaluer le système social anglais et ça a le mérite de la franchise!


http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20100506_entretien_Le_Grand_Colombani.pdf

Quelques morceaux choisis tous plus savoureux les uns que les autres:

La Vie des Idées : Pensez-vous que l’objectif de ces politiques est de compléter
l’État-Providence existant, ou pourraient-elles à long terme changer la structure même
de l’État-Providence ? Au lieu de recevoir des services ou des allocations lorsqu’ils se
trouvent dans des situations particulières, les individus se verraient attribuer des
ressources et seraient ensuite responsables des conséquences de leurs propres choix.

Est-ce que cela n’implique pas un transfert du risque de la collectivité à l’individu ?
Julian Le Grand : Oui, je pense que c’est exact. Il y aurait un transfert du risque.
Cela renvoie à une autre innovation de politique sociale dont nous n’avons pas encore
parlé, l’idée des « budgets individuels ». C’est dans cette direction que nous nous
orientons, particulièrement dans le domaine médico-social – c’est-à-dire des soins et
des services d’aide à l’autonomie des personnes âgées. Au lieu de leur proposer
directement un service fourni par l’État, nous leur donnons de l’argent, un budget,
pour qu’ils puissent acheter des services eux-mêmes. L’idée est de leur donner
davantage de pouvoir sur les services qu’ils reçoivent afin qu’ils prennent leurs
propres décisions quant à la nature de ces services et à leurs modalités. Dans
l’ensemble, c’est un grand succès. Les handicapés, en particulier, apprécient cette
politique. Nous l’avons appliquée pour les handicapés de tous âges et nous
commençons à le faire pour les personnes âgées, même s’il faut dire que toutes les
personnes âgées ne souhaitent pas davantage de pouvoir. Je pense que cette politique
réussit plutôt bien, mais comme vous le dites la conséquence est bien de transférer le
risque de la collectivité à l’individu. Et dans une certaine mesure, je pense que c’est le
prix à payer. Tout bien considéré, transférer la responsabilité est une bonne chose.
Nous aurons toujours besoin, c’est inévitable, d’un filet de sécurité. Ce serait
impossible – et d’ailleurs, je ne le recommanderais pas – de transférer l’ensemble des
budgets sociaux à l’individu. Il y aura toujours des cas où les individus font des
erreurs, ou se comportent de manière franchement irresponsable en gaspillant leur
budget par exemple. Nous aurons toujours besoin du soutien de l’État pour assister
ces personnes. Mais dans l’ensemble, comme je l’ai dit, l’idée de transférer le pouvoir
et le choix, et donc la responsabilité, de l’État aux individus et aux familles ne me

déplaît pas.
La Vie des Idées : Comment évaluez-vous la politique anti-pauvreté du New
Labour ? Pensez-vous qu’il ait adopté la bonne approche, et considérez-vous plus
généralement que les politiques publiques doivent plutôt viser la réduction de la
pauvreté, des inégalités ou de l’exclusion sociale ?

Julian Le Grand : Comme je l’ai dit au début, je pense que l’un des échecs du New
Labour a trait au problème de l’égalité. Je suis pas tout à fait sûr de ce qui aurait pu
être fait en plus, car de très bonnes politiques ont été mises en oeuvres pour lutter
contre la pauvreté, centrées sur le bas de l’échelle des revenus avec le système de
crédit d’impôt, etc. Mais nous avons toujours ce problème qui, je crois, n’est pas
encore entièrement compris et qui concerne les raisons de l’ampleur particulièrement
forte de la hausse des inégalités dans le monde anglo-saxon. Je crois que c’est un
échec des politiques publiques : nous n’avons pas réussi à y faire face, mais je ne vois
pas exactement ce que nous aurions pu faire d’autre. L’un des domaines où j’aurais
aimé que le New Labour en fasse davantage est l’impôt sur les successions. En fait,
j’aimerais combiner l’impôt sur les successions avec le « child trust fund », c’est-àdire
utiliser les revenus de cet impôt pour financer un fonds qui répartirait la richesse
également, si bien que la richesse de toute une génération serait distribuée également
au sein de la génération suivante. En fait, c’était précisément ma conception du
« child trust fund » à l’origine. Je pense que le Labour a été pusillanime sur l’impôt

sur les successions et j’aimerais qu’il mette davantage l’accent sur ce thème.
La Vie des Idées : Les crédits d’impôt sont-ils les instruments appropriés d’une
politique de redistribution, étant donné qu’il s’agit également d’une politique de
« workfare » ? Au début des années Blair, l’accent était davantage mis sur la nécessité
de remettre les gens au travail, et l’accent sur leur aspect redistributif est venu un peu

plus tard.
Julian Le Grand : Je crois que c’est probablement vrai. Pour être juste avec le New
Labour, sa conviction a toujours été que la bonne manière de s’attaquer à la pauvreté
était de remettre les gens au travail, davantage que la redistribution. Dans une certaine
mesure cela a marché. Beaucoup des programmes « New Deal » pour les sans-emploi
y sont parvenus. Et il est vrai que le taux de chômage en Grande-Bretagne reste plus
faible que dans une grande partie de l’Europe continentale, y compris pour les jeunes,
même dans la crise actuelle. C’est une caractéristique positive du système britannique
aujourd’hui. Beaucoup d’observateurs des politiques sociales comme moi pensaient
qu’en remettant les gens au travail, la pauvreté et les inégalités se réduiraient. Mais il
semble qu’en pratique ce ne soit pas ce qui s’est produit. Nous avons réussi à ramener
les gens vers le travail mais souvent dans des emplois à faibles revenus, et il semble

que les inégalités salariales soient demeurées importantes.





Isildur

Messages : 31
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les politiques "sociales" du new labour Empty Re: Les politiques "sociales" du new labour

Message  Isildur Dim 1 Aoû - 9:19

Salut, suis-je le seul à trouver cet entretien hallucinant?

Isildur

Messages : 31
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les politiques "sociales" du new labour Empty Re: Les politiques "sociales" du new labour

Message  sylvestre Dim 1 Aoû - 11:23

Perso, j'ai vécu en direct la capitulation idéologique du New Labour devant le libéralisme, alors effectivement je suis pas trop halluciné.

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les politiques "sociales" du new labour Empty Re: Les politiques "sociales" du new labour

Message  Isildur Lun 2 Aoû - 9:22

Peut-être, mais un tel niveau de conservatisme social, Les politiques "sociales" du new labour Icon_eek

Isildur

Messages : 31
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les politiques "sociales" du new labour Empty Re: Les politiques "sociales" du new labour

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum