Penser la technique, résister à sa puissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Penser la technique, résister à sa puissance

Message  Roseau le Mar 18 Déc - 17:30

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Penser la technique, résister à sa puissance

Message  gérard menvussa le Dim 23 Déc - 15:08

Penser a la technique, c'est bien. reprendre une perspective historique c'est indispensable. De ce point de vue, un trés bon ouvrage "l'apocalypse joyeuse" de Jean baptiste Fressoz, un historien des sciences et des techniques jubilatoire et utile aux débats actuels.

Le quatriéme de couverture
Sommes-nous les premiers à distinguer dans les lumières éblouissantes du progrès technique, l’ombre de ses dangers ? En occultant la réflexivité environnementale des sociétés passées, ce schéma simpliste dépolitise l’histoire longue de la destruction des environnements et nous empêche de comprendre les ressorts de la crise contemporaine. Pour éviter cette amnésie, une histoire politique du risque technologique et de sa régulation sur la longue durée était nécessaire.

L’Apocalypse joyeuse expose l’entrée de la France et de la Grande-Bretagne dans la modernité industrielle (fin XVIIIe-XIXe siècle) : celle des vaccins, des machines, des usines chimiques et des locomotives. Elle nous plonge au cœur des controverses vives qui surgirent autour des risques et des nuisances de ces innovations, et montre comment les critiques et les contestations furent réduites ou surmontées pour qu’advienne la société industrielle.

L’histoire du risque ici racontée n’est pas celle d’une prise de conscience, mais celle de la construction d’une certaine inconscience modernisatrice.

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, maître de conférences à Imperial College (Londres).

Pour se souvenir de la prophétie oubliée de Eugène Huzar, scientifique de la fin du XIX siécle qui livra dans son livre "la fin du monde par la science", un constat d'une préscience absolue. A l'époque, il eu un succés retentissant (que l'on peut en particulier constater dans les ouvrages de Jules Vernes, qui était un "fan")
« Je n'ai fait dans ce livre la guerre ni à la science, ni au progrès ; mais je suis l'ennemi implacable d'une science ignorante, impresciente, d'un progrès qui marche à l'aveugle, sans criterium, ni boussole, au hasard de retourner les lois de la nature contre leur but. Je crains que l'homme, qui se sert aujourd'hui d'une science purement expérimentale, non sans quelque danger, n'en soit un jour victime, quand, plus tard, il jouera avec les forces incalculables de la nature. Nous nous résignons donc à ne pas être compris aujourd'hui, bien certain qu'un jour viendra où ce livre ne fera que formuler l'opinion du monde »
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Penser la technique, résister à sa puissance

Message  Roseau le Mar 25 Déc - 5:35

Développement technique et démocratie.
Une conférence de l’anthropologue Lewis Mumford à New York dès le 21 janvier 1963 !
http://www.magmaweb.fr/spip/spip.php?article638

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Penser la technique, résister à sa puissance

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum