La révolution, oui mais quoi après?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La révolution, oui mais quoi après?

Message  redrhum le Sam 11 Juin - 23:56

Tout d'abord, j'aimerais me présenter, je suis aujourd'hui âgé de 18 ans, je suis en terminale S (le bac dans 4 jours!) et j'entre l'année prochaine en classe prépa de physique. Je ne suis membre d'aucun parti ou mouvance politique, j'ai essayé de suivre l'actualité politique, de me documenter parmi des auteurs de différents bords et ceux qui m'ont le plus convaincu sont de la gauche révolutionnaire. Je suis de plus fan de philo, de jeux vidéo, de musique, d'informatique et de physique. Je ne cherche pas spécialement de parti, ni à m'impliquer dans la politique, faute de temps et de motivation mais j'ai quand même fait parti de ceux qui ont essayé d'organiser les manifs dans mon lycée pendant les différentes réformes des retraites et de l'éducation car je pense qu'il ne faut pas oublier les priorités et se mobiliser quand c'est nécessaire. Certain me diront qu'il faut se mobiliser tous les jours, hélas c'est bien vrai mais ça ne concorde pas avec une réussite scolaire dans notre système. Je n'exclue pas du tout de m'engager en politique quand ma situation sera plus stable. Pour mon origine et état sociale, je ne suis ni pauvre, ni riche, disons que je ne crève pas de faim, j'ai un logement correcte mais ça s'arrête là. J'ai eu la chance d'être poussé à faire des études par ma famille, mes parents n'ont pas eu le bac. Je pense pouvoir me définir sans abus comme un prolétaire.

Voilà pour ma brève présentation, passons aux choses sérieuses.

Je viens vous parler de l'implantation du système communiste après la révolution. Je ne suis pas un expert et du haut de mes 18 ans je pense qu'il me reste beaucoup à apprendre et je viens vous proposer une solution qui est bien sur perfectible et qui n'entre pas dans les détails, mais au moins regardez si sur la base c'est réalisable et avantageux pour la classe ouvrière et le pays.

Après la prise de pouvoir du peuple, pour un pays communiste se posent les problèmes des relations internationales et de l'autosuffisance car bien qu'une révolution se propage facilement, on ne peut compter que sur ça. De plus, l'importance d'avoir des relations « correctes » avec l'international n'est plus à démontrer, avec les exemples de l'URSS , Cuba ou la Corée du Nord qui en ont payé les frais. Mais difficile d'à la fois critiquer le système international en place, et en même temps d'échanger avec ceux là, car je ne vois pas comment aujourd'hui un pays, aussi influent qu'il soit, pourrait se passer se passer du reste du monde. Et c'est sans compter qu'ils auront les chocottes que la rougeole vienne chez eux, et donc les critiquer ouvertement reviendrait à donner le bâton pour se faire battre, cela engendrerait de nombreux embargos et une nouvelle Guerre Froide qui n'a aucun intérêt pour la classe ouvrière. J'ai pensé donc à un modèle de société « neutre », c'est à dire qui commerce avec l'extérieur sans se fritter en ménagent sa politique extérieure mais qui aide l'Internationale pour que la révolution puisse arriver aux portes des autres pays.

-Tout ceci se passe en l'an 1 après la Révolution et risque de révéler des moments clés de l'intrigue-
La nationalisation des biens de production a été effectuée.

Toute d'abord, la première chose à faire serait de créer 2 monnaies: une monnaie « traditionnelle » qui serait le franc ou bien un équivalent(oui bien sur nous ne serons plus dans L'UE mais je crois que je n'ai pas besoin d'insister) et une monnaie totalement virtuelle que j'ai appelé le virtuo. Le virtuo ne serait que des nombres sur un compte bancaire, et donc sa distribution ne coûterait strictement rien à l'État. Il servirait aux échanges de biens nécessaires à la vie: nourriture, logement mais aussi à l'achat de biens de consommation produits de A à Z en France. Quant au franc (on va l'appeler comme ça faute de mieux), il servirait à l'achat de biens non vitaux venant de l'étranger comme tout ce qui est équipement électrique et électronique. Alors où est l'intérêt de créer une monnaie fictive? Et bien tout simplement de réduire énormément les dépenses de l'État. L'objectif à long terme de cette société serait d'augmenter le rapport produits exportés/produits importés, ce qui revient à produire dans un très grand champ de domaines, bien plus qu'aujourd'hui où on ne s'adonne qu'aux produits de luxe et à l'industrie moderne. Pour cela il faut beaucoup de main d'œuvre, ça tombe bien car ça réglera ainsi le problème du chômage. Il faut de la main d'œuvre pour des travaux qualifiés mais aussi moins qualifiés. Pour cela il faut promouvoir l'éducation, en la rendant bien sur gratuite et inciter la population à se former plutôt que de les forcer à arrêter les études à 14 ans. Il faut aussi de la main d'œuvre pour les travaux nécessitant moins de qualification, pour ça il faut donner de sérieux avantages à ces métiers: un haut salaire, peu d'heures de travail et essayer de les rendre le moins pénible possible en développant la robotique pour des tâches répétitives telles que le ménage, l'assemblage de produits dans des usines... On pourra aussi utiliser la main d'œuvre issue de l'étranger malheureusement rarement qualifiée car nos frontières seront totalement ouvertes. Cependant, il ne faut pas qu'ils deviennent les larbins, qu'ils fassent nos tâches ingrates. Il faut qu'ils suivent en parallèle une formation pour apprendre la langue et bien la maitriser si nécessaire, les aider à s'installer et à faire des études. Tout ce système d'accueil permettra aussi de créer de l'emploi dans les domaines sociaux-éducatifs.

En parlant des salariés, je vais vous expliquer comment ils seront payés. Une grande part de leur salaire sera en virtuo et sera assez élevé, les mettant largement à l'abri du besoin et leur permettant d'acheter des biens de consommation fabriqués en France. La seconde partie du salaire sera en francs, qui sera d'un faible montant qui s'expliquera parce que presque tout sera déjà payé avec les virtuos. Ces francs permettront d'acheter des produits venus de l'étranger. De plus, comme au fil du temps l'importation sera réduite, et la production interne grandira, on pourra acheter bien plus de choses avec les virtuos et les francs seront quasiment inutiles à la population. Ça fait donc du gagnant-gagnant: l'État ne dépense quasiment pas de francs et ses recettes augmentent, le pouvoir d'achat des habitant ne sera que croissant en fonction du temps. De plus, comme le coût de production sera très faible, l'État pourra vendre des produits à prix tout à fait compétitifs et avoir une économie digne d'un pays émergent.

Les services tels que l'éducation, la santé seront gratuits. Quant aux films, musiques et autres œuvres transportables, ils seront proposé en téléchargement gratuit (et donc quasiment sans coût car immatériels, il faudra cependant entretenir les serveurs). Pour ce qui n'est pas transportable comme le théâtre, les musées il seront aussi gratuits si possible ou sinon proposés à très faible coût.

Quel est l'intérêt de mettre un salaire si les gens peuvent acheter tout ce qu'ils veulent? Et bien pour éviter la surconsommation de ressources qui ne sont pas inépuisables et donc éviter le gâchis naturel que fait aujourd'hui la surproduction dû au fait qu'on force les gens acheter pleins de trucs qu'ils jettent 2 jours après ou dont ils n'ont pas besoin, et le fait qu'ils puissent en avoir en illimité pourrait l'inciter.

Je n'ai bien sur pas balayé tous les domaines, en particulier le système politique, la gestion des énergies, la justice, la délinquance... mais pour certains cette société les règlera, pour d'autres je crois que des gens l'ont fait très bien avant moi et je ne ferait que répéter ce qu'ils disent.

Voilà, donc je vous ai proposé un modèle de société qui pourrait de prime abord tenir sans que les autres pays n'adhèrent au communisme, et donc qu'on n'espère pas uniquement sur la théorie des Dominos pour pouvoir le mettre en place. Cependant, si cette société marche, il deviendra inévitable qu'on se fera des alliés et que cela sera plus simple pour nous: on aura accès à des ressources qu'on devait payer auparavant et à terme on pourra abolir l'agent qui aura longtemps bousillé l'humanité.

J'espère que vous aurez le courage de lire mon pavé et j'attends bien sur vos commentaires et vos critiques mais je vous demande d'être indulgent car j'ai vu que certaines discussions pouvaient rapidement tourné en lutte, je peux me tromper et oublier de prendre en compte des choses comme tout le monde. Bonne soirée à tous et bravo si vous êtes arrivés jusqu'ici!

redrhum

Messages : 1
Date d'inscription : 11/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La révolution, oui mais quoi après?

Message  sylvestre le Mar 14 Juin - 10:04

Bravo pour tes efforts, pour être révolutionnaire il faut faire preuve d'imagination !

J'aurais deux critiques de base :
- Je ne comprends pas bien comment tu fais la distinction "marchandises essentielles produites en France communiste"/"marchandises pas essentielles produites à l'étranger". Par exemple tu mentionnes l'électronique comme pas essentielle, mais si on part de l'idée que la production se fait sur les bases actuelles, on a besoin d'électronique un peu partout, dans la gestion, dans les machines-outils, et même dans l'agriculture, sans parler de la gestion monétaires des francs et des virtuos. Par ailleurs il faudrait voir dans le détail qu'est-ce qui est importé aujourd'hui et dont on pourrait se passer sans changer radicalement de technique de production, j'ai l'impression qu'il n'y en aurait pas tant que ça (déjà le pétrole...).
- Critique plus fondamentale : dans la mesure où on ne sait pas comment la révolution se fera, il est a priori d'une utilité douteuse de chercher à élaborer dans le détail le type de relations internationales qu'une France communiste établirait. On ne sait pas dans quelle mesure elle serait isolée, ni pour combien de temps, ni si cet isolement se traduirait par des guerres contre des armées contre-révolutionnaires, ni si les populations des pays actuellement sous la domination impérialiste de la France ne nous appuieraient pas pour éviter un retour en arrière, etc.

Par ailleurs un conseil de lecture si ces questions t'intéressent, le tome III de La révolution bolchevique d'EH Carr qui parle précisément des difficultés et de l'évolution des relations extérieures de la Russie révolutionnaire.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Idées de société

Message  Alain Poitras le Mer 6 Juin - 11:11

C'est un vieux sujet abandonné mais je dois dire qu'une idée de Redrhum rejoint les miennes. La création d'une monnaie "virtuelle" pour usage "intra-nationale" - sans valeur à l'étranger - et l'utilisation de la monnaie conventionnelle avec un taux de change bien établi pour le commerce avec les autres pays, qu'ils soient communistes ou capitalistes ...

Ceci implique que se soit uniquement le gouvernement qui s'occupe de l'import/export et non les individus, même si l'entreprise privée est permise jusqu'à une certaine limite, tout le reste de l'industrie et du commerce étant nationalisé ...

Évidement, si jamais toute la planète devient communiste, un tel double système monétaire ne serait plus nécessaire. Il ne faut pas perdre de vue que l'argent à la base n'était qu'un moyen de remplacer efficacement le troc, avant de devenir un savant jeu comptable pour arnaquer les peuples, on s'est déjà servi de coquillages en guise de monnaie ou de bâtons marqués.

Au Québec (en Nouvelle-France), l'intendant Talon séparait des cartes à jouer en quatre et y apposait sa signature, c'est ce qui servait de monnaie bien avant que l'argent de papier - qui n'était autre qu'un reçu de dépôt d'or - ne soit inventé. Nous avons au Canada l'argent "Canadian Tire" qui ne sert qu'à acheter des produits de ces magasins, presque tout le monde ici en a une pile, c'est une forme d'argent "virtuel".

Ça faciliterait grandement la lutte à la mondialisation des marchés ainsi que celle au marché noir des contrebandiers qui fut si nuisible dans certains pays communistes. Pour le reste, je crois qu'il est important de définir un projet de société précis avant d'essayer de faire la révolution, c'est la meilleure façon de la vendre aux sceptiques. Very Happy
avatar
Alain Poitras

Messages : 34
Date d'inscription : 31/05/2012
Age : 62
Localisation : Les Laurentides au Québec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La révolution, oui mais quoi après?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum