Où va la crise ?

Page 1 sur 36 1, 2, 3 ... 18 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Ven 10 Fév - 17:02

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Dim 12 Fév - 2:11

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

LE REJET ET LA COLÈRE, par F. Leclerc

Message  Roseau le Dim 12 Fév - 16:09

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Même Soros panique...

Message  Roseau le Dim 12 Fév - 22:43

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mar 14 Fév - 3:09

Chômage : les chiffres sont truqués en Allemagne comme en France.
http://www.marianne2.fr/Chomage-les-chiffres-sont-truques-en-Allemagne-comme-en-France_a215305.html
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mar 14 Fév - 15:30

La rémunération totale des patrons du CAC 40 a flambé de 34 % en 2010.

En 2010, les quarante dirigeants du CAC 40 ont touché en moyenne une rémunération totale de 4,11 millions d’euros, options et actions comprises, soit un bond de 34 %.

Le cabinet Proxinvest qui a compilé ces chiffres n’hésite pas à parler de «hausse spectaculaire».

Dans le détail, voici comment se décompose leurs émoluments : 995.000 euros en rémunération fixe (24% du total), 1.374.000 en variable annuel (33%), 647.000 en options (16%), 574.000 en actions (14%) et 524.000 euros en autres éléments comme les avantages en nature et des jetons de présence d’administrateur (13%).

Si la rémunération de ces présidents exécutifs n’atteint que 50% de la rémunération de leurs collègues britanniques, 70% de leurs homologues italiens, 80% de leurs voisins espagnols, suisses ou allemands, elle est 16% plus élevée qu’en Hollande, en Belgique ou en Irlande, et même 150% supérieure à la Scandinavie.

Après trois années de baisse, nos grands patrons français se sont donc bien rattrapés, même si ce cru reste en-deçà des 5 millions d’euros de 2006.

En 2010, onze dirigeants français ont donc passé la barre socialement acceptable fixée par Proxinvest, à 240 SMIC annuel, soit 4,6 millions d’euros.

Les voici dans l’ordre :

1- Jean-Paul Agon (L’Oréal – 10,7 millions d’euros),
2- Bernard Arnault (LVMH – 9,7 millions d’euros),
3- Carlos Ghosn (Renault – 9,7 millions d’euros),
4- Bernard Charlès (Dassault Systèmes – 9,5 millions d’euros),
5- Franck Riboud (Danone – 7,7 millions d’euros),
6- Maurice Levy (Publicis – 6,2 millions d’euros),
7- Christopher Viehbacher (Sanofi-Aventis – 6,1 millions d’euros),
8- Arnaud Lagardère (Lagardère SCA – 4,9 millions d’euros),
9- Henri de Castries (AXA – 4,9 millions d’euros),
10- Lars Olofsson (Carrefour – 4,8 millions d’euros).

Mais ce n’est pas tout.

En effet, ces données «n’incluent pas le complément de retraite sur-complémentaire dont ils bénéficient presque tous sans informer sur leur coût pour l’entreprise», précise Proxinvest.

http://www.20minutes.fr/economie/879690-remuneration-totale-patrons-cac-40-flambe-34-2010
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mar 14 Fév - 23:39

La Roumanie visée par le FMI, mesures proposées :
baisse des salaires du secteur public de 25%
baisse des retraites de 15%
baisse des allocs de chômage de 15%
le taux unique (inique) d’impôt passant de 16% à 20%
le taux de TVA passant de 20% à 25%
Pour commencer en douceur.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Ven 17 Fév - 0:37

La zone euro s’enfonce dans la récession. C’est ce qui transparaît du sondage rendu public jeudi par la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci estime que la croissance du produit intérieur brut (PIB) pourrait se contracter de 0,1% cette année puis croître de 1,1% l'année prochaine, selon l'institution. Ce sondage marque une nette révision à la baisse par rapport au précédent sondage de novembre, qui anticipait une croissance du PIB de 0,8% en 2012 et 1,6% en 2013.



Après les chiffres divulgués mercredi, par une dizaine de pays européens et par Bruxelles, montrant que cinq pays étaient déjà en récession, la récession est donc de plus en plus palpable.

En Espagne, qui publiait à son tour ce matin ses données 2011, l'économie est restée à la traîne l'année dernière, avec une croissance deux fois plus faible (0,7%) que la moyenne de la zone euro et un recul du PIB au dernier trimestre, tandis que le retour à la récession ne semble plus faire de doute.

Cette tendance préoccupante vient contredire les commentaires optimistes qui ont accueilli la publication par l’Insee d’une estimation de croissance plus forte que prévu en France au dernier trimestre de 2011. Initialement, l’Insee avait estimé dans ses prévisions que la croissance serait négative au dernier trimestre de 2011 et au premier trimestre de 2012, autrement dit que le pays était entré lui aussi en récession. Or, finalement on a appris que la croissance avait été très faible au dernier trimestre de 2011 (seulement +0,2%) mais que la France avait tout même évité l’entrée en récession.

Le pronostic de la BCE suggère que la tendance de fond est tout de même très défavorable.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  irneh09218 le Ven 17 Fév - 11:43

avatar
irneh09218

Messages : 502
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 66
Localisation : L'Ametlla de mar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Gaston Lefranc le Dim 19 Fév - 0:14

Le papier qui suit donne le contenu des deux nouveaux traités européens que s'apprêtent à signer par les différentes Etats : le TSCG (traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l'UE) et le MES (mécanisme européen de stabilité). Les deux traités sont liés, et c'est pourquoi la posture de Hollande d'approuver le MES (le volet "aide") et de vouloir renégocier (ou plutôt "compléter") le TSCG (le volet "austérité") est de l'enfumage, qui cache une approbation claire et nette au contenu de ces traités (que le camarade François veut "compléter" dit-il).

Les 2 nouveaux traités européens : http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=1524

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grèce: un plan bidon, par François Leclerc

Message  Roseau le Mar 21 Fév - 14:58

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grèce: tout est faux

Message  Roseau le Mar 21 Fév - 15:16

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pour prendre un peu d'avance

Message  Roseau le Mer 22 Fév - 2:19

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Copas le Mer 22 Fév - 22:22

Parlons un peu du Baltic dry index...

Quesacco ?

Je wikipède :

"Le Baltic Dry Index (BDI) est un indice des prix pour le transport maritime en vrac de matières sèches. Créé en 19981, cet indice est géré par la société britannique Baltic Exchange à Londres. Il est établi sur une moyenne des prix pratiqués sur 24 routes mondiales de transport en vrac de matières sèches, tels que les minerais, le charbon, les métaux, les céréales, etc."

Donc hors pétrole, liquides, fluides.

L'observation de la courbe de cette indice renvoie aux prix des transports réellement pratiqués et non à des spéculations sur l'avenir, comme le sont des actions, ou des batailles sur les monnaies. Au deux bouts des prix (haut et bas) il y a bien des spéculations, quand plus un navire n'est libre, les prix s'envolent (comme quand la direction de la Chine a profité de la baisse des matières premières sous le premier choc de la crise les prix ont atteint des sommets) quand il y a 20 navires par cargaison les prix s’effondrent.

Sur le moyen terme ils rapportent l'état du commerce maritime qui a une importance énorme comme indicateur des échanges internationaux de fond.

La photographie de cet indice montre donc comment se porte les grands flux du commerce dans le monde.

Les prix réellement pratiqué du transport maritime monte quand les flux de matières premières montent, quand le commerce croit.

Les prix des transports maritimes s'écroulent quand le commerce s'écroule.

C'est donc un indice très précieux sur les échanges d'une partie des matières premières, un observatoire avancé de la grande crise.
Donc un des multiples indicateurs de l'état de l'économie réelle, un indicateur qui n'est pas absolu, mais,...

Et alors ?

Alors ça,( pour la phase court terme évidemment) :



avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les ménages européens matraqués par l’austérité

Message  Roseau le Jeu 23 Fév - 19:11

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une voie anticapitaliste face à la crise de l’euro

Message  Roseau le Ven 24 Fév - 18:36

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Draghi: "le modèle social européen est mort"

Message  Roseau le Ven 24 Fév - 18:52

Source: http://www.mediapart.fr/journal/international/240212/mario-draghi-le-modele-social-europeen-est-mort

Pendant les premiers quatre mois de sa présidence à la Banque centrale européenne, Mario Draghi a d’abord consacré son temps et ses forces à parer au plus pressé : éteindre l’incendie dans la zone euro. Il a noyé les marchés sous une montagne de liquidités et de facilités financières, au point que le bilan de la BCE, en quelques mois, est plus dégradé que celui de la Réserve fédérale au bout de quatre ans de crise. Mais cela a apporté un répit, au moins momentané : les fortes tensions sur les dettes se sont un peu dissipées et le plan de sauvetage de la Grèce a été adopté par les pays de la zone euro.

Fort de ce succès, le président de la BCE s’autorise maintenant à aller sur le terrain politique, domaine où jusqu’alors il n’avait osé s’aventurer. Dans un entretien au long cours au Wall Street Journal, Mario Draghi livre sa vision politique de l'Europe et de sa mission. Pour lui, « il n’y a pas d’alternative » aux mesures d’austérité imposées aux pays de la zone euro. « Il n’y a pas de compromis possible entre les réformes économiques et l’austérité fiscale. Rediscuter les objectifs budgétaires entraînerait une réaction immédiate des marchés », prévient-il.

L’avertissement semble valoir pour tous. Autant pour l’Espagne, qui, en pleine récession, demande à revoir le plan d’austérité qui lui a été imposé, que l’Irlande, qui elle aussi redemande à renégocier les conditions de son sauvetage, ou la Grèce qui pourrait être tentée de redéfinir les termes imposés par l’Europe après les élections législatives d’avril, voire la France, à la veille de l’élection présidentielle.

Alors que les plans d’austérité imposés à l’ensemble de l’Europe sont de plus en plus discutés, Mario Draghi considère que le débat n’a pas lieu d’être : « Le modèle social tant vanté de l’Europe est mort », tranche-t-il. La sécurité de l’emploi et les filets de sécurité sociale ne peuvent plus exister. Jamais banquier central européen n'avait parlé aussi clair.

Son entourage a certainement dû voir le danger d'une déclaration aussi brutale de la part d'un dirigeant non élu. La première version de l'entretien a disparu, remplacée par des propos plus diplomatiques : le modèle social européen est seulement en train de disparaître, sous l'effet du chômage. Avec pour précisions : « Il y avait une époque où l’économiste Rudi Dornbusch avait l’habitude de dire que les Européens étaient si riches qu’ils pouvaient se permettre de payer les gens pour ne pas travailler. C’est fini. »

Pour lui, les pays européens n’ont plus le choix. Ils doivent renoncer à leur passé, appliquer l’austérité et la déflation sociale, et aller vers une union encore plus étroite et plus contraignante entre eux. Mais le président de la BCE en est persuadé : après tous ces efforts, la prospérité reviendra en Europe. Plus tard. Un jour.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UNE STRATÉGIE BIAISÉE DE DÉSENDETTEMENT

Message  Roseau le Dim 26 Fév - 16:04

par François Leclerc
http://www.pauljorion.com/blog/?p=34340#more-34340

Entre autres informations:

Charles Dallara, le directeur général de l’Institute of Internationale Finance, a remarqué que « si on regarde le déficit budgétaire américain,
on ne peut s’empêcher d’avoir le sentiment qu’un accident grave est en préparation ; pas seulement un accident grave pour les États-Unis, mais pour le monde entier ».

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

LA GROSSE AFFAIRE A VENIR, par François Leclerc

Message  Roseau le Lun 27 Fév - 1:08

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mer 29 Fév - 0:03

L'agence de notation Fitch estime que les prêts massifs (LTRO) octroyés par la Banque centrale européenne (BCE)ont permis d'éviter que les banques soient de nouveau déclassées. La LTRO a eu une influence stabilisante sur les marchés financiers européens.

L'agence affirme cependant que que ces injections ne font guère que retarder la chute des banques européennes mal notées.

Il est peu probable que ces prêts soient le moteur d'une forte croissance du crédit, compte tenu d'un manque flagrant de demande, poursuit Fitch dans un communiqué.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mer 29 Fév - 16:16

Une traduction de l’interview de Draghi dans le Wall Street Journal:

http://www.les-crises.fr/modele-social-draghi/

Il n’y a pas que le modèle social européen qui soit mort, la démocratie renifle aussi fortement le cadavre en décomposition.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  verié2 le Mer 29 Fév - 16:53

Roseau a écrit:Une traduction de l’interview de Draghi dans le Wall Street Journal:

http://www.les-crises.fr/modele-social-draghi/

Il n’y a pas que le modèle social européen qui soit mort, la démocratie renifle (je suppose que tu veut dire "sent" ou "pue" ?) aussi fortement le cadavre en décomposition.

Bon, Draghi tient un discours de classe extrêmement cynique (et nombre d'"économiste" plus ou moins auto-proclamés le reprennent à leur compte sous des formes variées), mais je ne vois rien qui concerne la question du régime politique. Quelque-chose m'aurait-il échappé ? Ou bien est-ce toi qui extrapole en estimant que pour achever "le modèle social européen", il faudra aussi en finir avec la démocratie ?

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Roseau le Mer 29 Fév - 21:09

Oui, enfin le peu de démocratie que le mouvement ouvrier a pu conquérir est menacé
dans cette crise du capitalisme.
Façon de dire plus fort que jamais: socialisme ou barbarie.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où va la crise ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 36 1, 2, 3 ... 18 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum