Pourquoi les révolutions portent-elles de plus en plus souvent des noms de fleurs ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi les révolutions portent-elles de plus en plus souvent des noms de fleurs ?

Message  BouffonVert72 le Dim 30 Jan - 21:28

http://www.slate.fr/story/33091/revolution-nom-couleur-fleur

slate.fr a écrit:
Samedi 29 janvier 2011


Révolution ou garden party ?


Les experts qualifient les manifestations de masse en Tunisie de «Révolution de jasmin». Ces dix dernières années, nous avons eu entre autres la révolution des roses (en Géorgie), la révolution orange (en Ukraine), celle des tulipes (au Kirghizistan) et la révolution verte (en Iran). Pourquoi tant de soulèvements récents portent-ils des noms de fleurs et de couleurs?

Du pur marketing

C’est de la stratégie marketing. Les révolutions d’autrefois se distinguaient par le nom du pays concerné: la révolution américaine, française ou russe. Les noms plus fantaisistes d’aujourd’hui remontent à la révolution de velours tchèque de 1989, ce soulèvement non-violent (doux comme du velours, donc) qui déboucha sur la chute du gouvernement communiste. Quand les Géorgiens se sont révoltés en novembre 2003, forçant le président Édouard Chevardnadze à démissionner, les leaders de l’opposition ont cherché un nom également accrocheur qui puisse jouer en faveur de leur mouvement tout aussi pacifique. Au départ, ils ont intégralement copié les Tchèques et l’ont appelé la «révolution de velours». Au bout d’une semaine, ils sont passés à la «révolution des roses», référence aux fleurs que les manifestants étudiants avaient données aux soldats et à la rose que le leader de l’opposition Mikhaïl Saakachvili portait au Parlement, lorsqu’il exigea la démission de Chevardnadze. À la mi-décembre, le nom plus mélodieux de «révolution rose» avait été adopté par les médias.

En s’apercevant que les Tchèques et les Géorgiens tenaient une bonne idée, les leaders d’opposition d’autres ex-pays communistes leur emboîtèrent le pas. Quand les Ukrainiens commencèrent à se soulever en 2004, ils rencontrèrent des stratèges géorgiens et américains qui soulignèrent l’importance du marketing. La révolution orange qui suivit tenait son nom de la couleur de campagne de son leader, Victor Iouchtchenko. Le soulèvement du Kirghizistan en 2005 épuisa plusieurs noms, notamment la révolution du citron («Parce que le jaune est la couleur du changement—comme sur un feu tricolore» avait déclaré au Times de Londres un leader du mouvement des jeunes), la révolution rose, la révolution de soie et la révolution des jonquilles avant que la presse n’opte pour la «révolution des tulipes». Tous ces surnoms étaient des références intentionnelles à la révolution des roses et à la révolution orange, mais contrairement à leurs prédécesseurs, ils manquaient d’éléments de référence précis.

Fausses révolutions, vraies transitions

Les analystes politiques s’amusent à dire que les «révolutions colorées» ne sont ni des révolutions, ni colorées: elles font davantage figure de «transitions non-programmées» et roses, orange et tulipes pourraient aussi bien renvoyer à des fruits ou des fleurs [qu’à des couleurs]. La révolution des bulldozers de Serbie, en 2000, est malgré son nom parfois incluse dans la catégorie des révolutions colorées à cause de ses similitudes avec les mouvements géorgien, ukrainien et kirghize qu’elle a influencés. La révolution des œillets portugaise de 1974 n’est généralement pas mise dans le même sac que les autres soulèvements aux noms gentillets —bien que l’œillet soit aussi une fleur et une couleur [Ndt: carnation, une nuance de rose en anglais]— simplement parce que le Portugal ne fut jamais sous contrôle soviétique.

Les révolutions des roses, des tulipes et orange ont engendré une véritable palette d’imitateurs. Début 2005, des suffragettes koweitiennes ont lancé ce que certains appelèrent la révolution bleue. Vers la même époque, l’assassinat du Premier Ministre libanais déclencha une révolution du cèdre. Même le président George W. Bush prit le train en marche en essayant de vendre le renversement de Saddam Hussein comme une révolution violette (couleur de l’encre utilisée pour éviter les fraudes électorales lors des élections irakiennes de 2005). Les manifestations en Biélorussie en 2006 furent surnommées tour à tour la révolution des jeans, la révolution denim et la révolution des bluets. En 2007, la presse qualifia les manifestations antigouvernementales du Myanmar de révolution safran. En 2009, les partisans de Mir-Hossein Moussavi adoptèrent sa couleur de campagne pour la révolution verte iranienne.

Mais revenons à la révolte en Tunisie: qui a eu l’idée de l’appeler la révolution de jasmin? Un blogueur, semble-t-il. Zied El Hani, également journaliste pour le quotidien tunisien Essahafa, revendique la paternité de ce nom qu’il aurait utilisé pour la première fois dans un post de blog publié le 13 janvier, la veille de la fuite du président Ben Ali. Le jasmin est la fleur nationale de la Tunisie. À Tunis, les marchés et les boulevards regorgent de vendeurs qui proposent du machmoum, des bouquets de jasmin.

L’Explication remercie Lincoln A. Mitchell de l’université de Columbia et Kenneth J. Perkins, de l’université de Caroline du Sud.

Jeremy Singer-Vine
Traduit par Bérengère Viennot

Pour la prochaîne révolution française je propose : La Révolution des Citrouilles ! flower
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les révolutions portent-elles de plus en plus souvent des noms de fleurs ?

Message  gérard menvussa le Lun 31 Jan - 1:12

Tu ne fera jamais un bon pubart : trop de fantaisie tue la fantaisie...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les révolutions portent-elles de plus en plus souvent des noms de fleurs ?

Message  varlingmx le Jeu 3 Fév - 16:49

Je trouve que c'est effectivement intéressant de relever que

- les média édulcorent les révolutions
D'ailleurs, pour l'exemple des Tunisiens, ils ne sont pas forcément d'accord... "trop cartepostalistique"'
"Révolution du jasmin" : une expression qui ne fait pas l'unanimité, LEMONDE.FR avec AFP | 17.01.11

- au sens propres ces révolutions sont plutôt des révolutions de palais face à la colère populaire inorganisée (ou pas assez)
C'est peut être aussi le but de cette édulcoration : encourager à en rester là. Consciemment par politique bourgeoise, ou inconsciemment par idéologie bourgeoise, parce qu'on n'arrive pas à concevoir autre chose...


avatar
varlingmx

Messages : 40
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wikirouge.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les révolutions portent-elles de plus en plus souvent des noms de fleurs ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum