Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Mar 13 Fév - 18:28

Un Congrès pour rien, une crise de direction qui s'approfondit, voilà ce que nous dit la tendance CLAIRE, suite à la tenue du quatrième congrès du NPA début février.

Face à une direction sortante mise en minorité, direction proclamant provocatrice: "... Nous avons gagné le droit précieux de recommencer ..." parce que comme "majorité relative" (sic) et malgré le fait que nous ne pouvons nous appuyer sur une "majorité large", ( une majorité tout simplement notera l'observateur objectif ), nous allons continuer comme avant, et à notre guise, de faire semblant , "... cela ne nous empêchera pas de construire le parti !..." .

Nous allons continuer à coller à une politique, celle des réformistes du PS et du PCF, n'empêchant pas la bourgeoisie d'avancer dans la destruction du prolétariat, construire un type de parti comme un simple forum de discussion et de divertissement, pour des militants en manque de sensations fortes, certainement pas un parti se fixant comme objectif de peser dans la lutte des classes.

Une opposition atomisée, composée d'une aile gauche ayant sans doute mal lu la déclaration de principe du jeune Front Social, et un vaste centre, renvoyant dos à dos une droite opportuniste et une gauche aventurière et autiste, voilà la réalité du bilan à ce jour de ce parti.

"Le congrès a d'abord été un moment de bilan" nous affirme froidement et calmement la pf W, reconnaissant en ce sens qu'elle ne vit pas le recul historique du prolétariat actuel, et l'urgence de le stopper, comme une urgence. La pf X lui répondant: " (Un) Congrés en demi teinte sans doute, mais en positif malgré tout", soulignant ainsi comme positif que malgré l'impasse, le simple fait de rester dans une même salle est déjà hautement positif. La pf Y elle, essayant de se consoler qu'avec une direction sortante mise en minorité, " Le parti (sera) paralysé", pronostique profondément erronée puisque, la pf U affirme se "heurtant à un front du refus des autres pf" cela ne va pas l'empêcher de continuer à construire le parti à sa main et en dernière analyse au service du capital.

Mais c'est la pf V qui finalement va à l'essentiel, en affirmant que "En dépit du vote majoritaire des militants, le Congrès tourne le dos au Front Social ! ".

En guise de "stratégie communiste révolutionnaire assumée et commune" (pf Z) , et parce que le congrès a rejeté " à deux voix la motion Front Social" (pf T), le NPA repart sur une ligne collaboration de classe, et laisse de coté la ligne lutte des classes. La crise va donc s'approfondir car le paysage politique français n'a nul besoin d'un nouveau parti "anticapitaliste" en parole, défenseur honnête et loyal du capitalisme français en crise dans les faits.

La plate forme T nous dit que "la gauche du parti a montré un spectacle lamentable" (sic), mais en quoi a-t-elle était lamentable ? En quoi cette gauche n'a-t-elle pas su rallier le centre et prendre la direction du parti ?

On parle beaucoup du Front Social à la gauche du NPA. Mais de quel Front Social parle-t-on exactement ?

Celui qui dans son manifeste écrit:

"Le Front Social est un outil de combat et de rassemblement, non un substitut aux confédérations et aux partis. Sa capacité d’initiative est l’essence même de son utilité sociale. Il veut rassembler, s’unir pour ne plus subir."

et

"Son début d’extension nationale et l’écho qu’il rencontre montrent que les confédérations syndicales doivent tout faire pour combattre les réformes destructrices des acquis sociaux programmées par le gouvernement Macron, et non pas chercher « le dialogue social » qui vise à faire passer ces réformes en douceur." .

Ou ce Front Social, se substituant aux confédérations et aux partis, semblant se satisfaire à l'automne, d'avoir amené une poignée de militants aux portes de l'Elysée, ne se souciant sûr le coup pas trop de savoir comment nous pourrions contrer ce dialogue social  qui vise à faire passer les réformes libérales en douceur.

L'aile gauche du NPA au Congrès n'a pas su choisir quel Front Social elle voulait soutenir à l'avenir.

Le centre, fort justement est resté l'arme au pied, dans une expectative songeuse: mais où nous mêmes nos fringants et intrépides aventuriers ?

Le temps de la réflexion est une économie de temps !
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Jeu 15 Fév - 12:49

Qu'attendent le NPA et autres pour préparer avec nous la manifestation du 13 mai 2018 "1 an, Macron , ça suffit!", cinquantième anniversaire du 13 mai 68 et du "10 ans, De Gaulle,ça suffit!"

"Est-ce un début de réponse que la déclaration de Danielle Simonnet du Parti de Gauche: "Et si, le 13 mai 2018, 50 ans après Mai 68,on se retrouvait pour dire "un an de Macron, ça suffit!"

Macron, représentant du capital financier, est en train de bousiller, on ne peut attendre 2022, attente entretenue et alimentée par les divisions politiques (Hamon, Mélenchon, Laurent...) et les divisions syndicales qui se vautrent dans la concertation avec le gouvernement et les journées d'action à répétition.... contre le Front unique ouvrier! A nous d'imposer le Front unique à la base, seul à même d'imposer le Front unique au sommet.

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Jeu 15 Fév - 13:52

Eninel a écrit: et un vaste centre
Eninel a écrit:Le centre, fort justement est resté l'arme au pied, dans une expectative songeuse: mais où nous mêmes nos fringants et intrépides aventuriers ?
Question bête, mais qui appelles tu "le centre"? (voire le "vaste centre")
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Jeu 15 Fév - 18:18

Duzgun a écrit:
Eninel a écrit: et un vaste centre
Eninel a écrit:Le centre, fort justement est resté l'arme au pied, dans une expectative songeuse: mais où nous mêmes nos fringants et intrépides aventuriers ?
Question bête, mais qui appelles tu "le centre"? (voire le "vaste centre")

Les camarades du NPA qui ne sont n'y aventuristes, ni opportunistes, qui même si ils sont déçus de la direction actuelle et ses faux semblants, ne sont pas plus convaincus par ceux qui la critiquent le plus violemment, sont l'arme au pied au soir de ce congrès.

En effet, lorsque l'on parle d'un communisme auto-gestionnaire, qu'est ce qu'encore cette nouvelle définition nec plus ultra ? lorsque l'on fait voter une motion "Front Social" sans expliquer ce qu'on attend de ce front, bref lorsque l'on recherche le pouvoir pour le pouvoir et qu'on formule des critiques histoire de critiquer, on ne peux pas être perçu comme une alternative crédible pour l'immense majorité de nos camarades, ce "vaste centre".

Le camarade militant du NPA, n'est pas plus intelligent ou pas plus bête qu'un autre salarié, il serait plutôt dans la première catégorie. Parce qu'il n'est pas bête il sait qu'il vaut mieux tenir que courir.

Intelligent, il n'a pas non plus la prétention d'apporter une doctrine et une ligne politique à l'organisation. Il confie cette besogne à des prétentieux comme moi, qui osent encore aujourd'hui dire: voilà ce qu'il faut faire !

Ces prétentieux sont de deux catégories. Il y a ceux qui conseillent de profiter et de faire copain copain avec les puissants ( les opportunistes); ceux qui veulent résister et qui appellent à la "révolte" ( les aventuristes ) !

Moi je veux bien que la révolution soit une aventure, je suis plutôt de cette tendance, encore qu'au nom de cette révolution il ne faut pas verser dans le grand n'importe quoi !

Ces "meneurs", ces boucans sont numériquement faibles. Au NPA, comme toujours dans l'histoire des organisations, ils sont à la marge de l'organisation et encadrent un centre remplis d’indécis, dans l'expectative.

Ceci écoutent les uns et les autres, et ils arrivent qu'ils restent de marbre quant aux propositions qui viennent de la droite ou celles qui viennent de la gauche.

Je crois qu'au NPA actuellement on en est là: beaucoup de bruit, peu de fruit !
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Ven 16 Fév - 13:58

Tes théories sont intéressantes mais justement... très théoriques.
Dans la pratique, je ne vois pas vraiment de recouvrement avec la réalité du NPA, de ses sensibilités, de ses plateformes de congrès etc. Du coup ça reste pour moi très abstrait, j'ai du mal à voir de qui tu parles ni où tu veux en venir.
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Benoit Malon le Sam 10 Mar - 11:03

Le camarade nous habitué a des articles plus claires.

Benoit Malon

Messages : 25
Date d'inscription : 13/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Sam 10 Mar - 13:52

Benoit Malon a écrit:Le camarade nous habitué a des articles plus claires.

Le camarade Olivier Besancenot a fait une rentrée médiatique remarquée et remarquable cette semaine.

Pour sûr, de par ses capacités militantes et intellectuelles, notre camarade s'est lui se montrer parfaitement clair sur les messages qu'il a à faire passer.

Il n'y a chez moi aucune jalousie malveillante à écrire cela, je me réjouie d'observer chez les autres des facilités que je n'ai pas, encore que je me réjouirais totalement, le jour où je me persuaderais que la petite musique qui sort de la bouche de l'enfant doué, est pour le travailleur sans quelques petites fausses notes ne lui permettant pas d'apprécier à sa juste valeur la musique trotskyste.

Olivier, très très à l'aise chez Ruquier samedi soir, fait plaisir à tous les travailleurs, lorsqu'il faire taire tous ses contradicteurs petits bourgeois, par sa classe naturelle et sa rhétorique bien huilée.

Je note qu'il se présente dans les médias comme un simple adhérent du NPA. Comme si à l'occasion du dernier congrès il n'était pas vent debout pour défendre une direction sortante très contestée ! Comme si depuis la création de votre parti il n'avait pas a assumé pleinement toute vos erreurs ! Passons.

Plus ennuyeux, on discute, on discute de choses et d'autres, finalement pas très intéressantes, et à un moment, le présentateur vedette Ruquier lui tend une perche, et lui met sous le nez son propre petit livre portant sur la révolution d'Octobre. On pourrait s'imaginer que notre camarade va rebondir et faire de la pub pour la seule révolution victorieuse de l'histoire, qu'il va en profiter pour nous faire l'éloge du bolchevisme, de Lénine et de Trotsky ! Et bien non. Il enchaîne sur la Commune de Paris et la nécessité que les politiciens un jour soit payés au même niveau qu'un salaire moyen, de la nécessité de pouvoir révoquer un jour des élus etc.

Il nous dit chez Ruquier à juste titre, que nous sommes tous des cheminots les uns pour les autres, mais ce soir là il se garde bien de dénoncer l'orientation incroyablement destructrice et démobilisatrice des directions syndicales. Ce n'est que quelques jours plus tard chez Bourdin, sur BFM, que Olivier nous en dit un peu plus sur la conception qu'il a du syndicalisme, lorsqu'il lâche qu'il "respecte complètement l'autonomie syndicale", ou en d'autres termes qu'il ne faut pas compter sur lui pour aller mettre le feu dans les syndicats. Il enchaîne et nous parle d'un nécessaire "front commun" (sic), et non pas front unique ouvrier ou front syndical, avec ... Hamon et Mélenchon !

De qui se moque t-il notre beau merle, a aller déterrer comme ça, des politiciens renégats, qui n'ont plus rien à voir avec le mouvement ouvrier, qui assument au premier chef la responsabilité d'avoir fait passer Macron lors des élections ? Il parle au nom de qui exactement ? Exprime-t-il la ligne politique de la direction -introuvable- de son parti le NPA ? Exprime-t-il son opinion ?

L'auditeur travailleur ce matin là n'en sera pas plus, sinon que pour Olivier Besancenot il ne semble pas urgent de dénoncer la politique traître des directions syndicales, qu'une politique consistant à inciter les cheminots à constituer leurs comités de grève n'a pas lieu d'être mise à l'ordre du jour, qu'il suffit de continuer à gauchir les journées de mobilisations des directions syndicales et d'attendre que Hamon et Mélenchon s'embrassent sur la bouche pour espérer quoi que ce soit un jour !

En conclusion cher camarade Benoit Malon, pour toi, qui est le camarade le plus méritant ? Celui qui talentueux, peut beaucoup et qui ne fait rien, ou celui qui malgré toute ses limites, essaye de faire , essaye de servir la cause des opprimés et des exploités du mieux qu'il peut ?

Celui qui cache une pourriture, il pue !
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Benoit Malon le Sam 10 Mar - 15:54

J'ai peut-être été trop direct mais j'ai eu du mal à comprendre ta 1ere contribution. Je n'ai pas autant d'information que toi. Je lirai le texte de la TC. Je n'ai pas parlé de Besancenot.
Dans tous les cas, le NPA est en crise depuis longtemps.

Benoit Malon

Messages : 25
Date d'inscription : 13/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Lun 12 Mar - 13:19

Eninel a écrit:Je note qu'il se présente dans les médias comme un simple adhérent du NPA. Comme si à l'occasion du dernier congrès il n'était pas vent debout pour défendre une direction sortante très contestée ! Comme si depuis la création de votre parti il n'avait pas a assumé pleinement toute vos erreurs ! Passons.
Je ne sais pas dans quel monde vit Eninel, mais dire qu'OB était "vent debout" au dernier congrès alors qu'il était présent mais n'a pas fait une seule intervention dans le débat de congrès, c'est une définition étrange de "vent debout"... Rolling Eyes

Par ailleurs, au congrès la direction sortante était présente dans toutes les plateformes (y compris locales) sauf la Y, et la motion sur l'application de la rotation des mandats a été largement balayée, et la direction sortante largement reconduite, ce n'est pas exactement ce que j'appelle une direction sortante "très contestée"...

Les théories développées ici sur le congrès du NPA sont plus que bizarres... Laughing
J'ai quelques doutes sur le fait qu'Eninel connaisse réellement son sujet! Razz
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Lun 12 Mar - 17:31

Je reconnais humblement que les rapports de force existant dans ton parti le NPA, je les connais sans doute moins bien que toi même camarade Duzgun.

Cependant tu ne m’enlèveras pas de l'esprit, qu'il y a un tel bordel chez vous, que les militants de base doivent, eux aussi, être dans une grande expectative.

Il y avait post congrès, cette "majorité relative" sortante ( avec O Besancenot), annonçant vouloir continuer la construction du parti comme avant, cela malgré le fait qu'elle le ferait contre une majorité du Congrès en désaccord avec elle, sinon pourquoi la tendance U parler d'"un front du refus", pourquoi la tendance Y parle de "blocage" ???

Il y a maintenant de la bouche de O Besancenot des derniers jours (de la nouvelle direction ? j'en sais rien, sans doute ), cette proposition d'un front commun politique large, très large.

Tu me dis "Les théories développées ici sur le congrès du NPA sont plus que bizarres... Laughing ".
De théories nouvelles sur ton parti, je ne vois pas où elles sont, des observations tout au plus, des observations de quelques bizarreries chez vous, que je te propose de m'expliquer si tu veux.

Pour toi l’adhérent au NPA, Olivier Besancenot n'est pas membre de la direction, actuelle ou passée, la preuve: lors du Congrès il n'a pas pris la parole : "(il n'a) pas fait une seule intervention dans le débat de congrès".

Cela ne prouve pas qu'il n'ait pas été, comme l'ensemble des camarades membres de la direction sortante -vent debout- a essayer de repousser les multiples assauts contre la citadelle assiégée. Tu me dis qu'il s'est tue. Mais justement c'est bien la preuve qu'il est bien l'un des seuls à n'avoir pas aboyé contre cette direction très contestée. Qui ne dit mot consent ! Le camarade consentait, par son silence il soutenait la politique et la direction sortante.

Pour toi "la direction sortante ( a été) largement reconduite ", bien mais en ce cas pourquoi a-t-elle tenue à préciser que :

"Les autres plateformes ont donc voté contre toutes nos propositions… sans être capables d’en formuler qui recueillent une majorité. La dénonciation d’une prétendue « adaptation au néoréformisme » ne constitue pas une politique, a fortiori lorsqu’elle vient de courants qui ont des positionnements et des pratiques politiques très variées.

Notre plateforme a recueilli 49,72 % des voix lors du congrès national. Nous aurions préféré en obtenir davantage, mais cela ne change finalement pas grand chose à notre double objectif :

– proposer une politique pour tout le parti, en tentant d’y associer toutes les sensiblités de l’organisation, pour que le NPA soit utile dans les mobilisations et qu’il pèse politiquement ;

– construire le NPA, relancer ses commissions et secrétariats, assurer la sortie de son journal et de ses tracts nationaux, alimenter et améliorer son site internet, etc.

Alors que les signes d’un frémissement social se font sentir, il est impératif que le NPA se mette en ordre de bataille et se tourne vers l’extérieur, comme il a su le faire lors de la présidentielle. Nous avons échoué à ce congrès à dégager une majorité large pour le NPA. Mais, en obtenant de très loin la majorité relative, comme le disait Daniel Bensaïd, « nous avons gagné le droit précieux de recommencer »..."

Camarade Duzgun, pour nous éclairer notre lanterne, affirme nous ici que le camarde Olivier n'était pas enregistré dans cette tendance U !

Camarade Duzgun, explique nous comment une minorité de 49, 72 peut se transformer en une majorité ?

Cette direction "néoréformisme" ( elle ne le conteste même pas ) considère impératif à présent "que le NPA se mette en ordre de bataille et se tourne vers l’extérieur "

Très bien. Nous constatons pour le moment que le statut des cheminots, la dénonciation de la politique pourrie des directions syndicales, un front syndical, une politique des comités d'action, tout cela ne semble pas sembler prioritaire.

Olivier Besancenot parle dans les médias d'un front commun politique, avec des personnalités aussi douteuses que sont le camelot nationaliste Mélenchon, ou le déserteur ex frondeur du PS Hamon ( Hamon était intéressante en tant que PS, plus maintenant ), en clair la direction du NPA semble un peu plus préparer des échéances électorales, que de préparer une lutte des classes frémissante selon son expression.

Aussi J'ai quelques doutes sur le fait que le camarade Olivier connaisse finalement réellement son sujet Evil or Very Mad .
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Mer 14 Mar - 17:09

Eninel a écrit:Il y avait post congrès, cette "majorité relative" sortante ( avec O Besancenot), annonçant vouloir continuer la construction du parti comme avant, cela malgré le fait qu'elle le ferait contre une majorité du Congrès en désaccord avec elle, sinon pourquoi la tendance U parler d'"un front du refus", pourquoi la tendance Y parle de "blocage" ???
Majorité et direction sont deux choses différentes. Les composantes de la plateforme U étaient majoritaires dans la direction nationale avant le congrès, elles sont de peu minoritaires suite au congrès. Il paraît assez évident que cette plateforme n'a pas convaincu et ce n'est pas très étonnant.

Eninel a écrit:Pour toi l’adhérent au NPA, Olivier Besancenot n'est pas membre de la direction, actuelle ou passée, la preuve: lors du Congrès il n'a pas pris la parole : "(il n'a) pas fait une seule intervention dans le débat de congrès".
Ce n'est pas parce qu'il n'a pas pris la parole qu'il n'est pas membre de la direction nationale du NPA. Tout ce que j'ai dit c'est que je trouvais étrange d'en conclure qu'il était personnellement "vent debout" lors du congrès, alors qu'il n'y est même pas intervenu.

Eninel a écrit:Pour toi "la direction sortante ( a été) largement reconduite ", bien mais en ce cas pourquoi a-t-elle tenue à préciser que Sad...)
Tu confonds manifestement "direction sortante" et "majorité de la direction sortante". La direction sortante a été largement reconduite dans son ensemble, toutes plateformes confondues. Nombre de membres de la direction vont même faire leur cinquième mandat consécutif, et ce n'est pas l'apanage de la plateforme U.

Eninel a écrit:Camarade Duzgun, pour nous éclairer notre lanterne, affirme nous ici que le camarde Olivier n'était pas enregistré dans cette tendance U !
C'est délirant de discuter comme ça! Je n'ai jamais affirmé une telle contre-vérité. OB était signataire de la plateforme U.

Je ne parle même pas des délires sur un supposé "néoréformisme" Laughing et autres théories farfelues et déconnectées de la réalité de nos débats. A ce niveau d'absurdité, cette discussion n'a strictement aucun intérêt!
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Jeu 15 Mar - 10:46

Néo-réformiste ou néo-révolutionnaire ? Quand on devient consultant permanent chez Bolloré (C News), à quelle catégorie appartient-on?

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Jeu 15 Mar - 11:52

Si l'on parle de Raquel Garrido (?) je dirais ni l'un ni l'autre. Opportuniste au mieux.
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Jeu 15 Mar - 11:56

En l'occurrence je parlais d'O.Besancenot ! Par rapport à ton humour sur "le néoréformisme du NPA" dénoncé par Eninel.

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Jeu 15 Mar - 17:13

Les mots ont un sens
Éditorial de La Tribune des travailleurs n°130 (14 mars 2018)
Éditorial de Daniel Gluckstein •

Le 15 mars pour les retraités ; le 22 mars pour les fonctionnaires, les cheminots et d’autres catégories de salariés : les travailleurs sont appelés à la mobilisation par les organisations syndicales.

Les raisons d’agir ne manquent pas. Le gouvernement frappe dans tous les domaines. Partout les travailleurs se dressent contre cette politique de destruction.

Mais en même temps qu’elles appellent les travailleurs à se mobiliser, les directions des organisations se « concertent » avec le gouvernement.

Il y a sur ce point une ambiguïté savamment entretenue : se concerter et négocier seraient deux termes équivalents. Tel n’est pas le cas.

Selon le Larousse, négocier, c’est « engager des pourparlers en vue de régler un différend ». Ce qui suppose deux parties qui, au point de départ, ne sont pas d’accord.

Se concerter, c’est « se consulter pour mettre au point un projet commun ».

Application pratique : une organisation syndicale qui négocie avec le gouvernement part de ses revendications et cherche à les arracher, quitte éventuellement à passer un compromis appuyé sur le rapport de force établi dans et par la mobilisation de classe. Cela est conforme au mandat de l’organisation syndicale et à la démocratie.

Autre chose est de se concerter, c’est-à-dire de « projeter en commun » avec le gouvernement la contre-réforme des retraites ou du baccalauréat, ou la destruction du statut de la fonction publique, ou la privatisation de la SNCF !

Concerter n’est pas négocier.

Pour qui en douterait, voici ce qui s’est passé lors de la première séance de concertation ferroviaire tenue le 8 mars entre le gouvernement et les fédérations syndicales. D’entrée, un document a été distribué pour cadrer la concertation. Il débute par ces mots : « Le principe de l’ouverture à la concurrence est désormais fixé dans la législation européenne après avoir fait l’objet de discussions et d’un accord sous le précédent quinquennat. Il nous revient maintenant de déterminer les conditions de mise en œuvre de cette ouverture. » Les organisations syndicales sont donc sommées de mettre en œuvre l’ouverture à la concurrence, c’est-à-dire la privatisation.

La concertation, c’est cet exercice imposé.

On ne fera pas prendre aux travailleurs des vessies pour des lanternes. De deux choses l’une : ou bien combattre contre le gouvernement (c’est-à-dire, selon le dictionnaire, « lutter concrètement contre » lui) ; ou bien se concerter avec lui.

Mais on ne peut se concerter sur la privatisation et appeler à agir dans l’unité pour préserver le service public et le statut.

Appeler les travailleurs à combattre quand soi-même on se concerte avec le gouvernement, c’est introduire la confusion là où la clarté est nécessaire.

Au sein des organisations, on entend de plus en plus souvent : combattre ou se concerter, il faut trancher !

Il faudra bien rompre. Rompre avec le gouvernement, sa politique et sa concertation. Rompre, et réaliser l’unité des rangs ouvriers pour bloquer Macron-Philippe et balayer les contre-réformes.





Très bon billet du journal "La tribune des travailleurs" du parti POID. Quelques réserves cependant.

1- Daniel Gluckstein nous dit que "les travailleurs sont appelés à la mobilisation par les organisations syndicales". Je ne vois pas où il a été chercher cela. Ils disent qu'ils ont l'intention de mobiliser, mais pour l'instant ils sont dans la concertation. Sans doute partant du principe que l'on ne peut pas à la fois mobiliser et se concerter, ce n'est la mobilisation qui est à l'ordre du jour chez eux, c'est le barnum circus en grand !

Triste spectacle de voir les directions syndicales de la RATP appeler à la grève le 22 mars -en soutien des cheminots- , alors même qu'ils ne savent même pas ce que les syndicats SNCF vont pouvoir bien décider ce soir, s'ils continuent la concertation (70 réunions prévues) ou s'ils décident de mobiliser.

Nous pourrions nous retrouver dans la situation incroyable où une grève bloque le métro parisien, alors qu'à l'échelle du pays le rail fonctionne normalement, comme le disent les syndicalistes cheminots, afin de permettre à nos camarades de monter sur Paris.

Laisser libre de leur mouvement, du fait de l'affaiblissement continue de l'influence des partis réformistes PS et PCF à leur tête, et la grande timidité des partis d'extrême gauche de prendre à la tête des syndicats les affaires en main, les appareils ouvriers-bourgeois des organisations syndicales court comme des canards sans tête.

2- Cette phrase de Daniel Gluckstein :" Concerter n’est pas négocier." n'est certainement pas de nature à nous rassurer sur la santé politique, de ceux qui devraient, plutôt que de ergoter sur les mots, s'appuyer sur le Front Social existant, pour partir à l'assaut des directions des centrales ouvrières.

Pour Gluckstein : "...une organisation syndicale qui négocie avec le gouvernement part de ses revendications et cherche à les arracher, quitte éventuellement à passer un compromis appuyé sur le rapport de force établi dans et par la mobilisation de classe. Cela est conforme au mandat de l’organisation syndicale et à la démocratie...".

Interrogeons-nous sur cette phrase savante, essayons de déterminer si ce positionnement est réformiste ou révolutionnaire ?

Oui, des chefs ouvriers qui ont derrière eux une mobilisation ouvrière, et qui négociant avec l'ennemi, reviennent d'une négociation, avec seulement une partie des revendications formulées initialement, un compromis, doivent être jugés comme irréprochables. Les travailleurs voulaient + 10, ils n'obtiennent que + 5, c'est correcte, c'est révolutionnaire.

Mais être révolutionnaire aujourd'hui, n'est ce pas se convaincre absolument que l’ére historique du réformisme ouvrier où des scénarios comme décrit pouvaient exister, est irrémédiablement et définitivement derrière nous ? Gluckstein ne semble pas le comprendre. Gluckstein raisonne comme un réformiste, pas comme un révolutionnaire.

Que cherche à faire Gluckstein ? Dénoncer la concertation pour mieux nous vendre la négociation démocratique ?

Immédiatement nous avons des directions syndicales, des appareils qui s'impliquent, dans le principe de participer à des concertations en vue de l'application pratique d'une politique anti ouvrière.

La direction du POID a tout à fait raison de dénoncer la concertation. Elle serait tout aussi inspirée de dénoncer aussi le principe de négocier dans la période réactionnaire actuelle, dénoncer les partenaires sociaux de FO, qui au nom de la tenue d'une négociation très démocratique, se félicite de sauvegarder une partie des acquis des travailleurs, de signer des accords acceptables, alors même que les patrons veulent tout prendre. Ils voulaient - 10, grâce à nous à FO, ils ne nous ont arraché que -5 !

La direction de FO n'aime pas les concertations, elle n'aime pas les ordonnances. La direction de FO par contre aime bien la négociation. Gluckstein et la direction du POID leur apporte leur soutien. Il trouve tout cela très démocratique ! Le POID est nostalgique. Le POID pleure le temps bénit des négociations démocratiques. Il voit des néo-réformistes partout, sauf à FO.

Le meilleur pour la fin. L'éditorialiste du journal la tribune des travailleurs termine son billet d'humeur de la manière suivante :

"...Il faudra bien rompre. Rompre avec le gouvernement, sa politique et sa concertation. Rompre, et réaliser l’unité des rangs ouvriers pour bloquer Macron-Philippe et balayer les contre-réformes..."


Que l'on me permette de poser une question d'importance, une question grave au camarade Barnum, lui qui passe ses journées à nous dénoncer comme des militants néo-réformistes couards, obnubilés par la survie du gouvernement et du bonaparte Macron: son parti le POID, en appelant les syndicats à "bloquer" Macron, "à balayer ses contre-réformes", est-il devenu un parti de couards lui aussi ?

Twisted Evil Evil or Very Mad Twisted Evil Evil or Very Mad Twisted Evil Evil or Very Mad



avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Jeu 15 Mar - 18:52

Le POID combat pour en finir au plus vite avec Macron, maître d'oeuvre des intérêts du capital financier et, dans ce but, des comités pour l'unité pour une manifestation nationale le 13 mai "1 an, Macron, ça suffit!"....... pendant qu' Eninel nous explique que virer Macron c'est aventuriste au nom d'un danger fasciste !!! ( voir les fils "bas les masques" et "syndicalisme collaboration de classe").
En mai 68, les accords de Grenelle étaient une trahison de la grève générale, malgré les revendications obtenues, car le rapport de force était largement en faveur de la classe ouvrière et de la jeunesse, les dirigeants staliniens suivis des sociaux-démocrates bradant la mobilisation au nom d'élections anticipées qui virent la petite-bourgeoisie basculer massivement du côté de De Gaulle!
A l'époque de l'impérialisme, de nouvelles conquêtes ouvrières ne peuvent être que le sous-produit d'une mobilisation révolutionnaire des masses, les capitalistes lâchant quelques réformes pour ne pas tout perdre, comme en 1936 ou 1945.
La négociation est l'expression d'un rapport de force, la concertation un passage armes et bagages du côté de l'ennemi!

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Jeu 15 Mar - 19:13

barnum a écrit:Le POID combat pour en finir au plus vite avec Macron, maître d'oeuvre des intérêts du capital financier !

Non le POID combat pour

"Il faudra bien rompre. Rompre avec le gouvernement, sa politique et sa concertation. Rompre, et réaliser l’unité des rangs ouvriers pour bloquer Macron-Philippe et balayer les contre-réformes."

Le POID combat pour le blocage et pour balayer les reformes libérales, et il a raison.
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Jeu 15 Mar - 20:46

Le POID combat EN MÊME TEMPS pour le Front unique afin de chasser Macron (cf la manifestation du 13 mai qui rassemble, aux côtés du POID, nombre de cellules PCF, des groupes d'adhérents PS, ex-PS, Mélenchon, Hamon...) et au niveau syndical pour le Front unique, à tous les niveaux, afin de bloquer les contre-réformes de Macron !

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Eninel le Ven 16 Mar - 12:51

barnum a écrit: Le POID combat EN MÊME TEMPS pour le Front unique afin de chasser Macron (cf la manifestation du 13 mai qui rassemble, aux côtés du POID, nombre de cellules PCF, des groupes d'adhérents PS, ex-PS, Mélenchon, Hamon...) et au niveau syndical pour le Front unique, à tous les niveaux, afin de bloquer les contre-réformes de Macron !

Ah bon maintenant vous voulez aller vers un front unique avec les cadavres politiques que sont les Hamon et les Mélenchon !

Et c'est moi qui suit le lèche cul des politiciens !

Ce que tu ne comprends pas c'est que Hamon avait une relative importance lorsqu'il était le candidat du PS. Aujourd'hui qu'il n'est plus au PS , il est un petit bourgeois insignifiant, il ne va plus jouer aucun rôle dans la lutte des classes.

Pour ce qui concerne le camelot Mélenchon ? Oui allez le fréquenter !
Mais autant vous prévenir, l'homme n'est pas d'une intégrité morale et d'une pureté de classe au dessus de tout soupçon.
Il est le cheval de Troie de la tendance de la bourgeoisie la plus réac ... pour déglinguer la gauche.
Il a déjà à son palmarès les PS et les PCF.
S'il peut flinguer maintenant les NPA et les POID, il ne va pas se gêner crois moi !
Le projet de Mélenchon n'est pas la gauche au pouvoir, mais Mélenchon au pouvoir, même si au nom de ce pouvoir personnel il doit concéder à être le premier ministre de Macron.

Je commence à comprendre pourquoi vous n'écrivez plus front unique ouvrier !
avatar
Eninel

Messages : 662
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Ven 16 Mar - 13:06

Le POID est un parti ouvrier révolutionnaire en construction qui combat pour un Gouvernement ouvrier et une politique ouvrière, donc pour le Front unique ouvrier, de la base au sommet.
Ce sont les militants de base et cadres intermédiaires qui s'associent à nous pour préparer le 13 mai, certainement pas les Mélenchon, Hamon, Laurent .... qui attendent sagement 2022, ni le POI, filiale de la France insoumise, ni toi qui veux conserver Macron par peur du Front national !!
Je parle de "lèche-cul par rapport au NPA" à propos de ta défense de Besancenot alors qu'il accepte sciemment d'être utilisé par Bolloré comme consultant permanent sur C News!

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Ven 16 Mar - 22:11

je parlais d'O.Besancenot
Auquel cas tu es mal renseigné, OB est postier. Actuellement guichetier pour être précis.
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Ven 16 Mar - 23:18

L"un ne doit pas empêcher l"autre car cela fait trois fois en trois semaines que je le vois sur cette chaîne, dans le cadre de la même émission, avec la même animatrice!

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Sam 17 Mar - 0:01

C'est très bien si les camarades ont réussi à le faire passer trois fois sur C News en si peu de temps. Je n'avais pas noté ça, merci d'avoir remonté cette info positive! Very Happy
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  barnum le Sam 17 Mar - 9:01

Bien sûr, ça ne peut pas être C News et Bolloré qui auraient réussi à le faire passer !! Sinon, "révolutionnaire", ça voudrait dire quoi ?

barnum

Messages : 476
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Duzgun le Mar 20 Mar - 12:13

Comme Lénine agent de l'Allemagne, que l'Allemagne aurait réussi à faire passer en Russie. Sinon "révolutionnaire" ça voudrait dire quoi ?

A ce niveau de ridicule dans l'argumentation, heureusement que le ridicule ne tue pas! Laughing
avatar
Duzgun

Messages : 1608
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après son IV Congrès, où va le NPA ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum