Turquie

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Turquie             Empty Turquie

Message  sylvestre le Ven 17 Sep - 10:07

http://www.socialistworker.co.uk/art.php?id=22387

Turkish vote marks decisive victory


by Chris Stephenson

The referendum for democratising changes to Turkey's constitution has been passed by a higher than expected margin, with 58 percent voting yes.

Once again Turkey's population has shown that, given a choice, it will vote against the influence of the armed forces in politics. This repeats the experience of every previous free vote.

The vote would have been even higher but for a boycott of the referendum called by the Kurdish Peace and Democracy Party. In the largest Kurdish city, Diyarbakir, only a third of voters went to the polls, but over 90 percent of those who did, voted yes. In other Kurdish provinces the boycott was even more effective.

The Kurdish boycott has sent a message to the Islamist government that they need to take Kurdish demands seriously. Kurdish parties want constitutional guarantees for their citizenship, language and cultural rights.

Turkey's new party of left unity, the Equality and Democracy Party, campaigned across most of Turkey's provinces for a yes vote while criticising the government's policies and calling for further constitutional change. This is significant because the party, only formed in March, included left currents that would, on their past record, have been expected to vote no.

Unfortunately the opposition the social democratic People's Republican Party and much of the far left supported a no vote—with a few honourable exceptions.

The yes vote has created expectations of change. The left must now force the government to make sure the generals who made the 1980 military coup are prosecuted, go further in democratising Turkey, making the constitutional changes that can open the way to a solution of the Kurdish problem, ending the closure of political parties by the courts, guaranteeing workers and union rights, and reforming Turkey's electoral system.

Lire aussi Ein Sieg gegen die Generäle
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Ven 6 Avr - 21:47

L'âpreté des batailles ouvrières en Turquie :



Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Liberté pour les syndicalistes

Message  Roseau le Sam 29 Sep - 23:57

http://us2.campaign-archive2.com/?u=f3995b46c18cb039818f29a32&id=012bfd58e6&e=8de8072f99
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Turquie

Message  Vals le Jeu 25 Oct - 22:57

Turquie : en procès pour avoir revendiqué son athéisme

Le pianiste et compositeur turc Fazil Say, âgé de 42 ans, mène une brillante carrière internationale. C'est sa notoriété qui lui vaut aujourd'hui de faire la une de l'actualité en Turquie, où il passe en procès pour avoir publié sur son compte Twitter des propos jugés offensants envers l'islam. Il risque dix-huit mois de prison.

Sur Internet, Fazil Say a revendiqué son athéisme, plaisanté sur un muezzin et cité les vers d'un poète persan, Ommar Khayyam : « Vous dites que des rivières de vin coulent au paradis. Le paradis est-il une taverne pour vous ? Vous dites que deux vierges y attendent chaque croyant. Le paradis est-il un bordel pour vous ? »

Sous prétexte de respecter les croyances de chacun, la justice et le gouvernement turc dirigé par le parti islamiste dit « modéré » AKP (Parti de la justice et du développement) veulent faire taire tous ceux qui ne partagent pas leur vision d'un ordre moral religieux imposé à tous. Il s'agit d'imposer un carcan à la population, en l'occurrence sans le moindre « respect » pour les croyances de chacun.

Fazil Say est inculpé en vertu d'un article du nouveau code pénal adopté en 2004, selon lequel « le dénigrement des croyances religieuses d'un groupe » est un délit. Il n'est pas le premier, l'écrivain Orhan Pamuk, par exemple, a également subi un procès. Et plusieurs milliers d'étudiants sont en prison pour délit d'opinion.

Fazil Say s'était déjà attiré des ennuis en 2007, en créant une œuvre consacrée au massacre de Sivas qui avait eu lieu en 1993. Cette année-là, lors d'un rassemblement d'artistes et d'intellectuels de gauche, des islamistes intégristes avaient mis le feu à un hôtel où se trouvaient les participants, faisant 37 morts. Vingt ans plus tard, les responsables n'ont pas été jugés et le gouvernement de l'AKP n'apprécie toujours pas qu'on évoque le sujet, même dans une œuvre musicale.

Fazil Say peut aujourd'hui envisager de s'exiler au Japon dans le pire des cas. Mais ils ne sont pas nombreux à pouvoir le faire. Ceux qui refusent cette intolérance fondée sur des références au respect des dogmes religieux et l'interdiction du blasphème doivent être nombreux à se faire entendre en Turquie... et ailleurs.

Pierre MERLET



LO 26 OCT 2012
Vals
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty 100 syndicalistes accusés de terrorisme

Message  Roseau le Ven 19 Avr - 14:45

http://us2.campaign-archive1.com/?u=f3995b46c18cb039818f29a32&id=0814b3b1a7&e=8de8072f99
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 10:31

Hier et aujourd'hui, cette nuit, des batailles importantes ont lieu à Istanbul à la suite de l'attaque massive de la police contre le campement du mouvement "occupy" taksim gezy park qui commençait à s'accrocher.


Istanbul, la sur-agressivité du régime contre toute forme de contestation, l'envoi de forces policières, l'atteinte systématique contre les libertés démocratiques, une certaine prospérité économique captée par l'affairisme et la corruption, des batailles ouvrières réprimées, tout cela fait penser aux conditions régnant dans la France de 68.

Turquie             20130511Turquie             01turk10





L'attaque par la police du mouvement occupy taksim square met le feu aux poudres

Turquie             13699610Turquie             13699611
Turquie             13700410Turquie             13700411
Délégations ouvrières
Turquie             13700110
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 10:50

Plusieurs milliers à Izmir



C'était aussi cela hier



Puis le soir



Les protestations auraient eu lieu également à Ankara et plusieurs autres villes, il y aurait eu au moins 4 morts et 300 blessés à Istanbul, et des initiatives de solidarité ont commencé à être prises comme à Berlin.




Pour le déroulé avant :
http://en.wikipedia.org/wiki/2013_Taksim_Gezi_Park_protests_in_Turkey

Berlin
Turquie             13700412
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 19:55

Le régime recule et évacue la place Taksim
Aussitôt réoccupée par des dizaines de milliers de personnes dans une atmosphère de victoire


Turquie             Pho7e611

Le pont sur le Bosphore franchit par un cortège

Turquie             39741811

Le 1er ministre Erdogan a reconnu que sa police avait eu des comportements "extrèmes" mais il continue de menacer le mouvement populaire qui a pris maintenant une très grande taille.




Izmir aujourd'hui


Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 20:43

Des bagarres rudes comme la franchissement de ce barrage policier

Une rue d'Istanbul dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2013


Manif de solidarité dans la partie turque de Chypre

Bruits de casseroles la nuit à Istanbul

Et flashs lumineux de solidarité dans la nuit

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  sylvestre le Sam 1 Juin - 20:46

http://ovipot.hypotheses.org/8880

Un printemps turc ?
1 juin 2013
Par Elise Massicard
Ces images inattendues et impressionnantes ont fait le tour de la planète : rues bondées de manifestants, affrontements violents, foules traversant le pont du Bosphore à pied au petit matin… Mais que se passe-t-il donc dans ce pays qui a pourtant vu ces dernières années un miracle économique que beaucoup lui envient ; dont le parti au pouvoir, l’AKP, est parvenu à se faire reconduire avec pratiquement 50% des voix ; qui est acclamé dans les forums internationaux ; et qui semblait en passe de régler le plus épineux dossier politique, la question kurde ?

De manière discrète, mais continue, les tensions s’accumulaient pourtant depuis quelques temps. Les nouvelles restrictions à la vente d’alcool votées cette semaine s’ajoutent à une liste déjà fournie et font grincer quelques dents. Pas plus tard que la semaine passée, s’est déroulée à Ankara une mobilisation originale : des couples sont venues protester contre des lieux publics de plus en plus moralement restrictifs, en s’embrassant en public. Mais ce n’est pas un hasard si la protestation actuelle est partie du parc de Gezi (la « promenade »), voué à disparaître dans un projet d’aménagement urbain du centre « moderne » d’Istanbul, adopté sans concertation. En effet, ce quartier de Beyoglu a été une cible privilégié des politiques de l’AKP : pour ne citer que les initiatives les plus récentes, interdiction des terrasses des cafés et restaurants en 2011 ; construction d’un immense centre commercial sur l’avenue Istiklal, dont un étage était pourtant illégal ; destruction, il y a quelques jours à peine, du cinéma historique Emek malgré de larges protestations ; et, depuis le 1er mai, interdiction des manifestations sur la place centrale de Taksim (adjacente au parc Gezi) et sur l’avenue Istiklal (voir notre édition du 28 mai 2013). Beyoğlu, et notamment de quartier d’Istiklal, symbolise cette Turquie occidentalisée, cosmopolite et branchée dans laquelle ne se reconnait pas l’AKP et que d’aucuns le soupçonnent de vouloir étouffer. Si les habitants et usagers de Beyoğlu s’estiment victimes de desseins ombrageux du pouvoir, c’est aussi car le premier ministre Erdoğan, ancien maire d’Istanbul, garde un œil attentif sur tout ce qui concerne la mégapole de Turquie. Celle-ci occupe, dans sa vision du futur, la place de choix de mégapole mondiale, pour laquelle il nourrit de grandes ambitions : troisième aéroport se voulant le plus important du monde, troisième pont sur le Bosphore dont la première pierre vient d’être posée, herculéen canal parallèle au Bosphore… Autant de grands projets qui ont suscité beaucoup d’opposition, que le pouvoir a su jusqu’à présent contourner, ignorer ou faire taire.

Finalement, la mobilisation autour du parc de Gezi n’aura été qu’une étincelle, celle de trop. En fait, plus que le parc lui-même – certes l’un des seuls espaces verts de cette partie de la ville, mais qui n’était ni très fréquenté, ni très bien entretenu, ni particulièrement valorisé par qui que ce soit, bref qui avait assez peu en commun avec Central Park – c’est l’attitude des forces de sécurité, et plus largement du pouvoir, qui a véritablement mis le feu aux poudres et suscité l’élargissement de la mobilisation, y compris les soutiens au niveau international. La répression tout d’abord, que beaucoup jugent disproportionnée : le 1er mai, alors que les manifestations à Taksim avaient été interdites officiellement en raison des travaux, la zone entière a été bouclée, les transports publics arrêtés à grande échelle, les véhicules interdits, les ponts sur la Corne d’Or levés ; les altercations ont conduit à l’utilisation massive de gaz lacrymogènes, au point d’affecter de très nombreux riverains, y compris à plusieurs centaines de mètres des lieux d’affrontement. Cet usage s’est répété à plusieurs occasions depuis, jusqu’à inquiéter un certain nombre de touristes qui passaient par là.

Mais plus généralement, certains observateurs ont reproché au pouvoir AKP, en particulier depuis sa dernière législature entamée en 2011, son arrogance et ses dérives autoritaires, qui se sont manifestées en particulier par des pressions sur les médias. Ici encore, les annonces de la préfecture d’Istanbul reprises par les grands médias jusqu’à samedi 1er juin dans la matinée, assurant que le nombre de blessés s’élevait à douze, suscitaient déjà l’incrédulité et le malaise. Mais depuis l’annonce de la Chambre des médecins quelques heures plus tard, annonçant plusieurs centaines de blessés, c’est la colère qui domine.

Les médias classiques sont montrés particulièrement discrets, pour ne pas dire absents. Ils ont d’ailleurs fait l’objet de vives critiques. Vendredi soir, les grandes chaînes mentionnaient à peine les événements. Seules quelques chaînes marginales, pour la plupart de gauche, ont relayé les événements, et ont atteint un audimat record. Dans ce contexte, comme dans plusieurs « printemps arabes », les réseaux sociaux ont joué un rôle crucial, à la fois de relai d’information et de canal de mobilisation. Ce support est propice aussi à la propagation de rumeurs et de légendes urbaines. Il y aurait des morts ; les hôpitaux militaires soutiendraient les manifestants ; des policiers et plusieurs préfets auraient démissionné… Il reste difficile de démêler le vrai du faux dans ce contexte de guerre de l’information.

Mais qui est derrière ce mouvement ? Et que veulent-ils ? On ne distingue pas d’organisation principale. Ce ne sont certes pas les organisations de défense du parc ou même écologistes qui auraient pu mobiliser avec une telle ampleur. Plusieurs partis d’opposition et plusieurs clubs de football ont appelé, hier, à se rassembler. De rares bannières sont brandies ici et là : ici un groupe révolutionnaire musulman, là un parti… Mais c’est un phénomène minoritaire. Beaucoup de gens trouvent là simplement l’occasion de manifester un agacement et leur opposition, bien au-delà de la question de Gezi, et cela pour des motifs qui peuvent s’avérer très différents. Les manifestants scandent « Erdogan démission » ou disent s’opposer au « fascisme ». Ils s’opposent à un pouvoir tellement hégémonique qu’il croit pouvoir se permettre d’être parfaitement indifférent à l’opposition et de la prendre pour quantité négligeable. S’exprime de manière assez large un « ras-le-bol » qui est loin de se limiter aux kémalistes farouchement laïcistes, ni aux groupes de gauche radicale, ni encore à tous ceux ayant envie d’en découdre.

Au moins autant que la diversité des manifestants, c’est le nombre et les modalités des soutiens qui étonne : tel restaurant nourrit les manifestants gratuitement ; tel hôtel les accueille ; sur l’avenue Istiklal en état de guerre, des commerçants applaudissent les manifestants ; face au brouillage des lignes de téléphone portable par les forces de sécurité sur les zones d’affrontement, les cafés et restaurants environnants fournissent leurs codes de wifi par réseaux sociaux… Des riverains affichent sur les bâtiments que les manifestants peuvent venir se réfugier chez eux. Dans plusieurs quartiers, au milieu de la nuit encore, de nombreux habitants manifestaient leur soutien en allumant et éteignant les lumières et en descendant dans les rues avec casseroles et poêles. Nombreux sont ceux qui aux fenêtres applaudissent ou acclament les manifestants, comme ceux qui klaxonnent pour les encourager.

Finalement, les gouvernements Erdoğan ont eu à affronter des oppositions, mais principalement portées par des partis eux-mêmes affaiblis. La Turquie a vu peu de manifestations d’ampleur depuis les grands meetings républicains de 2007. Le pouvoir saura-t-il y faire face ? Lorsqu’Erdoğan a finalement pris la parole samedi à midi – dans une réunion sur le commerce extérieur où il vantait la réussite économique du pays- , c’est encore une fois pour défendre le projet de réaménagement de la place Taksim, mais aussi pour attribuer les événements à une coalition entre partis d’opposition et groupes illégaux, bref pour lui nier toute portée et légitimité. Selon lui, qui n’agit pas dans le cadre de la loi ne peut se prétendre défenseur de la démocratie. Justement, on s’est souvent interrogé sur le potentiel de démocratisation de l’AKP ; la gestion des rassemblements actuels pourraient constituer un véritable test. En attendant, des groupes continuent à affluer vers Taksim, des manifestations de soutien à s’organiser dans différentes villes de Turquie et d’ailleurs.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 21:17

Turquie
Le PIB a été multiplié par 95 depuis 1961.


Le chômage est important, surtout dans la jeunesse. Les politiques ultra-libérales se ressentent surtout dans les dernières années sans modifier pour l'instant les tendances de fond.

Turquie             Bmhist12Turquie             Alpahb10

Turquie             Urbani10Turquie             Naissa10

Turquie             Espara10Turquie             Accas_10

Turquie             Conso_10Turquie             Intern10

Turquie             Chom_d10Turquie             Mobile10


Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Sam 1 Juin - 22:57

Utilisation massive de lacrimos par la police

Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Dim 2 Juin - 12:25

Les rues amenant à la place Taksim se dotent de barricades depuis hier.

Cette nuit des affrontements ont repris dans d'autres endroits, notamment à Ankara et Istanbul où des cortèges se sont dirigés pour bloquer les bureaux du 1er ministre Erdogan.


Des rassemblements et manifestations de masse grenadés par la police :

Ankara




Istanbul




Ambiance 68 à Ankara
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  sylvestre le Dim 2 Juin - 17:54

Turquie : récit d'une nuit de résistance sur la place Taksim, à Istanbul

Samedi, 23 heures. La fête continue sur la place et le sol est désormais jonché de bouteilles. Au centre, le monument à l'indépendance de la Turquie est escaladé par des jeunes qui veulent se faire prendre en photo. Jour de gloire, jour historique pour tous ces manifestants qui tiennent leur revanche. La statue d'Atatürk est affublée de toutes sortes d'emblèmes politiques, de drapeaux d'associations LGBT, des couleurs kurdes ou de partis de gauche.

Une danse traditionnelle alévie est improvisée : y entrent des Kurdes qui scandent "vive le président Apo [Öcalan, leader du PKK]" mais aussi des kémalistes avec leur drapeau turc. Joyeuse cacophonie. "Ce qui nous réunit ici, c'est que beaucoup d'entre nous sommes alévis", hurle Metin, originaire de Malatya. Les alévis, une branche éloignée du chiisme, sont environ 15 millions en Turquie et cultivent un mode de vie libéral. "Le gouvernement est un parti sunnite religieux qui ne nous aime pas. Nous ne voulons pas de leurs cours de religion et nous ne voulons pas prier dans leurs mosquées. Nous voulons notre culture", s'énerve Metin.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Copas le Lun 3 Juin - 0:37

Pas un mot sur le site du NPA... comme d'hab sur les choses importantes ....
Quelqu'un peut leur dire ????


C'est bon maintenant , c'est parti.


Dernière édition par Copas le Mer 5 Juin - 19:53, édité 1 fois
Copas
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Roseau le Lun 3 Juin - 2:01

La question est plus vaste.
Ce n'est malheureusement pas un site conçu pour l'information...
Heureusement, l'information utile pour les MR existe ailleurs, ici notamment.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  gérard menvussa le Lun 3 Juin - 10:57

L'impérialisme anglo saxon attaque encore un défenseur patenté de la classe ouvriére ! Vive Endogam, vive le comité de reconstitution du collectif pour la recréation d'une cinquiéme internationale !

Istanbul: «Ce sont les arbres qui cachaient la forêt du ras-le-bol»
2 juin 2013 à 19:04 LeMonde.fr


Témoignages Comment la défense d'un parc a-t-elle débouché sur un vaste mouvement contre le gouvernement? Rencontre avec des manifestants, place Taksim.
Par Quentin Girard (à Istanbul)

Après-midi joyeuse sur la place Taksim à Istanbul, toujours occupée par des milliers de manifestants. Au départ combat pour sauver le petit parc Gezi de la destruction, menacé par le projet de reconstruction d’une ancienne caserne ottomane abritant un centre commercial géant, le mouvement s’est transformé en vaste protestation contre le Premier ministre Erdogan après des violences policières.



Profitant du retrait de la police, dans la nuit de samedi à dimanche les manifestants ont réinvesti la place Taksim et le parc juste à côté, chantant, buvant, dansant, et construisant des barricades au pied des grands hôtels de ce quartier plutôt chic de la rive européenne. Au même moment, des affrontements ont eu lieu à nouveau du côté de Beşiktaş et l’odeur âcre des gaz lacrymogènes remontaient les rues jusqu’à Taksim. Mais la police n’avait, à 17 heures, pas encore tenté de récupérer cette place symbolique, où se déroulent habituellement les manifestations de la gauche et des syndicats.

En attendant peut-être de nouveaux affrontements, les protestataires, le plus souvent des jeunes, hommes et femmes (presque toutes non voilées), nettoient les lieux, plantent des arbres ou appellent Erdogan à la démission. Dans la foule, des supporters, des badauds, des membres de partis kémalistes, mais, surtout des citoyens non-engagés auparavant qui viennent exprimer leur colère. Témoignages.


«On a parfois l’impression que la police veut tuer»

Begüm, 24 ans, ingénieure, et Yağmur, 18 ans, étudiante en biologie.

«Nous sommes venues cette après-midi pour aider les gens qui dorment ici depuis quatre jours. Nous rangeons, nettoyons, apportons à manger. Nous habitons tout près, mais on ne va pas manifester le soir, parce que c’est trop dangereux, on a eu des amis blessés. On a parfois l’impression que la police veut tuer. Alors, avec les casseroles, aux fenêtres, on soutient les protestataires.

«Le mouvement est en train de grandir, au début c’était dans ce petit parc, puis à Beşiktaş, maintenant dans d’autres villes. Mais non, on n'est pas ici contre le gouvernement en général, on veut juste sauver cet endroit, si on commence à en faire une revendication pus générale, on va perdre, parce qu’en face, ils sont plus nombreux. C’est impossible, la majorité des gens soutiennent toujours Erdogan.»

«Depuis vendredi, j’ai dû dormir quatre heures»

Mehmet, 25 ans, sans emploi car rentré depuis une semaine de son service militaire.

«Je suis venu ici à cause des violences de la police contre les manifestants, même si je n’en veux pas aux policiers, je sais qu’ils ne font pas ce qu’ils veulent, qu’ils agissent sur les ordres du gouvernement. Depuis vendredi, j’ai dû dormir quatre heures, je rentre juste chez moi pour prendre une douche et changer de vêtements.

«Je ne sais pas combien de temps ça va durer, je ne suis même pas très optimiste, mais il faut absolument continuer. Il faut montrer à Erdogan qu’il ne peut pas faire tout ce qu’il veut. Depuis qu’il est au pouvoir, il censure la presse, il réduit les libertés des gens. Même si on vote, je n’ai pas le sentiment que l’on vit dans une réelle démocratie.»

«Erdogan veut un pays où les gens ne pensent pas»

Atakan, 26 ans, graphiste.

«Tout a commencé avec une histoire autour de quelques arbres et maintenant cela devient beaucoup plus important. Je suis vraiment impressionné par le nombre de personnes présentes, par la solidarité. Cette nuit, je manifestais, cet après-midi, je range et je ne sais pas de quoi demain sera fait. Peut-être que les gens vont continuer, peut-être qu’ils vont arrêter, parce qu’ils devront retourner travailler.

«Je ne sais pas si on va changer les choses. Je pense qu’Erdogan va encore gagner les prochaines élections, parce que les pauvres gens voteront pour lui. Ils regardent la télé et à la télé on ne parle pas de ce qui se passe ici, on ne parle que des succès du gouvernement. Erdogan veut un pays où les gens ne pensent pas et on se bat contre ça.»

«Le gouvernement remet en cause notre manière de vivre»

Erman, 28 ans, informaticien.

«C’est la deuxième fois que je viens manifester, toute ma famille est là aussi, mes parents, ma soeur, mes cousins. Moi je suis né à Istanbul, et le gouvernement remet en cause notre manière de vivre. Aujourd’hui, c’est le peuple qui manifeste, ce n’est pas un mouvement partisan.

«Je sais bien qu’il y a des élections et j’accepte les victoires de Erdogan, mais il ne doit pas oublier que tout le monde ne pense pas comme lui. Il veut qu’on vive dans un pays islamiste, avec ses lois contre l’alcool, contre le droit des femmes.»
«Une vraie démocratie, c'est quand on peut dire ce qu'on pense»

Ece, 20 ans, étudiante en sciences politiques

«Dans la journée, je manifeste, mais pas le soir, mes parents ne veulent pas, ils sont trop inquiets. On a commencé pour sauver le parc, on a déjà des centres commerciaux partout, on n'en veut pas plus mais le gouvernement n’en a rien à faire. Il détruit les espaces verts, les monuments, les lieux importants qui ont une histoire. Mais maintenant le mouvement proteste aussi contre la gestion dictatoriale du pays, ça fait longtemps que les gens en ont marre.

«Erdogan pense que la démocratie, c’est juste le fait d’aller voter et réprime le droit de s’exprimer en-dehors. Une vraie démocratie c’est quand on peut dire ce qu’on pense, et en Turquie aujourd’hui les gens vont en prison pour ça. Erdogan se présente comme s’il était notre père à tous, qu’il pensait pour nous, à notre place, mais il oublie qu’une moitié du pays ne le soutient pas.

«Je pense que le mouvement va continuer. Beaucoup de personnes qui ne s’intéressaient pas à la politique sont aujourd’hui dans la rue, mais j’espère en même temps qu’on ne sera pas récupérés par des partis politiques, notamment les kémalistes, parce qu’ils ont tout de même des manières de penser et des références un peu dépassées.»

«Ce sont les arbres qui cachaient la forêt du ras-le-bol»

Sinan Logie, professeur d’architecture, 40 ans, belgo-turc.

«J’habite à Istanbul depuis deux ans, c’est à peu près le moment où le projet de ce centre commercial a été lancé. Cela fait longtemps que je m’implique pour sauver ce parc, j’ai signé les pétitions, tous les architectes pensent que c’est une aberration urbaine.

«Au départ, c’est vrai que la protestation concernait un cercle assez restreint de personnes, mais aujourd’hui je vois tout le monde manifester, des étudiants, beaucoup, mais aussi des mecs de Beşiktaş au chômage. Même les supporters des trois principales équipes de foot d’Istanbul, Galatasaray, Fenerbahçe, Beşiktaş s’y sont mis et ont défilé côte à côte, et ça c’est très rare parce que normalement ils s’affrontent.

«Le combat pour ce parc est symbolique. Ce sont les arbres qui cachaient la forêt du ras-le-bol. L’AKP revient sur l’avortement, la consommation d’alcool, nous sommes l’un des pays au monde où il y a le plus de journalistes en prison. On pensait que les jeunes ici étaient à la masse, ne pensant qu’à leurs Starbucks, aller au mall et poster des photos de ce qu’ils mangent sur Instagram, mais en fait ils sont éduqués, mobilisés. On vit des moments de solidarité incroyable ici et j’espère que le mouvement va continuer.

«Les gens scandent: "Bu dana baslangic ! Mücadeleye Devam !", "Ceci n’est que le commencement ! On continuera la lutte". C’est vraiment fort.»

«Nous rendons hommage à Mustafa Kemal»

Yusemin, 37 ans, professeur d’anglais.

«Je suis descendue dans la rue hier après-midi avec des amies. Nous sommes restées à Taksim jusqu’à 4-5 heures du matin. On est rentrées dormir quelques heures et nous sommes revenues ce matin. 


«Il ne s’agit pas seulement des arbres. C’est une manifestation contre le gouvernement et sa politique de restriction des libertés. Aujourd’hui, nous rendons hommage à Mustafa Kemal car c’est à lui que nous devons la liberté, les droits pour les femmes. Il est dans notre cœur. Il y a trois ou quatre ans, Erdogan l’a traité d’alcoolique. La semaine dernière, il a imposé une loi pour restreindre la consommation d’alcool. Nous voulons montrer que nous sommes là et en même temps, nous avons peur. En tant que fonctionnaire, je crains de perdre mon travail.

«Nous sommes tous musulmans, mais cela n’a rien à faire dans l’espace public. C’est une affaire entre Dieu et nous. Je prie, je fais le ramadan, mais je suis une femme moderne. Je ne veux pas me couvrir la tête, je veux lire ce que je veux, boire ce que je veux… Erdogan veut nous imposer des lois religieuses mais nous n’en voulons pas.»
«Je suis venue pour faire du bruit avec les autres»

Consın, étudiante à l’université en informatique, 21 ans

«Je n’ai pas pu être là hier car j’avais mes examens. Ceux d’aujourd’hui ont été annulés et je suis venue pour faire du bruit avec les autres.

«Ce n’est pas seulement à propos de ce projet de centre commercial, on est là pour défendre notre liberté que le gouvernement tente de nous ôter. La destruction du jardin, c’était la décision de trop. Ça suffit, il faut que ça change.

«C’est la première fois que je vois une manifestation de cette ampleur, où, en plus, les partis de l’opposition sont réunis. Mais je ne suis en accord avec aucun d’eux, je suis là pour défendre nos droits, pour dire stop à toutes les décisions injustes, à la violence policière, à la censure des médias, aux arrestations d’étudiants, à la politique vis-à-vis des minorités, aux inégalités du système éducatif… Le gouvernement exploite les croyances religieuses des gens pour mener la politique qui l’arrange. Et il maintient les gens dans la peur.

«Mais je ne suis pas sûre que ça va durer. Les gens vont oublier… Comme toujours.»
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 62
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  yannalan le Lun 3 Juin - 11:11

C’est une manifestation contre le gouvernement et sa politique de restriction des libertés. Aujourd’hui, nous rendons hommage à Mustafa Kemal car c’est à lui que nous devons la liberté, les droits pour les femmes. Il est dans notre cœur. Il y a trois ou quatre ans, Erdogan l’a traité d’alcoolique

Ca, c'est l'hôpital qui se fout de la charité ! Du temps ou leur parti était au pouvoir, c'était bien pire, c'est eux et leurs collègues qui ont ouvert un boulevard à l'AKP !
(et c'est vrai que Kemal était alcoolo)

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  gérard menvussa le Lun 3 Juin - 13:31

Qu'il y ait des partisans de yachar Kémal en Turquie ne me semble pas le scoop de l'année ! Et que ceux ci en profitent pour régler leur compte non plus. Mais le sens politique de tout ça a l'air de t'échapper....
gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 62
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  yannalan le Lun 3 Juin - 14:07

gérard menvussa a écrit:Qu'il y ait des partisans de yachar Kémal en Turquie ne me semble pas le scoop de l'année ! Et que ceux ci en profitent pour régler leur compte non plus. Mais le sens politique de tout ça a l'air de t'échapper....

J'aime bien Yachar Kemal, j'ai lu pas mal de ses bouquins, mais la dame parle de Mustafa Kemal.
Ne t'en fais pas, le "sens politique de tout ça" apparaîtra bien, ça me paraît tôt pour analyser à fond.Mais disons que si je vois des gens manifester pour Sarko dans une manif anti-Hollande, ça me plairait pas

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  sylvestre le Lun 3 Juin - 14:15

Comparer Kemal et Sarko ça n'est pas sérieux. Autant les communistes ont des tas de raisons de critiquer Kemal et le Kemalisme, autant il faut comprendre ce qu'il représente pour les turcs aujourd'hui : un symbole national dans le genre de Nasser en Egypte ou Peron en Argentine, avec ce que ça peut avoir de progressiste et de réactionnaire, suivant les aspects mis en avant, les processus de mémoire sélective etc.
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  yannalan le Lun 3 Juin - 14:24

Les partis kemalistes ont déja été au pouvoir, l'idéologie de ces gens-là a été le pilier de l'armée et de la justice turque. Ils se sont englués dans les scandales. Mais si tu veux, je mettre De Gaulle à la place de Sarko...
Je sais bien qu'il y a plein d'autres gens qui manifestent, mais au fond des choses, je ne vois pas très bien à quoi ça va mener. Le mouvement ouvrier turc est bien malade.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  sylvestre le Lun 3 Juin - 14:28

Bon, faut dire que la seule kémaliste que je connais personnellement est proche du NPA, ex Motivé-es, partisane des droits des kurdes, etc. C'est limité, mais ça me donne l'impression que le "kémalisme" est un truc assez large....
sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  gérard menvussa le Lun 3 Juin - 14:30

J'aime bien Yachar Kemal, j'ai lu pas mal de ses bouquins, mais la dame parle de Mustafa Kemal.
Ce sont mes doigts qui doivent avoir une existence indépendante de mon cerveau, parce que c'est bien Mustafa Kemal auquel je pensais...

Comparer Kemal et Sarko ça n'est pas sérieux
Oui, pour moi cela serait plutot De Gaulle que Sarko....

Et c'est tout aussi abusif de confondre Hollande et Erdogan...

gérard menvussa
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 62
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  yannalan le Lun 3 Juin - 14:34

sylvestre a écrit:Bon, faut dire que la seule kémaliste que je connais personnellement est proche du NPA, ex Motivé-es, partisane des droits des kurdes, etc. C'est limité, mais ça me donne l'impression que le "kémalisme" est un truc assez large....
"kémaliste et partisane des droits des kurdes ?" Du temps de Mustafa Kemal, il n ' y avait même pas le droit de dire qu'il y avait des kurdes, c'étaient des "turcs des montagnes".Le peu de droits qu'ils ont, ça vient du gouvernement actuel... (qui est aussi bourgeois qu'eux, je ne le défends pas)

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Turquie             Empty Re: Turquie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum