Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Gaston Lefranc le Dim 8 Aoû - 23:35

Voici un article du groupe
trotskyste « Permanent Revolution » (scission de la Ligue
pour la V Internationale) : http://www.permanentrevolution.net/entry/3111
Cet article remet en cause,
profondément, la politique et les analyses de Trotsky dans les
années 1920 (sans d'ailleurs remettre en cause son analyse de l'URSS
comme Etat ouvrier). Voici un résumé pour ceux qui ne lisent pas
l'anglais ou qui n'ont pas le temps :





  • Contre les analyses anarchisantes,
    l'article rappelle que la révolution était une révolution
    ouvrière, sous la direction du parti bolchevik (qui avait gagné la
    majorité dans le prolétariat). Il rappelle que jusqu'en 1920, le
    parti bolchevik était un parti d'une incroyable démocratie
    interne, que Lénine n'était pas un gourou (et que d'ailleurs il a
    été par exemple mis en minorité alors qu'il voulait exclure
    Zinoviev et Kamenev pour avoir révélé les préparatifs
    d'insurrection … une faute très grave pourtant !), que les débats
    se menaient en grande partie sur la place publique, etc.




  • Rappel de l'analyse de Trotsky :
    c'est seulement en 1933 que Trotsky considère que la
    contre-révolution (politique) a triomphé en URSS. Avant, il
    considérait qu'on pouvait régénéré l'État ouvrier par la
    réforme du PC, à l'intérieur du PC (et avec les limitations que
    cela implique pour le combat contre Staline, et la solidarité que
    cela implique vis-à-vis de l'extérieur). Il considérait que
    Staline était « centriste » et Boukharine était un
    horrible droitier qui œuvrait à la restauration du capitalisme.
    Avec cette grille de lecture (qui postule l'impossibilité d'un
    autre système d'exploitation que le système capitaliste), Staline
    était un moindre mal, avec qui on pouvait faire des blocs contre
    l'ennemi principal, Boukharine. Trotsky a polémiqué durement
    contre les autres courants de gauche (les « décistes »
    notamment) qui considéraient qu'il fallait construire un autre
    parti, que le PC était irredressable, etc. Trotsky a par exemple
    salué le tournant vers l'industrie de Staline à la fin des années
    1920 quand il s'est débarrassé de Boukharine, considérant qu'il
    avait repris les idées de la « gauche » et qu'il avait
    consolidé les conquêtes sociales de la révolution d'octobre



  • Sur Thermidor (analogie avec le
    coup d'arrêt de la révolution française), Trotsky a eu deux
    positions : dans les années 1920, il a pensé que c'est seulement
    Boukharine qui était « thermidorien » (et
    pro-capitaliste) : thermidorien au sens bourgeois du terme, d'un
    régime autoritaire qui rétablit le capitalisme. En 1935, il change
    complètement de théorie et indique que Thermidor (commencé en
    1924), c'est le régime stalinien, que Staline est le Bonaparte
    (mais un Bonaparte qui incarne la réaction politique sur les bases
    de la révolution ouvrière : propriété collective, etc.). C'est
    seulement à ce moment là qu'il considère qu'il faut créer des
    partis indépendants, et qu'il faut une révolution politique. Mais
    cette révision théorique ne s'accompagne pas d'une auto-critique
    sur la politique qu'il a promu dans les années 1920 : par exemple
    sur la signification du tournant vers l'industrie de Staline ; par
    exemple sur le fait qu'il se soit allié à la fin des années 1920
    avec Zinoviev et Kamenev, qui ont fait Thermidor avec Staline (et
    qui ont toujours incarné l'aile la plus bureaucratique du parti).




  • L'article indique l'importance des
    décisions (défendues par Lénine et Trotsky) de 1921 qui ont
    considérablement changé la nature du parti, dans l'ascension
    ultérieure de Staline. Le ver était dans le fruit. Trotsky a eu
    trois ans de retard : ce n'est pas en 1924 qu'il fallait entamer la
    lutte anti-bureaucratique, mais dès 1921. En outre, en 1924,
    Trotsky revendiquait fièrement (au congrès du PC) l'interdiction
    des fractions dans le parti … sans voir le lien avec la dérive
    bureaucratique qu'il commençait seulement à combattre. L'article
    défend l'idée que Thermidor ne date pas de 1924 mais de 1921.



  • L'article approuve la dissolution
    de l'assemblée constituante et la position du parti bolchevik après
    l'insurrection, à savoir proposer un gouvernement de l'ensemble des
    organisations qui ont soutenu la décision du congrès des soviets
    d'avaliser l'insurrection. La position des mencheviks et des SR a
    exclu de fait toute possibilité de gouvernement commun. Il met en
    avant la démocratie exceptionnelle autour des débats autour du
    traité de paix. Ensuite, la révolution a du se défendre contre
    les SR de gauche qui avaient pris les armes contre le gouvernement.
    De même, le début de la guerre civile a limité la démocratie
    ouvrière mais c'était dicté par les circonstances. La démocratie
    dans le parti restait totale et les débats étaient vifs jusqu'en
    1920 : sur le fonctionnement de l'armée rouge, sur la
    militarisation du travail, sur le rôle des syndicats. Le souffle
    démocratique a perduré pendant la guerre civile, malgré les
    circonstances difficiles qui ont fait que c'est le parti qui s'est
    progressivement substitué aux soviets (compte tenu des
    circonstances de guerre) [chose parfaitement reconnue par Lénine et
    Trotsky]. D'où l'importance, pour la suite, que la démocratie dans
    le parti soit totale pour pouvoir régénérer la révolution et
    revenir au pouvoir des soviets (Lénine a reconnu en 1922 qu'on ne
    pouvait réellement parler d'État ouvrier … et on était bien
    loin de l'idéal de dictature du prolétariat décrit dans son
    bouquin l'État et la révolution écrit juste avant la
    révolution)


    En 1920-1921, il y avait encore une
    vie de parti intense qui faisait que la régénération était
    encore possible. Il y avait principalement deux oppositions de
    gauche (les décistes d'Osinsky et l'opposition ouvrière de
    Kollontai et Chliapnikov) qui luttaient contre ce qui leur semblait
    être la dérive bureaucratique de Lénine et Trotsky. Ces courants
    avaient une audience de masse dans le parti et à l'extérieur.
    C'est l'opposition de gauche (et pas Trotsky) qui s'est opposé par
    exemple, en 1920, au fait que le secrétariat du parti (contrôlé
    par Staline) devenait composé de permanents.




  • C'est pourquoi le nouveau régime
    dans le parti, en 1921, peut être qualifié de Thermidor. Il a
    notamment conduit Miasnikov (ouvrier bolchevik de toujours), ancien
    de l'Opposition ouvrière, à créer un groupe clandestin (Le Groupe
    ouvrier) en 1922 et à se faire emprisonner en 1923. Les décisions
    de 1921 ont empêché les courants de gauche de vivre et d'empêcher
    la dérive bureaucratique d'aller jusqu'à l'irréversible. Les
    Thermidoriens de 1921, ce n'est pas seulement Staline, mais Lénine
    et Trotsky qui ont donc une très lourde responsabilité, et qui ont
    décidé de transformer le parti bolchevique en parti monolithique.
    Comme autres manifestations de Thermidor, il y a l'écrasement de
    Kronstadt, le renforcement des pouvoirs de la direction du parti, et
    l'expulsion ou l'écrasement de l'opposition de gauche en 1921 (puis
    son élimination policière en 1923). La ligne du parti ne pouvait
    plus être contesté de l'intérieur ou de l'extérieur. C'est cela
    qui a permis Staline et la dictature de la bureaucratie sur les
    travailleurs. Et Staline s'appuiera sur la décision du parti en
    1921 pour écraser les trotskystes en leur rappelant … qu'ils
    avaient soutenu cette décision en 1921 !




  • Thermidor va de pair avec le
    passage à la NEP, décision majeure prise non par les soviets, ni
    même par le parti … mais par le comité central. NEP théorisée
    comme un pas en arrière avec comme garde-fou le maintien au pouvoir
    d'un parti bolchevik uni et fort (garant d'une relance future du
    processus révolutionnaire …) capable d'exercer sa dictature.




  • Non seulement Trotsky n'a pas
    mesuré l'importance des décisions de 1921 … mais en plus, il les
    a toujours défendu par la suite. Il a eu le tort d'identifier le
    début de Thermidor avec la date de sa première défaite contre
    Staline (1924) au lieu de l'identifier avec les changements
    structurels qui ont permis l'ascension de Staline. Staline a lui
    très bien perçu l'importance de 1921, et il y a vu l'opportunité
    de mettre en place un Etat fort, stable, capable de développer le
    pays tout en satisfaisant les intérêts de la bureaucratie.

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  chejuanito le Lun 9 Aoû - 7:57

Merci pour le résumé en français. Le débat est intéressant mais pas nouveau. Il y a différents arguments. Sur la question de la lutte contre le BOukharine* droitier et le soutien (très critique) au tournant de Staline vers l'industrialisation, je me souviens qu'à la lecture de l'histoire de la révolution russe, ça m'avait paru on ne peut plus logique et que maintenant encore je ne suis pas sûr que c'était faux comme ligne. Par contre sur la bureaucratisation interne au parti (question du droit de fraction, du permanentat des dirigeants...) j'ai toujours trouvé LT assez peu convaincant, beaucoup moins que sur la question de la société en temps de guerre et de révolution (terrorisme et communisme). Enfin la remarque finale "Il a eu le tort d'identifier le début de Thermidor avec la date de sa première défaite contre Staline" me parait assez révélatrice d'un LT qui a su reconnaitre des erreurs mais qui avait quand même une certaine tendance un peu facheuse à présenter l'histoire (d'après 17, notamment) comme d'un côté la juste voie révolutionnaire sur la quelle il était et de l'autre les erreurs contre révolutionnaire.
* Vraiment un personnage qui m'intrigue, de ses errements ultra-gauchistes aux errements purement droitiers et restaurateurs, de sa grande sagacité intellectuelle à sa médiocrité lâche et cire-pompe (c'est ce qu'en dit LT), sa panique complète (à raison) sur la toute fin...
avatar
chejuanito

Messages : 568
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Gaston Lefranc le Lun 9 Aoû - 13:22

Le point de vue de Trotsky sur le tournant de la fin des années 1920 découle de son analyse (à mon avis erroné) sur le caractère "centriste" du stalinisme à la fin des années 1920 ..... A partir de cette grille de lecture, il était logique d'interpréter le tournant de la fin des années 1920 comme un pas "à gauche" ... alors que c'était à mon avis, un pas décisif dans le renforcement de la bureaucratie ..... Bureaucratie qui asseyait son pouvoir et qui consolidait les bases sociales (la propriété collective qu'elle possédait via la possession de l'Etat) de sa domination de classe ... et non les bases sociales de la révolution ouvrière ! C'est là à mon avis l'erreur (profonde) de Trotsky.

Je suis d'accord avec toi sur la façon d'écrire l'histoire de Trotsky. Ce texte ne soulève pas des questions nouvelles ... mais il me semble intéressant qu'une organisation trotskyste soit capable de sortir ce type d'analyse. Et qui rappelle qu'il n'y a pas que les trotskystes qui se sont opposés à la dégérescence de la révolution, et que d'autres courants (les décistes, l'opposition ouvrière) l'ont fait avant 1923-1924, en s'opposant à l'intérieur du parti bolchevik à Lénine et Trotsky. Ces courants sont souvent mal connus dans la galaxie trotskyste, et c'est bien dommage à mon avis.

Sur la trajectoire de Boukharine, il y a un autre truc que souligne ce texte : le fait que jusqu'en 1920, ce type de "zig zag", un coup "à gauche", un coup à "droite" dans le parti n'était pas exceptionnel ..... Le parti était incroyablement vivant, et le fait que des militants puissent passer d'un courant à l'autre est à mon avis un signe de vitalité ... le signe que des militants révolutionnaires réfléchissaient et cherchaient la meilleure voie possible. Boukharine s'est passionné pour tous ces débats, contrairement à un Staline qui montrait déjà à cette époque qu'il était le candidat idéal pour mettre en place la dictature de la bureaucratie.

Sur Boukharine en tant que tel, on en a une très mauvaise image dans le mouvement trotskyste, le méchant agent de la bourgeoisie qui travaillait à la restauration du capitalisme ... Je ne connais pas suffisamment, mais j'ai du mal à partager cette appréciation. En lisant Boukharine, on se rend compte qu'il cherchait la voie étroite du développement économique avec le souci constant que cela ne débouche pas sur la restauration du capitalisme. Il a abondamment écrit là dessus ..... et je crois qu'il faudrait avoir un jugement nuancé ; sans doute a-t-il fait pencher trop la balance du côté des libertés accordés aux propriétaires privés (pendant la NEP) ... mais Trotsky ne voyait que le risque de restauration bourgeoise ... alors que l'histoire a montré que le risque principal était la mise en place d'un nouveau régime d'exploitation. Boukharine a été utilisé pour éliminer les trotskystes et ensuite il a été éliminé. Je pense que Boukharine a été un révolutionnaire, au même titre que Lénine et Trotsky, qui s'est égaré en frayant avec Staline, qui a vu en Staline un allié pour continuer la NEP (qu'il estimait juste de poursuivre pour sauver la révolution). Je ne veux pas dédouaner Boukharine, mais il me semble que l'homme se rapproche plus de Lénine et Trotsky (sur le plan de la volonté sincère de construire une société communiste) que de Staline, même s'il a suivi Staline plus longtemps. Mais la volonté de bien faire ne suffit pas.

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  sylvestre le Lun 9 Aoû - 20:11

D'après ton résumé, la position de Permanent Revolution est essentiellement formaliste et fait abstraction à la fois du contexte international et de l'état de la lutte de classes en Russie - en lisant rapidement il semble qu'il ne soit pas tenu compte du contexte qui mène à l'interdiction des fractions de 1921, à savoir l'effet délétère du débat sur les syndicats dans un moment d'extrême danger pour le pouvoir soviétique - et le caractère temporaire et relatif de cette interdiction.
De même il semble qu'il ne soit pas fait mention de l'effet de la défaite de la révolution en Allemagne en 1923, puis des défaites au Royaume Uni en 1926 et en Chine en 1927, ni de l'état de la classe ouvrière russe pendant ces années. Or ce n'est qu'en prenant en compte les possibilités d'un nouvel essor de l'initiative ouvrière en Russie et à l'étranger qu'on peut comprendre que les choses étaient encore loin d'être jouées en 1921. Or l'auto-activité ouvrière en Russie est loin d'être nulle durant la NEP (voir là dessus Kevin Murphy), et les possibilités de victoire révolutionnaire à l'étranger rendaient tout pronostic sur une victoire définitive de thermidor très hasardeux.
Visiblement, il y a aussi une grosse incapacité à distinguer la nature des aspirations de la classe paysanne et celles de la classe ouvrière, d'où l'assignation à la répression de l'insurrection de Cronstadt d'un contenu thermidorien.
Du coup les conclusions tirées sont, assez logiquement, que c'est l'action des dirigeants bolcheviks entre 1917 et 1921 qui est à l'origine de la dégénérescence de la révolution.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  verié2 le Mar 10 Aoû - 12:12

Tout en partageant les critiques et réserves de Sylvestre, je suis entièrement d'accord avec Gaston Lefranc sur le fait qu'il est intéressant qu'un groupe trotskyste réfléchisse à ces questions (même s'il n'est pas le premier) et refuse une vision hagiographique de la politique suivie par Trotsky.

Si la politique des dirigeants bolcheviks n'est évidemment pas la cause de la contre-révolution stalinienne, des erreurs découlant d'une vision erronée de la situation ont sans doute facilité cette contre-révolution, et surtout permis à la bureaucratie soviétique de continuer plus facilement à usurper le drapeau du communisme.

Les positions ambigues de Trotsky marquent encore aujourd'hui profondément le mouvement trotskyste. On l'a vu encore récemment quand Nathalie Arthaud a déclaré que le bilan économique de l'URSS était globalement positif.

Les aberrations - symétriques - qui consistent pour LO a considérer toujours la Russie d'aujourd'hui comme un "Etat ouvrier dégénéré" et pour la plus grande partie du mouvement trotskyste à avoir considéré la Chine, le Vietnam, la Corée du Nord, les Etats de l'Est etc comme des "Etats ouvriers" ne sont bien évidemment pas étrangères aux erreurs de Trotsky. Erreurs qu'il avait commencé à corrigé à la fin de sa vie, quand il a notamment expliqué le caractère de l'industrialisation et de la collectivisation staliniennes, comme une volonté d'accaparer la quasi totalité du surproduit social par la bureaucratie au détriment de la petite bourgeoisie paysanne. Analyse qui contredit le soutien critique qu'il a accordé à l'industrialisation...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  sylvestre le Mar 10 Aoû - 14:19

Pour ma part j'en profite pour refaire la promotion d'un texte qui expose la critique la plus pertinente que je connaisse de la pensée de Trotsky : Le marxisme de Trotsky

Un extrait sur la question de Thermidor :

Le plan quinquennal introduisit une période de direction de l'économie selon un plan global de croissance industrielle rapide, de collectivisation forcée de l'agriculture, de destruction de ce qui restait de droits politiques et syndicaux pour la classe ouvrière, une rapide croissance de l'inégalité sociale, une tension sociale extrême et le travail forcé à une échelle de masse. Ce fut aussi le début de la dictature personnelle de Staline et de son régime de terreur policière, avec, plus tard, le meurtre par les armes ou par mort lente dans les camps de travail de la grande majorité des cadres originaux du Parti Communiste et, en fait, de la majorité de la fraction de Staline des années vingt elle-même, en même temps qu'une quantité inconnue mais certainement très importante d'autres citoyens de l'URSS et de nombreux communistes étrangers. En bref, il inaugura l'ère stalinienne.

Le fait que Trotsky puisse, au début, voir tout cela comme un tournant à gauche (même s'il ne fut en possession de tous les faits que quelques années plus tard) indique qu'il avait rechuté dans le substitutisme, du moins en ce qui concernait l'URSS. C'est là une erreur qu'il ne fut jamais capable de corriger complètement. L'argument selon lequel la bureaucratie n'était pas un facteur historique indépendant mais un instrument, un organe exécutif d'autres classes, avait été réfuté de façon décisive lorsque cette même bureaucratie avait simultanément écrasé les koulaks et atomisé les travailleurs.

Au début des années trente, il était encore possible de débattre sur les faits. Le régime totalitaire nouveau-né imposait un silence total sur les faits réels et y substituait sa propre machine de propagande monolithique. Trotsky était moins que tout autre trompé. Ce sont ses conceptions théoriques qui l'ont amené à l'époque à se faire l'avocat des « réformes » en URSS. L'analogie célèbre, et profondément erronée, de l'URSS avec un syndicat bureaucratique date de cette période. Elle était au moins logiquement cohérente aussi longtemps que persistait la stratégie de la réforme.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Gaston Lefranc le Mar 10 Aoû - 16:54

Merci pour la référence, je ne connaissais pas ce texte. Sur la citation que tu fais, cela rejoint ce que dit le texte de Permanent revolution sur le tournant de la fin des années 1920.

Gaston Lefranc

Messages : 777
Date d'inscription : 26/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Roseau le Sam 16 Mar - 0:10

Avec des informations venant de travaux récents
depuis l'ouverture des archives....
Conférence de Charles Aubin faite à l'université d'été du NPA
sur les premières années de la Révolution russe et le tournant de l'année 1921 :
"L'année terrible ou la retraite de Russie"
Audio
https://soundcloud.com/user468951501/charles-uni-2012-mp3
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Babel le Sam 16 Mar - 10:36

Gaston Lefranc a écrit: Je suis d'accord avec toi sur la façon d'écrire l'histoire de Trotsky. Ce texte ne soulève pas des questions nouvelles ... mais il me semble intéressant qu'une organisation trotskyste soit capable de sortir ce type d'analyse. Et qui rappelle qu'il n'y a pas que les trotskystes qui se sont opposés à la dégérescence de la révolution, et que d'autres courants (les décistes, l'opposition ouvrière) l'ont fait avant 1923-1924, en s'opposant à l'intérieur du parti bolchevik à Lénine et Trotsky. Ces courants sont souvent mal connus dans la galaxie trotskyste, et c'est bien dommage à mon avis.
Concernant Miasnikov, animateur du Groupe Ouvrier du PCR, j'avais donné quelques informations sur un fil voisin : http://forummarxiste.forum-actif.net/t264p60-trotsky-et-trotskisme#57277

Une présentation par le site "la bataille socialiste" :
http://bataillesocialiste.wordpress.com/miasnikov-1889-1945/[/quote]

Une notice biographique publiée sur le site du collectif Smolny : http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=95

Et quelques textes :

"Le Manifeste du Groupe ouvrier du Parti communiste russe (bolchevik)" : http://www.left-dis.nl/f/miasgo.htm

"Donnez des juges aux prolétaires russes !" : http://www.left-dis.nl/f/miasrp.htm

Sur sa position vis-à-vis de l'Opposition de Gauche regroupée autour de Trotsky :

- " L’Opposition capitularde jugée par le Groupe ouvrier russe" (Une lettre de G. Miasnikov)
Janvier 1930 http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=1213

- "Extrait d’une lettre de Miasnikov sur la déclaration Rakovski et les 3 critères trotskistes"
http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=1216

- "Russie : Entre bureaucrates et communistes-ouvriers, la lutte de classe continue"
http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=1212

De quoi alimenter ce bel échange...

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  verié2 le Sam 16 Mar - 12:41


verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Riquet le Sam 16 Mar - 13:19

Lefranc,
Contre les analyses anarchisantes,
l'article rappelle que la révolution était une révolution
ouvrière,
C'est pas très honnête ça, les anarchistes n'ont jamais nié qu'il y avait une révolution ouvrière... notamment pas Berkman et Emma Goldman.
Voline lui-même ne le nie pas à ma connaissance, ne confondons pas l'opposition au parti bolchévique avec une opposition à la révolution des conseils...
Enfin merci Lefranc ( et roseau ) ça met un peu d'air et de biodiversité sur le site. Je ne comprends pas bien comment ce courant " thermidor 21" peut se revendiquer trotskiste mais c'est fort intéressant.

Riquet

Messages : 114
Date d'inscription : 22/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Roseau le Sam 16 Mar - 15:30

verié2 a écrit:
Ton lien ne marche pas...

En fait, si. Cela devait être temporaire ou ton ordi.
Je pense d'ailleurs que si tu n'as pas entendu cette présentation,
elle va te passionner!
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  louismichel le Sam 16 Mar - 16:12


"et pour la plus grande partie du mouvement trotskyste à avoir considéré la Chine, le Vietnam, la Corée du Nord, les Etats de l'Est etc comme des "Etats ouvriers" ne sont bien évidemment pas étrangères aux erreurs de Trotsky. Erreurs qu'il avait commencé à corrigé à la fin de sa vie, quand il a notamment expliqué le caractère de l'industrialisation et de la collectivisation staliniennes, comme une volonté d'accaparer la quasi totalité du surproduit social par la bureaucratie au détriment de la petite bourgeoisie paysanne. Analyse qui contredit le soutien critique qu'il a accordé à l'industrialisation...[/quote]

Certainement pas des Etats ouvriers, mais de Etats ouvriers dès l'origine ! Les mouvements de masses, ouvrières et paysannes en Europe de l'Est ou paysannes et ouvrières en Chine, ont contraint Staline, puis Mao, dans le contexte crucial de la guerre froide, "à aller plus loin qu'ils ne le voulaient dans la voie de la rupture avec la bourgeoisie" ( hypothèse parfaitement envisagée par Trotsky et le programme de transition), même si dans les deux cas, s'est renforcée ou constituée une monstrueuse bureaucratie anti-ouvrière, de nature intégralement bourgeoise et donc restaurationniste (c'est malheureusement fait dans l'ex-URSS et dans les pays de l'Est, ça reste à faire notamment en Chine!).

louismichel

Messages : 554
Date d'inscription : 01/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  sylvestre le Sam 16 Mar - 16:21

verié2 a écrit:
Ton lien ne marche pas...

Je l'ai corrigé dans le post, le voici à nouveau : https://soundcloud.com/user468951501/charles-uni-2012-mp3
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  verié2 le Dim 17 Mar - 11:01

On reste un peu sur sa faim par rapport au travail que ce chercheur affirme avoir fait grâce à l'ouverture des archives. En revanche il cite toutes sortes de livres récents qui ont l'air très intéressants.

Sa problèmatique est clairement de remettre en cause une certaine mythologie du bolchevisme volontiers répandue par les organisations trotskystes. Mais, en ce qui concerne la question soulevée par ce fil, il ne se prononce pas sur la nature de classe de l'Etat et du pouvoir après 1921. Il me semble que la bonne façon de poser le problème est : jusqu'à quand le phénomène de bureaucratisation était-il réversible, c'est à dire que le prolétariat pouvait reprendre le pouvoir sans révolution violente ? Quand la bureaucratie est-elle passée du stade de classe en soi à classe pour soi exprimant la volonté d'imposer son propre programme, à savoir "le socialisme dans un seul pays" ?

Trotsky a situé ce "Thermidor bureaucratique" vers 1925 :

(L'Etat ouvrier, Thermidor et Bonapartisme)
1935
Le Thermidor de la Grande Révolution Russe n'est pas devant nous, mais déjà loin en arrière. Les Thermidoriens peuvent célébrer, approximativement, le dixième anniversaire de leur victoire
Certes, il considérait qu'il s'agissait d'un thermidor politique et non social, ce en quoi il se trompait, mais son estimation du saut qualitatif n'en reste pas moins intéressante.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Vals le Dim 17 Mar - 12:10

il considérait qu'il s'agissait d'un thermidor politique et non social, ce en quoi il se trompait

Ben voyons, une évidence..... No
C'est peut-être mieux de dire que Vérié pense qu'il se trompait, et que cinq ans après une guerre civile effroyable, encerclée par toutes les puissances imperialistes et subissant une horreur économique sans précédent, l'URSS était devenue un état bourgeois....

Les ultra-gauches ou les anars ont au moins le mérite d'être cohérents dans leurs errements, en considérant que le prolétariat n'a jamais eu le pouvoir, et que l'état soviétique n'a jamais été ouvrier .

Parler d'un "Thermidor social" n'a aucun sens puisque la référence à Thermidor pour les marxistes, c'est justement le retour en force de la réaction politique qui ne remet pas en cause la nature de l'état issu de la révolution.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  verié2 le Dim 17 Mar - 16:35


Vals
Parler d'un "Thermidor social" n'a aucun sens puisque la référence à Thermidor pour les marxistes, c'est justement le retour en force de la réaction politique qui ne remet pas en cause la nature de l'état issu de la révolution.
Non, le Thermidor redouté par Lénine, Trotsky et l'ensemble des Bolcheviks, jusqu'à ce que Trotsky change d'avis plus tard sur sa signification, c'était tout bonnement la contre-révolution bourgeoise.

Je ne voudrais pas me répéter comme Louismichel, mais une des différences fondamentales entre la révolution bourgeoise et la révolution prolétarienne, c'est que la bourgeoisie n'a pas besoin d'exercer directement le pouvoir politique, qu'elle peut abandonner par exemple aussi bien à un Bonaparte qu'à un gouvernement social-démocrate sans perdre pour autant ses privilèges de classe.
A la différence du capitalisme le socialisme ne s'édifie pas automatiquement, mais consciemment. (souligné par Trotsky) La marche vers le socialisme est inséparable du pouvoir étatique qui veut le socialisme ou est contraint de le vouloir. Le socialisme ne peut prendre un caractère inébranlable qu'à un stade très élevé de son développement, quand les forces productives dépasseront de loin les forces capitalistes, quand les besoins humains de tous et de chacun recevront pleine satisfaction et quand l'Etat dépérira définitivement, en se dissolvant dans la société.
Cette remarque de Trotsky, dans ce même texte de 1935 où il fait son "autocritique" sur sa vision du Thermidor stalinien (http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1935/02/350201.htm) est particulièrement judicieuse. Malheureusement il n'en tire pas les pleines conséquences et continue à croire que le prolétariat pourrait conserver une sorte de pouvoir économique sans disposer du pouvoir politique et que le développement rapide de l'économie russe, sous l'égide de l'Etat serait une preuve du caractère ouvrier de ce dernier.

Franchement, plus je relis ces textes de Trotsky, plus je les trouve bourrés de contradictions et d'inconséquences. Son analyse d'un "centrisme stalinien" prenant des virages droitiers puis gauchistes (l'industrialisation et la collectivisation des terres), qu'il soutiendra tout en critiquant les méthodes utilisées, comme si Staline était seulement un mauvais dirigeant opportuniste et brutal, désarmant ainsi ses derniers partisans en URSS, apparait aujourd'hui clairement erronée à la lumière de la suite de l'histoire...

On peut noter aussi que Trotsky veut à toute force avoir raison contre les Bolcheviks (dont il fait par ailleurs l'éloge militant) qui avaient avant lui dénoncé ce Thermidor dont il convient tardivement en en limitant la portée à une sorte de "bonapartisme ouvrier". Mais, à sa décharge, les courants oppositionnels en question, si leur instinct de classe fut plus sûr, (peut-être parce qu'ils étaient plus proches des ouvriers du rang ?) n'eurent pas non plus à ma connaissance une vision parfaitement lucide de la situation et en particulier du rôle de la bureaucratie. Aucun ne produisit une analyse complète du phénomène, comme Trotsky tenta de le faire avec La révolution trahie. C'était certainement très difficile dans le feu de l'action. Aujourd'hui, avec le recul et l'apparition d'autres "Etats staliniens" comme la Chine, nous disposons d'une clé de lecture plus complète et nous pouvons plus facilement placer l'apparition d'Etats bourgeois sans bourgeoisie dans son contexte...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  sylvestre le Mer 4 Sep - 9:14

Roseau a écrit:Avec des informations venant de travaux récents
depuis l'ouverture des archives....
Conférence de Charles Aubin faite à l'université d'été du NPA
sur les premières années de la Révolution russe et le tournant de l'année 1921 :
"L'année terrible ou la retraite de Russie"
Audio
https://soundcloud.com/user468951501/charles-uni-2012-mp3
J'ai commencé à écouter (les douze premières minutes) - je veux d'abord dire que je trouve ça assez terrible sur la forme : un trop grand nombre de choses sont posées comme des évidences connues de tous les auditeurs, les référence aux bouquins sont carrément cavalières ("évidemment il y a le bouquin connu d'Anweiler sur les soviets..."), bref pas du tout didactique.
C'est lié à ce qui me semble un problème plus global. La problématique centrale n'est simplement pas posée : pourquoi la dictature du prolétariat ? Parce qu'après on peut toujours dire que le pouvoir bolchevik a eu des côtés problématiques, on ne peut pas dire quel type de problèmes (et donc quels éléments ont pu permettre ou précipiter la dégénérescence, etc.).
Bon, voyons la suite...
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  sylvestre le Jeu 5 Sep - 14:20

Une fois tout écouté je confirme : le topo présente un certain nombre de faits intéressants, mais la vision globale est faible ou absente, ce qui ouvre la voie à une banale critique libérale du bolchévisme - ils aurait dû être "plus démocratiques".
Deux exemples ponctuels, l'un factuel, l'autre conceptuel :
- Aubin utilise la relativement célèbre remarque de Latsis, un responsable local de la Tchéka, qui dit en substance qu'il suffit de connaître l'origine de classe d'un suspect pour savoir s'il est coupable. Mais il ne mentionne pas que ce qui l'a rendu célèbre est précisément qu'elle a été critiquée par Lénine comme étant "absurde".
- A propos de Cronstadt Aubin dit qu'il n'est pas sûr qu'il y avait une autre solution que la répression..... mais qu'en tous cas la répression était une erreur terrible. Il faudrait savoir.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégénérescence de la révolution russe : thermidor en 1924 ... ou en 1921 ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum