Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -46%
Oceanic OCEAB120W Batteur électrique – ...
Voir le deal
7.51 €

Margin call

2 participants

Aller en bas

Margin call Empty Margin call

Message  Roseau Jeu 3 Mai - 15:39

SUR LES ÉCRANS, MARGIN CALL, par François Leclerc

Margin Call, pour appel de marge, l’injonction d’un intermédiaire financier d’apporter des fonds ou des collatéraux en garantie supplémentaires que reçoit un intervenant sur les marchés lorsqu’il est en perte potentielle : tel est le titre du nouveau film de fiction sur Wall Street qui vient de sortir. L’histoire d’une grande banque d’affaires au sein de laquelle il est fortuitement découvert, le jour où est décapité le service non productif de gestion du risque, que le modèle de gestion utilisé a induit en erreur et que les pertes potentielles sur lesquelles la banque est assise vont au-delà de sa capitalisation… Elle ne pourrait pas répondre à l’injonction et coulerait aussitôt.

Réuni à la hâte et en pleine nuit, l’état-major de la banque décide alors de se débarrasser le matin même et dans la précipitation des produits structurés toxiques qu’elle détient. Trompant par la même ses contreparties (ses partenaires et clients) en leur vendant ceux-ci pour faire la part du feu afin de ne pas devoir assumer le risque. Décidant de se griller sur le marché plutôt que de faire faillite, dans l’espoir de se relever ultérieurement une fois la tempête passée, quitte à précipiter les autres dans ce à quoi elle a échappé. Car les dirigeants savent que c’est Wall Street qu’ils vont mettre en péril pour se sauver, mais ils n’hésitent pas…

L’histoire n’est pas sans rappeler plusieurs épisodes récents de Wall Street et met en scène le déroulement de la crise vu de l’intérieur de la banque. Une sorte de huis clos dont on ne sort que pour fumer une cigarette sur le parvis ou sur les toits, pour se détendre en allant prendre un café dans la rue et se défouler entre collègues dans les bars et les boîtes d’escort girls. Le film se concentre sur la « human touch » et sur l’attitude de la hiérarchie de la banque pour mettre en évidence ses ressorts. Peu de passion affichée mais la mise à nu des rapports de force et des calculs, avec un zeste de cynisme quand il le faut, qui se traduit par la conviction que tout cela est dans la nature des choses, à chacun son devoir et ses petites compensations, car c’est ainsi que fonctionne le monde et qu’il faut bien quelqu’un pour faire le boulot. Autant en profiter ! Par également la vision que les dirigeants de la banque s’en remettront, tout du moins ceux qui ne seront pas laissés sur le côté. Mais ils sont épinglés au passage, pour reconnaître qu’ils ne comprennent rien au travail de leurs traders ou de leurs « quants », en leur réclamant à plusieurs reprises de s’expliquer avec des mots simples, animés par une seule et unique motivation : sauver leur peau et préserver leurs gains. Convaincus de pouvoir rebondir car c’est dans les situations de crise que se font les meilleures affaires.

Le tableau des motivations des uns et des autres s’efforce d’être le plus fidèle possible, la seule touche véritablement humaine mais morbide est donnée par la mort symbolique du chien de l’un des grands cadres de la banque. Ce dernier, touché par cette disparition plus que par le désastre auquel il a contribué et auquel il répugnait de procéder, est la pièce opérationnelle maîtresse du sauvetage de la banque ; il ne résout pas à démissionner comme il en avait l’intention une fois sa mission accomplie, pour des raisons d’argent piteusement avouées ; il reste non sans avoir reçu de son président un gros chèque dans les toilettes, ce lieu où l’on se retrouve devant le miroir ou pour libérer en cachette son angoisse. C’est le cas d’un jeune trader qui craque, coupable d’aimer son métier et dans l’attente de son licenciement annoncé. Nombreux sont les autres cadres qui trouvent leur consolation dans les primes de licenciement mirobolantes qui leur sont versées pour acheter leur silence. Survivent enfin ceux qui se sont déchargés de leurs responsabilités en licenciant sans états d’âme leurs subalternes, car il faut bien des boucs émissaires.

Une tranche de vie à Wall Street, sans qu’il soit besoin d’en faire une charge, ce qui lui donne d’autant plus de force.
Roseau
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Margin call Empty Re: Margin call

Message  verié2 Mar 29 Mai - 15:32

Excellent film, à voir et à faire voir ! Une véritable leçon sur l'économie virtuelle. Le grand patron du film est plus lucide que, hélas, bien des militants : il ne croit pas à la moralisation de la finance, et pour cause.

Un seul petit reproche. On a du mal à croire que le chef de service qui a passé 34 ans dans cette institution financière consacrée à la spéculation éprouve encore quelques scrupules moraux face à une ultime manoeuvre destinée à sauver les meubles du patron, et les siens par la même occasion, puisqu'il fera partie des rescapés de la boucherie. (On ne plaint tout de même pas trop les "victimes" dont les moins payées touchent 250 000 dollars par an à 23 ans.)

Ne croyez pas que le film soit ennuyeux. Son rythme est celui d'un véritable thriller qui se déroule en une nuit et presque entièrement dans les bureaux de l'entreprise. On est scotché du début à la fin.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum