Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Mannesmann – Set de tournevis – 18 ...
Voir le deal
13.02 €

Le(s) Congo(s)

Aller en bas

Le(s) Congo(s) Empty Le(s) Congo(s)

Message  nico37 Dim 17 Avr - 19:33

Lutte ouvrière : le Syeco en atelier de diagnostic organisationnel
SAMEDI, 16 AVRIL 2011 14:54 0 COMMENTAIRES ENVOYER

Les délégués syndicaux du Syeco venus de toutes les provinces de la République sont, depuis hier vendredi 15 avril à la résidence Marika de Gombe, en atelier de diagnostic organisationnel et de validation du travail réalisé jusqu’ici.

Les délégués des enseignants affiliés au Syndicat des enseignants du Congo (Syeco) venus de toutes les provinces de la République sont, depuis hier vendredi 15 avril - et ce, pour deux jours-, en atelier de diagnostic organisationnel de leur structure syndicale.

Ces assises qui se tiennent grâce à l’appui de la Centrale syndicale du Québec (CSQ) et l’Agence canadienne pour le développement (ACDI). Pour ce faire, Richard Langlois et Gabriel Marchand, deux émissaires de la CSQ ont effectué le voyage de Kinshasa pour accompagner le Syeco dans cette tâche.

A en croire Richard Langlois, chargé des relations internationales à la CSQ, cet atelier est un moment d’arrêt que marque le Syeco en vue de s’interroger sur son fonctionnement, ses structures, voir ce qui marche et ce qui ne vas pas encore afin de scruter l’avenir. Il a aussi énoncé la démarche à suivre durant l’atelier qui, de son avis, doit être à la fois participative et interactive. Dans la mesure où les participants sont appelés à travailler sur la présentation qui sera faire au cours de l’atelier en vue, au bout du compte, de valider ce qui ressortira de la présentation. Au cours de la première journée, le travail sera consacré au diagnostic et les enjeux de l’action syndicale pour les prochaines années alors que la 2ème journée se propose de dégager les orientations pour l’avenir.

LE REVE DU SYECO : UNE SOCIETE PLUS EGALITAIRE

Richard Langlois en a profité pour présenter la CSQ qui, a-t-il ajouté, est une organisation regroupant les travailleurs et travailleuses d’environ 190 structures relevant des secteurs publics, principalement des secteurs éducatif, de santé, services sociaux, loisir, culture, communication… Avant d’ajouter que sa structure collabore depuis plus d’une dizaine d’années avec le Syeco dans une coopération bilatérale.

Venant à sa suite, Gabriel Marchand, ancien directeur général de la CSQ et actuel secrétaire général du Comité syndical francophone de l’éducation et de la formation de la CSQ, structure accréditée auprès de la Francophonie, a mentionné que sa délégation est venue animer le processus de réflexion de Syeco. Ils sont onc venus à Kinshasa avec des questions qu’ils se sont posées au niveau de la société québécoise pour déterminer leurs priorités et actions.

Et ce sont ces mêmes questions qu’ils vont poser aux délégués du Syeco mais peut-être avec des réponses différentes parce qu’elles tiendront compte des réalités de l’enseignant congolais. Dans la réalité, il s’agit d’interroger le Syeco sur ses réalités de fonctionnement, de l’environnement dans lequel il évolue et trouver de bonnes réponses en vue de se projeter dans l’avenir sur des bases claires.

Compte tenu de la situation actuelle, le Syeco doit voir ce qui devait être fait pour essayer d’influencer l’évolution de la société congolaise dans le sens que le Syeco recherche à asseoir une société plus juste, plus égalitaire, en vue d’une éducation de qualité et une revalorisation du statut de l’enseignant, moteur de développement durable de la République.

Mais auparavant, Jean-Pierre Kimbuya, dans discours d’éclairage et d’orientation, a fait l’état des lieux de la lutte menée par le Syeco. Laquelle est fondée, croit-il, sur des valeurs de solidarité, de justice, d’égalité et de professionnalisme pour autant que l’enseignant est le modèle de la société : « Magister dixit », entendez « le maître a dit ».

En tant que syndicat socialiste, a enchaîné Jean-Pierre Kimbuya, l’atelier se présente comme un temps d’arrêt pour réfléchir sur la fonction enseignante en RDC. Pour cela, les participants à l’atelier de la résidence Marika vont réfléchir sur un agenda réaliste en terme de moyen pour atteindre les objectifs escomptés. Car, il faut se dire que l’action syndicale est menée en vue de résoudre un problème réel, et dans le cas de la société congolaise, il s’agit, notamment, de celui de la précarité socioéconomique de l’enseignant. C’est donc l’occasion d’explorer les pistes en vue d’améliorer ces conditions et amener la jeunesse à être attirée par la fonction enseignante. Il s’agit enfin d’une dignité à restaurer à l’enseignant qui, hier encore, était le modèle du mari à épouser dans la société congolaise.

A quelques jours de la célébration de la journée de l’enseignement, l’enseignant congolais va afficher un profil bas, a fixé le secrétaire général du Syeco. A cause notamment de la précarité du traitement qu’il bénéficie de la part de l’Etat-employeur ; lequel traitement ne lui permet pas faire face au coût de la vie.

Une assemblée générale des délégués syndicaux venus de onze provinces fera lundi prochain le point de la situation socioprofessionnelle de l’enseignant à travers la République. Cette assemblée s’annonce déterminante dans la mesure où elle se tient juste après l’atelier de diagnostic qui donnera aux gouvernants actuels la photographie de l’attitude que va afficher l’enseignant congolais en cette année électorale, a martelé le secrétaire général du Syeco Jean-Pierre Kimbuya.

nico37

Messages : 7065
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum