La Riposte n°63 - Editorial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Riposte n°63 - Editorial

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 20 Sep - 13:00

Salut camarades,

Voici l'Editorial du journal La Riposte n°63 - septembre et octobre 2012

Bonne lecture !

La radicalisation des travailleurs européens - Edito du n°63
Le jeudi 20-09-2012

http://www.lariposte.com/la-radicalisation-des-travailleurs,1818.html

Dans les perspectives élaborées par La Riposte, nous avons constamment expliqué le changement fondamental qui s’est produit dans l’économie européenne. Nous avons dit que le capitalisme signifiait désormais la régression sociale permanente, et qu’aucun ordre social ne pouvait continuer sur cette pente sans préparer les bases d’une révolution. Les événements en Grèce, et maintenant en Espagne, confirment cette analyse. Ils démontrent que la crise économique en Europe commence à se transformer en une crise de régime.

Quand des centaines de milliers d’Espagnols sont descendus dans la rue pour accueillir les mineurs qui avaient marché sur la capitale à partir des Asturies, de Léon, d’Aragon et de Puertollano, le 10 juillet dernier, l’ampleur et l’élan de cette mobilisation ont transformé la psychologie de l’ensemble de la classe ouvrière. Les mineurs sont en lutte contre la mort de leur industrie minière (voir p. 11).

L’exemple des mineurs et leur détermination à faire reculer le gouvernement ont fait tache d’huile. C’est comme si les travailleurs des différents secteurs de l’économie et des services publics s’envoyaient des signaux  : « Nous sommes prêts ! Et vous ? » - « Oui, nous sommes prêts, nous aussi  !  » Le 19 juillet, 800 000 manifestants ont défilé à Madrid, et au moins 400 000 à Barcelone. Les employés des ministères et des administrations, les personnels des tribunaux, des écoles et des universités ou encore des hôpitaux, ont massivement participé. Des contingents de pompiers étaient dans les cortèges. La jeunesse était dans la rue, elle aussi. Comme nous l’expliquions à l’époque, le mouvement des indignados n’était qu’une anticipation de ce qui se passe désormais à une échelle beaucoup plus grande  !

Le gouvernement a envoyé la police contre les manifestants à de nombreuses reprises. Les policiers, qui comptent dans leur rang bon nombre de fascistes, ont fait preuve d’une extrême brutalité, faisant des centaines de blessés parmi les manifestants. En même temps – et c’est un fait de la plus haute importance – de nombreux policiers, des gardes civils et des militaires se sont joints aux manifestants. Sur leur pancartes et drapeaux, ils ont inscrit  : « Au service du peuple, pas des banques  !  »

Le gouvernement espagnol veut réduire de 65 milliards les dépenses publiques. Cette politique désastreuse, loin d’aider l’économie espagnole à sortir de la récession, l’enfoncera dans une récession encore plus profonde. Les «  plans de sauvetage  » successifs, concoctés par les instances européennes et par les gouvernements des pays membres, ne sauvent que les profits des capitalistes qui sont responsables de la crise, tout en aggravant le chômage et la casse industrielle et sociale. L’instabilité sociale et politique qui existe en Grèce et en Espagne va nécessairement s’étendre à d’autres pays – dont, immanquablement, la France – dans les mois et les années à venir.

Souvent, il est vrai, des périodes de grandes luttes tendent à s’estomper, cédant la place à un calme apparent. Il en sera sans doute ainsi en Espagne. En France, un phénomène similaire s’est produit dans la foulée de la lutte pour la défense des retraites, en 2010. De telles pauses sont inévitables. On ne peut pas maintenir les travailleurs dans un état d’ébullition permanente quand leurs adversaires refusent de céder. Clairement, l’acharnement des capitalistes est tel que des manifestations – aussi massives et impressionnantes soient-elles – et même des grèves de plus ou moins longue durée ne peuvent pas aboutir à des résultats tangibles. Même dans le cas où les capitalistes et les gouvernements consentent à quelques concessions, ce n’est jamais que pour revenir à l’offensive plus tard. La lutte est une école dure, mais les travailleurs y apprennent énormément. Leurs idées se radicalisent. On l’a vu et on l’a senti, en France, pendant la campagne présidentielle, avec les rassemblements de masse en soutien à Mélenchon et au Front de Gauche. En se heurtant à l’attitude implacable des capitalistes, et en se heurtant aussi, aux limites de leurs propres idées, organisations et méthodes de lutte, les travailleurs passeront de la lutte contre les conséquences du système à la lutte contre le système lui-même. Le socialisme est une nécessité incontournable pour en finir avec la régression sociale.

Cette grande perspective implique de grandes responsabilités. Tout en nous engageant à fond dans les luttes en cours, nous ne devons pas oublier la nécessité de mettre les programmes de nos propres organisations – de nos syndicats, du PCF et du Front de Gauche – en conformité avec les tâches révolutionnaires qui sont devant nous.
avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte n°63 - Editorial

Message  Roseau le Jeu 20 Sep - 18:24

Gayraud de Mazars a écrit: mettre les programmes de nos propres organisations – de nos syndicats, du PCF et du Front de Gauche – en conformité avec les tâches révolutionnaires qui sont devant nous. [/i]

C'est du Coluche ? Laughing
Des organisations totalement verrouillées par des directions qui ne doivent leur existence
qu'à leur capacité à se mettre en travers de toute stratégie et développement révolutionnaire !

Naiveté de certains, complicité de leurs dirigeants sans aucun doute...
Ils ne peuvent pas être aussi incohérents.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte n°63 - Editorial

Message  Eugene Duhring le Jeu 20 Sep - 19:44

Gayraud de Mazars a écrit:Salut camarades,

Voici l'Editorial du journal La Riposte n°63 - septembre et octobre 2012

Bonne lecture !

La radicalisation des travailleurs européens - Edito du n°63
Le jeudi 20-09-2012

http://www.lariposte.com/la-radicalisation-des-travailleurs,1818.html


Le gouvernement espagnol veut réduire de 65 milliards les dépenses publiques. Cette politique désastreuse, loin d’aider l’économie espagnole à sortir de la récession, l’enfoncera dans une récession encore plus profonde. Les «  plans de sauvetage  » successifs, concoctés par les instances européennes et par les gouvernements des pays membres, ne sauvent que les profits des capitalistes qui sont responsables de la crise, tout en aggravant le chômage et la casse industrielle et sociale. L’instabilité sociale et politique qui existe en Grèce et en Espagne va nécessairement s’étendre à d’autres pays – dont, immanquablement, la France – dans les mois et les années à venir.
Je suppose donc que toute tentative de s'opposer aux "«  plans de sauvetage  » successifs, concoctés par les instances européennes et par les gouvernements des pays membres, ne sauvent que les profits des capitalistes qui sont responsables de la crise, tout en aggravant le chômage et la casse industrielle et sociale" serait une diversion, un combat perdu d'avance et sans intérêt. N'est-ce pas GDM ?

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte n°63 - Editorial

Message  Gayraud de Mazars le Jeu 20 Sep - 20:23

Salut camarades,

Je n'ai jamais dit que la lutte contre le TSCG était sans intérêt, mais à titre personnel comme chacun s'exprime sur le forum, je pense que c'est une impasse où je n'irai pas. D'ailleurs ce texte sera voté facilement par les députés. il n' y aura pas de referendum, que des désillusions. Quant à faire des choix, je ne suis pas sûr que le 30, ramène autant de gens que cela. Je peux me tromper, mais cela ne me semble pas évident.

En ce qui me concerne, le RDV d'Aulnay, le 29 septembre, sur la lutte PSA avec les syndicats du 93, à la cité des 3000 a une autre valeur de lutte, sans doute plus primordiale, à mes yeux. Identifier clairement le combat de la classe ouvrière pous sa survie. Cependant je n'ai pas dit non plus que le TSCG, n'aurait pas de conséquences sur les travailleurs, bien sûr que si !

De province, c'est pas forcément évident de monter à Aulnay, mais c'est ce choix là que je ferai si je monte, celui du 29. Mais je n'oppose pas la lutte contre le TSCG, et celle des emplois et leurs sauvegardes. Si j'étais sur Paris j'aurai fait les 2 manifs, le 30 pour être avec mes camarades du PCF, et aussi combattre leurs illusions, pour que la chute ne soit pas trop dure... Je peux reprocher au PCF de ne mobiliser que pour le 30, je ne suis pas du tout d'accord avec cette stratégie !

J'ai pas dit que c'était simple, mais quand c'est l'incendie on ne combat pas la fumée, mais le brasier lui - même...

Bien fraternellement,
W catharos

avatar
Gayraud de Mazars

Messages : 544
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 49
Localisation : En Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte n°63 - Editorial

Message  Eugene Duhring le Jeu 20 Sep - 20:31

Gayraud de Mazars a écrit:Salut camarades,

Je n'ai jamais dit que la lutte contre le TSCG était sans intérêt, mais à titre personnel comme chacun s'exprime sur le forum, je pense que c'est une impasse où je n'irai pas. D'ailleurs ce texte sera voté facilement par les députés. il n' y aura pas de referendum, que des désillusions. Quant à faire des choix, je ne suis pas sûr que le 30, ramène autant de gens que cela. Je peux me tromper, mais cela ne me semble pas évident.

En ce qui me concerne, le RDV d'Aulnay, le 29 septembre, sur la lutte PSA avec les syndicats du 93, à la cité des 3000 a une autre valeur de lutte, sans doute plus primordiale, à mes yeux. Identifier clairement le combat de la classe ouvrière pous sa survie. Cependant je n'ai pas dit non plus que le TSCG, n'aurait pas de conséquences sur les travailleurs, bien sûr que si !

De province, c'est pas forcément évident de monter à Aulnay, mais c'est ce choix là que je ferai si je monte, celui du 29. Mais je n'oppose pas la lutte contre le TSCG, et celle des emplois et leurs sauvegardes. Si j'étais sur Paris j'aurai fait les 2 manifs, le 30 pour être avec mes camarades du PCF, et aussi combattre leurs illusions, pour que la chute ne soit pas trop dure... Je peux reprocher au PCF de ne mobiliser que pour le 30, je ne suis pas du tout d'accord avec cette stratégie !

J'ai pas dit que c'était simple, mais quand c'est l'incendie on ne combat pas la fumée, mais le brasier lui - même...

Bien fraternellement,
W catharos

Des désillusions vis à vis de qui ? Des fourriers de la bourgeoisie qui se planquent dans le Parti Socialiste ? Serait-ce sans intérêt que de faire tomber ces illusions chez les travailleurs ?
Sinon je vois que tu as nuancé tes dernières intervention et je respecte tout à fait les priorités dans la lutte faute d'avoir les forces suffisantes.
Attention aussi à la forme de la lutte avec les travailleurs de PSA. Pour l'avoir vécu, les travailleurs se méfient de la récupération politique. Ce qu'ils veulent c'est le règlement de leurs problèmes : du boulot pour nourrir leurs familles et si possible là où ils vivent. Ils ne veulent pas d'incantations, de grands discours sur le capitalisme,. Ils attendent des actes, un cadre d'organisation contre leur patron et pas des phraseurs ...

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Riposte n°63 - Editorial

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum