Le Bulletin Lyonnais (AJR)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Bulletin Lyonnais (AJR)

Message  nico37 le Mer 14 Déc - 17:07



Edito du Bulletin Lyonnais n°29 :

Au cours de ce dernier mois un séisme politique semble frapper le monde entier. L' « ordre établi » à grand renfort de bombes par les puissants du monde est plus instable que jamais.
En Tunisie la révolution s'approfondit autour de la population organisée dans ses comités de défense de la révolution. Le journal du capital financier Les Echos s'alarme du fait que « les soviets s'installent en Tunisie ». En Egypte aussi le processus révolutionnaire s'approfondit. Les travailleurs rejettent massivement les syndicats d'Etat et constituent leur propre centrale syndicale indépendante.
Au même moment les craintes des capitalistes se vérifient : la vague de la révolution tunisienne atteint l'Europe. Après l'Irlande, c'est le parlement portugais qui a été contraint de refuser de voter le plan d'austérité du gouvernement « socialiste » Socrates, poussant ce dernier à démissionner. Au Royaume Uni ce sont 500 000 manifestants qui ont envahi les rues de Londres, du jamais vu en une génération.

Et en France? En application du Pacte de compétitivité européen, le gouvernement entend inscrire dans la constitution la réduction des déficits publics (cf. article « Actualité »). C'est au nom de la réduction de ce déficit fabriqué de toutes pièces (en « sauvant » les banques, en exonérant les entreprises de charges sociales, etc...) que sont détruits les services publics. C'est au nom de la réduction des déficits publics que les Universités seront financées par des banques et des entreprises. C'est encore sous ce prétexte que les bâtiments des Universités seront vendus au privé et devront être loués par les facs. Pour réduire les déficits publics, on ferme les hôpitaux, on supprime 16 000 postes de profs [1].
Et que propose l' « opposition »? Le projet du PS pour 2012 fait, lui aussi, une priorité de la réduction des déficits publics, en prévoyant 25 milliards d'euros du 5 ans. Ce seront 25 milliards à prendre sur le dos des travailleurs comme en Grèce, en Irlande ou au Portugal.

Qui s'étonnera alors des résultats des élections cantonales? Plus de la moitié des votants (62% au moins à Lyon, jusqu'à 70% dans les quartiers populaires) se sont abstenus, exprimant ainsi leur rejet de cette politique. Dès le premier tour, le PS et l'UMP ont perdu environ un million de voies par rapport à 2004. Le FN en perd 100 000. Entre les deux tours, le PCF et les Verts ont appelé à voter PS. Le Parti « de gauche » a appelé à voter « pour la gauche », donc pour le PS. Le NPA, quant à lui à multiplié les appels avec ces partis pour que l'Union Européenne poursuive en Tunisie la politique qui a amené la population à se révolter. On peut lire dans son journal « Il n'y a pas si longtemps, l'Europe se targuait de déployer une politique euro-méditerranéenne. Cette ambition aurait-elle volé en éclat [...] ». En appeler aux affameurs et aux pilleurs...

Tout le cirque auquel nous assistons depuis traduit une seule chose. Tous sont apeurés de ne plus pouvoir contrôler la population. Tous prêchent l'alternance pour 2012... pour mener la même politique dictée par l'Union Européenne.

Par sa part, l'AJR ne combat pas pour l'alternance, mais pour la rupture. La même rupture que celle imposée par la population tunisienne. La même rupture que celle qu’incarnent les centaines d'étudiants de Lyon qui s'organisent à l'initiative de l'AJR contre le projet IDEX de destruction de l'Université (cf articles sur l’activité des groupes). La démocratie exige, en France comme en Tunisie, la satisfaction des revendications de la population. La démocratie exige d'en finir avec la dictature de cette dette qui n'est pas celle du peuple. La démocratie exige de rompre avec l'Union Européenne. Mais cela exige qu'il existe en France une organisation de jeunes qui refuse de sacrifier la jeunesse et ses revendications.
L'AJR a posé les premières pierres d'une telle organisation. Nous vous invitions à discuter avec nous de la prochaine étape lors de son IIIè Congrès.
Dors et déjà, les centaines d'étudiants de Lyon qui s'organisent dans leurs amphis, adoptent leurs revendications, élisent des délégués pour les représenter; dessinent les contours de l'organisation de masse dont nous avons besoin pour nous défendre.
[1] Une dépêche de presse Reuters du lundi 04 avril annonce par ailleurs que les proviseurs pourront à présent recruter des étudiants ou des jeunes retraités comme remplaçant directement au Pôle Emploi selon Luc Chatel dans le Figaro. Les profs ne seraient plus fonctionnaires, ni même vacataires. C'est un pas de plus vers la précarité et la destruction de l'enseignement.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum