Les mercenaires de la science

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les mercenaires de la science

Message  gérard menvussa le Mar 21 Juin - 23:17

es mercenaires de la science
VOGEL Laurent
3 décembre 2010


Une traduction française du titre du livre passionnant de David Michaels1 serait  : «  Le doute est leur produit. Comment l’assaut de la science par l’industrie menace votre santé  » [1]. La première partie de ce titre est directement empruntée à une déclaration d’un dirigeant de l’industrie des cigarettes  : «  Le doute est notre produit dès lors que c’est le meilleur moyen de faire front au «  corps de faits  » qui forme l’opinion du public général. C’est aussi une manière de créer la controverse  ».

L’auteur se penche sur la façon dont les milieux industriels sont parvenus à renverser le sens des mots. Ils revendiquent une «  science solide  » qu’ils opposent à la «  science de pacotille  » de manière à retarder aussi longtemps que possible les décisions politiques concernant des risques.

D’où vient cet amour de l’industrie pour la perfection scientifique  ? Comment expliquer le contraste entre la mise sur le marché rapide de toute nouveauté, y compris en l’absence de la moindre évaluation des risques, et l’exigence d’une évaluation exhaustive et détaillée dès qu’apparaissent des initiatives pour protéger la santé  ? Selon David Michaels, les premières tentatives d’entreprises multinationales pour défendre leur cause à travers la promotion d’une «  science solide  » remontent à la période précédant la Deuxième Guerre mondiale. Il s’agissait d’éviter une réglementation publique concernant les substances cancérogènes auxquelles sont exposés des travailleurs. Et, au passage, de limiter les inconvénients des procès de victimes. L’industrie a su prendre les devants. Elle a orienté les recherches sur l’amiante dans les années 30. Elle a pris l’initiative d’un développement important des expertises en hygiène industrielle... avec comme constante la sous-estimation des risques. L’auteur montre comment, vers la même époque, l’industrie des colorants se lance dans des programmes de recherche pour éviter d’être contrainte à des mesures de prévention efficaces. Au fil des ans, l’argumentaire des scientifiques travaillant pour l’industrie n’a cessé de se sophistiquer.

Stratégie d’une science mercenaire

L’auteur passe en revue les pratiques d’une science mercenaire. Dans des domaines aussi variés que le tabac, le plomb, les colorants de synthèse, le gaz fréon, certains additifs alimentaires, les médicaments ou l’énergie atomique, on a l’impression que le scénario ne cesse de se répéter. Face aux premières données qui signalent un danger important pour la santé, des scientifiques mobilisés par l’industrie n’ont de cesse de relativiser la situation, d’insister sur les limites des connaissances et sur la marge d’incertitude. Une des techniques consiste à exiger de prouver que les travailleurs concernés n’ont pas été également exposés à une autre substance nocive.

Cette stratégie du doute permet à l’industrie de reprendre l’offensive sur un terrain doublement favorable. Les milieux scientifiques ne peuvent qu’être sensibles à des arguments de méthode qui relèvent les limites des études disponibles et proposent de relancer sans fin des recherches destinées à préciser les résultats et à vérifier les incertitudes. L’illusion positiviste d’une «  science solide  » qui ne dirait que des vérités définitives va de pair avec d’alléchants budgets et l’accès à la main-d’œuvre industrielle comme réservoir inépuisable d’animaux de laboratoire. Pour sa part, le monde politique peut y trouver tous les arguments nécessaires chaque fois qu’il décide de capituler face à un lobby. Il se limite à prendre acte du caractère imparfait des connaissances scientifiques et n’entend pas remettre en cause une activité économique en raison de simples hypothèses. La symbiose entre scientifiques au service de l’industrie et décideurs politiques peut être consolidée par le recours massif à des consultants en relations publiques et l’intervention du pouvoir judiciaire. Ce dernier phénomène est plus spécifique aux Etats-Unis qu’à l’Europe.

Une sorte de métadiscipline d’évaluation des risques en Europe, on parlerait d’«  étude d’impact  » s’est progressivement imposée. Elle vise à instrumentaliser l’inévitable part d’incertitude propre à toute production scientifique afin de discréditer les interventions des autorités publiques. Les critiques sont d’autant plus virulentes que les risques concernent les populations les moins privilégiées. C’est ce que l’auteur décrit comme l’institutionnalisation de l’incertitude. Dans ce domaine, malheureusement, l’Union européenne semble vouloir rattraper son retard par rapport à l’Amérique de Bush. […]

Ecrit dans un langage accessible pour les non-spécialistes et parcouru par la passion de soumettre les connaissances scientifiques au débat social, ce livre ne manquera pas d’intéresser le public hors des Etats-Unis. Il n’est pas anecdotique de signaler que son auteur est devenu en 2009 le nouveau directeur de l’OSHA, l’agence fédérale pour la santé et la sécurité. On ne peut que lui souhaiter d’avoir l’occasion de mettre ses idées en pratique.

Laurent Vogel
Directeur du département Santé et Sécurité de l’ETUI
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mercenaires de la science

Message  verié2 le Mer 22 Juin - 10:24

Dans des domaines aussi variés que le tabac, le plomb, les colorants de synthèse, le gaz fréon, certains additifs alimentaires, les médicaments ou l’énergie atomique
Il aurait pu ajouter l'industrie de l'armement et de la sécurité. Les scientifiques qui mettent au point de nouvelles bombes à fragmentation, de nouvelles munitions a uranium appauvri etc . Suspect
le contraste entre la mise sur le marché rapide de toute nouveauté, y compris en l’absence de la moindre évaluation des risques

On peut noter que certains milieux scientifiques ou para-scientifiques comme l'AFIS ont engagé une guerre contre "le principe de précaution"...
_
Texte très intéressant qui s'applique bien à la discussion sur Aurengo et l'expertise scientifique... Notamment cette volonté de dénoncer tous les contestataires et lanceurs d'alerte comme des charlatans.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mercenaires de la science

Message  BouffonVert72 le Ven 24 Juin - 4:08

Dans certains pays les lanceurs d'alerte ont un statut qui les protège un peu, mais ce n'est pas ça qui empêche les saloperies de se développer et de se propager... Ce n'est pas une panacée hélas...

Qu'est-ce-que peuvent faire qq petites poignées de lanceurs d'alerte face aux collossales puissances des lobbys de la pollution et de la destruction ?
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mercenaires de la science

Message  gérard menvussa le Ven 24 Juin - 10:32

En ce qui concerne les "lanceurs d'alerte", ils ne peuvent pas grand chose tant qu'il n'y a pas de lien avec un "mouvement social" qui permette de mobiliser bien au dela d'un public de spécialistes...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mercenaires de la science

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum