Forum des marxistes révolutionnaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €
Le Deal du moment : -37%
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
Voir le deal
16.99 €

Racaille de luxe multirécidiviste

Aller en bas

Racaille de luxe multirécidiviste Empty Racaille de luxe multirécidiviste

Message  sylvestre le Mar 11 Jan - 12:24

http://www.lamarseillaise.fr/justice-faits-divers/un-patron-rattrap-par-les-morts-du-chantier.html

Un patron rattrapé par les morts du chantier
14-10-2010

 

« Comme si le patron de Vinci ou d’Eiffage allait en prison à chaque accident ! », lance Laurent Zeitoun aux juges. ARCHIVES ROBERT TERZIAN
« Comme si le patron de Vinci ou d’Eiffage allait en prison à chaque accident ! », lance Laurent Zeitoun aux juges. ARCHIVES ROBERT TERZIAN
Justice. Sous le coup de trois mandats d’arrêt, le dirigeant sans remords de la Sogeco reste en prison.

Un portable zonzonne à l’audience de la 6e chambre correctionnelle. C’est celui de Nathalie Dahan qui s’agite dans le public, rentre et sort avec ses gamines, claque les portes, irrite les juges qui examinent la demande de remise en liberté de son mari.
    Fuyant la justice depuis 4 ans, Laurent Zeitoun, 47 ans, dirigeant d’entreprises, s’est fait interpeller à Paris le 16 septembre, donnant l’identité de son frère pour se soustraire à trois mandats d’arrêt alors qu’une information judiciaire suit son cours pour escroquerie et blanchiment. On mourrait beaucoup sur les chantiers de la Sogeco, sa boîte de construction liquidée avant de fuir.
    « Vous avez laissé des cadavres sur votre passage… », avait lancé le président du tribunal correctionnel à l’épouse en 2006. Un intérimaire tué sur un chantier non déclaré à Vitrolles en mars 2003 ; un autre embroché sur les ferraillages d’une résidence étudiante de la Capelette en avril 2004 ; un dernier aplati sous huit banches de béton renversées par le vent au Clos de la Granière en janvier 2005.


« Je suis innocent 200% ! »


    « C’était même pas un ouvrier de chez nous ! », râle M. Zeitoun sans remords dans le box et qui dit travailler à Paris « dans la rénovation ». Il a fait opposition aux jugements. En attendant, il voudrait qu’on le libère. La présidente Delphine Thibierge s’étonne, comment peut-il parler de « petits écarts dans la vie » ? « Je suis innocent 200% ! », proteste le prévenu qui ajoute avec une sincérité désarmante : « Comme si le patron de Vinci ou d’Eiffage allait en prison à chaque accident sur un chantier… C’est pour ça que j’ai mis en place des délégations de pouvoir, je ne pouvais pas, moi, à chaque fois me retrouver devant le tribunal. » 
    Avec 7 mentions inscrites au casier plein de sursis pour travail dissimulé, banqueroute, violation des règles de sécurité, contrefaçon de chèques, les juges lui avaient asséné le maximum en 2006 : 5 ans ferme, 100 000 euros d’amende et une interdiction définitive d’exercer. Mais il était déjà loin…


Swift bancaire et sole meunière


    L’épouse, Nathalie Dahan, gérante de droit, cinq fois condamnée, avait fui en Allemagne où elle trébuchait la première sur un mandat d’arrêt européen qui la ramenait, ferrée, à Marseille. Une fuite plutôt organisée qui lui avait laissé le temps de « swifter » 110 000 euros sur les comptes luxembourgeois de la Seico et de la Cimagest car désormais le mari faisait des placements financiers dans le Grand-duché...
    Elle avait écopé de deux peines de 3 ans ferme, de 90 000 euros d’amende que la cour d’appel avait réduit à un an avec sursis dans un dossier et une relaxe dans l’autre. « C’est la voix de son maître. Elle n’est qu’un prête-nom. Son QI est plus proche de la sole meunière que de Einstein », avait plaidé à l’époque Me Monneret, obligé hier encore de s’excuser du comportement de la dame. « Ils se sont mariés pour le meilleur mais je crois que c’est pour le pire dans ce dossier. » La dame avait déjà bien effaré les tribunaux, déclarant : « Le plus qui me tue, c’est les morts. » Ou encore : « Quand il y a eu le deuxième mort, mon mari a commencé à avoir peur et il m’a dit d’aller un peu sur les chantiers le matin. »
    Ce « couple de voyous » aux yeux du parquet, cette « racaille de luxe multirécidiviste » pour les parties civiles, avait révolté les inspecteurs du travail impuissants. 19 procès-verbaux restés lettre morte depuis 2001. Autant de violation des règles de sécurité, d’absence de garde-corps, de protection sur les toitures, de formation et de plan de risques sur leurs chantiers mortifères.


Un « professionnel
des homicides involontaires »


    Travailler plus, pour tuer plus. Le couple « bling bling » de la Cadenelle, qui roulait en Ferrari 612 Scaglietti achetée 230 000 euros en 2004 mais n’investissait pas dans la sécurité, n’avait eu de cesse de défier les autorités. Les jugements ont souligné leur « souverain mépris pour la sécurité d’autrui ».
    Hier, sans suspense, le tribunal a écarté la demande de remise en liberté plaidée avec rigueur par Me Frédéric Monneret. Le réquisitoire de Marc Rivet avait éteint tout espoir : « C’est un spécialiste de l’opacité, un professionnel des homicides et des blessures involontaires, un professionnel des violations des règles de sécurité, et, à l’entendre, il est responsable de rien et coupable de pas grand chose. Il reste dans une opacité qui lui est familière. Le risque judiciaire est majeur. Ces garanties de représentation sont irrévocablement insuffisantes et illusoires. »
    Le tribunal a suivi et l’a maintenu en prison. Il sera rejugé le 10 janvier 2011.


DAVID COQUILL

sylvestre
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Racaille de luxe multirécidiviste Empty Re: Racaille de luxe multirécidiviste

Message  BouffonVert72 le Mar 11 Jan - 23:55

De toutes façons ce gouvernement en particulier fait tout ce qu'il peut pour empêcher les Inspecteurs du Travail de faire leur boulot... La RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) est très commode : ça permet de baisser leur nombre, et ainsi de les condamner à une quasi-abscence de résultat dans leur lutte contre les patrons-voyous (synonymes ?).
Et ne parlons même pas de la pression hiérarchique qui pèse sur les Inspecteurs du Travail... Je pense qu'il y a un certain nombre d'affaires qui ne sortiront jamais... Selon que vous soyez un patron-voyou puissant ou un patron-voyou misérable...

Et pire il criminalise leur activité (voir par exemple le pauvre Gérard Filoche poursuivit au pénal pour avoir fait son boulot... Le procés vient d'être reporté en juilllet apparemment...). La criminalisation des syndicalistes ne suffisant encore pas aux yeux des K manifestemment...

De plus, il a fait en sorte, d'après mes souvenirs, que les "patrons" soient moins poursuivit, pour certains types de délits (abus de bien sociaux, ce genre de truc, imsemble)... Bref, protection des délinquants en col blanc...


Bref, c'est bien beau de mettre sur le banc des accusés 1 (1 seul No ) patron-voyou... Mais je pense que si c'était l'ensemble du gouvernement actuel, ce serait là une bien meilleure justice...


BV72 ki/ Vivement 2012 que tout ça soit balayé ! bounce
BouffonVert72
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 48
Localisation : sur mon réformiste planeur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum