Mobilisation contre le local néo-nazi de Gerland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mobilisation contre le local néo-nazi de Gerland

Message  nico37 le Jeu 17 Fév - 23:37

Rassemblement contre le local néo-nazi de Gerland, contre les violences d’extrême-droite et d’État.

Le collectif de vigilance 69 contre l’extrême-droite appelle à un rassemblement le mercredi 23 février à 18h30 contre le local néo-nazi de Gerland, contre les violences d’extrême-droite et d’État.
Depuis plusieurs mois maintenant l’extrême-droite lyon naise tend à s’installer durablement sur le département, en particulier à Lyon. Les nombreuses agres sions depuis six mois (voir encadré) montrent cette implantation dans nos quartiers. Ces faits, inquiétants, ne sont malheureusement que la partie la plus visible du développe ment et de la diffusion des idées racistes, haineuses et populi tes des partis d’extrême-droite. Ces partis, et les groupuscules qui leur sont associés, représentent un danger réel sur le plan politique quand ils uti­lisent les réalités sociales à leurs fins pour développer un discours de haine et d’exclusion de l’autre.

Implantation d’un local néo-nazi à Gerland au 22, impasse de l’Asphalte…

Côté jardin : la « culture »

Retransmission des matchs de l’OL aux « hooligans » interdits de stade, concerts de groupes de rock d’extrême-droite distillant une idéologie raciste et de haine de l’autre, livres et revues révisionnistes faisant l’apologie du nazisme…

Côté cour : la « culture physique »

Entraînement aux sports de combat, exercices pratiques « de terrain » : agressions verbales et physiques des Arabes, des noirs, des « pédés » et des « gouines », des juifs, des féministes, des altermondialistes, des socialo-communistes, des gauchistes… dans différents bars et quartiers de Lyon ou de sa banlieue.

Le 15 janvier et le 4 février, une escalade gravissime dans la violence physique des fascistes.

Dans la nuit du 15 au 16 janvier, un groupe d’extrême-droite patrouille durant plusieurs heures, insultant, provoquant des personnes qui se rendaient à une soirée de soutien à l’ouverture d’un centre social. Vers minuit, un couple est violemment agressé. Après inter­vention des pompiers, ils resteront hospitalisés plus d’une semaine. Bilan : 20 et 60 jours d’ITT, ainsi que des séquel les neurologiques à vie pour la jeune fille. L’instruction est en cours. Le 4 février vers 19h aux Terreaux, une lycéenne revenant d’un rassemblement est violemment agressée par deux fascistes à coups de cutter, alors qu’elle attendait le bus. Bilan : 10 jours d’ITT.

Stop à la violence de l’extrême-droite et à la violence d’État qui la nourrit.

Le racisme, la xénophobie, le négationnisme et le révisionnisme historique dont le FN a fait un fonds de commerce distillent une idéolo­gie de haine de l’étranger et de l’autre qui pousse à l’acte violent les franges les plus radicales de l’extrême-droite, dont se réclament les « utilisateurs » du local de Gerland. Il ne s’agit pas là d’opinions mais de délits punis par la loi, dont les pre mières victimes sont tou­jours les classes populaires et les popula tions les plus fragiles. Nous n’acceptons pas que cette idéologie de haine qui pousse aux agres­sions violentes soit distillée, revendiquée (sur des vidéos, par internet…) et cultivée impunément au coeur de la ville, dans un local semi public.

Nous demandons des explications aux autorités de la ville de Lyon et au préfet.

Cette recrudescence de la vio lence des ultra-radicaux de l’extrême-droite accompagne la remon tée de celle-ci sur fond de banalisa­tion des idées racistes et du programme du FN. La violence d’État telle qu’elle s’est manifestée place Bellecour le 21 octobre ainsi que sa politique actuelle (chasse aux sans pa piers, débat haineux et raciste sur l’identité nationale, délit de solidarité…) constituent également un encouragement à une fuite en avant dans la violence de ces groupes d’extrême-droite. Dès le 22 octobre, les « identitai­res » s’affichaient place Bellecour autour de slogans haineux et racistes, dans un rassemblement non autorisé, rencontrant à la fois une grande complaisance policière et instrumentalisé par la Préfecture pour renvoyer dos à dos ces authentiques fas cis tes et ceux qui les combattent.

Nous appelons à un rassemblement :
. contre la propagation de la haine et de la violence, amplifiées par le local néo-nazi au cœur de Gerland,
. pour dire stop aux agressions physiques de l’extrême-droite,
. pour exiger la fermeture de ce local,

Mercredi 23 février à 18h30 devant la mairie du 7e arron dis se ment, place Jean Macé (métro ligne B, Tramway ligne T2).

Respect de l’égalité des droits humains et sociaux, par tout, pour tous et toutes !

Premiers signataires, par ordre alphabétique : AFMD (Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation), les Alternatifs, Attac, CCRASS, CGA, CGT Éduc’Action, COVRA, FASE, FSE, Gauche Unitaire, JCML, LDH Lyon 8e, LDH Oullins sud-ouest lyonnais, LDH Rillieux-Caluire, MJS, MJCF, NPA, PCF, PG, Planning Familial, la Rafal, Ras l’Front, ROC ML, Union syndicale Solidaires, SUD Éducation, Union départementale CNT, UEC, UJFP, UPC, les Voraces.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mobilisation contre le local néo-nazi de Gerland

Message  nico37 le Jeu 19 Mai - 20:11

Ultra-droite : enquête sur une inquiétante nébuleuse

L’affaire Gabriac, du nom de ce candidat grenoblois du Front national exclu de ce parti après la publication d’une photo le montrant en train de faire le salut nazi, suscite de nombreuses interrogations sur les milieux de l’ultra-droite en Rhône-Alpes et Paca. Parmi eux apparaissent des groupuscules néonazis, de plus en plus visibles et décomplexés.

Des nostalgiques du IIIè Reich

Au sens strict du terme, les néonazis se réclament du national-socialisme et du III e Reich. Selon une source policière spécialisée dans le renseignement, la mouvance représente quelques dizaines de personnes dans la région (et plusieurs centaines de militants pour l’ensemble de l’ultra-droite). Jean-Yves Camus, chercheur à l’ Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) et spécialiste de l’extrême droite, confirme cette évaluation.

Lyon, base régionale des néonazis

Ironie de l’Histoire, Lyon, capitale de la Résistance, est devenue la base des groupuscules néonazis du sud-est. Essentiellement constitués de skinheads, ces groupes ont intégré les rangs de certaines sections de hooligans de l’Olympique lyonnais. Ils se retrouvent également dans l’association musicale “Rock‘n’Gones”, émanation “culturelle” officielle du groupe Lyon dissident qui organise des concerts de groupes de la scène Rac (Rock again communism). Certains de ces événements sont donnés dans le local de “Rock’n’Gones” – au nom évocateur de “Bunker Korps Lyon” et situé dans le quartier de Gerland. Les images de ces concerts diffusés sur le web par les sites néonazis sont à se faire dresser les cheveux sur la tête : saluts nazis, déferlement de haine raciste et antisémite, appel aux ratonnades, etc. Certains concerts et rassemblements sont “délocalisés” dans les environs de Lyon, plus particulièrement dans le Nord-Isère (lire par ailleurs l’affaire de Chozeau) pour tenter d’échapper à la surveillance de la police.

Nomad 88, comme “Heil Hitler”

Les néonazis rhônalpins s’inspirent du mouvement international “Blood & Honor”, traduction de la devise des jeunesses hitlériennes “Blut und Ehre” (sang et honneur) et du groupe aujourd’hui dissous Nomad 88 : le “8” fait référence à la huitième lettre de l’alphabet, le “H”. 88 comme “Heil Hitler”… Nomad 88, qui a entretenu des liens avec un autre groupe néonazi intitulé “Droite socialiste”, avait, selon Jean-Yves Camus, ouvert une antenne en Rhône-Alpes en 2008, et organisé une réunion dont le point de rendez-vous était la Tour-du-Pin. C’est probablement cette même mouvance qui a organisé le congrès clandestin de Chozeau en octobre 2008.

De Brunerie aux skinheads

En 2002, la tentative d’assassinat de Jacques Chirac par Maxime Brunerie _ un hooligan parisien sympathisant des thèses néonazies et membre du MNR de Bruno Mégret _ a poussé les services secrets français à surveiller et infiltrer l’ultra-droite. Neuf ans plus tard, deux sources concordantes liées aux services spécialisés évoquent une menace opérationnelle très limitée actuellement. « Nous avons affaire à quelques illuminés dont la plupart sont très jeunes, et heureusement sans aucune structure armée. Derrière la petite dizaine d’idéologues, animateurs de blogs, il y a une troupe de gros bras, des skinheads vivant dans le mythe du nazisme qu’ils connaissent très mal en réalité », confie un policier.

Des connexions avec la nébuleuse de l’ultra-droite

Inoffensifs, les néonazis ? Pas vraiment. Grands amateurs de débordements aux abords des stades et de “fights” entre hooligans, les skinheads s’agrègent volontiers aux manifestations ou aux rassemblements organisés par les autres mouvements de l’ultra-droite, participant, à l’occasion, au lynchage d’un passant à la peau basanée ou de militants antifascistes (lire ci-dessous). C’est avec l’Œuvre française _ un mouvement antisémite dont les références sont le fascisme, le pétainisme et les phalanges espagnoles de Franco _ que les connexions semblent les plus apparentes. À l’approche de l’élection présidentielle à laquelle il prévoit de participer, Le Bloc identitaire, implanté dans le Vaucluse notamment, a quant à lui pris ses distances avec l’ultra-droite antisémite.

Savoie et Haute-Savoie : des identitaires radicaux

Dans la nébuleuse de l’ultra-droite, une autre organisation aux frontières de la nostalgie néonazie retient l’attention des spécialistes : l’Union nationaliste et identitaire française (Unif), a fondé récemment une section Savoie/Haute-Savoie. Pour Jean-Yves Camus, il s’agit « d’identitaires radicaux hors Bloc, qui n’ont aucun souci de modération ».

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum