Prostitution/Travail du sexe

Page 1 sur 40 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prostitution/Travail du sexe

Message  sylvestre le Mar 15 Fév - 18:06

http://www.enlucha.org/site/?q=node/15721

La ordenanza contra la prostitución en Sevilla: ¿maquillaje electoral o política feminista?

Submitted by admin on Dom, 06/02/2011 - 17:11.

Por Tamara Ruiz. Recientemente, el Ayuntamiento de Sevilla, gobernado por el PSOE e IU, ha aprobado una ordenanza municipal con el objetivo de erradicar la prostitución de la calle y la trata de mujeres y niñas con fines de explotación sexual en la ciudad, que entrará en vigor a partir del mes de junio. Una de las cuestiones más polémicas de esta ordenanza, que además ha sido uno de los factores que ha impulsado su elaboración y aprobación, es que contempla la imposición de multas tanto a proxenetas como a clientes, por considerar que ambos se benefician de igual forma de la explotación sexual de las prostitutas. Estas sanciones oscilarán entre los 750 euros (por solicitar servicios sexuales en espacios públicos) y los 3.000 euros (por realizar esta actividad en espacios a menos de 200 metros de zonas frecuentadas por menores, como colegios o parques infantiles). No es la primera vez que desde el consistorio municipal se trata este tema, ya hace años se debatió la posibilidad de incluir este tipo de sanciones en una ordenanza “cívica” que se aprobó en el 2008. Esto finalmente se declinó, en parte, debido a la gran oposición que hubo a dicha ordenanza desde los movimientos sociales de la ciudad por lo que ésta suponía en cuanto a la limitación del uso del espacio público y a la vulneración de los derechos de reunión, manifestación o libre expresión cultural, además de criminalización de la pobreza. Las movilizaciones que se produjeron en contra de esta ordenanza y las numerosas alegaciones que se presentaron en su contra motivó que se modificara en varias ocasiones el texto de la misma, y que se descartara finalmente la inclusión del tema de la prostitución en la calle alegando, además, la intención del Ayuntamiento de elaborar un plan específico para luchar contra este tipo de prostitución. Así, un año y medio más tarde se aprobó el I Plan Integral contra la prostitución que entraría en vigor en enero del 2010 por un período de cinco años, uno de cuyos objetivos era la erradicación de toda forma de trata de mujeres y niñas para la explotación sexual, así como la prostitución en la calle en general, sin hacer ninguna distinción entre la prostitución forzada y la no forzada - a pesar de que la primera se estima que representa entre un 5 y un 10 % del total-, por entender que todas los tipos de explotación sexual son una forma de violencia de género, de los hombres que la demandan hacia las mujeres que la ofertan (la prostitución masculina se obvia por ser minoritaria). Tanto en el caso del Plan Integral como en el de la ordenanza que se acaba de aprobar se opta por un enfoque abolicionista, por considerarlo desde una óptica feminista que es el más apropiado para erradicar cualquier forma de explotación sexual y, con el objetivo tal y como recoge el texto, de ofrecer a las víctimas alternativas que le permitan vivir con seguridad, libertad y dignidad. Sin embargo, no se especifica cuáles van a ser esas alternativas ni se contempla qué ocurrirá con la situación de aquellas mujeres que debido a sus circunstancias personales decidan seguir ejerciendo la prostitución. Sin embargo, está comprobado que con este tipo de medidas abolicionistas y prohibicionistas no se consigue acabar con esta actividad, ya que el negocio sexual continúa ejerciéndose tanto en la calle - desplazándose a otros espacios con menor presencia policial, como los polígonos industriales en el caso de Sevilla, por ejemplo-, como principalmente en lugares cerrados, pasando a depender en muchos casos de las condiciones económicas y de los horarios que se les impongan por parte de empresarias y empresarios de locales de alterne, clubes, etc. La prostitución, por tanto, no sólo no desaparece con este tipo de medidas, ya que las múltiples causas de que exista están directamente relacionadas con la situación económica de estas mujeres y con las ideas machistas que están profundamente arraigadas en la sociedad, sino que además en muchos casos supondrán un empeoramiento de la situación de aquellas que continúen ejerciendo la prostitución, ya que mayoritariamente la seguirán realizando en condiciones de mayor precariedad e inseguridad. La trata de seres humanos con fines de explotación sexual y las políticas migratorias.

Además, lejos de acabar con la trata de personas para la explotación sexual, tal y como reconoce un informe del Parlamento Europeo del año 2000, la prohibición directa e indirecta de la prostitución crea un mercado clandestino monopolizado por la delincuencia organizada que expone a las personas implicadas, sobre todo a los inmigrantes, a la violencia y la marginación. No hay que olvidar que, a pesar de la variedad de formas que adopta la prostitución, y de las diferentes situaciones que se dan entre quienes la ejercen (hombres y mujeres, inmigrantes sin papeles, estudiantes, amas de casa, transexuales, etc.), y de la variedad de causas y circunstancias personales, sociales y económicas que pueden llevar a estas personas a ejercer esta actividad, una de las principales razones es la necesidad económica. Y, si además a esto se le suma la condición de ser una mujer inmigrada “sin papeles” la situación en la que se encuentra es de una mayor vulnerabilidad, que se ve empeorada por este tipo de medidas abolicionistas de las que en muchos casos se sirve el sistema para hostigarlas mediante la presión policial, como ya ocurre en ciudades como Madrid y Barcelona. De hecho, lo que el ayuntamiento no dice es que las mafias que existen en torno a la trata de mujeres y niñas para explotarlas sexualmente, contra las que supuestamente pretenden luchar, tienen mucho que ver con las estrictas políticas de control de la inmigración de la Unión Europea en general, y del Estado español en particular, que niegan la entrada libre de personas a estas zonas y limitan el acceso de las mismas a trabajos en igualdad de condiciones respecto de la población autóctona. Son estas mujeres inmigrantes precisamente las que mayoritariamente ejercen la prostitución en el Estado español (casi el 90 % de las que se prostituyen en la calle), y también las que trabajan mayoritariamente en el servicio doméstico (en el 2010 representaban el 65 % del total de las asalariadas que trabajaban en este sector dadas de alta en la Seguridad Social, aunque se estima que más de medio millón de mujeres realizan este tipo de trabajos sin estar aseguradas, con la consecuente privación de derechos laborales) y en tareas relacionadas con los cuidado. Siendo este un sector muy precarizado, en el que las y los trabajadores no tienen derecho al subsidio por desempleo, además de recibir salarios muy bajos, y en muchas ocasiones en condiciones de sobreexplotación. Conclusión

En cualquier caso, la aprobación de esta ordenanza municipal no es un caso aislado, sino que viene a sumarse a otras políticas similares que se han adoptado en ciudades como Málaga, Granada y Barcelona, con ordenanzas similares que también contemplan la imposición de multas a los clientes y proxenetas–e incluso, a las prostitutas en el caso de Barcelona y Granada-, o el Plan contra la Explotación Sexual del Ayuntamiento de Madrid.
Sin embargo, detrás de este tipo de políticas municipales, más allá de la búsqueda de una supuesta “protección” de las mujeres que se prostituyen a las que se considera de forma general y sin hacer ningún tipo de distinción como víctimas de la violencia de género, se esconden motivos electorales.
En muchos casos, son los mismos comerciantes y los vecinos y vecinas de algunos de los barrios en los que se ejerce la prostitución en la calle quienes llevan tiempo presionando a los distintos grupos municipales para que aumente la presencia policial en esos lugares y para que se comience a multar a los clientes y se “eche de allí a esas malas mujeres”, preocupados porque puedan perder clientela o porque se devalúen los inmuebles de su propiedad, además de por cuestiones morales.
Desgraciadamente, mientras no se eliminen las causas que originan la prostitución y que convierten los servicios sexuales en una mercancía más ésta seguirá existiendo, y esto sólo es posible acabando con el capitalismo y la opresión de la mujer globalmente, y sentando las bases que hagan posible que las personas puedan disfrutar de su sexualidad y de las relaciones personales de forma libre y no mercantilizada.
Mientras tanto, es necesario que desde la izquierda anticapitalista y el sindicalismo alternativo se fomente y apoye la autoorganización de este colectivo, y de todas aquellas luchas que se den que supongan una mejora de sus condiciones, incluida la lucha contra su criminalización y el reconocimiento de sus derechos como trabajadoras y trabajadores. Tamara Ruiz es militante de En Lucha. ---------------





Dernière édition par sylvestre le Mer 25 Mai - 10:39, édité 1 fois
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'esclavage prostitutionnel

Message  Toussaint le Mer 16 Fév - 2:04

L'expression "travail du sexe" est une formulation qui est simplement une arme de propagande pour la légalisation du proxénétisme et du trafic des femmes. Cet oxymore est la couverture d'une des plus vieilles oppressions du genre humain, le droit des hommes ayant les moyens de payer au corps de celles et ceux qui se trouvent acculés à le vendre.

Il est scandaleux que des gens qui se proclament de gauche (mais faut dire que la conversion de la gauche au féminisme, c'est plutôt récent et ne va toujours pas sans mal) nous sortent encore la rengaine de la prohibition qui cause le trafic... Dans tous les pays où le proxénétisme est légalisé comme un simple entrepreneuriat, la prostitution clandestine, le trafic de femmes et d'enfants a augmenté, et en particulier la prostitution non déclarée, clandestine qui explose. Normal: depuis quand pense t-on que les criminels vont hésiter à importer de la main d'oeuvre violentée pour la seule raison qu'il existe aussi une exploitation légale? Et comment peut-on penser que la violence intrinsèque de la prostitution peut être autre chose que destructrice pour celles qui y sont condamnées? Avec au fil des ans la dégradation physique, et en corollaire la déchéance sociale... Mais j'oubliais, pour les tenants du proxénétisme légal, les proxénètes deviennent après leur légalisation et leur blanchiment des prestataires de santé sexuelle et de véritables mécènes de la libération du genre féminin...

Derrière les déclarations périodiques de prostituées véritables et de proxénètes patenté-e-s se cache la pression pour transformer la prostitution en "métier" au profit de la pègre et des trafiquants de chair humaine. Gageons pourtant que ce ne seront pas les filles des cadres supérieurs, ni des profs, ni des patrons, que l'on retrouvera dans ce fabuleux métier aux plans de carrière ébouriffants. Mais comme d'hab, les filles de la classe ouvrière et celles des pays dominés ou ravagés par le capitalisme mondialisé. La présence massive de roumaines, de filles de l'Est en général, d'Africaines, montre bien que la prostitution loin d'être un "choix", est le résultat du désespoir social et de la misère. Et aussi, dans des proportions énormes, l'héritage de la violence sexuelle sur les gamines.

Le seul pays où la prostitution a régressé et où la traite a cessé, c'est la Suède, où l'on pénalise les prostituteurs, c'est à dire les proxénètes et les clients. Cela est évidemment loin d'être parfait et même en voie de dégradation vu l'évolution de la Suède, mais c'est ainsi. En revanche, l'Espagne, l'Allemagne, la Hollande, et d'autres encore ont vu la traite et la prostitution clandestine exploser.
Qui plus est, à terme, ce n'est ni plus ni moins que la remise en question des acquis féministes sur notamment le viol qui sera remise en question par la légalisation du proxénétisme et de l'exploitation sexuelle.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Invité le Mer 16 Fév - 12:11

Heureux de lire cette mise au point de Toussaint. Depuis quelques années, certains tentent de justifier cette notion de "travail du sexe" en arguant du fait que le salariat implique souvent une emprise du patronat sur le corps des travailleurs. S'ils ne voient pas de différence entre entre le fait de vendre sa force musculaire et/ou intellectuelle pour produire une marchandise, et le fait de louer les parties les plus intimes de son corps à un client, je crois qu'on ne peut pas faire grand-chose pour eux...

La prostitution est l'un des summums de l'exploitation des êtres humains. Autant le travail salarié pourra être libéré, désaliéné, une fois que la propriété des moyens de production sera collective, autant ce ne pourra jamais être le cas de la prostitution, qui ne peut être basée sur autre chose que sur le principe de l'aliénation d'un corps en échange d'argent. Dans une société débarrassée de la misère, la prostitution ne pourra que laisser la place à une sexualité libre, non-contrainte et gratuite, entre individus consentants.

Des révolutionnaires qui luttent pour l'émancipation du genre humain ne peuvent que défendre l'abolition de la prostitution. Cela implique d'être solidaire des prostitué-e-s qui luttent à la fois contre les vexations policières, la pègre et l'hypocrisie de la morale bourgeoise, et cela implique aussi de ne pas être complaisant vis-à-vis des théories qui voudraient "banaliser" la marchandisation sexuelle du corps humain.

J'ose espérer qu'il n'y aura pas un jour des allumés pour qualifier de "travail" le fait que dans certains pays, des individus sont contraints de vendre leurs organes pour avoir du pain.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Gauvain le Mer 16 Fév - 14:11

Byrrh a écrit:Heureux de lire cette mise au point de Toussaint. Depuis quelques années, certains tentent de justifier cette notion de "travail du sexe" en arguant du fait que le salariat implique souvent une emprise du patronat sur le corps des travailleurs. S'ils ne voient pas de différence entre entre le fait de vendre sa force musculaire et/ou intellectuelle pour produire une marchandise, et le fait de louer les parties les plus intimes de son corps à un client, je crois qu'on ne peut pas faire grand-chose pour eux...


C'est peut-être un peu décevant, comme position, mais est-ce qu'on ne pourrait pas se mettre d'accord sur le fait que ça dépend des gens ? Et que pour certains ou certain-e-s, travailler à la chaîne peut être plus usant, fatigant ou pénible que de se prostituer ?

Par ailleurs, puisque Byrrh effleure la question de l'existence du travail du sexe en société communiste, il me semble qu'il y a au moins un élément qui permet de voir la prostitution comme un travail "socialement utile" (donc légitime), c'est la question de la sexualité de certains handicapés lourds.
avatar
Gauvain

Messages : 764
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : 75/78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  sylvestre le Mer 16 Fév - 15:13

Byrrh a écrit:Autant le travail salarié pourra être libéré, désaliéné, une fois que la propriété des moyens de production sera collective

Du travail salarié libéré ? Du travail salarié avec la propriété collective des moyens de production ? Pas très orthodoxe....


Toussaint :
Le seul pays où la prostitution a régressé et où la traite a cessé, c'est la Suède

Source ?

Récemment dans International Socialism, un débat de très bon niveau sur la question :

The sex work debate - Jane Pritchard

A response to the sex work debate

Gareth Dale and Xanthe Whittaker
Sexism and sex work: A response to Dale and Whittaker

Jess Edwards
Sex work: a rejoinder

Gareth Dale and Xanthe Whittaker
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  sylvestre le Mer 16 Fév - 15:18

Gauvain a écrit:

Par ailleurs, puisque Byrrh effleure la question de l'existence du travail du sexe en société communiste, il me semble qu'il y a au moins un élément qui permet de voir la prostitution comme un travail "socialement utile" (donc légitime), c'est la question de la sexualité de certains handicapés lourds.

A ce sujet Gareth Dale et Xanthe Whittaker écrivent fort justement dans l'article mentionné ci-dessus :


Que la pornographie/l'érotisme produit/e collectivement soit "socialement utile" ou pas est une fausse piste. (Une grande partie du travail humain payé apparaît "inutile" à ceux/celles qui n'ont pas d'intérêt pour ses productions, que ce soit des sites web de poker ou les romans de Dan Brown). Notre critique de l'industrie du sexe n'est pas qu'elle produit et distribue des fantasmes sexuels, mais qu'elle marchandise le sexe et renforce l'oppression des femmes.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Invité le Mer 16 Fév - 15:21

sylvestre a écrit:
Byrrh a écrit:Autant le travail salarié pourra être libéré, désaliéné, une fois que la propriété des moyens de production sera collective

Du travail salarié libéré ? Du travail salarié avec la propriété collective des moyens de production ? Pas très orthodoxe....
Hmm, j'adore être pris pour une truffe....
Comme tu t'en doutes, ce ne sera plus un travail "salarié". Etait-il nécessaire de le préciser ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Invité le Mer 16 Fév - 15:44

Gauvain a écrit:C'est peut-être un peu décevant, comme position, mais est-ce qu'on ne pourrait pas se mettre d'accord sur le fait que ça dépend des gens ? Et que pour certains ou certain-e-s, travailler à la chaîne peut être plus usant, fatigant ou pénible que de se prostituer ?
Le but des révolutionnaires n'est il pas l'avènement d'une société où le travail ne sera plus usant, éreintant, mortifère ? Du coup, ta remarque ne me paraît pas très pertinente. Ce n'est pas seulement la prostitution qu'il faudra abolir, ce sont toutes les violences inhérentes à l'exploitation de l'homme par l'homme.

Par ailleurs, puisque Byrrh effleure la question de l'existence du travail du sexe en société communiste, il me semble qu'il y a au moins un élément qui permet de voir la prostitution comme un travail "socialement utile" (donc légitime), c'est la question de la sexualité de certains handicapés lourds.
De nombreuses personnes handicapées souffrent de ne pas avoir de vie affective et sexuelle, dans une société où les rapports humains sont notamment régis par des critères compétitifs de "beauté", de jeunesse, de santé et de performance. Mais c'est témoigner à ces personnes infiniment de mépris que de prendre leur vécu pour prétexte afin de légitimer la prostitution.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  sylvestre le Mer 16 Fév - 16:45

Byrrh a écrit:
sylvestre a écrit:
Byrrh a écrit:Autant le travail salarié pourra être libéré, désaliéné, une fois que la propriété des moyens de production sera collective

Du travail salarié libéré ? Du travail salarié avec la propriété collective des moyens de production ? Pas très orthodoxe....
Hmm, j'adore être pris pour une truffe....
Comme tu t'en doutes, ce ne sera plus un travail "salarié". Etait-il nécessaire de le préciser ?

Ben du coup oui, attendu que ton but était de faire un contraste entre travail salarié d'une part et travail du sexe d'autre part, comparaison bien évidemment bancale formulé comme telle.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Gauvain le Mer 16 Fév - 19:26

Byrrh a écrit:
Gauvain a écrit:C'est peut-être un peu décevant, comme position, mais est-ce qu'on ne pourrait pas se mettre d'accord sur le fait que ça dépend des gens ? Et que pour certains ou certain-e-s, travailler à la chaîne peut être plus usant, fatigant ou pénible que de se prostituer ?
Le but des révolutionnaires n'est il pas l'avènement d'une société où le travail ne sera plus usant, éreintant, mortifère ? Du coup, ta remarque ne me paraît pas très pertinente. Ce n'est pas seulement la prostitution qu'il faudra abolir, ce sont toutes les violences inhérentes à l'exploitation de l'homme par l'homme.
Certes. Mais personne ici n'envisage que la travail salarié du sexe existe encore sous le communisme (pas plus que le travail salarié en général).
Par contre, la comparaison avec le travail à la chaîne peut peut-être relativiser le caractère d'abomination absolue que toi ou Toussaint semblez attribuer à la prostitution.



De nombreuses personnes handicapées souffrent de ne pas avoir de vie affective et sexuelle, dans une société où les rapports humains sont notamment régis par des critères compétitifs de "beauté", de jeunesse, de santé et de performance. Mais c'est témoigner à ces personnes infiniment de mépris que de prendre leur vécu pour prétexte afin de légitimer la prostitution.
Lol.
avatar
Gauvain

Messages : 764
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : 75/78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Invité le Mer 16 Fév - 20:06

Gauvain a écrit:

De nombreuses personnes handicapées souffrent de ne pas avoir de vie affective et sexuelle, dans une société où les rapports humains sont notamment régis par des critères compétitifs de "beauté", de jeunesse, de santé et de performance. Mais c'est témoigner à ces personnes infiniment de mépris que de prendre leur vécu pour prétexte afin de légitimer la prostitution.
Lol.
Ça te fait rire ? Il n'y a vraiment pas de quoi. Rolling Eyes

Je vais m'abstenir de continuer ce "débat", n'ayant vraiment pas envie de m'énerver. A mon avis, il n'y a même pas à débattre. Je me souviens d'un vieux fil sur la pédophilie, dans l'ancienne version du forum, quand tu t'appelais encore Jordi ; les théories fumeuses qui étaient alors sorties de ton cerveau m'avaient déjà un peu estomaqué. Tout à fait le genre d'intello qui se croit "libéré" quand il relativise ou nie toute une série d'oppressions qui, je pense, n'ont pas vraiment cours rue d'Ulm. Car la prostitution, ne t'en déplaise, c'est effectivement une oppression. Que certaines ou certains revendiquent cette oppression n'y change rien. Dans toutes les catégories d'opprimé-e-s, il est facile de trouver des gens qui nient leur oppression, ou qui la revendiquent, ou qui la trouvent "normale". Chez les gays et lesbiennes, par exemple, il y en a un paquet ; personnellement, je ne serais pas un homosexuel réellement conscient de ses intérêts si j'accordais le moindre crédit à ceux qui sont suffisamment aliénés pour trouver leur condition "normale". Point final.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Vérosa_2 le Mer 16 Fév - 20:26

Gauvain a écrit:Lol.
Oh la !!! C'est sidérant comme réaction. Car ce que tu racontes avec ton "Lol.", ca consiste d'abord infliger aux personnes handicapées que tu mentionnes une sexualité de misère, obscène, et purement supplétive, basée sur le modèle de la charité chrétienne, et c'est aussi entretenir la prostitution dans toute son horreur sous couvert de cache-misère.

Ca sent mauvais le judéo-christianisme tout ca.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Gauvain le Mer 16 Fév - 20:42

Byrrh a écrit:
Gauvain a écrit:

De nombreuses personnes handicapées souffrent de ne pas avoir de vie affective et sexuelle, dans une société où les rapports humains sont notamment régis par des critères compétitifs de "beauté", de jeunesse, de santé et de performance. Mais c'est témoigner à ces personnes infiniment de mépris que de prendre leur vécu pour prétexte afin de légitimer la prostitution.
Lol.
Ça te fait rire ? Il n'y a vraiment pas de quoi. Rolling Eyes
Ce qui me fait rire, c'est le niveau de l'argument : "tu prends leur vécu pour prétexte blah blah, c'est pas sympa pour eux"...
Oui, en effet, je prends leur cas comme argument, je ne pense pas que ce soit méprisant ou irrespectueux en quoi que ce soit, là il faudrait que tu m'expliques.
Par ailleurs, Byrrh, tu es un homme, et à ce titre tu n'es pas plus qualifié que moi pour parler de la prostitution et de l'oppression des femmes (et quand même tu serais une femme et/ou un-e prostitué-e, ton discours n'en deviendrait pas universellement valable pour autant). Sur cette question, tu es bien mal placé pour me faire le coup de l'intello déconnecté de la réalité.

Et en passant, tu serais sans doute surpris sur les oppressions qui ont cours rue d'Ulm.

Par ailleurs, la réaction de Vérosa est assez significative. Mon propos était de montrer qu'un pouvait concevoir un travail du sexe socialement utile (cela dit je suis assez d'accord avec l'objection apportée par Sylvestre). Or comme on parle de travail du sexe, Vérosa se montre incapable d'envisager les choses comme un "service" social : il ne peut s'agir, forcément, que de "charité chrétienne"... Or il n'y a rien de chrétien dans mon propos, et la "charité" ne fait pas tellement partie de mes catégories politiques.



P.S. : et sur la pédophilie, je pense que Byrrh n'a pas compris ce que j'avais écrit sur l'ancien forum. Mon intention n'a jamais été de nier quelque oppression que ce soit, et je n'ai jamais nié qu'avoir des rapports sexuels avec des enfants était criminel.


Dernière édition par Gauvain le Mer 16 Fév - 20:48, édité 1 fois
avatar
Gauvain

Messages : 764
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : 75/78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  yannalan le Mer 16 Fév - 20:46

La comparaison entre travail salarié et prostitution me gêne aussi... A ce moment-là, autant aligner pénalement le viol sur le non-paiement des heures sup....

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  alexi le Mer 16 Fév - 23:47

Quelqu'un a écrit sur ce fil qu'il fallait aidé les prostitué(e)s dans leurs luttes et revendications qui ont pour but l'amélioration de leur sort.
Des syndicats commencent à apparaître (Inde par exemple); ils viennent parfois défendre leurs positions lors des Forums Sociaux Mondiaux.
Que penser de ses syndicats ?

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Gauvain le Jeu 17 Fév - 0:13

En France il existe le STRASS, qui défend les droits des prostitué-e-s sans prendre position sur le débat réglementariste/abolitionniste. Je crois qu'on ne peut que soutenir toutes les revendications qui vont dans le sens du progrès des droits des prostitué-e-s.
avatar
Gauvain

Messages : 764
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : 75/78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  chejuanito le Jeu 17 Fév - 2:35

Gauvain a écrit:En France il existe le STRASS, qui défend les droits des prostitué-e-s sans prendre position sur le débat réglementariste/abolitionniste. Je crois qu'on ne peut que soutenir toutes les revendications qui vont dans le sens du progrès des droits des prostitué-e-s.
Oui, évidemment, mais en prenant garde de ne pas atténuer l'antagonisme d'intérêt entre les prostitué-e-s et les proxénètes ou les "clients". La marchandisation des corps est une oppression et on ne peut défendre conséquemment les prostitutué-e-s qu'en liant leurs revendications immédiates avec la nécessaire disparition de leur oppression donc de leur existence en tant que tel-le-s (tout comme la défense des intérets immédiats des salariés doit être liée avec la nécessité de faire disparaitre leur oppression et leur existence en tant que classe, même si je suis par ailleurs d'accord que la prostitution ne peut être assimilée au salariat).
avatar
chejuanito

Messages : 568
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Ellie le Jeu 17 Fév - 14:18

chejuanito a écrit:et on ne peut défendre conséquemment les prostitutué-e-s qu'en liant leurs revendications immédiates avec la nécessaire disparition de leur oppression donc de leur existence en tant que tel-le-s (tout comme la défense des intérets immédiats des salariés doit être liée avec la nécessité de faire disparaitre leur oppression et leur existence en tant que classe, même si je suis par ailleurs d'accord que la prostitution ne peut être assimilée au salariat).
Oui enfin c'est quand même marrant qu'on soit toujours vachement plus exigeant sur les positions des putes avant de les soutenir (il me semble avoir soutenu pas mal de luttes de salarié-e-s sans vérifier qu'ils-elles étaietn vraiment pour la disparition des classes), tout comme d'ailleurs c'est intéressant que ce soit une des rares luttes à ma connaissance où la majorité des revendications portées par les mouvements sociaux passe par de la répression et où la capacité à s'auto-organiser et à parler de soi est autant dénigrée (des putes veulent se dire «travailleuses du sexe» ? mais elles n'ont pas le droit, c'est horrible, c'est légitimer une oppression, c'est être à la solde des proxénètes).
avatar
Ellie

Messages : 89
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://pink.reveries.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  sylvestre le Jeu 17 Fév - 18:24

yannalan a écrit:La comparaison entre travail salarié et prostitution me gêne aussi... A ce moment-là, autant aligner pénalement le viol sur le non-paiement des heures sup....

La comparaison n'est pas logique.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  chejuanito le Jeu 17 Fév - 19:31

Ellie a écrit:
chejuanito a écrit:et on ne peut défendre conséquemment les prostitutué-e-s qu'en liant leurs revendications immédiates avec la nécessaire disparition de leur oppression donc de leur existence en tant que tel-le-s (tout comme la défense des intérets immédiats des salariés doit être liée avec la nécessité de faire disparaitre leur oppression et leur existence en tant que classe, même si je suis par ailleurs d'accord que la prostitution ne peut être assimilée au salariat).
Oui enfin c'est quand même marrant qu'on soit toujours vachement plus exigeant sur les positions des putes avant de les soutenir (il me semble avoir soutenu pas mal de luttes de salarié-e-s sans vérifier qu'ils-elles étaietn vraiment pour la disparition des classes), tout comme d'ailleurs c'est intéressant que ce soit une des rares luttes à ma connaissance où la majorité des revendications portées par les mouvements sociaux passe par de la répression et où la capacité à s'auto-organiser et à parler de soi est autant dénigrée (des putes veulent se dire «travailleuses du sexe» ? mais elles n'ont pas le droit, c'est horrible, c'est légitimer une oppression, c'est être à la solde des proxénètes).
Je n'ai jamais parlé de s'assurer de la conscience de classe des prostitué-e-s ou des w avant de les soutenir, ce que je dis, c'est que nous, dans nos revendications et notre expression on doit le faire, ça n'a rien à voir.
avatar
chejuanito

Messages : 568
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  yannalan le Jeu 17 Fév - 19:36

sylvestre a écrit:
yannalan a écrit:La comparaison entre travail salarié et prostitution me gêne aussi... A ce moment-là, autant aligner pénalement le viol sur le non-paiement des heures sup....

La comparaison n'est pas logique.
En quoi ? Quand des flics avaient violé des prostituées, ils avaient dit en gros "c"est leur boulot , on a juste consommé sans payer"

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Ellie le Jeu 17 Fév - 19:45

Oui enfin on n'est peut-être pas non plus obligé de se baser sur les arguments des violeurs, si ?
avatar
Ellie

Messages : 89
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://pink.reveries.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  yannalan le Jeu 17 Fév - 19:47

Non, bien sûr, mais c'est un raisonnement qui traîne malheureusement beaucoup plus loin que chez les violeurs patentés, et en traitant la prostitution comme un simple boulot banal, on en arrive là aussi.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  fée clochette le Jeu 17 Fév - 19:58

Voilà ce qu'a écrit une camarade sur la prostitution lors de la proposition de réouverture des maisons closes par la député UMP Chantal Brunel. je partage entièrement ses propos.


Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel!
L’éternel sondage sur les maisons closes ranime une nouvelle fois les conversations de bistrot. Voilà que 59 %# des Français opinent du bonnet pour les rouvrir, dont 70 % d’hommes (pour 49 % de femmes, quel écart!), mus par un élan de nostalgie pour les tentures rouges et les miroirs sans tain. Les Verts, sans doute inspirés par des projets de bordel écologique, s’illustrent avec un pic à 69 % de voix favorables.

Ce ne serait rien s’ils n’étaient encouragés dans leur réflexe antédiluvien par Chantal Brunel# (UMP), qui, en tant que rapporteure générale de l’Observatoire de la Parité, ne trouve rien de mieux, pour aider les femmes à s’imposer au Parlement, que de commencer par les orienter vers le bordel le plus proche.

Bordel? Pardon: maison «ouverte». La maison close a du plomb dans l’aile? Appelons-là «maison ouverte». «Ouverte» vous a tout de suite un petit air de liberté, un côté jeune et engageant.

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots», disait Jaurès. Partagée entre le vocabulaire fleuri et l’euphémisme, la droite la plus conservatrice a égrené des décennies de fantasme patriarcal et hygiéniste, nous vantant tour à tour les «cliniques sexuelles» (1970, Claude Peyret, député RPR), et autres «espaces de liberté» (1986, Henri Bouvet, député UDF). Il restait, en 2010, à tenter les «maisons ouvertes», ce que fait Chantal Brunel en proposant que les femmes prostituées se regroupent «comme les experts comptables». Elle emboîte ainsi le pas à l’éminent Jacques Médecin (RPR) qui proposait il y a… 40 ans de «regrouper toutes ces dames dans un vaste ensemble immobilier» (….) où elles «pourraient se livrer librement à leur métier en professionnelles organisées». Belle constance à droite.

Beau combat de femmes, qui plus est! Michèle Barzach, ministre de la santé (1990), Françoise de Panafieu, vice-présidente de l’UMP à l’Assemblée (2002), et maintenant Chantal Brunel… Les hommes n’osent plus appeler à la réouverture des bordels, il se trouve désormais des femmes pour prendre le relais.

Une simple incantation donc, et ces lieux d’exploitation, qui ont toujours fait fructifier leur business sur un savant mélange de paternalisme et d’esclavagisme, vont se muer subitement en havres de bonnes manières. Plus l’ombre d’un mafieux dans les coulisses, plus de prête-noms pour masquer les relents criminels, plus de violences de tous ordres, mais un paysage pastel, civilisé, le règne enfin réalisé de l’autogestion et de la convivialité. Avantageusement pourvu de sonnettes d’alarme pour appeler au secours, un bordel restant avant tout un bordel. Quel que soit le joli nom qu’on lui donne.

Chantal Brunel, dont on salue par ailleurs le discours critique sur la loi sur le racolage, propose « que soit mise à l’étude la création d’endroits où l’achat de services sexuels soit possible dans des conditions de protection médicale, judiciaire, financière et juridique.» Elle ajoute: «Un patron n’est pas obligatoire». Qu’en termes élégants ces choses là sont dites….

Il faut ne rien connaître à la logique de ces établissements qui brassent des sommes considérables, rien à l’enfermement prostitutionnel qui touche en priorité les personnes les plus vulnérables au plan social, économique, psychologique, culturel, ethnique, pour avancer des idées aussi pétries de naïveté. Qu’en sera-t-il des contrôles médicaux dans les maisons «ouvertes»? Les clients prostitueurs seront-ils enfin soumis à ces examens que tous les bordels du monde persistent à n’imposer qu’aux femmes? On voudrait bien voir ça! Quant aux protections de tous ordres, promises par tous les bordels du monde, elles ont fait la preuve de leur échec patent; noyées dans la corruption et son indéfectible alliée, la loi du silence. Les personnes prostituées elles-mêmes le savent mieux que personne, et se méfient pour la plupart de ces lieux comme de la peste.

Gare à elles… Car Chantal Brunel parle de «condamner la prostitution à l’extérieur de ces lieux.» Enlevant d’une main la répression qui pèse sur elles, elle la rétablit aussitôt en traquant celles qui refuseront les mirifiques conditions qu’elle leur propose.

De la bouche de celle qui préside l’Observatoire de la Parité, on goûtera l’affirmation de choix de société si progressistes! Les hommes de ce pays peuvent se friser les moustaches. Avec la bénédiction de l’Etat et de ses représentantes zélées, ils seront assurés de trouver, au supermarché, une femme disponible, à toute heure, oublieuse de son propre plaisir, de son propre désir, mais délicieusement soumise à tous leurs caprices, même aux plus humiliants. Il restera, en toute logique, à ces «consommateurs» reconnus, à se syndiquer, comme aux Pays-Bas, pour voir garanti leur droit à une «prestation» de qualité.

Vous avez dit égalité hommes-femmes? Parité? Lutte contre les violences? Régression généralisée, plutôt, dont voilà un signe supplémentaire. Un pas de plus pour réaffirmer le «droit» séculaire, jamais interrogé, que s’arrogent certains hommes d’exercer, en exploitant sexuellement des femmes, le pouvoir de la «virilité». Un reniement de toutes les luttes contre les violences faites aux femmes dont la prostitution, au nombre des violences dénoncées par la Grande Cause 2010, constitue la scène la plus brutale avec son lot d’insultes, de mépris, d’agressions, de viols et même de meurtres. Des violences perpétrées en grande partie par les «clients», quel que soit le lieu d’exercice de la prostitution, ce que montrent quantité d’enquêtes, mais ce que nul n’a envie de savoir.

Le même serpent de mer depuis 1946, date de la fermeture des bordels en France! N’est-il pas temps d’en finir avec un ordre ancien - l’homme qui mate, qui jauge, qui choisit, la femme qui s’exécute - et de construire une politique qui mette tout en œuvre pour faire reculer la plus réactionnaire institution du monde? «Il faut mettre un terme à leur exploitation», dit Chantal Brunel en parlant des prostituées. Nous sommes d’accord! Et attendons donc de pied ferme le projet qui va sortir du groupe de travail mis en place au Ministère de l’Intérieur ce 25 mars.

Pour nous, n’est envisageable qu’une politique ambitieuse de lutte contre le sexisme, contre les violences et pour l’égalité, qui cesse de réprimer les personnes prostituées, lutte réellement contre toutes les formes de proxénétisme, et responsabilise, sur le modèle suédois, les clients prostitueurs en posant un principe fort: on n’achète pas le corps d’autrui. La prostitution est une survivance archaïque, elle est contraire aux plus élémentaires droits humains et indigne d’une démocratie.
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Ellie le Jeu 17 Fév - 20:16


Non, bien sûr, mais c'est un raisonnement qui traîne malheureusement beaucoup plus loin que chez les violeurs patentés, et en traitant la prostitution comme un simple boulot banal, on en arrive là aussi.

Que ce soit un raisonnement qui traîne ailleurs que chez les violeurs patentés je veux bien le croire (d'où la notion de société pro-viol, etc.) mais c'est pas pour ça qu'il devrait être pris comme argument légitime... Et en l'occurrence avec la prostitution j'ai l'impression que les deux positions censément antagonistes de dire «la prostitution est tout le temps un viol parce qu'il n'y a pas un "vrai" consentement» d'un côté ou de l'autre, dire «il n'y a jamais de viol sur les putes parce que c'est leur métier» reviennent toutes les deux à empêcher les personnes concernées de pouvoir poser le mot «viol» quand elles en subissent vraiment un et à les déposséder de ce qu'elles vivent...

avatar
Ellie

Messages : 89
Date d'inscription : 15/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://pink.reveries.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prostitution/Travail du sexe

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 40 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum