L'énergie nucléaire

Page 4 sur 32 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 18 ... 32  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Invité le Jeu 21 Avr - 21:49

En Ukraine, en Biélorussie et en Russie il y a eu entre 600 000 et 900 000 personnes
décédées, dont 125 000 parmi les liquidateurs qui ont déblayé les décombres de la centrale.
L’espérance de vie en Ukraine était de 79 ans en 1989. Elle passerait à 55 ans en 2020...
La catastrophe nucléaire du Japon démontre un fois de plus la prétention technologique
de l’industrie nucléaire qui ne parvient pas plus à maitriser les risques d’accidents et à
en traiter les conséquences, qu’à trouver des solutions durables pour les déchets qu’elle
produit...
Inepte comme argument. Dans une grand nombre de pays notamment africain, l'espérance de vie ne dépasse pas les 40-50 ans et pourtant aucune centrale nucléaire. La russie en passant d'une économie stalinienne à une économie capitalo-maffieuse a vu un effondrement de l'espérance de vie, et là pas un mot et pas une centrale nucléaire ! Hors il s'agit là non pas d'une lubie écologiste mais d'un véritable combat de classe.
Et demain, on s'attaque à la clope pour les mêmes motifs ; après tout elle tuerait plus de 60 000 personnes par an soit 600 000 en 10 ans. Et en plus la clope nourrit le capitalisme, et sans le capitalisme il y fort à parier que moins de prolos fumerait !
Il y a d'autres arguments nettement plus sérieux pour l'arrêt du nucléaire sans passer par du démaguo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Vals le Jeu 21 Avr - 23:32

Pour réduire la consommation globale d’énergie et accessoirement celle d’électricité, les écologistes répètent qu’il faut « améliorer la sobriété et l’efficacité énergétiques ».

Les communistes révolutionnaires que nous sommes, partisans de planifier et de rationaliser la production sous le contrôle permanent de la population, n’ont pas attendu les écologistes pour défendre ce programme. Mettre un terme aux innombrables gaspillages liés à l’organisation capitaliste de la société, au gaspillage d’énergie lié au transport routier et au flux tendu dans les entreprises, arrêter de transporter des marchandises dans un sens tandis qu’on transporte les mêmes marchandises dans l’autre sens, supprimer la production d’armement ou tout autres productions inutiles, c’est le programme communiste depuis toujours ! Mais le préalable est d’enlever tous les moyens de production des mains des capitalistes.

Appliquer, dans une société de classes, le slogan des écologistes se traduit inévitablement par la sobriété pour les pauvres, que l’on oblige à réduire leur consommation en augmentant sans cesse les taxes et les prix, et l’abondance pour ceux qui peuvent payer.

L’énergie dite renouvelable coûte – aujourd’hui et sans doute pour un bon moment – beaucoup plus cher que l’énergie thermique ou nucléaire. Une société choisissant en toute conscience les techniques pour satisfaire ses besoins pourrait choisir de payer, collectivement, plus cher pour éviter un danger industriel. Mais dans un marché capitaliste dominé par quelques grands groupes énergétiques, c’est évidemment l’usager final qui paiera la facture. La dernière augmentation de tarifs imposée en janvier dernier a précisément été justifiée par l’obligation faite à EDF de racheter le surplus de courant produit par l’éolien ou le photo-voltaïque.

Quant aux subventions réclamées par les écologistes pour encourager l’énergie renouvelable, elles sont d’abord une aubaine pour les fabricants et les installateurs, sans réduire réellement le coût de production de l’électricité photovoltaïque ou éolienne.

Tout cela, les dirigeants politiques de l’écologie le savent parfaitement et souvent le revendiquent ouvertement. Nicolas Hulot réclamait, dans son « pacte écologique » écrit en 2006, une augmentation des taxes sur l’eau et sur les ordures ménagères ou encore le rétablissement d’une vignette automobile proportionnelle à la pollution des véhicules ; vignette que les propriétaires de 4x4 paieront sans problème, mais qui frappera aussi ceux qui n’ont pas les moyens de changer leur vieille voiture. Mais cela Hulot, Duflot et les autres s’en contrefichent car les pauvres ne font pas partie de leur électorat privilégié.

Nous ne nous prononçons pas entre les différents types d’énergie que l’humanité peut utiliser dans l’avenir. Mal maîtrisées, elles peuvent toutes représenter une menace. Pour qu’elles puissent être mises au service de l’homme, sans réserve, il est vital d’en maîtriser non seulement la technologie, mais aussi les conditions de mise en œuvre.

C’est impossible dans une économie où les décisions sont prises, totalement ou partiellement, en fonction du profit.

Alors, l’urgent est de mettre un terme aux ravages et aux menaces que font peser, sur la planète et sur l’humanité, les irresponsables qui contrôlent toute la société. La pire menace est bien l’organisation capitaliste de la société. C’est le contrôle de tous les moyens de production, ceux du secteur de l’énergie comme tous les autres, par des propriétaires privés avides de profits. Il est urgent de le leur arracher des mains pour mettre en place une planification rationnelle, sous le contrôle conscient et éclairé de la population et à l’échelle planétaire.

Évidemment, cela ne résoudra pas automatiquement tous les problèmes. Cela ne fera ni disparaître tous les dangers ni jaillir d’un coup de baguette magique des sources d’énergie inépuisables. Mais l’humanité pourra aborder les problèmes consciemment. Elle pourra discuter, collectivement et à l’échelle planétaire (sans s’enfermer dans une indépendance énergétique qui fait construire des centrales nucléaires dans la région la plus sismique du monde), de la façon de produire son énergie. Elle pourra finalement arbitrer en prenant en compte la totalité des paramètres, ceux liés à la sécurité comme ceux liés à la nature.

L’énergie nucléaire, si on la maîtrise vraiment en incluant le traitement des déchets, pourrait s’avérer plus efficace (et plus écologique !) que d’autres sources d’énergie. Le feu fait parfois des ravages dramatiques, mais la maîtrise du feu a représenté un bond incontestable en avant pour l’humanité. À moins que l’énergie nucléaire ne soit remplacée par d’autres techniques qui ne manqueront pas d’être perfectionnées ou inventées.

Lénine a dit, dans des circonstances très particulières et dans une formule raccourcie : « Le communisme, ce sont les soviets plus l’électrification. » On pourrait le paraphraser en disant « Pour produire sans danger de l’électricité, il faut construire des soviets. »

2 avril 2011.

Ce passage de l'article de la LDC (au delà du fait que l'article est complet et juste politiquement) montre à ceux qui croient déceler des divergences entre les militants de LO sur ces questions se foutent le doigt dans l'oeil....(quant au neuneu qui parle toujours d'une direction de LO coupée de ses militants, laissons le à ses stupides et malsaines illusions)...

Oui, c'est bien le capitalisme qui est dangereux, destructeur, mortel....C'est bien sa logique de profit qui peut transformer une technologie utile (ou en tout cas à expérimenter sérieusement) en produit utilisé de façon inconséquente par le capital guidé par la seule recherche du profit à tout prix....
Dire le contraire (pauvre texte du NPA ci-dessus, c'est au mieux se mettre à la remorque de crétins réactionnaires comme Hulot et sa clique, et au pire renoncer à s'attaquer au vrai danger : le maintien de ce système économique absurde, injuste et mortifère...

Tout ce que touche la loi du capital, (y compris le traitement de l'eau ou n'importe quelle production industrielle) devient dangereux pour l'avenir de l'humanité et au quotidien pour tous ceux qui sont exploités au travail....

Le nucleaire comme le reste....et même les perspectives (hypothétiques mais fantastiques) ouvertes par le projet ITER sont freinées et réduites par ceux qui décident du rythme des recherches et de l'usage qui sera fait des résultats ....

Inutile de s'exciter sur le couteau ou le fer , gardons notre énergie politique et sociale pour neutraliser ceux qui en font des instruments de mort.....
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Ven 22 Avr - 0:45

loriot2010 a écrit:Et demain, on s'attaque à la clope pour les mêmes motifs ; après tout elle tuerait plus de 60 000 personnes par an soit 600 000 en 10 ans. Et en plus la clope nourrit le capitalisme, et sans le capitalisme il y fort à parier que moins de prolos fumerait !
Il y a d'autres arguments nettement plus sérieux pour l'arrêt du nucléaire sans passer par du démaguo !

La clope est un problème de santé publique, mais cela n'enlève rien aux décès et maladies provoquées et à venir, de Tchernobyl, même si les nucléocrates ont toujours tenté de maquiller le désastre.
Comme s'efforcent de le faire depuis le début Tepco et le gouvernement japonnais.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Ven 22 Avr - 0:52

Inutile de s'exciter sur le couteau ou le fer

La fusion nucléaire ramenée à la technique du couteau...CQFD
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  nico37 le Ven 22 Avr - 19:51


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Communiqué du NPA. Tchernobyl, Fukushima : sortir du nucléaire.

Message  Roseau le Sam 23 Avr - 2:00

vendredi 22 avril 2011

Le 26 avril 1986 un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait. 25 ans après, alors que le bilan objectif de cette catastrophe n'est toujours pas tiré, un nouvel accident nucléaire se produit à Fukushima au Japon. Cette nouvelle catastrophe, désormais classé au même niveau de celle de Tchernobyl, dure depuis plus d'un mois, sans que la situation soit stabilisée. Le gouvernement japonais vient d'interdire l'accès d'une zone de 20km autour de la centrale, mesure dérisoire quand on sait que les pollutions radioactives dangereuses pour la population ont été diagnostiquées dans un périmètre géographique excédant 100 km...
La catastrophe nucléaire du Japon démontre un fois de plus la prétention technologique de l'industrie nucléaire qui ne parvient pas plus à maitriser les risques d'accidents et à en traiter les conséquences, qu'à trouver des solutions durables pour les déchets qu'elle produit...
Les salarié-e-s et la population sont les otages de cette industrie mortifère dont la dangerosité est exacerbée par la course à l'économie et au profit qui régit le système capitaliste.
Il y a urgence à abandonner cette production couteuse et polluante pour plusieurs générations, comme il y a urgence à amorcer une transition énergétique globale permettant de lutter contre le changement climatique.
Il faut réquisitionner les grands groupes de l'énergie et leurs bénéfices, garantir l'emploi et l'embauche des intérimaires et sous-traitant-e-s de la filière et entamer une reconversion qui ne se fasse pas sur le dos des travailleurs et des usagers. Il faut développer au sein d'un grand service public de l'énergie l'efficacité énergétique, les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

Le NPA appelle à manifester partout en France à l'occasion des 25 jours d'actions organisées par le Réseau Sortir du Nucléaire dont il est membre.
Nous revendiquons l'arrêt des réacteurs de plus de 30 ans, l'arrêt des nouveaux projets tels que les EPR de Penly et de Flamanville, la ligne THT Cotentin-Maine, ITER, le centre de recherche militaire de Mégajoule, Bure et autres projets de stockage des déchets nucléaires ainsi que l'arrêt de tous les projets de l'industrie nucléaire française à l'étranger.
Pour une décision de sortie du nucléaire en moins de 10 ans.

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Lun 25 Avr - 20:03

Selon le Daily Telegraph, le cerveau des attentats du 11 Septembre, Khalid Cheikh Mohammed, a affirmé à ses interrogateurs qu'Al-Qaïda avait caché une bombe nucléaire en Europe prête à déclencher un «cataclysme nucléaire» si Oussama ben Laden était pris ou tué. (AFP)

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Hulot de campagne...

Message  Roseau le Lun 25 Avr - 20:05

Source Médiapart

Nicolas Hulot a déclaré ce lundi que la sortie du nucléaire était désormais «un objectif prioritaire», soulignant que lacatastrophe de Fukushima avait achevé de le convaincre. Le candidat écologiste à la présidentielle est attendu aujourd'hui sur le Pont de l'Europe, reliant Strasbourg à Kehl, où une manifestation a lieu pour réclamer la fermeture de la centrale de Fessenheim, la plus ancienne en exploitation en France. À la veille du vingt-cinquième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, une demi-douzaine de rassemblements sont prévus à la frontière franco-allemande.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Duzgun le Mar 26 Avr - 0:07

Hulot devient peut-être anti-nucléaire de la dernière heure, mais il reste quand-même bien verdâtre, vu qu'il s'agit de sortir du nucléaire en quelques décennies... Rolling Eyes
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La propriété privée des ressources naturelles devenue aussi absurde que l'esclavage

Message  Roseau le Mar 26 Avr - 15:41


TANURO Daniel

INTERVENTION AU MEETING LORS DE LA MANIFESTATION ANTINUCLEAIRE DU 24 AVRIL 2011, ORGANISEE A BRUXELLES A L’INITIATIVE DE « CLIMAT ET JUSTICE SOCIALE » ET DES « AMIS DE LA TERRE »

Chères amies, chers amis,

Merci pour votre présence à cette manifestation.

Il y a 25 ans, le monde entier apprenait à prononcer ce nom : Tchernobyl. Il faisait beau ce 26 avril et tout le monde était dehors pour profiter du soleil, car les autorités avaient affirmé que le nuage radioactif s’arrêterait aux frontières. Le nombre de victimes n’est pas connu avec certitude, mais il tourne probablement autour de 500.000.

25 ans après, le monde entier apprend à prononcer ce nom : Fukushima. Le pays le plus technologique du monde vit à son tour une catastrophe nucléaire majeure. La deuxième de son histoire, car il ne faut pas oublier Hiroshima et Nagasaki.

Comme dans le cas de Tchernobyl, les gouvernements nous rassurent : les doses de radioactivité faible, ce n’est pas grave ; quelques milliers de litres d’eau radioactive rejetés dans l’Océan Pacifique, ce n’est pas grave ; du plutonium libéré dans l’environnement parce qu’un réacteur au MOX a fondu, ce n’est pas trop grave. Comme à Tchernobyl, le bilan se comptera en dizaines de milliers d’enfants malformés et de personnes qui mourront prématurément d’un cancer.

Comme à Tchernobyl, une zone de trente kilomètres de rayon ou plus sera inhabitable et impropre à toute activité humaine pendant des siècles, peut-être même des milliers d’année car le Plutonium met 240.000 ans à disparaître quasi complètement de l’environnement. Si l’homme de Néanderthal avait construit des centrales au MOX, des hommes et des femmes aujourd’hui contracteraient encore des cancers par suite de cette irresponsabilité.

Comme dans le cas de Tchernobyl, on nous dit : « c’est un accident dû à des circonstances exceptionnelles, nous en tirons les leçons pour que nos centrales soient encore plus sûres ». Nous n’acceptons plus ce discours. La probabilité d’un accident ne peut être ramenée à zéro. Personne ne peut garantir que le changement climatique ne provoquera pas une inondation qui entraînera une catastrophe nucléaire à Doel. Dans ce cas, il faudra évacuer plus d’un million de personnes et Anvers sera inhabitable pendant des siècles. Personne ne peut exclure un séisme d’une magnitude de 7 entraînant une catastrophe à Tihange. Dans ce cas, plus de 300.000 personnes devront être évacuées. Personne ne peut exclure d’un avion de ligne s’écrase sur un réacteur à Chooz.

Quantité d’accidents peuvent entraîner un emballement de la réaction de fission et déboucher sur un drame comme celui de Fukushima, chez nous ou ailleurs. Ce risque est inacceptable.

Nous sommes scandalisés d’entendre Yves Leterme déclarer qu’on a encore besoin du nucléaire. Il est inacceptable que le Premier Ministre d’un gouvernement en affaires courantes se prononce ainsi contre une loi de sortie du nucléaire votée par une large majorité du parlement.

Cette loi de 2003, nous exigeons qu’elle soit respectée et appliquée. Les trois réacteurs les plus vieux doivent fermer en 2015. Ils couvrent à peine 10% de la demande en électricité. Cette fermeture peut facilement être compensée par une hausse de l’efficience énergétique et une diminution de la consommation électrique.

Les autres réacteurs doivent fermer avant 2025. Il y a d’autres moyens de produire de l’électricité. D’ailleurs, on n’a pas besoin d’augmenter toujours la quantité d’électricité. Il est plus que temps de comprendre que la croissance matérielle infinie n’est pas possible dans un monde fini.

Il est clair que la sortie du nucléaire doit être posée dans le cadre plus large de la politique énergétique et de la lutte contre les changements climatiques. Nous refusons le choix entre la peste atomique et le choléra du réchauffement de la planète. Le nucléaire n’est pas une filière énergétique sans carbone. Nous exigeons une transition écologiquement efficace et socialement juste vers une économie sans énergie fossile et sans énergie nucléaire. Partageons les ressources, le travail et les revenus.

Cette transition, ce n’est pas à nous de la payer. Ce n’est pas aux travailleuses, aux travailleurs, aux allocataires sociaux, aux sans papiers, aux femmes, aux jeunes, de payer les investissements nécessaires. La facture doit être présentée aux lobbies de l’énergie, aux monopoles du pétrole, du charbon, du gaz naturel et de l’atome. Ce sont eux les responsables du gâchis. Ils ont les moyens de payer : la rente nucléaire d’Electrabel se monte à plus de deux milliards d’Euros alors que cette entreprise ne paie que 0,04% d’impôt. Le secteur du nucléaire dans notre pays a reçu des subventions pour un montant de 150 millions d’Euros (sans compter les subventions de l’Etat français, qui se chiffrent en milliards). Ce scandale doit cesser.

Chères amies, chers amis,

Il y a deux siècles, un philosophe méconnu écrivait qu’un jour viendrait où la propriété privée des ressources naturelles semblerait à l’humanité aussi absurde et inacceptable que la propriété privée d’un être humain par un autre, autrement dit : l’esclavage. Ce jour approche. La propriété privée de l’énergie est effectivement absurde et inacceptable. L’énergie est notre bien commun à toutes et tous. Il est urgent et nécessaire de lutter, tout ensemble, pour l’arracher des mains du privé, pour la soustraire à la logique du profit.

Merci pour votre attention, le combat continue.

Daniel Tanuro

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  nico37 le Mar 26 Avr - 21:29

Voici un bref retour sur les actions qui ont eu lieu le 23 avril en Basse-Normandie et un petit tour non exhaustif de ce qui s’est fait ailleurs ce même jour et les jours suivants :

Samedi midi à Raids près de Périers dans la Manche, environ 80 personnes sont réunies autour d’un pique-nique offensif. A cet endroit, est construit un post électrique déjà bien avancé qui servira au nouveau tracé THT lié à la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville.



Après un repas convivial et sous surveillance de la gendarmerie et de la police politique (DCRI), les pique-niqueurs prennent comme annoncé la direction de pylône THT pour jouer au grand jeu de pâques de la « chasse aux boulons ». La gendarmerie décide tout d’abord de laisser faire pensant à tord qu’un seul boulon sera retiré symboliquement. Finalement, ce sont plusieurs boulons qui sont successivement déboulonnés symboliquement et fragilisant ainsi l’édifice. Le but : montrer à RTE, mais surtout aux populations hostiles au projet que celui-ci est bien plus fragile qu’il n’y paraît.







Au cours de l’action, la gendarmerie se sentant bernée change d’attitude et devient plus agressive. Elle tente de pousser les personnes et les banderoles qui leur barre le passage jusqu’aux déboulonneurs. Mais leurs poussettes et leur faible nombre ne leur permet pas de faire grand-chose. Ils se reprennent lorsque le déboulonnage d’un second pylône est envisagé. Là ils campent sur chacun des 4 pieds, contraignant les déboulonneur-se-s à user de la force pour procéder à l’action. Finalement les gens renoncent à déboulonner ce second pylône.



A15h, à Diellette à quelques pas de l’école de voile et du chantier EPR, déjà bien avancé, ce sont quelques 800 personnes qui se retrouvent pour une manifestation. Là ont lieu quelques prises de paroles de militants locaux (nouvelle coordination régionale antinucléaire, ACRO).Une militante d’origine japonaise vivant en France a également fait le point sur la situation avant de déposer une gerbe sur la stèle dédiée aux irradiés inconnus.







Devant la centrale ce sont des sceaux d’eau censés représenter l’aspect dérisoire de la lutte japonaise contre le désastre en cours qui sont lancés sur la pancarte du site. Pour un manifestant c’est bien la rage qui submerge. Il balance con sceau sur un des flics, très présents et qui n’on t eu de cesse de photographier les manifestant-e-s.
Et ici en terre hautement nucléarisée, où chacun est particulièrement tenu par le nucléaire et son poids économique ça a encore une autre signification qu’ailleurs. Ca veut dire ferme ta gueule et soit invisible !




Il ne faut pas rêver, de tels rassemblements avec leurs lots d’actions symboliques et de sentiment d’impuissance face au désatre en cours ne pourront à eux seuls enrayer la machine nucléaire, mais ils ont au moins le mérite de nous réunir, de permettre de commencer à discuter, et peut-être de nous donner bien plus de rage et de force dans les semaines et les mois qui viennent !


Photo sur résistances: http://www.resistances-caen.org/photos,363,pique-nique-militant-autour-de-la-tht-et-manifestation-a-la-dielette-le-23-avril-2011.html

La suite ici : http://www.anartoka.com/cran/viewtopic.php?t=448

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il y a déjà 22 ans...

Message  Roseau le Mer 27 Avr - 1:27


Déclaration de 1979 de la Quatrième Internationale sur l’énergie nucléaire et ses dangers.
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article21212

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  nico37 le Mer 27 Avr - 21:49

Une employée de Tepco exposée à des radiations supérieures à la norme

Cette femme qui travaillait sur le site de Fukushima a reçu des doses de radioactivité trois fois plus élevées que la limite légale autorisée.

Une femme ayant travaillé sur le site de la centrale accidentée de Fukushima a reçu des doses de radioactivité trois fois plus élevées que la limite légale autorisée, a annoncé mercredi l’opérateur Tokyo Electric Power, cible de vives critiques de la part du gouvernement.

Cette femme, qui s’occupait de tâches logistiques, a reçu des radiations de 17,55 millisieverts, alors que la limite maximale autorisée pour les femmes est de 5 millisieverts sur trois mois. Cette limite est inférieure à celle des hommes, en raison des risques potentiels pour le bébé en cas de grossesse.

Comme l’ensemble de la vingtaine de femmes employées sur ce site par Tepco, elle a quitté les lieux le 23 mars, douze jours après le début de l’accident nucléaire.
Tepco a fait cette annonce après avoir analysé l’historique des niveaux d’exposition de ses employés à la centrale qui a été endommagée à la suite du séisme et du tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon le 11 mars.

«C’est une erreur. Nous le regrettons», a déclaré à la presse un responsable de Tepco, reconnaissant que la gestion de l’exposition aux radiations aurait dû être plus rigoureuse.

«C’est extrêmement regrettable», a réagi de son côté Hidehiko Nishiyama, porte-parole de l’Agence japonaise de sûreté nucléaire. «Nous allons enquêter et voir pourquoi et comment cela a pu arriver», a-t-il ajouté, précisant qu’il entendait demander «des réponses complètes» à Tepco.

Enquête

La limite légale de radiations autorisées pour les hommes travaillant dans le nucléaire en temps de crise a été relevée à 250 millisieverts par an depuis l’accident de Fukushima, contre 100 auparavant. Une exposition annuelle à plus de 100 millisieverts augmente les risques ultérieurs de cancer, d’autant que la radioactivité «absorbée» se cumule avec les expositions futures.

Goshi Hosono, conseiller spécial du Premier ministre Naoto Kan, a critiqué mercredi en termes très vifs l’attitude de l’opérateur de la centrale. «Tepco est un groupe très conservateur qui n’aime pas le changement», a-t-il lancé au cours d’une conférence de presse.

«La préparation de Tepco face au tsunami et à la perte d’électricité devra faire l’objet d’une enquête», a-t-il estimé. «Le résultat de cette enquête devra être acceptable pour la communauté internationale», a-t-il ajouté, jugeant «bien sûr possible» que des experts étrangers y participent.

L’opérateur Tepco estime qu’il faudra trois mois pour que le niveau de radiations commence à baisser et encore trois à six mois supplémentaires pour réduire les fuites radioactives à un niveau «très bas».

(Source AFP)

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Vals le Sam 30 Avr - 17:47

Science / Le blogue de Valérie Borde »Le blogue de Valérie Borde


Tchernobyl: le défi de faire comprendre

26 avril 2011

Alors que le monde commémore les 25 ans de la catastrophe de Tchernobyl, le nucléaire continue de faire face au même défi critique pour son avenir : celui de l’information.

Encore aujourd’hui, les estimations les plus folles circulent sur le nombre de victimes de Tchernobyl. Certaines personnes parlent de millions de morts!

Pourtant, un consensus scientifique sur le bilan de la catastrophe a été publié en 2006. Le site Greenfacts en présente une version simplifiée en français. Si vous n’avez qu’une chose à lire aujourd’hui, c’est celle-là.

Mais les idées reçues ont la vie dure.

Prise en otage entre les demi-vérités et les mensonges par omission des militants antinucléaires et de l’industrie, la population ne dispose pour s’informer que d’une maigre information objective, la plus souvent amenée par des autorités en lesquelles elle n’a pas toujours confiance.

Les médias ne l’aident guère en consacrant bien plus de temps à des cas vécus, de préférence dramatiques, qu’à la couverture des études plus significatives mais moins «sexy» à raconter.

Résultat, 25 ans après Tchernobyl, le niveau de culture scientifique de la population reste très nettement insuffisant pour comprendre toutes les subtilités du nucléaire et de ses impacts sur la santé.

Un exemple. Vous avez certainement entendu parler de tous ces enfants qui ont contracté un cancer de la thyroïde et des 600 000 liquidateurs qui ont dû se relayer sur le site pour le sécuriser après l’accident ?

Mais savez-vous que le taux de cancer n’a pas augmenté dans la population adulte environnante ? Que 596 000 liquidateurs ont survécu, pour la plupart sans problèmes de santé? Et que la chute du régime communiste dans les années suivant Tchernobyl a eu un tel impact sur la santé de la population soviétique qu’elle a considérablement compliqué les analyses de la catastrophe?

Je ne voudrais surtout pas minimiser le drame en ce jour de commémoration. Juste rappeler qu’il faut être conscient des limites de ses connaissances quand on en parle.

Une question quiz, pour terminer. Vous connaissez peut-être la notion de demi-vie, que l’on utilise pour parler de la radioactivité. La demi-vie correspond au temps au bout duquel une source a perdu la moitié de sa radioactivité.

Le césium 137, l’isotope radioactif le plus dangereux pour la santé humaine rejeté dans l’environnement par l’accident de Tchernobyl, a une demi-vie de 30 ans.

La moitié de ce qui a été émis en 1986 sera donc toujours là en 2016 (même s’il aura entre temps cheminé dans le sol, la poussière et l’organisme des êtres vivants).

Ma question maintenant: combien en restera-t-il en 2046?

Posez la question autour de vous, et vous verrez combien cette simple notion se heurte aux habiletés mathématiques de bien des gens…

Category: Nucléaire

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  nico37 le Lun 2 Mai - 22:29

Société nucléaire, Société totalitaire ! CGA Montpellier - Un Autre Futur

Alors que le Japon a subi une catastrophe majeure, la centrale de Fukushima est toujours confrontée à un accident nucléaire dont le niveau de gravité a atteint celui de Tchernobyl en terme de pollution radioactive et donc de nocivité à court comme à long terme.

Nucléaire l'Etat garde le cap

Alors que dans le monde entier s'élèvent à nouveau les voix remettant en cause le nucléaire, la classe politique française et le complexe militaro-industriel nucléaire font preuve d'un déni comparable à ceux qui, en 1986, prétendaient que le « nuage radioactif s'était arrêté aux frontières », ou comparaient les opposants au nucléaire à des partisans du « retour à la bougie ». Alors que les gouvernements allemands et suisses craignant les réactions de leurs opinions publiques ont déjà pris de timides mesures pour geler leur programme nucléaire, les élites nucléocrates françaises ont choisi la fuite en avant en affirmant que la catastrophe de Fukushima ne remettait absolument pas en cause la prolifération nucléaire qu'ils ont décidée. Ainsi le gouvernement français continuera à maintenir voire augmenter le parc actuel de centrales sur le sol français tout en tentant de vendre des réacteurs à l'étranger, pour plus grand bonheur des actionnaires d'Areva.
Ainsi, ils veulent continuer à nous faire payer le coût financier de l'exploitation des centrales, des sous-marins et porte-avions qu'ils construisent et à hypothéquer notre avenir en entassant les déchets radioactifs dont le potentiel mortel se calcule en dizaines voire en centaines de milliers d'années. Ainsi, ils voudraient que les populations de pays comme le Niger continuent, elles aussi, à payer le coût économique, politique et écologique de l'extraction de l'uranium pour alimenter leurs réacteurs qui sont autant de bombes en puissance. Et pour ce faire, leur discours consiste à faire passer les antinucléaires pour des défenseurs du lobby pétrolier, ou comme des obscurantistes sans alternative.

Halte aux énergies mortifères, Ni gaz de schiste ni nucléaire

De la même façon les pétroliers et l'État cherchent à développer l'extraction de gaz et d'huile de schiste, devenue rentable avec l'explosion des prix des matières pétrolières. Cette industrie comme le nucléaire est génératrice de mort puisqu'elle conduit à la pollution massive des nappes phréatiques, la fracturation incontrôlée des sols, la destructuration massive des territoires concernées...
Comme pour le nucléaire, nous refusons le développement de l'industrie d'exploitation du gaz et d'huile de schiste ici comme ailleurs.
Pour en finir avec le désordre écologique, détruisons le capitalisme, construisons le communisme libertaire
Pourtant, la revendication que nous portons, la sortie immédiate du nucléaire, est beaucoup plus rationnelle que la fuite en avant dans laquelle veulent nous entrainer les défenseurs du nucléaire. Elle s'articule avec la revendication historique de gestion directe et de contrôle de la production par les travailleuses et les travailleurs, qui permettrait sa réorganisation rationnelle, rompant ainsi avec la logique énergivore du capitalisme tout en préservant les conditions de vie de l'immense majorité de la population. C'est en décidant collectivement « que produire, comment, pour qui, et où ? », que nous pourrons inverser la courbe énergétique, sans pour autant que les classes populaires en paient le prix.

Cette logique de décision collective en matière de choix énergétique et d'organisation de la production et de la distribution de biens, est en contradiction directe avec la logique étatique et capitaliste, qui réserve à une élite ces choix, et dont le complexe militaro-industriel nucléaire français est une illustration. Elle permettrait de briser la fausse alternative « pétrole ou nucléaire », par le développement d'énergies renouvelables et la maîtrise collective de la production, sans hypothéquer les conditions de vie des générations futures.
Sortie immédiate du nucléaire, civil et militaire !
Gestion directe de la production et de la distribution, décision collective en matière d'énergie !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  nico37 le Sam 7 Mai - 13:54

La France doit accepter de se préparer à des accidents nucléaires "complètement inimaginables" 05/05/2011 6:45 pm PARIS (AFP)

La France doit accepter de se préparer à des accidents nucléaires "complètement inimaginables", qui représentent le plus grand danger pour ses installations, comme le prouve la catastrophe de Fukushima, a estimé jeudi le directeur général de l'IRSN, Jacques Repussard.
"Il faut accepter de se préparer à des situations complètement inimaginables parce que ce qui nous menace le plus, ce n'est pas un accident +standard+", a déclaré le responsable de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) lors d'une audition parlementaire.
En France, avec EDF, "nous avons un des opérateurs nucléaires parmi les plus compétents au monde, il est donc d'autant moins vraisemblable que nous soyons confrontés à un accident +standard+", a estimé M. Repussard.
"Si un accident se produit, le moins invraisemblable est que ce soit un accident absolument extraordinaire, lié par exemple à des effets dominos avec d'autres installations voisines, des aléas naturels ou des actes de malveillance. Il faut se préparer à ce type de scénarios", a averti le responsable de l'IRSN.
A la lueur de l'accident survenu dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, le gouvernement français a décidé de lancer un audit sur la sûreté des installations nucléaires de l'Hexagone prenant en compte des cas de figure extrêmes, jusqu'alors écartés par les opérateurs ou les experts chargés de la sûreté.
"Pour les Japonais, ce n'était pas réaliste ce tsunami de 15 mètres de haut" alors que la digue protégeant la centrale de Fukushima n'avait été rehaussée que de 5,7 mètres, a relevé Jacques Repussard.
"Il faut faire des scénarios réalistes dans un contexte qui n'est pas réaliste pour notre imagination, c'est ce qui s'est produit au Japon", a-t-il conclu.
Le directeur de l'IRSN s'exprimait dans le cadre d'une audition de la mission parlementaire sur la sûreté des installations nucléaires, créée après la catastrophe de Fukushima et confiée à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST).
"Personne ne peut garantir qu'il n'y aura jamais d'accident nucléaire en France", a répété le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, auditionné lui aussi.
Il revient "aux exploitants, aux autorités de contrôle, au gouvernement, de faire ce qu'il faut pour réduire cette probabilité. A nous tous de faire ce qu'il faut pour en réduire les conséquences, mais à l'évidence il faut que nous soyons capables de les gérer", a-t-il insisté.
L'audition parlementaire ouvrait un séminaire international consacré à la gestion post-accidentelle des crises nucléaires, organisé par l'ASN jusqu'à vendredi dans les locaux de l'Assemblée nationale.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  gérard menvussa le Sam 7 Mai - 14:30

Vals dans ses oeuvres :

(Sur les 600000 liquidateurs ) Que 596 000 liquidateurs ont survécu, pour la plupart sans problèmes de santé?

Un peu plus sérieux scientifiquement :

Le bilan pour les «liquidateurs»
Pour les «liquidateurs», ces 600 000 à 800 000 soldats, civils et fonctionnaires qui ont été expédiés sur place juste après l'explosion pour neutraliser le réacteur et enterrer les déchets contaminés.
En novembre 1995, le Ministre de la Santé de l'Ukraine a déclaré à Genève, que 10% des liquidateurs de son pays étaient déjà invalides.
A la conférence de l'OMS à Kiev en juin 2001, le Ministre de la Santé d'Ukraine a déclaré que dans la plupart des républiques de l'ancienne Union Soviétique, la proportion des invalides parmi les liquidateurs dépassait les 30% !
S.I. Ivanov, Médecin chef de la Fédération de Russie a déclaré que: "Plus de 200 000 Russes ont été engagés dans les travaux de liquidation... Selon le Registre officiel, 50.000 sont invalides et 15.000 déjà morts."
Selon Wladimir Tchertkoff qui a filmé la conférence de l'OMS à Kiev en 2001 (Cf. le documentaire "Controverses Nucléaires"): « L'estimation du nombre total des liquidateurs, appelés de toute l'Union Soviétique à construire le "sarcophage" et à décontaminer les territoires, varie entre 600 000 et 800 000 jeunes hommes en pleine santé (certaines associations de défense de leurs droits avancent le chiffre de 1 million). Leur âge moyen était de 33 ans en 1986. Les informations concernant la catastrophe de Tchernobyl étant couvertes du secret d'état pendant les 4 premières années (les dernières de l'existence de l'URSS), et les doses d'irradiation qu'ils ont reçues étant systématiquement diminuée [...]. Les survivants de cette armée sont dispersés sur les 11 fuseaux horaires de l'ex-Union Soviétiques, nombreux sont inconnus des statisticiens et grâce à la désinformation, planifiée conjointement par le Krémlin et par les agences nucléaires de l'ONU, ils ne savent pas pourquoi ils sont malades et de quoi ils meurent si jeunes. Le chiffre officiel enregistré par la Fédération de Russie permet donc d'évaluer à 200 000 - 300 000 le nombre total des liquidateurs invalides et à 60 000 - 100 000 les décédés, à ce jour. »
En avril 2004 dans le texte de commémoration (de la catastrophe de Tchernobyl) de l'Ambassade d'Ukraine en Belgique, il est dit que depuis 1986 sont décédés plus de 25.000 "liquidateurs" ! (http://www.ukraine.be/news/discours/d260404.html)
Pour le physicien bélarusse Gueorgui Lepnine qui a travaillé sur le réacteur numéro 4 "Selon mon décompte, le nombre de « liquidateurs » décédés atteint aujourd'hui [septembre 2005] près de 100 000 personnes, alors qu'un million de personnes au total ont travaillé à la centrale de Tchernobyl " après l'accident, a estimé M. Lepnine. "Aujourd'hui, les médecins tentent d'expliquer ces morts par le stress, les maladies cardio-vasculaires. Mais pourquoi ces maladies sont-elles apparues?", s'interroge M. Lepnine. "Il n'y a aucune statistique sur le décès des "liquidateurs", personne ne les publie", a-t-il souligné. Selon le physicien bélarusse, la mortalité parmi les "liquidateurs" de Tchernobyl est 75 fois plus élevée que parmi les catégories comparables de la population.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Sam 7 Mai - 16:22

La négation de la réalité par Vals, relève bien de la contamination productiviste très élevée dans la France intoxiquée par les nucléocrates. Dans aucun autre pays on ne retrouve, en dehors de quelques vieux staliniens, autant de rêveurs scientistes se réclamant du marxisme. Mais le coeur du réacteur commence à fondre enfin...

Plus sérieusement que la négation du désastre de Tchernobyl, les énergies renouvelables pourraient, à long terme, fournir toute l’énergie dont l’humanité a besoin. Le constat n’est pas nouveau. Mais cette fois, il s’appuie sur une littérature scientifique dure:
http://www.journaldelenvironnement.net/article/exclusif-le-rapport-du-giec-sur-les-renouvelables,23058



avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Invité le Sam 7 Mai - 18:08

Roseau a écrit:La négation de la réalité par Vals, relève bien de la contamination productiviste très élevée dans la France intoxiquée par les nucléocrates. Dans aucun autre pays on ne retrouve, en dehors de quelques vieux staliniens, autant de rêveurs scientistes se réclamant du marxisme. Mais le coeur du réacteur commence à fondre enfin...

Plus sérieusement que la négation du désastre de Tchernobyl, les énergies renouvelables pourraient, à long terme, fournir toute l’énergie dont l’humanité a besoin. Le constat n’est pas nouveau. Mais cette fois, il s’appuie sur une littérature scientifique dure:
http://www.journaldelenvironnement.net/article/exclusif-le-rapport-du-giec-sur-les-renouvelables,23058
On a affaire probablement à une éminence scientifique pour pouvoir nous asséner cette vérité ou tout du moins la relayer.
Explique nous cette "affaire" là en évitant un langage trop scientifique, nous ne sommes pas des spécialistes. Et explique nous aussi le coût total de ces énergies renouvelables intégrant l'extraction, la production, le transport, la maintenance, le renouvellement en fonction de la durée de vie des "énergies renouvelables", et pour finir l'énergie à dépenser pour toutes ces étapes ! Car et c'est là où le bât blesse : l'énergie renouvelable n'exprime en rien les techniques à mettre en œuvre pour parvenir à la convertir en une énergie prête à consommer !
Et si tu pouvais mettre ces données en relation avec les moyens à mettre en œuvre dans le cadre des énergies renouvelables pour fournir ... disons 1MWh en toute circonstance. Pour la dernière partie, je m'explique : les panneaux solaires ont par exemple la fâcheuse manie de fournir de l'énergie en quantité qu'à la condition d'être correctement exposés ... au soleil. Ces panneaux solaires ont dans l'état de l'art de la technique, une durée de vie limitée, un rendement limité de l'ordre de 15 à 20% qui décroit assez rapidement avec le temps, et à énergie équivalente charbon ou nucléaire nécessite une couverture importante.

Idem pour les éoliennes qui ont la facétie de convertir le vent en énergie électrique ; pas de vent pas d'électricité et qui plus est cette énergie doit être consommée immédiatement faute de pouvoir être stockée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Vérosa_2 le Sam 7 Mai - 19:25

Et explique nous aussi le coût total de ces énergies renouvelables intégrant l'extraction, la production, le transport, la maintenance, le renouvellement en fonction de la durée de vie des "énergies renouvelables", et pour finir l'énergie à dépenser pour toutes ces étapes ! Car et c'est là où le bât blesse : l'énergie renouvelable n'exprime en rien les techniques à mettre en œuvre pour parvenir à la convertir en une énergie prête à consommer !
Ca c'est sûr que si on s'inscrit dans une logique capitaliste de rentabilité on va pas avancer beaucoup...

Ces panneaux solaires ont dans l'état de l'art de la technique, une durée de vie limitée, un rendement limité de l'ordre de 15 à 20% qui décroit assez rapidement avec le temps, et à énergie équivalente charbon ou nucléaire nécessite une couverture importante.
C'est peut-être juste (je n'en sais rien). Mais l'étude en question est loin de se limiter à la simple option de l'énergie solaire.

Enfin, l'étude dont cet article rend compte me paraît quand même assez fiable, ne serait-ce que parce qu'elle a fait l'objet d'une revue "par les pairs" assez serrée (cit.: "Contrairement à nombre d’études déjà publiées sur le sujet, cette projection ne doit rien au doigt mouillé d’un seul auteur. Ce chiffre est une synthèse de 164 scénarios «moulinés» par 123 rédacteurs et des centaines d’experts-relecteurs. Ce travail s’appuie aussi sur des milliers d’études, et d’articles parus dans des revues scientifiques à comité de lecture"). J'ai plutôt pour habitude de me méfier des "experts", mais en ce cas précis l'étendue de la communauté scientifique ayant participé à l'étude m'invite plutôt à lever le doute.

______________

Sinon que suggères-tu ? Continuer avec un Tchernobyl ou un Fukushima tous les 15, 20 ou 25 ans, catastrophes qui contaminent et condamnent des milliers ou dizaines de milliers de KM2 pour de longues décennies (si ce n'est plus) ? Continuer avec les énergies fossiles qui sont la plaie des populations chinoises ou indiennes ? Continuer à (sur)vivre dans des villes où on ne peut quasiment plus respirer ? Pour info en Inde à Delhi, la pollution on la VOIT chaque soir, c'est un voile opaque qui engloutit toute une énorme conurbation, et ce voile dû a l'utilisation intensive d'énergies fossiles fait que le taux d'asthmatiques a triplé en 30 ans. Moi, ce n'est pas vraiment ça que je veux, et tant pis si les panneaux solaires ou les éoliennes "dénaturent" le paysage.


Dernière édition par Vérosa_2 le Sam 7 Mai - 19:36, édité 1 fois

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Sam 7 Mai - 19:34

Vals n'est pas le seul contaminé...

Ce rapport est très important.
Au delà des "fuites" ou prémices offertes dans le lien mis en ligne, comme indiqué,
il faut attendre sa publication dans quelques jours.
Mais pour les matérialistes, qui ne sont pas d'Allègres adeptes de l'HTP (Homme Tout Puissant)
avatar de la pensée chrétienne, il y a d'autres sources d'information scientifiques
sur les innovations en énergies renouvelables,
malgré la guerre du capital nucléaire, et ses moines productivistes...
Voici une étude copieuse et fort respectée, sauf dans le lobby nucléocrate bien sûr:
http://assets.wwf.org.uk/downloads/2011_02_02_the_energy_report_full.pdf

Ceci dit, le rapport du GIEC dit substitution "à terme".
Or il faut ne faut pas attendre, mais agir vite, pour sauver notre environnement.
Cela implique plus qu'une substitution des sources d'énergies vers le renouvelable et le moins polluant,
ou incontrôlé, cela implique une diminution de la consommation d'énergie dans bp de pays,
à commencer par les pays fortement industrialisés , donc une révolution de civilisation.
C'est le sens du projet éco-socialiste.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Roseau le Sam 7 Mai - 19:58

Certainement, il faut partir des besoins.
Mais actuellement, la production est marchande, dont part des oportunités de rentabilité du capital,
pas des besoins durables (cad compatibles avec les limites de notre planète)
d'où un gaspillage énorme de l'énergie, au seul bénéfice des actionnaires du secteur.

A ce propos, le communisme envisagé toujours, malgré le progrès des connaissances,
par quelques "marxistes" antiquaires, fort peu matérialistes,
comme l'abondance, la consommation non pas "durable", mais sans limite,
est une autre manifestation de la pensée idéaliste chrétienne:
le HTP (Homme Tout Puissant). Mais c'est HS...
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'énergie nucléaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 32 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 18 ... 32  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum