Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  BouffonVert72 le Mar 1 Fév - 16:45

URGENT : PETITION CONTRE LES GAZ DE SCHISTE
Petition contre les gaz de schiste : URGENT
PETITION sur les gaz de schistes (Par Fabrice Nicolino)

La bataille contre l'exploitation des gaz de schistes en France commence. Il y a une pétition. Je n'accorde pas une importance démesurée aux pétitions, mais je viens de signer celle dont le texte figure ci-dessous, que je lance avec José Bové et une poignée d'amis.


L'objectif n'est pas d'attraper quelques signatures, mais de faire déferler des milliers, des dizaines, des centaines de milliers de volontés. Et c'est pourquoi je vous demande avec solennité de signer et de faire circuler ce texte..../...

Sans aucune information, sans aucune consultation, le gouvernement français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d'explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste.

La technique pour ramener le gaz à la surface est nouvelle, délicate et surtout, désastreuse sur le plan environnemental. La «fracturation hydraulique horizontale», consiste à provoquer des failles à l'aide d'un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz et le pétrole pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Trois «ingrédients» sont nécessaires pour créer ces mini séismes : des quantités phénoménales d'eau (entre 15 000 et 20 000 m3), des produits chimiques (plus de 500) pour attaquer la roche et des micro-billes pour maintenir ouvertes les failles.

Aux Etats-Unis, le bilan de l'extraction de ces énergies fossiles est catastrophique : pollution massive des nappes phréatiques et de l'air, destruction des paysages et de milieux naturels, etc.Leur exploitation, en France, conduirait inéluctablement aux mêmes dégâts ainsi qu'à des émissions accrues de gaz à effet de serre, alors même que notre pays s'est engagé à les diviser par quatre.

Les autorisations de prospection sur plus de 10% du territoire ont été accordées sans débat sur les besoins énergétiques à moyen et long terme, sans discussion sur la nécessité de lutter contre le gaspillage, rechercher une meilleure efficacité énergétique et les alternatives renouvelables.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons un débat public avec la société civile, les élus locaux et nationaux, pour dresser un inventaire complet des conséquences environnementales, sanitaires, économiques et sociales de cette «nouvelle folie industrielle».

C'est pourquoi nous demandons un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l'ensemble du territoire français.

Vous trouverez ci-dessous une pétition lancée entre autres, par le journaliste Fabrice Nicolino et le député européen, José Bové, qui précise la technique sophistiquée et dramatiquement destructrice de l'environnement, des écosystèmes, des nappes phréatiques... par laquelle la France, après les USA, s'apprête, sans concertation aucune, à défigurer plus de 10 % de son territoire et à accroitre au lieu de les réduire, comme elle s'y est engagée, ses émissions de gaz à effet de serre.

Merci de faire passer cet appel à signature de cette pétition à votre amis !

http://www.petitions24.net/gaz_de_schiste__non_merci
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Balkany sont dans le coup !

Message  BouffonVert72 le Lun 7 Fév - 17:27

http://www.maxisciences.com/gaz-de-schiste/gaz-de-schiste-la-mobilisation-se-poursuit_art12365.html



Info rédaction, publiée le 07 février 2011



la mobilisation se poursuit

Les écologistes se mobilisent de plus en plus massivement contre les exploitations qui s’intéressent au gaz et à l’huile de schiste. De nombreux députés ont interpellé la ministre de l’Ecologie à l’Assemblée nationale.

Le gaz et l’huile de schiste pourraient permettre à la France de limiter ses importations d’énergies fossiles. Toutefois, la seule façon d’exploiter ces ressources consiste à injecter à très haute pression des milliers de mètre cubes d’eau, de sable et de produits chimiques destinés à faire remonter les gaz de schiste des poches où ils sont emprisonnés.

Eva Joly, candidate écologiste potentielle pour l’élection présidentielle de 2012 et José Bové, député européen d’Europe-Ecologie, indiquent que cette technique est un "danger mortel pour l’eau potable", rapporte Sciences et Avenir. Les conséquences sont désastreuses : pollution des nappes phréatiques, gaspillage d’une eau de plus en plus précieuse sur notre planète et détérioration des paysages.

Des zones ont cependant déjà été visitées en France. Des collectifs se sont donc créés pour empêcher toute entreprise qui souhaiterait débuter des travaux d’y parvenir. Le parti politique Europe-Ecologie et le parti socialiste ont questionné à plusieurs reprises la ministre de l’Ecologie sur ces questions à l’Assemblée nationale.

Celle-ci indique qu’"aucune autorisation de travaux sur les gaz de schiste ne sera donnée ni même instruite avant le résultat (...) d'une mission pour évaluer les enjeux environnementaux". Elle indique également qu’aucune technique dangereuse pour l'environnement ne sera utilisée en France. Toutefois, en mars dernier, la France avait autorisé trois prospections dans cinq départements du sud (Ardèche, Aveyron, Drôme, Hérault et Lozère) et d’autres demandes sont en cours.

Lors des rassemblements d’opposants qui ont eu lieu à Millau, beaucoup s’étonnaient de la "proximité" des industriels qui dirigent les forages avec les représentants politiques. Ainsi, la société Toreador serait co-présidée par Julien Balkany, de la même famille que Patrick Balkany, lui-même proche du président Sarkozy.



Là on voit très clairement le lien entre la Bourgeoisie Kapitaliste et les pollueurs ! Ce sont les mêmes !
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Lun 7 Mar - 16:18

S'informer et agir près de chez soi : http://gazdeschistefrance.forumgratuit.org

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mar 15 Mar - 20:52

Gaz de schiste : l’Etat sacrifie notre sous-sol aux intérêts capitalistes (.pdf)

Le 30 mai 2010, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie vantant haut et fort le Grenelle, signait dans le plus grand secret trois arrêtés autorisant l’exploration de gisements de gaz de schiste dans cinq départements (Ardèche, Aveyron, Drôme, Gard et Hérault). D’autres régions, comme la Seine-et-Marne et la Picardie, sont concernées par l’exploration d’huile de schiste.

Le gaz et l’huile de schiste sont des hydrocarbures dit « non conventionnels  » ; emprisonnés dans le schiste, roche située à plus de 2000m de profondeur. Leur exploitation était jusqu’alors trop onéreuse pour être rentable, mais la flambée des prix du pétrole et du gaz conventionnels a changé la donne. Pour les extraire, on injecte dans des puits forés spécialement des millions de litres d’eau sous haute pression mélangée à un détonnant cocktail de produits chimiques. C’est ce que l’on appelle la « fracturation hydraulique ». La roche « fracturée » libère le gaz qui peut alors remonter à la surface.

Ils ne renonceront pas à leurs profits

L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels permet de re-évaluer les réserves mondiales en énergies fossiles de 50 à 250% selon les estimations. Ainsi, les multinationales de l’énergie vont pouvoir continuer à accumuler leurs profits faramineux durant de longues années. L’Etat n’hésite pas à privatiser notre sous-sol, bien commun par excellence, pour le plus grand bénéfice de ces capitalistes. Surtout que cette nouvelle possibilité permet de conserver le modèle de société hyper-dépendante aux hydrocarbures. Les gouvernements n’auront donc pas à prendre de mesure courageuse sur les modes de production et la structure énergétique de nos sociétés. Quel soulagement !

Un désastre écologique annoncé

Malheureusement, le bonheur des capitalistes et des gouvernants signifie encore une fois le malheur des peuples et de la Terre. Car grâce aux tristes exemples des Etats-Unis et du Canada, où cette pratique est en pleine essor depuis le début du XXIeme siècle, nous connaissons très bien les conséquences dramatiques de la fracturation hydraulique :

. le paysage est défiguré par des dizaines ou centaines de puits nécessaires pour extraire ces ressources disséminées sur de grandes surfaces ;

. des millions de litres d’eau sont nécessaires, à l’heure où les ressources se font rares ;

. une partie des eaux usées et les produits chimiques qu’elle contiennent s’infiltrent dans les sols et les nappes phréatiques, et se retrouvent donc à terme dans les aliments et l’eau consommée par les animaux et l’homme ;

. l’air est contaminé par l’évaporation du reste des eaux usées stockée dans des bassins de décantation, et par les émissions des usines et milliers de camions nécessaires à l’approvisionnement en eau et à la distribution du gaz.

L’exploitation des gaz et huile nuit donc gravement à la santé des habitants des régions concernées (asthme, cancers, etc.), et est au final bien plus émettrice de gaz à effet de serre que la production d’hydrocarbures conventionnels.

Mobilisons -nous !

Face à cet impact environnemental désastreux, la contestation grandit, et un moratoire a finalement été annoncé le 4 février par Nathalie Kosciusko-Morizet, prolongé par Fillon le 11 mars. Mais nul doute que devant les énormes sommes déjà investies et la collusion entre le personnel politique et les grandes compagnies énergétiques, l’exploration reprendra bientôt et l’exploitation suivra dès qu’elle deviendra rentable.

Aberration écologique, cette décision serait pleinement conforme à la logique capitaliste. Les effets néfastes sur l’environnement et la santé humaine n’ont que peu d’importance face à l’insatiable soif de profit qui anime le capitalisme. C’est donc à l’ensemble de ce système économique mortifère qu’il faut s’attaquer. Pour cela il faut s’organiser et lancer nous-mêmes la lutte dès maintenant contre l’exploration du sous-sol, sans compter sur un réveil des élus, depuis trop longtemps endormis.

Luttons contre le gaz de schiste et les capitalistes !

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Jeu 24 Mar - 20:10


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Lun 28 Mar - 21:11

Le « non » au gaz de schiste monte le volume

Mobilisation sans précédent hier sur le Pont Valentré pour dire non au gaz de schiste./ Photo DDM, Mickaël Fabre

Des banderoles déployées sur le Pont Valentré, des manifestants de toutes les générations : dans le Lot le gaz de schiste ne passe pas. Jour après jour la mobilisation grossit. La preuve hier, où près d'un millier de personnes venues du Lot, mais aussi du Lot-et-Garonne et du Tarn-et-Garonne, se sont retrouvées pour dire leur indignation. Le mot n'est pas trop fort. Les slogans fleurissent, et s'affichent. « Eau secours », « Ne nous faites pas schister chez nous », « Sarko, ça gazera pas dans le Lot », « N'inschister pas » sont brandis en l'air, dans une ambiance qui reste joyeuse. « Nous avons une maison à Montcuq, nous ne voulons pas voir les paysages se dégrader. Nous venons de Paris, on a choisi la région car elle est belle et préservée. Notre présence ici, c'est pour appuyer une lutte de tout le sud, pas seulement du Lot », confient Bob et Claude, un couple. « On est mécontent, on a voulu très rapidement réagir. C'est parti du Quercy Blanc, mais aujourd'hui ça grogne de partout. C'est la première manifestation sur le Pont Valentré à deux pas de la fontaine de la Chartreuse. C'est un lieu symbolique de la rivière, la nature, le pont est un édifice de défense. Nous sommes très heureux du soutien indéfectible de tous les élus. Nous savons que notre combat est légitime. Le Parc naturel des causses du Quercy se trouve dans la zone concernée par la prospection, pour nous c'est intolérable. La société qui serait chargée de l'exploitation du gaz de schiste a son siège sur l'île de Mon. C'est un paradis fiscal très opaque », observe Charles Farenny, président de Quercy Blanc. David, un représentant de la communauté britannique, prendra la parole en anglais pour dire son soutien. L'ensemble des élus également, avant que le cortège se rende à la fontaine de la Chartreuse.

Le chiffre : 800
MANIFESTANTS > Gaz de schiste. Selon la police ils étaient 800 sur le pont, 1 200 selon les associations.

« Gasland » projeté mardi à l'ABC

Le collectif « Non au gaz de schiste à Cahors », le cinéma l'ABC et l'association Ciné + présentent mardi 29 mars à 21 heures, à l'ABC, le film « Gasland ». Ce documentaire de Josh Fox sera suivi d'un débat. Les plus importantes recherches de gisements de gaz naturel sont en ce moment entreprises à travers tous les États-Unis. Lorsque le cinéaste reçoit une lettre l'invitant à louer ses terres pour y faire un forage, il va découvrir en chemin des secrets bien gardés, des mensonges et des toxines.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mar 29 Mar - 21:25

Gaz de schiste: débat à l'Assemblée 2011-03-29 17:09:00 |
Ce mardi 29 mars avait lieu à l'Assemblée nationale un débat sur les conséquences environnementales de l'exploitation des huiles et gaz de schiste en France. Les députés y ont affiché une franche hostilité, à l'exception de François-Michel Gonnot (UMP).
Extraits.

Evoquant les techniques d'exploration, contraires au Grenelle de l'environnement (quantité d'eau utilisée, recours à des produits chimiques..., Yves Cochet (Gauche démocrate et républicaine) estime que les permis d'exploration devraient "être non seulement soumis à enquête publique mais ausi à débat" parlementaire. Il estime également que l'exploitation des gaz de schiste présente peu d'intérêt économique, compte tenu du "déclin rapide" des réserves.

Pour Serge Grouard (Union pour un Mouvement Populaire) , il faut se doter de textes rigoureux pour la phase d'exploration, à l'instar de ce qui existe pour l'exploitation. Le rapport de François-Michel Gonnot (UMP) et Philippe Martin (PS) est attendu le 8 juin prochain, rappelle-t-il. Il permettra aux parlementaires d'affiner leur opinion sur ce sujet. Il pointe également l'absence de transparence qui a prévalu dans l'attribution des permis de forer en mars 2010.

Pour Stéphane Demilly (Nouveau Centre), le gaz de schiste est une énergie fossile, qui ne présente pas d'intérêt pour aller "vers une économie décarbonée". Les acides et produits gélifiants restant après l'exploration, la quantité d'eau utilisée ont un impact non négligeable sur l'environnement. les incidences sur le paysages posent "la question de l'acceptabilité sociale pour les riverains". Il plaide pour le développement du biogaz, estimant "prometteuse" la dynamique créée par le nouveau cadre juridique (injection dans le réseau).

"Une grande inquiétude monte", énonce Christian Jacob (UMP), pointant des "risques environnementaux et sanitaires", tels des "territoires couverts de puits apparents, des nappes phréatiques et une eau potable contaminés"...

Attribution des permis: il ne s'agit pas que "de décisions administratives et de portée limitée", considère Jean-Paul Chanteguet (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche): "les politiques ne pouvaient pas ne pas savoir". La Charte de l'environnement en son article 7 mentionne un "droit à l'information" qui n'a pas été respecté. Revenant sur l'accident nucléaire de Fukishima-Daiichi, il plaide pour un "grand débat national" sur la stratégie énergétique française.

Martine Billard (Gauche démocrate et républicaine) déplore que "le moratoire ne concerne que les gaz de schiste et non les huiles de schiste". pour ces dernières, elle réclame l'annulation des autorisations déjà données en Seine-et-Marne".

Le débat est devenu "essentiellement politique", estime François-Michel Gonnot (UMP). S'adressant aux représentants du Parti socialiste: "cette mission, ne vous en déplaise, n'est pas là qua pour écouter les opposants". Il rappelle que "la technique de la fracturation hydraulique existe depuis 40 ans" et que cela fait "des décennies que l'on fore, que l'on explore, pour trouver du pétrole, notamment dans le Bassin parisien". Il souligne que "les permis attribués ne sont pas des permis d'exploitation". Il invite les parlementaires à examiner les enjeux avec "sérénité et responsabilité".

A son tour, Maxime Bono (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche), déplore l'attribution des permis "en catimini". Il dénonce "une logique d'appauvrissement" des ressources, qui retarde "l'adoption des technologies alternatives et de comportements économes en énergie". Il souligne que la société Toreador dispose "non pas de permis d'exploration mais de permis d'exploitation" et demande quelles suites seront données à son intention de "procéder à l'exploitation" des réserves de pétrole qu'elle découvertes.

Se réjouissant que "les écologistes ne soient pas isolés dans ce débat", Anny Poursinoff (Gauche démocrate et républicaine), indique que les "puits sont exploités entre 5 et 10 ans", alors qu'ils ont des conséquences environnementales fortes et durables. "Au risque nucléaire, allons-nous ajouter le risque d'empoisonner l'eau potable?"

Richard Mallié (Union pour un Mouvement Populaire) estime que "ces gaz suscitent plus que des interrogations" notamment auprès des "populations concernées qui s'interrogent plus que légitimement" sur l'impact environnemental. Il demande "la suspension immédiate des permis d'exploration".

"Quels que soient les bancs de notre hémicycle, chacun convient que l'exemple de l'Amérique du Nord est criant, estime Germinal Peiro (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche). Personne ne peut nier l'impact sur l'environnement et sur les nappes phréatiques". Il regrette la disparition de "l'esprit du Grenelle" avec l'attribution de permis sans consultation de la population. Et estime que "l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste doivent être interdites sur le territoire natuionale".

Pour Pierre Morel-A-L'Huissier (UMP), le dossier de classement au patrimoine mondial de l'humanité à l'Unesco (de l'espace Causse Cévennes) risque d'être durablement compromis si décision était prise d'exploiter les gaz de schiste dans ce département. Il suggère "l'abrogation de ces arrêtés" autorisant l'exploration sur les sites concernés, les délais de recours étant épuisés.

Observant que les gaz de schiste représentent deux fois les réserves de gaz naturel conventionnels, Geneviève Gaillard (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche) y dénonce la "voie sans issue de l'énergie fossile". les gaz de schiste, affirme-t-elle, "c'est l'énergie du désespoir, l'énergie fossile, c'est l'énergie des dinosaures". Elle plaide pour un modèle alternatif et "durable".

-------
Réponses de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
NKM fait part d'un débat "sensible", évoquant la motion signée par 80 députés, les courriers "nombreux" reçus par son ministère, les manifestations, "une cinquantaine de délibérations et d'arrêtés d'annulation adoptés par des communes" qui lui ont été transmis, autant de témoignages d'une forte mobilisation de la population et des élus.
Mais d'autres questions doivent être soulevées, telle l'indépendance énergétique. "Nous avons acheté à l'étranger plus de 45 milliards d'euros d'hydrocarbures l'an dernier".
S'agissant des techniques d'exploration, "nous n'avons pas l'assurance à ce stade que les nouvelles techniques" présenteront moins de risques et "cela fait partie des questions que nous posons aux industriels".
Les questions posées au débat sont celles d'une exploitation respectueuse de l'environnement. Si on ne peut pas "faire autrement qu'une exploitation à l'américaine, c'est-à-dire une exploitation propre et sûre (...), alors nous ne le ferons pas".
Elle a également souligné que la délivrance des permis se faisait de manière "transparente" et encadrée. Ceux-ci sont publiés au Journal officiel.

Sur les autorisations administratives: "s'agissant des gaz de schiste, trois permis de recherche ont été attribués au 1er mars 2010 (...). Il y a également en France une dizaine de permis concernant les gaz de houille", permis qui sont "en sommeil", ainsi que les permis concernant les huiles de schistes. Aucune autorisation d'exploitation ne sera délivrée avant la remise des rapports demandés au Parlement et au Conseil général des CGIET et au CGEDD*. Le Code minier doit également être revu.


---------
A savoir:
Plusieurs députés socialistes ont déposé une proposition de loi visant à annuler les permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux et tendant à assurer la transparence dans la délivrance de ces permis de recherche et de concessions d’hydrocarbures liquides et gazeux. Elle devrait être examinée le 12 mai.

Préalablement au débat, l'Amicale des foreurs et des métiers du pétrole avait adressé une lettre ouverte aux députés "pour lutter contre la désinformation actuelle sur ces sources d'énergie et sur leur technique d'extraction, dite de "fracturation hydraulique", qui est visiblement totalement méconnue en France".


------
* Le gouvernement a confié au Conseil Général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies (CGIET) et au Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) la mission de l’éclairer "sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des hydrocarbures de roche-mère (gaz et huiles de schiste). Un rapport d’étape doit être remis pour le 15 avril 2011 et le rapport final pour le 31 mai 2011".

http://www.dailymotion.com/video/xhvgdb_martine-billard-29-03-2011-debat-gaz-de-schistes_news

http://www.dailymotion.com/video/xhvhcr_debat-gaz-de-schiste-reponse-de-la-ministre-de-l-environnement_news

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Sam 2 Avr - 18:26

Grande mobilisation contre l’exploitation des gaz de schiste, Nant (Aveyron), 17 avril 2011

Depuis plusieurs années, la Ligue des droits de l’Homme appelle à la vigilance citoyenne pour le respect du droit à un environnement sain, et pour que les choix politiques s’imposent sur la raison économique.
La section « Loupian et les communes du bassin de Thau » est solidaire et partie prenante de la mobilisation contre l’exploitation du gaz de schiste et appelle tous les citoyens à se retrouver pour la manifestation.

A l’appel de la Coordination des Collectifs Contre le Gaz de Schiste sur le Permis de Nant
TOUS A NANT LE 17 AVRIL !

La Coordination nationale des collectifs contre la prospection et l’exploitation du gaz et de l’huile de schiste a décrété le 17 avril 2011 journée de mobilisation sur tous les territoires concernés par les permis de prospection accordés par le Ministère de l’Ecologie en mars 2010, mais aussi dans les régions visées par d’autres permis à l’étude actuellement.
Nos départements de l’Aveyron, du Gard, de la Lozère et de l’Hérault sont majoritairement concernés par le permis de Nant.
Le gouvernement français a été contraint de reculer par la mobilisation de la grande majorité des habitants et des élus de ces territoires : il a suggéré aux industriels une pause pour tenter de calmer le jeu et confié une mission chargée d’« expertiser » l’impact de cette nouvelle fuite en avant industrielle au Conseil Général de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies, dont la composition laisse prévoir qu’il abondera dans le sens des prospecteurs à quelques détails près.
Un rapport d’étape devrait être publié le 15 avril, quelques semaines avant le rapport définitif.
Nous ne sommes pas dupes des manoeuvres de retardement de ceux qui ont procédé à un véritable coup de force en accordant des permis sans aucune information ni débat.
La journée du 17 avril sera l’occasion de manifester notre refus de l’exploration de gaz de schiste et notre demande d’abrogation du permis de Nant.

Rendez-vous le dimanche 17 Avril à 11h00 sur la place de Nant.
12h : Pique-nique sur la place du village (amener vos provisions)
13h : Prises de parole
14h – 17h : Marche festive au fil de l’eau
Les emplacements de parking étant limités,
nous vous demandons de favoriser le covoiturage.
Inscrivez-vous auprès de vos collectifs locaux ou des sites tels que
www.covoiturons.com ou www.123envoiture.com

Marche Festive !
Venez déguisé, avec des instruments de musique,
des banderoles, des pancartes, de l’imagination
et de la bonne humeur !
Buvette militante sur place
et stand de la coordination des collectifs du permis de Nant.

INFO CONTACTS :
Aveyron : nonaugazdeschiste@gmail.com
Gard : contact@stopgazdeschiste30.com
Hérault : nonaugazdeschiste@free.fr
Lozère : nongazdeschisteflorac@gmail.com

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Dim 3 Avr - 15:44

Suite à la conférence donnée de ce samedi soir à ALES (30)

- La vidéo de la conférence => http://www.webtv.univ-montp2.fr/conferences-et-colloques/gaz-de-schiste-dans-le-sud-de-la-france/
- Le diaporama qui a servi de support à la conférence, rubrique actualité, sujet « Gaz de schiste » : contribution à la discussion sur l’exploration pétrolière dans le sud de la France => http://www.gm.univ-montp2.fr/spip/index.php

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Sam 9 Avr - 10:59

Le gaz de schiste est une forme de gaz naturel non conventionnelle. On l’obtient en fracturant des roches souterraines riches en gaz, jusqu'ici restées inexploitées. Le gaz de schiste : ressource énergétique miracle ou fausse bonne idée ? Difficile de trancher. Adrien Zerbini et Natalie Bougeard essaient de peser le pour et le contre de cette source de gaz controversée. Cette source énergétique connaît actuellement un essor extraordinaire. A titre d’exemple, la production de gaz naturel des Etats-Unis a dépassé celle de la Russie, grâce au gaz de schiste. Mais son exploitation est très critiquée, car elle serait dommageable à l’environnement. Aujourd’hui, l'américano-suisse Martin Schuepbach dispose de deux concessions exploratoires en Suisse romande. Faut-il s’en inquiéter ? Karl Föllmi, sédimentologue et spécialiste en géochimie sédimentaire à l'UNI,L et Pierre Thomas, du Laboratoire de Sciences de la Terre de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, expliquent comment se forment ces schistes riches en gaz. Quant à Laurent Carpentier, journaliste spécialisé sur les problématiques environnementales, revient sur les risques environnementaux de cette ressource gazière. Martin Schuepbach expose ses arguments légitimant l’exploitation de ces gaz, alors que Christian van Singer, physicien et conseiller national vert, fait part de ses réserves. Un sujet préparé par Natalie Bougeard et Adrien Zerbini.

http://medias.rsr.ch/la-1ere/programmes/impatience/2011/impatience_20110408_standard_sequence-1_20110408-1700_37bd48b3-27a3-4dfb-9b43-c2789b1157da-128k.mp3

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mer 13 Avr - 19:29



http://www.lcp.fr/emissions/les-questions-au-gouvernement/vod/13383-seance-du-mercredi-13-avril-2011

A la troisième minutes, après la présentation, les 2 premières questions sur les gaz de schiste, écouter la réponse de Fillon : "....je ne veux pas que nous fermions la porte à toutes possibilités d'exploiter et avec d'autres techniques demain ces gisements, et c'est la raison pour laquelle j'ai demandé au Conseil Général du Ministère de l'Industrie et au Conseil Général du Ministère de l'Environnement de conduire une mission de recherche scientifique sur les possibilités d'exploiter demain ces gisements avec d'autres technologies, j'ai décidé de prolonger cette mission afin que la recherche scientifique soit conduite jusqu'à son terme. Mesdames et Messieurs les députés, il n'est pas question de sacrifier notre environnement, mais il n'est pas question non plus de fermer la porte à des progrès technologiques qui permettraient demain d'accéder à de nouvelles ressources énergétiques."

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Ven 15 Avr - 7:14

LA CNT CONTRE LE GAZ DE SCHISTE
Mobilisation nationale les 15, 16 et 17/04
La légitime émotion et la très forte colère de la population du sud de la France contre les projets de forages en vue de l’exploitation du gaz de schiste ont entraîné « l’union sacrée » de toutes les forces : politiques, associatives, syndicales ou à titre individuel. Une telle union, renforcée par une mobilisation de cette ampleur, peut permettre de faire capoter – momentanément ? – la prospection dans notre région du moins, mais ailleurs ?

Nous sommes cependant convaincus qu’il est indispensable et urgent de s’attaquer aux causes réelles motivant la décision des « pétroliers » et du gouvernement.

La société capitaliste, qui traverse une grave crise financière et énergétique, est prête à tout pour perpétuer son système inique basé sur l’exploitation démesurée des ressources énergétiques fossiles, de la nature et de l’Homme ; et ce pour le seul profit d’une minorité de privilégiés.

C’est contre ce système que nous devons axer nos efforts : réorienter la production et la distribution des biens et des services pour satisfaire les besoins des humains sur toute la planète. Vaste programme… Mais c’est bien la réunion de toutes les luttes (sociales, écologiques…) contre nos exploiteurs qui permettra d’atteindre une société libre, égalitaire et fraternelle.

CNT 66

.................................

Lire aussi le tract de la CNT 34 (.pdf) :

La carte des Titres miniers d’hydrocarbures Gaz de schiste dans le Sud-Est (.pdf)

...................................

La Coordination nationale des collectifs contre la prospection et l’exploitation du gaz et de l’huile de schiste a décrété les journées du 15, 16 et 17 avril 2011 journées de mobilisation sur tous les territoires

concernés par les permis de prospection accordés par le Ministère de l’Ecologie en mars 2010, mais aussi dans les régions visées par d’autres permis à l’étude actuellement.

Les dates et lieux des mobilisations en France :

Le vendredi 15 avril :

Avignon (Vaucluse) : Rassemblement devant la sous-préfecture à 16h
Brignolles (Var) : Rassemblement devant la sous-préfecture à 15h
Aix en Provence : Rassemblement devant la sous-préfecture à 12h30

Le samedi 16 avril :

Meaux (Ile de France) : Rassemblement à 15h Place de l’Europe devant la sous-préfecture, stands et cortège dans la ville
Rousson (Gard) : Festival multiculturel (conférences, ateliers, animations musicales)
Donzère (Drôme) : A partir de 12h, pique-nique et ateliers d’infos (aire de repos de Combelonge - carrefour RN7/D541) puis marche et rassemblement à la mairie de M.Besson (Ministre de l’énergie et maire de Donzère)
Lyon (Rhône) : On en parle dans la rue, informations sur les marchés
Marseille (Bouche du Rhône) : Rassemblement à 10h devant la préfecture

Le dimanche 17 avril :

Cahors (Lot) : Rassemblement et cortège à partir de 15h
Nant( Aveyron) : Pique-nique puis cortège au fil de l’eau, à partir de 12h sur la place du village
Blyes (Ain) : Caravane Stop gaz de schiste dans l’Ain et ailleurs ; départ 9h30 de Meximieux (centre commercial) convergence à Blyes dès 12h face à la Mairie

La Coordination nationale des collectifs contre l’exploration de gaz et d’huile de schiste

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Sam 16 Avr - 11:22

Gaz de schiste : Les eurodéputés Verts organisent une mobilisation européenne 14 avr 2011

Ce jeudi 14 avril 2001, Michèle RIVASI, José BOVE, Reinhard BÜTIKOFER, et Bas EICKHOUT, eurodéputés du Groupe des Verts/ALE ainsi que des représentants des ONG et des associations locales se sont réunis afin de débattre de façon très précise des problèmes liés au gaz de schiste à l’échelle européenne.

Dans un certain nombre d’Etats membres dont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la Suède et la Pologne, des initiative citoyennes contestant l’exploration du gaz de schiste ont vu le jour.
Ces initiatives mobilisent un nombre croissant de citoyens soucieux des conséquences pour la santé et l’environnement en Europe.

C’est pour cette raison que les Verts au Parlement européen ont décidé de convier ces collectifs au Parlement, afin de leur permettre de rencontrer et d’échanger avec des représentants de la Commission européenne (DG Environnement et DG Energie), compétents sur les questions relatives aux gaz de schiste, ainsi qu’un hydrogéologue et un spécialiste des gaz à effets de serre.

Cette rencontre européenne visait à évaluer d’une part les véritables conséquences du développement et de l’utilisation de ces nouvelles énergies fossiles et d’autre part à démontrer que ces pratiques risquent d’aller à l’encontre de la directive européenne sur l’eau. Il faut souligner que la production de gaz de schiste nécessite une quantité conséquente d’eau pour la fracturation ainsi que toute une série de produits chimiques dont certains sont extrêmement nocifs pour les sols et la santé publique.

A l’issue de cette réunion, les eurodéputés ainsi que les participants ont décidé d’adresser une lettre à trois Commissaires européens (voir la lettre ci dessous en anglais) afin de leur demander:

* Qu’un débat soit organisé, au niveau européen, sur le gaz de schiste avec toutes les parties prenantes, y compris des représentants de la société civile. Ceci avant l’été 2011.
* De garantir que l’Agence Européenne des Produits Chimiques ait accès à l’ensemble des informations concernant les produits chimiques sensés être utilisés lors de la fracturation hydraulique afin qu’elle puisse analyser cette information et en informer le public.
* Qu’une étude d’impact environnementale soit réalisée sur l’empreinte écologique et sur les gaz à effet de serre (directs ou
indirects) qui découlent de ces activités.
* De soutenir la demande de moratoire récemment introduite par le « Tyndall Centre for Climate Change Research » tant que l’Agence de protection de l’environnement des Etats Unis n’a pas plus publié son rapport sur les impacts environnementaux du gaz de schiste.

Brussels, 14 April 2011

Dear Commissioner Oettinger,
Dear Commissioner Potočnik,
Dear Commissioner Hedegaard,

We, the undersigned Members of the European Parliament and participants of a meeting on shale gas / unconventional gas issues
that took place in the European Parliament on 13 and 14 April 2011, would like to convey to you our grave concerns regarding these matters.

We are from seven European Member States where public discussions on fossil hydrocarbon / shale gas / unconventional gas may yet differ somewhat.

But we share many sceptical and critical perceptions concerning these matters. And we are involved in making civic opposition to the shale gas experiment in our countries and EU-wide.

In your responsibility as EU Commissioners you have to deal with shale gas / unconventional gas issues. Therefore, we want to address you with four points of concern, on which we want to ask you to act:

We ask you to institutionalise a regular shale gas / unconventional gas dialogue with civic and NGO representatives as soon as possible, hopefully starting before the summer break.

We ask you to publicly support the moratorium demand made recently by the Tyndall Centre for Climate Change Research for as long as the United States Environmental Protection Agency’s study on environmental impacts of shale gas drilling have not been published and evaluated.

We ask you to guarantee that the European Chemical Agency gets complete information about the chemicals actually used or foreseen to be used in hydraulic fracturing from the companies involved, as well as the chemicals in the rocks to be fractured, so that they can analyse that information and make the findings available to the public.

We ask you to produce a greenhouse gas emissions (direct and indirect) impact assessment of shale gas drilling and to publish a calculation of its carbon footprint.

We would be glad to hear back from you at your earliest convenience.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mar 19 Avr - 23:10

Gaz et huile de schiste : Les promesses n’engagent que celles et ceux qui les croient

Depuis plusieurs mois, la mobilisation s’amplifie en France contre l’aberration écologique que représente l’exploitation des gaz et huile de schistes.
Prolonger encore l’illusion de l’indépendance énergétique à travers la promesse d’une catastrophe écologique : voilà le projet soutenu par le gouvernement et les entreprises privées détentrices de permis d’exploration et exploitation (Toréador, Vermilion, etc.). Après avoir donné son accord en 2010 dans la plus grande opacité, le gouvernement a proposé un moratoire de 6 mois et la mise en place d’une mission parlementaire face à la montée de la colère populaire et à la détermination des nombreux collectifs créés dans la majorité des régions concernées. Cela a mis en branle l’establishment politique et a conduit au dépôt de propositions de lois venant de l’UMP comme du PS et visant à obtenir l’abrogation ou la suspension des permis délivrés mais sans pourtant exiger leur retrait immédiat compte tenu des dégâts provoqués (gaspillage et pollution de l’eau, des sols, dévastation du paysage).

La mobilisation de la population face à la perspective d’un tel désastre écologique serait ainsi récupérée dans le cadre d’un simple débat politicien et les vrais enjeux du problème seraient totalement évacués. Ces promesses politiques n’ont qu’un seul but : démobiliser les forces militantes opposées à ce projet et empêcher que le mouvement de protestation ne prenne trop d’ampleur en cette période pré-électorale. En témoignent, les déclarations récentes du premier ministre qui se veut catégorique en demandant le gel des permis et en laissant sous-entendre que ce qu’une loi fait, une autre peut la défaire.

Car derrière ces manœuvres électorales, les enjeux sont clairs : maintenir les profits des sociétés exploitantes et de l’industrie pétrolière en général. Sans perdre de temps, réunie à travers le lobby de l’amicale des foreurs, cette industrie a déjà commencé un travail de désinformation agressif en direction des député-es en vue de l’examen des lois qui aura lieu le 10 mai.

Dans ce contexte, Alternative libertaire s’est associée aux mobilisations qui ont eu lieu le week-end dernier et réaffirme plus que jamais son soutien actif aux personnes mobilisées depuis plusieurs mois pour demander l’arrêt immédiat et définitif en France comme ailleurs de l’exploration et exploitation des gaz et huiles de schiste. Une absence de débat démocratique, une catastrophe écologique en suspens, voilà où conduit la logique mortifère du système capitaliste

Alternative Libertaire, le 19 Avril 2011

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mer 20 Avr - 21:04


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Sam 23 Avr - 21:31

Un renvoi d’ascenseur qui sent le gaz de schiste par Fabrice Nicolino, dans Charlie Hebdo

Il y a quelques mois déjà, Charlie révélait l’eldorado du gaz de schiste français. Un filon que Sarkozy compte bien offrir clés en main à deux de ses très grands amis: Paul Desmarais et Albert Frère.

Dans la famille gaz de schiste, ne cherchez plus le père, car il s’agit de Paul Desmarais. Le vieux, le vrai, celui qui est né en 1927.
Rappelons — ce ne sera jamais de trop — que l’industrie entend faire de la France un pays producteur de gaz et de pétrole, tous deux piégés dans des couches de schiste, à quelque 2000 mètres de profondeur.

Notre excellent gouvernement a refilé des permis d’exploration, qui ouvrent la voie à l’exploitation, à des compagnies françaises (Total, GDF Suez), mais aussi américaines, comme Hess, farcie d’anciens ministres amerloques de l’époque Bush. C’est un début d’eldorado, sur 10% de la superficie de la France.

Pour commencer: Desmarais. Si vous voulez faire pleurer Sarkozy, rappelez-lui la défaite de Balladur, son chéri, au premier tour de l’élection présidentielle de 1995. Pour notre ami Nicolas, c’est la traversée du désert. Il n’est plus rien. Sauf là-bas, au Canada, chez le milliardaire Paul Desmarais, qui adore les questions d’énergie.
Sarkozy vient lui rendre visite dans son immense domaine de Sagard — trente-deux lacs —, et le mieux est de sortir son mouchoir: «Si je suis aujourd’hui président de la République, je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais.

1995 n’était pas une année faste pour moi. Un homme m’a invité au Québec dans sa famille. Nous marchions de longues heures en forêt et il me disait: « Il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi. »
Décryptage. Nous sommes le 15 février 2008 à l’Élysée, vers 18h20, et Sarkozy décore Paul Desmarais, la larme à l’œil, des insignes de grand-
croix de la Légion d’honneur.

Non, on ne pouffe pas. C’est notre décoration la plus haute. Il doit y avoir moins de soixante-dix grands-croix en vie. Sont présents pour claquer la bise à Desmarais et à Sarkozy Bernard Arnault, Martin Bouygues, Serge Dassault et l’immense copain en affaires de Desmarais,
le Belge Albert Frère. Ce Frère si proche recevra peu après la même distinction, toujours des mains de Sarkozy.

Deux étrangers grand-croix en si peu de temps, intimes en outre, cela ne s’est encore jamais vu dans toute l’histoire de la République. Bon,
étant entendu que vous n’êtes pas sourdingues, résumons: notre président doit tout à Desmarais, évidemment présent au Fouquet’s le 6
mai 2007, soir de l’élection de Sarkozy. Et pas mal à Frère.

L’affaire des gaz de schiste était-elle déjà dans les tuyaux? C’est bien possible, mais Charlie, ne disposant pas d’un budget suffisant, n’a pas pu acheter l’information. Qui existe sûrement. La chronologie va nous aider à mieux comprendre. Desmarais n’est pas seulement un grand amoureux de Sarkozy. Il est de longue date un proche de la famille Bush, George le père en tête. Il a suivi de près l’essor prodigieux du gaz de schiste aux États-Unis, où en quelques années cinq cent mille puits ont été creusés. Et il ne lui a pas échappé que des gisements existent en Europe, et en France.

Or, qui peut forer et exploiter côté français? GDF, Suez et Total. Pendant des années, à partir de 2002 surtout, le duo Desmarais-Frère manœuvre pour une fusion entre GDF et Suez. Sarkozy, alors ministre de l’Économie, débloque le dossier en 2004 en permettant l’ouverture du
capital de GDF. À la suite de nombreuses péripéties, la fusion est acquise en septembre 2007, après l’élection de Sarkozy. Le Canard enchaîné du 6 septembre 2006 annonçait de son côté que l’opération était en réalité «en projet depuis des mois, voire des années».

La suite ? Elle est belle comme un bilan de société cotée en Bourse. On va essayer de ne pas vous larguer.

Dans le fond, c’est simple. Les intérêts transnationaux de Desmarais et de Frère sont intimement liés dans de nombreuses structures. La plus connue peut-être s’appelle la Compagnie nationale à portefeuille (CNP), qui est une société d’investissements majeure. Avec ses deux filiales Pargesa et GBL, la CNP est en toute simplicité le plus gros actionnaire privé de Total et de GDF Suez, qui poussent tant à l’extraction des gaz de schiste. Fini? Tu parles que non. Albert Frère a créé de son côté une coentreprise avec la société australienne European Gas Limited, vouée à l’extraction de gaz, essentiellement en France. Lecteur, si tu vois sur un permis d’exploration français la mention «European Gas Limited», pense une seconde à Albert, qui l’a bien mérité.

Une dernière pour la route. Frère et Desmarais sont en train de prendre le contrôle de la société chimique Arkema, ancienne filiale de Total. Son dividende a augmenté de 67% en 2010, selon Boursier.com. Et c’est bien normal, car Arkema fournira une belle part des produits chimiques utilisés dans l’extraction des gaz de schiste en France.

Si, bien entendu, l’État impartial accorde le feu vert, pour l’heure orangé.
La décision est attendue avant l’été. Selon des informations sérieuses, mais non recoupées pour le moment, le dossier des gaz de schiste ne serait pas traité, pour l’essentiel, dans les deux ministères directement concernés, celui de l’Écologie et celui de l’Industrie.
Suspense...

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Lun 25 Avr - 10:05

Suisse : L'État interrompt les recherches de gaz

Le canton ne renouvellera pas le permis de prospection d’hydrocarbures octroyé en 2008 à une société texane. Enjeux environnementaux.

La zone où prospectait la société Schuepbach Energy LCC couvre la Glâne et une partie de la Gruyère et de la Veveyse.

La nouvelle peut surprendre par son incongruité: l’Etat a annoncé hier, dans un communiqué, qu’il suspendait toute recherche d’hydrocarbures sur le territoire fribourgeois! Des hydrocarbures? En fait, du gaz naturel qu’une entreprise américaine prospecte dans le sous-sol de l’ouest du canton depuis bientôt trois ans. Un retour en arrière s’impose. A l’été 2008 (La Gruyère du 5 juillet 2008, puis du 26 mai 2009), *’Américain Martin Schuepbach, propriétaire de Schuepbach Energy LCC à Dallas, une entreprise texane spécialisée dans la prospection d’hydrocarbures, obtient du canton un permis de recherche d’une durée de trois ans.
L’autorisation couvre une grande partie de la Glâne, la zone autour de Bossonnens et une frange de la Gruyère. Il arrive à échéance cet automne.

Espoirs de gaz

D’origine zurichoise, Martin Schuepbach est docteur en géologie et a été chercheur à l’Université de Fribourg il y a une trentaine d’années.
Malgré l’échec de la prospection de pétrole dans les années septante, il espérait trouver du gaz naturel dans le sous-sol fribourgeois. Il s’agissait d’abord d’analyser les données géologiques existantes et de procéder à des tests géochimiques d’échantillons. D’éventuels forages, bien plus chers, seraient intervenus dans une deuxième phase et auraient dû faire l’objet d’une demande de permis de construire.

Revirement total du canton, donc, qui annonce l’arrêt net de toute opération. Aucune concession d’exploitation de gisements ne sera non plus octroyée. Motif? Le canton «n’a pas besoin de nouvelles sources d’énergie» et le Conseil d’Etat entend «favoriser les énergies renouvelables».

Qu’est-ce qui a bien pu pousser le Gouvernement à couper les gaz ?

D’abord, ses services ont appris qu’une demande de forage allait arriver prochainement de la part de Schuepbach Energy LCC. Et une autre demande, de recherche celle-là, a par ailleurs été déposée le 15 février dernier par une entreprise suisse. L’Etat lui a déjà annoncé qu’il la refusait.

«Il s’agit d’être cohérent avec notre nouvelle stratégie de développement durable», résume Georges Godel, directeur de
l’Aménagement, de l’environ-nement et des constructions (DAEC). Une stratégie peaufinée après la délivrance du permis aux chercheurs texans.

Le Glânois se dit aussi inquiet des dommages environnementaux occasionnés par l’extraction d’hydrocarbures. Avec lui, le Gouvernement préfère couper court à tout espoir, sans attendre une éventuelle demande de forage qui aurait pu donner lieu à une levée de boucliers. «C’est une décision très claire, courageuse et cohérente.»

Au risque d’opérer une rupture dans l’action de l’Etat, qui suspend un jour ce qu’il a autorisé la veille? «Cette décision n’est pas
définitive. On pourra en rediscuter quand on nous aura prouvé qu’il n’y a aucune conséquence environnementale à exploiter de tels gisements et qu’on a absolument besoin de telles sources d’énergie», tempère Georges Godel.

Pression du politique

Ne craignant pas de revendications financières – les permis auront coûté quelques dizaines de milliers de francs – il assure que cette décision n’a pas non plus pour but de verdir opportunément sa candidature, à quelques mois des élections cantonales: «Cela n’a strictement rien à voir avec Fukushima. Je pense simplement que le politique doit être très claire dans sa volonté de changement et faire pression pour trouver d’autres solutions.»

On peut s’étonner alors d’une ferveur toute différente dans le dossier nucléaire, le Conseil d’Etat ayant accepté l’idée de la construction d’une nouvelle centrale en Suisse… «Nous avons toujours été très clairs sur notre volonté de sortir du nucléaire. Nous sommes d’accord pour une seule nouvelle centrale, le temps de trouver une alternative.»

Contacté aux Etats-Unis, Martin Schuepbach n’a pas pu répondre dans les temps à nos questions.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mar 26 Avr - 22:21


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mer 27 Avr - 21:54

Des substances cancérigènes dans les forages de gaz de schiste

ENERGIE - Une étude américaine révèle la présence de molécules potentiellement cancérigènes dans les produits utilisés pour extraire les gaz de schiste...

Cette étude devrait apporter de l’eau au moulin des anti-gaz de schiste, qui se sont encore rassemblés massivement ce week-end contre les projets d’exploration et d’exploitation de ce gaz «non conventionnel» en France. Dans une étude publiée le 16 avril, les substances chimiques utilisées pour la fracturation hydraulique des roches ont été listées par des scientifiques américains, à la demande des parlementaires démocrates. 29 substances classées cancérigènes aux Etats-Unis ou polluantes dangereuses de l’air ou de l’eau ont été détectées dans les produits utilisés pour exploiter le gaz et le pétrole de schiste.
«Il n’existe pas de fracturation hydraulique propre»

Benzène, toluène, xylène, éthylbenzène, formaldéhyde… Voilà un extrait de la longue liste de produits chimiques nécessaires à l’extraction des gaz de schiste: en tout, 2.500 produits ont été recensés, contenant 750 substances chimiques différentes. Parmi elles, 29 substances ont été classées «dangereuses», soit parce qu’elles sont des cancérigènes « probables ou suspectés », soit parce que ce sont des polluants dangereux de l’air ou de l’eau visées par le Safe drinking water Act, la loi fédérale américaine sur la qualité de l’eau de boisson.

«Ce rapport américain officiel montre clairement que la fracturation hydraulique utilisée dans l’extraction des gaz et pétrole de schiste utilise de nombreux produits chimiques dangereux. C’est la réalité de cette technique et de cette industrie: il n’existe pas de fracturation hydraulique propre», déclare François Veillerette, porte-parole de l’association Générations futures. Le méthanol, produit le plus utilisé entre 2005 et 2009 par les quatorze compagnies ayant participé à l’étude, est un contaminant dangereux pour les eaux et l’air. «Le gouvernement français, à la lumière de ce rapport, doit officiellement et définitivement abroger les projets prévus sur le territoire national et renoncer au recours à ces sources dans le futur», ajoute François Veillerette.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Dim 1 Mai - 17:17

Dimanche 17 Avril, Au Ras Du Réel etait à Nant pour Netoyens.info, dans le cadre de la mobilisation contre l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste.

Nous vous proposons deux interview :

Celle de Patrick Herman, journaliste et paysan, membre du collectif de Nant (12)

Gaz de schiste - Patrick Herman, Membre du collectif de Nant (12) : "Ni nucléaire, ni gaz de schiste : sobriété energétique"
Dimanche 17 Avril, Au Ras du Réel se déplaçait à Nant pour Netoyens.info, dans le cadre de la mobilisation contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste.Patrick Herman journaliste, paysan, et membre du collectif de Nant fait le point avec nous sur cette mobilisation, après l’annonce de la proposition de loi UMP, déposée par Christian Jacob, visant à interdire l’exploration et l’exploitation de gaz et huiles de schiste. Une loi qui sera débattue à l’Assemblée Nationale le 10 Mai.
Ecouter l'interview :
http://www.netoyens.info/index.php/contrib/28/04/2011/patrick-herman-collectif-de-nant-ni-nucleaire-ni-gaz-de-schiste-sobriete-energetique
Celle de Fabrice Nicolino auteur de "Qui a tué l'écologie" Avril 2011

Fabrice Nicolino : "Crise systémique : la voie à emprunter est une mobilisation sociale de grande ampleur"
Ecouter l'interview :
http://www.netoyens.info/index.php/contrib/29/04/2011/fabrice-nicolino-%3A-crise-systemique-%3A-la-voie-a-empriunter-est-une-mobilisation-sociale-de-grande-ampleur

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Mar 3 Mai - 21:44

Gaz et huiles de schistes : Les lobbies à la manœuvre

Le rapport provisoire sur les gaz et huiles de schiste commandé par Éric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet à deux ingénieurs des Mines et deux ingénieurs des Ponts et des Eaux et Forêts est formel : « Dans deux ou trois ans, l'expérience acquise, aussi bien dans notre pays qu'en Europe et en Amérique du Nord, permettra de prendre des décisions rationnelles sur l'opportunité d'une exploitation de gaz et huiles de roche-mère en France ». Le nouvel eldorado mérite bien un tel exercice de rationalité : le bassin parisien devrait renfermer d'importants gisements d'huile de schiste (100 millions de m3 techniquement exploitables) et le sud de la France du gaz de schiste (500 milliards de m3).

Au moment où les collectivités locales ont de moins en moins de ressources de l'État et sont parfois mises en faillite par leurs emprunts à taux excessifs sur les marchés, ce même rapport préconise « une révision de la fiscalité pétrolière de sorte que les collectivités locales trouvent un intérêt à une exploitation d'hydrocarbures sur leur territoire ». De quoi espérer acheter et faire taire des élus très mobilisés pour la sauvegarde écologique de leur territoire.

Les «experts» français ont malheureusement été devancés par un rapport publié quelques jours avant par la Commission de l'Énergie et du Commerce de la Chambre des Représentants des États-Unis. On y apprend que cette technologie a nécessité entre 2005 et 2009 l'utilisation de plus de 2.500 produits chimiques dont des substances cancérigènes et polluantes (benzène, toluène, xylène, éthylbenzène, regroupés sous le sigle BTEX, ou encore le 2-butoxyéthanol dit Butylglycol qui peut détruire les globules rouges et attaquer la moelle osseuse). Quatorze millions de litres ont été utilisés sur la période à cette fin.

Les temps sont durs pour les apprentis sorciers ! Le 20 avril 2011, des milliers de litres d’eau se sont échappés d’un puits de gaz en Pennsylvanie à la suite d’une explosion, provoquant l’évacuation des habitants de la localité de Leroy Township (Source AFP). Seule consolation majeure : le chiffre d’affaires d’Halliburton, détenteur de la technologie par fragmentation, a explosé lui aussi en 2010 sans dégâts majeurs. Là est la rationalité !

Pendant que Monsieur Borloo occupait la galerie avec le Grenelle de l’environnement, l’opération était déjà engagée, en liaison avec Total, GDF-Suez notamment et quelques ingénieurs des Mines et des Ponts. Alors plus que jamais, nous, citoyens raisonnables et informés, sommes sur le pont ! Nous ne laisserons pas quelques firmes transnationales et leurs alliés détruire des territoires de manière irréversible.

Attac France, Paris, le 22 avril 2011

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  nico37 le Jeu 5 Mai - 22:26

Le Réseau Environnement Santé (RES) a publié sur son site un lien vers une carte interactive qui recense les "Fraccidents" aux USA.
En cliquant sur chaque localisation, on peut lire (en anglais) les détails et les conséquences de ces accidents (pollution de l'air, des nappes phréatiques, explosions, mort suspectes d'animaux...).

Lien direct vers la carte : http://earthjustice.org/features/campaigns/fracking-across-the-united-states

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelle catastrophe à venir : l'exploitation des Gaz de schiste

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum