L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Duzgun le Mer 4 Mai - 20:24

ramiro a écrit:Salut, en effet, il vaut mieux éviter de citer directement les sites ennemis car les animateurs de blogs et de sites ont les moyens de de constituer une espèce de généalogie et de retrouver les sites émetteurs. C'est probablement de cette façon qu'une partie de la discussion sur Engelman s'est retrouvée dans un édito de Riposte Laïque.
Je pense qu'ils n'avaient pas besoin de ça, vu que Chalot connaît déjà le FMR et le lit probablement régulièrement...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Invité le Mer 4 Mai - 21:52

Duzgun a écrit:
ramiro a écrit:Salut, en effet, il vaut mieux éviter de citer directement les sites ennemis car les animateurs de blogs et de sites ont les moyens de de constituer une espèce de généalogie et de retrouver les sites émetteurs. C'est probablement de cette façon qu'une partie de la discussion sur Engelman s'est retrouvée dans un édito de Riposte Laïque.
Je pense qu'ils n'avaient pas besoin de ça, vu que Chalot connaît déjà le FMR et le lit probablement régulièrement...
Dans la conférence de presse Engelman, Collard, ils s'appuient en permanence sur les sondages et les résultats aux dernières élections pour se décerner une médaille de représentant de la classe ouvrière : 36% des ouvriers répètent-ils et 20% aux dernières élections en oubliant comme certains sur ce forum de préciser qu'il s'agit d'un échantillon - une poignée d'ouvriers pour l'un et 20% de pas grand chose pour l'autre. Ainsi l'imprécision, la vulgate partagée avec ce forum devient une vérité. En les écoutant "baver", j'ai eu l'impression parfois de lire la prose de certains sur ce forum !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Duzgun le Mer 4 Mai - 22:08

loriot2010 a écrit:Dans la conférence de presse Engelman, Collard, ils s'appuient en permanence sur les sondages et les résultats aux dernières élections pour se décerner une médaille de représentant de la classe ouvrière : 36% des ouvriers répètent-ils et 20% aux dernières élections en oubliant comme certains sur ce forum de préciser qu'il s'agit d'un échantillon - une poignée d'ouvriers pour l'un et 20% de pas grand chose pour l'autre. Ainsi l'imprécision, la vulgate partagée avec ce forum devient une vérité. En les écoutant "baver", j'ai eu l'impression parfois de lire la prose de certains sur ce forum !
Je ne vois pas bien le rapport avec mon précédent message, ni non plus ce que vient faire l'argumentation fallacieuse des fachos ici. Le fait qu'ils aient des sympathisants parmi les travailleurs n'est certainement pas un argument pour leur intégration dans les syndicats!! Shocked Shocked
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Invité le Mer 4 Mai - 23:01

Duzgun a écrit:
loriot2010 a écrit:Dans la conférence de presse Engelman, Collard, ils s'appuient en permanence sur les sondages et les résultats aux dernières élections pour se décerner une médaille de représentant de la classe ouvrière : 36% des ouvriers répètent-ils et 20% aux dernières élections en oubliant comme certains sur ce forum de préciser qu'il s'agit d'un échantillon - une poignée d'ouvriers pour l'un et 20% de pas grand chose pour l'autre. Ainsi l'imprécision, la vulgate partagée avec ce forum devient une vérité. En les écoutant "baver", j'ai eu l'impression parfois de lire la prose de certains sur ce forum !
Je ne vois pas bien le rapport avec mon précédent message, ni non plus ce que vient faire l'argumentation fallacieuse des fachos ici. Le fait qu'ils aient des sympathisants parmi les travailleurs n'est certainement pas un argument pour leur intégration dans les syndicats!! Shocked Shocked
En fait je répondais à d'autres. Leur argumentaire ... un copier-coller de l'argumentaire que l'on trouve sur ce forum tout simplement ; avec le même niveau d'analyse c'est à dire à raz la moquette !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Duzgun le Mer 4 Mai - 23:04

loriot2010 a écrit:En fait je répondais à d'autres. Leur argumentaire ... un copier-coller de l'argumentaire que l'on trouve sur ce forum tout simplement ; avec le même niveau d'analyse c'est à dire à raz la moquette !
Je n'ai pas tout lu, mais il ne me semble avoir lu personne prétendre qu'Engelmann et ses potes fachos avaient leur place dans les syndicats.
La classe ouvrière pourrait partager massivement des idées monarchistes, sexistes, antisémites, islamophobes, ou n'importe quoi d'autre, ça ne rendrait pas ces idées plus acceptables dans les syndicats.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Invité le Mer 4 Mai - 23:10

Duzgun a écrit:
loriot2010 a écrit:En fait je répondais à d'autres. Leur argumentaire ... un copier-coller de l'argumentaire que l'on trouve sur ce forum tout simplement ; avec le même niveau d'analyse c'est à dire à raz la moquette !
Je n'ai pas tout lu, mais il ne me semble avoir lu personne prétendre qu'Engelmann et ses potes fachos avaient leur place dans les syndicats.
La classe ouvrière pourrait partager massivement des idées monarchistes, sexistes, antisémites, islamophobes, ou n'importe quoi d'autre, ça ne rendrait pas ces idées plus acceptables dans les syndicats.
T'as pas suivi le fil sur lequel tu interviens ni les fils annexes à priori. En gros, certains démontraient sondages et résultats électoraux à l'appui que le FN opérait une percée dans la classe ouvrière ... 36% selon un sondage à la noix vous vous rendez compte ma brave dame. Le FN dans la conférence de presse que je linke, utilise quasiment au mot près les mêmes arguments pour faire la démonstration de sa représentativité chez les ouvriers. C'était le sens de mon intervention.
Sinon je pense qu'il est important de voir cette conférence de presse pour comprendre le virage stratégique opéré par le FN, sa nouvelle rhétorique, ... Mieux comprendre ses arguments, c'est se donner les moyens de les contrer !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Duzgun le Mer 4 Mai - 23:21

loriot2010 a écrit:En gros, certains démontraient sondages et résultats électoraux à l'appui que le FN opérait une percée dans la classe ouvrière ... 36% selon un sondage à la noix vous vous rendez compte ma brave dame. Le FN dans la conférence de presse que je linke, utilise quasiment au mot près les mêmes arguments pour faire la démonstration de sa représentativité chez les ouvriers.
Ouah le FN aussi connaît le résultat des sondages, c'est fou! Shocked
Ben oui, le FN gagne malheureusement en sympathie parmi les ouvriers. Ça c'est un fait, c'est le monde réel, et c'est un peu normal qu'on parte du même constat, indépendamment de notre bord politique. Ensuite, sur l'analyse politique du phénomène, des réponses politiques etc, c'est évidemment une autre histoire.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  nico37 le Dim 8 Mai - 0:15

OFFENSIVE ANTISYNDICALE DU FN : NOUVEAU ROUND Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 100 (28/04/11)

Fabien Engelmann, Annie Lemahieu, Franck Pech, Daniel Durand-Decaudin. Point commun : syndiqués ou syndicalistes, respectivement à la CGT, FO, SUD et la CFDT. Et surtout candidatEs sur des listes Front national lors des dernières élections cantonales. Ces candidatures ont à juste titre provoqué l’étonnement : comment peut-on appartenir (depuis excluEs ou en passe de l’être) à des organisations qui défendent des valeurs de solidarité, marquées (plus ou moins) à gauche, et porter les couleurs du FN, formation aux discours et programme racistes, xénophobes et antisociaux ? Basculement de franges entières du mouvement syndical ? Entrisme, ou simple coup médiatique orchestré par le FN ?

Le fait est que ces « coming-out » ne font qu’illustrer un phénomène constant depuis une quinzaine d’années : la porosité croissante du monde du travail, y compris de franges du mouvement syndical, avec les idées les plus réactionnaires incarnées par le FN. Comment s’en étonner, dans un contexte de crise face à laquelle aucun projet de société émancipateur n’apparaît crédible aux yeux des classes populaires, et où la politique raciste d’un gouvernement engagé dans une surenchère vis-à-vis du FN ne fait que le légitimer et le banaliser un peu plus ?
Déjà en 2002, 30 % des ouvriers (et 17 % des salariés), 38 % des chômeurs avaient donné leur voix à Jean-Marie Le Pen. Neuf ans plus tard, l’étude des résultats des cantonales confirme cette tendance. Elle montre aussi que le niveau d’organisation de la classe et l’influence des syndicats joue un rôle immunitaire (relatif) face au vote FN : 3 % des sympathisants SUD, 6 % des sympathisants CGT, 8 % des sympathisants CFDT… mais aussi 15 % des sympathisants de FO ont voté FN1. Ce qui pose évidemment question : autant concernant l’orientation et l’affaiblissement des référents idéologiques « traditionnels » au sein de ces organisations ; mais aussi la nécessité de les renforcer comme autant de remparts dans la période réactionnaire actuelle.

L’influence (idéologique) du FN au sein même des organisations syndicales n’est donc pas nouvelle. En quête de « dédiabolisation », il a ici employé une de ses plus vieilles recettes : la victimisation. L’exclusion des « syndicalistes » frontistes, d’autant plus prévisible que le même coup avait été tenté au milieu des années 19902, a permis au FN de crier à la discrimination envers ses militants3… et, à travers eux, des travailleurs (français) qui ne seraient plus défendus par leurs organisations, partie intégrante du « système » face auquel le FN s’autoproclame seul opposant et alternative. à défaut de pouvoir intégrer publiquement ces organisations, le FN crée les siennes. Tout d’abord en fondant le Cercle national de défense des travailleurs syndiqués (entendez par là les candidats frontistes exclus de leurs syndicats « en violation des principes démocratiques »), puis en annonçant lors de l’entre-deux tours des cantonales par la voix de Marine Le Pen « d’ici quelques semaines la création, dans tous les secteurs où il sera possible de le faire, des syndicats libres qui accepteront en leur sein des candidats, des électeurs ou des représentants du FN. »

Coup de bluff ? Dans tous les cas, les organisations qui se réclament de la défense des intérêts du monde du travail ne peuvent faire l’économie d’un effort accru dans la lutte contre le FN, dans leurs propres rangs bien évidemment, et au-delà. On ne peut que se féliciter de l’exclusion de la CGT de Fabien Engelmann et de ses comparses, et de la réaction de cette confédération4. C’était bien le moins5. La déclaration de l’intersyndicale du 17 mars intitulée « La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme »6 est un premier pas dans le sens d’une remobilisation face à l’extrême droite. Le principe de la préférence nationale (clef de voûte du programme du FN, proposition autour de laquelle s’articule sa xénophobie et son racisme) doit être dénoncé, et le racisme combattu.

Mais la lutte contre le FN ne saurait se résumer à la seule construction d’un indispensable mouvement antiraciste (qui devra avant tout répondre pied à pied à la politique gouvernementale), et dans lequel les syndicats doivent jouer un rôle crucial. L’appel à la mobilisation « D’ailleurs nous sommes d’ici » le 28 mai est une échéance centrale dans cette perspective. En luttant aux côtés des travailleurs sans papiers pour leur régularisation, en luttant contre toutes les formes de racisme (et notamment l’islamophobie actuelle) et les discriminations, en développant les luttes transnationales…

Les révolutions arabes dans lesquelles les travailleurs jouent un rôle important, tout comme les luttes en cours contre les plans d’austérité dans différents pays européens, sont une occasion de construire une solidarité internationaliste qui sape les bases d’un repli nationaliste que le FN appelle de ses vœux. Il s’agit également, tout en défendant un programme et une stratégie anticapitalistes seuls à même de répondre aux attentes de la population dans ce contexte de crise, de dénoncer spécifiquement le FN pour ce qu’il est : un ennemi mortel du monde du travail et de ses organisations, auquel on ne saurait laisser le moindre espace.

Alexandre Timbaud

1. Voir l’enquête « Vote au 1er tour des élections cantonales de mars 2011 selon la proximité syndicale », réalisé par Harris Interactive, le 20 mars 2011.
2. Après avoir « infiltré » des militants au sein de la CFE-CGC et de la CFTC, qui en avaient été exclus, le FN avait en 1996 lançé ses propres « syndicats » (FN-Police, FN-Pénitentiaire…) qui avaient été dissous par la justice pour non-respect des valeurs républicaines.
3. Voir le communiqué du FN du 4 avril 2011 intitulé « Non aux purges antirépublicaines dans les syndicats ».
4. Face à la provocation d’Engelmann et du FN qui appelaient à la tenue d’une conférence de presse le 28 mars devant le siège de la CGT, celle-ci a appelé ses militantEs à un rassemblement qui a réuni plus d’un millier de personnes.
5. Le plus inquiétant dans cette affaire étant la réaction de la section syndicale d’Engelmann, dont les 26 membres votèrent contre son exclusion, obligeant la confédération à lancer une procédure d’exclusion via la fédération nationale.
6. à laquelle FO ne s’est pas associée, préférant dans le cas qui la concernait ne dénoncer que son « indépendance par rapport aux partis politiques bafouée ». Les 15 % de ses sympathisants qui votent FN n’inquiètent-ils pas cette centrale ?

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Léon75 le Dim 8 Mai - 20:53

Publié sur le site du Front National :

Libres propos de Fabien Engelmann
Posté le 4 mai 2011 | Catégorie : Actu nationale, Communiqués de presse | Imprimer cet article

Après la dissolution de toute ma section syndicale et mon exclusion de la CGT, l’acharnement continue (1)

Le maire socialiste de Thionville, Bertrand Mertz, vient de me notifier par courrier ma radiation du conseil de réflexion citoyen de la ville (2).

Lorsque j’étais militant d’extrême gauche, cela ne posait aucun problème à Monsieur le Maire ; mais depuis ma prise de conscience et mon engagement au sein du Front National, il en est tout à fait autrement.

Ne lui en déplaise, je suis toujours le même homme fidèle au monde du travail, d’ailleurs, c’est pour cela que j’ai rejoint le 1er parti ouvrier de France.

Pour Bertrand Mertz, le Front National est un parti d’extrême droite qu’il considère hors du cadre républicain. Je pense qu’il se trompe complètement. Le Front National est un parti qui n’est ni de gauche ni de droite, c’est un parti populaire et national qui souhaite que la France retrouve sa souveraineté et ses valeurs. Quelle drôle de conception de la démocratie républicaine ont ces élites issues de la gauche bien pensante.

Les militants du Front National ne sont pas des parias. Ils sont respectueux des lois de la république et leur point de vue mérite d’être écouté. En agissant de la sorte, ces élus qui pratiquent la dictature de la pensée veulent nous bâillonner honteusement et cherchent à faire taire les militants de Marine Le Pen par un ostracisme inacceptable. Oui, ils sont pris de panique car Marine Le Pen propose au peuple une espérance nationale qui plaît de plus en plus aux citoyens issus de tous les courants politiques. Les électeurs ne sont pas dupes et souhaitent un véritable changement.

Lors des dernières élections régionales à Thionville (le canton n’était pas renouvelable aux récentes cantonales) le Front National a obtenu un score de 14,24%; ce sont donc 1621 électeurs Thionvillois qui vont être privés d’une représentation à ce comité consultatif.

Cela renforce notre détermination de présenter une liste Front National aux prochaines élections municipales à Thionville, une liste démocratique et républicaine ouverte à tous les citoyens Thionvillois.

Fabien Engelmann

(1) http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2011/05/03/conseil-citoyen-sans-engelmann

(2) http://www.thionville.fr/article/15-l_ecoute_des_citoyens_engages


Léon75

Messages : 22
Date d'inscription : 28/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  yannalan le Lun 9 Mai - 10:36

Les pensées d'Engelmann, il y a les sites du FN pour ça

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  oui oui oui oui oui le Mer 11 Mai - 23:58

Trouvé sur le site "lafenschagauche", ce commentaire :

Pabien le 06/05/2011
« L’acharnement continue »
L’Engelmann a encore frappé !!!... Je recommande vivement à tous la lecture de sa dernière production écrite, qui vaut largement son pesant de cacahuètes… Néanmoins, sous réserve d’une solide pince à linge judicieusement apposée sur le pif, c’est prodigieusement hilarant…

Adresse : http://www.lepost.fr/article/2011/05/05/2485548_apres-la-dissolution-de-toute-ma -section-syndicale-et-mon-exclusion-de-la-cgt-l-acharnement-continue.html
Petite précision technique. Monsieur Mertz, Maire de Thionville, a pris l’initiative de créer un « conseil de réflexion citoyen » peu après les dernières Municipales, soit à l’automne 2008. A la suite de sa candidature aux Municipales de Thionville, Fabien Engelmann a été, à l’époque, convié à participer à ce groupe de réflexion de 23 personnes en qualité de représentant de l’extrême gauche. Bien qu’à ma connaissance cette participation n’ait jamais engagé en rien aucun parti, mais uniquement l’intéressé à titre personnel, c’est bien dans ce cadre là, et pas un autre, qu’il a été invité à participer.
Depuis, Engelmann a changé deux fois d’étiquette politique, et donc d’idéologie, passant carrément de l’extrême gauche à l’extrême droite. Aussi, notre pôôôôôvre discriminé national a parfaitement raison lorsqu’il nous dit : « Lorsque j’étais militant d’extrême gauche, cela ne posait aucun problème à Monsieur le Maire; mais depuis ma prise de conscience et mon engagement au sein du Front National, il en est tout à fait autrement. »
Ben oui, effectivement, ça pose problème à Monsieur le Maire, en tant que responsable politique, d’avoir à se fier à un type tellement fiable idéologiquement qu’il tourne sa veste tous les ans. Ca pose également problème à Monsieur le Maire, en tant que citoyen, de confier des responsabilités à un individu qui se revendique d’un certain courant de pensées, de valeurs, d’objectifs et de références au moment de sa nomination, et qui, en réalité, s’avère représenter le courant exactement opposé quelques mois plus tard. Et ça lui pose problème, en tant que socialiste, de voir la sinistre bobine d’un gugusse qui représente désormais un parti prônant le racisme, la discrimination, le démantèlement du Code du Travail et des représentations des travailleurs, et bien d’autres horreurs du même tonneau. Et comme on le comprend…
Du coup, Monsieur Mertz a lui aussi fait sa « prise de conscience » et s’est rendu compte que l’individu n’avait strictement plus rien à foutre là.
« Le Front National est un parti qui n’est ni de gauche ni de droite », nous dit Caliméro. Là encore, il a raison. Ce n’est un parti ni de gauche, ni de droite. C’est un parti d’extrême droite, ainsi qu’exposé en détails et à longueur de pages dans un document intitulé : « Programme du Front National ».
Engelmann a coutume de proclamer partout que « la gôôôôôche diabolise le FN ». Non. Le FN n’a besoin de personne pour être « diabolisé ». Son programme, ses dirigeants, ses militants et ses électeurs y suffisent amplement.
Bref, le reste est à l’avenant, comme d’habitude, c’est-à-dire pitoyable. C’est même de pire en pire. Pauvre gars, va…
Et tout ça se conclut brillamment par un superbe amalgame de tout et n’importe quoi : « Qui pourrait croire encore en l’UMPS et leurs syndicats ! ». C’est quoi, ce mélange à la con ???... Quelques lignes plus tôt, il nous dit que « le FN n’est ni de droite, ni de gauche », ce qui sous-entend clairement que, même dans son esprit confus, la droite et la gauche sont deux choses distinctes. Alors, l’UMPS, c’est quoi au juste ? Tout comme, dans son conflit contre la CGT et les travailleurs, il ne cesse de répéter que les partis et les syndicats, c’est pas pareil. Bref, tout ça n’a aucun sens…
J’y répondrai cependant ceci : « Qui pourrait croire encore en un type qui passe sans transition de l’écologie végétarienne à l’extrême gauche, puis à l’extrême droite anarcho-xénophobe en passant par la défense des animaux laïcs tout en soutenant les travailleurs patronaux d’extrême droite gaucho-nazillons et néanmoins immigrés franchouillards, le tout en tentant de s’imposer de force dans les syndicats anti-FN qu’il combat et dont il souhaite haineusement la prompte disparition, dans le but de combattre le droit de grève ? » On n’y comprend rien…
Encore une fois, Engelmann fait les choix qu’il veut. C’est son droit, c’est son problème, et on s’en fout complètement. C’est ça, la démocratie à laquelle il se réfère tant n’importe quand et n’importe comment. Ce n’est pas de vouloir imposer de force aux autres ses propres choix à géométrie variable, à grands coups de chantages, de menaces et de plaintes en Justice plus farfelues les unes que les autres.
Donc, qu’il assume sa dèche lamentable une bonne fois pour toutes, qu’il aille au diable avec sa chère Marine aduler Jeanne d’Arc, ses miracles, ses voix divines, sa sainteté, ses bondieuseries, ses croisades et ses procès en sorcellerie au nom d’une prétendue « laïcité » à la mode du XIVème siècle, sans parler de son nationalisme guerrier et de son royalisme outrancier.
Autrement dit, qu’il cesse enfin de se plaindre en permanence de s’être exclu tout seul du monde civilisé qu’il déteste, et qu’il cesse d’emmerder tout le monde avec son idéologie xénophobe à la gomme et d’un autre temps, ses délires de persécution pénibles et sa parano particulièrement déplacée…

oui oui oui oui oui

Messages : 15
Date d'inscription : 26/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  sylvestre le Ven 13 Mai - 11:51

Léon75 banni, fil nettoyé.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  sylvestre le Sam 14 Mai - 17:00

http://www.visa-isa.org/node/3188

VISA vous invite à une journée débat le 18 juin à Paris

Face à la menace de l’extrême droite en France et en Europe, à la pénétration de ses idées dans la vie sociale et politique, nous, militants de Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes, considérons qu’il est important de construire les liens et les réseaux entre les militants qui partagent nos préoccupations et notre combat. Le succès de notre brochure "FN, le pire ennemi des salarié-es" (près de 10 000 exemplaires diffusés à ce jour) nous y encourage.

Suite à l' « Appel de syndicalistes contre la politique xénophobe du gouvernement et les idées du Front national » (toujours accessible sur le site http://www.visa-isa.org),
l'association VISA vous invite à deux tables rondes :

- Le FN a-t’il changé avec Marine Le Pen ?
- Quelles réponses syndicales pour contrer la progression des idées d’extrême droite ?

Le samedi 18 juin 2011 de 14 h à 20 h à Paris.
(Le lieu de la réunion reste à déterminer, il vous sera donné, ainsi que la liste des intervenants lors de la confirmation de votre présence).

Il nous semble, en effet, urgent et nécessaire que ces sujets soient pris en compte, à tous niveaux, par les organisations syndicales. En espérant vous voir nombreux lors de cette réunion, recevez, cher(e)s camarades, nos salutations syndicales antifascistes.
L'équipe de VISA

Afin d’organiser au mieux cette réunion, nous vous remercions d’informer l’association VISA de votre présence en cliquant ici. Un apéritif et une petite restauration seront offerts sur place.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  fée clochette le Mar 17 Mai - 0:12

Nîmes le 13 mai 2011

- A tous les syndicats, à tous les syndiqués du département
- Aux unions locales
- A toutes les structures territoriales


Chers (es) Camarades,

Ce matin nous avons eu la désagréable surprise de retrouver les murs de la bourse du travail à Nîmes, tagués d’inscriptions extrémistes, nauséabondes, notamment des croix gammées, et de menaces contre la CGT.
Cet acte n’est pas anodin.
Il n’est pas non plus à banaliser. C’est pour cela que la CGT a déposé une plainte, en accord avec toutes les structures territoriales présentes.
Cependant, il nous parait important, face à cette attaque sournoise, de ne pas se laisser intimider. Bien au contraire, cela doit nous encourager à porter le débat avec les syndiqués et les salariés, à l’aide de l’argumentaire : « Le front national ou l’imposture sociale », document disponible sur le site confédéral http://www.cgt.fr/-Le-Front-national-ou-l-imposture,1406-.html ou à l’union départementale.
Face à l’obscurantisme, soyons unis et solidaires.
Tous ensemble, salariés de tous horizons, construisons le rapport de force et les projets de transformation sociale qui permettront à chacun de vivre dignement et librement, de construire un avenir basé sur l’humain et l’espoir grâce à une autre répartition des richesses produites.
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"Nationalisme de gauche" et républicanisme, le maillon faible de l'infiltration de la gauche par l'ED

Message  Oudiste le Mar 14 Juin - 13:36

Polar sordide à Maubeuge : il faut soutenir les camarades CGT de l'UDEVE !


http://ouvalacgt.over-blog.com/article-polar-sordide-a-maubeuge-il-faut-soutenir-les-camarades-cgt-de-l-udeve-73992515.html

Mercredi 25 mai, au tribunal d'instance, le patron d'une petite mutuelle contestera la représentativité, le résultat des élections professionnelle, et la victoire éclatante de la CGT de l'entreprise... malgré la présence d'une deuxième liste CGT soutenue par la Fédération !!! L'UL de Maubeuge appelle donc à un rassemblement massif sur place (voir tract ci-contre), à 10h, et nous ne pouvons qu'inviter tous nos lecteurs du Nord à y participer.



Mais on est loin d'une simple affaire de "démocratie" interne à la CGT.

On a juste tous les ingrédients d'un polar sordide sur fond économico-politico-syndical...

Qu'on en juge (et on vous jure qu'on n'exagère pas, on met tous les liens pour vérification !)



1) Un secteur économique en pleine restructuration, celui des mutuelles et des assurances. La prétendue "Economie sociale et solidaire", comme disent nos dirigeants confédéraux, vous savez, cette économie qui ne serait pas capitaliste, enfin, pas vraiment. Cette économie qui serait l'image du "développement humain durable" qu'on nous a fait voter au dernier congrès confédéral...

Or, il y a des restructurations massives dans le secteur depuis quelques années, qui ont par exemple mené à la création du goupe Malakoff Médéric, vous savez, celle dirigée par Guillaume, le frère de "qui vous savez"... Un monde de requins pires que tout, où on se prépare à bouffer les milliards de la complémentaire santé et de la prévoyance. Un monde de requins, où c'est à qui bouffera l'autre, le plus vite possible pour atteindre la taille critique, et gagner les marchés, c'est en centaines de millions d'euros que l'on compte - et pour les plus petits.

Pour ce qui nous concerne à Maubeuge, c'est la création du groupe APREVA, en 2008, devenu le dixième groupe "mutualiste" français, essentiellement dans le Nord de la France. Un groupe qui récupère (entre autres) des morceaux d'une ancienne mutuelle passée en faillite, l'UGOSS, dirigée directement par la CGT, comme beaucoup d'autres. UGOSS qui payait d'ailleurs sans gêne un permanent d'abord à l'UL de Maubeuge il y a fort longtemps, puis à la Fédé (Organismes Sociaux). Ah, les joies du Mutualisme, de la formation professionnelles et autres comme sources de permanents pour la CGT... On n'a pas fini d'en parler !



Bon, ça, c'était pour tracer le contexte.

Résumé : en 2008, ce qui reste de l'UGOSS est repris par l'APREVA (avec changement de statut, bien sûr), création d'une petite filiale locale, l'UDEVE - mais dans la tempête des restructurations du monde de l'assurance et des mutuelles...



2) L'ancienne patronne de l'UGOSS était CGTiste, bien sûr, et se retrouve sur les listes Front de gauche du coin. Rien de très étonnant. Rien de très étonnant non plus si le nouveau patron de l'UDEVE, Nicolas Pomiès, se retrouve également sur ces listes, et est membre du Parti de Gauche.

Là où ça devient croquignolet (et où on rentre dans le sordide), c'est que le chéri vient de l'extrême-droite la plus brutale (voir toutes les références ICI, article très bien documenté de l'Agitateur, félicitations !). Ancien des JNR, du FN et de Troisième Voie, il a fait partie de la tentative d'inflitration de l'UFAL (Union des Familles Laïques) à la fin des années 90. Recyclé au Parti de Gauche, il continue à défendre toutes les thèses pourries du prétendu "nationalisme de gauche" aujourd'hui remis au goût du jour par Riposte Laïque et autres néo-fascisants...

Et là, on revient en plein dans les débats qui traversent en ce moment notre syndicat autour de l'affaire Engelmann... voir les divers articles de ce blog à ce propos ICI.



C'est lui qui a contesté le transfert du mandat de déléguée syndicale de Muriel Leroy, ancienne DS à l'UGOSS, et aujourd'hui conteste le résultat des élections et l'existence même du syndicat CGT.



3) Mais ce n'est pas fini.

Face à eux, les camarades trouvent donc un ex-nazillon en chasse recyclé, mais aussi d'autres "camarades" de la CGT. La Fédération d'abord, ce qui ne surprendra pas, dans la mesure où elle regroupe les Organismes Sociaux, c'est à dire tout ce secteur source de prébendes et de planques de collabos de classe dans la CGT, bien sûr étroitement liée aux "camarades patrons" de l'époque, comme aux municipalités dites "de gauche". Ainsi la Fédération avait fait pression (sans succès) pour faire retirer du temps de l'UGOSS 80 dossiers en prud'hommes, ensuite gagnés ! Elle trouve aussi en face d'elle la CGT de l'APREVA, qui, comme par hasard, est dirigée par une ancienne CFDTiste reconvertie et bien sûr, mandatée par la Fédération !!!

Quels sont les liens et les échanges d'avantages respectifs entre l'ex-nazillon recyclé de l'UDEVE et la Fédération ? Quel jeu joue la direction de l'APREVA et sa CGT CFDTisée ? Ce n'est pas encore très net, mais en tous les cas, ils existent.



C'est à dire qu'on est très explicitement dans le contexte d'un affrontement clair, ouvert, entre d'un côté un syndicalisme de base, combatif, qui ne se laisse pas abuser, et le fatras glauque de la collaboration de classe et des petits avantages retirés du capitalisme pour les bureaucrates les plus corrompus dans la logique de ce monde pourrissant.

Pour plus de détails, on consultera avec profit le site de l'Union Locale CGT de Maubeuge...



Voilà ce qu'on peut dire au jour d'aujourd'hui - et il y a encore anguille sous roche, c'est évident. Gageons que les jours à venir, certaines langues vont se délier...

Dans l'immédiat, on comprend mieux l'importance d'être à Maubeuge avec les camarades de la CGT de l'UDEVE
avatar
Oudiste

Messages : 208
Date d'inscription : 28/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  sylvestre le Mer 27 Juil - 10:43

Bravo la CGT !

http://hervepolypcf62.over-blog.com/article-face-a-l-extreme-droite-la-cgt-sur-le-marche-d-auchel-80252252.html

Un communiqué des UL de Béthune, Lillers, Auchel, Bruay et Isbergues

 

Ce matin 26 juillet 2011, plus de soixante-dix camarades de la CGT des UL de Auchel-Isbergues-Béthune-Lillers-Bruay-Liévin, de la CSD et de l’UD 62, et de la CNT… se sont déployés sur le marché d’Auchel pour y diffuser un millier de tracts antifascistes destinés à dénoncer les mensonges du Front National et des identitaires de la Maison de l’Artois d’Auchel, alter-égo de la Maison flamande de Lambersart.

 

manif-cgt-fn-05.jpg


Rapidement, nous avons été confrontés aux identitaires qui sont venus délibérément sur ce marché pour provoquer et lancer des slogans racistes et fascistes, mais aussi pour défier les militants de la CGT au milieu de cette population fortement composée de femmes, d’enfants et de retraités.
Les militants antifascistes de la CGT et autres sont restés dignes et ne sont pas entrés dans l’affrontement voulu par les fascistes identitaires de la Maison de l’Artois d’Auchel renforcés pour l’occasion par les fascistes de Lambersart.
L’ultime provocation des fascistes s’est déroulée en fin de marché quand les identitaires ont tenté de charger les militants CGT allant même jusqu’à bousculer les forces de l’ordre rappelées en urgence.
La Maison de l’Artois est une « association légalement déclarée » a précisé dans la presse l’adjoint du Maire Richard Jarrett, Philibert Berrier. Mais ce jour, la Maison de l’Artois a dévoilé sa véritable identité devant la population auchelloise, c’est-à-dire qu’elle est un nid de fascistes racistes et violents, implantés au coeur même de la ville d’Auchel et qui sont prêts à l’affrontement.
La CGT est venue sur ce marché d’Auchel pour dénoncer avec un tract et de manière pacifique la divulgation organisée des idées fascistes.
La Mairie d’Auchel, son Maire, ses adjoints doivent désormais prendre leurs responsabilités politiques car elle ne peut plus nier les visées politiques de l’extrême-droite qui selon eux, s’est implantée légalement dans cette commune, et cette terrible réalité des radicaux d’extrême-droite de la Maison de l’Artois.
Aujourd’hui beaucoup de camarades de la CGT ont été dégoûtés et ébahis par cette présence fasciste sur ce marché populaire d’Auchel, et certains ont été choqués par l’attitude dangereuse et violente des membres de cette mouvance identitaire.
Les identitaires ont cru déjouer la CGT et faire peur aux militants antifascistes présents, en employant la provocation et la terreur.
Mais ils se trompent lourdement, car dans les prochaines semaines la CGT reviendra sur ce marché avec encore plus de forces et de militants de plus en plus convaincus de ce danger, pour chasser les fascistes de cette ville.
Les identitaires et le FN doivent comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenues chez les chti auchellois, et que jamais la CGT ne reculera devant cette racaille d’extrême-droite, raciste, xénophobe et ultra-nationaliste.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  ramiro le Mer 27 Juil - 11:32

Voici l'excellent tract distribué sur le marché d'Auchel : http://luttennord.wordpress.com/2011/07/24/mardi-a-10h-tous-a-auchel-contre-les-fachos/

Et voici quelques renseignements sur les agissements de l'extrême-droite locale : http://fafwatch.wordpress.com/tag/lille/
http://luttennord.wordpress.com/2011/06/23/viree-nocturne-des-nazillons-lillois/
avatar
ramiro

Messages : 238
Date d'inscription : 01/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tags facho à la bourse du travail

Message  Benoit Malon le Mer 27 Juil - 17:53

Une fois de plus, dans le Gard, la CGT est la cible d’agissements fascisants.



Ce jour aux alentours de 13h, le portail de la bourse du travail, la voiture du secrétaire général de l’UD (Garée dans la cour) ont été taguées de croix gammées et d’insignes SS avec des dégradations importantes commises sur la voiture.

Une patrouille de police aussitôt avertie est venue constater les faits suivie d’un responsable de l’identité judiciaire. Une plainte a été déposée par l’Union départementale.

Faut-il faire le rapprochement avec la démarche CGT qui combat résolument toutes idées racistes, xénophobes, homophobes, discriminatoires, démarche condamnant le principe de préférence nationale antagonique aux valeurs même de solidarité, d’humanisme incarnées par le syndicalisme ?

Dernièrement plusieurs milliers d’argumentaires CGT : « Le Front national ou l’imposture sociale » ont été ventilés dans le département.



Une chose est sûre, ces ignobles, lâches et graves agissements renforcent notre détermination :

A mener ce juste combat contre la « peste brune ».

A développer l’action revendicative, collective, solidaire pour une société juste et plus humaine.



La responsabilité du syndicalisme est appelée pour construire des réponses solidaires avec le monde du travail dans ses diversités, capables de transformer le quotidien, capable de donner, redonner confiance et espoir dans le présent et pour un autre avenir fondé sur un autre développement économique, social, environnemental, une autre répartition des richesses créées par le travail, l’Humain au centre pour un développement humain durable.

Ce combat nous avons la volonté de l’amplifier et de le gagner.

UD CGT GARD

Benoit Malon

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  nico37 le Sam 30 Juil - 21:48

La lutte idéologique entre identitaires, ultra-gauche et CGT dégénère à Auchel
mercredi 27.07.2011, 05:05 - PAR WARREN DESHORTIES

Les identitaires de la maison de l'Artois ont chargé les cégétistes malgré la présence policière aux abords du marché.

Le combat idéologique prend des proportions démesurées à Auchel. Hier matin, la CGT a distribué des tracts pour dénoncer « l'extrême droite populiste et identitaire ». Mais dans les allées du marché, les membres de la maison de l'Artois et de la CNT (Confédération nationale du travail) en sont venus aux mains. Sous les yeux des badauds atterrés.

À deux pas de l'hôtel de ville, dans les ruelles étroites du marché, des coups de bâton fusent. Ces esprits échauffés sont ceux des anarchosyndicalistes de la CNT et des identitaires de la Maison de l'Artois. Très vite, les groupes se séparent. Les badauds n'en croient pas leurs yeux. « S'ils touchent à mon gamin », lance un père de famille inquiet et révolté.


Cette scène surréaliste se déroule en présence de femmes et d'enfants. Un sentiment de danger inadmissible pour la population. Les commerçants n'ont « jamais vu cela ». L'un d'entre eux émet une requête : « Nous ne voulons plus voir de manifestation politique sur le marché. » Pourtant, le règlement du lieu stipule déjà qu'il est interdit d'y distribuer des tracts. Le premier adjoint au maire, Philibert Berrier, s'est refusé à tout commentaire excepté celui-là : « La CGT est une organisation responsable. Nous n'allions pas envoyer de compagnies de CRS sur le marché. »

« Ne pas répondre aux provocations »

Le calme semblait revenu sur Auchel en fin de matinée. Alors que les Cégétistes arrivaient en bout de marché, une vingtaine de membres de la maison de l'Artois ont chargé. Un mince cordon de policiers les a contenus avant le rond-point de l'avenue Gandhi. Préférant « ne pas répondre aux provocations », les syndicalistes rejoignent finalement leur local, à quelques rues de là. Face à cette violence, les événements tragiques d'Oslo alimentent les conversations.

Le chemin du retour est le moment du dernier rebondissement de la journée. Une rumeur court sur la présence des identitaires devant le local de la CGT.

Fausse alerte. Le syndicat peut se réunir pour débriefer : « Nous ne pensions pas en arriver là », avoue Denis Duporge, responsable de la CGT d'Auchel. Ses « camarades » des unions locales de Béthune, Bruay, Lillers, Isbergues et Liévin et de l'union départementale sont unanimes : « La maison de l'Artois vient de montrer son vrai visage. Tout le monde l'a vu. La mairie a laissé s'installer ce mouvement légal sans réagir. Voilà le résultat. »

Croix gammées taguées

De leur côté, les identitaires dénoncent l'action d'« une dizaine de membres de l'ultra-gauche radicale » : « Ils ont tagué des croix gammées d'un mètre carré sur toute la façade, s'insurge Claude Hermant, vice-président de la maison de l'Artois. Le terme "nazis" était inscrit sur le portail. Il faut que cela cesse. » En début d'après-midi, les coups de pinceaux ont recouvert les inscriptions.

La situation tombe dans une impasse. Le tract de la CGT appelle à lutter « contre le patronat, la misère et le chômage, pas contre les immigrés et les pauvres ». Il dépeint aussi les identitaires comme « une ramification occulte du Front national et des extrémistes fascistes européens ». Présent sur le marché, le président de la maison de l'Artois, Nicolas Colin, réaffirmait le côté légal de son association.

Parole contre parole.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  ramiro le Lun 1 Aoû - 8:58

C'est bien utile, pour la presse bourgeoise, de présenter les affrontements comme de simples histoires d’extrémistes. C'est ce qui se passe à Lyon et partout où les antifascistes ripostent...
avatar
ramiro

Messages : 238
Date d'inscription : 01/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  verié2 le Mer 5 Fév - 16:04

Je viens d'entendre aussi qu'une "ex socialiste" se présente sur la liste FN d'Engelmann.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  sylvestre le Mar 15 Avr - 16:15

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'"affaire Engelmann" - les syndicalistes et l'extrême-droite

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum