L’INSURRECTIONNALISME QUI VIENT ? PAR TEMPS CRITIQUES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’INSURRECTIONNALISME QUI VIENT ? PAR TEMPS CRITIQUES

Message  Invité le Mer 5 Jan - 23:21

PUBLICATION DE "L’INSURRECTIONNALISME QUI VIENT ?" PAR TEMPS CRITIQUES

mis en ligne le 10 décembre 2010.

La revue Temps Critiques propose dans ses Interventions d’octobre 2010 (n°10), la brochure intitulée L’insurrectionnalisme qui vient ? Il est possible de la télécharger en format brochure (16p. A5).

Nous proposons ci-dessous le début du texte :

Pourquoi « l’insur­rec­tion­na­lisme » ?

Il n’est pas tou­jours des plus évident de saisir l’ensem­ble des thèses et agis­se­ments du cou­rant poli­ti­que qu’on peut dési­gner aujourd’hui comme insur­rec­tion­na­liste, d’autant qu’il regroupe plu­sieurs com­po­san­tes. Mais ici, l’insur­rec­tion­na­lisme qui nous occu­pera est celui qui s’est cris­tal­lisé autour du livre L’Insurrection qui vient.

Certains qua­li­fient ce cou­rant d’« auto­nome » car il mar­que­rait ses dis­tan­ces envers les orga­ni­sa­tions d’extrême-gauche et liber­tai­res. C’est exact, mais le terme est vague car l’auto­no­mie his­to­ri­que a pris des formes variées comme par exem­ple celle de « l’auto­no­mie ouvrière » dans l’Italie de la fin des années 60 et du début des années 70, qui vit les jeunes pro­lé­tai­res du Sud refu­ser la dis­ci­pline des gran­des usines du Nord et débor­der les reven­di­ca­tions tra­di­tion­nel­les du mou­ve­ment ouvrier. À l’évidence, il ne s’agit pas de cette auto­no­mie là dont par­lent les insur­rec­tion­na­lis­tes, puisqu’elle concer­nait sur­tout l’insu­bor­di­na­tion ouvrière et pro­lé­taire. S’agit-il alors de « l’auto­no­mie dif­fuse » qui par­court l’Italie des années 74-79 avec 1977 comme point d’orgue ?

La réfé­rence concrète à 1977 est très pré­sente, même s’il est dif­fi­cile de savoir si elle est théo­ri­sée ou s’il s’agit d’une simple fas­ci­na­tion pour la vio­lence de l’époque ou encore d’une façon de se rat­ta­cher à une forme géné­rale d’oppo­si­tion de la part des jeunes pro­lé­tai­res et étudiants pré­ca­ri­sés.

Si ce cou­rant se situe effec­ti­ve­ment dans la conti­nuité d’une partie de l’auto­no­mie dif­fuse, c’est par contre dans une période qui se carac­té­rise par l’absence de contexte pré-révo­lu­tion­naire. Nous pou­vons même avan­cer qu’impli­ci­te­ment au moins, il s’exprime dans la cons­cience que le temps des révo­lu­tions est ter­miné.

Nous adop­tons cette déno­mi­na­tion « d’insur­rec­tion­na­lisme », pour dési­gner une ten­dance à l’œuvre aujourd’hui, opé­ra­toire, au moins pour la France. C’est bien parce qu’il y a des réfé­ren­ces par­ta­gées (Os Cangaceiros, l’Insurrection qui vient) et des pra­ti­ques mili­tan­tes conver­gen­tes à visée insur­rec­tion­nelle (mise en avant de pra­ti­ques illéga­lis­tes, réfé­ren­ces à l’émeute, cen­trage des luttes autour des sym­bo­les de la répres­sion et de la « société car­cé­rale », etc.), que nous par­lons d’insur­rec­tion­na­lisme comme d’un tout même si c’est for­cé­ment réduc­teur. Nous en ten­tons ici une appro­che cri­ti­que. Il s’agit donc aussi d’éclaircir ce qui les (nous) en dis­tin­gue au niveau théo­ri­que. Pour cela nous avons essayé de déga­ger quel­ques carac­té­ris­ti­ques de ce cou­rant qui en cons­ti­tuent aussi des limi­tes. [...]

>lire la suite du texte
>télécharger la brochure

Source : Infokiosques.net

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum