Les Cancers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Cancers

Message  BouffonVert72 le Mar 28 Déc - 4:49

AP a écrit:

http://fr.news.yahoo.com/3/20101227/thl-sante-cancer-enfants-invs-aa61a25.html

Un enfant sur 440 développe un cancer avant l'âge de 15 ans


En France, un enfant sur 440 va développer un cancer avant l'âge de 15 ans: les plus fréquents sont les leucémies, les tumeurs du système nerveux central et les lymphomes, selon une étude publiée mardi par l'Institut de veille sanitaire (InVS) dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire.


La surveillance des cancers de l'enfant en France est assurée depuis 1990 par le Registre national des hémopathies malignes de l'enfant (RNHE) et depuis 2000 par le Registre national des tumeurs solides de l'enfant (RNTSE), rappelle l'InVS.

Sur la période 2000-2004, ces registres ont recensé 8.473 nouveaux cas de cancers chez les enfants de moins de 15 ans domiciliés en France métropolitaine. Ils représentent environ 0,5% des 320.000 nouveaux cas de cancers diagnostiqués en 2005 sur l'ensemble de la population, tous âges confondus, note l'étude, qui présente les premières données d'incidence établies sur une base nationale pour cette période. On comptait 11,3 millions d'enfants en 2010.

Si les cancers de l'enfant ne représentent que 0,2% des décès par cancers en 2005, ils constituent cependant "la deuxième cause de mortalité entre un et 14 ans après les accidents, avec 20% des décès".

Sur la période étudiée, 3.446 hémopathies malignes et 5.027 tumeurs solides ont été recensées par les registres. Le taux d'incidence était de 156,6 cas par an et par million d'enfants (166,3 pour les garçons et 146,4 pour les filles. Ainsi, "un enfant sur 440 est susceptible de développer un cancer (ou une tumeur cérébrale bénigne) avant l'âge de 15 ans", constate l'InVS.

Les cancers les plus fréquents sont les leucémies (29%), les tumeurs du système nerveux central (23%), les lymphomes (12%) et les neuroblastomes (8%). Ces taux sont proches de ceux des autres pays industrialisés, mais plus élevés que ceux observés auparavant par les registres pédiatriques régionaux.

Environ 50% des cancers de l'enfant sont survenus avant l'âge de cinq ans. Avant un an, les tumeurs les plus fréquentes sont les neuroblastomes (31%), les tumeurs du système nerveux central (15%), les leucémies (14%), les rétinoblastomes (12%) et les néphroblastomes (8%). Entre un et cinq ans, les registres observent un pic des leucémies lymphoblastiques (LAL) qui font passer le taux de leucémies à 37%, contre 22% pour les tumeurs du système nerveux central (SNC).

Entre cinq et neuf ans, les LAL représentent 32% des cas, les tumeurs du SNC 23% et les lymphomes 14%. Entre 10 et 14 ans, ces trois types de cancer restaient majoritaires, avec les tumeurs osseuses qui surviennent plus tardivement. C'est après 10 ans qu'apparaissent les tumeurs épithéliales et les mélanomes, "tumeurs habituellement rencontrées chez l'adulte", souligne l'étude.

L'institut constate une incidence globale des cancers de l'enfant plus élevée que celle publiée par les registres régionaux français pour la période 1990-1999. Pour elle, cela s'explique probablement par une amélioration de la méthodologie, ainsi qu'une amélioration des techniques diagnostiques. AP



A mon avis l'augmentation des cancers chez l'enfant vient de l'augmentation générale de la pollution :

- GES (gaz à effet de serre) : on nous trompe en nous disant qu'ils ont baissé... Ils manipulent les chiffres sans arrêt !

- rejet des centrales nucléaires : je suis effaré que la plupart de la population ne prête aucune attention à tous les incidents de rejets qui ont lieux chaque année ! J'avais posté plein d'articles sur le FMR1, en vain. Même chez nous... Sigh.
Je ne parle même pas des rejets continuels qui ne font pas l'objet de surveillance car considérés comme normaux !

- Ogm qui continue dans l'indifférence générale... Y'a pas longtemps ils en ont autorisés qq uns... Et tout le monde s'en fout..

- pesticides en très forte proportion dans la nourriture. Voir le sujet dans la partie Ecologie... Tout le monde trouve ça normal...

- irradiation nucléaire de certains aliments, apellée pudiquement "pasteurisation".

- Sels d'alluminium dans l'eau, utilisés par certaines communes pour soit-disant purifier l'eau... De très fortes présemptions de causalités dans l'Alzeihmer ! Tout le monde, ou presque, s'en fout et boit de l'eau du robinet... Pire : des inconscientes-médecin soi-disant écolo recommendent de boire cette eau... On marche sur la tête...

- radiations electro-magnétiques probablement en fortes augmentation dues aux téléphones portables et antennes de téléphonie mobiles de plus en plus nombreuses, mais aussi le Wifi que casi-tout le monde pense être innofensif... Les fours à micro-ondes qui polluent probablement la nourriture, et aussi l'entourage...

- tous les plastiques, dont les tétines de biberons, mais aussi les jouets...

- les composés organiques volatiles (C.O.V) : invisibles, pernicieux, de véritables tueurs silencieux ! Il y en partout dans les maisons (toutes les colles/solvants utilisés dans le batiment entre-autres) : impossible d'y échapper... Et l'apparition de la nano-technologie ne va faire qu'accen-tuer tout ça...

- les vêtements en synthétiques...


Bref, une fois de plus l'Homme refuse ne serait-ce qu'un seul instant d'envisager sa responsabilité (le cancer, c'est la faute à pas-de-chance !). Notre model de développement va tous nous tuer dans plus très longtemps. Il n'y aura donc pas besoin de faire la révolution...


BV72 ki/ Vivons malheureux en attendant la mort... pale
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  jacquouille le Mar 28 Déc - 11:33

BouffonVert72 a écrit:

....."BV72 ki/ Vivons malheureux en attendant la mort... pale".....



T'as raison,c'était mieux au moyen-age,au moins les vieux ne mourrait pas autant qu'aujourd'hui No .Sinon c'est vrai ce que tu dis,maintenant on a quelques problemes un peu partout Twisted Evil alors qu'avant,il n'y avait que chez les Ch'tis et les Lorrains que la polution était concentrée :affraid:avec silicose et tuberculose au Nord,et cancer de la peau et insolation☀ au Sud.

A part ca B.V.l'espérance de vie qui augmente d'une maniere incontestable et a grande vitesse,tu crois pas que cela montre une balance positive en faveur du progres malgres les méfaits du capitalisme?.Alors imaginons si.......
avatar
jacquouille

Messages : 758
Date d'inscription : 25/06/2010
Age : 70
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  gérard menvussa le Mar 28 Déc - 12:45


A part ca B.V.l'espérance de vie qui augmente d'une maniere incontestable et a grande vitesse

l'augmentation de l'espérance de vie, uniquement en occident et dans les "pays émergents", parce que partout ailleurs (en afrique, en asie du sud est, en océanie) elle a tendance à régresser... Comme le disait autrefois (avant la privat') EDF : "le progrés ne vaut que si il est partagé par tous"


l y a eu "progrés" (incontestable) due non uniquement aux "progrés de la science" mais aussi et surtout aux garanties qu'avaient su arracher la classe ouvriere dans le "premier cercle capitaliste" Et ces derniers sont remis en cause via la crise historique du capitalisme, ce qui remet aussi en cause les progrés en matiére de santé publique. Par exemple, la remise en cause de la sécurité sociale peu avoir des effets redoutables...

Mais aussi un certain nombres de scientifiques (si ça t'intéresse, je peut chercher les références) remettent en cause ce progrés pour l'avenir, et pensent que l'espérence de vie, y compris en france (dans un pays trés riche, donc) va maintenant régresser...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  Vérosa_2 le Mar 28 Déc - 14:26

@Jacquouille

L'espérance de vie a stagné aux USA entre 2000 et 2007 et les statistiques montrent qu'elle recule légèrement depuis 2008. Mais plus important, toujours aux USA, l'espérance de vie en bonne santé a diminué de 14 mois en 8 ans. C'est le bilan des années Bush/Cheney/Rumsfeld (qui participe, je te cite : "à une espérance de vie qui augmente d'une maniere incontestable et a grande vitesse").

" La différence d'espérance de vie entre les populations blanche et noire est de 4,6 ans, soit une baisse de 0,2 an. Depuis 1970, l'espérance de vie des Américains augmentait en moyenne de 2,6 mois par an. En conclusion, l'étude insiste sur le fait que les Etats-Unis sont bel et bien confrontés à une dégradation générale de l'état de santé de leur population. Et l'avenir n'est pas rose, car tant que les autorités oublieront de se pencher sur les causes des maladies, celles-ci continueront de se développer. Une autre étude publiée hier affirme d'ailleurs qu'en 1998, un homme de 20 ans pouvait espérer vivre encore 45 ans à l'abri d'une maladie grave (maladies cardiaques, cancer ou diabète). Ce nombre est tombé à 43,8 en 2006. Soit une baisse de 1,2 année... en 8 ans ! " (source: Les mots on un sens / The Los Angeles Times).

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  fée clochette le Ven 25 Fév - 14:03

http://www.charentelibre.fr/2011/02/21/cancer-la-fellation-et-le-cunnilingus-seraient-plus-dangereux-que-le-tabac,1022504.php

Cancer : la fellation et le cunnilingus seraient plus dangereux que le tabac

La fellation et le cunnilingus ont pris le pas ces dernières années sur le tabac comme déclencheurs de cancers de la bouche et de la gorge, surtout chez les jeunes Américains, selon des médecins qui ne peuvent toutefois entièrement expliquer ce mystère.

Le point commun, c'est la présence dans ces tumeurs cancéreuses de certains papillomavirus (HPV), responsables des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes et principale cause du cancer du col de l'utérus.

Les personnes infectées par ces virus, notamment la souche HPV-16, "ont un risque de cancer oropharyngé 32 fois supérieur à celui du reste de la population, ce qui est nettement supérieur au danger représenté par le tabac, qui a seulement triplé", a expliqué le Dr Maura Gillison, professeur de médecine à l'Université d'Ohio (nord), lors d'une présentation à l'Assemblée annuelle de l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS) réunie ce week-end à Washington.

Ce médecin, qui travaille sur cette question depuis une quinzaine d'années, a indiqué que le fait d'avoir des rapports buccogénitaux avec plus de six partenaires dans sa vie multiplie le risque par huit au moins.

En outre, la progression la plus rapide a été constatée chez les jeunes hommes blancs, a noté le Dr Gillison, tout en reconnaissant que ce phénomène "demeurait inexpliqué".

Au total, les cancers de la cavité buccale et de la gorge ont progressé de 225% de 1974 à 2007 dont une grande partie chez des personnes ayant des rapports buccogénitaux.

Ce médecin a cependant relevé qu'il s'agissait d'études observationnelles qui doivent encore être confirmées par d'autres recherches statistiques.

"Nous ne pouvons pas démontrer avec certitude que certains comportements sexuels sont liés à un risque d'être infecté par des papillomavirus", a-t-elle dit.

"Nous ne disposons pas encore de suffisamment de données pour déterminer si la détection de ces virus peut être utilisée pour détecter un cancer oropharyngé", a ajouté le Dr Gillison.

Pour la prévention, elle a recommandé une vaccination, également pour les hommes, qui protège contre quatre souches de papillomavirus, les deux responsables de plus de 70 % des cancers du col de l'utérus et celles qui provoquent des verrues génitales.

"Il est raisonnable d'extrapoler et d'espérer que le vaccin pourrait réduire l'incidence de ces cancers mais nous n'avons pas les données pour pouvoir affirmer qu'une vaccination peut empêcher l'infection par ces virus", a prévenu le Dr Gillison.

Elle a toutefois indiqué que le risque absolu de développer un cancer bucco-pharyngé demeurait faible.

De surcroît, ce type de cancer, s'il est traité suffisamment tôt, est souvent guérissable. 90% des malades survivent cinq ans et davantage sans récurrence.

Mais l'explosion des cas chez les jeunes notamment aux Etats-Unis --ailleurs dans le monde le tabac reste la principale cause-- est suffisamment préoccupante pour entreprendre des campagnes d'information.

Les caresses bucco-sexuelles sont la pratique la plus courante parmi les adolescents aux Etats-Unis, a indiqué le Dr Bonnie Halpern-Felsher, professeur de médecine pédiatrique à l'Université de Californie à San Francisco (ouest), auteur d'une recherche sur ce sujet.

"Cette recherche montre clairement que les jeunes voient la fellation comme moins risquée que l'acte sexuel conventionnel", a-t-elle souligné dimanche à la conférence de l'AAAS.

Selon elle, "les pratiques sexuelles buccogénitales doivent être de ce fait comprises dans les messages de prévention des maladies comme le cancer bucco-pharyngé".
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Et se masturber ça rend sourd ?

Message  sylvestre le Ven 25 Fév - 15:36

http://blogue.passeportsante.net/martinwinckler/2010/11/la_derniere_maladie_a_la_mode_les_cancers_oropharynges_lies_au_sexe.html

29 novembre 2010

La dernière mode: les cancers oropharyngés liés au sexe!

Depuis quelques semaines, la dernière maladie à la mode dans les médias, ce sont les cancers oropharyngés liés au VPH. Alors, je vous rappelle que le VPH, ou papillomavirus, est cette famille de virus sexuellement transmissibles, bénins dans leur immense majorité, dont certains contribuent à l’apparition d’un cancer du col de l’utérus.

Ils sont arrivés au premier plan parce qu’il y a quelques années, des industriels ont commencé à attirer l’attention des femmes et des pouvoirs publics sur les cancers du col et sur la perspective de « vacciner contre le cancer ».

La commercialisation de 2 vaccins, Gardasil et Cervarix, a donné lieu à des campagnes de vaccination massives auprès des adolescentes et des jeunes femmes des pays développés - sauf, singulièrement, en Finlande (par ailleurs, le pays le moins corrompu au monde, d’après des organismes indépendants), car le dépistage par le test Pap est si fiable, que le cancer du col a disparu; les autorités finlandaises ont donc conclu que le vaccin était superflu, surtout en l’absence de données convaincantes sur son innocuité.

La vaccination contre le VPH est hautement discutable, comme l’a montré un livre récent signé par un gynécologue et une journaliste suisse, le Dr Jean-Pierre Spinosa et Catherine Riva, car les fabricants n’ont pas montré qu’il prévient le moindre cancer. Ils ont juste montré… qu’il immunise contre 2 virus potentiellement cancérigènes. Ce qui est mince.
De plus, les cancers du col sont causés par de nombreux cofacteurs autres que le VPH, ce qui explique qu’ils sont bien plus fréquents (et frappent majoritairement) dans les pays en développement.

De plus, la description d’un nombre croissant d’accidents vaccinaux au vaccin contre le VPH a montré qu’il ne s’agit pas tout à fait d’un vaccin sans effets secondaires (comme ça nous l’était dit par les industriels).

Les résistances de la population et de nombreux scientifiques à la vaccination contre le VPH et les critiques scientifiques se multiplient de manière si importante, que l’industrie a cherché des moyens d’élargir ses indications. D’abord, elle a suggéré qu’il fallait vacciner les garçons, qui transmettent le virus (et donc, rendent les femmes malades, ces sagouins!), mais n’en souffrent pas. À mon humble avis, il aurait été plus logique (et plus économique, sur le plan de la santé publique) d’interdire purement et simplement tout rapport sexuel à la population, mais on m’a dit que ça n’aurait pas remporté le succès escompté. Je me demande pourquoi.

Les cancers oropharyngés

Comme la vaccination des garçons se justifie encore moins que celle des filles (des effets secondaires inconnus pour un intérêt discutable, ça ne peut pas vraiment remporter l’adhésion des parents), la nouvelle vague de persuasion repose sur… les cancers oropharyngés.

Suivez bien la logique : chez les personnes qui ont un cancer oropharyngé, on trouve des traces de VPH. Donc, les VPH doivent contribuer aux cancers oropharyngés, comme ils contribuent aux cancers du col. Or, le nombre de cancers oropharyngés « explose » (disent les médias)… chez les hommes, probablement en raison de l’évolution des moeurs et de la « généralisation » de la sexualité… orale. Évidemment, il serait inopérant de déconseiller la fellation ou le cunnilingus. Mais heureusement, nous avons déjà un vaccin contre le VPH! Et voilà comment on va pouvoir inciter filles ET garçons à se faire vacciner. C’est pas beau, ça???

Seulement, cette belle logique, spectaculaire et surmédiatisée, ne tient pas la route. D’abord, les cancers oropharyngés (en particulier des glandes salivaires) sont très, très rares. Même leur « explosion » est toute relative et les pourcentages (de 22 % à 51 %! ) en eux-mêmes ne veulent rien dire quand on sait quels chiffres réels ils cachent. En effet, d’après le très sérieux British Medical Journal, aux États-Unis, entre 1999 et 2006, l’incidence de ces cancers, chez les hommes (ah, donc, ce sont eux surtout qui sont concernés par le sexe oral? C’est bizarre, non?), a augmenté de 22 % - c’est-à-dire que le nombre de cas est passé de 1,53 à 1,87 cas pour 100 000 hommes! Au Royaume-Uni, entre 1989 et 2006, elle a augmenté de 51 % chez les hommes et elle passée de 7 à 11 cas pour 100 000 hommes. Quatre cas de plus par an au bout de 15 ans, on ne peut donc pas vraiment parler d’une épidémie…

De plus, ici encore, on oublie que les 2 facteurs les plus importants de cancer sont la consommation d’alcool et de tabac (bien plus élevée chez les hommes que chez les femmes…), bien avant les relations sexuelles orales. Les facteurs environnementaux, comme la pollution, les additifs alimentaires et les pesticides ne sont pas pris en compte. (Le sexe de notre partenaire est loin d’être ce qui nous passe le plus souvent par la bouche, si vous me permettez cette image…)

Et donc, quand on regarde les choses calmement, encore une fois, à qui profite une information de santé spectaculaire (cancers en augmentation!), culpabilisante (c’est le sexe incontrôlé!) et destinée à nous faire peur, quand on ne regarde pas ce qu’elle recouvre exactement?

Elle profite toujours à ceux qui ont quelque chose à nous vendre.

Martin Winckler (Marc Zaffran, M.D.)

Suggestions de lectures :

> Gardasil, un vaccin pour rien? Dossier sur le site de Protégez-Vous : www.protegez-vous.ca
> La piqûre de trop? Dr Jean-Pierre Spinosa, Catherine Riva, éditions Xenia 2010
> Oropharyngeal carcinoma related to human papillomavirus / H. Mehanna et all. - British Medical Journal, 25 mars 2010 - BMJ 2010;340:c1439.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  BouffonVert72 le Dim 11 Déc - 2:07


http://societe.fluctuat.net/blog/51301-40-des-cancers-seraient-imputables-au-style-de-vie-et-donc-evitables.html

40% des cancers seraient imputables au style de vie et donc évitables

Posté par Edouard le 09.12.11 à 10:27 | tags : revue de presse, sciences

Le tabac, une alimentation trop pauvre en fruits et légumes frais et le surpoids comptent parmi les principales causes évitables de cancer, affirme une étude britannique.

On peut vivre sainement et mourir d'un cancer, ou multiplier les excès et y échapper. Pourtant, se cacher derrière la génétique et l'hérédité revient à passer à côté du problème. Le rapport publié par le British Journal of Cancer et repris par le site de la BBC nous offre en ce sens une sérieuse piqûre de rappel, en avançant que 40% des 130 000 cancers diagnostiqués chaque année dans le Royaume-Uni sont causés par des comportements parfaitement évitables.

Evidemment, l'étude enfonce quelques portes ouvertes en nous confirmant que le tabac est responsable de 23% des cancers chez l'homme, et 15,6% chez la femme (en particulier des cancers du poumon). Mais les auteurs ont eux-mêmes été étonnés par d'autres conclusions moins prévisibles.

Le surpoids plus grave que l'alcool pour la femme

"Nous ne nous attendions pas à trouver que la consommation de fruits et légumes étaient si importante pour protéger l'homme contre le cancer. Ni que le surpoids était un facteur à risque plus important que l'alcool chez la femme", explique Max Parkin, le professeur qui a mené l'étude.

Ainsi, le plus gros facteur à risque pour le cancer du sein chez la femme est le surpoids ou l'obésité, loin devant le fait d'avoir allaité ou non (l'allaitement est censé réduire le risque de développer un cancer du sein), ou la consommation d'alcool.

En ce qui concerne le cancer de l'œsophage, la moitié du risque est imputable à une trop faible consommation de fruit et légumes, tandis que l'alcool ne serait responsable qu'à hauteur de 20%. Le cancer de l'estomac est lui en cause dans 20% des cas par une consommation excessive de... sel.

Enfin, certains cancers sont quasi exclusivement imputables au style de vie, comme le cancer de la bouche ou de la gorge, alors que d'autres ne semblent liés à aucun facteur aggravant, comme le cancer de la vésicule biliaire.




Les industriels pointés du doigt

Toutes ces informations sont très intéressantes, mais elles doivent maintenant être utilisées par nos gouvernements pour passer à l'action en matière de santé publique, estime Sir Richard Thompson, le président du Royal College of Physicians, interrogé par BBC News :

"L'incidence naissante des cancers évitables montre que l'approche de la carotte consistant à négocier avec l'industrie n'est pas suffisante pour promouvoir les comportements sains, et doit être remplacée par l'approche du bâton, passant par l'adoption de législations".

Comme celui du tabac en son temps, les lobbys industriels vont nier, trainer des pieds, mais la démonstration des liens évidents entre cancers et environnement néfaste va rendre leur tâche de plus en plus difficile.

BV72 ki dédicace ce post à JB.
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

les UV artificiels sont cancérigènes

Message  BouffonVert72 le Mer 21 Déc - 18:23

J'avais déjà alerté sur ce problème sur le FMR1, ça confirme...


http://www.topsante.com/sante-au-quotidien/Actus/Carence-en-vitamine-D-les-UV-artificiels-ne-sont-pas-une-solution

Carence en vitamine D: les UV artificiels ne sont pas une solution

Mis à jour le Mercredi 21 Décembre 2011

L'Institut national du cancer déconseille fortement l'utilisation des UV artificiels comme source de vitamine D en cas de carence.

L'utilisation des UV artificiels, cancérogènes avérés, comme source de vitamine D, "ne peut, en aucun cas, se justifier", vient de rappeler l'Institut national du cancer (INCa) qui réitère sa mise en garde contre la pratique du bronzage par UV artificiels.

L'Institut national du cancer a, en effet, été saisi par la Direction générale de la santé "pour apporter son éclairage scientifique à certains messages, parus dans la presse grand public, qui évoquent un effet protecteur des rayonnements ultraviolets (UV) sur l'incidence de certains cancers non cutanés (sein, prostate ou cölon), en raison de leur rôle dans la production de vitamine D".

"L'hypothèse selon laquelle le rayonnement UV est un facteur protecteur contre certains cancers (sein, prostate ou côlon) ne repose que sur des études de faible niveau de preuve", affirme l'INCa dans son rapport. Il estime également que la relation entre la concentration dans le sang en vitamine D et certains cancers "reste à éclaircir".

Le bronzage n'est pas anti-cancer

Dans son rapport, l'Inca souligne à nouveau que la pratique du bronzage par UV artificiel est fortement déconseillée et rappelle qu'une surexposition aux rayonnements ultraviolets (qu'ils soient naturels ou artificiels) représente un facteur de risque majeur dans le développement des cancers de la peau.

"L'évolution de la pratique du bronzage est corrélée à une augmentation forte des cancers cutanés et en particulier des mélanomes, dont le nombre de cas a plus que triplé ces trente dernières années, avec près de 80 000 nouveaux cas par an.

"Etant donné que les UV artificiels peuvent occasionner des cancers et que l'apport en vitamine D est possible par voie orale (soit en consommant des aliments enrichis en vitamine D soit en prenant une supplémentation en vitamine D), l'utilisation des bancs solaires comme source de vitamine D pour la population générale ne peut, en aucun cas, se justifier", insiste l'INCa.

Vitamine D: quels sont nos besoins ?

Pour savoir si l'on est carencée en vitamine D, une seule solution : faire faire un dosage sanguin de la vitamine D.

Voici la dose quotidienne dont on doit disposer, en puisant dans nos réserves (il n’est pas question d’ingérer cette quantité chaque jour) :

- Jusqu’à 4 ans : 20 µg/j (microgrammes par jour)
- De 4 à 75 ans : 10 à 15 µg/j
- Après 75 ans : 20 µg/j

Auteur : Catherine Cordonnier

à decouvrir aussi :

avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Cancers

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum