SNCF

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SNCF

Message  alexi le Lun 13 Déc - 21:07


Le contrôleur ne sévit pas assez, il est mis à l'amende


20 Minutes 10.12.10


Le contrôleur a été mis à pied cinq jours.

G. VARELA

Cinq jours de mise à pied pour ne pas avoir contrôlé assez de billets de train. C'est la sanction dont a écopé un contrôleur toulousain de la SNCF, coupable de ne pas avoir atteint les objectifs commerciaux demandés par sa direction. Un autre contrôleur est aussi menacé de sanction pour la même raison. «La direction nous demande un certain nombre de PV, de billets émis à bord des trains et de tickets contrôlés, explique Julien Lassalle, secrétaire régional de Sud Rail. Le problème, c'est que le nombre d'actes à effectuer est flou. Nous estimons donc que ces sanctions sont illégales car la seule obligation légale du contrôleur est de contrôler à bord des trains, et non pas de faire du chiffre ».
Sud Rail demande donc le retrait des cinq jours de mise à pied pour leur collègue et l'abandon de toute menace de sanctions. Le syndicat s'indigne «de telles méthodes visant à donner un rôle uniquement répressif au contrôleur, assimilé à un simple collecteur de recettes». Il préférerait que la direction se concentre sur la valeur ajoutée de ces agents du service public : «accueil des usagers, service à bord…».
De son côté, la direction régionale de la SNCF indique «ne pas faire de commentaires sur des sanctions internes». Si la direction maintient les sanctions, Sud Rail se dit prêt «à porter le dossier devant les Prud'hommes».

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  alexi le Mer 15 Déc - 12:36

LIBERATION 14/12/2010

360 cheminots discriminés attaquent la SNCF


Engagés au Maroc dans les années 70, des centaines de cheminots n'ont toujours pas accès aux mêmes droits que leurs collègues français.

Par ANGELA BOLIS

La liste des discriminations est longue. Elle a poussé un peu plus de 350 cheminots d’origine marocaine à poursuivre la SNCF. Leur dossier est examiné ce mardi aux prud’hommes. L’entreprise publique, qui ne souhaite pas se prononcer, a prévu de demander un renvoi du procès, pour prendre le temps de préparer sa défense.

Selon l'avocat des salariés Léopold Mendes, les obstacles à la progression de leur carrière sont légion: refus d’accès aux examens, absence d’intégration au processus de notation, refus de prise en compte de l’ancienneté.

Au-delà de leur carrière, c’est leur retraite qui est également désavantagée, avec une impossibilité de départ à 55 ans et une pension largement inférieure à celle des autres cheminots. La SNCF réduit aussi leurs prestations sociales en leur refusant l’accès à la caisse de prévoyance des cheminots. Enfin, ils n’ont pas droit aux avantages de circulation sur le réseau de trains. Autant de points qui les mènent à « se retrouver, à plus de 50 ans, sur les rails en extérieur à assembler des wagons, ou dans des gares de triage», estime Léopold Mendes.

Clause de nationalité
En cause dans ce traitement différencié, le statut de cadre permanent auquel n’ont pas accès ces cheminots marocains, à cause d’une clause de nationalité. Statut récemment élargi aux membres de l’Union européenne, mais qui exclut toujours la majorité de ces cheminots ayant obtenu, après des années de travail en France, la nationalité.

Le système perdure depuis les années 70, lorsque la SNCF a engagé ces cheminots directement au Maroc. «Des années de discussions sur ce problème entre représentants syndicaux, représentants des cheminots, direction de la SNCF, ministère… explique l'avocat. Mais chacun se renvoie la balle.» Pas étonnant, puisque le coût d’un alignement de ces cheminots sur les conditions de travail de leurs collègues français est évalué à 70 millions d’euros.

«Discrimination directe»
Pourtant, leur contrat de travail, bien que spécifique, garantit une égalité de traitement avec les cheminots français. On y lit ainsi que « Le travailleur étranger a droit au même régime de travail (durée du travail, jour de repos, congé payé, hygiène et sécurité que les ouvriers français. (…) Il doit recevoir à travail égal une rémunération égale. (…) L’égalité de traitement s’étend également aux indemnités s’ajoutant au salaire.»

L’écart est grand avec le papier. Pour le syndicat Sud Rail, ce « traitement différencié du fait de l’origine étrangère » est « une forme de discrimination directe ». En réparation, les cheminots espèrent des dommages et intérêts. Leur avocat a tout calculé : ils représenteraient de 300 000 à 400 000 euros par personne.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  alexi le Ven 25 Mar - 23:35

Elections professionnelles à la SNCF : nouveau recul pour la CGT

La CGT a enregistré un nouveau recul lors des élections à la SNCF avec 37,3 % des voix, alors que l'UNSA (21,4 %) et la CFDT (13,7 %) progressent et que SUD-Rail reste stable à 17,3 %, selon des résultats communiqués vendredi par la direction.

La CGT reste la première organisation syndicale dans l'entreprise publique, mais son score continue à s'éroder puisqu'elle perd presque deux points par rapport à 2009 (1,93 %), année où elle avait déjà perdu presque un point. Les gagnants de cette élection sont clairement l'UNSA, qui, avec une nouvelle percée de plus de trois points, continue de prendre de l'importance à la SNCF, et la CFDT qui gagne deux points, alors qu'elle avait fait un score décevant en 2009.

Ces deux syndicats dépassent ensemble la barre de 30 % qui leur permettra de signer des accords sans l'appui d'une autre organisation, ce qui renforce le pôle dit "réformiste", ce qui ne peut que satisfaire la direction de la SNCF. SUD-Rail, qui avait progressé en 2009, ne progresse plus, mais reste la troisième organisation syndicale.

Thierry Nier, secrétaire fédéral CGT, a indiqué à l'AFP que l'organisation était "confortée dans sa place de première organisation syndicale à la SNCF", assurant qu'elle "jouera pleinement son rôle". Selon lui, le "léger tassement" de la CGT dans les résultats est "loin d'être dramatique" et s'explique en partie par une participation aux environs de 75 % – 40 000 cheminots ne se sont pas exprimés – et par le choix de certains cheminots de tourner "vers des organisations plus consensuelles".

Les autres syndicats en lice (FO, CFE-CGC et CFTC) n'ayant pas dépassé 10 %, ils ne sont toujours pas représentatifs au niveau national à la SNCF. FO a recueilli 8,5 % des voix, la CFTC 1 % et la CFE-CGC 0,4 %.


LEMONDE.FR avec AFP | 25.03.11

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

EDITO SNCF de L'Etincelle

Message  alexi le Lun 12 Déc - 20:33



Non à la rentabilisation sur le dos des voyageurs et des cheminots !



La semaine dernière, des usagers en colère ont envahi plusieurs gares, dont celle de Blois, et d’autres ont bloqué des trains lundi matin pour protester contre les nouveaux horaires. Ces changements, décidés arbitrairement par une poignée de technocrates, vont bouleverser la vie quotidienne d’une bonne partie des voyageurs et aggraver les conditions de travail des cheminots. Des mères de famille n’auront plus le temps de déposer leurs enfants à la crèche, des salariés devront se lever une ou deux heures plus tôt pour arriver à l’heure au travail, pour rentrer ensuite beaucoup plus tard chez eux… s’ils ont encore un train ! Et, pour nous cheminots, le SA 2012 est l’occasion pour le patron d’augmenter encore la charge de travail, sans augmenter les effectifs ou en les diminuant. Et derrière tout cela, l’objectif ne serait-il pas de préparer les sillons des trains du privé ?
Pépy redoute la colère des usagers, alors qu’il ose prétendre accorder « une priorité absolue à ses 4 millions de clients ». Ces derniers jours, de nombreux collègues ont été assaillis de courriers, messages, SMS nous demandant « d’aider et informer nos clients »… même quand notre métier est purement technique et ne nous met pas en contact avec eux.
De qui se moque-t-on, alors qu’on ne cesse de supprimer des postes d’accueil et de fermer des guichets ? Les conducteurs devraient-ils descendre de leur cabine pour guider les voyageurs et les collègues des technicentres faire du rab sur les quais après leur service ?
La « médiation » confiée à Nicole Notat, ex dirigeante syndicaliste devenue femme d’affaires, n’est pas moins ridicule. Encore une de ces opérations de communication inutiles et coûteuses dont nos patrons sont friands… Il est probable aussi que les médias vont essayer comme d’habitude de détourner la colère des usagers contre les cheminots, présentés comme des privilégiés, alors que nous sommes nous aussi victimes du SA 2012.
Ces changements d’horaires montrent une fois de plus où a mené la politique de rentabilisation à outrance de la SNCF. La dégradation de l’état des lignes oblige maintenant à faire des travaux d’urgence, de nuit, sous la pression de RFF. Ces travaux sont confiés à des sociétés privées, pas toujours qualifiées, qui opèrent souvent dans des conditions dangereuses : trois ouvriers d’Alstom l’ont payé de leur vie le 1er décembre. Les trains sont détournés des zones de travaux, avec tout ce que cela implique pour les cheminots et les voyageurs. Le caractère aberrant de la division de 1997 avec RFF est de plus en plus évident.
La circulation de trains gérés par plusieurs compagnies différentes entraîne des doublonnages d’activités absurdes, alors qu’on manque de personnel.
Les moyens techniques qui permettraient de bénéficier de transports publics de qualité et de conditions de travail satisfaisantes existent. Mais tout progrès technique, par exemple l’informatique, que ce soit le système Sirius, les ventes de billets par Internet ou les Postes d’Aiguillage Informatisés, est immédiatement utilisé pour réduire le personnel et augmenter son rythme de travail. L’anarchie de la concurrence et le dumping social ne profitent qu’à nos patrons, qu’ils appartiennent au public ou au privé. Au moment où l’on parle beaucoup de l’Europe, c’est à l’échelle européenne qu’il faudrait planifier l’organisation de services de transport publics, dans l’intérêt des voyageurs et des cheminots et non plus du profit. Mais, pour cela, nous ne pouvons pas compter sur les gouvernements européens de droite ou de gauche, seule la force des travailleurs, cheminots et voyageurs unis, pourra l’imposer. Le fonctionnement de la SNCF est à l’image de celui de l’ensemble de la société capitaliste, et c’est cette société qu’il faut changer avant qu’elle détruise nos vies et nos santés.

Lundi 12 décembre 2011

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ouverture à la concurrence : ça y est, ça commence

Message  BouffonVert72 le Mar 13 Déc - 13:29


http://www.20minutes.fr/societe/840920-manifestation-cheminots-arrivee-thello-premier-train-prive

Manifestation de cheminots à l'arrivée de Thello, premier train privé



Créé le 12/12/2011 à 13h26 -- Mis à jour le 12/12/2011 à 14h17


Manifestation de cheminots à l'arrivée du train privé Thello en gare de Lyon, à Paris, le 12 décembre 2011. Alexandre GELEBART/20 MINUTES


TRANSPORT - Ils dénoncent l'ouverture du rail à la concurrence...


Plusieurs centaines de cheminots ont manifesté lundi sur les quais de la Gare de Lyon à l'arrivée de Thello, le premier train privé en provenance d'Italie, pour dénoncer l'ouverture du rail à la concurrence, a constaté une journaliste de l'AFP.

Thello, coentreprise entre Veolia et Trenitalia, l'opérateur historique italien, a assuré lundi sa première liaison de nuit Venise-Paris. Le tarif le plus bas a été fixé à 35 euros pour un aller simple en compartiment six couchettes. «Nous sommes venus interpeller les voyageurs sur les trains privés et leur dire que l'ouverture à la concurrence se fera au détriment des usagers, des missions de service public, des conditions de travail des salariés et de la sécurité ferroviaire», a dit à l'AFP Eric Santinelli, secrétaire régional SUD.

«La rentabilité au mépris des voyageurs et des salariés»


Quelque 500 cheminots, venus à l'appel de la CGT et SUD-Rail, ont ainsi accueilli l'arrivée du train et de ses rares voyageurs par des huées et des coups de sifflets. «C'est un retour en arrière de plus de 70 ans auquel nous assistons... En plus ce sont les vieux trains de chez nous qu'on leur loue», selon Patrick Beaugendre de la CGT.

Pour les cheminots, la concurrence se traduira par «une diminution des missions de service public, les opérateurs se concentrant sur les trains les plus rentables, abandonnant les autres avec comme conséquence une augmentation des tarifs et une baisse de qualité». L'«unique objectif reste et demeure la rentabilité à tout prix au mépris des conditions de transport des voyageurs et des conditions sociales des salariés», estiment-ils, assurant que l'ouverture à la concurrence du fret en 2006 était un «vrai désastre» qui «bénéficie surtout aux camions».

Les cheminots ont également cité l'exemple de l'Angleterre où «les grands perdants de la libéralisation du chemin de fer ont été la sécurité et les usagers avec les trois catastrophes meurtrières en 1999, en 2000 et en 2001».

avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  BouffonVert72 le Mar 3 Jan - 22:02


http://www.20minutes.fr/article/851965/ter-loire-on-tout-fait-loi-greve-coute-argent

TER de la Loire: «On est tout à fait dans la loi, cette grève nous coûte de l'argent»


Créé le 03/01/2012 à 17h40 -- Mis à jour le 03/01/2012 à 17h40

INTERVIEW - Jean-Luc Ravachol, conducteur et militant SUD-Rail, donne à «20 Minutes» sa version du conflit avec la SNCF...


Des cheminots des TER de la Loire sont entrés lundi dans leur neuvième semaine de grève. Mobilisés par les syndicats SUD, CGT et FO, ils contourneraient la loi sur le service minimum afin d’être payés tout en faisant grève, selon le journal Les Echos de ce mardi. Faux, répond Jean-Luc Ravachol, conducteur et militant SUD-Rail, interrogé par 20 Minutes.

Où en est le mouvement après huit semaines de grève et la réunion de ce mardi matin avec la direction ?

Pour l’instant, rien n’avance. La direction est revenue sur ce projet de restructuration début 2011 alors que tout avait été suspendu après la grève nationale d’avril 2010. Aujourd’hui, l’opposition massive du personnel date depuis très longtemps et la direction sait qu’il ne veut pas y aller pour deux raisons: d’une part pour l’emploi, et d’autre part pour la sécurité ferroviaire parce que cet établissement rassemblant tous les corps de métiers (agents de gare, contrôleurs, conducteurs) va nous couper de notre filière et sera géré par des gens qui n’ont pas les compétences.

Qu’en est-il de ces informations selon lesquelles certains grévistes sont «payés normalement» ?

C’est ce que dit la direction. On avait le choix de faire une grève dure mais notre volonté était de ne pas bloquer complètement le système, d’amener les gens au boulot le matin et de les ramener chez eux le soir. On est des salariés comme eux. Que la direction privilégie une ligne (pendant les perturbations, ndlr), c’est son problème, c’est elle qui fait les attributions. Nous, on est tout à fait dans la loi et cette grève nous coûte de l’argent. C’est Josiane Beaud (directrice régionale de la SNCF, ndlr) qui a dit qu’elle ne nous coûtait rien, mais si c’était le cas, on n’irait pas au boulot.

Comment voyez-vous la suite du conflit ?

On ne maîtrise rien. La grève est une extrémité parce que la direction veut passer en force. Même s’il est en vigueur depuis le 1er janvier, on nie cet établissement comme la SNCF a nié cette grève. Ils ont attendu 33 jours après le début de la grève avant de réunir une table ronde, refusé des expertises qu’on voulait sur les conséquences d’un projet qui ne fonctionne pas dans d’autres régions, et l’action en justice qu’ils envisagent montre à quel point ils n’ont pas envie de négocier. On a conscience qu’on est en train d’emmerder les usagers depuis deux mois, qu’il faudrait qu’on arrête, mais la balle est dans le camp de la direction.

Propos recueillis par Corentin Chauvel
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  alexi le Mar 17 Jan - 9:55

Les Echos 17/01/12

La direction de la SNCF tente d'éteindre l'interminable conflit rhônalpin
Au 75 e jour du conflit, après la réunion de clarification de Jean-Pierre Farandou, directeur général de la branche proximités de la SNCF, les syndicats FO et SUD-rail devraient avancer leur prochaine assemblée générale.

Ecrit par
Denis MEYNARD

Les cheminots rhônalpins contournent la loi sur le service minimum depuis trois mois

Pour trouver une issue après deux mois et demi de perturbations pour plus de 20.000 usagers des TER de la Loire et des départements voisins, Jean-Pierre Farandou, le directeur général de la branche proximités de la SNCF, a rencontré hier à Lyon les organisations syndicales représentatives concernées par la mise en place au 1 er janvier d'un nouvel établissement dans la Loire. Il regrouperait dans un même ensemble les trois principales catégories de salariés (conducteurs, contrôleurs et agents de services en gare), ce qui a fait naître chez certains d'entre eux des craintes de filialisation ou de privatisation dans l'optique d'une future ouverture à la concurrence des lignes TER.

L'objectif de cette rencontre était d'appuyer la directrice régionale, Josiane Beaud, confrontée à un mot d'ordre de grève encore suivi (malgré le retrait de la CGT) par FO et surtout SUD-rail. Jean-Pierre Farandou a ainsi confirmé par écrit que « l'entreprise SNCF ne prévoit en aucun cas de filialiser l'établissement ». « Il n'y a pas de changement car notre interlocuteur n'était pas venu pour négocier », résume sobrement Yvan Richet, représentant FO, tandis que SUD-rail était hier aux abonnés absents, en attendant la traditionnelle AG du vendredi qui devrait être avancée.

Dans l'exercice de clarification engagé, Josiane Beaud a précisé que le pilotage de l'établissement s'effectuera, comme ailleurs, par lignes de métier, afin de lever des inquiétudes qui s'étaient fait jour sur les problèmes de sécurité qui pourraient découler d'une organisation multifonctions. Elle a rappelé que cela débouche sur « la création d'au moins 30 emplois à Saint-Etienne » et s'est engagée sur « un bilan dans six mois pour vérifier l'ensemble des engagements que j'ai pris ».

Une grève au coût prohibitif
Laurent Goutorbe, responsable régional CFDT-cheminots, un des deux syndicats représentatifs avec l'Unsa à avoir émis un avis favorable au projet de la réorganisation, « au terme de 47 réunions », précise-t-il, n'est pas optimiste sur l'arrêt de ce conflit dont le coût se chiffrera, selon lui, en dizaines de millions d'euros. Il redoute qu' « une dizaine de grévistes par jour ne continuent à perturber l'activité économique de la région », tant que la loi sur le service garanti dans les transports publics ne sera pas mieux encadrée. Elle permet, entre autres, que certains s'annoncent faussement grévistes quarante-huit heures avant le jour J, sans subir de sanction financière.

Le député de la Loire, Yves Nicolin (UMP), a pour sa part annoncé aux « Echos » qu'il interpellera demain le gouvernement lors des questions d'actualité de l'Assemblée nationale, « pour demander ce qu'il compte faire face à ce détournement constaté de l'esprit de la loi sur le service garanti dans les transports terrestres ». Et ce à une semaine de la venue en discussion du projet de loi sur le futur service garanti dans les transports aériens, concocté après les grèves de décembre.

CORRESPONDANT À SAINT-ÉTIENNE


alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rassemblement à Paris des cheminots le 31/01/13

Message  Benoit Malon le Dim 20 Jan - 23:37

De 12h à 15h place Edouard Herriot dans le 7ème.

La Fédération CGT des Cheminots a décidé de faire de la journée du 31 janvier prochain une première étape de lutte pour l’année 2013, afin de faire entendre les exigences socio-économiques des cheminots par un puissant rassemblement national à Paris.

Alors que le Gouvernement est maintenant en place depuis près d’un an, la feuille de route du Président de la SNCF est toujours celle de SARKOZY et les décisions actuelles de la Direction SNCF poursuivent l’ambition d’éclatement de l’entreprise publique et la casse du statut des cheminots. Nous exigeons du Gouvernement d’autres orientations pour contraindre la Direction de la SNCF à répondre aux besoins de service public ferroviaire voyageurs et marchandises.

Sur l’organisation de la production

La Direction amplifie sa stratégie de cloisonnement des activités allant jusqu’à structurer les établissements autour d’un seul produit et ce au mépris de la transversalité des métiers et de la mutualisation des moyens nécessaires pour un service public ferroviaire de qualité répondant aux besoins de transport des usagers et de la Nation.

A l’Infra, la production dans le cadre de la remise en état du réseau doit se réaliser avec des moyens humains en proximité pour maintenir un transport ferroviaire de qualité, améliorer les conditions de travail et assurer la sécurité dans les chantiers.

Au Fret, la situation est particulièrement éloquente de la politique de la Direction du « tout business » qui conduit à un affaiblissement sans précédent de l’appareil de production et une réduction dramatique du volume de marchandises transportées par fer au seul bénéfice de la route. C’est un véritable non-sens économique et environnemental.

Après le projet de privatisation du centre essieux de Montigny-Lès-Metz, c’est un nouveau plan de casse du Fret avec le projet de fermeture programmée de plusieurs ateliers wagons.

Dans un premier temps, exigeons un moratoire sur les restructurations et les suppressions d’emplois au Fret. Il faut obtenir d’autres choix pour développer le Fret Ferroviaire SNCF avec un outil de production capable de répondre aux besoins des chargeurs (modernisation des triages, relance du wagon isolé).

Sur la réforme du système ferroviaire

Il subsiste des zones d’ombre concernant notamment le statut juridique du Gestionnaire d’Infrastructure Unifiée (GIU) et sur la création d’un pôle public ferroviaire unifié. La CGT est la seule à proposer un projet complet dans le cadre de cette réforme, qui pose le principe d’un système ferroviaire unifié, désendetté avec une entreprise publique SNCF intégrée dont la base des conditions sociales des cheminots reste le statut et le RH0077. Nous proposons aussi la mise en place d’établissements « multi-activités » afin de mutualiser les moyens de production en proximité pour plus d’efficacité. Cette proposition va dans le sens d’une meilleure synergie entre les cheminots des différentes activités et services.

Sur l’emploi

Le constat est sans appel avec plus de 10 600 suppressions d’emplois sous l’ère de l’actuel Président de la SNCF et 1 044 emplois détruits en 2012, alors que ce dernier clamait dans les médias que la SNCF maintiendrait ses effectifs. L’annonce de la Direction de procéder à 40 000 recrutements d’ici à 2017 entretient la confusion sur les embauches qui seraient concrètement réalisées dans l’EPIC SNCF.

La CGT exige la tenue des engagements pris par la Direction pour stabiliser les effectifs en 2012. Le budget 2013 prévoit la suppression de 1086 emplois, c’est inacceptable ! Au regard des besoins identifiés dans les établissements par de nombreuses actions locales, la Direction doit répondre aux revendications pour couvrir les charges de travail.

De plus, la stratégie de recrutement visant à embaucher entre 25 et 30 % de cheminots contractuels ou en CDI de droit privé, l’utilisation abusive d’intérimaires et de CDD contribue à instaurer un véritable dumping social dans l’entreprise et à affaiblir le Statut.

Sur les salaires

La situation est tout aussi dramatique, alors que les cheminots n’ont bénéficié que de + 0.5% d’augmentation générale de salaire au 1er octobre 2012, dans le cadre d’une décision unilatérale de la Direction de l’entreprise, l’augmentation des prix s’élève de + 1.3% sur l’année 2012 (source INSEE).

Ainsi, les cheminots subissent une perte de niveau de vie, en moyenne annuelle de - 0.8% pour l’année 2012 qui s’ajoute à la dépréciation continue de l’ensemble des rémunérations du personnel à travers la dévalorisation continue du point 100 qui est la base de la grille salariale. Cette situation devient insupportable pour un grand nombre de cheminots !

La CGT exige l’ouverture immédiate de négociations salariales pour 2013.

La Fédération appelle les cheminots actifs et retraités à un rassemblement national à Paris*
LE JEUDI 31 JANVIER 2013 pour exiger auprès du Ministère des Transports :

Des nouvelles orientations pour contraindre la Direction de la SNCF à d’autres choix conformes au service public de voyageurs et de marchandises ;
Un moratoire sur toutes les restructurations y compris au Fret et le déménagement de la DCF ;
Le maintien et le développement de l’emploi à statut et le respect du dictionnaire des filières ;
Des augmentations générales des salaires et pensions.

Benoit Malon

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  Copas le Lun 21 Jan - 23:08

SNCF : les conducteurs toulousains créent un "comité de grève" et revotent la grève lundi

Comité de grève
Réunis lundi matin en assemblée générale au dépôt de Toulouse, 48 conducteurs ont créé un comité de grève "pour montrer à la direction leur indépendance".
Ils réagissaient ainsi à la déclaration de la direction à Paris selon laquelle "les grévistes, menés par les syndicats, n'étaient pas responsables".
Selon le syndicat Sud-Rail, sur 48 présents, 37 conducteurs ont voté pour la continuation du mouvement de "la grève du lundi". Le 28 janvier, ils débrayeront à nouveau pour leur 10ème lundi de grève.

Le mouvement de grève des conducteurs pour l'emploi et les conditions de travail lancé par CGT, UNSA et Sud, n'a été reconduit lundi dernier que par l'assemblée générale des conducteurs de Toulouse et non par celle des centres de Tarbes et de Capdenac.
La CGT, à la différence des deux autres syndicats appelait les cheminots à reprendre le travail, en raison d'avancées dans la négociation.

Les revendications :
Les conducteurs réclament la formation de douze nouveaux jeunes conducteurs en 2013 en plus de la compensation des départs en retraite, car selon les syndicats, le nombre de trains a doublé depuis huit ans alors que les effectifs diminuaient
de 20%.

Les concessions de la SNCF :
La direction a proposé dix renforts pour l'été et la formation de dix nouveaux conducteurs en 2013.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'islamophobie raciste de la direction de la SNCF

Message  Roseau le Ven 12 Avr - 15:41

Incroyable mais vrai : Pas de Noirs ni d’Arabes à la SNCF pour la venue de Peres en France !
http://www.europalestine.com/spip.php?article8230
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  gérard menvussa le Ven 12 Avr - 17:44

Je ne vois pas ce que cela a d'islamophobe. Les arabes "chrétiens" n'avaient pas plus de droit...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  dug et klin le Ven 12 Avr - 19:02

gérard menvussa a écrit:Je ne vois pas ce que cela a d'islamophobe. Les arabes "chrétiens" n'avaient pas plus de droit...

Et alors pour les Arabes athées,je te dis pas!
avatar
dug et klin

Messages : 813
Date d'inscription : 07/02/2012
Localisation : quelque part entre St-Malo et Collioure en passant par Sarlat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  gérard menvussa le Ven 12 Avr - 19:12

Les arabes athée, ce sont ceux qui viennent à la fete de lo enfoulardée jusqu'aux yeux ?
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  Roseau le Sam 13 Avr - 15:32

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  sylvestre le Sam 20 Avr - 21:45

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  verié2 le Dim 21 Avr - 10:31

Le guichetier SNCF Nourdine, d'origine marocaine, vient de gagner son procès pour discrimination aux Prud'hommes.
gérard menvussa
Je ne vois pas ce que cela a d'islamophobe.
Selon le communiqué et le tract de Sud, ce seraient aussi les "Musulmans" qui auraient été visés. Mais comment un chef de la SNCF identifie-t-il un Musulman ? Sauf s'il a un dossier sur lui, on peut supposer que c'est au nom et au faciès.
Cette affaire n'est cependant pas très claire. A ma connaissance, il n'y a pas de témoignage public de cheminots, seulement les déclarations de Sud. La SNCF annonce une enquête.

On peut noter aussi qu'il y a des discriminations chez Keolis (transports par car, filiale de la SNCF). La CGT a même mené une grève contre ces discriminations. Les Blacks et les Arabes héritaient des plus mauvais horaires etc.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La casse programmée

Message  Roseau le Lun 10 Juin - 13:11

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  gérard menvussa le Lun 10 Juin - 14:05

comment un chef de la SNCF identifie-t-il un Musulman ?
C'est une trés bonne question... Ceux qui n'ont jamais rencontré de musulmans dans leur vie ont forcément des critéres un peu simpliste. Mais ceux qui ont été confrontés "professionnellement" a des musulans savent : un musulman est quelqu'un qui fait chier avec les préceptes de sa religion, qui refuse sa tâche en fonction d'obligations "morales" dictées par sa religion.
Je t'arréte tout de suite, je ne connais pas du tout "la sncf" (je le regrette d'ailleurs : si tu peut me faire rentrer à cette entreprise, tout le plaisir est pour moi) Mais je connais bien le secteur de l'éducation populaire. Normal, il n'y a pas d'obligation d'y etre salarié (en clair, quand je ne suis pas salarié, je suis "militant", c'est a dire que je fais la même chose non payée) Or on a aussi été confronté aux "musulmans" qui refusaient telle ou telle tache en raison de "leur religion". Or c'est bien la dessus qu'on doit édicter une "ligne de comportement". Personnnellement, si quelqu'un me dit qu'il ne peut pas faire son job en raison d'obligations religieuses, on discute... Mais au final, je suis responsable du fait que la mission qu'on m'a confié (et pour laquelle on me paye !) s'effectue !
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  yannalan le Lun 10 Juin - 14:17

Là, c'enn'est pas le cas, et dans leur collectif il y a aussi des non-musulmans noirs. C'est carrément du racisme, lié au nom et à l'apparence.
Le cas où par exemeple un gars refuse d'être commandé par une femme parce que c'est contre sa religion n'a rien à voir. Dans ce cas, pour moi, un avertissement et un licenciement s'imposeraient.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  Vals le Dim 16 Juin - 11:06

samedi 15 juin 2013



Grève cheminots - Lyon 
Une réussite qui en prépare d’autres


La journée de grève des cheminots, le 13 juin a été une réussite. Seuls 220 trains ont circulé contre 1300 d’ordinaire, à peine 17%. Si la direction a annoncé 40% en circulation, c’est parce qu’elle comptabilisait les 450 cars de substitution.
Les centaines de manifestants dynamiques ne voulaient pas du projet de restructuration de la SNCF que leur direction et le gouvernement préparent. Mais surtout, ils n’ont pas l’intention de voir leurs conditions de travail revues à la baisse au nom de la compétitivité de la SNCF. Cette journée ne suffira pas pour faire reculer leur direction, mais elle a montré la combattivité des cheminots.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  Auber 93 le Dim 16 Juin - 12:35

Déclaration de " l'excellent" David Pujadas au journal télévisé de 20H, je cite de mémoire "une gréve massive" si c'est Pujadas qui le dit, pour une fois on va le croire.....

Auber 93

Messages : 24
Date d'inscription : 09/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Lutter contre la réforme

Message  Roseau le Sam 12 Oct - 15:38

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

GREVE DEMAIN

Message  Roseau le Mer 11 Déc - 19:59

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  sylvestre le Sam 8 Fév - 15:26

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  alexi le Lun 24 Mar - 20:54

Les élections qui viennent d'avoir lieu à la SNCF aboutisse à une énième baisse de la CGT (et de SUD), bien qu'elle reste premier syndicat ave 35%.

alexi

Messages : 1815
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SNCF

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum