Bloc Identitaire

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Lun 29 Oct - 3:23

Le gouvernement renonce à dissoudre Génération Identitaire 26/10

Le gouvernement ne va pas dissoudre le groupuscule d'extrême droite Génération Identitaire qui a occupé, samedi dernier, le chantier de la mosquée de Poitiers. Matignon et le ministère de l'Intérieur ont longuement étudié la question en se basant sur une loi de 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Avant de renoncer.

Selon une source gouvernementale, au cours d'une discussion sur ce sujet entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault, un conseiller du président de la République a prévenu le couple exécutif que, pour des raisons juridiques, la dissolution de Génération Identitaire ne tenait pas.

L'intégrité de l'État non atteinte

Comme l'explique Philippe Lamy, spécialiste de l'extrême droite à la Ligue des Droits de l'Homme "ils ont pris garde de ne pas être armés, de ne pas avoir d'armes de type sixième catégorie sur eux. On ne peut donc pas considérer d'un point de vue juridique que ce groupe ait porté atteinte à l'intégrité de l'État, même si ces actions constituent un trouble à l'ordre publique".

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, SOS Racisme, le Rassemblement des Musulmans de France, le PCF, le Parti de Gauche avaient demandé cette dissolution. Le MRAP et le PCF du Vaucluse ont également souhaité l'interdiction de la convention du Bloc identitaire, prévue les 3 et 4 novembre à Orange.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre, Génération identitaire a réclamé mardi un référendum sur l'immigration en inscrivant l'occupation de la mosquée "dans notre volonté d'un débat public."

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  sylvestre le Mar 30 Oct - 12:59

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2012/10/29/ils-ont-dit-non-a-la-venue-des-identitaires

Ils ont dit “non à la venue des identitaires”


Ils étaient environ deux cents manifestants à s’être rassemblés, hier soir, devant le théâtre municipal pour s’opposer à la tenue de la Convention du Bloc identitaire qui dressera à l’occasion le bilan de ses dix ans d’existence. Photos DL/Patrick ROUX

Ils étaient environ deux cents manifestants à s’être rassemblés, hier soir, devant le théâtre municipal pour s’opposer à la tenue de la Convention du Bloc identitaire qui dressera à l’occasion le bilan de ses dix ans d’existence. Photos DL/Patrick ROUX

1 / 2

Du rouge. Sur les drapeaux et les joues giflées par le vent. Hier soir, à l’appel d’une vingtaine d’organisations de gauche (partis politiques, syndicats, associations), environ deux cents personnes se sont rassemblées devant le théâtre municipal d’Orange. Orangeois, Bollénois, Carpentrassiens, Avignonnais…, jeunes ou moins jeunes, tous étaient là pour “dire non à l’accueil de la Convention des identitaires ce week-end à Orange” et “non aux idées de l’extrême droite”. Ce week-end, le Palais des Princes reçoit comme en octobre 2009, la Convention des identitaires, un parti à l’extrême droite de l’échiquier politique créé en 1993. Et dont ses jeunes militants ont fait couler beaucoup d’encre enoccupant le 20 octobre dernier, une mosquée en construction à Poitiers.

“Ce n’est pas un hasard si les identitaires viennent à Orange”

“J’espère qu’à Carpentras, on n’accueillera jamais des identitaires, quoiqu’aujourd’hui, on peut se poser la question avec l’élection de Marion Maréchal-Le Pen” glissait Louis 76 ans, de Carpentras, son autocollant du parti socialiste scotché sur le cœur. Pour Marie-Paule d’Avignon, quatre décennies de militantisme à la CGT et Annie, depuis 44 ans au parti communiste : “Ce n’est pas un hasard si les identitaires viennent à Orange”. Fabienne Haloui, la secrétaire départementale du PC, lors de son discours, soulignera des “coïncidences idéologiques”. Mais elle rappellera aussi que “nous tous qui sommes rassemblés ce soir avons une autre vision de l’identité. Nous sommes tous semblables car tous humains. Notre identité est une identité relationnelle qui voit la différence non pas comme une menace mais comme une richesse. Elle se construit sur le brassage des cultures, la rencontre”.

En scandant “non à la Convention identitaire”, les manifestants ont descendu le cours Aristide-Briand, remonté la rue Saint-Martin et rejoint la mairie, aux portes fermées. La Marseillaise, le chant des partisans et l’Internationale ont résonné, balayés par le mistral. Les joues rouges mais le cœur chaud.

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mer 31 Oct - 1:34

Jacques Bompard n'ira pas à la convention 30/10 Chantal Malaure

On l'annonçait comme l'un des deux invités vedettes (avec Christian Vanneste) de la prochaine convention du Bloc Identitaire qui se tiendra au Palais des Princes de sa ville... Jacques Bompard n'en sera pas. Il nous l'a expliqué avec force argumentations hier soir : "Je ne réprouve pas le Bloc Identitaire, c'est un mouvement légal. C'est sur la forme de ses actions que je ne suis pas d'accord". Et principalement le dernier coup de force de Génération Identitaire, à Poitiers. "Je ne veux pas être associé à ce genre de coup d'éclat médiatique, précise-t-il. Je les ai donc prévenus, je n'assisterai pas ce week-end à leur convention."

Quant à la manifestation des opposants, M. Bompard l'a simplement qualifiée de "sans intérêt".

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Identitaires

Message  nico37 le Sam 3 Nov - 2:47

Qui sont les " identitaires " ?

Il y a deux semaines, de nombreux Français ont fait la connaissance d'un mouvement jusque-là plutôt discret : le mouvement identitaire. Plusieurs dizaines de militants ont occupé le chantier de la mosquée de Poitiers. Après ce coup d'éclat, ils tiennent convention ce week-end à Orange, dans le Vaucluse. Leur ambition n'est pas de devenir un parti politique traditionnel mais de diffuser dans la société des idées liées à l'identité nationale, à la place de l'islam en France, à l'immigration.

Qui sont les militants "identitaires" ? Les trois membres du mouvement que nous avons rencontrés hier sont de jeunes adultes, nés à la fin des années 80.

L'un vient de terminer ses études de gestion, un autre est toujours à la fac, le dernier travaille dans l'hôtellerie. Rien ne les distingue d'autres jeunes gens, et ils bondissent quand ils sont comparés à des fascistes, à des néo-nazis. Rémy milite depuis 3 ans au sein du mouvement identitaire : "Non je ne suis pas néo-nazi, ce sont des fantasmes. Je suis bien inséré, je m'habille comme vous".

"Génération Identitaire" est un mouvement politique dûment enregistré donc légal qui a été créé cet été. C'est la branche "jeune" du Bloc Identitaire, un groupe radical composé de 2.000 militants qui fête cette année son dixième anniversaire.

Le gros des troupes est basé en région parisienne, lyonnaise et dans le Sud-Est. D'après ses dirigeants, 50% des adhérents ont entre 18 et 30 ans. Et s'ils ne militent pas dans des organisations jeunesse des partis de gouvernement, c'est parce qu'elles ne sont pas assez subversives, rebelles, disent-ils. "Les jeunes UMP et PS sont des carriéristes" nous a confié l'un d'eux.

Le refus de l'islam est une des composantes du mouvement

C'est même une thématique centrale car l'islam, selon les identitaires (qui se défendent de toute islamophobie), est la conséquence la plus visible de l'immigration de masse. Ils évoquent même une colonisation galopante.
C'est ce que pense Mathieu : "il y a une substitution de population, une population afro-maghrébine remplace la population française".

Le mouvement identitaire estime donc que l'islam est incompatible avec la civilisation française. Il veut l'arrêt total de l'immigration, demande un référendum sur ce sujet, lutte contre la mondialisation et prône le localisme, la production économique et culturelle de proximité.

Tout cela pour préserver une identité nationale qui serait gravement abimée selon Nicolas : "mon identité est en danger. Le danger du multiculturalisme, d'une société uniformisée. Lady Gaga, le Mc Do et le Kebab, pas pour moi !".

L'ambition des identitaires n'est pas de devenir un parti politique traditionnel mais de faire progresser leurs idées. Et surtout de les banaliser. Un travail d'influence fondé sur le montage d'opérations spectaculaires. Il y a eu l'affaire de Poitiers, la plus récente. En 2010, il y avait eu une manifestation dans un fast-food halal.

La viande halal qui devint par la suite une thématique de campagne électorale.

Les identitaires sont aussi à l'origine des apéros saucisson-pinard, popularisés par des députés UMP, et du concept de "racisme anti-blanc", développé par Jean-François Copé.

Mathieu et Rémy font ce que qu'on appelle de la métapolitique, la diffusion d'idées dans la société via internet et les réseaux sociaux.

"On a envie de provoquer le débat, de faire réagir, beaucoup de gens pensent comme nous. Ce sont des idées de bon sens".

Les identitaires entendent donc jouer un rôle d'aiguillon du Front National et d'une partie de la droite parlementaire. Nicolas n'a, à ce jour, aucune ambition électorale. Il veut simplement avoir une longueur d'avance dans le débat public et soutient celles et ceux qui, politiquement, sont susceptibles de partager ses valeurs : "s'ils défendent nos idées, je ne suis pas sectaire, je prendrai à 100%".

Suite aux évènements de Poitiers, Marine Le Pen avait pris la défense des Identitaires. Le Bloc Identitaire affirme, par ailleurs, être en contact avec le FN pour les élections locales de 2014. Le FN dément tout contact.
Et le député UMP Thierry Mariani, lui, avait déclaré sur France Info qu'il partageait certaines de ces préoccupations... tout en rejetant toute forme d'alliance.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Sam 3 Nov - 16:36

De l’attentat raté contre Chirac à la guerre des sweats à capuche 25/10 CHRISTOPHE FORCARI

Une décennie de lutte furieuse contre l’«anti-France» et l’islam chez les militants du Bloc identitaire et sa branche jeunes, Génération identitaire.

Une nouvelle date va désormais être inscrite au registre de l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi) : 732, celle de la bataille de Poitiers où Charles Martel arrêta l’invasion sarrasine. Après avoir occupé le chantier de la mosquée de la ville, des militants de Génération identitaire, la branche jeunes du groupuscule radical d’extrême droite Bloc identitaire, ont décidé de transformer ce moment de l’histoire de France en une marque déposée pour la décliner sur des vêtements, objets, affiches…

«732 sur un sweat à capuche voudra dire aux petites cailleras, aux émeutiers de banlieue dissimulés derrière leurs sweats à capuche, que nous affichons la couleur. Nous sommes ennemis», plastronne un militant de Génération identitaire. «Eux sont des militants de la génération 2.0. Ils fonctionnent en réseaux. Le passage de témoin est assuré avec la première génération des militants identitaires», explique Philippe Vardon, un des porte-parole du Bloc identitaire et auteur d’un ouvrage non dénué d’intérêt pour comprendre cette mouvance, Eléments d’une contre-culture identitaire, sorte de dictionnaire des signes de différenciation identitaire par rapport à «la culture dominante». «Dès notre création, nous nous sommes situés entre Gramsci pour la lutte sur le terrain des idées et Trotski pour l’agit-prop», rappelle Vardon, également chef de file des identitaires niçois regroupés sous la bannière Nissa Rebella.



«Agitation». L’histoire de ces militants démarre le 14 juillet 2002. Maxime Brunerie, militant du groupuscule Unité radicale, tire en direction du président de la République, Jacques Chirac. Formation héritière de celles des partis nationalistes révolutionnaires des années 80-90 style Troisième voix, Mouvement nationaliste révolutionnaire ou Europe Jeunesse, le groupe Unité radicale, dissous après ce «coup d’éclat», renaît dans un premier temps sous le nom de Jeunesses identitaires en septembre 2002. A l’origine de cette renaissance, Fabrice Robert, Guillaume Luyt et Philippe Vardon. En avril 2003, l’association Jeunesses identitaires donne naissance au Bloc identitaire. Celui-ci se définit comme «une centrale d’agitation». A sa naissance, il reçoit le soutien de certains organes de presse d’extrême droite, tel Minute, inquiétés par la tentative de «dédiabolisation» du Front national conduite par Marine Le Pen.

Pour mieux faire connaître son label durant ces dix premières années d’existence, le Bloc n’a cessé de multiplier campagnes et coups d’éclat contre une «certaine anti-France» et de mener «le combat contre l’islam». La première a été dirigée contre le groupe de rap Sniper, obligeant dans la foulée le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, à embrayer sur le discours du Bloc. Ils ont ensuite lancé «les soupes au cochon» pour les SDF sur Paris sous l’étiquette du projet Apache, une autre appellation pour les identitaires.

Moment de gloire, l’organisation de «l’apéro saucisson pinard», place de l’Etoile à Paris, qui verra affluer plus d’un millier de personnes quand la préfecture de police de Paris n’en attendait qu’une centaine. Non seulement, le Bloc identitaire voit ses effectifs et ses rentrées d’argent doubler, mais surtout il reçoit le renfort inattendu d’organisations jusque-là plutôt étiquetées à gauche comme Riposte laïque ou Résistance républicaine. Son message peut ainsi déborder de sa sphère d’influence traditionnelle.

Halal. La tenue d’Assises de l’islamisation en décembre 2010, en présence du Suisse Oskar Freysinger de l’Union démocratique du centre - à l’origine des votations sur l’interdiction des minarets -, ou des opérations coup de poing contre la chaîne de restauration rapide Quick et ses menus exclusivement halal ont aussi permis au Bloc, et désormais à sa branche jeunesse Génération identitaire, de faire parler d’eux.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Dim 4 Nov - 23:22

Le Bloc identitaire veut peser sur les municipales 2014 03/11

Réuni en congrès à Orange ce samedi, les membres du mouvement d'extrême droite espère obtenir des places d'élus lors des prochaines élections municipales. Pour y arriver, le Bloc identitaire compte sur des alliances avec le Front national. Un congrès qui aura aussi été l'occasion d'exalter " la race blanche " .

Le Bloc identitaire espère peser sur les élections municipales de 2014.

"Vive les blancs de l'Europe, vive notre identité, vive notre race". Succès garanti ce samedi à Orange pour l'eurodéputé Mario Borghezio lors de la convention du Bloc identitaire. Le mouvement d'extrême droite s'est réuni pour célébrer ses dix ans d'existence, quelques jours après l'occupation la mosquée de Poitiers. Autre invité de cette réunion : Christian Vanneste. L'ancien député UMP a assuré avoir "des ennemis communs" avec le Bloc identitaire.

Outre la brochette d'invité, cette convention était surtout l'occasion d'afficher l'ambition politique de la mouvance extrémiste pour les prochaines élections municipales. "En 2014, il y aura des élus identitaires", notamment "à travers des collaborations et des intégrations de listes structurées autour du Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen", a affirmé l'un des leaders du mouvement, Philippe Vardon.

Le Bloc identitaire veut s'allier avec le FN AFP 03/11

Les dirigeants du mouvement d'extrême droite Bloc identitaire ont annoncé aujourd'hui leur intention d'être présents aux municipales de 2014, notamment "à travers des collaborations" avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine.

"2014 est pour nous clairement un objectif. Nous considérons que les identitaires doivent désormais passer de l'existence médiatique et politique à l'existence dans la sphère de l'action publique", a expliqué l'un des leaders du Bloc Identitaire, Philippe Vardon. "En 2014, il y aura des élus identitaires, à travers des listes de rassemblement, d'union, d'ouverture (...) à travers des listes dans des logiques d'union des droites (...) et puis bien entendu, à travers des collaborations et des intégrations de listes structurées autour du Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen", a-t-il ajouté.

Divergences

Philippe Vardon, qui dirige à Nice le mouvement Nissa Rebella, associé au Bloc identitaire, avait déjà soutenu Marine Le Pen lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais il n'avait pas obtenu, comme il l'espérait, l'investiture du FN aux législatives.

Cette semaine, la présidente du FN Marine Le Pen a également indiqué qu'à ses yeux, une entrée du Bloc identitaire au sein du Rassemblement bleu marine n'était "pas à l'ordre du jour". S'ils combattent tous deux "l'islamisation" de la France, les deux mouvements ont des divergences idéologiques, notamment sur l'Europe et les identités régionales.

Quelques centaines de personnes étaient réunies aujourd'hui à Orange (Vaucluse) pour la convention du Bloc Identitaire, qui célèbre ses dix ans.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mar 6 Nov - 2:19

ILS ONT PARTICIPÉ À LA CONVENTION DU BLOC IDENTITAIRE Delphine Legouté | 03/11

Ils ont fait parler d'eux en occupant le chantier de la future mosquée de Poitiers le 20 octobre, évoquant alors la figure de Charles Martel. Deux ans auparavant, leur "coup" médiatique était dû à l'organisation d'un apéro "saucisson-pinard"à Paris contre l'"islamisation". Ce week-end du 3 novembre, les membres du Bloc identitaire sont réunis à Orange, dans le Vaucluse, pour leur convention.

[> Pour en savoir plus sur ce groupe d'extrême-droite devenu parti politique en 2009, lire cet article du Parisien ou cette série d'articles du blog du Monde Droites extrêmes]

Le Lab s'est intéressé aux personnes extérieures au Bloc identitaire mais présentes à leurs tables rondes. Qui a-t-on pu entendre à cette convention ? Et qu'on-t-il dit ?


Christian Vanneste, l'ancien député UMP


C'est l'invité "vedette" de la convention, la plus grosse prise du Bloc identitaire. Lorsqu'il était encore étiquetté UMP, l'ancien député du Nord avait déjà été invité à des colloques du groupe d'extrême-droite mais ne s'y était pas rendu. Cette année, il revendique sa présence et s'en explique ainsi sur France Info ce 3 novembre :

J’ai repris ma liberté en constatant l’état déplorable de l’UMP qui n’est plus qu’une agence de placement électoral totalement dénuée de conviction, de valeurs. C’est pour ça que j’ai envie de participer à la régénération moralede la politique en faisant en sorte qu’on se batte pour des idées.

J’ai été invité à une table ronde, j’y vais parce que je suis totalement libre. On va parler d’identité, j’ai moi-même participé au débat sur l'identité nationale lancé par l'UMP qui, au bout de quelques mois, en a eu peur.

Moi, j’ai des idées là-dessus. Les identitaires en ont aussi, pas forcément les mêmes que moi d’ailleurs ! Mais c’est bien d’en parler ensemble.

Christian Vanneste n'a pas été investi par l'UMP aux élections législatives et s'est présenté, en vain, en tant que candidat dissident. Son exclusion est due à ses propos sur la déportation des homosexuels, à lire ici.

Voici certaines de ses déclarations à la convention, relayées par un membre de Génération identitaire :

(...)

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Jeu 15 Nov - 1:38

Le chef de file d'extrême droite Philippe Vardon convoqué pour violence 14/11

Philippe Vardon, leader du mouvement identitaire niçois Nissa Rebela, est convoqué devant le tribunal de police de Nice pour violence envers un militant FN.

Philippe Vardon, 32 ans, chef de file de Nissa Rebela, un mouvement identitaire niçois, est convoqué jeudi devant le tribunal de police de Nice pour répondre du chef de violence contre un responsable du FNJ alors que celui-ci distribuait des tracts lors de la campagne des cantonales en 2011.

Joint par l'AFP, le chef de file niçois précise qu'il compte faire renvoyer l'affaire. Il parle de "stupide accrochage dans le cadre des élections cantonales" et d'une "provocation" de la part de Sébastien Bonnier, 26 ans, un des responsables du Front national de la jeunesse (FNJ) dans les Alpes-Maritimes. "Cette convocation, ça me fait plus que pas peur, c'est une histoire proprement ridicule !", assure-t-il.

Le FN ne veut pas d'alliance avec eux

Egalement interrogé par l'AFP, Sébastien Bonnier affirme avoir été agressé par le militant identitaire alors qu'il distribuait des tracts le 18 juin 2011, avec d'autres jeunes du FNJ, près du magasin que tient Philippe Vardon à Nice.

L'altercation avait entraîné une ITT d'un jour pour le jeune militant, qui dit avoir reçu "une droite en pleine poire".

Dans la perspective des municipales de 2014, Marine Le Pen a récemment exclu toute alliance électorale entre le FN et le Bloc identitaire (auquel se rattache Nissa Rebela), "un parti d'agit-prop" selon elle.

Début novembre, à l'occasion de la célébration des dix ans de leur mouvement à Orange (Vaucluse), les dirigeants du Bloc identitaire ont de leur côté annoncé leur intention d'être présents aux municipales, notamment "à travers des collaborations" avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Ven 16 Nov - 1:32

Le leader des Identitaires niçois devant le tribunal pour violences 15/11

Sébastien Bonnier (FNJ) affirme avoir été agressé par Philippe Vardon (Nissa Rebela) (ci-dessus) lors de la campagne cantonale de 2011.

Le chef de file des Identitaires niçois est convoqué ce matin devant le tribunal de police pour des faits de violences à Nice.

Philippe Vardon, 32 ans, leader du mouvement Nissa Rebela, fait l'objet d'une citation directe de la part de Sébastien Bonnier, 26 ans, un des responsables départementaux du Front national de la jeunesse (FNJ). Il a annoncé son intention de demander le renvoi du procès.

Sébastien Bonnier, candidat Front national aux cantonales de 2011, dit avoir été agressé par Philippe Vardon, le 18 juin de la même année, alors qu'il collait des affiches en pleine campagne électorale dans le quartier du port. « Il m'est tombé dessus. J'ai vu ma vie défiler devant mes yeux ! », affirme Sébastien Bonnier.

Selon son avocat, Me Jean-Didier Clément, « M. Bonnier s'est pris un poing dans la gueule de la part de M. Vardon, qui est un violent et a déjà été condamné pour ça ». Bilan : des contusions et douleurs aux cervicales, occasionnant un jour d'ITT.

De son côté, le militant identitaire se dit étonné que « tout le monde s'emballe autour de cette histoire », qu'il juge« ridicule ». Une affaire que le parquet avait classée sans suite, et pour laquelle lui-même avait envisagé de déposer plainte. « L'agresseur, c'est lui ! », insiste Sébastien Bonnier.

Si Philippe Vardon avait soutenu la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle, toute perspective de rapprochement semble bien loin entre ces deux militants d'extrême-droite.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Sam 17 Nov - 2:01

L'ex-leader du Bloc identitaire libéré

Matthieu Clique, ex-leader du Bloc identitaire, groupuscule d'extrême droite, a été libéré de prison dernièrement. Mis en examen pour violence en réunion, il avait été placé en détention provisoire fin juin après une enquête des policiers de la sûreté départementale. Dans la nuit du 31 mars au 1er avril, ce garçon de 23 ans aurait participé à une rixe dans le quartier Arnaud-Bernard, à Toulouse. Il est soupçonné d'avoir donné un violent coup de pied à un étudiant chilien qui a gardé de très graves séquelles. «Il nie être l'auteur de ce coup de pied», indique son avocat à l'origine de sa libération, Me Pierre-Marie Bonneau. Matthieu Clique avait été interpellé fin juin à Bollène, dans le Vaucluse. Il travaillait au service communication de cette commune dirigée par Marie-Claude Bompard (Ligue du Sud).

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Dim 18 Nov - 20:08

Mouvement Identitaire L’extrême droite relookée a conservé ses vieilles nippes Grégory Marin

En quête de respectabilité 
et de débouchés électoraux, 
les identitaires ont tenté d’atténuer, 
lors de leur convention à Orange au début du mois, l’image violente qu’ils véhiculaient jusqu’alors. Mais, au-delà de la vitrine, le mouvement reste un pur produit de l’extrême droite. Décryptage.

Orange,envoyé spécial. Ils sont apparus aux yeux du grand public en octobre, avec l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers. Qui sont réellement les Identitaires ? Répondre à cette question nécessite de plonger dans les méandres de leur discours.

Les racines idéologiques

« Nous sommes les fils des hoplites de Léonidas et d’Alexandre. Nous sommes les descendants d’Aristote et d’Eschyle. Nous sommes les fils des chevaliers francs qui prirent Antioche, Saint-Jean-d’Acre et Jérusalem, et nous sommes également les héritiers de la Renaissance. » Le panthéon des Européens de souche, dressé par Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, lors de la convention d’Orange, rassemble à la fois les philosophes grecs, l’empereur macédonien, les soldats des croisades… Leur convention, décorée de croix celtiques et lambda (la lettre grecque) des guerriers spartes, était d’ailleurs placée sous le haut patronage de Raimbaud II, prince d’Orange ayant mené des hommes à la croisade de 1096, lors de la prise de Saint-Jean-d’Acre.

Le même Fabrice Robert, dans son discours de clôture, insiste sur « le rôle historique des identitaires (qui) reste bien de montrer la direction, d’être le parti de l’Étoile polaire ». Un symbole fort de l’extrême droite, utilisé à dessein : l’Étoile polaire est l’axe autour duquel tourne la svastika, emblème récupéré par Adolf Hitler. Antonio Rapisarda, journaliste au Secolo d’Italia, invité des identitaires, était proche lui aussi de ces références, géographiquement et historiquement : en exaltant « l’espace vital européen », malencontreusement traduit en « place vitale », n’évoquait-il pas le lebensraum impérial allemand, remis au goût du jour par l’Allemagne nazie ? Son compatriote italien, eurodéputé de la Lega Nord, Mario Borghezio, a lui aussi de la mémoire, puisqu’il remonte aux années 1930 pour convoquer le poète collaborationniste français condamné à la Libération pour « intelligence avec l’ennemi » : « Pour nous enthousiasmer, il faudrait des poètes comme Brasillach ! »

Dans une allusion au mouvement grec d’extrême droite, Aube dorée, Fabrice Robert conclut d’ailleurs son discours par ces mots : « Pour qu’à chaque matin de nos vies, l’or de l’aurore revienne répondre à l’or du couchant. » Dans le folklore rosicrucien (les Rose-Croix sont une secte chrétienne légendaire dont les membres espéraient atteindre un état de perfection spirituelle et morale), l’aube dorée succède à la nuit obscure, dans laquelle le multiculturalisme, l’antiracisme, etc, sont censés avoir plongé la France et l’Europe.

Pour une Europe et une France blanches

« Nous pensons que l’assimilation comme l’intégration ne sont pas possibles. » Fabrice Robert pose cette base comme un prérequis. Son mouvement, comme les invités de la convention, n’hésite pas à pointer du doigt les « traîtres à la race blanche ». « Socialistes ? Collabos. Communistes ? Collabos », déclarait ainsi Simon Charles, du Bloc identitaire francilien, à propos du projet de loi sur le droit de vote des étrangers aux élections locales. Collabos : un détournement sémantique dont l’extrême droite est coutumière pour discréditer les « ennemis de l’intérieur ». Parmi ceux-ci, « la Halde et SOS Racisme », dénoncés par Gérard Hardy, délégué général du Rassemblement pour la France, invité du week-end orangeois : « Ceux dont les amis, les familles ou les aïeux ont du sang sur les mains et pas de leçon à nous donner. » Il ne faisait qu’embrayer sur la petite phrase suintant la haine de Fabrice Robert, pour qui Harlem Désir est « un petit kapo de camp de rééducation antiraciste ». En ligne de mire, et sous couvert de promouvoir la « liberté d’expression », l’abrogation des lois Pleven de 1972, mais aussi Gayssot, de 1990, qui sanctionnent l’incitation à la haine raciale et obligent – partiellement – l’extrême droite à adoucir ses propos.

Sans doute les identitaires voudraient-ils aller plus loin que ce qu’ils écrivent dans le programme de leur convention : « Retrouvez les jeunes identitaires qui ont rappelé Charles Martel à la mémoire de tous les Français… et néo-Français ! » Une incitation à peine voilée envers les « néo-Français » à « rentrer chez eux », mais où ? En tout cas, « pas ici » : « Vive les Blancs de l’Europe, vive notre identité, notre ethnie, notre race ! » hurlait, sous les ovations, Mario Borghezio. Pas besoin de sous-titres.

La lutte contre l’islamisation…

Conséquence, selon eux, de la dernière vague d’immigration, un « islam conquérant » s’est installé en France. Une « population de remplacement », selon l’écrivain Renaud Camus, qui favoriserait, par intérêt, la gauche. « 93 % des musulmans ont voté pour François Hollande » au second tour de l’élection présidentielle, assène ainsi Simon Charles. Or, « l’islam n’est pas compatible avec la laïcité. Le catholicisme 
est compatible avec la laïcité ». 
Les « islamos-collabos » vont jusqu’à noyauter « la hiérarchie catholique », dénonce Pierre Cassen, animateur de Riposte laïque, approuvé de la tête par le prêtre intégriste Guy Pagès.

… jusqu’à la guerre de civilisations

« Il faut être avec le Livre, la doctrine, mais il faut aussi bastonner, quand notre identité, notre pays sont attaqués. (…) Ici, j’ai écouté des mots qui préparent au combat. » Et encore, Mario Borghezio, qui a prononcé ces phrases, n’a-t-il pas entendu la prophétie de Fabrice Robert, qui cherche au Brésil, au Liban ou au Kosovo des exemples du chaos qui, selon lui, s’annonce. Dans « ces terres où la majorité devenue minorité subit la loi des plus nombreux, des plus agressifs, des plus fanatiques ». Là-bas, contrairement à la France où cette « réalité » est « encore trop douce », « on ne se contente plus de caillasser des policiers et des pompiers », mais « par le biais de milices armées, on a anéanti tout ce qui se rattachait à l’Occident et à l’Europe ».

Robert aussi rêve, au nom de son mouvement, à une « reconquête par les armes », même s’il est trop tôt : « Qui pour les porter ? » s’interroge-t-il. Et de promettre, dans une terrible conclusion, que « la nécessité suppléera à l’imagination. La libération des solutions suit toujours la libération de la parole et des esprits ». En attendant, les identitaires font bouillir la marmite idéologique en demandant à leurs militants de « se battre pour un peuple et une civilisation » et « de vivre et de lutter pour des livres et des chants, des philosophies et des statues ».

L’union des droites, débouché électoral ?

En attendant la guerre civilisationnelle, les différents mouvements qui composent la famille identitaire tentent le grand écart entre activisme forcené et légitimation par les urnes. Fabrice Robert représente la première option, même s’il est conscient que « le mouvement identitaire ne vaincra pas seul » et aimerait voir « repris » ses « mots d’ordre » et les « méthodes », ce en quoi il est partiellement exaucé par le Front national et l’UMP. Philippe Vardon est quant à lui partisan de la mise en place, dès les élections municipales de 2014, d’un rapprochement électoral avec le Rassemblement bleu Marine. Pas gagné encore, FN et identitaires achoppant sur les orientations – antieuropéennes et nationalistes pour le premier, européennes et régionalistes pour les seconds. Mais Vardon le sait : sans ancrage local, pas de visibilité, dans les médias (dont ils se méfient) notamment : « Pas de Mégret sans Vitrolles, de Villiers sans Vendée, de Marine Le Pen sans Hénin-Beaumont. Tout procède du local. »

Cette nouveauté, pour une famille de l’extrême droite qui a jusqu’ici privilégié la violence de la rue au combat électoral – mais est-ce vraiment la fin de son activisme violent ? –, n’est peut-être pas un horizon lointain. La question identitaire travaille d’autres familles de la droite. « Nous avons des ennemis communs qui sont ceux qui veulent porter atteinte à l’existence de notre pays, à son identité, à sa pérennité, à ses valeurs », expliquait ainsi Christian Vanneste, député et président du Rassemblement pour la France. « Les cadres UMP et FN n’ont pas envie de travailler ensemble. Mais les militants, si ! » précisait, pour le même parti, Gérard Hardy, appelant à « l’union des droites pour mettre un terme à la dictature socialo-communiste ». « Au sein du camp de l’identité française, il peut y avoir désaccord, il ne doit pas y avoir affrontement », approuve Fabrice Robert. Selon lui, « le peuple militant UMP est largement identitaire ». Les récents sondages sur « l’islamisation de la France » ne sauraient lui donner tort. Quant au FN, il vante leur « proximité idéologique » : nombre de secrétaires départementaux, élus régionaux, simples militants 
« suivent ce que nous faisons avec sympathie, parfois envie », déclare-t-il. Et même plus : à Orange, 
certains visages, dans la salle mais aussi dans l’organisation, à la sécurité du site notamment, ne sont pas inconnus à qui suit régulièrement les travaux du FN…

Ils veulent 
le pouvoir

Fabrice Robert l’écrit noir sur blanc dans son discours de clôture : « Que voulons-nous ? Le pouvoir. » Pour l’obtenir, la doctrine s’arrange avec « l’électoralisme », qui n’est pas « dans l’ADN » des identitaires, et mise également sur d’autres moyens, quant à lui tout à fait dans ses cordes : l’encouragement à une forte natalité, et la préservation de « l’espace vital ». « Vous voulez refaire un peuple ? » exhorte ainsi Loriane Vardon, responsable presse du mouvement : « Si vous avez seize ans, soyez délégué de votre classe. Si vous en avez vingt, soyez candidat. Si vous êtes une jeune maman, mettez un pied dans le conseil de parents d’élèves, au conseil de syndic… Dans les lieux où les petits Blancs ont encore la parole, gardez-la ! »

Réactionnaires 
et fiers de l’être

« Nous sommes les contre-révolutionnaires de notre temps », déclarait Simon Charles, lisant un message attribué à un étudiant de l’UNI (Union nationale universitaire), hypothétique membre de l’UMP. Nous avons pu en effet remarquer que ni l’esprit des Lumières ni celui de la Révolution française ne baignaient les travaux de l’assemblée. Mais s’il fallait une preuve écrite de ce que ces événements, pourtant fondateurs de la société française moderne et des valeurs de la République, ne font pas partie de l’ADN des identitaires, Fabrice Robert la livre dans son discours : « Non, nous ne croyons pas en l’égalité, en la parité, en la fraternité, en la liberté. Nous croyons en la justice qui reconnaît les hiérarchies naturelles. »

Quand La fachosphère se déchaîne

Lorsque l’extrême droite s’adresse aux médias traditionnels, elle lisse son image. Mais, sur la Toile, la « liberté d’expression » revendiquée par ce milieu l’amène souvent à déraper. Ainsi, quand Fdesouche.com réédite, le 7 novembre, un texte sur l’élection de Barack Obama intitulé « Le métis est l’Aryen du XXIe siècle », proclamant sous couvert d’ironie « c’est unanime : le Nègre est l’avenir de l’homme » et fustigeant « ces Occidentaux qui bandent devant l’épiderme mélaniné d’Obama sont des esclaves », c’est bien la théorie des races qu’il soutient. Sur le Net, l’extrême droite a modernisé le flicage des journalistes qui s’intéressent de trop près à elle, via l’observatoire des journalistes et de l’information médiatique, créé par Jean-Yves Le Gallou. Mais elle, qui l’observe ?

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Jeu 22 Nov - 1:28

Musulmano-phobie en ligne : Le Bloc identitaire

Introduction: amalgame, réseaux sociaux et infolettres, les outils privilégiés des musulmanophobes

Le MEMRI, qui couvre de la manière la plus exhaustive possible les phénomènes en rapport avec l´islam en Orient et depuis peu en Europe, sort, dans le cadre de son projet "Islamisme et musulmano-phobie en France", un premier rapport sur la musulmano-phobie. [1]

Difficiles à débusquer, les musulmanophobes jouent avec la frontière ténue qui existe entre islamophobie et musulmanophobie: ainsi, au prétexte de critiquer une religion, une idéologie (il n´y a pas de délit de blasphème en France), les musulmanophobes s´en prendront à l´islam de manière violente et irraisonnée, l´objectif n´étant pas de formuler une critique rationnelle envers une religion, mais de heurter les sentiments des musulmans pieux, par exemple au moyen de vidéos où le Coran est souillé. L´une des caractéristiques de la musulmano-phobie est en effet la confusion délibérée: l´amalgame entre islam et musulmans d´une part, entre islam et islamisme de l´autre.

Un autre aspect caractéristique de la musulmanophobie en ligne est qu´elle ne s´affiche que rarement sous forme d´articles sur des sites référenciés: les musulmanophobes sont surtout actifs par infolettres - des infolettres qui peuvent devenir virales sans jamais apparaître sur la Toile.

En outre, si les auteurs musulmanophobes font attention à ne pas dépasser les limites qui pourraient faire tomber leurs propos sous le coup de la loi, ils suscitent des commentaires d´une grande violence, notamment sur facebook. Or sur facebook, certaines réactions abusives n´ont jamais été effacées, alors que d´autres commentaires, en désaccord avec les textes de référence, l´auraient été, à en croire certains participants.

Pour ce premier rapport, MEMRI s´est penché sur le Mouvement identitaire.

Qui sont les identitaires ?

Le Bloc identitaire est un mouvement politique français créé en 2003. Il est une composante du courant "identitaire". Son logo représente un sanglier. Ce groupe radical comprend quelques de 2.000 militants. Classé à l´extrême droite, le Bloc identitaire se focalise essentiellement sur l´islam en Europe, et notamment en France.

Génération identitaire [2] , la branche "jeune" du Bloc Identitaire, est un mouvement politique récent, dûment enregistré, fondé en septembre 2012. Génération Identitaire se définit comme une "communauté de combat [3] qui rassemble des garçons et des filles à travers toute l’Europe francophone."

La majorité de ses membres est basée en région parisienne, mais les identitaires sont également présents à Lyon, Genève et Angers ; chacune de ces villes a son propre site "identitaire" et son propre compte facebook (comme le "Projet Apache" pour les "jeunes identitaires et parisiens franciliens"). Les identitaires ont aussi une "agence de presse indépendante", Novopress, qui diffuse leurs infos.

Communiqué de Génération Identitaire [4] : un "appel au combat" et à la "reconquête"

En réaction à la construction d´une mosquée à Poitiers, Génération identitaire affirmait, dans un communiqué mis en ligne le 20 octobre 2012, que son identité (française) se trouvait menacée de disparition et lançait un "appel au combat". Le texte précise que "le combat ne fait que commencer".

L´expression utilisée "notre peuple" exclut d´emblée certains citoyens français non inclus dans ce "peuple" à l´identité floue, la nation française s´étant construite sur l´apport de plusieurs peuples. On comprend toutefois que le peuple français, tel que l´entend Génération identitaire, est européen et blanc: le communiqué précise en effet que c´est l"immigration "extra-européenne" qui pose problème et souligne: "Depuis les premières vagues d’immigration africaine et le regroupement familial adopté en 1974, notre peuple n’a jamais été consulté sur les populations avec lesquelles on lui impose de vivre." En outre il est dit que ce "peuple" doit faire face aux "intimidations de la racaille", qui en est donc exclue, bien qu´une grande partie de cette "racaille" soit de nationalité française. Ci-dessous le communiqué de Génération identitaire:

"(…) Notre génération refuse de voir son peuple et son identité disparaître dans l’indifférence, nous ne serons jamais les Indiens d’Europe. Depuis ce lieu symbolique de notre passé et du courage de nos ancêtres, nous lançons un appel à la mémoire et au combat !

Nous ne voulons plus d’immigration extra-européenne ni de nouvelle construction de mosquée sur le sol français. Depuis les premières vagues d’immigration africaine et le regroupement familial adopté en 1974, notre peuple n’a jamais été consulté sur les populations avec lesquelles on lui impose de vivre. L’immigration massive transforme radicalement notre pays: selon la dernière étude de l’INSEE, 43% des 18-50 ans d’Ile de France sont issus de l’immigration. Un peuple peut se relever d’une crise économique ou d’une guerre mais pas du remplacement de sa population: sans Français, la France n’existe plus. C’est une question de survie: c’est pourquoi chaque peuple a le droit absolu de choisir s’il souhaite accueillir des étrangers et en quelle proportion.

Puisque ce droit nous a été refusé et que notre génération en paie le prix fort dans la rue face aux intimidations de la racaille, nous disons: ça suffit, on ne recule plus ! Nous réclamons la mise en place d’un référendum national sur l’immigration et la construction de lieux de culte musulmans en France. Nous ne quitterons pas les lieux avant d’avoir été entendus et satisfaits.

Conscients que notre combat ne fait que commencer, nous appelons tous les jeunes Européens à devenir héritiers de leur destin et à rejoindre l’avant-garde de la jeunesse debout.

Que toute l’Europe entende notre appel: ici et maintenant, RECONQUETE !

Génération Identitaire”

Le 25 octobre 2012, Génération identitaire postait en ligne une pétition pour un référendum sur l´immigration et la construction de mosquées en France, sous la forme d´une lettre au premier ministre. [5]

Réactions sur les sites et comptes facebook de Génération identitaire [6] et du Bloc identitaire

Appels au combat: "Y´a jamais eu de guerre sans morts"

Dans un article paru sur le site de Génération identitaire, on peut lire: "L’UOIF, l’imam El-Hadj Amor et la mosquée de Poitiers - Tout au long de la semaine écoulée, les médias se sont beaucoup intéressés à Génération Identitaire, tentant - parfois à grand renfort de « spécialistes » - de sonder l’âme de notre mouvement. En revanche, aucun journaliste n’a semble-t-il trouvé utile de s’intéresser à la réalité de cette mosquée de Poitiers et notamment à la personnalité de son imam. Regrettant que ce travail n’ait pas eu lieu, nous voici donc obligés de compléter (...)" [7] L´article a suscité les réactions suivantes:

Moietmoietmoi Dechezmoi: "Mouais... Je me demande quand même combien [de ceux] qui postent sur cette page seront dans la rue quand il faudra effectivement leur rentrer dans le lard (allusion au cochon, je m´aime des fois). Blablater sur facebook c´est bien. Soutenir c´est bien, mais combien prendront le risque de descendre dans la rue ou de prendre des risques le jour venu ? Y´a jamais eu de guerre sans morts. (…)"

Cathy Pisano : "Ils bradent notre France, les yeux bandés, uniquement alléchés par l´odeur des pétrodollars... Ils sont fous !"

Sur le compte facebook de Génération identitaire, qui comprend plus de 6500 "likes" à la mi-novembre 2012 (ce qui n´est pas négligeable, le mouvement ayant vu le jour deux mois plus tôt), on trouve des commentaires racistes qui n´ont pas été jugés dignes d´être retirés, alors que d´autres commentaires, hostiles au mouvement, auraient été effacés, selon certains participants.

Ci-dessous quelques réactions à un article de l´Insolent intitulé "Un sympathique bras d´honneur" [8] - en référence au bras d´honneur de Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense, envoyé sur l´émission Preuves par 3 (chaîne Public Sénat) en réaction à la demande de repentance pour les "crimes du colonialisme français":

Insultes dégradantes

Bernard Mitjavile | vendredi 02 nov 2012 à 09:05: "D´accord avec P. Marescaux. La meilleure des défenses est l´attaque ou la contre-attaque, et nous avons largement de quoi. Mais il faudrait pour cela que nos gouvernants aiment la France."

Laetitia Bergès : Bravo... En matière de réparation, l´Algérie nous doit beaucoup avec tout ce qu´elle envoie en France et qu´elle ne veut surtout pas récupérer… la mauvaise graine…

Lau Renoir: Bravo Mr LONGUET, ils ont eu l´indépendance, qu´ils restent chez eux, nous il nous reste nos animaux domestiques, ils sont bien plus reconnaissants: quand je donne la pâté a mon chat, il ronronne ; eux ils brûlent ma voiture - un bras d´honneur c´est bien, c´est très bien.

Samira Chabi réagit: L´Algérie vous baise et vous rebaise. Vive les ARABES, bande d´enfoirés !!" En réponse, Christian Charles à Samira: " (…) fais une action de martyre, c´est à la mode dans votre pays retourné au Moyen-Age, fais-toi sauter ta sale tronche de chameau devant une école comme ton pote Mehra !!"

Le Bloc identitaire a également son compte facebook [9] , qui affiche lui aussi des réactions musulmanophobes:

Menaces de meurtre: "On va les brûler si ça continue comme ça !"

En réaction à l´article: Marine Le Pen à propos du chantier de la Mosquée de Poitiers: "Sur le fond, je comprends les Identitaires !”, on trouve les réactions suivantes:

Olivier Coeur de Lion: "Mosquée a Poitiers !!!!.... On va les brûler si ça continue comme ça !"

Alex Vuorinen: "Répondre à la violence par la violence ! C´est le seul moyen, avec une politique qui ne nous soutient pas !"

Un article intitulé "Nouvelle provocation islamique à Lyon", "communiqué officiel de Rebeyne", dit: " (...) il serait temps que nos élus politiques locaux se réveillent et mettent un terme définitif à toute complaisance aveugle à l´égard de cette communauté [musulmane]." [10] Ci-dessous quelques réactions:

Abdel Benaïssa: "Islam: religion d´un pd refoulé qui s´est fait dépuceler sur un âne et qui s´est marié à une fille de 9 ans."

Jessy Cholet Cartman : "Nan mais on s´en fout qu´ils se prosternent ou non, si vous voulez le faire dehors bah ce sera en Afrique, pas en France !!! Vous n´êtes pas acceptés alors partez, vous n´avez rien a faire ici... Sinon vous pouvez vous attendre a des futures représailles mais pas pacifistes... l´Algérie nous a virés, bah nous allons faire pareil."

Simon Neko : "Belle bande, ces casse-couilles ma foi, ça fait des parkings à vélos, et va mourir avec ton créateur, toi."

Romuald Negkipakafelafet´: "CREVEZ LA GUEULE OUVERTE, ça rendra service au monde et à la France que vous "aimez" tant !"

Matthieu Dermont : "On attend quoi pour les dégager de chez nous ? Il faut qu´on se bouge, là!!"

Ludovic Schmith "Ça commence à vraiment devenir préoccupant, leurs conneries, va falloir qu´il se passe quoi pour que l´on décide enfin de les virer de cette terre qui ne leur appartient pas ?"

Niko Las: "Ne NOUS LAISSONS PAS FAIRE, IL FAUT RIPOSTER, ET VITE, NE LAISSONS PAS CET ACTE IMPUNI: ON EST CHEZ NOUS ! AGISSONS 732..."

Vincent Lhrb : "On peut leur faire des fosses communes s´ils veulent prier."

Jean Bernard Bouchard : "Pas la peine de se salir les mains: en Méditerranée il y a des grandes fosses très profondes, et de plus ça nourrit les poissons: pas la peine de polluer notre terre."

Laetitia Baly "Félicitations Djawed, premier prix du fail intellectuel. Et faut discuter avec ces nazes ? Non, il n´est plus temps de discuter, tu feras moins le malin quand nous descendrons tous dans la rue, t´auras beau chialer tes "wallah j´ai rien fait M´sieur", il sera trop tard, tu dégageras."

[1] Consulter le dernier rapport du MEMRI sur l´islamophobie : http://www.memrijttm.org/content/en/report.htm?report=2520
[2] http://www.generation-identitaire.com
[3] http://www.generation-identitaire.com/convention-identitaire-le-discours-darnaud-delrieux-porte-parole-de-generation-identitaire-2/
[4] http://www.generation-identitaire.com/depuis-la-grande-mosquee-de-poitiers-generation-identitaire-appelle-a-la-reconquete/
[5] http://www.france-petitions.com/petition/254/pour-un-referendum-sur-l-immigration-et-la-construction-de-mosquees-en-france .
[6] http://www.facebook.com/GenerationIdentitaire
[7] http://www.generation-identitaire.com/luoif-limam-el-hadj-amor-et-la-mosquee-de-poitiers/
[8] http://www.insolent.fr/2012/11/un-sympathique-bras-dhonneur.html
[9] http://www.facebook.com/blocidentitaire
[10] http://www.bloc-identitaire.com/actualite/2727/nouvelle-provocation-islamique-lyon-montchat-rebeyne

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Dim 9 Déc - 15:04

A Nancy, 1 200 à 2000 manifestants contre le mariage homosexuel

De l’aveu même de la police, « ils ont bien mobilisé », cet après-midi à Nancy. Les policiers estimaient à 1 200 le nombre de participants à la « Manif pour tous » contre le projet de mariage homosexuel du gouvernement, quand les organisateurs avancent le chiffre de 1 500 à 2000. Après trois quarts d’heure de rassemblement sur une place du centre-ville, la foule comptant de nombreux seniors et familles avec enfants a arpenté les rues, entre marchés de Noël et initiatives en faveur du Téléthon, jouant de sifflets, ballons et pancartes reprenant les slogans nationaux. Conformément aux consignes, aucune banderole d’organisation n’était visible, mais beaucoup portaient du rose, bleu ou blanc, le code couleur suggéré par les organisateurs.

C’est le cas de Thomas, 41 ans, son épouse et ses quatre enfants, venus en train de Metz, avec d’autres familles amies. « C’était une évidence de venir. On a envie de se mobiliser, et c’est important de faire nombre car même dans la majorité beaucoup de personnes se rendent compte que ce projet de loi n’est pas si simple. Le vrai problème, ce sont les enfants », explique-t-il, tandis que son épouse ajoute « nous sommes engagés dans la préparation au mariage, donc nous pensons que la question du mariage aussi est grave ».

À leur image, en échangeant avec les manifestants, il semble clairement que la grande majorité étaient des catholiques pratiquants. « C’est notre curé qui nous a invité à venir », explique un jeune papa, qui ne souhaite pas s’exprimer davantage car il est militaire. Quelques poignées de jeunes et de femmes musulmans avaient également fait le déplacement. « J’ai reçu des mails d’amis du quartier, et j’ai moi aussi envoyé des textos. C’est vrai, je suis musulman pratiquant, et c’est contre mes convictions, surtout pour préserver les enfants. Mais c’est un sujet universel, pas religieux. Je pense que la majorité des gens pensent comme moi, mais ne sont pas entendus par les politiques », avance Limam, 24 ans.

Comme lui, la plupart refusaient de donner comme motivation première leur foi, préférant parler de raisons « anthropologiques » ou de « bon sens ». Quatre élus portant l’écharpe tricolore, dont le député maire UMP de Lunéville Jacques Lamblin, s’étaient positionnés en tête de cortège, derrière une banderole « tous nés d’un homme et d’une femme », mais rares étaient les personnes revendiquant une motivation politique, sauf une dizaine de jeunes d’extrême droite, membres du Groupe union défense (GUD), en clôture de cortège.

Accueillie parfois par des huées et insultes, mais globalement sans rejet manifeste, la foule était souriante mais déterminée, les slogans étant scandés sans retenue. Bon nombre d’entre eux n’étaient pourtant pas rompus à l’exercice. « Venir dans la rue, ce n’est pas ma nature du tout. La dernière fois c’était en 1984 pour l’école libre. Mais là c’est important », confie ainsi Hugues, quinquagénaire. De nombreuses personnes âgées n’aimant pas davantage revendiquer, ont pour les mêmes raisons « fait l’effort ».

Le cardinal Barbarin mène une marche pour rappeler l'origine catholique de la Fête des Lumières

L'archevêque de Lyon Philippe Barbarin a mené samedi une grande procession aux flambeaux rappelant l'origine catholique de la fête des Lumières, tandis que l'extrême droite a organisé une marche séparée, afin de "prier Dieu pour la France".
Un millier de personnes ont participé à la procession traditionnelle avec le cardinal, partie de la place Saint-Jean, dans le Vieux-Lyon, vers la colline de Fourvière et sa basilique, a constaté un photographe de l'AFP.

D'autres défilés, de catholiques traditionalistes, sont également organisés à l'occasion du 8 décembre, en hommage à la Vierge.
En marge, l'extrême droite identitaire a également organisé son cortège, qui a réuni plus tard dans la soirée quelque 300 personnes dans le même quartier, en direction de Fourvière, afin de "prier Dieu pour la France".
Avant de devenir la grande fête populaire qu'elle est devenue avec, cette année, 4 millions de visiteurs attendus, "la fête de la Lumière" était en effet un événement religieux, remontant au 8 décembre 1852.
Ce jour-là, alors que devait être installée la statue monumentale de la Vierge au sommet de la cathédrale de Fourvière, des habitants de Lyon avaient spontanément placé des lumignons à leurs fenêtres. Une tradition qui s'est perpétuée depuis.
C'est l'occasion pour le diocèse de Lyon d'organiser des animations catholiques dans la ville et toutes les églises qui resteront ouvertes en offrant un accueil assuré par les fidèles.
Pour l'association "les petits Lyonnais", liée à la mouvance d'extrême droite des identitaires, sa propre marche doit "redonner le sens originel à la fête" devenue, selon elle, un "outil de promotion commerciale" pour la municipalité, et à "reconnaître l'influence et l'importance de la religion chrétienne sur l'histoire lyonnaise".

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mar 11 Déc - 0:09

A Toulouse, le Bloc identitaire veut montrer qu’il existe toujours Bertrand Enjalbal 04/12

Samedi soir, le Bloc Identitaire toulousain et leur section jeunesse « Génération Identitaire » tenaient une conférence de presse. Après l’arrestation de leur leader, récemment libéré, et la fermeture de leur local, ils souhaitaient montrer que le mouvement n’était pas mort sans montrer beaucoup de garanties.

Difficultés financières

Depuis le printemps dernier, le mouvement identitaire toulousain est à la peine. Récemment libéré, son ancien leader Matthieu Clique, avait été placé en détention provisoire en juin dernier, soupçonné d’être un des auteurs de violences ayant entraîné la grave blessure d’un étudiant chilien en mars dernier dans le quartier Arnaud Bernard lors d’une rixe. En septembre, suite à des difficultés financières, leur local l’Oustal qui avait cristallisé des accrochages, fermait ses portes. Depuis, le milieu nationaliste avait vu les Jeunesses Nationalistes venir s’implanter à Toulouse et récupérer au passage Victor Lenta, un des cadres des jeunes identitaires et des militants et sympathisants.
Pour montrer que le mouvement repart de l’avant, Fabrice Robert, président national du Bloc Identitaire était annoncé. Il s’est finalement fait excuser. Christophe Pacotte, un membre du bureau directeur en charge des sections du Sud-Ouest était lui présent, signe peut-être qu’une reprise en main est en train de s’opérer. A ses côtés, Romain Carrière, 23 ans, ancien leader des Jeunesses Identitaires toulousaines et désormais responsable local de Génération Identitaire, mouvement officiellement créé en septembre dernier. Un mouvement de jeunesse identitaire qui a fait parler de lui en octobre dernier en envahissant le chantier de la mosquée de Poitiers.

« Notre message a plus de chance d’être audible quand on réagit. »

Le Bloc Identitaire veut donc repartir « en reconquête » avec sa stratégie habituelle de communication et de réaction aux sujets ou polémiques d’actualité et en organisant des opérations médiatiques. « Notre message a plus de chance d’être audible quand on réagit », a expliqué Christophe Pacotte. Les récentes utilisation du terme de « racisme anti-blanc » par des responsables politiques comme Jean-François Copé constituent pour eux « la preuve que [leurs] messages commencent à passer ». Mis à part le relais de campagnes nationales, la section locale n’a pas présenté d’actions locales plus spécifiques. « Notre méthode d’agitprop et de communication est la plus efficace », estime Christophe Pacotte.

Régionalistes vs idéologues ?

Trop communiquer, voilà justement ce que leur reprochait Alexandre Gabriac, leader des Jeunesses Nationalistes, lors de son passage à Toulouse. Il assurait par ailleurs n’avoir « aucun problème avec eux, pas d’animosité » envers le Bloc Identitaire. Son de cloche différent chez Romain Carrière. « On ne partage pas la même vision et on n’a pas vocation à se retrouver sur des manifestations communes ». Pour lui les identitaires sont plus régionalistes et reconnaissent les « identités locale, nationale et européenne », à l’inverse des nationalistes plus « idéologues » et « contre les régions et l’Europe ».

« C’est difficile de savoir puisque nous avons davantage de spectateurs que d’acteurs. »

Concernant les départs de troupes vers les Jeunesses Nationalistes notamment, Romain Carrière a reconnu des défections mais qui restent minimes selon lui . « Des adhérents du Bloc Identitaire, il n’y en a qu’un seul qui est parti. Après, des gens qui gravitaient autour de l’Oustal (le local des Identitaires allées de Barcelone, ndlr) sont peut-être partis mais pas d’autres adhérents. » Impossible toutefois de connaître le nombre d’adhérents et de militants sur le terrain auprès des responsables. « C’est difficile de savoir puisque nous avons davantage de spectateurs que d’acteurs », a reconnu Christophe Pacotte. Mais selon eux, les adhésions progressent « depuis la tenue de la Convention » de l’organisation au début début novembre à Orange (Vaucluse).
Par ailleurs, la recherche d’un nouveau local après la fermeture de l’Oustal « est dans [leurs] projets » mais « n’est pas une priorité ».

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Jeu 13 Déc - 3:37

Le secrétaire des « Petits Lyonnais » condamné pour agression

Communiqué de presse du Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême droite sur la condamnation du secrétaire de l’association identitaire « Les Petits Lyonnais ».

Le secrétaire de l’association identitaire « Les Petits Lyonnais » condamné pour agression

Le 09 Avril 2011, alors qu’elles quit­taient la mani­fes­ta­tion uni­taire anti­fas­ciste, plu­sieurs per­son­nes se ren­dant dans le quar­tier Saint-Jean étaient tombés dans un véri­ta­ble guet-apens tendus Place du Change à quel­ques pas du local des iden­ti­tai­res « La Traboule ».

Pour rappel, le prin­ci­pal agressé avait été sérieu­se­ment touché à la mâchoire par des coups de barres de fer et de battes de base-ball.

Le col­lec­tif 69 de vigi­lance contre l’extrême-droite avait alors dénoncé cette énième agres­sion dans deux com­mu­ni­qués de presse (http://col­lec­tif­vi­gi­lan­ce69.over-blog.com/arti­cle-e-71514180.html et http://col­lec­tif­vi­gi­lan­ce69.over-blog.com/arti­cle-u-72020640.html) et posé la ques­tion du lien entre les iden­ti­tai­res, leur local et l’agres­sion.

La réponse est tombé ce lundi 12 novem­bre lors du rendu du procès de l’affaire.

Damien Montant, secré­taire de l’asso­cia­tion « Les Petits Lyonnais » (voir statut de l’asso­cia­tion en 2e page) a été condamné à 15 mois de prison dont 10 avec sursis et à 5000 euros d’amende. Cette asso­cia­tion, se disant avoir pour but la défense et la pro­mo­tion de la culture lyon­naise, est l’orga­ni­sa­trice de la marche du 8 décem­bre « Lugdunum suum » ; et est sur­tout une des nom­breu­ses asso­cia­tions créées par les iden­ti­tai­res lyon­nais.
Les liens entre celles-ci ne sont très dif­fi­ci­les à trou­ver...

Les Petits Lyonnais sont direc­te­ment liés à Novopress Lyon (organe de presse iden­ti­taire) fermé l’année der­nière et dont les pseudo-jour­na­lis­tes ont rejoint le site inter­net de l’asso­cia­tion « cultu­relle ».
La tré­so­rière de cette asso­cia­tion, Marion Chevtzoff, n’est autre que la pré­si­dente de « Solidarité Kosovo », asso­cia­tion également iden­ti­taire.
Le Président des Petits Lyonnais, Timothy Bernard était l’un des signa­tai­res de la Marche des Cochons d’Avril 2010.
Et Arnaud Martin, le pré­si­dent du local « la Traboule » était lui aussi le signa­taire de cette marche dont il n’est pas la peine de rap­pe­ler les inci­dents ; il est également le pré­si­dent de l’asso­cia­tion Génération Identitaire.

Mais ce n’est pas tout, durant le procès, il a été très clai­re­ment établit que des per­son­nes armées de barres de fer ont été aper­çus sor­tant du local des iden­ti­tai­res et y péné­trer suite à l’agres­sion.
Un contrôle de police a d’ailleurs été effec­tué au moment de leur retour.

Dès lors, com­ment la marche du 8 décem­bre 2012 annon­cée sur le site du Bloc Identitaire et de Rebeyne peut-elle avoir lieu ?

Comment le local de la Traboule peut-il encore être ouvert après de telles accu­sa­tions ?

Le Collectif 69 de Vigilance conti­nuera de deman­der la fer­me­ture de ce local et de dénon­cer toutes les actions des iden­ti­tai­res et autres grou­pus­cu­les fas­cis­tes ; et s’il faut aller occu­per la rue pour obte­nir satis­fac­tion,nous y retour­ne­rons !


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mer 19 Déc - 2:01

Nouvelle provocation islamophobe , à Villefontaine : il faut interdire les groupes néofascistes ! droit de vote pour les résidents étrangers ! (communiqué Ras L' Front -Isère , 25 novembre 2012)

A Villefontaine (dans le Nord-Isère), les murs de la mosquée ont été maculés par des inscriptions racistes accompagnées du symbole fasciste, la croix celtique. Un peu plus loin, sur un lycée privé catholique, on a trouvé des tags similaires.
Les groupes néofascistes agitent la haine et la peur contre tout ce qui a rapport, de près ou de loin, à l'Islam. Ils sont particulièrement actifs dans la région lyonnaise,et ne cachent pas leur volonté d'importer les méthodes ultraviolentes des milices du parti grec néonazi, Aube Dorée.
Dans les années 30, avec ce même slogan " La France aux Français !", ils s'en prenaient aux juifs. Aujourd'hui, ils veulent se développer en essayant de propager le poison raciste contre les résidents de notre pays de culture musulmane, accusés d'être responsables de tous les maux de la société, et qu'ils voudraient cantonner comme des sous-citoyens.

En octobre dernier, 6 jeunes communistes ont été la cible d'un guet-apens et violemment agressés dans les rues de Grenoble. Agression à Lyon contre le local du PCF par des activistes du GUD, un groupuscule néonazi. Occupation du chantier de la mosquée de Poitiers par le Bloc Identitaire. Déploiement par 2 élus de Rhône- Alpes ( Yvan Benedetti de l'Oeuvre Française, et Alexandre Gabriac, des Jeunesses Nationalistes) d'une banderole "Foutons les dehors! " devant une mosquée à Beauvais, .... : les agressions fascistes, les encouragements à la violence et à la haine raciale se multiplient, et prennent une tournure inquiétante. Il faut que cela cesse

"Identitaires", "Jeunesses Nationalistes", "Troisième Voie", "Parti de la France", etc... : tous ces groupes sont le versant sans fard du lepénisme, le complément dans "l'action directe" aux discours racistes du Front National. Des discours qui sont repris de plus en plus fréquemment, et mot pour mot, dans les rangs de l'UMP. Ces groupes néofascistes sont même, de plus en plus souvent, des inspirateurs directs de ces discours.

En 1936, le Front Populaire réclamait la dissolution des ligues factieuses. Ce combat reste plus que jamais d'actualité.
Les autorités doivent identifier les agresseurs. Le gouvernement doit dissoudre leurs organisations, il en a les moyens.

Droite et extrême-droite mènent campagne contre le droit de vote des résidents étrangers, avec toujours les mêmes fantasmes racistes. Nous refusons que le gouvernement Hollande cède une nouvelle fois aux intimidations.
La promesse pourtant minimale (un droit de vote uniquement aux municipales, sans possibilité d'être élu maire) du gouvernement élu doit être mise en oeuvre, sans plus tarder : c'est une mesure de justice, indispensable pour faire reculer la haine raciste.

Ras L' Front s'associe aux habitants de Villefontaine dans leur refus de la haine raciste et de l'islamophobie.
Nous appelons aussi à participer nombreux à la manifestation régionale du samedi 8 décembre à Grenoble (à 15 heures, rue Félix-Poulat) pour une toute autre politique de l'immigration, pour le droit de vote des étrangers.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mer 23 Jan - 1:01

Le groupuscule Génération identitaire porte plainte contre Harlem Désir 17/01

Quelque 70 militants de ce groupe d'extrême droite occupaient en octobre dernier le chantier de la mosquée de Poitiers. Le premier secrétaire du PS les avait alors qualifié de «fanatiques violents».

Le mouvement d’extrême droite Génération identitaire a déposé plainte pour injure contre le premier secrétaire du PS. Harlem Désir avait qualifié ce groupe de «fanatiques violents» après leur occupation, en octobre, du chantier de la mosquée de Poitiers.

Selon la plainte déposée au tribunal de Paris, «l’imputation de «fanatiques violents» faite à l’association Génération identitaire est clairement injurieuse et porte atteinte à son honneur et à sa considération». Dans l’entourage d'Harlem Désir, on indique jeudi qu’il ne retire aucun de ses propos et attend sans crainte cette plainte.

L’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers avait été menée en octobre dernier par environ 70 militants de Génération identitaire, émanation du Bloc identitaire. Harlem Désir avait alors demandé «la dissolution de ce groupuscule fanatique dont les agissements violents sont une menace pour l’ordre public, la sécurité des personnes et pour la cohésion républicaine». Il avait dénoncé un «acte de haine commis par des fanatiques violents».

Harlem Désir attend la plainte « de pied ferme »

L'occupation avait provoqué l’ouverture d’une information judiciaire. Qatre militants, âgés de 23 à 26 ans, avaient été mis en examen notamment pour «provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, par des discours proférés dans un lieu ou réunion publics et par des placards ou affiches exposées au regard du public».

«Nous n’avons pas encore reçu la plainte de Génération identitaire», a-t-on noté à la direction du PS. «Mais nous l’attendons de pied ferme». «Ces gens ont toujours combattu Harlem Désir, c’est une obsession pour eux parce qu’il a toujours combattu l’extrême droite», a-t-on ajouté dans l’entourage du premier secrétaire, qui fut le leader de SOS Racisme.

«Il ne cédera en rien à cette tentative d’intimidation et maintient l’intégralité de son propos. Ce groupuscule est violent et s’inspire d’un dialogue raciste et d’intolérance, comme en témoigne son invasion du chantier à Poitiers», selon la même source.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Jeu 24 Jan - 20:50

Collectif de vigilance contre l'extrême droite contre l'opération des identitaires

"Nous ne laisserons pas ces groupuscules fascistes aggraver la division entre les habitants de nos villes". Le Collectif 69 de vigilance contre l'extrême droite n'a pas attendu la conférence de presse des identitaires lyonnais pour dénoncer "une opération connue des groupscules identitaires et fascistes", faisant le parallèle avec la soupe au lard, distribuée à Paris et retoquée par le Conseil d'Etat. L'opération du groupe lyonnais : distribuer soupes et biscuits à des "SDF Français de souche" (lire ici).

Ce collectif de gauche évoque aussi les actions du parto néo-nazi "Aube dorée" qui procède "depuis quelques mois à des distributions réservées aux grecs de souche", le parti nazi allemand et le Parti populaire français de Jacques Doriot. "La préfecture du Rhône n'aura de toute façon pas d'autre choix que de faire interdire cette distribution illégale qui risque, de plus, de provoquer des troubles à l'ordre public". Jean-François Carenco a pourtant annoncé mardi qu'il ne prendrait aucun arrêté sur ce sujet.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Sam 26 Jan - 18:29

Paris : tractage contre Paris-Fierté



Les antifascistes occupent la place du Tertre, dimanche 20 janvier 2013

Alors que Paris-Fierté (une association derrière laquelle se cache en réalité le Projet Apache, c’est-à-dire la section local des Identitaires) devait venir distribuer des tracts place du Tertre, à Pigalle, ce sont les antifascistes du Collectif Antifasciste Paris Banlieue qui ont investi les lieux pour informer la population de la tentative d’implantation du groupuscule d’extrême droite dans le quartier (cf. leur tract ci-dessous).


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mar 29 Jan - 17:21

Mariage gay : le Bloc identitaire à l'assaut de La Redoute Eric Mettout 28/01

La Redoute vendait sur son site Internet des figurines de mariés homosexuels, hommes et femmes. C'était trop pour le Bloc identaire, opposé au mariage pour tous et qui dit avoir obtenu le retrait de ces couples "choquants". Pas si sûr.

Mariage pour tous - Le Bloc identitaire a-t-il effectivement fait "plier la Redoute", qui aurait retiré sous la pression de ses militants deux figurines de couples homosexuels de son site Internet?

Chacun sa fierté : vendredi dernier, le Bloc identitaire, groupe extrémiste à la droite de la droite extrême, a inondé les boîtes e-mails de ses correspondants, des journalistes notamment, de communiqués triomphants. Objet de son enthousiasme? A défaut d'avoir retourné le gouvernement, il aurait fait "plier La Redoute" à propos du mariage gay.

Le vépéciste roubaisien propose, ou plutôt proposait à la vente en ligne deux figurines bien dans l'air du temps, destinées à orner les pièces-montées nuptiales: l'une présentant deux mariées femmes, tendrement enlacées, l'autre deux mariés hommes. Un "choix commercial provocateur et stratégiquement douteux" aux yeux du Bloc identitaire, farouche opposant au mariage pour tous, qui a donc lancé ses forces à l'assaut de La Redoute.

Sur le moteur de recherche de La Redoute, l'expression "mariage gay" arrive en deuxième position. Preuve que, couples homosexuels ou militants du Bloc identitaire, elle a été beaucoup saisie ces derniers jours...
Avec succès, semble-t-il, puisque vendredi soir, les deux couples avaient disparu du e-magasin. Indisponibles. Une victoire pour Fabrice Robert, le président du Bloc, "choqué" dans un premier temps, enchanté dans un second, après avoir "constaté qu'ils les avaient retirés", sous sa pression et celle de ses militants. "On n'est pas là pour censurer", affirme-t-il à L'Express, mais selon lui, une maison comme La redoute "n'a pas vocation à prendre position sur des questions sociétales" et "présenter ces figurines sur son site est anormal". Et si une chaîne d'hypermarchés venait à vendre dans sa librairie des livres favorables au mariage gay, le Bloc identitaire pourrait-il là aussi faire pression? "Pourquoi pas"...

A La Redoute, on est bien embêté. Sollicité par Rue89 vendredi, la vieille dame a d'abord parlé d'une rupture de stock. A L'Express ce lundi, son service de presse convoquait une autre explication, une panne informatique, "résolue dès samedi soir", avec le retour des figurines. DES figurines? Après vérification, seules les deux femmes sont revenues, les hommes, eux, sont toujours invisibles.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Jeu 31 Jan - 12:22



nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  sylvestre le Dim 10 Fév - 20:05

Victoire antifasciste hier dans le 18e: alors que le Bloc Identitaire prévoyait un rassemblement place des Abbesses, un collectif unitaire (Afa, AL, CAF, CNT, EELV, GA, LDH, NPA, PCF, PG) a décidé d'organiser un contre-rassemblement au même endroit, tractant toute la semaine pour alerter la population contre la présence de ce dangereux groupuscule fasciste. Au dernier moment, la préfecture décida d'interdire les deux. Le jour J, malgré un impressionnant dispositif de gardes-mobiles suréquipés, les militants antifascistes ont bravé l'interdiction en tractant sur la place pendant plus de 45min. Une fois de plus, les fachos n'ont pas pu parader dans le 18e, nous si. La lutte paie, on lâche rien!
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Lun 25 Fév - 14:33


nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Mer 13 Mar - 16:41

Le parquet demande la relaxe de BHL face au Bloc identitaire Alice Moreno, publié le 12/03

Le groupuscule d'extrême droite poursuivait Bernard Henri-Lévy en diffamation, ce mardi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Paris. Dans une tribune publiée dans Le Point, il avait assimilé le Bloc identitaire à un "groupuscule néonazi". 
   
Le parquet a demandé ce mardi la relaxe pour Bernard-Henri Lévy dans le procès en diffamation que lui intentait le Bloc identitaire.

L'audience s'est résumée à un duel d'avocats. Bernard Henri-Lévy, écrivain et éditorialiste au Point, ne s'est pas présenté au procès. Même chose pour la partie civile, constituée par l'association du Bloc Identitaire et normalement représentée par son président, Fabrice Robert. 

L'objet des débats était une tribune publiée dans l'hebdomadaire en décembre 2010, et intitulée "L'honneur des musulmans". Dans ce texte, BHL assimilait le Bloc Identitaire à un groupuscule néonazi qui s'était rendu célèbre, le 14 juillet 2002, en tentant d'assassiner Jacques Chirac". Au titre du préjudice moral, l'avocat du Bloc, Me David Dassa- Le Deist a réclamé 15 000 euros. "Le néonazisme est une doctrine, un courant de pensée dissident. (...) Aucun élément ne renvoie au néonazisme dans la doctrine du Bloc Identitaire", a-t-il expliqué, avant d'ajouter: "C'est outrageant de traiter quelqu'un de nazillon, parfaitement diffamatoire". 

L'avocat a ensuite évoqué la seconde partie de la phrase contestée. "La tentative d'assassinat est l'acte d'un individu isolé du fait de sa mégalomanie, d'un mal-être", a-t-il assuré au sujet du geste de Maxime Brunerie, un jeune homme alors proche du groupuscule Unité Radicale (UR), qui avait tenté d'assassiner le président de la République. A la suite de cet événement, l'UR, dirigée par Fabrice Robert, avait été dissoute. Quelques semaines plus tard, naissait le Bloc identitaire. 

L'avocat de Bernard Henri-Lévy, Me Olivier Cousi, a rappellé que ce même Fabrice Robert avait publié, une semaine après la tentative d'assassinat, une texte intitulé "Merci Maxime!", alors visible sur le site d'UR. Pour l'avocat, "Fabrice Robert cherche à utiliser cette procédure pour se refaire une réputation". 

Au nom du ministère public, Diane N'Gomsik a requis la relaxe de BHL, au bénéfice de la "bonne foi". 

Le jugement a été mis en délibéré au 23 avril prochain. 

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  nico37 le Dim 17 Mar - 14:32

Novopress, l'altermédia de l'extrême droite Loïc BLACHE 14/03

"Mieux vaut tard que jamais." C'est par cette phrase que Novopress, une "agence de presse indépendante" lancée en 2005 sur Internet par Fabrice Robert , l'actuel président du Bloc identitaire*, commente la une polémique du Point "Cet islam sans gène" . Et de poursuivre : "Avec retard, l'hebdomadaire passe en revue les dangers de l'impérialisme musulman en France : dans les écoles, cantines, piscines, hôpitaux… […] Les médias ne peuvent ignorer que les Français sont de plus en plus préoccupés par l'islamisation de leur pays". Le décor est planté.

À première vue, et sur la forme, Novopress se rapproche d'un média d'information. Ses articles, ou plutôt ses dépêches inspirées du modèle AFP et répartis en douze catégories, commencent toujours par les mêmes informations : date, heure, lieu et source. Depuis son lancement, le site est devenu l'un des organes de presse les plus influents de l'extrême droite française et revendique 300.000 visiteurs par mois. Côté financements, il vit de son appel aux dons permanent et de "donateurs fidèles". Quant à son fonctionnement, il resemble, lui aussi, à un média classique : une trentaine de bénévoles (il envisage de salarier en 2013), qui définissent chaque jour les sujets à traiter lors d'une "conférence de rédaction via le net", explique Fabrice Robert. "Dans l'équipe, il y a un bon tiers de collaborateurs qui sont journalistes pour des médias que vous devez lire tous les jours, et qui, à côté, publient des contributions pour Novopress. C'est un peu un acte militant."

" Un média de réinformation "

Le site Internet reprend régulièrement les propos des représentants du Front national ou des politiques à la droite de l'UMP. Et quand il s'agit de défendre la convention du Bloc identitaire, de retransmettre le discours de clôture de ladite convention , de reproduire en "exclusif" la parole de Fabrice Robert , président du Bloc (et aussi créateur dudit site, ci-dessus), c'est sur Novopress que cela se passe. Mais s'il a été créé par le Bloc identitaire, le site ne se veut plus être "la pravda des Identitaires". Le choix des mots n'est pas anodin, et Fabrice Robert de considérer Novopress comme "l'équivalent de Mediapart, Atlantico, Rue89, mais avec une approche identitaire". Toutefois, le site ne prétend pas faire de l'information, mais de la "réinformation", à l'instar des programmes de Radio courtoisie qu'il diffuse sur toutes ses pages (sauf sa page d'accueil). "Novopress est un média alternatif, un média de réinformation et surtout un média qui permet de mobiliser", poursuit son fondateur. Militantisme, mobilisation, on s'éloigne donc d'une agence de presse 'classique'.
D'ailleurs, sa ligne éditoriale est clairement fondée sur la crainte de l'islam et de l'islamisme, deux termes quasi-systématiquement associés. Ainsi, ici, par exemple, Novopress assimile d'emblée "une musulmane noire semi voilée" avec "l'islam radical en France". Et là, il affirme que "la France compte plus de 65 millions d'habitants... mais de moins en moins de Français !" avec, à l'appui, une photo de femmes de couleur voilées au pied de la tour Eiffel.
Y a-t-il, alors, une peur de l'islam ? "Oui, il y a une crainte", répond Fabrice Robert. Et de poursuivre, avec les termes récurrents de l'extrême-droite : "Aujourd'hui, face aux revendications de plus en plus importantes des musulmans en France, il me semble important d'alerter la population au travers de la question du halal, de la construction des mosquées..." Il parlera aussi de la "colonisation" de ces "quartiers envahis par des kebabs". D'ailleurs, les articles concernant les races, les musulmans, le Front national et les groupuscules d'extrême droite sont légion. L'occurrence 'musulman' apparaît, sur Novopress, dans plus de 500 articles et brèves. À l'inverse, le nombre de références à une religion tombe à une centaine pour 'juif' et à moins de 300 pour 'chrétien'. Plusieurs fois au cours de l'interview, interrogé sur le rapport entre ce média et la religion ("même si je ne suis pas pratiquant, il n'en reste pas moins que je préfère voir les églises se remplir que se vider", affirme Fabrice Robert), il assure que Novopress "n'est pas un média catholique ou chrétien".

Le " Système " , cet ennemi n°1

Autre cheval de bataille du site : le 'combat' que mène Novopress contre le "Système". Ce "système mondialiste qui tend aujourd'hui à effacer les frontières, les peuples, les traditions", explicite le président des Identitaires. C'est d'ailleurs lui qui aurait "décidé de la mort sociale de quatre jeunes hommes [...] attachés à la défense de leur identité". Ces quatre personnes dont il est question sont celles qui ont été placées en garde-à-vue lors de l'occupation du chantier de la future mosquée de Poitiers .
Autre "ennemi" à combattre qui, même si cela n'est pas mentionné directement, ferait aussi parti de ce "Système" : la "propagande politique de gauche" concernant, par exemple, l'enseignement de l'Histoire en primaire .

" Propagande " , n.f. : Action systématique exercée sur l'opinion pour faire accepter certaines idées ou doctrines, notamment dans le domaine politique ou social. (Le Petit Larousse illustré, 2000).

Ce terme revient dans moins d'une centaine d'articles, parfois à plusieurs reprises dans un seul et même papier. Une "propagande" qui serait donc celle du "Système", comme lorsqu'il s'agit de parler du droit de vote des étrangers, du mariage homosexuel ou encore de la proposition de remplacer les "jours fériés chrétiens par ceux convenant aux salariés ayant embrassé d'autres religions (islam et judaïsme)". La même dépêche explique, par ailleurs, que toute cette "propagande" est mise en place d'une manière vicieuse : "La ficelle est connue. […] Elle consiste à tester la réaction de l'opinion publique en soumettant une proposition aux visées 'progressistes' qui cache le plus souvent la destruction de l'identité française et européenne. L'objectif étant de convaincre subrepticement la population de son bien-fondé par le biais d'une propagande savamment orchestrée par médias du système et oligarchie." La boucle est bouclée.

Quid de l'extrémisme catholique ?

Novopress se donne donc, en quelque sorte, pour mission de lutter contre l'"islamisation", qu'elle concerne la France ou d'autres pays. Et sans pour autant sortir des clous légaux. Par contre, si l'extrémisme musulman est amplement relayé, celui catholique l'est beaucoup moins, voire pas du tout. Ainsi la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) y est-elle qualifiée dans une tribune libre d'''un des très rares foyers de la survie française". Pour mémoire, la FSSPX, fondée en 1970 par Mgr Lefebvre, réalisait en 2007 un "pèlerinage à l'Île d'Yeu" (page archivée) en hommage au Maréchal Pétain. La Fraternité a aussi compté dans ses rangs Mgr Richard Williamson. Début 2009, ce dernier expliquait à la télévision suédoise : "Je crois qu'il n'y a pas eu de chambres à gaz. […] Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz". Devant la polémique, il explique au Spiegel (via Le Monde ) que, "si je trouve des preuves alors je rectifierai. Mais cela va prendre du temps", avant de "regrette[r]" ses propos, pressé par ses supérieurs.
"Je ne suis pas très en phase avec la Fraternité Saint-Pie X", assure Fabrice Robert, avant de justifier le peu d'articles sur ce sujet :

- "Déjà, le catholicisme est une religion qui fait partie de la tradition européenne. L'islam, c'est un peu différent, c'est une religion étrangère. [...] On ne peut pas mettre sur le même plan christianisme et islam. Et deuxième point : je n'ai pas le sentiment aujourd'hui que la Fraternité ouvre des églises et impose des revendications tous les jours dans la société...
- Elle le ferait, vous écririez dessus ?
- [hésitation] Je ne sais pas. L'intégrisme religieux, ce n'est pas trop ma tasse de thé. De toute façon, c'est de la fiction, ce n'est pas demain qu'on verra des intégristes catholiques et chrétiens imposer leurs revendications."
En d'autres termes, et pour paraphraser Radio Courtoisie, l'information serait celle diffusée par les "grands médias" ; la "réinformation" diffusée par Novopress, elle, serait la même information, mais sur laquelle est appliqué le prisme (négatif) de l'Islam et du musulman.

*Le Bloc identitaire est un parti politique créé en avril 2003 par son actuel président, Fabrice Robert. Ce mouvement, qui se dit "identitaire", se classe à l'extrême-droite de l'échiquier politique français. Il s'est construit sur les cendres de Unité radicale, un groupuscule dissout par décret le 6 août 2002 après qu'un de ses membres, Maxime Brunerie, a tenté de tirer sur le président Jacques Chirac le 14 juillet 2002.

nico37

Messages : 7046
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloc Identitaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum