Charlie Hebdo

Page 1 sur 17 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Ven 10 Déc - 4:23

Vu sur le blog de Matti (Filoche)




Procès Siné / Val : Charlie Hebdo condamné

Charlie Hebdo condamné par le Tribunal de Grande Instance de
Paris à verser des dommages et intérêts au dessinateur, Siné.
L’hebdomadaire doit également publier en Une, un communiqué judiciaire.

Charlie-Hebdo vient d’être condamné par le tribunal de grande instance
de Paris pour préjudice moral et financier à l’encontre de Siné. Petit
rappel, le 2 juillet 2008 Charlie Hebdo publiait une chronique de Siné
ou celui-ci fustigeait l’arrivisme de Jean Sarkozy. Le 16 juillet le
dessinateur apprenait dans Charlie Hebdo qu’il était renvoyé.
Le tribunal juge la rupture du contrat qui liait le dessinateur
depuis 16 ans au journal, abusive.

Au motif qu’ «
il ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Siné sont
antisémites… ni que celui-ci a commis une faute en les écrivant »…
D’autant,
continue le jugement, que celui-ci était soumis à la relecture du
directeur de la publication, en l’occurrence Philippe Val. Aucune faute
ne peut être reprochée à Siné souligne à plusieurs reprises le jugement.
Le tribunal reproche également à Charlie hebdo l’absence de préavis et
la « façon d’annoncer à un collaborateur que le contrat liant les
deux parties a cessé »
(la lettre de rupture est arrivée bien après
l’annonce de la fin de la collaboration de Siné, dans le journal)…

Les éditions rotatives sont donc condamnées à verser 40 000 euros de
dommages et intérêts au dessinateur et à publier en Une du journal sur
un bandeau de 15 cm le communiqué judiciaire suivant :

«
Par jugement du 30 novembre 2010, le tribunal de grande instance de
Paris a condamné la société Les Editions Rotatives, société éditrice du
journal Charlie Hebdo, à payer à M. Maurice Sinet dit Siné la somme de
40 000 euros à titre de dommages et intérêts pour rupture abusive de
leur collaboration à la suite de la parution de la chronique de Siné
dans le numéro du 2 juillet 2008 »
et ce sous astreinte de 2 000
euros par numéro non conforme.

Le dessinateur qui suite à son éviction de Charlie Hebdo a lancé Siné
Hebdo (86 numéros) gagne un nouveau combat. Nul doute que sa prochaine
zone sur internet (sinehebdo.eu) sera l’occasion de donner son point de
vu sur cette aventure.
Le jugement peut-être transmis sur demande Tel : 0648178029 Ou
Isabelle Jonquois. Avocate au 0180182900
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  verié2 le Ven 10 Déc - 10:01

Ca ne ruinera pas cette canaille de Val, pour qui 40 000 € doivent être très peu de chose, mais ça fait toujours plaisir !

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  BouffonVert72 le Ven 10 Déc - 18:01

Val, de son fauteuil capitaliste de dirlo, dans son bureau bourgeois, doit s'en foutre complétement... Il a atteint son but : le pouvoir décisionnaire sur un microcosme, le pouvoir économique du fric... Bref, le caviar à la louche...

40 000 €, je trouve ça bien mince... Mais ça ne m'étonne pas... L'institution judicière bourgeoise est toujours ultra-radine quand il s'agit d'indémniser un prolétaire...
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  verié2 le Ven 10 Déc - 18:06

N'exagérons rien : Siné est certes très sympa - et très engagé -, mais ce n'est pas tout à fait un prolétaire...

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  BouffonVert72 le Ven 10 Déc - 18:22

Ne soyons pas trop restrictif dans nos définitions ! Il faut au contraire élargir ! Pour élargir le mouvement de contestation !
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 45
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Charlie Hebdo

Message  verié2 le Mer 2 Nov - 13:42

On ne peut évidemment que condamner cette agression, quoi qu'on pense de Charlie Hebdo. Mais il est permis de remarquer que Guéant - entre autres - est moins respectueux de la liberté de la presse quand il fait espionner les journalistes. D'autre part, la présomption d'innocence existe, l'agression n'a pas été revendiquée pour le moment, rien ne prouve que l'acte ait été commis par des Islamistes, même si cela fait évidemment partie des possibilités. Il peut aussi s'agir d'une provocation.

"Charlie Hebdo" incendié : indignation unanime

Publié le 02-11-11 à 09:12 par Le Nouvel Observateur avec AFP 10 réactions

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, affirme que "tous les Français doivent se sentir solidaires d'un journal qui exprime par son existence et par sa façon d'être, la liberté de la presse"

A droite :
François Fillon, Premier ministre :
Il fait part de son "indignation" et indique avoir demandé au ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, que "toute la lumière soit faite" et que "les auteurs soient poursuivis". "La liberté d’expression est une valeur inaliénable de notre démocratie et toute atteinte à la liberté de la presse doit être condamnée avec la plus grande fermeté. Aucune cause ne saurait justifier une action violente". (Communiqué, mercredi 2 novembre)


Claude Guéant, ministre de l'Intérieur :

"La liberté de la presse est une liberté sacrée dans notre pays, il faut absolument tout faire pour la préserver et c'est pour cela que, qu'on aime ou qu'on n'aime pas Charlie Hebdo, tout le monde, tous les Français doivent se sentir ce matin solidaires d'un journal qui exprime par son existence et par sa façon d'être, la liberté de la presse". (Déclaration à l'AFP, mercredi 2 novembre)



Bertrand Dutheil de La Rochère, conseiller de Marine Le Pen (FN) :

"Comme l'exercice des cultes, la critique des religions est libre tant qu'elle n'entraîne ni désordre public, ni appel à la violence. Selon le mode satirique qui lui est propre, Charlie Hebdo s'attaque à la montée de l'islamisme". "Il est donc temps que les pouvoirs publics, en France, réagissent fermement contre un terrorisme qui n'est plus seulement intellectuel". (Communiqué, mercredi 2 novembre)



Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la communication :

"Les intimidations dont a fait l'objet Charlie Hebdo ces derniers jours et l'attaque de sa rédaction dont le journal a été victime cette nuit sont intolérables". "Il n'y a pas de démocratie sans irrévérence, sans parodie ou sans satire. J'exprime ma plus profonde solidarité aux journalistes et aux équipes de Charlie Hebdo et à ses lecteurs".(Communiqué, mercredi 2 novembre)



Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Santé :

"Je suis profondément choqué [...] parce qu'un journal ce n'est pas une activité comme les autres, c'est la liberté d'expression. Heureusement que la liberté d'expression dans un pays comme le nôtre est garantie et protégée contre tous les excès et contre tous les arbitraires". (Déclaration sur RTL, mercredi 2 novembre)



Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie :

"Ceux qui ont fait ça se désignent eux-mêmes comme des ennemis de la démocratie. Attaquer un journal physiquement dans ses locaux et son site Internet, c'est se désigner comme un ennemi de la démocratie. On n'est pas forcément lecteur de Charlie Hebdo, mais si on attaque Charlie Hebdo, on doit tous, tous ceux qui croient en la démocratie, être unis pour dire que c'est pas acceptable, que ce ne sera pas accepté. On ne négocie pas le droit de la presse à coup de bombe. Il y a un droit de la presse et si on n'est pas content de ce qui est dit dans un journal, on attaque en justice, mais on met pas une bombe de toute façon". (Déclaration sur France Info, mercredi 2 novembre)



Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP :

"Il est nécessaire que tous autant que nous sommes, quelles que soient nos sensibilités, nous condamnions avec la plus grande force ce qui n'est rien d'autre qu'un attentat contre un journal dans un pays qui doit incarner la liberté d'expression. Je le condamne avec la plus grande force [...] Il n'y a pas d'impunité, c'est un acte qui doit donner lieu à des poursuites judiciaires. Les amalgames entre la religion et la politique sont les pires qui soient. Si c'est avéré, cet acte rappelle ceux qui peuvent être commis par des fondamentalistes qui instrumentalisent la religion à des fins politiques". (Déclaration sur Europe 1, mercredi 2 novembre)

A gauche :

Bertrand Delanoë, maire socialiste de Paris :

"Je condamne avec la plus grande fermeté un acte violent contre la liberté d'expression". Il s'est dit prêt à aider Charlie Hebdo à trouver des locaux après l'incendie criminel de cette nuit. (Déclaration sur BFM, mercredi 2 novembre)


François Hollande, candidat PS à la présidentielle :

"Ces actes démontrent que le combat pour la liberté de la presse et le respect des opinions demeure permanent, et que le fondamentalisme doit être éradiqué, sous toutes ses formes". (Déclaration sur Lemonde.fr, mercredi 2 novembre)

Jean-Luc Mélenchon, eurodéputé, candidat du Front de gauche à la présidentielle :

"Si c'est un incendie volontaire, c'est tout à fait répugnant, je veux dire ma sympathie mon affection à l'équipe de Charlie Hebdo, je suis sûr que le journal va trouver la force en lui de rebondir. Si on doit commencer à mettre une entrave à la liberté d'expression, on met le doigt dans un engrenage dont on ne sait pas comment on sortira. Charlie assume ses choix éditoriaux, c'est la loi de la liberté de la presse. Le délit de blasphème n'existe pas pour la raison que le blasphème n'existe pas, nous sommes ici la République française, c'est cette loi là qui s'applique". (Déclaration sur Europe 1, mercredi 2 novembre)

MEDIAS

Nicolas Demorand, directeur de la rédaction de "Libération" :

A 10 h : "Les équipes de 'Charlie Hebdo' sont les bienvenues à 'Libé' le temps qu'elles retrouvent des locaux et des ordinateurs. On se serrera !" A 11h25 : "Je viens de les avoir en ligne: l'équipe de 'Charlie' débarque à 'Libé' à 13 h. Soyez les bienvenus!" (Sur Twitter, mercredi 2 novembre)

Syndicat Professionnel de la Presse Magazine d'Opinion (SPPMO) :

"Cet attentat par le feu n'est pas seulement une atteinte à la liberté de la presse, à sa libre expression, mais une atteinte à la liberté de pensée tout court. Cet acte barbare appelle une solidarité unanime, familles de presse, partis politiques et pouvoirs publics. La solidarité exemplaire de tous est seule à même de faire barrage à toute autre tentative d'intimidation". (Communiqué, mercredi 2 novembre).

REPRESENTANTS RELIGIEUX

Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) :

"Nous condamnons l'incendie, tout en étant vigilant sur l'origine de l'incendie. S'il s'agit d'un incendie criminel, nous condamnons fermement. En 2006, le CFCM avait porté plainte contre des caricatures [de Mahomet] beaucoup plus violentes [et] même si la justice a relaxé Charlie Hebdo, elle a dénoncé l'apologie de musulmans violents." Selon lui, la Une de ce matin "n'est pas sur le même plan, pas du même ordre". "Le fait même de caricaturer le prophète est considéré comme une offense pour les musulmans". (Déclaration à l'AFP, mercredi 2 novembre)

ASSOCIATIONS
Sihem Habchi, présidente de Ni putes Ni soumises :

"Nous sommes venues apporter notre soutien (à un journal) qui a toujours été du côté des femmes. Nous condamnons cet acte qui fait un grand mal à l'image de l'islam". (Déclaration à l'AFP, mercredi 2 novembre)

Dominique Sopo, président de SOS Racisme :

"Nous défendons l'idée d'un droit au blasphème, nous avons le droit dans un pays de liberté de la presse de dénoncer les dogmes de toutes les religions. On ignore si c'est une provocation des intégristes islamistes ou des provocateurs d'extrême droite, l'enquête le dira". (Déclaration à l'AFP, mercredi 2 novembre)

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) :

"La LDH condamne fortement une violence injustifiable. Elle exprime sa solidarité à toute l'équipe et à tous les salariés. Elle demande que la lumière soit faite sur cet attentat". (Communiqué, mercredi 2 novembre)

Le Nouvel Observateur - AFP

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Attentat contre Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Mer 2 Nov - 16:10

J'ai l'impression qu'on a pas fini d'en entendre parler... Première réaction : il est urgent d'attendre... Mais je parirais bien que les phrases définitives et les jugements du café du commerce ne vont pas tarder à fuser...

« Charlie Hebdo » victime d’un attentat ?
Faits divers mercredi 02 novembre 2011

Le siège du journal « Charlie Hebdo » a été détruit dans la nuit par un incendie criminel. La quasi-totalité des locaux de l’hebdomadaire satirique ont été détruits. Les dirigeants de la rédaction accusent des « intégristes musulmans », alors que le journal publie, ce mercredi, un numéro spécial, baptisé « Charia Hebdo », avec le prophète Mahomet en rédacteur en chef exceptionnel.

Un attentat contre Charlie Hebdo ?

L’attaque conter les locaux de Charlie Hebo s’est faite dans la nuit. L’incendie a été provoqué par un jet de « cocktail molotov » selon une source policière. En visite, sur les lieux du sinistre, dans la mâtinée, Claude Guéant a qualifié l’attaque contre l’hebdomadaire comme « ce qu’il faut bien appeler un attentat ».

Par ailleurs le site internet du journal a aussi été piraté, depuis l’étranger, dans la matinée.

Qui derrière cette attaque ?

Charb, directeur de la rédaction de Charlie Hebo, a accusé des « intégristes islamistes » d’être derrière cette attaque. Sans être aussi affirmatif Claude Guéant a indiqué que « l’attentat » avait peut-être été commis par des intégristes musulmans.

Pour étayer leurs soupçons les responsables de Charlie Hebdo expliquent que la Une de leur site internet, hacker pendant la nuit, affichait une photo de la mosquée de La Mecque en plein pèlerinage, avec ce slogan : « No god but Allah » (« Pas d’autre Dieu qu’Allah »).

Ce mercredi, Charlie Hebdo publie un numéro rebaptisé Charia Hebdo avec en Une la caricature du prophète Mahomet hilare, nommé pour l’occasion rédacteur en chef de l’hebdomadaire. À l’annonce de la publication de ce numéro spécial, la rédaction a reçu : « Sur Twitter, sur Facebook, pas mal de lettres de protestation, de menaces, d’insultes que l’on s’apprêtait à transmettre à la police », a expliqué Charb.

Des pistes pour la police ?

Le Premier ministre François Fillon a fait part de son « indignation » et demandé « que toute la lumière soit faite ». Personne n’a été interpellé, mais « tout sera fait pour retrouver les auteurs de cet attentat », a assuré M. Guéant. « Deux personnes (auraient) été vues en train de partir peu de temps avant le déclenchement de l’incendie », a précisé Charb.

Des précédents ?

Pour Sylvie Coma, directrice adjointe de la rédaction : « C’est un acte de malveillance ciblée. Charlie Hebdo est dans le collimateur de certains fanatiques islamistes depuis l’affaire des caricatures. » La rédaction de Charlie Hebdo avait déjà reçu des menaces en 2006 lors de la publication des caricatures de Mahomet, qui avaient fait scandale, mais elles n’avaient « jamais abouti à rien », a souligné Charb.

Le directeur de la publication de l’époque, Philippe Val, avait été définitivement relaxé en 2008 après une plainte de la Grande Mosquée de Paris et de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), la justice ayant jugé que les caricatures ne constituaient pas « une injure » à l’égard des musulmans car elles visaient « clairement une fraction » - les terroristes - de la communauté musulmane.

Que va faire Charlie Hebdo maintenant ?

La rédaction organise « une conférence de rédaction publique » jeudi à 15 h au Théâtre du Rond-Point (VIIIe), et a précisé que le numéro de mercredi, tiré à 75 000 exemplaires, s’est retrouvé rapidement en rupture de stock. Mais « poste de maquette brûlé », « système électrique fondu » : « Notre problème maintenant est de pouvoir sortir un journal mercredi prochain et de le mettre dans les kiosques », a expliqué Charb.

Provisoirement, la rédaction a accepté l’invitation du quotidien Libération de s’installer dans ses locaux dès 13 h, ce mercredi.
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  sylvestre le Mer 2 Nov - 16:10

Avant l'attaque il y avait l'annonce de la sortie du numéro, sur lequel le PIR est clair et net, quoiqu'on puisse penser des accents spiritualistes de la fin du communiqué.

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1490

Charlie Hebdo appelle à voter Marine Le Pen



par PIR





Une fois de plus, l’hebdomadaire Charlie Hebdo se livre à une provocation odieuse. Sa rédaction annonce dans un communiqué de presse que leur prochain numéro, intitulé "Charia Hebdo" se présentera comme une édition spéciale. Selon le communiqué "Charlie Hebdo a proposé à Mahomet d’être le rédacteur exceptionnel de son prochain numéro". A la Une du journal, une caricature est censée représenter le prophète Mohamed.

Ce choix éditorial blesse. Au sein des populations originaires de pays majoritairement musulmans, il est choquant de tourner en dérision le prophète, respecté par tous, indépendamment de leurs fois, comme partie intégrante de leur culture.

L’initiative de Charlie Hebdo n’est, cependant, pas pour nous étonner. Depuis quelques années, cet hebdomadaire satirique est l’un des supports privilégiés des campagnes de stigmatisation de l’islam, parallèles à ses prises de position en faveur des guerres impériales américaines et de la politique israélienne. Prétextant son attachement à la liberté d’expression, il n’avait pas hésité notamment à publier les dessins islamophobes, parus dans un journal d’extrême droite danois, qui avaient provoqué une vague d’indignation à travers le monde. La provocation qu’il assume aujourd’hui franchit un palier. A quelques mois de la présidentielles, alors que la candidate du FN fait de l’islamophobie l’un de ses chevaux de bataille, une telle provocation ne peut que susciter une nouvelle crise que le FN ne manquera pas d’exploiter. Charlie Hebdo ne peut pas l’ignorer.

Charlie Hebdo feint de faire preuve d’audace et de subversion quand il se moque de l’islam. En réalité, il conforte l’imaginaire dominant et encourage la politique d’exclusion et de répression menée par le gouvernement à l’encontre des quartiers populaires. En effet, loin d’être la religion des classes dominantes, l’islam est aujourd’hui en France la foi de populations vulnérables, subissant racisme et discriminations.

Nombreux sont les Français qui sans forcément partager l’orientation politique de Charlie Hebdo, apprécieront sans doute cette charge contre l’islam au nom d’une tradition enracinée dans l’anticléricalisme qui assimile abusivement toute religion à un archaïsme antagonique à la modernité et à l’émancipation. Cette démarche qui a pu dans un temps et des circonstances particulières trouver une justification a été accompagnée cependant d’une hostilité croissante au sacré, laissant la place à une rationalité strictement instrumentale, dépourvue de sens et méprisant toute forme de transcendance. Cet état d’esprit, conduit également à la stigmatisation d’une partie des classes populaires blanches considérées avec dédain pour leur attachement à leurs croyances, y compris par des courants politiques qui se targuent de défendre les populations les plus défavorisées. La crise n’est pas qu’économique. Elle est aussi une crise culturelle et spirituelle. A la veille des élections présidentielles, ceux qui voudraient que leur projet de transformation de la société trouve un écho devraient y songer.

Pour notre part, nous continuerons à lutter contre l’islamophobie, pour l’égalité des droits des musulmans et à défendre l’espace du sacré.

Le PIR

Paris, le 1er novembre 2011

Sur l'attaque, quelques uns ont déjà noté l'indécence de l'indignation générale des idéologues dominants alors qu'une autre attaque, raciste, qui avait fait un mort la semaine dernière, était passée dans l'indifférence quasi générale.

http://www.acrimed.org/article3708.html

Un cocktail Molotov dans la nuit

par Mathias Reymond, le 2 novembre 2011

Solidarité avec Charlie Hebdo… Mais nul doute que l’hebdomadaire satirique effectuera le même rapprochement que nous.

Un bâtiment en feu. Des flammes qui s’échappent des fenêtres. Des badauds qui s’arrêtent sur le trottoir. Des sirènes qui retentissent. Des pompiers qui éteignent l’incendie. Des cris, des pleurs qui s’envolent dans la nuit. La démocratie est en danger.

Dans la nuit du 24 octobre 2011, un cocktail molotov embrasait un squat du 163, rue des Pyrénées (Paris 20e). Une quarantaine de familles roms, victimes de l’attentat, y perdaient toutes leurs maigres biens. La plupart des médias ont fait leur choix : celui du silence et de l’ignorance. Personne n’a alors déclaré que la démocratie était en danger…

Dans la nuit du 1er novembre 2011, un cocktail Molotov mettait le feu aux locaux d’un hebdomadaire satirique à Paris. La démocratie est-elle vraiment en danger ? Une quarantaine d’ordinateurs, victimes de l’attentat, y perdaient leurs disques durs. La plupart des médias ont fait leur choix : celui du vacarme et de confraternité.

Et Nicolas Demorand, directeur de Libération, a fait le sien : « Les équipes de Charlie Hebdo sont les bienvenues à Libé le temps qu’elles retrouvent des locaux et des ordinateurs. On se serrera. »

Il n’a pas dit : « Les familles de Roms sont les bienvenues à Libé le temps qu’elles retrouvent des logements. On se serrera. »

Ce n’est pas comparable ? Peut-être… mais c’est suggestif.

Mathias Reymond (d’après une idée de Mat Colloghan)
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Mer 2 Nov - 16:22

Désolé, Vérié, je n'avais pas vu que tu avait ouvert un sujet là dessus (donc le mien est promis a la poubelle des participants inatentifs) Je remet mon commentaire la dessus :

J'ai l'impression qu'on a pas fini d'en entendre parler... Première réaction : il est urgent d'attendre... Mais je parirais bien que les phrases définitives et les jugements du café du commerce ne vont pas tarder à fuser...


Ce qui s'est évidemment vérifié trés vite !
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  sylvestre le Mer 2 Nov - 17:26

gérard menvussa a écrit:Désolé, Vérié, je n'avais pas vu que tu avait ouvert un sujet là dessus (donc le mien est promis a la poubelle des participants inatentifs) Je remet mon commentaire la dessus :

Point de poubelle, mais une belle fusion de vos deux fils - ton commentaire apparait déjà en deuxième position.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  verié2 le Mer 2 Nov - 17:36


PIR
Charlie Hebdo feint de faire preuve d’audace et de subversion quand il se moque de l’islam. En réalité, il conforte l’imaginaire dominant et encourage la politique d’exclusion et de répression menée par le gouvernement à l’encontre des quartiers populaires. En effet, loin d’être la religion des classes dominantes, l’islam est aujourd’hui en France la foi de populations vulnérables, subissant racisme et discriminations.
C'est bien vu en effet. Il est clair que Charlie Hebdo surfe sur l'islamophobie au nom de la laicité et rame depuis un bout de temps dans le sens du courant, notamment en soutenant toutes les guerres impérialistes auxquelles participe la France.

Cet attentat, s'il s'agit bien d'un attentat, va servir ce torchon, car il lui fait une pub inespérée : tous les exemplaires du dernier numéro se sont parait-il arrachés... Il n'en reste pas moins que nous devons condamner cet attentat - toujours s'il s'agit d'un attentat.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  fée clochette le Mer 2 Nov - 18:55

http://lmsi.net/L-obscurantisme-beauf
Études de cas > Philippe Val et ses amis
L’obscurantisme beauf
À propos du tête-à-queue idéologique de Charlie Hebdo

PAR MONA CHOLLET, 2 NOVEMBRE
Nous reproduisons, avec son autorisation, l’excellent texte que Mona Chollet a consacré en 2006 à la lamentable dérive de Charlie Hebdo. Une dérive qui a fait d’un hebdomadaire satirique de gauche, de tradition libertaire, une espèce de Crapouillot [1] républicaniste, de plus en plus complaisant avec les classes dominantes, leurs médias, leurs intellectuels organiques, et de plus en plus hautain, méprisant, voire haineux à l’égard des classes populaires, des Arabes et des musulmans.

Mercredi 19 novembre 1997, sous le titre « Les perroquets du pouvoir », Philippe Val consacrait la quasi-intégralité de son éditorial de Charlie Hebdo à l’enthousiasme délirant que lui inspirait la parution des Nouveaux chiens de garde de Serge Halimi. Il y évoquait les « BHL, Giesbert, Ockrent, Sinclair », etc., tous « voguant dans la même croisière de milliardaires qui s’amusent », et qui « n’ont aucune envie de voir tarir le fleuve de privilèges qui prend sa source dans leurs connivences ou leurs compromissions ». Il jugeait certains passages « à hurler de rire », en particulier le chapitre « Les amis de Bernard-Henri », qu’il conseillait de « lire à haute voix entre copains ».

Six mois plus tard, mercredi 27 mai 1998, sous le titre « BHL, l’Aimé Jacquet de la pensée » (c’était juste avant la Coupe du monde de football), il volait encore au secours du livre de Halimi, contre lequel toute la presse n’en finissait plus de se déchaîner. Il épinglait le chroniqueur du Point pour avoir, dans son « Bloc-notes », assimilé Bourdieu à Le Pen. Et le futur défenseur du « oui » à la Constitution européenne se désolait :

« Penser que le désir d’Europe sociale des uns est de même nature que le refus nationaliste de l’Europe des lepénistes ne grandit pas le penseur... »

En 2005, Philippe Val comparerait l’attitude des partisans du « non » à celle de Fabien Barthez crachant sur l’arbitre.

Mercredi 1er mars 2006. Continuant d’exploiter le filon providentiel des caricatures danoises, Charlie Hebdo publie à grand fracas un « Manifeste des Douze » (hou, hou ! morte de rire !) intitulé « Ensemble contre le totalitarisme islamique » (sur la prolifération actuelle du mot « ensemble » et sa signification, lire l’analyse d’Eric Hazan dans LQR, La propagande du quotidien, [2], signé notamment par Philippe Val, Caroline Fourest (auteure de best-sellers sur la menace islamique et membre de la rédaction de Charlie Hebdo), Salman Rushdie, Taslima Nasreen, et... Bernard-Henri Lévy. « L’Aimé Jacquet de la pensée » a droit, comme les autres signataires, à sa notice biographique (moins longue que celle de Caroline Fourest, quand même, hein ! Faut pas déconner !), qui commence ainsi :

« Philosophe français, né en Algérie, engagé contre tous les « ismes » du XXe siècle (fascisme, antisémitisme, totalitarisme et terrorisme). »

Ce coup des « ismes », le journal nous le refait dans son « manifeste » foireux, qui semble avoir été torché en cinq minutes sur un coin de table en mettant bout à bout tous les mots creux et pompeux dont se gargarisent en boucle, sur les ondes et dans la presse, les « perroquets du pouvoir » :

« Après avoir vaincu le fascisme, le nazisme et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme. »

Les opprimés ont une manière tout à fait malséante d’exprimer leur désespoir

Il en manque pas mal, des « ismes », dans cette liste : colonialisme, impérialisme, racisme, libéralisme... Autant de notions qui, à une époque, avaient pourtant droit de cité dans les colonnes de Charlie. Balayer d’un revers de main, ou ne même pas voir, depuis son pavillon cossu de la banlieue parisienne, les conditions de vie et les spoliations subies par les perdants du nouvel ordre mondial ; s’incommoder de ce que les opprimés, décidément, aient une manière tout à fait malséante d’exprimer leur désespoir, et ne plus s’incommoder que de cela ; inverser les causes et les conséquences de leur radicalisation (il n’y a pas d’attentats en Israël parce qu’il y a une occupation, mais il y a une occupation parce qu’il y a des attentats), et, au passage, accorder sa bénédiction à la persistance de toutes les injustices qui empoisonnent le monde ; parer l’Occident de toutes les vertus et l’absoudre de tous ses torts ou ses crimes : non, il fut un temps où on n’aurait jamais trouvé dans ce journal une pensée aussi odieuse.

Mais c’était à une époque où Charlie vivait et prospérait en marge du microcosme médiatique, qu’il ne fréquentait pas, et qu’il narguait de sa liberté de ton et de ses finances florissantes - quand il ne lui adressait pas de splendides bras d’honneur. L’équipe, dans sa grande majorité, se satisfaisait parfaitement de cette situation.... Mais pas Philippe Val, à qui la reconnaissance du méprisable ramassis de gauchistes que constituait à ses yeux le lectorat du journal suffisait de moins en moins - avant de finir par carrément l’insupporter. Son besoin de voir sa notoriété se traduire en surface médiatique devait le pousser d’abord à nouer un partenariat avec Libération, en convenant d’un échange d’encarts publicitaires entre les deux journaux. Pour justifier la chose aux yeux d’un lectorat très hostile à la publicité, il se livra à des contorsions rhétoriques dont la mauvaise foi fut impitoyablement disséquée par Arno sur Uzine.

Philippe Val, qui, par un hasard facétieux, venait justement d’être connecté à Internet, tomba sur l’article, et piqua une crise de rage dont ses collaborateurs se souviennent encore. Le mercredi suivant [3], les lecteurs de Charlie purent découvrir un édito incendiaire intitulé : « Internet, la Kommandantur libérale », qui fut suivi d’un autre, tout aussi virulent, quinze jours plus tard. On y lisait notamment que, si Internet avait existé en 1942,

« les résistants auraient tous été exterminés en six mois, et on pourrait multiplier par trois les victimes des camps de concentration et d’extermination ».

Il faut le savoir : contredire Philippe Val est aussi grave qu’envoyer un résistant en camp de concentration. Bien sûr, le « Kim Il-Sung de la rue de Turbigo », comme le surnomme aimablement PLPL, ne faisait nulle part mention de l’article d’Arno (il expliquait avoir choisi de traiter ce sujet cette semaine-là parce qu’on lui demandait souvent pourquoi Charlie n’avait pas de site !), et ne précisait pas que la seule forme de négationnisme à laquelle il avait été personnellement confronté dans ce repaire de nazis virtuel ne remettait en cause que son propre génie.

Flatter les plus bas instincts des masses tout en se prenant pour Jean Moulin

S’étant peu à peu aliéné son lectorat d’origine, et ayant vu ses ventes baisser dangereusement, Charlie Hebdo en est désormais réduit, pour exister, à multiplier les coups de pub aussi lucratifs qu’insignifiants et à développer le « cobranding » tous azimuts. Après d’innombrables tentatives infructueuses pour créer un « buzz » médiatique autour du journal, comme en témoignaient semaine après semaine les titres d’un sensationnalisme maladroit étalés dans l’encart publicitaire de Libération, avec les caricatures danoises, enfin ! ça a pris. Le créneau ultra-vendeur de l’islamophobie, sur lequel surfe déjà sans vergogne l’écrasante majorité des médias, permet de copiner avec les puissants et de flatter les plus bas instincts des masses tout en se prenant pour Jean Moulin : bref, c’est idéal. Sauf que, en s’y précipitant comme sur une aubaine, le journal achève sa lente dérive vers un marécage idéologique dont la fétidité chatouille de plus en plus les narines.

Dans son éditorial de ce fameux numéro publiant les caricatures danoises, Philippe Val écrit doctement que

« le racisme s’exprime quand on rejette sur toute une communauté ce que l’on reproche à l’un des membres »

Ce qui lui permet de conclure que

« quand un dessinateur danois caricature Mahomet et que dans tout le Moyen-Orient, la chasse aux Danois est ouverte, on se retrouve face à un phénomène raciste comparable aux pogroms et aux ratonnades »).

Or, « rejeter sur toute une communauté ce que l’on reproche à l’un des membres », c’est exactement ce que fait le dessin danois représentant Mahomet avec un turban en forme de bombe. Par une amère ironie du sort, Charlie Hebdo, ancien journal du combat antiraciste, a donc érigé en symbole de la liberté d’expression une caricature raciste. Dans Le Monde diplomatique de mars 2006, Alain Gresh cite le journaliste Martin Burcharth :

« Nous, Danois, sommes devenus de plus en plus xénophobes. La publication des caricatures a peu de relations avec la volonté de voir émerger un débat sur l’autocensure et la liberté d’expression. Elle ne peut être comprise que dans le climat d’hostilité prégnante à tout ce qui est musulman chez nous. » Il précise aussi que le quotidien conservateur Jyllands-Posten, qui a fait paraître les caricatures de Mahomet, « avait refusé, il y a quelques années, de publier une caricature montrant le Christ, avec les épines de sa couronne transformées en bombes, s’attaquant à des cliniques pratiquant l’interruption volontaire de grossesse ».

Et c’est dans ce journal-là que Charlie Hebdo vient de publier la version anglaise de son « manifeste » [4] !

Mais peu importe, car le créneau islamophobe a un autre avantage, qui, dans le cas de nos amis, s’avère particulièrement précieux : il est tellement en phase avec la bien-pensance majoritaire qu’il permet de raconter plein de conneries, ou de recourir au terrorisme intellectuel le plus éhonté, sans jamais être discrédité ou sérieusement contesté. S’il en allait autrement, Val pourrait-il affirmer par exemple à la télévision que, si on fait l’amalgame entre islam et terrorisme, c’est de la faute des terroristes islamistes - un peu comme si on rendait responsables du vieux cliché sur les juifs et l’argent, non pas les antisémites, mais les juifs riches ?! Ou pourrait-il se féliciter, dans son édito, de ce que le dessin avec le turban en forme de bombe ne soit « pas très bon », car cela permet « d’exclure du débat sa valeur esthétique pour le recentrer sur la question de la liberté d’expression » - un sophisme qui, comme toutes ces pirouettes dont il est coutumier et dont il semble retirer une fierté sans bornes, est remarquablement débile ?

Sur ce dernier point, d’ailleurs, Caroline Fourest donne une version un peu différente de celle de son patron. Dans la page de publicité gratuite offerte par Libération [5] à ce numéro spécial de Charlie, elle commentait :

« On ne s’est pas lâché cette semaine. Le dessin qui nous a fait le plus rire n’est pas passé. C’était trop facile, gratuit et sans message derrière. »

Parce que, derrière le turban en forme de bombe, il y a un « message » ? Tiens donc ! Et lequel ? (Au passage, cet article de Libération était cosigné par Renaud Dély, qui est, ou en tout cas a été, chroniqueur politique à Charlie Hebdo sous un pseudonyme : le cobranding, ça marche !) Il semblerait qu’on rie beaucoup aux dépens des Arabes - pardon, des « intégristes » - à Charlie Hebdo en ce moment.

Ça ne date d’ailleurs pas d’hier : il y a quelques années, quand Nagui était arrivé sur Canal Plus pour présenter Nulle part ailleurs, Cabu l’avait caricaturé en Une de Charlie Hebdo en chameau des publicités Camel. Canal Plus avait alors fait livrer par coursier à la rédaction un montage dans lequel, au-dessus de ce dessin, le titre « Charlie Hebdo » avait été remplacé par « National Hebdo ».

« Esprit des Lumières » ou bombe éclairante ?

Le plus comique, c’est peut-être les tentatives désespérées de l’équipe pour nous faire croire que, malgré tout, elle reste de gauche. Dans son dernier opus, La tentation obscurantiste, consacré à l’épuration de la gauche telle qu’elle la rêve (168 pages avec que des listes de noms, un livre garanti sans l’ombre du début d’une idée dedans !), Caroline Fourest se désole parce que, dans un article, j’ai osé douter de sa légitimité à prétendre incarner la « vraie » gauche (par opposition à celle qui refuse de partager ses fantasmes d’invasion islamique).

Outre le fait que la pensée qu’on a décrite plus haut, et que propage désormais Charlie, est une pensée d’acquiescement passionné à l’ordre du monde, ce qui n’est pas très « de gauche », nos vaillants éradicateurs devraient examiner d’un peu plus près le pedigree de leurs nouveaux amis. Caroline Fourest et Fiammetta Venner - elle aussi « journaliste » à Charlie - sont adulées par Le Point et L’Express (lequel publie lui aussi le « manifeste »), deux titres, comme chacun sait, furieusement progressistes. Elles sont copines avec Ayaan Hirsi Ali, députée néerlandaises, amie de Théo Van Gogh intronisée en politique par le très libéral Frits Bolkestein, qui « fut le premier [aux Pays-Bas] à déclarer incompatibles, au début des années 1990, les valeurs des immigrés musulmans et celles de son pays » [6] - Ayaan Hirsi Ali a elle aussi signé le « manifeste ». Fiammetta Venner ne voit aucun problème à donner une interview à un site répondant au doux nom de « Primo-Europe », créé par des « citoyens qui considèrent que l’information sur le Moyen Orient est, en Europe en général et en France en particulier, diffusée en fonction de préjugés manichéens où le commentaire l’emporte sur le fait », et sur lequel elle figure aux côtés d’un Alexandre Del Valle, par exemple.

Mieux : comme l’a relevé PLPL, Venner et Fourest écrivent désormais aussi dans le Wall Street Journal, « organe de Bush, des néoconservateurs américains, de la droite religieuse et de Wall Street » ; elles s’y alarment de l’« incapacité des immigrants arabes à s’intégrer » et de la « menace pour les démocraties occidentales » de les voir rejoindre des « cellules terroristes islamistes » [7]. La tribune dont sont extraites ces lignes s’intitule « War on Eurabia », « Eurabia » (« Eurabie ») étant l’un des termes de prédilection d’Oriana Fallaci (dont le livre avait d’ailleurs été encensé dans les colonnes de Charlie par Robert Misrahi).

Quant à Philippe Val, la même page de PLPL nous apprend qu’en août 2005, un hommage lui a été rendu dans un discours par un dirigeant du MNR de Bruno Mégret : `

« Les musulmans sentent bien la force de leur nombre, ont un sentiment très fort de leur appartenance à une même communauté et entendent nous imposer leurs valeurs. En ce moment, des signes montrent que nous ne sommes pas seuls à prendre conscience de ce problème. (...) J’ai eu la surprise de retrouver cette idée chez un éditorialiste qui est à l’opposé de ce que nous représentons, Philippe Val, de Charlie Hebdo, dans un numéro d’octobre 2004. »

Commentaire perfide du mensuel :

« Il y a dix ans, Philippe n’avait qu’une idée : interdire le Front national, dont Mégret était alors le numéro 2. Désormais, Val inspire certains des chefs du MNR. »

Enfin, le 2 mars 2006, dans Libération, Daniel Leconte vient d’offrir à ses amis une tribune d’une page intitulée « Merci Charlie Hebdo ! ». Le présentateur-producteur d’Arte [8] y rend hommage à ses confrères qui ont « refusé de céder à la peur », et se répand au passage en lamentations sur l’injustice dont la France a fait preuve à l’égard des Etats-Unis après le 11-Septembre, et sur les errements dont elle s’est rendue coupable lors de la guerre d’Irak, en les isolant devant le Conseil de sécurité de l’ONU et en « laissant entendre que, de victime, ils étaient devenus les fauteurs de troubles ». On se demande effectivement où on a bien pu aller chercher une idée pareille. Il conclut en réclamant sans rire le prix Albert-Londres pour Charlie Hebdo, estimant que le journal a défendu un « esprit des Lumières » qu’il confond visiblement avec la lueur des bombes éclairantes de l’armée américaine.

Cadeau un brin empoisonné que cette tribune. On commence par prétendre ne faire que critiquer la religion musulmane, opium de ces pouilleux d’Arabes, en se prévalant de son passé de bouffeurs de curés, et on finit intronisé journal néoconservateur par des faucons à oreillette ! Mince, alors ! Quelque chose a dû merder en chemin, mais quoi ? Les voies de l’anticléricalisme sont parfois impénétrables.

Tu la sens, ma défense de la démocratie ?

Leconte se félicite de ce que Charlie ait témoigné de ce que « la France n’est pas seulement cet assemblage de volontés molles ». Déjà, la déclaration de Luz (attribuée par erreur à Philippe Val) selon laquelle la rédaction de Charlie, dans son choix des caricatures qu’elle allait publier, avait « écarté tout ce qui était mou de la bite », avait mis la puce à l’oreille du blogueur Bernard Lallement :

« Toute la tragédie est là. Faire, comme du Viagra, de l’islamophobie un remède à son impuissance, expose aux mêmes effets secondaires indésirables : les troubles de la vue ; sauf, bien sûr, pour le tiroir caisse. »

La volonté agressive d’en découdre, de « ne pas se dégonfler », suinte de partout dans cette affaire. Val affirme que ne pas publier les dessins serait aller à « Munich » - comme le faisait déjà Alain Finkielkraut, dont il partage la paranoïa identitaire, lors des premières affaires de voile à l’école. On n’est pas dans la défense des grands principes, mais dans cette logique d’escalade haineuse et guerrière, « œil pour œil dent pour dent », qui constitue le préalable indispensable de tous les passages à l’acte, et les légitime par avance. Tout le monde, d’ailleurs, fait spontanément le rapprochement entre les dessins danois et certains feuilletons antisémites diffusés par des chaînes arabes, admettant ainsi implicitement qu’ils sont de même nature. Le journal allemand Die Welt a par exemple publié les caricatures en les assortissant de ce commentaire :

« Nous attacherions plus d’importance aux critiques musulmanes si elles n’étaient pas aussi hypocrites. Les imams n’ont rien dit quand la télévision syrienne, à une heure de grande écoute, a présenté des rabbins comme étant des cannibales buveurs de sang. »

Une telle attitude dénote en tout cas une mentalité à des années-lumière de la sagesse philosophique dont voudrait par ailleurs se parer le Bourgeois gentilhomme du marigot médiatique parisien. Répéter toutes les deux phrases, d’un air sinistre et pénétré, le mot magique de « démocratie », suffit peut-être à Philippe Val pour se faire adouber par ses compères éditorialistes, mais, pour prétendre au statut de penseur, il faudrait peut-être commencer par envisager le monde d’une manière un peu moins... caricaturale.

En témoigne le tableau grotesque qu’il nous brosse du Danemark, merveilleuse démocratie peuplée de grands blonds aux yeux bleus qui achètent un tas de livres, ont une super protection sociale et ont refusé de livrer leurs ressortissants juifs aux nazis, tandis que le monde musulman se réduirait à un grouillement de masses incultes et fanatiques qui n’ont même pas la carte Vitale. Peu importe si par ailleurs la presse regorge d’articles sur la prospérité du racisme et l’actuelle montée de l’extrême droite au Danemark (bah, si on a sauvé des juifs pendant la guerre, on a bien le droit de ratonner un peu et de profaner quelques tombes musulmanes soixante plus tard, tout ça n’est pas bien méchant !). Et si on nous rappelle ici et là que le Danemark est un pays où l’Eglise n’est pas séparée de l’Etat :

« Il existe une religion d’Etat, le protestantisme luthérien, les prêtres sont des fonctionnaires, les cours de christianisme sont obligatoires à l’école, etc. » [9].

Mais notre va-t-en guerre des civilisations ne s’encombre pas de tels détails. Lors de l’éclatement de la seconde Intifada, déjà, il avait décrété que Charlie devait défendre la politique israélienne, parce qu’Israël était une démocratie et parce que tous les philosophes importants de l’Histoire étaient juifs, tandis que son équipe effarée - il faut dire que sa composition était alors assez différente - tentait d’évaluer en un rapide calcul le nombre d’erreurs grossières, de raccourcis vertigineux et de simplifications imbéciles qu’il était ainsi capable d’opérer dans la même phrase. Pour ma part, abasourdie de devoir en arriver là, je m’étais évertuée à le persuader qu’il existait aussi des « lettrés » dans le monde arabe ; je m’étais heurtée à un mur de scepticisme réprobateur. Prôner la supériorité de sa propre civilisation, et faire preuve, par là même, d’une vulgarité et d’une inculture assez peu dignes de l’image qu’on veut en donner : c’est le paradoxe qu’on avait déjà relevé chez Oriana Fallaci, qui écrivait dans La rage et l’orgueil :

« Derrière notre civilisation il y a Homère, il y a Socrate, il y a Platon, il y a Aristote, il y a Phidias. (...) Alors que derrière l’autre culture, la culture des barbus avec la tunique et le turban, qu’est-ce qu’on trouve ?... »

Eh bien, je ne sais pas, moi... Ça, par exemple...?

Comme on le disait à l’époque, en voilà, un argument hautement « civilisé » : « Dans ma culture il y a plein de génies alors que chez toi il n’y a que des idiots, nana-nè-reu ! » Les civilisations n’ont rien à s’envier les unes aux autres, ni du point de vue des connaissances, ni de celui des valeurs. Comme écrivait le prix Nobel d’économie Amartya Sen :

« Tenter de vendre les droits de l’homme comme une contribution de l’Occident au reste du monde, n’est pas seulement historiquement superficiel et culturellement chauvin, c’est également contre-productif. Cela produit une aliénation artificielle, qui n’est pas justifiée et n’incite pas à une meilleure compréhension entre les uns et les autres. Les idées fondamentales qui sous-tendent les droits de l’homme sont apparues sous une forme ou une autre dans différentes cultures. Elles constituent des matériaux solides et positifs pour étayer l’histoire et la tradition de toute grande civilisation. »

Non seulement le discours des Val et des Fallaci témoigne d’une méconnaissance crasse des autres cultures, mais il néglige aussi le fait que, comme n’a eu de cesse de le rappeler un Edward Saïd, aucune civilisation n’a connu un développement étanche, et toutes se sont constituées par des apports mutuels incessants, rendant absolument vain ce genre de concours aux points.

Défendre la démocratie, ne serait-ce pas plutôt refuser la logique du bouc émissaire, si utile aux démagogues qui veulent la subvertir à leur profit ?

Par les temps qui courent, raisonner à partir de telles approximations, en se contentant de manier des clichés sans jamais interroger leur adéquation au réel, peut s’avérer rien moins que meurtrier. Il est stupéfiant que, dans un « débat » comme celui suscité par les caricatures danoises, tout le monde pérore en faisant complètement abstraction du contexte dans lequel il se déroule : un contexte dans lequel un certain nombre d’instances de par le monde tentent de dresser les populations les unes contre les autres en les persuadant que « ceux d’en face » veulent les anéantir. En Occident, ces instances sont celles qui tentent de faire du musulman le bouc émissaire de tous les maux de la société, la nouvelle menace permettant d’opérer une utile diversion.

Dès lors, de deux choses l’une : soit on adhère à cette vision, et alors on assume sa participation active à cette construction, avec les responsabilités que cela implique ; soit on la récuse, et on estime que la nécessité de l’enrayer - ou d’essayer de l’enrayer - commande d’observer la plus grande prudence. Laquelle prudence ne signifie pas qu’on est « mou de la bite », mais plutôt qu’on a peu de goût pour les stigmatisations déshumanisantes, sachant à quoi elles peuvent mener. Le courage ne commanderait-il pas plutôt de résister aux préjugés majoritaires, et la véritable défense de la démocratie, de refuser cette logique du bouc émissaire si utile aux démagogues qui veulent la subvertir à leur profit ? Ce qui est sûr, c’est qu’en aucun cas on ne peut se dédouaner en écrivant, comme le fait Philippe Val, que

« si la Troisième Guerre mondiale devait éclater, elle éclaterait de toute façon », et que « l’amalgame entre racisme et critique de la religion est à peu près aussi cohérent que l’était, à l’époque de Franco, l’amalgame entre critique du fascisme et racisme anti-ibérique »

Voilà vraiment ce qui s’appelle jouer au con.

En décembre dernier, toujours pour essayer de faire parler du journal, les caricaturistes de Charlie Hebdo avaient postulé par dérision à la succession de Jacques Faizant. Qu’ils se rassurent, ils ont toutes leurs chances : en matière d’ethnocentrisme rance, ils n’ont déjà plus rien à envier au défunt dessinateur du Figaro. Ils ont seulement un peu modernisé le trait...

P.-S.
Ce texte est paru en mars 2006 sur le site Périphéries. Sur « l’affaire des caricatures danoises », lire aussi Domenico Joze, « Quand des médias caricaturaux pérorent sur des caricatures »
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Toussaint le Jeu 3 Nov - 1:42

L'attaque contre Charlie Hebdo, je ne la condamne absolument pas, je trouve seulement que c'est une énorme sottise. Mais je ne suis pas solidaire des racistes de Charlie et de leur propagande raciste, islamophobe.

Pas plus que des raisons qu'ils invoquent: le printemps arabe ne tourne pas comme le veulent ces braves gens...

Sur le fond, ce torchon raciste répond à la crise de légitimité qui frappe les Sarko et les Merkel en relançant le clash des civilisations et en essayant de donner des couleurs à la menace islamiste, à l'ennemi intérieur. On connaît le procédé, rien de nouveau. Mais il est amusant dans son niveau de caricature. Car le problème central, c'est bien la crise économique, politique, de légitimité de la classe dominante et de son personnel politique. Du coup, on attise les feux du racisme anti-musulman... non, je ne serai pas solidaire de ces gens-là, pas plus que de Minute ou d'autre torchon du même genre.

Même si ce sont des "islamistes" qui ont essayé de laver la surface parisienne de cette ordure, il n'en demeure pas moins que tout part d'une provoc et d'une nouvelle assimilation islam-islamisme, principe de la démarche de Charlie. C'est à dire désigner ouvertement les musulmans comme une menace pour la démocratie et la civilisation. Et c'est une provoc à la Rivarol.

Qui évidemment fera l'affaire de l'extrême droite musulmane, au Maghreb et en France. Et s'en nourrira en retour. Comme la loi raciste de 2004 sur le voile à l'école a profité d'abord à l'école privée, musulmane bien sûr mais surtout catholique et n'a pas diminué le voile dans la rue. Au contraire. Mais cela a permis aux racistes Gérin et ses potes de a droite "populaire", un temps encouragés par des gens de gôche et d'extrême gôche en plein coeur de débat d'identité nationale. Mais cela foira. Aujourd'hui on remet deux balles dans la création d'un ennemi intérieur, de la menace islamiste sur nos belles libertés, notre belle démocratie. Parce que le fond de la démarche de Charlie, ce n'est pas la dénonciation des islamistes tunisiens, c'est Mahomet qu'il cible pour attaquer les islamistes tunisiens. Autrement dit pour répondre à une victoire de la droite musulmane, on humilie l'islam et l'ensemble des croyants. Ce qui revient à tirer un trait d'égalité entre islam et islamistes, c'est aussi le fond de la propagande raciste islamophobe dominante.

C'est le moment que choisit un candidat de l'"extrême gauche" pour glorifier le pamphlet raciste de Chahdortt Djavan, dont il cite le titre et dont il dit se rappeler fort bien. Ne venez pas me dire qu'il a mal compris Djavan, ce n'est pas un demeuré, ni qu'il ne l'a pas lu, il sous-entend clairement qu'il m'a lu. Prétendr qu'il a mal compris ou qu'il ne l'a as lu est d'une condescendance insupportable. Il a probablement lu Bas les voilees lorsqu'il était à LO ou à VDT, puisque ces deux orgas diffusaient amplement ce texte raciste. Comme la LCR l'a fait par endroits en tout cas (à Lille par exemple, lors de la campagne commune avec LO en 2004, ailleurs prpbablement). Et il a lui-même expliqué qu'il était compliqué de se positionner sur des cas précis parce qu'il y avait la question de la laïcité (c'est à dire la neutralité) de l'espace public. Ce qui revient à mettre en cause la liberté de manifester sa foi dans l'espace public... Ce qui est évidemment une position anti-démocratique, autoritariste et lourde de dangers qui comme d'hab retombera d'abord sur le mouvement ouvrier si une telle notion de l'espace public s'imposait, fût-ce à partir d'une loi sur le voile. A moins que Poutou propose de s'interroger sur le droit des seuls musulmans à manifester leur conviction dans l'espace public... Ce qui serait évidemment là encore une position d'avant-garde, bien à l'image du rôle scélérat des enseignants d'Aubervilliers, PF Grond en tête dans la campagne qui s'est conclue sur la loi de 2004.

Dans la période actuelle, il est clair que l'extrême gauche n'est pas claire sur le racisme anti-musulman. Sauf si les musulmans acceptent de se cacher et de ressembler à des chrétiens normaux. Bref, elle fait parfois partie de la croisade, et plus rarement la critique, mais ne la combat jamais. Elle le paiera logiquement fort cher, ce qui est heureux. Le problème, c'est qu'elle ne sera pas la seule, toute la classe le paiera en division notamment. Et sans doute pire encore.


Dernière édition par Toussaint le Jeu 3 Nov - 2:12, édité 1 fois
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Jeu 3 Nov - 1:53

C'est à dire désigner ouvertement les musulmans comme une menace pour la démocratie et la civilisation.

Jeter un cocktail molotov n'est pas la meilleure façon de faire pièce a cette accusation mensongère. Je dirais même qu'au contraire elle ne peut avoir comme effet que de la renforcer : donc condamner "le geste" me semble incontournable. Aprés cela ne vaut pas dire approuver CH, bien au contraire...

Mais "condamner le geste" ne veut pas dire désigner les coupables ! Surtout quand ils sont si "voyant" que çà... C'est comme dans les mauvais polard, ou le Commissaire Bouffémont (un autre de mes pseudonyme) s'écrie en mordant sa pipe "Le coupable est trop évident, il y a quelque chose qui cloche !"
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Toussaint le Jeu 3 Nov - 2:16

La bêtise existe, elle mérite désaccord.

Mais pas condamnation de ma part et encore moins de front sacré derrière la victime du cocktail Molotov.

Si l'auteur de l'attentat est un musulman, c'est un idiot, si c'est un islamiste, c'est un imbécile. Charlie, c'est un torchon raciste.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Jeu 3 Nov - 2:23

La bêtise existe, elle mérite désaccord.

La bêtise est quelquefois remédiable, quelquefois non. Mais quand la bêtise réelle ou supposée revient à se faire l'idiot utile de nos pires ennemi, ce n'est plus la "désapprobation" qui convient, c'est un pain dans la gueule ! De toute façon, ni toi ni moi ne connaissons les auteurs de ces actes : il peut s'agir de musulmans (ils feraient bien de relire le "livre des ruses", édition Sinbad, dans ce cas) ou pas (provocateurs, stratégiee de la tension par des islamophobes, etc)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Toussaint le Jeu 3 Nov - 2:27

ce n'est plus la "désapprobation" qui convient, c'est un pain dans la gueule !

Génial, bonne idée.

Remarque, ce n'est pas une idée originale, plein de gens et de courants politiques vont hurler au "pain dans la gueule". Prends ta place dans la file. Mais fais gaffe. Après, tes copains d'expédition punitive risquent de prendre goût au jeu et de se retourner contre toi.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  gérard menvussa le Jeu 3 Nov - 2:41

J'ai déja dit milles fois que les ennemis de mes ennemis ne sont en aucun cas mes amis ! Tu le sais trés bien d'ailleurs... Et je suis désolé : faire a ce point le jeu des connards racistes islamophobes, cela mérite un peu plus qu'une vague réprobation. Si, comme ça reste possible, il s'agit de connards proche de "riposte laique", tu pardonnera leur bétises ? La bétise, cela se pardonne jusqu'à un certain point...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Vals le Jeu 3 Nov - 17:06

jeudi 3 novembre 2011
À propos de Charlie...

Ces derniers jours, l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été victime d’une double attaque : l’une qui a visé son site internet, l’autre qui a incendié la façade de ses locaux. Il ne fait guère de doute que ces attaques soit provoquée par la teneur du numéro que le journal s’apprêtait à sortir, consacrée à la dénonciation de la montée de l’islamisme en Libye et en Tunisie.

On peut aimer ou pas l’humour et les choix de cet hebdo, ne pas être politiquement d’accord avec ce qu’on y lit, et ce que l’on y voit mais cela vaut cent fois mieux que le silence auquel les intégristes certainement derrière ces attaque voudraient réduire la population, ici, mais aussi dans les pays qu’ils contrôlent, ou qu’ils visent à contrôler.




Communiqué de LUTTE OUVRIERE
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  sylvestre le Jeu 3 Nov - 18:45

Peut-être que Lutte Ouvrière sait des choses que nous ne savons pas sur les auteurs de ces attaques... Pour mémoire des affaires qui avaient l'air clairement l'œuvre de groupes islamistes telles que les attaques à l'"anthrax" de 2001 se sont révélées être des manipulations par de tout autres acteurs - mais ça a pris plusieurs années.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Copas le Jeu 3 Nov - 19:41

Condamnation sans équivoque de l'acte,

wait and see sur les responsabilités et ce qu'on peut en penser.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  fée clochette le Jeu 3 Nov - 20:58

http://havredesavoir.fr/charlie-hebdo/

Parce que c’est un journal qui se drape dans la liberté d’expression, uniquement lorsqu’elle sert ses intérêts, je ne peux être solidaire de Charlie Hebdo.

C’est à se demander devant les provocations que ne cesse de diffuser ce journal, si la liberté supporte encore des limites. La réponse et certes oui, mais ces limites sont dictées par la loi et force est de constater que l’islamophobie ne jouit pas, à titre de comparaison, du même statut que l’antisémitisme.

Il est facile de me rétorquer que l’antisémitisme est du racisme, qu’il faut combattre, dont je ne peux que convenir. Mais où se situe donc la ligne de démarcation entre le racisme antimusulman et le simple blasphème (qui, soit dit en passant, ne doit absolument pas déranger les musulmans) ? C’est la loi qui doit le définir, et malheureusement, des médias comme Charlie Hebdo en profitent pour stigmatiser toute une population à travers sa référence spirituelle.

L’hypocrisie, c’est lorsque Charlie H s’érige en chantre de la liberté d’expression alors que lorsque Siné (arroseur arrosé de son état) a griffonné une caricature qui a déplu aux patrons, son journal n’avait pas invoqué la liberté d’expression et ne s’est donc pas gêné de le virer. D’ailleurs, pour la petite histoire, Siné a été relaxé à Lyon, les juges ayant considéré qu’il »avait usé de son droit à la satire »…

L’hypocrisie, c’est lorsque l’ex directeur de ce journal monte sur ses grands chevaux pour reproduire les caricatures danoises, alors qu’il n’a pas hésité à virer deux humoristes de France inter dont il a été promu directeur, sans s’ embarrasser d’une quelconque liberté d’expression.

Je ne suis donc pas solidaire de ce journal qui profite du déficit de la représentativité des musulmans, et le manque d’outil juridique qui freinerait l’incitation à la haine des musulmans, pour se faire de la publicité à moindre frais. Je ne suis pas solidaire d’un journal qui n’a de respect que pour la raison économique ou le bâton juridique…

Je condamne sans ambages l’agression criminelle des locaux de ce journal, mais je continuerai à combattre cette hypocrisie qui sélectionne ses sujets de satire…

Je crains pour ma société qu’elle ne devienne proie aux extrémistes qu’ils se réclament d’une religion ou d’un quelconque exercice, fut-il la satire….

Hassan SAFOUI
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 52
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Giaches_de_Wert le Jeu 3 Nov - 23:15

Vals a écrit:

Communiqué de LUTTE OUVRIERE

C'est pas un communiqué, mais une brève.

Giaches_de_Wert

Messages : 117
Date d'inscription : 12/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Vals le Jeu 3 Nov - 23:47

Giaches_de_Wert a écrit:
Vals a écrit:

Communiqué de LUTTE OUVRIERE

C'est pas un communiqué, mais une brève.

Exact. Merci.
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'art d'escamoter le sens d'une brève

Message  YuHua le Ven 4 Nov - 1:24

sylvestre a écrit:Peut-être que Lutte Ouvrière sait des choses que nous ne savons pas sur les auteurs de ces attaques...
Je crois que non. Alors enlevons la portion de phrase "certainement derrière ces attaques", et demandons à Roseau s'il est d'accord avec cette appréciation sur les intégristes... de tout poil.
"On peut aimer ou pas l’humour et les choix de cet hebdo, ne pas être politiquement d’accord avec ce qu’on y lit, et ce que l’on y voit mais cela vaut cent fois mieux que le silence auquel les intégristes ... voudraient réduire la population, ici, mais aussi dans les pays qu’ils contrôlent, ou qu’ils visent à contrôler."
avatar
YuHua

Messages : 23
Date d'inscription : 27/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charlie Hebdo

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 17 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum