Royaume-Uni

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  sylvestre le Ven 12 Nov - 11:08

http://www.npa2009.org/content/londres-anticapitaliste


Londres anticapitaliste
jeudi 11 novembre 2010
Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 77 (11/11/10)

Dimanche 31 octobre a eu lieu un important colloque national au King’s College of London, une des principales universités londoniennes. Organisé par le réseau Education Activist Network, dont le Socialist Workers Party (SWP) est la principale force d’organisation, et soutenu notamment par le premier syndicat étudiant, le National Union of Students (NCUS), et la section londonienne du syndicat des enseignants du supérieur, l’University and College Union (UCU), ce colloque préparait la manifestation nationale du 10 novembre à Londres, première étape vers une mobilisation espérée d’ampleur contre les coupes budgétaires de 79 % prévues dans le Supérieur. Le public était composé de nombreux délégués étudiants ou enseignants venant de toute l’Angleterre, et environ 400 militants assistèrent avec enthousiasme aux nombreuses prises de parole. Alan Whitaker, le président de l’UCU, puis John Mc Donnell, parlementaire et membre de la gauche du Labour, ont ouvert le colloque avec des discours combatifs qui, espérons-le, n’étaient pas adaptés au public mais sincères.
De nombreux ateliers ont aussi eu lieu comme « L’université dans un monde libéral » dans lequel intervenait Stathis Kouvelakis, enseignant au King’s College et membre du NPA.
Mais le moment que tous les militants attendaient était le meeting de l’après-midi sur « L’austérité et les résistances en Europe ». Un syndicaliste du métro londonien, en lutte depuis plusieurs semaines contre les suppressions de postes, fut très applaudi avant qu’Alex Callinicos, enseignant au King’s College et dirigeant du SWP, ne fasse le lien entre la crise du capitalisme et les politiques libérales menées partout en Europe. Après les discours d’une étudiante autrichienne sur les occupations des universités en 2009 et d’un étudiant grec sur les grèves contre l’austérité la même année, je fus invité à prendre la parole pour parler de la lutte sur les retraites, des formes d’auto-organisation, des obstacles des directions syndicales, de la solidarité de classe retrouvée et des manifestations nationales à plus de 3 millions. Ce fut un moment important de partage d’expériences et les travailleurs français ont été longuement ovationnés par une salle debout et chantant : « Tous ensemble, tous ensemble ! »
Julien Sergère

http://www.npa2009.org/content/grande-bretagne-la-jeunesse-entre-en-r%C3%A9sistance


Grande-Bretagne : la jeunesse entre en résistance !
jeudi 11 novembre 2010
ImageGalleryHandler.ashx_.jpg

Plus de 50.000 étudiants, lycéens et professeurs britanniques ont manifesté ce mercredi 10 novembre face au Parlement à Westminster, Londres, pour protester contre le projet de réduire les bourses d'études et de tripler les frais d'inscription aux universités, qui passeraient de 3.290 Livres actuellement (3.785 euros) à 9.000 Livres par an (10.350 euros). Rassemblés à l'appel du Syndicat national des étudiants (NUS), les manifestants, très déterminés, ont été durement réprimés par la police lorsqu'ils ont envahis et occupés le siège du Parti conservateur à Millbank. Les affrontements ont été d'une ampleur jamais vue à Londres depuis 20 ans et ont fait 14 blessés, dont 7 policiers et plusieurs dizaines d'arrestations.

L'occupation du siège des « tories » à Millbank a été le moment fort de cette mobilisation qui a surpris les médias par son ampleur et sa radicalité. A l'intérieur des bureaux occupés, plusieurs permanents du parti conservateur se sont barricadés dans leurs bureaux, dont la présidente du parti, la baronne Warsi, restée en contact téléphonique avec la police à l'extérieur. Des slogans ont été peints sur les murs et du mobilier jeté par les fenêtres aux cris de « cochons de conservateurs ». La police semble avoir été totalement surprise elle-aussi et un moment débordée et forcée de reculer face à la détermination des étudiants.

Un groupe étudiant a diffusé une déclaration disant; « Nous occupons le siège du parti conservateur en opposition à la marchandisation de l'enseignement approuvée par le gouvernement de coalition et à sa volonté d'aider les riches pour s'attaquer aux pauvres. Nous appelons à l'action directe pour s'opposer à l'austérité. Ceci n'est que le début de la résistance ».

Le président du NUS a condamné les « actions violentes » tout en prévenant les députés libéraux qu'ils seront expulsés du parlement s'ils votent en faveur de l'augmentaiton des frais d'inscription. Pendant la denrière campagne électorale pour les législatives, les libéraux avaient en effet promis qu'ils n'augmenteraient pas les frais d'inscription universitaires, augmentation aujourd'hui envisagée afin de à compenser les coupures dans les subsides publics aux universités décidées dans le cadre du plan d'austérité drastique décidé par le gouvernement de coalition libéral-conservateur.

Après la Grèce et la France, cette manifestation du 10 novembre pourrait être le signal du réveil de la jeunesse et de la classe ouvrière anglaise, jusqu'ici relativement passive face à ces mesures d'austérité sans précédent prises par le gouvenrement de James Cameron, qui se targuait il y a peu encore de parvenir à un large « consensus » autour de ses politiques antisociales.

Georges Kopp, le 11 janvier 2010.

Petite erreur dans le dernier article, le premier ministre britannique s'appelle David Cameron, pas James ! Même si on peut espérer que son gouvernement partage le sort du Titanic....
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  nico37 le Dim 14 Nov - 21:38

Le 10 novembre à Londres, cinquante mille étudiants et universitaires défilaient dans les rues de Londres contre l'augmentation des frais d'inscription et les réductions de budget annoncées dans les universités britanniques.

En effet, le gouvernement de David Cameron a décidé de réduire le budget de l'enseignement supérieur d'environ trois milliards de livres à l'horizon 2014-2015, tout en annonçant que tout nouveau financement de l'État se ferait uniquement pour l'enseignement scientifique, technologique, pour l'ingénierie et les mathématiques.

D'autre part, d'ici 2012, le gouvernement britannique veut augmenter les frais d'inscription en licence (undergraduate), qui s'élevaient déjà à trois mille trois cent livres par an, en les passant à six mille livres et à neuf mille livres dans les universités les plus « cotées ».

Après avoir lutté ces dernières années contre toutes les tentatives d'application du système universitaire anglo-saxons en France, cette nouvelle réforme montre toute l'ampleur de l'injustice d'un système universitaire basé sur la concurrence et inscrit dans l'économie de marché. La Fédération SUD-Étudiant apporte tout son soutien à la mobilisation des étudiants anglais. De plus, elle condamne fermement ces augmentations de frais d'inscriptions et ces réductions de budget, dont on connait les similitudes avec les projets du gouvernement français.

En Grande-Bretagne comme dans toute l'Europe, les gouvernements mettent en place des politiques anti-sociales de réductions de budgets sur le dos des étudiants, des jeunes et des classes populaires. Tout comme les étudiants britanniques, nous refusons de payer la crise du capitalisme !

Fédération SUD Étudiant

nico37

Messages : 7048
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

pour les parigots:

Message  chejuanito le Mar 16 Nov - 9:00

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN au mouvement étudiant anglais contre la hausse des frais d’inscription et les coupes budgétaires

Jeudi 18 novembre a 18 h
Devant l’ambassade de Grande Bretagne
35 rue du fbg Saint Honoré
75008 PARIS
Métro Madeleine

- - - - - -

Hausse des frais d’inscription et coupes budgétaires
Alors que les libéraux-démocrates, membres de la coalition au pouvoir, s’étaient engagés à abolir les frais d’inscription à l’université, David Willetts, le secrétaire d’Etat britannique conservateur chargé des universités, a ­annoncé en octobre que le coût d’une année à l’université pourrait désormais s’élever à 9 000 livres par an (10 597 euros), soit près du double du montant actuel. Rappelons que les frais de scolarité ont déjà triplé ces vingt dernières années, interdisant l’accès à l’éducation supérieure d’une immense majorité de la population. Le gouvernement prévoit par ailleurs de réduire la part allouée à l’éducation dans son budget d’environ 40 % dès 2012.

50 000 étudiants défient le gouvernement
C’est pourquoi le 10 novembre, près de 50 000 étudiants et travailleurs de l’éducation se sont rassemblés à ­Londres pour manifester contre cette augmentation des droits d’inscription et les coupes budgétaires. Pendant la manifestation, plusieurs centaines d’étudiants ont décidé d’occuper les locaux du parti conservateur. Depuis les bâtiments de Millbank, les occupants ont fait circuler le communiqué suivant : « Nous sommes opposés à toute coupe budgétaire et à la marchandisation de l’éducation. Nous occupons le toit du siège du parti conservateur afin de démontrer notre opposition au système conservateur qui consiste à attaquer les pauvres et à venir en aide aux plus riches. Ce n’est qu’un début. »

Des tabloïds au service de la répression
Dans les heures qui ont suivi l’annonce de l’occupation, le premier ministre, le maire de Londres ou encore Aaron Porter, président de la National Union of Students 1, ont condamné les faits en les qualifiant de « violence et d’irresponsabilité » d’une « minorité » non « représentative » « d’idiots » et « d’extrémistes ». Le Daily Mail titrait dès le lendemain sur le « détournement d’une manifestation de classes moyennes par les anarchistes ». Alors que plus d’une cinquantaine d’arrestations ont eu lieu et que la police, ainsi que certains tabloïds, sont lancés dans ce qu’un appel collectif relayé par la National Campaign Against Fees and Cuts 2 dénonce comme une « réelle chasse aux sorcières », la solidarité s’est déjà mise en marche outre-Manche.

Où est la violence ?
Le 11 novembre, les étudiants de Manchester ont occupé pacifiquement une partie de leurs locaux pour lutter contre la privatisation de leurs universités. Des personnels et étudiants du Goldsmiths College ont également tenu à témoigner publiquement leur solidarité avec les occupants de Millbank en rappelant que la « violence réelle […] n’est pas celle liée aux fenêtres brisées mais à l’impact destructeur des coupes budgétaires et de la privatisation… ».

Un contexte européen de privatisation de l’enseignement
Les années précédentes, en Grèce, en Allemagne, en Italie, et plus récemment encore à Dublin, les étudiants ont amorcé des luttes contre la politique européenne de privatisation de l’enseignement supérieur et de mise en concurrence des établissements. L’éducation, en devenant un « marché », s’assujettit aux mêmes règles économiques qu’une entreprise : coupes budgétaires, nécessaire rentabilité passant par la hausse des frais d’inscription, restructuration et licenciements, utilisation de personnels précaires.

Solidarité internationale
Le syndicat CNT de l’éducation, et ses sections Supérieur Recherche, tiennent à affirmer leur solidarité avec la lutte des étudiants et personnels des universités en Grande-Bretagne. Leur lutte est la nôtre. Contre la privatisation européenne des universités, la précarisation des personnels, et contre la répression des mouvements sociaux, « solidarity with the National Campaign against Fees and Cuts »

- - - - - -

Confédération Nationale du Travail
Syndicat de l’Education,

PDF - 120.3 ko

Sections Supérieur/Recherche
33, rue des Vignoles 75020 Paris
http://www.cnt-f.org
avatar
chejuanito

Messages : 566
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  sylvestre le Ven 19 Nov - 12:47

http://www.npa2009.org/content/grande-bretagne-l%E2%80%99histoire-nous-mord-la-nuque

Grande-Bretagne. L’histoire nous mord la nuque

studentdemo.jpg

À Londres, le mercredi 10 novembre, tout a changé. Confrontés à des coupes budgétaires de 95 milliards d’euros dans le secteur public, avec des projets de doubler ou tripler les droits d’entrée à l’université, 50 000 étudiants et travailleurs des universités ont brisé le mythe selon lequel l’austérité est inévitable. Des milliers d’entre eux ont assiégé le siège du Parti conservateur dans l’immeuble de Millbank, en humiliant la police.
L’establishment est scandalisé et a essayé d’imposer une version des événements : « Des militants de groupes d’extrême gauche ont poussé un mélange d’étudiants de la classe moyenne et d’élèves et lycéens plus jeunes à la frénésie » hurlait un article à la une du journal de droite The Daily Mail. Les dirigeants du syndicat étudiant NUS et du syndicat enseignant UCU ont fait écho à la condamnation par l’establishment d’une « minuscule minorité » qui a « détourné » la manifestation.
La réalité était bien différente. Cette manifestation de défiance, confiante en ses forces, pleine de vie, a exprimé le sentiment que les coupes du gouvernement sont illégitimes et n’ont pas de mandat démocratique. Les manifestants de Londres partageaient donc une colère profonde avec les millions de manifestants en France ces dernières semaines.
Les manifestants ont également trouvé de nombreuses manières d’exprimer leur rage. Beaucoup manifestaient pour la première fois. Des milliers d’entre eux tenaient des pancartes ou scandaient des slogans qui exprimaient un humour, une colère et un mépris brutal et sans compromis pour les ministres : « Robert Mugabe ne me ferait pas payer pour la fac », « David Cameron, fous le camp et retourne à Eton », « Les seules coupes que nous voulons voir, ce sont les Conservateurs à la guillotine », etc.
Ce fut une célébration insolente de la furie populaire envers l’arrogance et l’hypocrisie de la coalition libéraux-conservateurs. Le slogan « No ifs, no buts, no education cuts » (« Pas de "si", pas de "mais", pas de réduction dans l’éducation ») fut repris par les milliers de manifestants qui se sont réunis à Millbank où ils sont restés pendant plusieurs heures, applaudissant l’invasion de l’immeuble. L’occupation faisait partie de l’atmosphère de la manifestation, et n’avait de sens que dans le contexte d’une colère légitime qui n’a pas de voix dans l’arène politique dominante.
Le 10 novembre marque l’entrée de la Grand-Bretagne dans un cycle de protestation qui a commencé à Athènes. La tradition radicale de désobéissance civile incarnée par les Chartistes, les Suffragettes, et les manifestants contre la Poll Tax s’est dressée à nouveau et a rugi son message dans les rues de Londres : la contre-offensive a commencé. Ce message doit à présent retentir dans toutes les facs et tous les lieux de travail jusqu’à ce que la direction du mouvement ouvrier et syndical sorte de son conservatisme. De nouvelles manifestations sont prévues pour le 24 novembre.
Jim Wolfreys

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  chejuanito le Mer 24 Nov - 20:57

Manifestations en Grande-Bretagne: 13 blessés, 15 arrestations à Londres
avatar
chejuanito

Messages : 566
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  Aura le Mer 24 Nov - 23:40

GB : Des milliers d'étudiants manifestent leur colère contre l'austérité
De Danny KEMP et Lucie GODEAU (AFP) – Il y a 4 heures



LONDRES — Des milliers d'étudiants sont descendus dans les ruesde plusieurs villes britanniques pour protester contre la hausse desfrais d'inscription à l'université mercredi, y compris à Londres où deséchauffourées ont eu lieu, quinze jours après une premièremanifestation violente.Des centaines de policiers, dont des unités depolice montée, ont fait barrage face à des milliers d'étudiants etd'élèves du secondaire venus manifester leur colère à Whitehall, lequartier des ministères à Londres, ont constaté des journalistes del'AFP."Saloperie de Tories, faites gaffe", "A bas les coupes", ontscandé des étudiants, dont certains étaient masqués ou portaient descapuches relevées au cours de ces manifestations inhabituelles enGrande-Bretagne.Malgré une présence policière renforcée, quelquesheurts ont éclaté dans la capitale. Une estafette de police vide a étéattaqué par des manifestants, qui ont détruit son pare-brise à cou! psde barres.Certains étudiants sont parvenus à escalader des bâtimentsofficiels ou sont montés sur des arrêts de bus, tandis que d'autreslançaient des fumigènes et des bâtons sur les barrages de police. Troisétudiants ont été arrêtés à Londres, où deux policiers ont été blessés,et deux étudiants à Cambridge, selon un premier bilan policier.Avecquelque 10.000 manifestants sur plusieurs sites à Londres et dequelques centaines à 3.000 dans les autres villes universitaires dupays, selon les estimations de l'agence nationale Press Association, lamobilisation apparaissait cependant plus faible que le 10 novembre.Près de 50.000 manifestants s'étaient alors rassemblés à Londres."On vafaire tout ce qu'on peut pour arrêter ça; l'austérité veut direévidemment plus d'inégalités sociales (...); c'est juste stupide",lâche Anthony Moore-Baspos, 23 ans, qui étudie l'allemand au King'sCollege de Londres."Nous sommes ici pour m! ontrer au gouvernementcomment ça se passe quand on est en colère";, déclare un autre étudiant masqué, après avoir grimpé jusqu'auxfenêtres du Foreign Office, sans vouloir donner son nom.Bethany Hawker,une collégienne de 15 ans en uniforme noir et chemise blanche, aexpliqué avoir quitté son établissement avec deux amis pour venirmanifester: "Je veux aller à l'université, je veux faire quelque chosede ma vie, mais ces coupes vont rendre cela presque impossible. Ma mèrevit des allocs et a déjà du mal à joindre les deux bouts".Legouvernement a prévu d'augmenter fortement les frais d'inscription desuniversités anglaises en les portant de 3.290 livres (3.867 euros) parétudiant et par an à 6.000 livres, et dans "des circonstancesexceptionnelles" à 9.000 livres.Des manifestations et occupationsd'universités ont eu lieu à Oxford et Cambridge, ainsi qu'à Manchester,Bristol, Sheffield et Leeds.Lors de la précédente journée d'action desétudiants le 10 novembre, les forces de l'ordre en ! sous-effectifsavaient été débordées par des manifestants, qui avaient envahi le siègedu parti conservateur à Londres. La police avait procédé à 66arrestations, dont celle d'un étudiant soupçonné d'avoir jeté unextincteur sur des policiers du haut de l'immeuble.Les étudiantsavaient annoncé qu'ils comptaient cette fois-ci viser leslibéraux-démocrates, alliés aux conservateurs au sein du gouvernement,qu'ils accusent d'avoir renié leur promesse électorale de combattretoute augmentation des frais d'inscription. Un petit groupe demanifestants a pendu symboliquement une effigie de Nick Clegg, leaderdes libéraux-démocrates à une corde mardi soir au moment où ceresponsable prononçait un discours dans le nord de Londres.
avatar
Aura

Messages : 262
Date d'inscription : 28/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  sylvestre le Jeu 25 Nov - 15:45

Une excellente vidéo des manifs d'hier :







avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  nico37 le Jeu 25 Nov - 21:28

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  Roseau le Lun 3 Jan - 4:19

Description très détaillée des mesures de régression sociale en cours au Royaume Uni
http://www.pauljorion.com/blog/?p=19908#comment-137906
avatar
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  sylvestre le Mar 11 Jan - 12:37

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/01/10/un-policier-infiltre-dans-des-ong-ecolos-change-de-camp/

Lundi 10 janvier 2011

000_par2841322.1294683166.jpg

C’est une histoire d’infiltré digne des films de Martin Scorsese. Ici, ce n’est pas la pègre irlandaise qu’affronte sans merci la police mais la mouvance écologiste. Dans le rôle du “bad cop” contraint d’agir en sous-marin et de mener une double vie, Mark Kennedy, un agent de Scotland Yard qui a passé sept ans comme taupe dans des dizaines de groupes de protestation, des militants antiracistes, des anarchistes mais surtout des associations et ONG vertes. L’auteur de ce scénario qui s’avère tout sauf fictif, c’est le Guardian, qui publie aujourd’hui une enquête à la fois passionnante, haletante et effrayante.

 

Celui qui risque fort de déchaîner les tabloïds anglais ne s’est pas contenté d’être un espion passif, dont la mission consiste à glaner discrètement des informations confidentielles. Il s’est en réalité largement impliqué dans les organisations qu’il avait infiltrées, voyageant dans 22 pays, participant à la recherche de fonds et jouant un rôle de premier plan dans certains des affrontements les plus médiatisés de cette dernière décennie.

A ses débuts comme taupe, en 2003, Mark Kennedy choisit comme couverture celle d’un grimpeur professionnel, Mark Stone, avec pour but de perturber les associations pacifiques britanniques de lutte contre le changement climatique. Alors âgé de 33 ans, arborant des cheveux longs, des boucles d’oreilles et des tatouages, il assiste à presque toutes les manifestations de grande envergure au Royaume-Uni jusqu’aux protestations contre le G20 à Londres en avril 2009.

kennedy.1294683536.jpgTout bascule à ce moment-là, lorsque l’infiltré et des militants écologistes tentent de pénétrer à l’intérieur de la centrale à charbon de Ratcliffe-on-Soar, dans le centre de l’Angleterre, dans le but de la stopper pour empêcher l’émission de milliers de tonnes de carbone. Plus de 110 manifestants sont alors arrêtés. Six sont actuellement jugés pour complot par la Haute cour de justice anglaise.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, et la taupe retrouver les rangs de la police dans la discrétion la plus absolue. Mais entre temps, Kennedy semble avoir changé de camp et rejoint la cause écologiste, adhérant à la lutte contre le changement climatique. Il décide alors de ne pas laisser ses nouveaux “amis” être jugés coupables et contacte les avocats de la défense pour témoigner en leur faveur. C’est le coup de théâtre au procès. Et son identité s’avère dévoilée.

Le procès est donc aujourd’hui suspendu, la police devant se justifier sur ses méthodes d’infiltration. Les juges doivent aussi se prononcer sur le rôle précis joué par Kennedy, qui a aujourd’hui quitté le Met ainsi que le Royaume-Uni. Pour l’instant, les documents saisis par la justice prouvent que la mission avortée d’arrêt de la centrale a été pour l’essentiel imaginée, organisée et réalisée par l’ex-flic. Agent provocateur ou policier passé militant écolo, les juges trancheront.

 

Photos : manifestation devant la centrale de Ratcliffe-on-Soar en 2009 (AFP) et Mark Kennedy (TNT magazine).

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Royaume-Uni

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 12 Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum