Maroc

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Maroc

Message  Gauvain le Lun 28 Juin - 11:32

La répression s’abat sur l’université d’Ibn Zohr à Agadir – Stop à la répression du mouvement estudiantin
Attac Maroc
25 juin 2010
Augmenter police Diminuer police version imprimable n°17861

L’Université d’Ibn Zohr à Agadir a connu tout au long de cette année des batailles estudiantines pour la défense de leur droit pour un enseignement public, gratuit et de qualité. Suite à la décision des étudiants de boycotter les examens, prise de manière démocratique, pour protester contre le refus de la direction de reporter la date de ces épreuves. Les étudiants demandaient un report pour leur permettre de bien se préparer. Le 7 juin dernier, les forces de répression prennent d’assaut le campus universitaire. Ils vont faire preuve de leur brutalité habituelle.

Bilan : plusieurs blessés dont une étudiante qui s’est fracturé la cuisse après que les forces de répression l’’ont jeté du 2e étage ! La direction assistée par la police ont obligé les étudiants a passer les épreuves de force. Les arrestations ont été nombreuses, 16 étudiant-e-s sont poursuivis dont 7 le sont en détention provisoire.

L’université Qadi Ayad à Marrakech a connu aussi l’arrestation de deux étudiants le 14 juin dernier. Cette répression arrive dans un contexte de raidissement du pouvoir face à aux mouvements sociaux, organisées ou spontanées. On assiste depuis des mois à la criminalisation de ces derniers qui luttent contre les politiques libérales appliquées au Maroc, sous les orientations des Institutions financières internationales et pour mieux servir les multinationales et les capitalistes locaux.

Dans les quatre coins du pays, des sit-in et des marches sont interdits ou réprimés dans le sang. Les arrestations et les condamnations des militant-e-s se multiplient (étudiants de Fès, Marrakech et Agadir ; plus de vingt procès des diplômés chômeurs, les syndicalistes Bouârfa et de SMESSI Régie de Khouribga ; des citoyens à Missour, Chefchaoun, etc.

La vague de répression a atteint aussi les journalistes et la presse indépendante et l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), qui subit depuis des semaines une attaque haineuse politico-médiatique.

Nous à ATTAC Maroc, nous considérons que cette attaque contre les libertés, dans toutes ses formes vise à imposer les politiques libérales aux citoyens de force. En tant que partie du mouvement social pour un autre Maroc, cette situation nous inquiète et nous touche directement, plusieurs militants d’ATTAC sont parmi les militant-e-s poursuivis. Devant cette situation nous annonçons :

- Notre entière solidarité avec les étudiants arrêtés et à leur tête nos camarades d’ATTAC Maroc

- Nous condamnons l’assaut par les forces de répression des campus d’’Agadir et Marrakech et les sévices et les menaces subirent par les étudiant-e-s

- Nous condamnons la criminalisation des mouvements sociaux au Maroc, ainsi que la répression et les arrestations des manifestants, des syndicalistes dans toutes les régions du pays.

- Nous rejetons l’ensemble des politiques libérales menées par l’Etat marocain dans la mise en œuvre des recommandations des IFI qui vont à l’encontre des intérêts du peuple marocain.

- Nous exigeons la libération immédiate des détenus et l’arrêt des poursuites contre les militants estudiantins à Agadir, Marrakech et dans les autres campus.

- Nous condamnons les jugements fantoches à l’’encontre des étudiants d’’Agadir : trois mois de prison ferme et une amende de 1000 DH pour Souad el-Houti, Hicham Laribi, Amine Bassir, Abdelfatah Ait Belkacem et Mohamed Mahdouf. Trois mois de prison avec sursis et 1000 DH d’amende pour Kamal Boutbagh, Ali Moubarek, Mohamed Chouich et Abdelaziz Ahdib.

Le procès du groupe de Zahira Boulmasitri et Saidia D’haim a été reporté pour le 4 octobre 2010.

- Nous demandons aux responsables du pillage des richesses du pays de rendre des comptes de la fin de l’impunité dans ce domaine.

- Nous demandons de poursuivre les responsables des violences contre les manifestants

- Nous exprimons de nouveau notre solidarité avec l’AMDH face à la violente campagne contre elle.

- Nous appelons toutes les forces vives qui luttent à intensifier et coordonner les efforts pour défendre les libertés civiles et politiques.

Casablanca, le 25 juin 2010

Attac Maroc, Secrétariat national
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article17861
avatar
Gauvain

Messages : 764
Date d'inscription : 23/06/2010
Localisation : 75/78

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  sylvestre le Mer 28 Juil - 12:19

http://www.rue89.com/2010/07/27/au-maroc-la-resistance-des-cultivateurs-de-cannabis-160056

Au Maroc, la résistance des cultivateurs de cannabis


Les agriculteurs du Nord du pays, obligés de cultiver du « kif » pour survivre, sont soumis à des pressions de la police marocaine.

Un plant de cannabis près de Chefchaouen, dans la région du Rif, au Maroc, en août 2008 (Rafael Marchante/Reuters)

(De Bab Berred, Maroc) Le village de Bab Berred, niché au cœur des montagnes du Rif dans le Nord du Maroc, a retrouvé le calme. Le 11 avril dernier, une tentative de perquisition dans le domicile d'un cultivateur de cannabis a conduit des milliers de personnes dans les rues.

La veille de la manifestation, dès l'aube, des camions de police et de l'armée avaient encerclé la maison d'un agriculteur, tentant de perquisitionner son domicile en invoquant la présence d'armes illégales. Mais la maîtresse de maison leur avait barré la route et des dizaines de voisins s'étaient joints à elle en signe de solidarité.

« Ils nous ont accusés d'avoir des armes. Je leur ai dit que l'on n'en avait pas, » explique Abdelouaret El Bhoidi, un cultivateur de kif :

« Un policier est venu vérifier dans la maison de mon beau-père. Ici, tout le monde se connaît. Ils savent bien qu'il n'y a pas d'armes et que nous sommes contre. »

Environ 10 000 personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer la corruption des autorités dont les cultivateurs se disent victimes. L'armée et la police présentes à Bab Berred durant la manifestation n'ont rien pu faire et ont préféré battre prudemment en retraite.

La culture du haschisch, illégale mais tolérée

Dans cette région qui s'étend sur 30 000 km2, des milliers de familles vivent de la culture du cannabis ou, comme on l'appelle communément au Maroc, du « kif », depuis plusieurs décennies.

Selon les agriculteurs, les conditions climatiques précaires rendent impossible toute autre culture. La production de haschisch est clairement interdite par la loi, mais elle est néanmoins tolérée par les autorités qui, selon les fermiers, y trouvent aussi leur compte.

Malgré des pressions européennes sur le gouvernement marocain pour éradiquer cette culture, et plusieurs projets visant à réduire la production de cannabis, la quasi-totalité des cultivateurs continuent à cultiver la plante au grand jour.

Abdellah Eljout, un élu local et militant associatif, souligne :

« Il n'y a pas d'alternatives dans la région. On est à la cinquième génération de culture de cannabis. Cette région a besoin d'aide. Les gens ne disent pas qu'ils veulent cultiver du cannabis, ils disent qu'ils veulent vivre. Et ils sont prêts à ne plus en cultiver à condition de trouver un moyen de subsistance qui soit digne. »

Selon Abdellah Eljout, la solution commence d'abord par une volonté politique d'appliquer la loi et de stopper une culture qui dure depuis plus de cent ans en donnant les moyens aux paysans de travailler la terre autrement.

Une culture qui profite à une minorité

Très peu d'habitants de la région profitent vraiment de cette culture. Certaines maisons cossues appartiennent à la poignée de cultivateurs et d'intermédiaires qui se sont enrichis de cette production. Le reste des habitants gagnent péniblement leur vie.

Abdelouaret El Bohidi ne produit que dix kilos de cannabis par an, qu'il vend à 250 euros le kilo. Entre rackets et intempéries, ses revenus sont très faibles et il gagne à peine de quoi faire vivre sa famille :

« C'est tout ce que je possède. Avec [ces sacs de kif], j'achète des graines, du blé, de l'huile, du savon, les cahiers d'école, je paie l'électricité, j'achète à manger. Je soigne mes enfants. Si le roi nous dit d'arrêter, on le fera sur place. Je mangerais de la terre plutôt que de défier l'ordre de mon roi. »

Un autre agriculteur qui préfère garder l'anonymat raconte les descentes régulières des autorités qui négocient la liberté des cultivateurs : ils utiliseraient des avis de recherche comme moyen de pression afin d'obliger les agriculteurs à payer en échange de leur liberté. Il explique :

« Si tu ne leur donnes rien, tu vas en prison, ils n'ont rien à perdre. Ils te jettent en prison pour te donner en exemple aux autres. »

Les agriculteurs exigent de l'Etat une position claire sur le problème dans la région. Un autre cultivateur, Mohamed Amaghir, déclare :

« S'ils veulent nous interdire de cultiver, qu'ils nous le disent à la télévision ou que nos élus ou les autorités nous le disent. Nous, on ne demande qu'un morceau de pain et rien d'autre. »

Photo : un plant de cannabis près de Chefchaouen, dans la région du Rif, au Maroc, en août 2008 (Rafael Marchante/Reuters)

avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le début d'une révolte au Maroc ?

Message  BouffonVert72 le Dim 20 Fév - 3:37

http://www.20minutes.fr/article/673229/monde-maroc-heurts-nord



Créé le 19.02.11 à 21h23 -- Mis à jour le 19.02.11 à 22h04


Maroc : des heurts dans le Nord

Les marocains ont protesté contre une filiale de Veolia...

Vendredi soir à Tanger, des manifestants se sont attaqués à un commissariat de police et à des locaux liés à des entreprises françaises dans le cadre d'un litige concernant la gestion de sociétés locales de services à l'environnement, ont rapporté samedi des organisateurs et des habitants.

Ces troubles dans la cité portuaire située à la pointe nord-ouest du Maroc ont éclaté à moins de 48 heures d'un mouvement de protestation à l'échelon national visant à précipiter des réforme politiques. Mais rien ne prouve pour le moment que les deux faits soient directement liés.

La police antiémeute est intervenue pour disperser la manifestation, au départ un sit-in organisé devant l'hôtel de ville qui s'est transformé en marche rassemblant des centaines de protestataires, a précisé la branche marocaine de l'ONG Attac sur son site internet.

Le sit-in avait été organisé par Attac Maroc pour obtenir l'annulation d'un contrat de services attribué par la municipalité à une filiale de la société française Veolia . Les Marocains se plaignent souvent des tarifs pratiqués par les entreprises de services étrangères sous contrat dans leurs villes.

Les responsables gouvernementaux n'ont pas commenté l'information jusqu'ici.

Dispersion musclée

S'exprimant sous couvert de l'anonymat, des Tangérois ont confirmé qu'une manifestation de protestation contre les tarifs de la filiale de Veolia s'était transformée en marche. Les forces de l'ordre ont empêché les marcheurs de gagner le centre-ville.

Un habitant a rapporté que les policiers avaient fait usage de matraques pour disperser les protestataires. Le site Tanjanews.com a mis en ligne des photos de fenêtres brisées d'un commissariat de police et de succursales de filiales de Veolia et de la banque française Société générale, dont une agence a, par la suite, été incendiee.

Un groupe de jeunes Marocains qui se fait appeler «Mouvement du 20 février pour le changement» a lancé un mot d'ordre de manifestations de protestation à travers le royaume pour dimanche. Leur objectif: obtenir des réformes constitutionnelles susceptibles de rogner les prérogatives du roi Mohamed VI et d'accroître l'indépendance du système judiciaire.

Avec Reuters


Mohamed 6 va-t-il se faire virer, et remplacer par une dictature militaire comme en Egypte ?
Ou va-t-on vers une révolte qui se terminera par une révolution par les urnes de type tunisienne ?

A quand un début de qq chose en France ? Crying or Very sad


Les commentaires d'EmilieJolie73 m'ont bien fait rire... Laughing
avatar
BouffonVert72

Messages : 1748
Date d'inscription : 10/07/2010
Age : 46
Localisation : sur mon réformiste planeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Roseau le Dim 20 Fév - 4:46

Les tunisiens ont compris qu'il n'y a jamais eu de "révolution par les urnes". Ils ont agi.
avatar
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Dim 20 Fév - 11:07

Roseau a écrit:Les tunisiens ont compris qu'il n'y a jamais eu de "révolution par les urnes". Ils ont agi.

ça fait parti des transgressions de notre ami bouffon, là où il y a une révolution par les (ovaires) burnes, il voit une révolution par les urnes...

On ne le refait pas, il appèle à la démobilisation et à rentrer chez soi pour préparer le grand soir électoral en Tunisie , c'est logique que là il voit passer des soucoupes volantes...

Mohamed VI n'a pas besoin d'installer une dictature militaire, il est la dictature !
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  fée clochette le Dim 20 Fév - 11:16

Le Maroc doit à son tour descendre dans le rue ce dimanche.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/repression-sanglante-en-libye-appel-a-la-greve-a-bahrein_964329.html#xtor=AL-447
avatar
fée clochette

Messages : 1274
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 53
Localisation : vachement loin de la capitale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  irneh09218 le Dim 20 Fév - 21:05

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=p5z5vqmcpt4



Chefchouen



Casa



La fermentation court contre la dictature



Tanger









En fond se tient également la bataille du port de Tanger qui oppose les travailleurs à la police, les patrons et le régime





avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  irneh09218 le Lun 9 Jan - 22:00

Toujours des manifestations au Maroc, ce coup ci menées par les "berbères" :

http://www.intereconomia.com/noticias-gaceta/internacional/arde-marruecos-20120105
avatar
irneh09218

Messages : 502
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 67
Localisation : L'Ametlla de mar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Ven 3 Fév - 19:59

Un texte détaillé


Maroc : le Mouvement du 20 février un an après
(Europe Solidaire)

CHAWQUI Lotfi
2 février 2012



Une leçon particulière des processus révolutionnaires dans la région arabe concerne, au-delà de l’embrasement général et de la dialectique régionale des luttes, les rythmes différenciés de la lutte pour le renversement des dictatures.

Chaque pays, en fonction de son histoire, de la forme du régime politique, des traditions de résistance populaire et nationale, de ses liens avec l’impérialisme mais aussi de sa structure sociale, connait des embrasements plus ou moins rapides, plus ou moins généralisés. On peut légitimement se demander pourquoi au Maroc, mais la question concerne aussi d’autres situations, il n’y a pas de percée qualitative. Qui n’avance pas recule dit un vieil adage, mais ici on se heurte à un risque inverse : celui de figer des difficultés et problèmes à résoudre, de théoriser la défaite parce qu’il n’y a pas de victoires immédiates. Il est néanmoins nécessaire de prendre du recul, ne serait-ce que pour mesurer la nature exacte des défis qui permettraient au mouvement populaire de se redéployer.
La politique de la monarchie

• La monarchie a gagné une bataille. Elle a su imposer son agenda de réformes octroyées qui va du « changement » de la constitution à l’instauration d’un gouvernement officiellement dirigé par un parti islamiste : le Parti de la Justice et du Développement. Sans doute, cela ne change rien à la situation générale, d’un point de vue global, mais cet agenda (referendum et élections) a eu un effet sur le terrain politique immédiat. Cette séquence, a en effet contribué, à ce que le mouvement se positionne principalement par rapport aux initiatives de la monarchie, plutôt que de définir clairement sa position par rapport à celle-ci. La critique s’est concentrée sur les hommes du sérail, le non représentativité des instances élues et des processus électoraux, l’absence de constitution démocratique, c’est-à-dire sur les formes légales du régime autoritaire, sa cuirasse extérieure, sans remise en cause des fondements réels du pouvoir absolu.

.../... la suite sur le site Europe Solidaire
trouvé via le site sur les révolutions arabes
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Vals le Dim 25 Mar - 0:02

Du VIOL au MARIAGE FORCE (Initiative Communiste Ouvrière)


Le 10 mars dernier, Amina El Filali, jeune fille de 16 ans violée, battue et contrainte d’épouser son violeur, s’est suicidée. C’est l’ultime solution dramatique qu’Amina a trouvé pour échapper au piège que lui ont tendu la loi et son violeur.



Le pouvoir misogyne a encore frappé ce 10 mars 2012, et cette fois au Maroc ! Imaginez l’horreur qu’a pu vivre Amina, depuis son viol et du destin tragique qui lui était réservé ensuite.

Dans ce village où s’est déroulée l’agression, la famille a fait appel à la justice du pays pour faire valoir l’article 475 du code pénal marocain, qui prévoit pour les violeurs, d’échapper à des poursuites et d’éviter une longue peine de prison en épousant leur victime si elle est mineure, et pour les familles, de sauver leur « honneur » et de purifier « leurs filles ».


Ainsi, le viol qu’a subi Amina n’était pas suffisant pour la justice et le dictat misogynes de ce pays ! Elle a donc été contrainte par sa famille de se soumettre au mariage forcé avec son violeur au nom de « l’honneur ». Entre les quatre murs de la maison de l’agresseur, que c’est-il passé tous les jours au sein de ce mariage forcé…. Amina n’a eu aucune autre issue que de se donner la mort pour échapper à l’horreur quotidienne.

Les mariages forcés avec leurs violeurs, il en existe tous les jours dans ces pays dirigés par des hommes, pour protéger des hommes. Comme s’il suffisait de violer une femme pour l’épouser. Au Maroc, depuis 2006, le gouvernement promet d’annuler cet article de loi et d’adopter une législation interdisant les violences faites aux femmes. Mais cela n’a toujours pas eu lieu. Des centaines de marocaines ont manifestées dans les rues ces derniers jours pour réclamer une véritable réforme, révoltées par ce nouveau drame qui les touche dans leur liberté, et pour revendiquer l’égalité une fois pour toute.

Ces lois médiévales et misogynes n’ont pas de place dans le monde civilisé. Un monde sans libération des femmes n’est pas un monde libre, et il ne le sera pas tant que ne sera pas mis fin à toutes les formes de discriminations à l’encontre des femmes. Il est temps de prendre la rue ici et partout dans le monde, de toutes nos forces et d’abolir l’apartheid sexuel du régime misogyne pour commencer et demander l’abolition de ces lois qui profitent au coupable, et non à sa victime.

avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Dim 8 Avr - 13:49

Les travailleurs des centres d'appel se rebiffent :

La lutte des télé-conseillers de Total Call, filiale de Free au maroc
Salaires, conditions de travail, de transport et la question des repas

Depuis des semaines Total Call est secoué par la protestation des travailleurs :




La solidarité internationale
le communiqué de la CGT-FAPT :

" Cette situation vécue au Maroc est la conséquence de la stratégie des opérateurs et de leurs sous-traitants, qui vise avant tout à préserver voire augmenter leurs marges en faisant de l’emploi et des salaires la variable d’ajustement", écrit la CGT FAPT.

"Ainsi Free, comme les autres opérateurs de téléphonie mobile tirent profit des différences de réglementations et de coût du travail pour remettre en cause l’emploi et les acquis sociaux en France et faire payer aux collègues Marocains le prix de la guerre économique.

La CGT FAPT affirme qu’il n’y a aucune fatalité à la baisse de l’emploi et des rémunérations. Le niveau des marges des opérateurs permet une politique de baisse des tarifs, tout en maintenant l’emploi et le pouvoir d’achat des salariés. La mobilisation dans chaque entreprise doit imposer d’autres choix.

La mobilisation des salariés des centres d’appels dit « off shore » contribue au rapport de force pour combattre la mise en concurrence des salariés et exiger la réponse aux revendications convergentes des salariés de la relation client par téléphone.

La CGT FAPT soutient le mouvement syndical des travailleurs marocains, exige que la direction de Total Call et du donneur d’ordre Free répondent aux revendications et respecte le droit. La direction de « Total Call » doit organiser dans les plus brefs délais des élections afin que les salariés soient représentés et puissent faire valoir leurs revendications légitimes.

La CGT FAPT exige des gouvernements et des opérateurs une autre répartition des richesses au service, de l’emploi, des salaires, des besoins de la population. Des choix pour le progrès social et l’intérêt général plutôt que la rémunération des actionnaires."
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Mar 17 Avr - 22:52

La répression de Total Call, la plate-forme marocaine de Free Télécom met à l'ordre du jour la socialisation de Free sans indemnité
Les grévistes sont agressés par les agents de sécurité de total call la plate forme de Free Telecom délocalisée au Maroc (La grève a commencé depuis le 19/03/2012)

Greve total call avec les fufuzela
avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Lun 30 Avr - 22:45

Le prolétariat remuant du Maroc
Grève à Total Call (les centres d'appel de Free au Maroc)
Plusieurs semaines de grève



avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une première victoire !

Message  Roseau le Dim 6 Mai - 17:34

http://www.cadtm.org/MAROC-SAFI-Une-premiere-victoire
avatar
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  sylvestre le Mar 29 Mai - 9:55

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/05/27/maroc-des-dizaines-de-milliers-de-personnes-dans-la-rue-contre-le-gouvernement_1708026_3212.html

Maroc : manifestation monstre sur fond de hausse du chômage

Le Monde.fr | • Mis à jour le

Abdelilah Benkirane lors d'une conférence de presse à Rabat (Maroc), le 27 novembre 2011.

Des dizaines de milliers de personnes manifestaient, dimanche 27 mai, à Casablanca, la plus grande ville du Maroc où les tensions sociales sont exacerbées par la sécheresse et par un chômage en hausse.

Cette manifestation, qui a surpris par son ampleur est la plus importante contre le gouvernement dirigé depuis janvier dernier par un islamiste, Abdelilah Benkirane. Les élections de novembre 2011 avaient été marquées par une nette victoire de sa formation, le Parti justice et développement (PJD). Elle se déroule à l'appel de deux syndicats proches de l'Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition parlementaire).

"Il y a plus de 50 000 personnes [près la moitié selon un responsable de la police] qui manifestent pour appeler le gouvernement à ouvrir un dialogue véritable face à la tension sociale de notre pays", a indiqué Hassan Tariq, un député de l'USFP présent à la manifestation. 

Depuis plusieurs jours, alors que le chômage ne cesse d'augmenter, les responsables syndicaux lançaient au gouvernement des appels au dialogue à propos de la hausse des salaires et de l'amélioration des conditions sociales des salariés. Près de 30 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont au chômage, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) rendu public le 14 mai à Rabat. Sur les 32 millions d'habitants que compte le Maroc dont près de 11 millions sont âgés de 15 à 35 ans.

Du rond-point de Dakar à celui de Mers Sultan, au coeur de la capitale économique, des milliers de manifestants ont sillonné les grandes artères de la ville, en scandant des slogans hostiles au gouvernement. "Benkirane et Fouad Ali El Himma [un très proche conseiller du roi Mohammed VI], deux faces d'une même monnaie", criaient les contestataires sous la présence discrète des forces de l'ordre. Des centaines de jeunes du Mouvement du 20 février, né dans le tumulte du Printemps arabe et appelant à des réformes profondes de la monarchie, ont également participé à cette manifestation, où les islamistes étaient quasiment absents.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Vals le Jeu 30 Aoû - 12:02

Maroc : le droit de ne pas jeûner...

Au Maroc, à la veille du ramadan et avec la bénédiction du roi Mohamed VI, le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, issu du parti islamiste au pouvoir (Justice et Développement) avait prévenu : « Les autorités marocaines appliqueront avec fermeté l'article 222 du code pénal marocain de 2010 qui stipule que toute personne qui, notoirement connue pour son appartenance à la religion musulmane, rompt le jeûne ostensiblement en période de ramadan, sans motif admis par cette religion, est passible d'un à six mois de prison et d'une amende de 12 à 120 DH. »

Si les témoignages sont rares, la presse du pays a toutefois rapporté plusieurs incidents impliquant ce que les autorités nomment des « récalcitrants ». Il y a eu tout d'abord l'arrestation de quatre jeunes - deux hommes et deux femmes - à Beni Mellal (centre), qui attendent désormais leur jugement après qu'un fermier les a aperçus en train de manger et de fumer sur la route. Deux ouvriers d'un chantier de constructions près de Casablanca ont perdu leur emploi et sont menacés de poursuites judiciaires pour s'être arrêtés « casser la croûte ».

C'est pourquoi depuis 2009 des jeunes Marocains expriment leur volonté de se battre pour « le droit de ne pas jeûner ». Issus du petit groupe du Mouvement alternatif des liberté individuelles (Mali) après leur spectaculaire pique-nique du ramadan l'an dernier, ils poursuivent leurs protestations cette année sous le nom de Masayminch (nous ne jeûnons pas). Imad Iddine Habib, fondateur du mouvement, évoque toute l'hypocrisie de la loi marocaine : « Nous voulons que cette loi soit abrogée. Nous ne sommes pas croyants et la société n'a pas le droit de nous imposer ses croyances » explique-t-il. Une autre militante du groupe témoigne : « Impossible pour un diabétique de pouvoir manger en public ni pour une femme enceinte de se désaltérer. » Elle est catégorique : « McDonalds, par exemple, refuse de servir ceux qui ont une « gueule d'Arabe ». » Depuis 2010, cette chaîne américaine affiche même sur l'entrée de ses restaurants que « seuls les adultes non musulmans seront servis ». C'est une des absurdités de cette loi, faisant de tous les Marocains des musulmans. Et un militant de Masayminch de Casablanca de conclure qu'il y a là « un héritage du protectorat colonial, du temps où l'on classait les habitants en fonction d'une confession religieuse et où les Marocains étaient forcément musulmans ».

Charles CHAVAUX


LO 31/8
avatar
Vals

Messages : 2770
Date d'inscription : 10/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Copas le Dim 30 Déc - 5:08

La protestation populaire contre les augmentations de prix :






les manifs de chômeurs

avatar
Copas

Messages : 7025
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maroc

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum