Violences faites aux femmes

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Toussaint le Ven 31 Juil - 15:10

Ca n'empêche pas qu'obliger une gamine à porter un voile est une maltraitance !

Very Happy Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy

Ouiiiii!!!! Surtout dans une maison et une famille où les femmes sont voilées. Sûr que la gosse voit ce voile comme une agression dirigée contre elle...
Toute éducation et imposition de normes est une violence, il est très révélateur de voir comment tu peux soutenir l'interdiction du voile à l"école au nom du droit de l'état bourgeois et son école bourgeoise à imposer une norme et comment tu l'interdis aux parents.

Si la santé, la sécurité ou la moralité d'un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises

Ce n'est pas le cas pour le voile, et encore moins dans une famille musulmane où les femmes sont voilées, évidemment la petite fille trouvera évident de porter ce voile. Ensuite, qu'il y ait autour d'elle des réactions et une pression des racistes comme c'est le cas de la pseudo-psychologue, qui créent un problème à la gamine, en effet, c'est possible. Mais cela ne justifie en aucun cas de vous permettre à vous, les Tasin, les vérié et les hadrien, de vous en prendre à cette famille et à violenter réellement cette fois, et pas seulement dans votre regard blanc colonial, cette gamine.
Si le voile est le seul problème de cette enfant, Allah est miséricordieux pour elle, en vérité.
Je n'entends jamais la clique islamophobe soutenir la répression des familles avec un déficit d'éducation des enfants, une hyper sexualisation de petites filles, des concours de beauté pour des enfants, un absentéisme scolaire par exemple, en revanche, là, on s'indigne... Comme c'est touchant cette sollicitude pour les indigènes... de la part de gens qui les ont froidement exclues du système d'enseignement public, les ont condamnées à l'échec scolaire avec ses conséquences... Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy

Ce que l'on peut constater en effet, c'est le caractère sélectif de l'indignation.

En effet, et c'est bien là la marque du racisme. Et voir des racistes se préoccuper de l'émancipation des indigènes... Mais c'est votre démarche. Comme d'hab, tu fais une restriction in petto, mais tu t'associes sur le fond aux racistes islamophobes.

En revanche lorsque dans les manifs enseignantes ou autres, on transforme des enfants en porte-pancartes ou on fait parler des bébés en poussette, pas de problème, ce n'est pas une violence, lorsque l'on baptise et élève des enfants sans les envoyer à l'école, ce n'est pas une violence, lorsque l'on impose la prière ou le catéchisme le mercredi, ce n'est pas une violence, etc... etc... A ce compte-là, on peut imaginer ce que vous ferez au Rroms le jour où vous vous intéresserez à eux au point de les connaître. Déjà, on leur enlève leurs enfants dès que l'on peut, personne ou presque n'a protesté lorsque le président raciste de cette république raciste a proposé à une gamine de venir en France à condition que sa famille, ses parents restent en Roumanie...

Enlever les enfants aux Indigènes pour les libérer, c'est ce que votre république coloniale a déjà fait dans le passé... Comme dit l'autre, le passé n'est jamais passé, en réalité le passé est le présent.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  gérard menvussa le Sam 1 Aoû - 13:00

Surtout dans une maison et une famille où les femmes sont voilées. Sûr que la gosse voit ce voile comme une agression dirigée contre elle...
Cela ne montre qu'une chose : ta distance (considérable) vis a vis de la "problèmatique" en question. Oui, mon cher toussaint, en france (dans "notre" cadre) l'imposition du foulard a une fillette est une violence qu'elle peut trés bien ne pas supporter (même si la majorité s'en accomode, pour des tas de raisons qu'il serait quelque peu ridicule de développer ici)
La seule réponse valable c'est celle de "lutte ouvrière" vis a vis du prolétariat : vivez comme eux, et vous pourrez juger ensuite... Ca vaut pour le prolétariat "révé" de lutte ouvrière, cela vaut aussi pour le "indigénat" tout aussi révé des IDR... Les uns et les autres sont confrontés aux mêmes mensonges, aux mêmes silences...
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Toussaint le Sam 1 Aoû - 16:19

Heureux d'abord de te "revoir", ta place était vide...

vivez comme eux, et vous pourrez juger ensuite...

Exactement, et sur ce point je suis d'accord, mais je ne crois pas qu'il y ait ici des forumeurs qui vivent dans ce genre de contexte familial, musulman, hamish ou autres... On peut donc tranquillement te dire que tu as raison et que donc ce qui précède, à savoir la violence, etc, tu n'es pas mieux placé pour en juger que d'autres ici.

Cependant, je suis d'accord qu'imposer un vêtement ou une foi est une violence en soi, et qu'elle peut être plus ou moins bien supportée en fonction du contexte.

Quant à juger, je ne le fais justement pas, contrairement aux islamophobes de service, qui, à l'exemple de la pseudo-psy, "se mettent à la place" et en fait projettent leurs ressentis sur des personnes qu'elles ne sont pas. Ensuite, tu fais bien de préciser "en France", et c'est aussi ce que je signale lorsque je parle du regard notamment, mais aussi toutes sortes de pressions évidemment, de la TV en particulier. Mais en ce cas précis, on est donc bien dans une question d'adaptation à l'environnement ou de difficultés d'adaptation qui ne seraient certainement pas résolues par une répression comme l'entraîne la logique de la "psy" et de tous ceux qui crient à la violence sur l'enfant. Dans la manif de la journée internationale contre le voile, les islamophobes demandaient la suppression des prestations sociales contre les familles dont les enfants portent le voile, et c'est absolument logique dès que l'on prétend que faire porter le voile à ses enfants ou le tolérer est une violence grave. Encore une fois, si par ailleurs c'est la seule "violence" que subit cette gamine dans sa famille et son milieur, Allah est bien miséricordieux, je connais des dizaines d'enfants qui, sans être voilées, subissent des violences qui sont banalisées. Par exemple la servitude domestique, et bien d'autres choses encore, des humiliations quotidiennes, le sexisme exacerbé, la violence "modérée", celle qui n'amène jamais devant un tribunal mais marque indélébilement. Non, tu ne me feras pas avaler que le voile imposé à une gamine est une maltraitance grave, en revanche il peut comme une autre tenue d'ailleurs, être accompagné de violences de tout ordre. Les éducations chrétiennes ou alccolisées sont tout aussi violents potentiellement, mais elles ne sont pas stigmatisées de la même façon.

Un ami marocain, ouvrier, président de l'asso religieuse marocaine de sa ville, a été convoqué par l'AS de l'école parce qu'il avait jeté la TV familiale, écran plat géant, et sa fille en était traumatisée, sa socialisation en souffrait, le brave homme était suspecté d'"intégrisme". Pression, menaces voilées, visite surprise à domicile pour "vérifier que tout va bien"... Il a dit à l'AS que sa fille s'achèterait un jour sa propre télé lorsqu'elle aurait réussi ses études, mais qu'il ne l'aiderait pas à avoir le cerveau formaté par les pubs et les sottises. La fille est ingénieure, sortie d'une grande école, elle vit seule et n'a pas la télé.
Quant à rêver des indigènes et parer leurs traditions ou leurs religions de vertus en soi émancipatrices, je ne le fais pas, je ne rêve rien du tout, mais je me battrai contre toute répression assimilationniste menée sous couvert d'émancipation. Au contraire, dans la France d'aujourd'hui, et dans un contexte d'islamophobie galopante, d'agression et de stigmatisation, la répression de l'état n'est pas légitime, et elle ne fera qu'aggraver les choses.
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  verié2 le Lun 3 Aoû - 10:58


Toussaint
je suis d'accord qu'imposer un vêtement ou une foi est une violence en soi, et qu'elle peut être plus ou moins bien supportée en fonction du contexte
Alors pourquoi t'exciter quand j'écris que imposer le port du voile à une gamine est une maltraitance ?

Bien entendu, il y en a beaucoup d'autres. Mais le fait que la victime ne le ressente pas comme une maltraitance, en fonction du contexte, que ce soit un voile ou les paillettes de mini miss n'implique pas que ce ne soit pas une maltraitance. Bien entendu le degré de maltraitance et de violence est très variable, mais le contexte ne supprime pas ce caractère de maltraitance. Par exemple, dans une société où les femmes sont considérées comme "inférieures", une petite fille va trouver "normal" ce qu'on lui fait subir, y compris le mariage forcé...

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Lorry le Dim 22 Mai - 2:41

Les illusions dans la république bourgeoise illustrées :

Voilées dès l’âge de 2 ans : halte à la maltraitance !

Les petites filles de filiation musulmane sont-elles protégées effectivement par le cadre juridique de la République française ?

Lettre ouverte à
Monsieur Jean-Jacques Urvoas, Ministre de la Justice,
Madame Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes

La France s’honore de ne pas être signataire de la Convention Internationale des droits de l’enfant, en raison de l’article 30 qui autorise des abus religieux ou ethniques.
Ainsi nul ne peut s’affranchir de la loi commune en invoquant son appartenance à un groupe ethnique, linguistique ou religieux.
La protection des enfants par rapport à la maltraitance de leurs parents figure dans notre arsenal législatif, mais avec quelle effectivité ?
Dans la République une et indivisible, toutes les fillettes ont droit à la protection de l’Etat, indépendamment de l’appartenance religieuse de leurs parents.
Nous vous interpellons afin de savoir si les petites filles de filiation musulmane bénéficient, elles aussi, de cette protection légale.
En effet, sur le territoire de la République, des petites filles sont affublées par leurs parents de tenues vestimentaires islamistes, telles les « jilbabs », qui, dès 2 ans, les retranchent du commun de notre société dans l’espace public.
Tout code vestimentaire qui impose une prétendue pudeur aux fillettes depuis le plus jeune âge, sous prétextes religieux ou sectaires est un marquage de servitude et de discrimination.
Il convient de récuser ces stratégies de prise de contrôle du corps féminin, conçu comme la propriété du père puis du mari qu’aucun alibi religieux ne saurait justifier dans un pays démocratique dont les politiques publiques tendent à l’égalité des droits entre femmes et hommes.
Cette contrainte familiale conditionne la petite fille à la servitude volontaire et à la soumission maritale ainsi qu’à être visuellement exclue de l’espace public. C’est bien une maltraitance exercée par une personne ayant autorité.
Ces tenues vestimentaires aliénantes stigmatisent les fillettes, en leur faisant porter la culpabilisation d’être née de sexe féminin. Les petites filles sont ainsi conditionnées à se responsabiliser des violences sexuelles subies. Ce serait leur faute puisque leur tenue vestimentaire serait non conforme aux prescriptions religieuses édictées par les adeptes du dogme islamique le plus obscurantiste.
Dans le même temps, les garçons sont exonérés de toute responsabilité et conditionnés pour perpétuer le pouvoir viril, la possession du masculin sur le corps et l’esprit des filles puis des femmes.
Il faut soustraire les petites filles à cette violence et ne pas tolérer que dans l’espace public une fillette porte un marqueur archaïque et claustrant de l’oppression des femmes.
Sinon, cela contredit frontalement le principe d’égalité entre les femmes et les hommes.
Ne tolérons pas l’endoctrinement des enfants dans une vision hiérarchisée des sexes. Les fillettes n’ont pas à se cacher dans l’espace public sous le prétexte qu’elles seraient une tentation pour des prédateurs masculins à qui l’interdit des violences envers les filles n’a jamais été posé.
C’est la machocratie qui est perpétuée par l’apartheid sexuel

Etendre le vêtement des fillettes aux cheveux, au cou, aux bras, et même au visage, c’est les retrancher de la société, leur inculquer qu’elles n’ont pas les mêmes droits que les garçons.
Ce stigmate imposé aux fillettes prohibe la mixité dans les rues et les lieux publics. En 2005, la tribune « Banlieues sans femmes, banlieues s’enflamment » montrait le lien entre les troubles à l’ordre public et la non-mixité des espaces et lieux publics. Restreindre leur accès aux fillettes et adolescentes, prétendument pour leur protection, c’est en réalité interdire de vivre ensemble dans le respect mutuel et ouvrir le champ des frustrations sexuelles.
L’objet de ces sectaires et intégristes est d’imposer leur capacité d’intimidation, sinon de gouvernance, des espaces et des esprits. Après avoir promu dans l’espace public le voilement des femmes, ils poursuivent leur avancée contre le principe d’égalité femmes-hommes en rendant visibles les petites filles en tant qu’objet sexuel. Cela modifie la perception de l’espace public qui n’est plus un espace de liberté pour celles qui doivent s’y dissimuler dans une tenue claustrante afin que, même dehors, elles restent dedans.
Ce problème nous concerne toutes et tous.
Interdire, poursuivre et sanctionner cette grave maltraitance envers les fillettes qui leur impose de proclamer la honte de leur corps et l’infériorité du féminin est un devoir de la République.

Signataires
Fewzi Benhabib, Militant laïque, Observatoire de la laïcité de Saint Denis
Nadia Benmissi et Nadia Ould Kaci, Femmes sans voile d’Aubervilliers
Christian Cadiot, Magistrat à la Cour de Cassation
Sérenade Chafik, Ecrivaine
André Gerin, Député-maire honoraire de Vénissieux
Yvette Roudy, Ministre des droits des femmes de 1981 à 1986
Michèle Vianès, Présidente de Regards de Femmes

Lorry

Messages : 101
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  MO2014 le Lun 27 Juin - 12:10

Michel Rotger, le maire de Chevigny-Saint-Sauveur, viole à plusieurs reprises une employée de la ville, d'origine algérienne.
Après une tentative de suicide, la victime porte plainte, courageusement.
Quelques jours après la plainte, le maire est réélu, triomphalement.
Le maire porte plainte contre la victime, pour diffamation, évidemment.
Malgré le témoignage de plusieurs personnes qui ont assisté aux agressions sexuelles du maire (le type n'avait peur de rien, il faisait ça devant d'autres employés...), la victime n'est pas prise au sérieux, elle est mise sur écoute pendant des mois, et soumise à plusieurs experts psychiatriques pour vérifier qu'elle ne ment pas.
Une manifestation de plusieurs centaines de personnes contre la victime est organisée, très sérieusement.
Les collègues de la victime lui disent qu'elle aurait dû accepter de "coucher" avec le maire pour avoir une promotion.
Dans son dos, quand elle sort de chez elle, les habitants de la ville, où elle vit depuis 20 ans, la traitent de "putain" et de "bougnoule".
Le mari de la victime reproche à sa femme d'avoir étalé "tout ça" sur la place publique, ils se séparent.
La victime en vient à regretter d'avoir porté plainte, elle en vient à appeler les femmes à se taire en cas d'agression sexuelle de la part de quelqu'un de haut placé.

Aujourd'hui, le maire a été condamné à du sursis mais il fait appel, il vit tranquille. La victime, elle, est internée dans un hôpital psychiatrique.

Tant que nous ne serons pas organisées politiquement et spécifiquement, en tant que femmes racisées, nous sommes condamnées à affronter seules contre tous les violences sexistes, racistes, de classe et institutionnelles que nous subissons, spécifiquement. A vivre dans la honte, isolée, a pété un câble face aux attaques de toutes parts et de toutes natures.
Construire une conscience, une réflexion, des espaces, des outils, des réseaux, des solidarités, qui nous permettent de penser l'articulation entre le sexisme, le racisme et la domination de classe, ce n'est pas juste du jonglage, de la déco ou de la polémique... C'est surtout pour nous libérer de toute cette merde.

Réseau Classe/Genre/Race

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Toussaint le Mar 28 Juin - 1:20

Signataires
Fewzi Benhabib, Militant laïque, Observatoire de la laïcité de Saint Denis
Nadia Benmissi et Nadia Ould Kaci, Femmes sans voile d’Aubervilliers
Christian Cadiot, Magistrat à la Cour de Cassation
Sérenade Chafik, Ecrivaine
André Gerin, Député-maire honoraire de Vénissieux
Yvette Roudy, Ministre des droits des femmes de 1981 à 1986
Michèle Vianès, Présidente de Regards de Femmes

Very Happy:D:D:D:D
Les fameuses femmes d'Aubervilliers, instrumentalisées par Riposte Laïquequi s'étaient ridiculisées au moment de leur "journée anti-voile" et un quarteron de politiciens islamophobes.
La laïcité bourgeoise est donc devenue une valeur des LOïstes de ce forum? Very Happy
Dont Michèle Vianès, membre fondatrice ne NPNS, collaboratrice de Riposte Laïque au nom de qui elle prend souvent la parole, y compris aux côtés d'orgas fascistes, par exemple les Identitaires. Belle brochette en vérité...


Dernière édition par Toussaint le Mar 28 Juin - 1:38, édité 2 fois
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Toussaint le Mar 28 Juin - 1:27

La Vianès dans le texte... Very Happy



Michèle Vianès, tête de liste DLR dans le Sud-Est
Publié le 14 avril 2009 - par Pierre Cassen -

Riposte Laïque : Tu as choisi d’être tête de liste de Debout la République, dans la région Lyon-Marseille. Pourquoi un tel choix ?

Michèle Vianès : Nicolas Dupont Aignan m’a proposé d’être tête de liste de Debout la République sud-est. Il partage nos combats pour l’égalité en droit, devoir et dignité des femmes et des hommes dans la République et nos actions pour que la laïcité soit reconnue comme un principe universel émancipateur, en particulier en Europe, contre la montée des communautarismes séparatistes.

Face à la lâcheté et au fatalisme des responsables de l’UMP, du PS, du Modem et des Verts qui abandonnent ce qui fait la force et la richesse de notre pays, il m’a semblé indispensable que la parole de celles et ceux qui refusent cette attitude munichoise soit présente dans cette campagne.

Je me suis engagée, au côté des militants de Debout la République, qui présente un programme très clair : pourquoi les échecs constatés, quelles les propositions face à la crise. Assez du mépris du peuple, faisons respecter notre vote, assez de l’uniformisation, laissons vivre notre pays, assez des délocalisations, défendons nos emplois et assez du nivellement par le bas améliorons notre qualité de vie.

Ecartons les lobbies bruxellois et atlantistes. Respectons le suffrage universel. Pas de traité européen ni d’élargissement sans référendum. Sarkozy et les députés UMP, PS, Modem et Verts ont trahi la volonté de 55% des électeurs français. Nous ne pouvons plus laisser faire et accepter ce coup d’Etat permanent.

Pour cela, il est indispensable de faire vivre et gagner l’alliance des républicains des deux rives. Nous invitons toutes celles et ceux qui pensent que l’intérêt général de la France, son indépendance économique et diplomatique passe avant les intérêts particuliers, à nous rejoindre.



Riposte Laïque : Peux-tu rappeler à nos lecteurs (dont certains nous encouragent parfois à constituer des listes laïques), les conditions qu’il faut remplir pour se présenter ?

Michèle Vianès : Les circonscriptions européennes sont très vastes. La région sud est, Rhône-Alpes Provence Alpes Côte d’Azur et Corse, englobe 3 régions, 16 départements et concerne 7 millions d’électeurs. La liste, strictement paritaire femme/homme comporte 13 titulaires et 13 suppléants L’étendue des territoires, les coûts de la campagne favorisent les partis représentés à l’assemblée nationale, qui bénéficient du financement des contribuables. Le syndicat des sortants espère ainsi éliminer tout nouveau parti. Les personnes qui souhaitent décider de l’affectation d’une partie de leurs impôts peuvent le faire en nous envoyant leur contribution à « Assocation de Financement de la Liste de Michèle Vianès », 5, clos Rivery, 69580 Sathonay-village. Dès réception, ils recevront un reçu fiscal qui leur permettra de déduire de leur impôt les 2/3 de leur don.

Riposte Laïque : Tu es présidente de Regards de Femmes, secrétaire de la Clef, et adjointe au maire à Caluire. Comment concilies-tu ces différentes fonctions, avec ton engagement auprès de Nicolas Dupont-Aignan ?

Michèle Vianès : Les vice-présidentes et les membres du bureau de Regards de Femmes participent pleinement à notre travail collectif. Ainsi Dominique Peignoux vice-présidente de l’antenne Ile de France était présente à Paris lors de la réunion organisée pour dénoncer Durban II, Faïza Alami a répliqué efficacement contre les mariages sous contraintes.

J’ai proposé au bureau de la Coordination française pour un lobby européen des femmes de me mettre en disponibilité jusqu’à la mi-juin.

Avec le maire de Caluire, c’est autre chose. Lorsque j’ai annoncé ma décision d’être tête de liste pour les européennes du mouvement républicain, social, gaulliste et laïque Debout la République, présidé par Nicolas Dupont Aignan, il a considéré qu’en tant que président de l’UMP du Rhône, il ne partageait pas les mêmes valeurs. Il m’a retiré ma délégation. Comme l’intérêt de la commune est complètement étranger à cette décision, exclusivement inspirée par le sectarisme partisan, j’ai depuis déposé un recours auprès du tribunal administratif pour détournement de pouvoir. Il s’agit d’un sarkozyste très ordinaire.

Riposte Laïque : Quel regard portes-tu sur ton parcours politique, et les différents engagements qui ont été les tiens, tout au long de ta vie militante ?

Michèle Vianès : Mes convictions républicaines, laïques et féministes ont guidé tous mes engagements. Sans foi aveugle, ni caporalisme, sans doigt sur la couture du pantalon vis-à-vis des chefs partisans, j’ai toujours gardé mon libre arbitre et la capacité de dire non. Je préfère la conscience à la consigne (Victor Hugo).

Riposte Laïque : Quels vont être les axes de la campagne que tu entends mener ? Quel message fort entends-tu faire passer, et comment va se dérouler ta campagne ?

Michèle Vianès :

• Affirmation de l’unité et de l’indivisibilité de la République et de la laïcité, promotion de l’instruction publique et pari sur l’intelligence française.

• Ordre public et sureté, notamment dans l’école et dans les rues. Eradiquons les trafics.

• Retrouvons notre indépendance diplomatique et militaire. Sortons de l’Otan

• Une France libre dans l’Europe des nations, s’accordant sur des projets concrets (énergies douces, renouvelables et nucléaires, recherche, aéronautique…).

• L’Europe doit renforcer nos industries, notre économie, notre indépendance, notre santé alimentaire par un protectionnisme raisonné. Consommons français pour défendre nos emplois, notre agriculture, et un développement durable.

• Affirmons les services publics contre le démantèlement orchestré par Bruxelles.

• Supprimons la commission de Bruxelles et remplaçons-la par des agences spécialisée et efficace, construisons l’Europe pour des projets communs et partagés.

L’absence de volonté ouvre un boulevard aux lobbies malfaisants.

Nous sommes sur le terrain à la rencontre des Françaises et des Français, avec la caravane de Debout la République. Nous diffusons sur Internet www.europeennes-sudest.fr communiqués de presse et articles des journaux, ainsi que des vidéos sur les thèmes de campagne. Les déplacements, les réunions publiques sont annoncés.

Riposte Laïque : Certains regrettent l’éparpillement des forces du non, à droite comme à gauche. Aurais-tu pu être sur une liste unitaire avec Villers ? Penses-tu que des listes communes avec le Mouvement des citoyens de Chevènement auraient été possibles, et souhaitables ?

Michèle Vianès : Le succès des alliances nécessaires pour nos combats, repose sur la définition claire des fondamentaux. Nous réunissons les républicains des deux rives, gauche et droite, pour des actions précises.

Villiers, c’est la messe européenne en latin du groupe « Libertas ». C’est l’Europe atlantiste de la « city » anglo-saxonne. Ni l’intégrisme, ni l’extrémisme ne rassemblent.

La liste Debout la République, que j’ai l’honneur de conduire, propose une alliance des républicains des deux rives. Le maire sans étiquette de Lorette (Loire) figure sur la liste en 4° position. Des Gaullistes, des Chevènementistes, des syndicalistes, des laïques, des féministes, celles et ceux qui considèrent que l’intérêt général passe avant les intérêts particuliers nous rejoignent. Sans doute parce que nous sommes les seuls à affirmer haut et fort la nécessité d’une France forte, dans une Europe des Nations. Peut-être également parce qu’un certain de nombre de combats menés, qui semblaient perdus d’avance, ont été finalement gagnés, grâce à notre force de conviction et notre capacité à dire non.

Riposte Laïque : Au-delà de cette campagne, comment vis-tu la situation politique française, après près de deux ans de gouvernement Sarkozy ?

Michèle Vianès : Je m’interroge sur un Président de la République qui ne semble aimer ni la France ni les Français.

Les messages contradictoires et l’agitation perpétuelle pour occuper les médias sont lassants et de plus en plus insupportables.

D’un côté, la nomination de Fadéla Amara secrétaire d’Etat, républicaine, féministe et laïque. De l’autre, pour donner des gages aux différentialistes, la nomination de Yazid Sabeg, « monsieur diversité », qui réclame des statistiques ethniques, stigmatisant les différences.

En tant que républicaine et institutrice, je ne peux accepter les déclarations au Latran. Le vote par une majorité de parlementaire de droite et de gauche du traité de Lisbonne, qui reprend en changeant simplement l’ordre des paragraphes, le projet de traité constitutionnel rejeté par 55% des Françaises et des Français marque le mépris du suffrage universel. Le retour dans le commandement intégré de l’Otan est une erreur géopolitique et un coup de poignard dans le dos de notre industrie d’armement.

Ne pas s’apercevoir de l’attaque contre le vin rosé dans une directive européenne alors que nous sommes les premiers exportateurs mondiaux, puis se vanter d’avoir obtenu qu’elle ne soit applicable qu’à partir du 17 juin, après les élections européennes, procède de ce mépris de la France et des produits de qualité de son agriculture, de son artisanat et de son industrie.

Il faut ajouter l’indifférence à défendre la francophonie dans les instances internationales, ce que j’ai encore pu vérifier lors de la commission du statut des femmes à l’Onu à New York en mars dernier.

Par-delà les effets de coups médiatiques, ce sont les fondamentaux de notre République, une et indivisible, qui sont sapés. Les Françaises et les Français que je rencontre dans les réunions publiques, sur les marchés ne sont pas anesthésiés. Ils s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants et pour la transmission de nos principes républicains. Ils savent que la crise profite à quelques uns et qu’elle sert de prétexte pour délocaliser et blanchir l’argent sale des paradis fiscaux, en prélevant des commissions.

La crise, ça suffit, affirmons la France, osons une Europe différente, pour retrouver notre indépendance économique et sociale, nos services publics, notre santé, notre sécurité alimentaire, notre agriculture.

Qui d’autre le dit ? L’UMPS, le Modem, les Verts ont tout avalé, ils ont l’arrogance de dire qu’ils vont changer pour capter vos suffrages. Les lecteurs de Riposte Laïque ne sont ni dupes, ni complices. Pour confirmer le non républicain, il convient de voter pour Debout la République le 7 juin 2009.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Pas besoin d'aller loin pour savoir qui est la Vianès... C'est tiré de Riposte Laïque... comme on peut le penser.












Partager
avatar
Toussaint

Messages : 2692
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Violences faites aux femmes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum