Racisme dans la police, la gendarmerie, CRS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Racisme dans la police, la gendarmerie, CRS.

Message  sylvestre le Ven 15 Oct - 22:04

http://www.20minutes.fr/article/608427/societe-sihem-souid-le-racisme-bien-ancre-police

Sihem Souid: «Le racisme est bien ancré dans la police»

Créé le 13.10.10 à 13h08 -- Mis à jour le 13.10.10 à 15h10
Sihem Souid qui a écrit "Omerta dans la police", en octobre 2010.

Sihem Souid qui a écrit "Omerta dans la police", en octobre 2010. © tRioL/le joujou rouge

POLICE - Racisme, homophobie et humiliations. Un livre choc écrit par une ancienne de la Police aux frontières (PAF)...

Scène d’ouverture frappante pour livre choc. Dès les premières pages de son témoignage, Sihem Souid, policière, raconte son propre viol. Après avoir franchi la porte d’un commissariat pour porter plainte, elle se bute à l’attitude de ses collègues, méprisants. «Tu n’as qu’à appeler SOS journaliste», lui balance une lieutenant  avant de servir un café à son agresseur.

Sihem Souid est un peu trop connue chez les bleus. A plusieurs reprises avant de se faire agresser, elle a osé briser «L’omerta dans la police», le titre de son livre (Ed du Cherche Midi).  En uniforme «par vocation», elle a dénoncé les dysfonctionnements, comme l’on dit poliment. «Je me suis battu en interne. On m’a fait croire que l’on  m’avait entendu mais rien n’a changé», explique-t-elle.

Ecœurée, elle a donc décidé d’écrire. Au long des 265 pages, elle raconte le quotidien de la police aux frontières d’Orly. Racisme à l’encontre des passagers («Tiens, encore un avion de nègres» ), humiliation lors des contrôles d’immigration (une femme venant de Brazzaville filmée nue dans une cellule), homophobie, silence de la hiérarchie et corruption du grand patron… Un document accusateur. «Je détiens toutes les preuves et je les tiens  à disposition de quiconque», explique l’ex-adjointe de sécurité, suspendue puis réintégrée grâce à la Halde. Interrogés sur son livre, les syndicats de policiers se disent «prudents»,  l’ancien directeur de la PAF, accusé dans le livre d’être couverts de cadeaux par les compagnies aériennes, réfléchit à porter plainte. Interview. 

Vos accusations sont très graves. Craignez-vous pour votre carrière?

Je ne connais pas mon avenir dans la police. Ils peuvent m'accuser de violation du secret professionnel. Mais je détiens toutes les preuves et je les tiens à disposition de quiconque. Le JT de France 3, vendredi, a par exemple retrouvé la  femme venant du Congo contrôlée de façon abusive à Orly.  Elle leur a répété tout ce que je raconte dans le livre. Qu’on l’avait filmée toute nue, qu’on avait chanté sale nègre devant elle... Si ce  livre permet d’aider les victimes, c’est déjà un combat de gagné. 

A Orly, peu à peu, c’est vous qui êtes devenue victime de discrimination.

Au début, ça allait. Quand un policier disait:  «Tiens voilà encore un avion de bougnoules.» Je lui répondais: «Eh, ho, ça va, je suis là…» «Oui mais toi tu n’es pas comme les autres», me souriait-il. En fait, je suis devenue l’Arabe de service le jour où j’ai témoigné par écrit pour dénoncer la discrimination que subissaient deux collègues homosexuelles.  A  partir de ce moment-là, l’institution m’a fait comprendre qu’on  lavait son linge sale en famille. Et je suis devenue une traître doublée d’une sale Arabe. 

La pression du chiffre peut-elle favoriser de tels débordements?

Oui, c’est une des raisons mais pas la seule. Parfois, les collègues n’en peuvent plus et ils font n’importe quoi.  «Aujourd’hui, on en expulse 5, demain 6, après-demain 7.» Il faut en permanence rajouter  un bâton à la liste, quitte à bafouer la dignité de l’homme.  Mais ce n’est pas la seule raison. Le racisme est bien ancré dans la police.

Un policier doit-il être plus exemplaire qu'un autre?

Oui. La police doit véhiculer les valeurs de la République. A tous les niveaux. Mais même si Monsieur Hortefeux plaisantait à propos des Auvergnats , il n’a pas droit de tenir de tels propos. Ca libère la parole de certains. «Si le ministre le dit, on ne va pas nous embêter pour si peu», se disent certains. Comment voulez-vous qu’un policier soit exemplaire si son ministre ne l’est pas. Et comment voulez-vous qu’un citoyen soit exemplaire si un policier ne l’est pas?

Pourquoi la hiérarchie reste-t-elle silencieuse?

La hiérarchie est au courant mais  ils n’interviennent pas parce que ça donnerait une très mauvaise image de la Police. Et quand le ministère de l’intérieur est au courant, que fait-il ? Et bien il s’en prend à la hiérarchie. Alors, nos chefs n’ont aucun intérêt à parler.

Comment pourrait-on améliorer les choses?

Je demande qu’un comité d’éthique soit créé.  Un comité sans policier, sans membre nommé par le gouvernement, mais constitué de juristes avec par exemple un juge de Cour de Cassation à sa tête.

En raison d'un trop grand nombres de débordements racistes, cet article est fermé aux commentaires

Propos recueillis par M.Go.



Dernière édition par sylvestre le Ven 6 Mai - 10:33, édité 1 fois
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme dans la police, la gendarmerie, CRS.

Message  sylvestre le Mar 30 Nov - 17:01

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1150

Conférence publique du PIR : "Français d’origine arabe dans la police française" Avec Sihem Souid, auteur de "Omerta dans la police" et Mohamed Amar, ex-fonctionnaire de police.

« Cet ouvrage n’est pas un pamphlet. Il s’agit d’un vécu de l’intérieur de l’institution policière. Tous les faits énoncés le sont sur la base de témoignages, de documents, procès-verbaux, comptes-rendus officiels, rapports et notes de service. Avec ce livre, il est possible que je perde mon emploi mais si la vérité est à ce prix, je n’aurai aucun regret ». Sihem Souid Venez nombreux !

Dimanche 5 Décembre, 15h, local du PIR 81 rue Gabriel Péri - 92100 St Denis
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme dans la police, la gendarmerie, CRS.

Message  sylvestre le Ven 6 Mai - 10:33

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/05/05/un-crs-accuse-de-racisme-a-l-encontre-d-une-journaliste-de-tf1_1517670_3236.html

Un CRS accusé de racisme à l'encontre d'une journaliste de TF1

Une journaliste de TF1 a été victime d'une remarque raciste d'un CRS en marge d'une opération d'évacuation d'un immeuble occupé rue Bolivar à Paris.

Une journaliste de TF1 a été victime d'une remarque raciste d'un CRS en marge d'une opération d'évacuation d'un immeuble occupé rue Bolivar à Paris.Reuters/BENOIT TESSIER

"Ah bon ! depuis quand ils font travailler des Noirs à TF1 ?" Voilà ce qu'aurait déclaré un CRS à une journaliste de TF1, mercredi 4 mai, à Paris. Une remarque raciste qu'a dénoncée, jeudi, la Société des journalistes de la chaîne dans un communiqué.

"En marge d'une opération d'évacuation d'un immeuble occupé rue Bolivar à Paris, notre collègue journaliste reporter d'images Florice Houngbo s'est vu interdire d'exercer son métier simplement à cause de sa couleur de peau", écrit la SDJ.

INTERDITE D'ACCÈS

"Florice avait été missionnée par notre rédaction pour couvrir l'événement. Sur place, tous nos confrères sans exception avaient été autorisés à se rendre au point presse. Tous, sauf notre collègue de TF1 : les CRS chargés de filtrer les entrées lui en ont interdit l'accès", explique le communiqué.

"Florice a alors demandé des explications. Pas de réponse. Un CRS présent sur place lui demande pour qui elle travaille. Elle répond : 'TF1.' Celui-ci lui dit alors : 'Ah bon ! depuis quand ils font travailler des Noirs à TF1 ?' A aucun moment elle ne s'est montrée agressive ou hautaine à l'encontre des policiers. Elle s'est clairement identifiée, montrant son badge professionnel."

"PROFONDÉMENT CHOQUÉE"

Pour la SDJ, la journaliste, qui est "profondément choquée", "a pris la bonne décision : pour ne pas envenimer les choses, elle n'a pas répondu et a malgré tout tenté de faire son travail". "Elle a fait son métier, elle n'a pas cherché à envenimer les choses, a assuré de son côté à l'AFP Catherine Nayl, directrice de l'information de TF1. Elle a appelé son chef de service qui a débloqué la situation, et elle a ensuite pu faire normalement son travail."

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a condamné "le comportement inadmissible dont a été victime la journaliste"et demandé jeudi au ministre de l'intérieur Claude Guéant de "diligenter une enquête et, dans l'attente, de suspendre le CRS mis en cause". "Le Parti socialiste attend du gouvernement sur ce dossier la même intransigeance, la même fermeté que celle qu'il réclame aux forces de l'ordre dans la lutte contre la délinquance", selon le communiqué.

"Nous ne sommes pas encore saisis de cette affaire, mais, si nous le sommes, nous diligenterons une enquête et nous en tirerons toutes les conséquences", a indiqué jeudi la préfecture de police de Paris (PP), contactée par l'AFP.

Une enquête a été confiée mercredi à la police des polices. "Le ministère de l'intérieur souhaite que toute la lumière soit faite", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Place Beauvau, Pierre-Henry Brandet. "Si ces faits étaient avérés, des mesures seraient évidemment prises", a poursuivi le porte-parole.



avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le ministère de l'intérieur s'acharne sur Sihem Souid

Message  gérard menvussa le Lun 15 Aoû - 17:25

Vu dans Libé :

La justice maintient la sanction de la policière auteure d'un livre critique


Le tribunal administratif de Paris a rejeté samedi la demande de suspension de la sanction d'exclusion temporaire infligée par le ministère de l'Intérieur à Sihem Souid, ex-agent à la police aux frontières (PAF) qui a publié un livre très critique sur la police.

"La requête a été rejetée", a-t-on indiqué au tribunal administratif, sans plus de précisions. Les motivations de la décision n'étaient pas immédiatement disponibles.

Le tribunal avait examiné vendredi une requête en référé (procédure d'urgence) déposée par les avocats de Mme Souid, demandant la suspension de l'exclusion de 18 mois, dont 12 avec sursis, signifiée le 26 juillet à la jeune femme. Ceci en attendant un jugement sur le fond où ils demandent une annulation.

L'un des conseils de Mme Souid, Me William Bourdon, avait argué lors de l'audience que la suspension pour six mois de son salaire mettait l'ancienne adjointe de la sécurité (ADS) dans une situation de "grande précarité".

Elle élève seule sa fille de 10 ans, le père ne lui verse "aucune pension alimentaire" et elle ne commencera a percevoir des droits d'auteur sur son livre qu'"à partir d'avril 2012", avait-il fait valoir, jugeant "disproportionnée" la sanction infligée à sa cliente.

La représentante du ministère de l'Intérieur, Pascale Léglise, avait estimé de son côté que Mme Souid avait "violé l'obligation de réserve" à laquelle est soumis "tout fonctionnaire", en "mettant en cause la police nationale sur un ton polémique et outrancier".

En octobre 2010, Mme Souid a publié un livre à succès, "Omerta dans la police" (Ed. Le cherche midi), où elle dénonce un climat de racisme, de sexisme et d'homophobie à la PAF d'Orly.

Elle avait débuté sa carrière à la PAF, avant d'être affectée à la préfecture de police de Paris (PP) comme adjointe administrative.

Un conseil de discipline avait proposé fin mai son "exclusion temporaire de fonction" de 18 mois, dont six avec sursis.

Le ministère de l'Intérieur a finalement opté fin juillet pour une exclusion de 18 mois, dont 12 avec sursis.

(Source AFP)
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 61
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme dans la police, la gendarmerie, CRS.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum