Les directions syndicales CONVOQUÉES .

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Les directions syndicales CONVOQUÉES .

Message  barnum le Jeu 1 Nov - 9:40

Editorial Tribune des Travailleurs 162

Laisse-t-il un autre choix ?

Il y a à peine quarante ans, la mobilisation du prolétariat brésilien débouchait sur la formation de puissantes organisations de classe – le Parti des travailleurs (PT), puis la Centrale unique des travailleurs (CUT) et d’autres organisations populaires – et abattait la dictature militaire.
Quarante plus tard, les travailleurs brésiliens sont saisis d’effroi : élu président, un nostalgique de la dictature promet de déchaîner la réaction anti-ouvrière et antidémocratique ; comment est-ce possible ?
Bolsonaro a, certes, bénéficié de l’alliance de l’armée, des banquiers, des multinationales, des Églises, des grands propriétaires terriens et des institutions héritées de la dictature. Appuyée par Trump, cette alliance a déchaîné l’intoxication médiatique et la violence, jusqu’à jeter en prison le candidat choisi par le PT et lui interdire de se présenter.
Mais Bolsonaro aurait-il été élu si le PT, au gouvernement durant treize ans, avait décrété la réforme agraire, arrêté les privatisations et abrogé les institutions ? Au lieu de quoi ses dirigeants ont plié devant les capitalistes, les grands propriétaires terriens et les institutions, livrant la classe ouvrière et la nation opprimée à une défaite sans combat.
En France, ce n’est pas un Bolsonaro mais un Macron que la « gauche » au pouvoir a produit, après avoir, durant des années, servi les exigences de déréglementation et de privatisation de l’Union européenne et du capital financier. Résultat : un régime toujours plus autoritaire, brutal et répressif, travaillant sans relâche à détruire droits ouvriers et conquêtes démocratiques. Retraites, Sécurité sociale, instruction publique, fonction publique... la liste ne cesse de s’allonger.
Comment bloquer cette machine à tout détruire ?
Un syndicat de fonctionnaires – affilié à l’une des deux confédérations syndicales historiquement issues de la vieille CGT – propose à ses membres « un véritable plan d’actions » avec une journée de grève en janvier précédée et suivie d’actions diverses et dispersées afin, écrit-il, « de ne pas répéter les actions saute-moutons ». Dans l’autre confédération syndicale de même origine, les responsables d’un syndicat confronté à un plan de 4 000 suppressions d’emplois écrivent : « Si les cheminots tout seuls n’ont pas réussi à faire reculer le gouvernement, comment tout seuls les agents de Pôle emploi le pourraient-ils ? »
Certes… Reste une question : ces dirigeants qui condamnent les journées saute-moutons ou mettent en garde contre l’isolement par secteur, que proposent-ils pour contraindre le gouvernement à reculer ?
Le 20 octobre, les délégués des comités pour l’unité, réunis en rencontre nationale, ont lancé un appel « aux collègues de travail, aux jeunes, aux femmes travailleuses, aux militants et aux responsables des organisations ouvrières ». Appel qui se conclut ainsi : « Unissez-vous ! Unissons-nous ! Constituons le front commun des travailleurs et des organisations ! Partout, préparons l’action unie à tous les niveaux, la mobilisation et la grève générale si le gouvernement ne nous laisse pas d’autre choix ! » Laisse-t-il un autre choix en vérité ?

barnum

Messages : 628
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum