Qui pour incarner un direction à la classe

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Lun 17 Sep - 19:47

Contrairement à toi et au POI, nous ne participons au combat au sein des appareils de la CGT ou de FO pour choisir le meilleur bureaucrate !!! Nous combattons vigoureusement pour l'indépendance de classe des organisations syndicales, contre le corporatisme, contre toute intégration, toute concertation, pour le contrôle par la classe ouvrière elle-même de son propre mouvement ( AG souveraines, comités de grève intégrant les représentants syndicaux soumis aux décisions de l'AG....), pour le Front unique ouvrier.

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  iskra le Mar 18 Sep - 11:02

"Contrairement à toi et au POI, nous ne participons au combat au sein des appareils de la CGT ou de FO pour choisir le meilleur bureaucrate !!!"
Camarade Barnum, devons-nous poursuivre la lutte derrière ceux qui depuis des décennies nous mènent de défaites en défaites et espérer un autre résultat?
avatar
iskra

Messages : 24
Date d'inscription : 16/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Mar 18 Sep - 11:26

Qui pour incarner une direction à la classe camarade Barnum ? La bureaucratie ouvrière !

Une bureaucratie ouvrière qui est d'autant plus incontournable que le prolétariat est politiquement faible. Et le prolétariat est pour l'instant extrêmement faible sur le plan de l'engagement politique, que ce soit dans un militantisme dans un parti , autant que dans un syndicat.

Tu as donc tord à considérer vain le combat au sein des appareils de la CGT ou de FO pour se choisir le meilleur, ou plutôt le moins mauvais bureaucrate !!!

C'est actuellement la seule action à peu près constructive pour un révolutionnaire : pousser les collègues à se syndiquer et à se choisir les moins mauvais représentants politiques et syndicaux, au moins les plus efficaces. Et pour cela mettre en place de bons et efficaces principes, en vue de tenir en ligne une bureaucrate politicienne, qui je le répète à notre stade du développement de la lutte des classe est incontournable.

Parmi ces principes, et partant du fait que l'on pend les voleurs de chevaux pour que les chevaux ne soient plus volés, il faut pousser à instituer dans les syndicats ouvriers le principe dit " objectif-résultat".

Concrètement une direction syndicale donnée, à la tête d'un appareil bureaucratique donné, se vante de pouvoir faire reculer un gouvernement, et impose au prolétariat intéressé une tactique donnée à un moment de la lutte des classes.

De deux choses l'une :

Cette tactique se révèle efficace et in fine le gouvernement recule ? Bravo ! Félicitations ! Cette direction bureaucratique donnée reste en place.

Cette tactique se révèle inefficace et le gouvernement plastronne ? Alors désolé mais immédiatement cette direction faillie doit être démissionné, manu militari si nécessaire.

Quelle que soit la tendance du mouvement ouvrier à laquelle on appartienne, il est évident que la lutte pour défendre les organisations de la classe ouvrière passe par le refus de toute forme d'indulgence coupable à l’intérieur des organisations syndicales vis à vis de directions bureaucratiques de losers.

C'est ce type de comportement stupéfiant, venant de la part de partis se réclamant de la révolution ouvrière, qui contribue à émietter et à disloquer les organisations syndicales. Rien d'autre camarade Barnum.

Ce mardi 18 septembre à la SNCF, l'ensemble des directions syndicales cheminots, responsables de la défaite du printemps dernier, retournent toutes au mangeoire. Vous au POID vous pensez que "...La lutte pour préserver l’indépendance des organisations syndicales pose également la question du rejet de la concertation..."

Expliquez nous comment il faut nous y prendre partant du fait que vous nous interdisez de toucher un cheveu de vos protégés !
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Mar 18 Sep - 16:25

La réponse est simple: vous passez votre temps les yeux dans les yeux avec les appareils et devenez ni plus ni moins, tout comme le POI, une agence d'une fraction de la bureaucratie contre une autre , au service en dernière analyse du système en place, contre donc justement l'indépendance de classe qui passe par le contrôle de la classe ouvrière de son propre mouvement, de ses propres revendications ( "ne touchez pas aux retraites et aux régimes spéciaux", ce que ne disent aucunes des différentes fractions!), du Front unique ouvrier à la base (AG souveraines, comités pour l'unité, comités d'action, comités de grève...), seul moyen d'imposer le Front unique au sommet!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Mer 19 Sep - 18:10

Je ne sais pas pourquoi tu nous assimiles presque systématiquement avec l'orga "POI", alors même que tu sais pertinemment que nous, nous n'avons absolument aucunes relations politiques avec vos anciens camarades du Parti des Travailleurs.

Sans doute cherches-tu à te rassurer, et refuser d'admettre, que si il y a des orgas, (le POI mais aussi le POID), qui sont historiquement "les yeux dans les yeux" avec la direction syndicale FO c'est vous et pas nous.

Encore que pour être les yeux dans les yeux avec quelqu'un, faut-il être sur un même pied d'égalité. Vous, vis à vis de cette bureaucratie syndicale, vous ne pouvez pas être exactement les yeux dans les yeux, puisque vous êtes de longue date dans des rapports de dépendance. Hier avec Bergeron, puis avec Blondel et Mailly , et aujourd'hui avec Pavageau. Je renvoie les lecteurs à l'étude des relations politiques ambiguës FO-PCI , à travers la lecture de moulte documents et témoignages faisant autorité aujourd'hui sur cette vérité.

Mais bon, acceptons une minute ton raisonnement et admettons que dans notre agitation nous soyons prêt à soutenir une fraction dans la bureaucratie contre une autre. Si tel est ton raisonnement, alors nous confessons cela. Oui, révolutionnaires marxistes, si demain une fraction "lutte des classes" se déclare au sein de l'appareil FO contre la direction Pavageau, qui impose une orientation "collaboration de classes", oui nous la soutiendrions. Ou est le crime ?

Cela ferait-il de nous des complices de cette bureaucratie frondeuse ? Nullement ! Nous continuerions à exiger de cette bureaucratie des élections de bas en haut dans le syndicat, afin que ce soit les travailleurs syndiqués qui puissent choisir et contrôler vraiment leurs représentants. Nous continuerions à critiquer le train de vie de ces messieurs bureaucrates et leurs petites habitudes à se croire naturellement des permanents syndicaux à vie. etc. etc.

Bref nous continuerions à penser que la bureaucratie dans une organisation ouvrière est un cancer épouvantable, mais en attendant que le prolétariat puisse s'en débarrasser, nous ne resterions pas l'arme au pied, et cette bureaucratie nous essayerions de la faire travailler à l'avantage du prolétariat. Comment ? En poussant la moyenne bureaucratie à la fronde !

Mais qu'est ce que peux bien vouloir dire "moyenne bureaucratie", et d'ailleurs quelle est la couleur politique de ces moyens bureaucrates ?

Camarade Barnum, ne prend pas les travailleurs pour plus cons qu'ils le sont. De longue date ils voient bien le manège qui s’opère dans les syndicats ouvriers. Au sommet dans les confédés règnent encore aujourd'hui en maître les grands partis politiques historique que sont le PS et le PCF. Historiquement à FO c'est le parti socialiste qui donne le La, à la CGT le PCF.

Mais les choses étant ce qu'elles sont, et les trahisons incroyables de ces partis finissant par se voir, progressivement ces trente dernières années, il a fallut que ces partis apprennent à partager un peu, leurs prébendes et leurs avantages dans la bureaucratie syndicale, avec les autres petits copains, que sont les responsables des partis LO , NPA , FI et POI POID.

C'est ainsi que dans tel secteur, on a un grand manitou syndical militant LO. là un militant POID . Les petits partis de l'extrême gauche y trouvent beaucoup d'avantages, à placer leurs propres permanents dans la bureaucratie syndicale : Ils n'ont plus à les payer, et disons que ces militants le matin travaille pour le syndicat, et l'après midi pour leur parti.

Certes les bureaucrates syndicaux, provenant de LO, NPA FI POI POID, ne contrôlent pas le syndicat, ils ne sont pas responsable de l'orientation capitularde du moment. Mais prudent, les yeux dans les yeux avec les Martinez et Pavageau, ils se gardent bien de les critiquer, pire de demander leur tête. Pourquoi ? Parce qu'ils savent pertinemment que si ils le font, ils prennent le risque de se faire débarquer de l'appareil par les directions PS et PCF , qui continuent à contrôler vaille que vaille les confédérations syndicales.

Nous sommes donc dans une configuration politique proche de ce que l'on peut nommer la paix des braves entres bureaucrates. Le chien et le rat font la paix sur la carcasse du prolétariat !

Aux bureaucrates supérieurs PS et PCF d'aller négocier nos acquis sociaux. Aux bureaucrates inférieurs LO NPA POI POID FI d'organiser la bousille et la mascarade.

A nous militants révolutionnaires marxistes, ouvriers trotskystes, d'alerter nos camarades ouvriers militants du POI POID NPA et LO , du danger de la politique complice de leurs directions dans les syndicats.

La situation politique dans le monde est gravissime. Un krach monétaire menace. Il va propulser dans tous les pays des gouvernements fascistes. Fascistes qui, nous pouvons vous l'assurer, ne feront absolument aucun détail et aucune distinction, entre un bureaucrate syndical fidèle au PS ou le PCF, et un fidèle à des petits partis d'extrême gauche. A leurs yeux nous serons tous des rouges à éliminer physiquement au plus vite. Il faut absolument qu'il se passe quelque chose dans les syndicats et les faire tourner à l'avantage du prolétariat. Pour cela il faut les arracher des mains du PS et du PCF. C'est vital !

Du jour où les bureaucrates syndicaux, contrôlés par les directions NPA LO POID POI, décideront d'engager le combat contre les Martinez et les Pavageau, revendiquer le contrôle de la CGT et de FO, animer une orientation lutte des classes, nous syndiqués ouvriers militants révolutionnaires marxistes nous serons bien évidemment derrière eux.

je ne vois pas ce qui peux te choquer camarade Barnum quant à cette perspective !
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Mer 19 Sep - 19:26

Contente donc de lire le dernier édito de la Tribune des travailleurs sur le fil suivant et tu comprendras ce qu'est une politique révolutionnaire, la différence entre combattre pour le Front unique ouvrier à la base (comités pour l'unité, comités d'action..) pour imposer le Front unique au sommet et tout attendre comme toi des bureaucrates au sommet, de leurs luttes de clans, en devenant de façon immanquable une agence de l'un des ces clans !

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Jeu 20 Sep - 16:15

barnum a écrit:Contente donc de lire le dernier édito de la Tribune des travailleurs sur le fil suivant et tu comprendras ce qu'est une  politique révolutionnaire, la différence entre combattre pour le Front unique ouvrier à la base (comités pour l'unité, comités d'action..) pour imposer le Front unique au sommet et tout attendre comme toi des bureaucrates au sommet, de leurs luttes de clans, en devenant de façon immanquable une agence de l'un des ces clans !

Quoi ? tu veux me parler de votre énième éditorial aussi exalté que creux , l' "Editorial TT156 " , du numéro 156 de votre journal de la tribune des travailleurs j'imagine ?

Mais cette éditorial confirme pleinement les critiques que je porte vis à vis de votre politique, politique tournant le dos radicalement à la politique révolutionnaire de Trotsky.

Le programme de transition formule cette idée toute bête :

"... Les bolcheviks-léninistes se trouvent aux premiers rangs de toutes les formes de lutte, même là où il s'agit seulement des intérêts matériels ou des droits démocratiques les plus modestes de la classe ouvrière. Ils prennent une part active à la vie des syndicats de masse, se préoccupent de les renforcer et d'accroître leur esprit de lutte. Ils luttent implacablement contre toutes les tentatives de soumettre les syndicats à l'État bourgeois et de lier le prolétariat par "l'arbitrage obligatoire" et toutes les autres formes d'intervention policière, non seulement fascistes, mais aussi "démocratiques". C'est seulement sur la base de ce travail, qu'il est possible de lutter avec succès à l'intérieur des syndicats contre la bureaucratie réformiste, et en particulier contre la bureaucratie stalinienne. Les tentatives sectaires d'édifier ou de maintenir des petits syndicats "révolutionnaires" comme une seconde édition du parti signifient, en fait, le renoncement à la lutte pour la direction de la classe ouvrière. Il faut poser ici comme un principe inébranlable : l'auto-isolement capitulard hors des syndicats de masses, équivalant à la trahison de la révolution, est incompatible, avec l'appartenance à la IV° Internationale..."

Il faut poser ici comme un principe inébranlable : l'auto-isolement capitulard hors des syndicats de masses, équivalant à la trahison de la révolution nous dit Trotsky. Sans doute veut-il parler par anticipation de votre politique, poussant la colère qui gronde, à aller s'organiser loin des syndicats de masse, dans des "comités pour l’unité" bidon et une conférence le 20 octobre, ne proposant pas, comme vous l'affirmer, de donner un cadre organisé au prolétariat, mais bel et bien d'auto-isoler les éléments avant-gardistes, et permettre à la bureaucratie syndicale toutes tendances confondues, de souffler un peu.

Il serait pourtant "...possible de lutter avec succès à l'intérieur des syndicats contre la bureaucratie réformiste, et en particulier contre la bureaucratie stalinienne...", tellement cette bureaucratie aux affaires dans les syndicats ouvriers est profondément rejetée au bout de tant de défaites successives.

Mais pour cela faudrait-il que se déclare à l’intérieur des syndicats, une bureaucratie "révolutionnaire", à tout le moins une bureaucratie composée de militants LO et POID, désireux réellement d'engager les hostilités contre les Martinez et les Pavageau , et de revendiquer la direction des affaires. Encore faudrait-il que ta direction le consente. Elle ne le consent pas. Pire elle monte au créneau pour les protéger.

Ceux du NPA , plutôt à SUD, à essayer sans succès de faire vivre un syndicat rouge, dans leur tentative sectaire d'édifier ou de maintenir un petit syndicat "révolutionnaires", comme une seconde édition de leur parti le NPA , sont dans une autre forme d'erreur, mais passons.

Camarade Barnum, les jours passent et hélas rien de bien signifiant ne se déclare dans le mouvement ouvrier. Il est souvent peu raisonnable d'avoir trop tôt ou trop complètement raison.

C'est le lot des véritables révolutionnaires sans doute. Twisted Evil

avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Jeu 20 Sep - 19:01

Je crois vraiment que tu ne comprends rien au Trotskyme et par exemple aux comités d'action prônés par Trotsky en 1936 "pour briser la résistance contre-révolutionnaire des appareils"....Aucun auto-isolement capitulard mais refus de devenir une agence de l'un des deux clans au sommet des organisations syndicales, tous les deux au service de Macron, la Cinquième république, l'Union européenne, c'est à dire au service du capital financier. Par contre, combat permanent pour l'indépendance de classe, donc pour la défense des revendications ouvrières, contre toute concertation, contre tout dialogue social, contre le corporatisme.
Comités d'action, comités pour l'unité, combattant pour le Front unique ouvrier à la base, seul à même d'imposer le Front unique au sommet.... les choses sont claires et c'est la seule politique révolutionnaire possible aujourd'hui!
Prôner un tête à tête avec Martinez et Pavageau ou construire un "syndicat rouge", c'est l'opportunisme et le sectarisme main dans la main, c'est à dire les deux faces d'une politique de capitulation par rapport aux besoins des masses.

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Ven 21 Sep - 12:09

barnum a écrit: Par contre, combat permanent pour l'indépendance de classe, donc pour la défense des revendications ouvrières, contre toute concertation, contre tout dialogue social, contre le corporatisme.
Comités d'action, comités pour l'unité, combattant pour le Front unique ouvrier à la base, seul à même d'imposer le Front unique au sommet.... les choses sont claires et c'est la seule politique révolutionnaire possible aujourd'hui!

Très bien ! Partons de ce but commun et essayons de déterminer la tactique la plus judicieuse afin de contraindre les directions syndicales de rompre d'avec la concertation, le dialogue social, le chemin le plus direct vers le corporatisme.

Vous au POID vous nous dites qu'il ne sert à rien de chercher des poux dans la tête des directions syndicales , " refus de toute forme de « dégagisme » " comme vous dites , et qu'il faut organiser les mécontents en dehors du syndicat , dans des comités d'action ad hoc. Vous essayez frauduleusement de vous couvrir de l'autorité de Trotsky, en faisant un parallèle d'avec la situation de 1936.

Chacun pourra néanmoins constater que votre comparaison est parfaitement vaseuse puisque Trotsky en 36 lance le mot d'ordre de "comités d'action" alors que le prolétariat occupe les usines, et qu'immédiatement chez nous, pour l'instant, le prolétariat contemporain, occupe lui plutôt les grandes surfaces, en vue de chercher l'unique prix ou le franc prix.

Comparaison n'est pas raison, et de la part de votre direction très expérimentée, et suffisamment maître de la doctrine, avancer un tel mot d'ordre est synonyme je crois, de chercher un déboucher sans danger, à la colère qui monte chez une minorité de travailleurs qui cherche la voie de la révolution socialiste. Objectif : protéger les directions syndicales et donc protéger Macron.

Nous, nous ne sommes pas par principe opposer à la mise en place de comités d'action. D'ailleurs c'est nous qui avons porté de bout en bout au printemps cette solution politique auprès des camarades cheminots. A la différence de vous d'ailleurs, nous prenions bien soin dans leurs AG de leur expliquer, que la finalité logique de tels comités sur leurs différents attachements était d'aller à la centralisation et à l'unité du mouvement, et pour cela de mettre en place au plus vite un comité central ou une coordination ( ce qui en la circonstance signifiait à peu près la même chose). Mais même si cette coordination avait vu le jour, nous aurions tout fait pour inviter cette coordination incluant des représentants syndicaux en son sein, d'aller chercher les bureaucrates syndicaux là où ils sont et de les neutraliser.

Toi même camarade Barnum, pour essayer de justifier que la direction de ton parti ne faisait pas d'agitation autour du mot d'ordre de "coordination" ou "comité central", qu'il fallait faire siège des bureaux syndicaux, tu m'expliquais de l'impossibilité de l'affaire, sous prétexte que les cheminots n'étaient pas assez mobilisés à votre goût.

C'était le serpent qui se mord la queue. Les staliniens faisaient en sorte que la température de l'eau reste tiède. Les "révolutionnaires" nous expliquaient que pour qu'il y ait des comités et un comité central ( coordination), des actions en directions des bureaux syndicaux, il fallait d'abord que la température monte, et pendant ce temps au Congrès FO, les militants de ton parti faisaient corps avec Pavageau en vue d'accabler Mailly le sortant. Mais aujourd'hui quelle différence entre la politique de Pavageau et celle de Mailly ? Une journée le 09 octobre avec la CGT ? La belle affaire !

Alors nous, nous disons qu'il faut organiser la fronde à l’intérieur même des syndicats FO et CGT. Si nous ne voulons plus que nos syndicats soient des usines à chier des "partenaires sociaux", il nous faut partir à l'assaut de la bureaucratie et la contrôler. Il n'y a pas d'autre manière à notre avis de faire que le syndicalisme ouvrier redevienne séduisant et attractif. Que de frein pour l'action il en devienne le principal ressort. Et là nous nous trouvons confrontés à des oppositions étonnantes, la votre par exemple.

Camarade Barnum, tu peux nous raconter ce que tu veux sur la qualité révolutionnaire de ton organisation.

Mais vois-tu il y a deux indices sûr qui nous permettent de juger de votre degrés d'évolution vers un positionnement trotskyste.

Le premier est votre rapport avec le social-démocrate Pavageau. Le jour où il va commencer à pester contre vous, cela voudra dire que vous l'emmerdez. Pour l'instant il vous adore puisque c'est vous qui l'avez fait roi.

Le deuxième indice sûr qui va nous permettre de juger de l'évolution de la centrale ouvrière FO, va être le comportement de son aile droite, celle des petits bureaucrates nostalgiques de JC Mailly. Cela à la fin du Congrès annonçaient la couleur et menaçaient le syndicat d'une scission, si Pavageau glissait trop à gauche. Au dernière nouvelle ils sont toujours là et bien là. Cela prouve qu'il y a un sacré boulot à entreprendre à FO.

Et ce boulot, c'est votre boulot. Tel refuse et après muse !
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Ven 21 Sep - 12:58

"et pendant ce temps au Congrès FO, les militants de ton parti faisaient corps avec Pavageau en vue d'accabler Mailly le sortant. Mais aujourd'hui quelle différence entre la politique de Pavageau et celle de Mailly ? Une journée le 09 octobre avec la CGT ? La belle affaire !"

"Le premier est votre rapport avec le social-démocrate Pavageau. Le jour où il va commencer à pester contre vous, cela voudra dire que vous l'emmerdez. Pour l'instant il vous adore puisque c'est vous qui l'avez fait roi".


On ne peut pas discuter sérieusement avec toi puisque, une fois de plus ( au moins la dixième fois !!) tu confonds POI et POID.
L'éditorial de D.Gluckstein dit précisément que les appareils organisent une ennième journée d'action pour pouvoir justifier, face à la très probable faible mobilisation des travailleurs, leur participation et leur soutien à la concertation Macron-Philippe !

D'autre part, le texte de Trotsky sur les comités d'action date de 1935 !! Comment ainsi pouvoir discuter efficacement ?
Je te rappelle que le combat pour mettre en place des centaines de comités pour l'unité n'empêche en rien le combat au sein de la CGT et de FO pour une politique ouvrière révolutionnaire, pour la grève générale, donc contre les différents clans de bureaucrates et leurs agences!



barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Ven 21 Sep - 17:30

barnum a écrit:


D'autre part, le texte de Trotsky sur les comités d'action date de 1935 !! Comment ainsi pouvoir discuter efficacement ?




Nous pouvons discuter camarade Barnum, nous pouvons discuter très efficacement, à partir du moment où on ne se saisit pas d'une moindre bêtise de son interlocuteur, confondant un texte de Trotsky de 1935 et un de 1936 -autant pour moi- et à partir du moment où on ne réduit pas sa politique à des douteuses analogies historiques. Un partout, la balle au centre !

Trotsky écrit donc son article [i]"comités d'action en France"
, le 26 novembre 1935. Qu'est ce qui pousse à l'écriture de cette article selon toi camarade ? Une analyse marxiste ou une comparaison avec je ne sais quelle période révolutionnaire antérieur ? Trotsky écrit :

"... Le dernier congrès de l'Internationale communiste, dans sa résolution sur le rapport de Dimitrov, s'est prononcé pour la création de comités d'action élus qui devraient constituer la base de masse du Front populaire. C'est là la seule idée progressive de toute la résolution. Mais c'est précisément pourquoi les staliniens ne font rien pour la réaliser ..."

Trotsky appelle donc l'avant garde bolchevique léniniste, à se saisir de cet opportunité, et tenter de faire ce que les staliniens ne font pas: mettre en place des comités d'action.

Maintenant pourquoi donc l'internationale communiste (stalinienne) parle-t-elle, dans cette troisième période, de front populaire et de comités d'action ? Après avoir passé les dernières années à présenter les social-démocrates type Blum, comme des social-fascistes ?

La raison est que la crise économique mondiale se propage à la plupart des pays européens. La France en est relativement épargnée jusqu’à l’automne 31. Mais entre 1931 et 1932, la production industrielle chute brusquement de 22%, pour stagner durablement à ce même niveau jusqu’en 1940. La crise industrielle frappe la classe ouvrière de plein fouet. Le nombre de chômeurs dépasse les 350 000 en 1932, pour atteindre 826 000 en 1936. Le pouvoir d’achat s’effondre. Dans les villes comme dans les campagnes, la misère s’étend. Consécutive à cette crise économique ouverte, le prolétariat s'échauffe. Trotsky dans son article écrit :

"... L'énorme danger en France actuellement consiste en ce que l'énergie révolutionnaire des masses, dépensée par à coups successifs dans des explosions isolées, comme à Toulon, à Brest, à Limoges, finisse par faire place à l'apathie ..."

A Toulon, Brest et Limoges, c'est spontanément que les ouvriers en viennent aux mains avec les flics,".. Les bagarres de Limoges, le 17 novembre 1935, avaient revêtu le même caractère révolutionnaire que celles de Brest et Toulon au début d'août...". Et en ce sens Trotsky, dans une correspondance avec un camarade assure que "...Dans la même lettre à Jean Rous, Trotsky écrivait : “ S'il y avait eu à Toulon un groupe suffisamment orienté pour lancer au moment de l'explosion le mot d'ordre simple et clair “ Chaque centaine d'ouvriers envoie un délégué pour le comité d'action toulonnais ”, la masse aurait certainement suivi cet appel. Ce comité d'action aurait une tout autre autorité, non seulement aux yeux de la masse elle même, mais aussi aux yeux de la France entière, que les organisations traditionnelles et apeurées ...” . Je crois qu'il voyait juste. Devons-nous pour cela comparer 2018 et 1935 ? Je ne le crois pas.

Le problème camarade Barnum, Ou sont les bagarres de Toulon, Brest et Limoges actuellement ? Le Krach a-t-il eut lieu ? La France est-t-elle en récession ? La dernière fois qu'il y a eut confrontation de classe dans la rue, c'est Benalla qui a frappé, pas nous !

Plus que vos comparaisons oiseuses, (d'un point de vue marxiste fausse de toute façon ), il faut à un moment essayer de faire preuve d'un peu d'intelligence , et de distinguer dans la lutte des classes, les temps où il faut résister, et les temps où il faut passer à l'action.

Immédiatement ne te fais pas trop d'illusion sur la capacité du prolétariat français de passer à l'action de manière offensive. Pauvre prolétariat, pauvre cheminots, abandonnés et trahis de tous, obligés d'un tête à tête avec le démago nationaliste Mélenchon. Pour que des bagarres type Toulon Brest ou Limoges commencent, donc pour que nous révolutionnaires nous puissions faire de l'agitation autours de comités d'action de masse, il va falloir d'abord attendre que la crise financière se transforme qualitativement, que le prolétariat français se débrouille sans une carte de crédit. Ça ne devrait plus être long, mais inutile de s'exciter comme des puces, on ne peux pas aller plus vite que la musique.

Pour tuer le temps, accessoirement nous pouvons nous regrouper à la base des syndicats, et devant nos collègues, nous foutre de la gueule de ces bureaucrates syndicaux, nous affirmant qu'à travers leurs présences inconditionnelles aux tables de négociations de la bourgeoisie, ils vont nous revenir, heureux d'avoir arracher au patronat, à la force de la conviction de leurs langues , pourtant bien fourchues , des conventions collectives de "haut niveau ". Des con-ven-tions de haut-niveau ? Les mêmes, qui ne sont même pas capable de protéger l'existant, se vantent de décrocher la lune ! Et pas un seul politicien de gauche ne moufte ! quelle époque !

Fatalement et vue que nous vivons la plus grande crise historique du capitalisme, ils nous reviendront gros comme Jean et les mains vides.

Puissions-nous espérer alors de votre part, que vous vous décidiez enfin à nous aider à les dégager camarade Barnum .

avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Ven 21 Sep - 19:00

Pas un mot sur la confusion perpétuellement entretenue entre POI et POID !! Il est vrai que, comme toi, le POI est à l'affût de toutes les apparentes contradictions entre bureaucrates pour pouvoir mieux s'insérer dans ce jeu entre clans et occuper des places, au seul service du soutien à Macron et à sa politique, Macron complètement suspendu en l'air, de plus en plus isolé , et qui ne tient que par le soutien de tous les appareils (un peu comme toi au nom d'un pseudo danger fasciste alors que nous sommes dans une situation pré-révolutionnaire comme en 1935) et il faut vraiment être coupé des masses sur le terrain pour ne pas voir l'intense combativité dans nombre d'endroits (tu devrais lire sérieusement la Tribune des travailleurs!), sans parler de l'acharnement des cheminots justement malgré les formes d'action pourries.
Chacun se dispose pour une éventuelle solution de type Front populaire, contre le Front unique ouvrier, solution que tu appelais de tes voeux pendant les présidentielles, dernière solution de la bourgeoisie contre la révolution prolétarienne.
Que de confusions.... Fallait-il une crise financière par exemple en 68 pour qu'une crise révolutionnaire éclate !! A t'entendre, nous ne sommes pas en récession alors que les seuls secteurs en plein boom sont le financier et le numérique développant à tour de bras chômage et précarité de masse !! Que tu peux être loin dans tous tes développements du Trotskysme et d'une politique révolutionnaire!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Sam 22 Sep - 11:52

barnum a écrit:nous sommes dans une situation pré-révolutionnaire comme en 1935


Et non camarade Barnum, je suis vraiment désolé de te contredire, mais nous ne sommes pas comme en 1935. Nous sommes en deçà, ne serait ce que parce que l'URSS n'existe plus. Tu te trompes, tant dans la méthode : les analogies historiques, que dans tes conclusions : nous sommes prêt, et le temps joue pour nous.

Pour qu'une situation pré-révolutionnaire existe, il ne suffit pas que l'infrastructure économique se mette à bouger, même si il n'y a aucune chance de révolution si elle se révèle stable. Il faut que se mette en place une superstructure politique, une avant garde, ouvrant le moment venu une perspective historique.

Et dans ton schéma théorique optimiste , ce qui cloche c'est que tu as tendance à prendre des vessies pour des lanternes, à idéaliser ton parti, alors même que pour guider les masses ouvrières le moment venu vers le socialisme , il n'y a hélas pas, il n'y a malheureusement plus, de lanternes comme il y en avait une par exemple en 1935.

Ce que tu n'arrives pas à comprendre, c'est qu'entre Trotsky et les militants léninistes-bolcheviques de 1935 et Gluckstein et les militants indépendantistes et démocrates de votre parti le POID aujourd'hui, il y a un monde.

Il ne faut pas sous estimer la crise du trotskysme. Elle pèse d'un poid immense .

Et sans jeu de mot, chez toi parler pendant des heures de POI et de POID, cela me semble l'expression achevée de la dégénérescence idéologique absolue de la pensée marxiste, lorsque cette pensée est portée par des hommes tels les dirigeants du POI et ceux du POID actuels .

Franchement qu'est ce qu'on en a à foutre des petites mésaventures et des petites querelles des renégats Gluckstein et Lacaze ?

Un jeune travailleur voulant s'intéresser sur le trotskysme peut taper Lambert - Seldjouk - Lacaze sur son ordinateur. Inévitablement il tombera sur ce type de littérature peu ragoutante :

http://www.gauchemip.org/spip.php?article25293

"..;Lacaze-Seldjouk and co : oui ou non condamnez-vous l’exclusion de Just, un des deux dirigeants, avec Gérard Bloch, sans lesquels l’OCI n’aurait jamais vu le jour sur un plan théorique, en particulier dans la lutte contre le pablisme liquidateur dans les années 70 ? ..."

Toi camarade Barnum ? Condamnes-tu les purges à répétition de Lambert et ses portes flingues Seldjouk alias Gluckstein et Lacaze alias Gauquelin ?

Camarade Barnum, cela n’est pas l’héritage du trotskysme et toutes tes citations de Trotsky n’arriveront pas à masquer les dégâts que ces pratiques ont crées, bien au contraire.

Cela s’apparente bien plus au constat que Trotsky avance selon lequel le stalinisme a réussi à distiller son poison dans la IV internationale. A trop exclure on finit par s'exclure soi même !

La IV Internationale est morte, et ne crois surtout pas que ses faussaires puissent de quelques manières que ce soit être perçu par les jeunes générations de travailleurs comme gage d'un avenir radieux .

Ces gens n'aiment pas le dégagisme, comme je les comprends !
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Sam 22 Sep - 13:39

Voilà, les choses sont simples, tu confonds expressément POI et POID pour mieux masquer la justesse de la politique de ce dernier, en renvoyant à des comportements vieux de plus de 30 ans.... En plus, ça te permet de débiter une nouvelle connerie : bien sûr que non, il n'y a pas besoin d'avant-garde organisée pour que puisse éclater une crise révolutionnaire et se développer une révolution; par contre, pour sa victoire, elle est indispensable ! Ces différents points sont très clairs, pour Lénine comme pour Trotsky, pour Gluckstein comme pour la TCI, mais pour toi "c'est attention fascisme, gardons Macron !! Pauvre Eninel!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Sam 22 Sep - 14:05

barnum a écrit:c'est attention fascisme, gardons Macron !! Pauvre Eninel!

Non ! Attention fascisme, ne gardons surtout pas les Pavageau et Martinez et tous ceux qui les protègent ! Sacré Barnum !

avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Sam 22 Sep - 20:25

Le voilà le fonds de votre politique: dégager Martinez et Pavageau pour mieux les remplacer par des semblables !! Attendant tout des manoeuvres au sein des appareils, sans aucun combat pour le Front unique ouvrier à la base, seul moyen d'imposer le Front unique au sommet, et osant reprocher aux masses leur passivité, tout comme justement les appareils, LO, le POI.... pour justifier et soutenir les journées d'action bidon au seul service du capital financier et du gouvernement Macron-Philippe!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Dim 23 Sep - 18:31

barnum a écrit:Le voilà le fonds de votre politique: dégager Martinez et Pavageau pour mieux les remplacer par des semblables !! Attendant tout des manoeuvres au sein des appareils, sans aucun combat pour le Front unique ouvrier à la base, seul moyen d'imposer le Front unique au sommet, et osant reprocher aux masses leur passivité, tout comme justement les appareils, LO, le POI.... pour justifier et soutenir les journées d'action bidon au seul service du capital financier et du gouvernement Macron-Philippe!

Comme tu y vas de nouveau camarade Barnum ! En quoi sur la base de ce que j'écris pouvons-nous croire que nous sommes au service de Macron, que nous soutenons la politique des Martinez - Pavageau, et même que nous affirmons que les masses sont passives.

Que nenni camarade ! Les masses font ce qu'elles peuvent pour se défendre (et non passer à l'action ) face à Macron. Mais vue que les sommets ne veulent surtout pas se battre, ils discutent encore et encore , elles doivent ces masses faire le dos rond et attendre un événement qui leur permettront de faire connaitre le fond de leur pensée.

Tu as régulièrement dans la bouche la formule front unique ouvrier, et tu penses que mettre en place des comités d'action marginaux est la seule manière d'arriver à nos fins. Mais camarade souviens toi: En 1989, parce que la base syndicale à FO avait réussi à imposer le radical Blondel contre Pitous, le « dauphin » de Bergeron, immédiatement la politique de FO se raidit, et même à l'occasion du mouvement de contestation de 1995, un front unique syndical, un front unique ouvrier se réalisa, suite à la poignée de main Viannet-Blondel. De la même manière la toute récente victoire de Pavageau au dernier congrès de FO va être à l'origine de la journée de mobilisation unitaire en octobre.

Alors pouvons-nous , nous marxistes, affirmer comme tu le fais, que la tambouille à l’intérieur de la bureaucratie syndicale n'a aucun intérêt ?

Penser que dégager les Martinez et Pavageau serait fatalement les remplacer par des semblables est faux , archi faux !

C'est finalement avoir une piètre opinion des camarades de LO POI et POID ayant des positions intéressantes dans la bureaucratie syndicale. Quoi ! Si il se retrouvaient aux affaires à la tête d'un syndicat, eux aussi ils iraient à la soupe ? Même ceux qui militent au POID ?
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Dim 23 Sep - 19:31

Tu confirmes bien que que tu fais tout dépendre de la bonne volonté des appareils, de telle ou telle clique, de tel ou tel clan..... que les masses sont inertes et que ça n'est plus la lutte des classes mais la pseudo lutte entre la classe capitaliste et les appareils bourgeois au sommet des organisations se réclamant de la classe ouvrière mais au service de cette même classe capitaliste!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Lun 24 Sep - 11:38

barnum a écrit:Tu confirmes bien que que tu fais tout dépendre de la bonne volonté des appareils, de telle ou telle clique, de tel ou tel clan..... que les masses sont inertes et que ça n'est plus la lutte des classes mais la pseudo lutte entre la classe capitaliste et les appareils bourgeois au sommet des organisations se réclamant de la classe ouvrière mais au service de cette même classe capitaliste!

Pas du tout. j'affirme que les directions LO, POI, POID ( NPA dans SUD ), qui durant des décennies ont placé des militants "révolutionnaires" dans ces "appareils bourgeois" que sont selon toi les bureaucraties syndicales CGT, FO et FSU, ces directions qui se réclament de la lutte des classes, doivent s'unir et coordonner leur force dans les syndicats et exiger le départ des directions réformistes faillies du moment, peu ou prou sous la domination politique du PS et du PCF (FI).

Les masses de travailleurs, si cette politique de dénonciation des tenants du syndicalisme d'accompagnement voit le jour, ne resteront pas longtemps inertes. Elles le seront d'autant moins si les partis d'extrême gauche animent une vaste campagne de syndicalisation ou de re-syndicalisation des travailleurs.

Il ne s'agit ni de "clique", ni de "clan" , il s'agit de donner une orientation politique combative aux syndicats ouvriers qui historiquement sont nés spontanément de la lutte des classes.

Je te l'ai déjà écris, mais je te le répète, le syndicalisme ouvrier n'est pas seulement un acteur politique de la lutte des classes, il en est un objet, un objet de convoitise entre le capital et le travail.

C'est pure trahison de laisser le syndicalisme ouvrier au main d'une caste de bureaucrates syndicaux tenues par les partis faillies PS et PCF, les mettant au service du capital . Les NPA LO POI et POID doivent s'appuyer sur les travailleurs et disputer ouvertement le contrôle des syndicats à ces partis du passé, et redonner aux syndicalisme ouvrier sa véritable raison d'être : des organisations de masse au service du travail.

Une bureaucratie, telle quelle soit, selon Kafka, est une immense machine animée par des nains. La bureaucratie ouvrière ne transige pas à cette règle. Elle est par nature apolitique. elle peut tout autant privatiser l'économie que la planifier. Tout dépend de l'ordre qui lui est donné, de la nature politique de ses maîtres. Maintenant il faut expliquer à cette bureaucratie de nains que si la planification socialiste lui assure un avenir, la libéralisation capitaliste de l'économie la condamne à terme.

La politique de Macron accompagnée par les Martinez et les Pavageau menace la bureaucratie syndicale. Du moment que cette bureaucratie verra apparaître une alternative politique proposée par les directions de l'extrême gauche NPA LO POI POID, d'un coup d'un seul, elle se ralliera à cette politique. Sûr ! Elle n'a pas le choix !

Une centrale ouvrière CGT-FO réunifiée, en rupture avec la bourgeoisie, et sur une orientation lutte de classe en défense des intérêts matériels et moraux, économiques et professionnels du prolétariat, doit être la direction immédiate et provisoire de la classe ouvrière travaillant en France, la résistance à l’empiétement du capital sur le travail.

Pour ce qui est du reste, à savoir la révolution ouvrière et la construction du socialisme mondial, certes seule une internationale ouvrière et ses sections dans chaque pays peut accomplir cette tache historique.

Aux grands mots les grands remèdes. La direction du POID doit rompre avec la direction Pavageau de FO ... et le dire !
avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Lun 24 Sep - 13:31

"La politique de Macron accompagnée par les Martinez et les Pavageau menace la bureaucratie syndicale. Du moment que cette bureaucratie verra apparaître une alternative politique proposée par les directions de l'extrême gauche NPA LO POI POID, d'un coup d'un seul, elle se ralliera à cette politique. Sûr ! Elle n'a pas le choix!"

DEUX CONTRESENS EN UNE SEULE PHRASE!!

La politique de Macron ne menace pas la bureaucratie syndicale puisqu'elle en fait un partenaire indispensable pour sa mise en oeuvre par l'intermédiaire du dialogue social et la concertation permanente; Macron, suspendu en l'air, illégitime, et de plus en plus minoritaire, a besoin des appareils bourgeois.
Ces appareils bourgeois, par nature, préféreront toujours le suicide politique à la révolution prolétarienne ,( chaque bureaucrate individuellement se recyclant sans problème dans les rangs directs de la classe bourgeoise!), et donc jamais ne se rallieront à une politique révolutionnaire.... Ils n'ont pas le choix mais dans le sens inverse de ce que tu dis!! En URSS, la bureaucratie stalinienne (appareil bourgeois au sommet de l'Etat ouvrier, d'où l'expression trotskyste d'Etat ouvrier dégénéré), préféra le suicide politique en tant que couche sociale parasitaire pour mieux se reconvertir dans les rangs d'un capitalisme essentiellement mafieux!

D'où, LA SEULE POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE : construire des comités d'action, des comité pour l'unité , comme en 1935 dans une situation pré-révolutionnaire, pour "briser la résistance contre-révolutionnaire des appareils" selon les termes mêmes de Trotsky, et réaliser le Front unique ouvrier à la base pour imposer le Front unique au sommet ( tout en combattant à l'intérieur des organisations syndicales pour la grève générale, "ne touchez pas à nos retraites et aux régimes spéciaux"...) en rejetant le tête à tête avec les appareils qui vous transforme en flanc gauche de ces appareils et en faisant dépendre la solution non pas des masses elles-mêmes ( conception classique du petit-bourgeois qui n'a aucune confiance dans ces masses!!), mais des appareils eux-mêmes ! Encore bravo pour cette clairvoyance politique.... Tu ferais mieux de rejoindre le comité pour l'unité près de chez toi!!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Mar 25 Sep - 11:40

barnum a écrit:"La politique de Macron accompagnée par les Martinez et les Pavageau menace la bureaucratie syndicale. Du moment que cette bureaucratie verra apparaître une alternative politique proposée par les directions de l'extrême gauche NPA LO POI POID, d'un coup d'un seul, elle se ralliera à cette politique. Sûr ! Elle n'a pas le choix!"

DEUX CONTRESENS EN UNE SEULE PHRASE!!

!

Aucun "contresens" pour ce que j'avance. Mais pour bien comprendre la contradiction dans laquelle s’enferme des syndicats de classe comme le sont la CGT et la CGT-FO dans la collaboration de classe, il faut revenir à l'origine de cette frénésie de dialogue social et de syndicalisme de participation chez eux.

Les Lois Auroux sont un ensemble de quatre lois modifiant de manière importante le droit du travail en France, promulguées au cours de l'année 1982 par le gouvernement Mauroy II lors du premier mandat de François Mitterrand.

Ces lois comme nous le résume Wikipédia allaient chambouler de tout en tout le comportement des syndicats dans l'entreprise. L'article nous dit : "... Les Lois Auroux avaient comme ambition de transformer profondément les relations de travail en France, et mettaient pour cela l'accent sur la responsabilisation des différents acteurs sociaux, salariés, syndicats et chefs d'entreprise. .." car l'approche idéologique était que "... l'idée d'une extension de la citoyenneté à la sphère de l'entreprise : « citoyens dans la cité, les travailleurs doivent l’être aussi dans leur entreprise » et puisque les travailleurs devenaient citoyens , alors était instauré l' "... obligation annuelle de négocier dans l'entreprise, sur les salaires, la durée et l'organisation du travail (loi du 13 novembre 1982)..."

Mais puisque la social-démocratie de Mitterrand bien influencé par le syndicalisme chrétien : "... lois fortement marquées par l'influence de la deuxième gauche, et plus particulièrement de la CFDT, qui fut la source d'inspiration majeure du ministère du travail. Très largement rédigées par Martine Aubry, alors membre du cabinet de Jean Auroux, elles sont héritières de la pensée sociale chrétienne de gauche incarnée par Jacques Delors..." imposait par la loi ce type de syndicalisme , cela prouve bien qu'à l'origine le syndicalisme ouvrier ce n'était pas cela !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_Auroux

Lorsque j'affirme que la politique de Martinez et de Pavageau, politique de Jacques Delors, menace la bureaucratie syndicale de la CGT et de la CGT-FO , c'est simplement l'observation que les vrais partenaires sociaux de Macron dans le syndicalisme ( et il ne s'en cache pas ) sont à chercher du côté de la bureaucratie syndicale de la CFDT.

Prenons l'exemple de l'actualité quant au atermoiement des directions CGT et CGT-FO sur leurs participations aux futurs négociations sur l'assurance chômage :

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/09/25/97002-20180925FILWWW00086-assurance-chomage-la-lettre-de-cadrage-envoyee-dans-les-24-heur

Quoi ! il faut un délai de réflexion chez ces dirigeants CGT et CGT-FO , militants du PS et du PCF, pour décider si ils se mettent au service du gouvernement ou non, dans le but de réduire à rien les droits des chômeurs ? "...A l'issue de la réunion de vendredi, les partenaires sociaux s'étaient laissé du temps pour décider de négocier ou non...". Ou est la citoyenneté du chômeur dans ce type de comportement de valet ?

Ce matin ces valets, valets que vous couvrez puisque vous ne les dénoncez pas, reviennent encore et encore à la charge. Ils s'accrochent aux lois Auroux comme un naufragé à sa bouée :

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/09/25/97002-20180925FILWWW00113-les-syndicats-proposent-au-patronat-un-agenda-social-de-negociati

"Nos organisations syndicales sont très attachées au dialogue social et à la négociation collective interprofessionnelle entre les interlocuteurs sociaux, facteurs de progrès social au bénéfice tant des salariés que des entreprises", écrivent Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), Pascal Pavageau (FO), François Hommeril (CGC-CFE) et Philippe Louis (CFTC)."

Camarade Barnum , l'urgence absolue du moment est de mettre hors d'état de nuire ces directions syndicales menteuses, les dégager sans ménagement.

Non les organisations syndicales ne sont pas demandeuses et ne sont pas attachées au dialogue social, ce sont eux les maquignons qui le sont. Et aveugles de plus ces margoulins, non la négociation collective ne débouche pas sur le progrès social, mais sur l'enrichissement permanent des entreprises au détriment des salariés.

Il est de la responsabilité historique des directions des partis d'extrême gauche d'engager une guerre totale contre ces directions syndicales de margoulins et de maquignons, LES DÉGAGER .







avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Mar 25 Sep - 13:50

Tu ne réponds absolument pas sur le fond de ce que je dis!!

"Ces appareils bourgeois, par nature, préféreront toujours le suicide politique à la révolution prolétarienne ,( chaque bureaucrate individuellement se recyclant sans problème dans les rangs directs de la classe bourgeoise!), et donc jamais ne se rallieront à une politique révolutionnaire.... Ils n'ont pas le choix mais dans le sens inverse de ce que tu dis!! En URSS, la bureaucratie stalinienne (appareil bourgeois au sommet de l'Etat ouvrier, d'où l'expression trotskyste d'Etat ouvrier dégénéré), préféra le suicide politique en tant que couche sociale parasitaire pour mieux se reconvertir dans les rangs d'un capitalisme essentiellement mafieux!"

Tu oses dire que les bureaucraties syndicales n'auraient pas le choix et se rallieraient à une politique révolutionnaire, alors que plus on se rapproche d'une crise révolutionnaire ouverte, plus les directions de la CGT et de la CGT-FO se rapprochent de celle de la CFDT, toutes en marche vers l'association capital-travail (la fameuse doctrine sociale de l'église!), vers le corporatisme, toutes unies pour le dialogue social, la concertation et les journées d'action bidon au service du capital financier et de son gouvernement.
Même chose pour les directions politiques qui se réclament de la classe ouvrière.... plus la crise révolutionnaire mûrit, plus elles s'empressent de protéger Macron et de renvoyer à 2022.

La CGT et FO sont des organisations de classe dirigées par des appareils bourgeois au service EXCLUSIF de la classe bourgeoise.

La seule méthode révolutionnaire est celle de Trotsky en 1935 avec les comités d'action pour "briser la résistance contre-révolutionnaire des appareils" et celle du POID en 2018 avec les comités pour l'unité pour encore et toujours "briser la résistance contre-évolutionnaire des appareils"!!

TOI, tu passe ta vie à t'adresser exclusivement à ces bureaucrates, à les valoriser ("ils pourraient ne pas capituler"!!), puis à les dénoncer, dans un tête à tête permanent avec les appareils, devenant ainsi un appendice de ces mêmes appareils, en excluant les masses traitées d'inertes par nombre de petits-bourgeois, masses dont tu es incapable de voir les nombreuses mobilisations, le Front unique imposé et réalisé à la base dans nombre d'endroits....Lis donc un peu plus "la Tribune des travailleurs".



barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Eninel le Mer 26 Sep - 14:52

"...Tu ne réponds absolument pas sur le fond de ce que je dis!!..."

Détrompes toi camarade Barnum, mais comme le disait Montand dans l'une de ses chansons : " ... lorsque quelqu'un vous dit : "... je me tue à vous dire ... " ... laissez le mourir !

"...Les appareils bourgeois, par nature, préféreront toujours le suicide politique à la révolution prolétarienne ..."

Non , et ce n'est pas la première fois que je te l'écris. En politique il n'y a pas de suicide de groupe. peut être de la naïveté, de la fidélité, de l'aveuglement, mais pas de suicide.

"... chaque bureaucrate individuellement se recyclant sans problème dans les rangs directs de la classe bourgeoise!..."

Non, tous les bureaucrates ouvriers ( dans l'ex URSS il était des dizaines de millions ) ne se recyclent pas - sans problème- en cas d'implosion de leur organisation. Seulement les couches dirigeantes. Ce que tu ne veux pas comprendre c'est qu'un parti, un syndicat bureaucratisé, c'est un peu comme un clergé. Il y a des cardinaux et des évêques, il y a aussi des curées de campagne. Bas et haut clergé ce n'est pas la même chose. On a connu dans l'histoire des prêtres défroqués révolutionnaires.

"... jamais ne se rallieront à une politique révolutionnaire..."

La question n'est pas de savoir si les bureaucraties syndicales vont se rallier à une politique révolutionnaire ( on verra au moment où la révolution éclatera ), l'important c'est de voir jusqu'à quand la bureaucratie de ces syndicats que sont la CGT et FO , vont supporter leur dirigeants actuels, affaiblissant leur influence et les fragilisant de par leur politique d'accompagnement des plans de la bourgeoisie. Macron a des velléités de vouloir faire des économies sur leur dos. Il veut regrouper les structures de représentants du personnel. Et il ne cache pas que pour lui, si en France il ne restait qu'un seul syndicat à sa botte, cela ne le troublerait nullement. Le syndicat chéri de Macron c'est le syndicalisme chrétien de la CFDT, pas le syndicalisme de classe.

"...Plus on se rapproche d'une crise révolutionnaire ouverte, plus les directions de la CGT et de la CGT-FO se rapprochent de celle de la CFDT, toutes en marche vers l'association capital-travail (la fameuse doctrine sociale de l'église!), vers le corporatisme, toutes unies pour le dialogue social, la concertation et les journées d'action bidon au service du capital financier et de son gouvernement..."

Oui voilà ! Là tu écris juste. Ce sont bien "les directions syndicales" ( sous l'autorité du PS et du PCF ) qui marche à la catastrophe, pas les appareils bureaucratiques, pas le curé de campagne. C'est cette contradiction à l'intérieur même des appareils syndicaux qui sont le fondement des scènes vue au dernier congrès FO quand JC Mailly , se fait jeter des tomates sur lui. Et des événements comme celui là, prépare toi à en voir encore et encore, à la CGT cette fois. Sûr !

"...La seule méthode révolutionnaire est celle de Trotsky ..."

Evidemment ! Mais ce n'est pas celle des comités d'action sans action préalable des masses. De toute façon le but des comités pour Trotsky est de proposer une structure organisationnelle le moment venu, à des travailleurs pauvres qui n'en ont pas traditionnellement : " ... Les syndicats, même les plus puissants, n'embrassent pas plus de 20 à 25 % de la classe ouvrière et, d'ailleurs, ses couches les plus qualifiées et les mieux payées. La majorité la plus opprimée de la classe ouvrière n'est entraînée dans la lutte qu'épisodiquement, dans les périodes d'essor exceptionnel du mouvement ouvrier. A ces moments là, il est nécessaire de créer des organisations ad hoc, qui embrassent toute la masse en lutte : les COMITÉS DE GREVE, les COMITÉS D'USINES, et, enfin, les SOVIETS..." ( programme de transition )

La méthode révolutionnaire de Trotsky c'est prendre une part active à la vie des syndicats de masse, se préoccuper de les renforcer et d'accroître leur esprit de lutte. Lutter implacablement contre toutes les tentatives de soumettre les syndicats à l'État bourgeois et de lier le prolétariat par "l'arbitrage obligatoire" et toutes les autres formes d'intervention policière, non seulement fascistes, mais aussi "démocratiques". Bref c'est lutter à l'intérieur des syndicats contre la bureaucratie réformiste, et en particulier contre la bureaucratie stalinienne, chose que vous , vous ne faites pas. CQFD !


avatar
Eninel

Messages : 735
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  barnum le Mer 26 Sep - 16:39

Non, la méthode de Trotsky avec les comités d'action, c'est AVANT la crise révolutionnaire, pour "briser la résistance contre-révolutionnaire des appareils", puisque après, ce seront les comités de grève puis les conseils ouvriers qui seront à l'ordre du jour !!
Nous combattons tant en dehors des structures syndicales pour les comités d'action, comités pour l'unité qu'à l'intérieur de ces structures, contre le dialogue social-concertation et les journées d'action bidon , pour la défense des revendications et la grève générale!
Il faut malheureusement te répéter 10 fois les choses pour que tu puisses les comprendre et les assimiler!!

NE MELANGE DONC PAS TOUT!! Quand je parle des appareils, je parle bien sûr du sommet des organisations, des directions, et non pas "du bas clergé ou des curés de campagne"!!

"l'important c'est de voir jusqu'à quand la bureaucratie de ces syndicats que sont la CGT et FO , vont supporter leur dirigeants actuels"
Quand on parle de "bureaucratie", on parle des sommets, je le répète!!!! Ce devrait être clair pour qui se réclame de Trotsky..... et ces dirigeants ont été élus sur la ligne des journées d'action et de la concertation !

Eh oui, la bureaucratie stalinienne s'est bien suicidée politiquement en 1991 en URSS, et les sommets se sont bien recasés individuellement pour la plupart dans le capitalisme mafieux. Même chose par exemple pour le PC italien qui a fusionné avec la démocratie chrétienne et est devenu un parti bourgeois!

barnum

Messages : 574
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  yasujiro le Mer 26 Sep - 18:47

barnum a écrit:La seule méthode révolutionnaire est celle de Trotsky en 1935 avec les comités d'action
"Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.” Albert Einstein.

yasujiro

Messages : 29
Date d'inscription : 08/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui pour incarner un direction à la classe

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum