du NPA au POID ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Sam 15 Avr - 19:20

Oui, il suffit de lire le programme du NPA pour constater qu'il ne combat pas pour la rupture immédiate avec l'Union européenne et l'euro, contrairement à Schivardi justement, qui combat avec le POID pour un Gouvernement ouvrier (tout en n'étant pas trotskyste!), tendant la main aux autres classes ouvrières, pour les Etats-unis socialistes d'Europe.

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Duzgun le Dim 16 Avr - 1:23

Bravo barnum de constater que le NPA est révolutionnaire, pas réformiste... Laughing
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Dim 16 Avr - 9:36

"révolutionnaire"!! Refuser de combattre pour en finir avec l'Union européenne, agence du capital financier, au nom d'un processus constituant dans 27 pays en même temps !! Bravo le soutien à peine déguisé aux bourgeoisies européennes !

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Duzgun le Lun 17 Avr - 11:52

Il ne suffit pas de répondre les mêmes conneries en boucle sur ton pseudo-processus constituant de "tous les pays en même temps" pour avoir raison.
Sinon à ça :
barnum a écrit: Bravo le soutien à peine déguisé aux bourgeoisies européennes !
On peut te répondre : bravo le soutien pas du tout déguisé à ta bourgeoisie nationale!
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Lun 17 Avr - 13:47

Ah bon! Je crois pourtant que la bourgeoisie française, comme toutes les autres, trouve parfaitement son compte dans l'Union européenne, instrument du capital financier....Union européenne contre laquelle tu ne veux donc pas combattre..... en attendant le fameux processus constituant à 27 !!

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  le petit scarabée le Mar 25 Avr - 13:56

Duzgun a écrit:Mais la question se pose de savoir s'il avait jamais quitté son organisation de départ en fait. En tout cas si c'est le cas, son travail d'entrisme n'aura pas été très payant! geek
Là on est un peu dans une vision parano. En revanche, je ne trouve pas convaincante son argumentation, il me semble forcer le trait sur les divergences pour justifier son départ. Et il me semble bien naïf aussi, le POID serait sans défauts ?
Personnellement, je ne renouvellerai pas mon adhésion au NPA non plus, mais pour de toutes autres raisons. Il faut savoir tourner la page quand une tentative a échoué.


Dernière édition par le petit scarabée le Mar 25 Avr - 13:57, édité 1 fois (Raison : fautes de frappe)

le petit scarabée

Messages : 194
Date d'inscription : 18/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Duzgun le Mar 25 Avr - 15:23

le petit scarabée a écrit:
Duzgun a écrit:Mais la question se pose de savoir s'il avait jamais quitté son organisation de départ en fait. En tout cas si c'est le cas, son travail d'entrisme n'aura pas été très payant! geek
Là on est un peu dans une vision parano. En revanche, je ne trouve pas convaincante son argumentation, il me semble forcer le trait sur les divergences pour justifier son départ. Et il me semble bien naïf aussi, le POID serait sans défauts ?
Personnellement, je ne renouvellerai pas mon adhésion au NPA non plus, mais pour de toutes autres raisons. Il faut savoir tourner la page quand une tentative a échoué.
Ce n'est qu'une éventualité, qui serait tout à fait crédible au vu des pratiques de ce courant et de l'empressement à annoncer son retour au bercail (qui serait quasi-parfait, pourquoi l'avoir quitté alors?). Mais ce n'est pas très important.

Quant au NPA, on peut dire que "la tentative a échoué" (c'est vrai), mais ça reste malgré tout l'outil politique le plus adapté pour préparer les confrontations à venir. Cinq ans de Macron ça va pas être la joie, il faut s'organiser et riposter...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Eninel le Mar 25 Avr - 16:44

Duzgun a écrit:
Quant au NPA, on peut dire que "la tentative a échoué" (c'est vrai), mais ça reste malgré tout l'outil politique le plus adapté pour préparer les confrontations à venir. Cinq ans de Macron ça va pas être la joie, il faut s'organiser et riposter...

Le NPA reste malgré tout l'outil politique le plus adapté pour préparer les confrontations à venir.
Je le pense moi aussi, mais pour cela, il faut sans faux semblant, trouver et corriger les raisons qui ont voué la première tentative à un échec.
avatar
Eninel

Messages : 451
Date d'inscription : 31/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Sam 29 Avr - 16:55

Non, l'outil le mieux adapté pour construire le parti ouvrier révolutionnaire est le POID, le seul à avoir développé une politique de Front unique sur le terrain électoral, pour une candidature d'unité Hamon-Mélenchon sur la base de l'abrogation de la loi El Khomri et la renégociation des traités européens, pendant que TOUS LES AUTRES s'enfonçaient dans une campagne de DIVISION, derrière Hamon, derrière Mélenchon ou derrière leurs propres candidats, favorisant ainsi la présence de Le Pen au second tour !!
Bravo encore ... Mais le Trotskysme reconnaîtra les siens !!

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Zelda le Dim 30 Avr - 1:27

avatar
Zelda

Messages : 61
Date d'inscription : 26/12/2015
Age : 52
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Dim 30 Avr - 12:20

Ton humour à deux balles, Zelda, ne peut masquer le prix à payer pour des politiques de DIVISION tous azimuts !! Macron et Le Pen peuvent leur dire merci !

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Bobigny le Mar 16 Mai - 4:41

Zelda: ha ha ha ha
Barnum je pense qu'il faut d'urgence que l'on aillent tous militer au NPA seul parti anti capitaliste en place dommage l'appellation LCR me convenait mieux personnellement

Bobigny

Messages : 26
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Mar 16 Mai - 11:23

Pauvre NPA avec de futurs militants comme celui-là !! Cela dit, pour le NPA aussi, la division fut un credo !! Ne dit-on pas que "qui se ressemble s'assemble"!

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Bobigny le Mar 16 Mai - 15:14

barnum a écrit:Pauvre NPA avec de futurs militants comme celui-là !! Cela dit, pour le NPA aussi, la division fut un credo !! Ne dit-on pas que "qui se ressemble s'assemble"!

Tu dis ça parce que tu es en colère sur quels critères te base tu pour dire que tel ou tel militant est mauvais le NPA ça reste un parti ouvrier qu'on le veuille où non ce sont les militants qui font le parti même lorsque la direction d'un parti est corrompu les militants peuvent changer cela à condition qu'ils en aient envie certains ne le font pas car ils ont une position qu'ils ont peurs de perdre donc il répètent les mots d'ordres de leurs "chefs" aveuglément comme un délégué du personnel CGT FO etc qui appui la politique pourrie des dirigeants sans broncher de peur de perdre les miettes que ceux ci lui jettent en remerciement de sa bouffonnerie  jocolor  mais heureusement nous ne sommes pas tous comme cela Very Happy c'est bien pour cela qu'il faut entrer en masse dans les organisations existantes pour effectuer le bras de fer avec les dirigeants réformistes afro

Bobigny

Messages : 26
Date d'inscription : 17/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Dim 21 Mai - 10:33

Communiqué de presse
64 candidats aux législatives, pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République,
pour une Assemblée constituante souveraine, pour un gouvernement ouvrier.
Le 7 mai, Macron a été élu. Mais les faits établissent qu’il est ultra minoritaire. Le président Macron est illégitime.
Il a annoncé son programme : la poursuite de la destruction du Code du travail et la précarisation généralisée, la destruction de la Sécurité sociale, la liquidation des régimes de retraites, une baisse supplémentaire de 60 milliards d’euros des dépenses publiques… tout cela en application des directives de l’Union européenne.
Pour appliquer son programme, il prétend utiliser tous les instruments antidémocratiques de la Ve République, à commencer par les ordonnances.
Face à ce programme de guerre contre la classe ouvrière et la démocratie politique, les représentants des grandes formations politiques – F. Baroin, J. C. Cambadelis, B. Hamon, P. Laurent, J. L. Mélenchon – ont tous indiqué qu’ils s’engagent, en cas de victoire, à gouverner avec Macron, soit dans le cadre d’une nouvelle majorité présidentielle, soit dans le cadre d’une cohabitation.
Mais sous la Ve République, la cohabitation entre le président et le Premier ministre a pour seule fonction de permettre, quelles que soient les circonstances, que le président préside et fasse respecter la Constitution, dont l’article 88-1 exige la stricte application des directives européennes.
Partisan d’un gouvernement ouvrier, le Parti ouvrier indépendant démocratique présente 64 candidats dans 35 départements, contre toute cohabitation, pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République, pour une Assemblée constituante souveraine.
Au moment où l’offensive fait rage contre les partis, le POID réaffirme qu’il ne saurait y avoir de démocratie politique sans partis ni syndicats et que la classe ouvrière a besoin d’un parti ouvrier pour défendre et représenter ses intérêts.
Dans chacune de ces circonscriptions, les candidats du POID lient les combats généraux contre les diktats de l’Union européenne – destruction du Code du travail, de la Sécurité sociale, des services publics, de l’industrie – et leur déclinaison particulière.
Le Parti ouvrier indépendant démocratique – parti de lutte de classe – combat pour un gouvernement ouvrier, ce qui est incompatible avec toute cohabitation dans le cadre des institutions de la Ve République. Partisan de l’unité ouvrière et de la démocratie, le POID appelle toutes celles et tous ceux qui rejettent toute légitimité au président Macron et veulent combattre pour la liquidation des institutions de la Ve République et de l’Union européenne à agir dans l’unité sur cet objectif commun.

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Jeu 8 Juin - 10:03

La provocation de Macron n’appelle qu’une réponse
Éditorial de Daniel Gluckstein

En évoquant une « bombe » à propos de l’ordonnance en préparation sur le contrat de travail, Le Parisien confirme que ce gouvernement illégitime* est en guerre contre la classe ouvrière et qu’il veut passer en force.

Les dirigeants des organisations qui avaient cru possible l’ouverture de négociations (lire page 4) devront se rendre à l’évidence : le gouvernement Macron-Philippe est déterminé à réduire en miettes le contrat de travail. C’est pourquoi il restera sourd aux « propositions » des organisations ouvrières si elles visent à préserver les droits ouvriers collectifs.

La provocation du gouvernement n’appelle qu’une réponse : le front unique des travailleurs et de leurs organisations, unis pour imposer le retrait des projets Macron-Philippe (avec ou sans ordonnances) et l’abrogation de la loi El Khomri sur laquelle ils reposent.

Curieusement, au moment même où Macron veut passer en force, fleurissent « à gauche » des initiatives accréditant l’illusion d’une possible discussion démocratique avec le gouvernement.

Dans une déclaration commune intitulée « Nous refuserons une loi Travail bis par ordonnances » (lire page 6), des dirigeants du Parti communiste, du Parti de gauche, de la gauche du Parti socialiste, du NPA, d’Europe-Écologie-Les Verts appellent à ne pas donner une « majorité absolue à l’Assemblée » à Macron et formulent leurs « propositions alternatives ». Qui peut croire que le blocage des plans du gouvernement passe par le résultat de l’élection à une Assemblée nationale-croupion, chambre d’enregistrement des décisions d’un président de la Ve République tout-puissant ? Quant aux « propositions »… L’exigence de retrait du plan Macron-Philippe et d’abrogation de la loi El Khomri est absente du texte commun des dirigeants de gauche !

Quelques jours plus tôt, Mélenchon avait lancé son propre appel à constituer un « Front populaire de résistance sociale et de proposition » intégrant « les forces syndicales, associatives, politiques et culturelles » (lire page 6). Pour Mélenchon aussi, « cette résistance commence d’abord à l’Assemblée nationale ». Ce qui l’amène lui aussi à soumettre ses « propositions » en tout genre et même à amender (et envisager de voter) la mini-réforme de la Constitution préparée par le gouvernement !

Qui peut croire que c’est en faisant des propositions au gouvernement et en amendant ses projets qu’on va le combattre et le faire reculer ? Qui peut croire que c’est à l’Assemblée nationale que cela va se jouer ?

Ne peut combattre Macron et encore moins défaire sa politique celui qui refuse de rompre avec lui.

C’est sur le terrain de la lutte de classe que la classe ouvrière fera reculer ce gouvernement de guerre.

Dehors ce pouvoir illégitime ! À bas les ordonnances ! Retrait des projets Macron ! Abrogation de la loi El Khomri ! Telles sont les bases de l’unité ouvrière pour laquelle combattent les militants du Parti ouvrier indépendant démocratique.

* Les sondages annoncent 45 % d’abstentions le 11 juin et prévoient un résultat correspondant à 15 % des inscrits pour La République en marche

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Jeu 15 Juin - 16:42

Jusqu’à quel point ?
Éditorial de Daniel Gluckstein—

Macron est-il aussi fort et invulnérable qu’il le prétend ?

Déclenchant une guerre totale contre la classe ouvrière, il promet de réussir là où ses prédécesseurs n’ont pu aller jusqu’au bout : mettre en pièces le Code du travail et la Sécurité sociale (lire page 3).

D’où lui vient cette assurance ?

De la division Hamon-Mélenchon sans laquelle il n’aurait pas bénéficié d’une confortable élection face à Le Pen ? De l’attitude des principaux candidats qui ont appelé à voter pour lui au second tour, puis ont reconnu sa légitimité, et ont ensuite proposé de devenir son Premier ministre ? De la décomposition des partis, Les Républicains au bord de l’explosion, le PS en ruines et le PCF s’en approchant ? De ce que son programme de guerre contre la classe ouvrière n’empêche pas les responsables des organisations syndicales d’entrer dans la « concertation » ?

Tout cela à la fois sans doute. Macron est fort des faiblesses de ceux qui sont supposés s’opposer à lui, de l’opportunisme des uns, de la veulerie des autres. Et surtout, il est « fort » du refus de tous de remettre en cause les institutions. Institutions à ce point antidémocratiques qu’elles concentrent les pouvoirs entre les mains d’un président choisi par 15 % des électeurs le 23 avril et donnent 80 % des députés à un parti soutenu par 8 % des électeurs !

Fort, Macron ? Jusqu’à quel point ?

Pour la première fois, une institution quasi officielle de la Ve République – le journal Le Monde (lire page 3) – traite de l’abstention comme l’expression d’une position politique, au même titre que les suffrages recueillis par les partis.

Tous s’en inquiètent. Car si une majorité se dégage de cette élection, c’est celle constituée non par les députés élus, mais bien par ces 25 millions d’abstentionnistes (sur 47,5 millions d’électeurs inscrits).

Deux ouvriers sur trois et deux jeunes sur trois se sont abstenus ce 11 juin* : un immense rejet du programme de guerre du gouvernement Macron. Et, aussi, un rejet des politiques de division et d’accompagnement sur lesquelles comptent Macron et Philippe pour faire passer leurs attaques.

Répétons-le : la seule force de Macron, c’est de pouvoir s’appuyer sur un très large consensus. Consensus pour reconnaître la légitimité d’un président illégitime. Consensus pour respecter les mécanismes antidémocratiques des institutions de la Ve République.

À condition de réaliser son unité, avec ses organisations dans l’exigence du retrait des plans meurtriers du gouvernement, à condition de préserver son indépendance en rejetant la logique de « coconstruction » de ces plans que la ministre Pénicaud veut lui imposer (lire page 6), la classe ouvrière a la capacité de porter le mandat majoritaire.

Elle a la capacité d’abattre ce régime de misère antidémocratique, illégitime et anti-ouvrier. La force sociale et la légitimité démocratique sont de ce côté.

* Étude Ipsos.


barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Mar 20 Juin - 8:21

Et maintenant ?
L’Assemblée nationale a été élue, ce 18 juin, avec les voix de moins de 2 électeurs sur 5. Cette situation, sans
précédent dans l’histoire du pays, intervient après l’élection de Macron, déjà marquée par un record d’abstentions
et de votes blancs et nuls.
Un « non-vote » de classe
Une large majorité s’est exprimée par un « non-vote » de classe. Au premier tour, deux ouvriers sur trois et deux
jeunes sur trois s’étaient abstenus ou avaient voté blanc ou nul ; ce phénomène s’est amplifié au second tour. Ce
« non-vote » de classe dit clairement : nous rejetons ces institutions et la politique qu’elles servent, la même
politique qui, de Sarkozy à Hollande et Macron, frappe les travailleurs et les jeunes au bénéfice des capitalistes et
des banquiers.
La démocratie exige de conclure : « Dehors ce président et cette Assemblée illégitimes,
dehors la Ve République, Assemblée constituante souveraine tout de suite ! »
Ce n’est pas ce que disent les dirigeants des partis et mouvements issus, à des degrés divers, du mouvement ouvrier
et démocratique. Certains réclament l’introduction d’une « dose de proportionnelle » : comme si cela pouvait
changer la nature antidémocratique, autoritaire et bonapartiste de ces institutions et le rôle de cette Assemblée
croupion, vouée à enregistrer et accompagner toutes les décisions du président !
D’autres déclarent que cette Assemblée ne serait pas « légitime pour décider par ordonnances » la liquidation du
Code du travail… comme si une telle destruction était plus acceptable au terme d’un « débat parlementaire » ! À
quoi s’ajoute la demande de Mélenchon au président de la République d’un référendum sur la future loi Macron
contre le Code du travail… ce qui revient une nouvelle fois à s’en remettre à lui !
Ainsi, tous restent dans le cadre d’institutions massivement rejetées, qu’ils légitiment tout en appelant à les
réformer à la marge.
C’est la V
e République qui doit dégager !
Ceux qui ont fait campagne sur le thème du « dégagisme » se félicitent aujourd’hui de la disparition destrois quarts
du personnel politique de la précédente législature. Mais, étrangement, ils cessent d’être « dégagistes » quand il
s’agit des institutions de la Ve République.
Pourtant les plans annoncés par Macron – Code du travail, Sécurité sociale, retraites – prolongent et aggravent les
plans précédents de Hollande et Sarkozy ; comme eux ils,sont dictés par l’Union européenne et la classe capitaliste.
La défense des droits ouvriers et de la démocratie ne peut se contenter du « dégagement » de ministres et de
députés faillis, certains d’ailleurs s’étant recyclés sous d’autres étiquettes : elle appelle à dégager les institutions.
Sans quoi le dégagisme concentré sur les personnes et ignorant les institutions ne ferait que confirmer la formule
d’un film célèbre : « Il faut que tout change pour que rien ne change ».
Après le 18 juin, quiconque se réclame de la classe ouvrière devrait conclure ceci : la légitimité démocratique réside
dans la lutte de classe organisée par les travailleurs eux-mêmes pour bloquer les plans du gouvernement. Le soir
du second tour, Mélenchon a déclaré : « Le peuple français dispose à l’Assemblée d’un groupe « La France
insoumise » cohérent, discipliné, offensif, et c’est lui (…) qui appellera le pays, le moment venu à une résistance
sociale ». Comment comprendre cette volonté de confisquer aux travailleurs le droit d’organiser leur lutte de classe
par eux-mêmes ? Comment comprendre cette tentative de se substituer aux organisations syndicales construites
par les travailleurs pour défendre leurs revendications ?
Au moment où Trump provoque une confrontation militaire directe avec la Syrie (et, derrière elle, l’Iran) ; au
moment où se généralise la marche à la guerre menaçant la paix dans le monde entier ; que disent-ils, tous les
responsables des groupes élus hier à l’Assemblée nationale ? Que la guerre doit continuer d’une manière ou d’une
autre*. Quiconque se réclame de la paix et de la démocratie, quiconque se réclame de la classe ouvrière devrait au
contraire dire : il y a urgence à ouvrir la voie à la paix par le retrait de toutes les troupes françaises d’intervention à
l’étranger.
Ce rejet est positif
Que les militants qui ont fait campagne pour les candidats de La France insoumise soient contents du nombre de
sièges obtenus ; que ceux du Parti communiste français qui craignaient leur quasi disparition des bancs de
l’Assemblée soient rassurés par le résultat ; que ceux du Parti socialiste soient consternés par le passage du PS de
320 députés à 29 : tout cela, chacun peut le comprendre.
Militants du Parti ouvrier indépendant démocratique, nous nous adressons fraternellement aux uns et aux autres :
quels que soient vos sentiments au soir de cette élection, ne perdez pas de vue l’essentiel. L’essentiel, c’est que la
classe ouvrière et la jeunesse ont déserté ces élections. Ce rejet massif est positif, qui annonce les développements
à venir sur le terrain de la lutte de classe.
Militants du POID, nous plaçons au centre de notre action le combat pour le front unique ouvrier, c’est-à-dire pour
aider à la réalisation de l’unité des travailleurs et des organisations sur les revendications ouvrières. Pour nous, les
seuls critères pertinents sont les critères de classe.
« Il n’est pas de sauveurs suprêmes… »
Nous restons fidèles aux paroles de L’Internationale : « Il n’est pas de sauveurssuprêmes, ni Dieu, ni César, ni tribun,
producteurs, sauvons-nous nous-mêmes. »
Oui, c’est aux travailleurs, plus que jamais, qu’il revient de décider des formes et des moyens de l’action unie avec
leurs organisations. Ce qui suppose des mots d’ordre précis, en particulier :
• retrait du plan présenté par le gouvernement le 6 juin et abrogation de la loi El Khomri ;
• respect intégral du Code du travail, refus de l’inversion de la hiérarchie des normes et de la
négociation entreprise par entreprise ;
• retour à la Sécurité sociale de 1945, abrogation de la CSG et financement par le seul salaire
différé ;
• rétablissement des services publics, retour aux monopoles ;
• abrogation des contre-réformes dans l’enseignement, préservation du baccalauréat comme
diplôme national.
C’est aux travailleurs de décider par eux-mêmes. Ils sont la majorité, ils sont la légitimité démocratique
et sociale.
Le IIe Congrès du Parti ouvrier indépendant démocratique se réunit les 24 et 25 juin. Avec les délégués représentant
72 départements et avec les militants ouvriers non membres du parti qui y sont invités, il débattra de la situation
nouvelle et des propositions du POID.
* « La guerre est déjà assez horrible, et là, ce sont des civils qui prennent sur la figure ces munitions au phosphore, et c’est pas
acceptable. Il y a sans doute d’autres moyens de faire la guerre qui soient moins cruels pour les populations civiles (…). Je
voudrais adjurer ceux qui prennent des décisions de renoncer à l’usage de ces armes-là, quitte à utiliser les autres » (Mélenchon,
16 juin, après les bombardements sur Raqqa)

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  barnum le Jeu 20 Juil - 16:25

Dans tous les domaines, la noire réaction
Editorial de la Tribune des travailleurs du 19 juillet 2017
Editorial de Daniel Gluckstein –

Tout a été bouclé le 13 juillet, lorsque l’Assemblée nationale a adopté en première lecture la loi d’habilitation des ordonnances*. La suite (vote du Sénat, navette parlementaire et vote définitif le 28 juillet) relève de l’anecdote : le texte – qui ne fait que reprendre le projet initial du gouvernement – ne bougera plus (lire page 3).

Certains avaient promis une formidable bataille d’amendements capable de faire changer d’avis la majorité. À ceux-là, les travailleurs sont en droit de dire : certes, il y a eu des discours, parfois pertinents, parfois discutables (lire page 3) ; mais au bout du compte, faut-il s’étonner que, sous la Ve République, l’Assemblée vote tout ce que le président décide ?

D’autres avaient assuré que la « concertation » permettrait d’infléchir la loi dans un sens plus favorable aux intérêts ouvriers. À ceux-là, les travailleurs feront observer que la concertation n’a en rien modifié le projet initial du gouvernement.

Les événements de la semaine écoulée le confirment : dans tous les domaines, le gouvernement Macron-Philippe, c’est la noire réaction.

À l’Assemblée nationale, des amendements sont rejetés au motif officiel (lire page 4) que c’est à la concertation gouvernement-syndicats qu’il revient d’écrire le détail de la loi, et pas aux députés. Revendiquée par la ministre Pénicaud, cette « coconstruction de la loi » par les syndicats ouvre la voie au corporatisme. L’indépendance du mouvement ouvrier et la défense de la démocratie exigent de sortir de ce piège, au plus vite !

Dans le même temps où il fait voter la loi d’habilitation, Macron, en l’espace de quelques jours, confirme la liquidation de la Sécurité sociale d’ici à six mois, annonce des coupes massives dans les budgets publics (Union européenne oblige), prête allégeance à Trump pour généraliser les interventions militaires, pérennise l’état d’urgence et franchit un pas majeur vers la liquidation des communes !

Notre journal s’honore de ne pas appartenir à la cohorte de ceux qui ont appelé à voter Macron, au motif du « moindre mal ». « Entre la peste et le choléra, on ne choisit pas », titrait La Tribune des travailleurs entre les deux tours de la présidentielle. Quinze jours plus tard, c’est un « Illégitime » en grands caractères qui barrait le portrait de Macron en première page après une « élection » rejetée par l’immense majorité des travailleurs et des jeunes.

Aujourd’hui, au risque de déplaire à ceux qui persistent à présenter ce président comme légitime, nous dirons, à l’instar du petit garçon du conte pour enfants : « L’empereur est nu. » Autrement dit : ce gouvernement et ce régime sont illégitimes.

Que se rassemblent pour le combat les forces de la classe ouvrière unies avec les organisations sur le mot d’ordre : À bas les ordonnances ! Alors on verra ce qui l’emportera, de l’arrogance d’un Macroléon, ou de la puissance du front unique ouvrier scellé contre sa politique.

C’est aujourd’hui la seule question qui vaille d’être mise à l’ordre du jour.



* Plus vite, donc, que ne l’annonçait l’éditorial

barnum

Messages : 288
Date d'inscription : 07/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ahhh ben oui...

Message  lyderic le Jeu 16 Nov - 19:41

... c'est bien sûr... Les Lambertistes sont partout, ils infiltrent tout et n'importe quoi c'est bien connu. Ahhh vous me faîtes marrer avec vos insultes staliniennes. Etes vous si nuls pour ne pas aborder le fond et mener une discussion fraternelle ? En tout moi j'ai adhéré au POID et j'en suis fier et désolé pour vous je n'infiltre rien, je cherche juste avec mes camarades à renverser le capitalisme... Sur ce @ +++ et mes fraternelles salutations à Barnum...

lyderic

Messages : 2
Date d'inscription : 16/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: du NPA au POID ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum