Brésil

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Brésil

Message  Invité le Mar 10 Juin - 19:49


Journée BOYCOTT FIFA - Football du Peuple Montpell
Le Football du Peuple Montpellier a organisé son premier événement pour soutenir les brésiliens et brésiliennes en lutte actuellement contre le football moderne et pour de meilleures conditions de vie !

WE DON'T NEED FOOTBALL ! WE NEED FOOD AND EDUCATION !

Solidariedade e fraternidade com os nosses camaradas brasileiros em luta!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Communiqué du NPA.

Message  Roseau le Mar 10 Juin - 22:33

Soutien à la lutte des travailleurs du métro de São Paulo.
A bas la répression et les licenciements !

Les travailleurs du métro de São Paulo ont entamé une grève jeudi dernier, la plus forte depuis au moins quinze ans, revendiquant des augmentations de salaires, mais aussi une baisse des tarifs de transport comme le réclame la jeunesse qui s'est fortement mobilisé depuis un an.

Le gouvernement et la direction du métro ont déclenché une brutale répression avec délogement manu militari des piquets de grève, militarisation des stations, mise en situation d'illégalité de la grève, arrestation de 13 grévistes et licenciement de 42, dont plusieurs délégués syndicaux et membres du comité de grève.

A deux jours du début de la Coupe du Monde, l'Etat brésilien entend briser par la répression la vague de grèves et mobilisations qui fait tâche d'huile dans les quatre coins du pays en se prenant à cette lutte emblématique.

Le NPA tient à témoigner de sa solidarité pleine et entière aux travailleurs du métro de São Paulo et plus en général à tous les travailleurs, les jeunes et les mouvements sociaux qui se battent pour leurs revendications et droits et dénoncent les injustices liées au mondial. Nous appelons toutes et tous à se rendre au rassemblement de solidarité ce jeudi à 18h devant l’ambassade du Brésil au 34 cour Albert I, métro Alma-Marceau, à Paris.

Montreuil, le 10 juin 2014
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Invité le Mer 11 Juin - 9:15


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  CCR le Mer 11 Juin - 10:35

Fin de règne pour Pelé ?


Joseph Le Gorju
Source: http://www.ccr4.org/Fin-de-regne-pour-Pele

Avec ses 1283 buts, ses trois coupes du monde et ses buts légendaires, Pelé a marqué à jamais l’histoire du football. Aujourd’hui encore, difficile de lui contester sa place de meilleur joueur de tous les temps. Légende vivante du sport le plus populaire de la planète, il est le plus célèbre ambassadeur du Brésil. Se voulant toujours fringant, du haut de ses 74 printemps, le roi Pelé va durant un mois être la figure tutélaire de la compétition sportive la plus suivie au monde. Comme tous les quatre ans, journaux et télévisions vanteront sa légende sur le pré. C’est encore ce que l’on peut lire dans l’interview de deux pages publiée dans Le Parisien du 3 juin où « o Rei » déclare « faire de [son] mieux pour rester un exemple ». Un exemple qui tient néanmoins davantage du mythe et de la mystification que de la réalité.


A la fin de sa carrière, l’ONU lui décerne le titre de « Citoyen du Monde », puis il devient ambassadeur de l’UNESCO à l’Éducation, l’Écologie et l’Environnement. Sa présence est toujours remarquée lors des collectes de fonds organisées par l’UNICEF et, au Brésil, il participe à de nombreuses campagnes « contre la drogue et la pauvreté » visant à promouvoir le sport comme moyen d’expression sociale. Cette carrière humanitaire qui se veut exemplaire est couronnée par un poste au ministère des Sports de 1995 à 1998. Voilà qui fait du roi Pelé le premier ministre afro-brésilien de l’histoire du pays. Telle est la douce mélodie qui accompagnera les images des authentiques exploits de Pelé durant sa carrière footballistique. Mais si le résumé est flatteur, les détails le sont moins.

De porte drapeau à homme-sandwich

Pelé est avant tout une marque et, comme pour tout bon produit, il faut un emballage qui en soit digne. Rien ne vaut une belle cause pour donner de l’épaisseur à un personnage et de la valeur à un produit. Et s’il serait cynique de penser que les causes défendues par Pelé ne lui importent guère, il serait encore plus naïf de croire que son engagement s’est fait sans espoir de contreparties.

Pelé n’est pas que le porte drapeau des « organisations humanitaires » aux mille campagnes pour défendre la veuve et l’orphelin. C’est aussi un véritable homme-sandwich.

Pelé est le premier footballeur sur qui les marques vont miser avant même la fin de sa carrière. Et pour se vendre, les grandes et belles causes sont bien utiles. Du Betamax dans les années 1970 aux pilules contre l’impuissance de nos jours, Pelé a marqué bien plus l’univers de la publicité que de l’humanitaire en prêtant son nom ou son image à des centaines de marques. Aujourd’hui, les montres Hublot, la multinationale française Carrefour au Brésil, Coca-Cola, la banque Santander, Procter Gamble, Subway et Emirates lui disent merci, et réciproquement. Trente ans après sa carrière Pelé est encore l’un des joueurs les mieux payés au monde avec 18 millions de revenus annuels, et sans une goutte de sueur s’il vous plait...

Le roi ministre

Pelé a durant vingt ans éclairé la planète football de son talent. Il fut aussi l’une de ces étoiles irrésistiblement attirées par les lumières, quelles qu’en soient leur nature.

Ainsi n’a t-il pas jamais refusé de poser avec le maréchal Castelo Branco, à l’origine du coup d’Etat de 1964 et chef d’une dictature militaire qui lui survivra jusqu’à 1985. Conscient, volontaire ou peut-être même piégé, Pelé a pendant et après sa carrière été l’image brillante d’un pouvoir politique qui privilégiait de loin « l’ordre » au « progrès ». Offrant une vitrine « multiethnique » et victorieuse pour cacher les milliers de victimes du régime des généraux brésiliens, Pelé s’est longtemps déclaré « simple footballeur » se refusant à parler de politique jusqu’au jour où ses ambitions personnelles ont pu être satisfaites.

Après la fin de la dictature au Brésil, bien des présidents ont aussi voulu s’offrir Pelé et, ainsi, le premier afro-brésilien ministre. C’est Fernando Henrique Cardoso qui a emporté le pari, à croire que le roi Pelé a offert tout le temps de cerveau disponible nécessaire pour permettre à son président de mener à bien une politique néolibérale faite de privatisations et d’endettement auprès des institutions financières internationales. Et si Pelé a beau jeu de rappeler qu’il a amélioré le statut de joueur au Brésil en lui donnant le droit d’être plus facilement transféré, il ne mentionne jamais (ni les médias, d’ailleurs), les conditions de sa sortie du gouvernement, par la petite porte. Sa pause de deux mois lors de France 98 pour représenter Eurocard/Mastercard n’avait pas ému grand monde, mais un scandale d’une autre ampleur a dû le pousser à la démission.

Une somme de 700.000 dollars destinée à l’UNICEF a été détournée au début des années 1990 par une entreprise que codirigeait Pelé. Soumis à l’accusation, « o Rei » a démissionné et a accusé Helio Viana, un ami de trente ans, d’être l’auteur du détournement. Étrangement, après trois ans de procédures, la justice brésilienne n’a pu trancher. Mais Helio Viana a gagné son procès en diffamation contre Pelé qui l’accusait d’être à l’origine de la malversation.

Celui qui disait un moment briguer la présidence s’est alors retiré, couronne sur la tête, du petit monde de la politique. Mais il n’a jamais quitté les feux des projecteurs.

Comme un air de fin de règne

Une légende dorée est plus vendeuse que le déclin d’une icône. Aussi les médias occidentaux n’en parleront sans doute que peu, mais la gloire du meilleur joueur de tous les temps s’est de plus en plus ternie ces dernières années au Brésil. A bientôt 74 ans, Pelé semble avoir perdu le contrôle de sa communication et perdu de sa souplesse et de sa rapidité dans l’art du grand écart et du volte-face.

« O Rei » a toujours été adepte d’une mégalomanie absurde qui réjouissait les supporters quand il critiquait sans cesse les nouvelles générations d’être indignes de lui et qu’il répétait comme une ritournelle que personne ne le valait. Mais récemment, elle a pris un tour aussi brillant que suintant : le roi a annoncé qu’il allait vendre 1283 diamants synthétiques fabriqués à partir de ses cheveux. A 7.500 euros l’unité, chaque acquéreur fortuné pourra avoir une part de sa légende chez lui. Si ce nouvel aspect du personnage a pu choquer, il n’avait alors encore rien d’offensant mais diverses prises de position du Roi ont fait de plus en plus réagir l’opinion publique brésilienne.

En janvier 2012, il déclare dans les colonnes du Monde que le racisme, « ça n’existe pas au Brésil. Il est absurde aussi de dire qu’il y a du racisme dans le foot ». Ça se passe de commentaires, c’est du moins ce qu’a fait le journaliste suite à cette réponse. Néanmoins, du côté des supporters auriverdes, le trouble est devenu palpable.

Et c’est au sujet de l’organisation de sa Coupe du Monde que la colère a pris corps. La légitime révolte des Brésiliens quant au coût indécent de l’organisation et des sacrifices imposés à toute la société pour l’événement n’a été ni comprise, ni acceptée par sa majesté. Après avoir appelé l’an dernier à la fin des manifestations, Pelé a affirmé que la mort d’un ouvrier lors de la construction accélérée des stades était normale. Puis il s’est dit davantage préoccupé par le chaos qui règne dans les aéroports que par les conditions de travail imposées par les chantiers.

Loin des lieux communs post-coloniaux, les Brésiliens ne sont pas tous fans de foot et danseurs de samba et l’enthousiasme copacabanesque qu’on nous prépare a déjà un goût de cliché réchauffé. Les médias occidentaux auront beau jeu de nous vendre un Brésil de carte postale sur lequel le Roi Pelé règne en souverain du ballon rond, la légende est, depuis longtemps, bien écornée. A la veille de la Coupe du monde, les manifestants et les grévistes au Brésil critiquent vertement le légendaire auriverde dont le maillot a perdu de sa dorure.

Et pour les jeunes supporters, les rediffusions en boucle de ses exploits n’y font plus rien. Ils portent leurs espoirs sur leur équipe actuelle dont les joueurs, eux, ont très majoritairement soutenu les manifestants. Ce n’est pas un hasard si l’inauguration de la statue en l’honneur de Pelé et qui devait trôner devant Maracana a été reportée, sine die…

04/06/14

CCR

Messages : 168
Date d'inscription : 12/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Solidarité avec les grévistes du métro Sao Paulo

Message  Roseau le Mer 11 Juin - 18:27

Motion des grévistes SNCF de Paris Est

La lutte que mène les travailleurs du métro depuis plusieurs jours est difficile : chantage sur la Coupe du Monde, grève décrété illégale par la justice, licenciements, répression patronale et policière féroce.

Coupe du Monde ou pas ; les travailleuses et travailleurs de Brésil ont raison de se battre pour leurs conditions de travail, leurs salaires, leurs droits, leur dignité.

Ici en France, nous sommes en grève contre une réforme ferroviaire qui s’inscrit dans la droite ligne des politiques libérales.

La SNCF, forte de ses 923 filiales, se transforme un peu plus chaque jour en grand groupe capitaliste international, n’hésitant pas, dans le cadre des politiques de privatisations à racheter des entreprises de transports publics dans le monde, dont des réseaux de métro.

C’est également le cas avec RATP Dev qui exploite la ligne 4 de métro automatique de Sao Paulo.

Nous n’avons pas d’intérêts communs avec les capitalistes, français ou autres.

Par contre, nos intérêts sont les mêmes que ceux des travailleurs du monde entier et nous tenons à apporter aux grévistes du métro de Sao Paulo nos chaleureuses salutations.

Nous vous souhaitons de gagner !

Solidarité internationale,

L’Assemblée générale des grévistes de Paris Est à l'unanimité et avec le soutien des organisations syndicales régionales CGT, SUD RAIL et FO
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Et si la contestation sociale gagnait le Mondial ?

Message  Roseau le Jeu 12 Juin - 0:32

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Invité le Ven 13 Juin - 16:56

UNE LONGUE BANDEROLE CONTRE LA FIFA

A Rio de Janeiro, une poignée de personnels au sol ont bloqué la principale voie d’accès aux terminaux de l’aéroport international Carlos Jobim-Galeao au moment où des milliers de supporteurs devaient atterrir ou transiter par la cité carioca. Dans le centre-ville, la première manifestation s’est déroulée dans le calme à Candelaria. Environ 1 500 à 2 000 personnes ont rejoint le quartier bohème de Lapa ; le rassemblement s’est terminé par quelques affrontements avec la police en début d’après-midi. Une longue banderole contre la Fédération internationale de football (FIFA) a été déployée de façon spectaculaire sur le viaduc aux côtés de calicots féministes et anarchistes. Dans la nuit, des échauffourées ont éclaté devant les locaux provisoires construits par la FIFA. Onze personnes ont été arrêtées. La veille, 17 mandats d’arrêt avaient été émis contre des activistes de la ville.

http://www.lemonde.fr/coupe-du-monde/article/2014/06/13/mondial-2014-protestations-tous-azimuts-dans-les-grandes-villes-du-pays_4437478_1616627.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

« La Coupe des troupes »

Message  Roseau le Ven 20 Juin - 0:11

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Jeu 26 Juin - 13:14

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Mar 8 Juil - 22:51

Écrit à la mi-temps du match Allemagne-Brésil :

Demain, ou cette nuit, l'atmosphère sera à couper au couteau au Brésil. Le match va-t-il finir où les spectateurs sortiront du stade exprimer leur frustration ?

Au delà des relations entre le capitalisme et le sport, l'exploitation effrénée de la moindre activité humaine ludique, les fonctions idéologiques, la dynamique même des événements sportifs orchestrés par les institutions du système sportif peut avoir des retentissements particuliers.

Le grand mouvement social qui a eut lieu au Brésil depuis plus d'un an, et ses explosions sur les hausses de tickets de bus, a muté avant la coupe du monde en remise en cause des dépenses gigantesques de la coupe du monde, les arrogances du régime et des institutions fricardes sportives comme la FIFA.

La trêve sportive nationaliste avait pourtant ébréché provisoirement la puissance de ce mouvement social.
Ce qui se passe ce soir va rajouter une profonde humiliation aux masses brésiliennes.

Cela va donner quoi ?
Démoralisation ou rage ?
Légitimement la partie la plus déterminée du mouvement social pensera que cela n'est pas sa défaite, mais le reste ?



avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Mar 15 Juil - 18:42

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

«Des changements nécessaires pour que les gens pu

Message  Roseau le Jeu 2 Oct - 0:05

«Des changements nécessaires pour que les gens puissent avoir une vie digne»

Entretien avec Zé Maria de Almeida
Introduction Charles-André Udry
http://alencontre.org/ameriques/amelat/bresil/bresil-des-changements-necessaires-pour-que-les-gens-puissent-avoir-une-vie-digne.html
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Dinky le Jeu 2 Oct - 0:10

Brésil : à gauche et à l'extrême gauche

À gauche, la candidate du PSOL (Parti du socialisme et de la liberté) fait campagne sur le thème des scandales et de la démocratie. Le PSOL avait au départ pour candidat un sénateur de l'État amazonien de l'Amapa, qui préféra faire campagne localement dans un front avec le PT et le PSB, le parti de Marina Silva.

À l'extrême gauche, le PSTU (Parti socialiste des travailleurs unifié, trotskyste, appartenant au courant moréniste) présente à peu près partout des candidats aux différentes élections du 5 octobre. Son candidat présidentiel est pour la quatrième fois Zé Maria de Almeida, un métallurgiste issu des luttes ouvrières des banlieues de Sao Paulo à la fin de la dictature. La campagne du PSTU s'adresse à la classe ouvrière, pour refuser les fausses solutions que présentent les trois « grands » candidats et défendre une alternative de classe : un programme pour les travailleurs, en particulier concernant salaires, emploi, retraites, santé, éducation, logement, transports en commun et réforme agraire. Le PSTU se revendique des mouvements de juin 2013 et des grèves de cette année, que ce soit celle du métro ou des éboueurs de Sao Paulo ou celles des ouvriers de la construction dans le nord du pays.
V.G.

LO 3 OCT

Dinky

Messages : 400
Date d'inscription : 02/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Prado le Jeu 2 Oct - 9:12

Dinky a écrit:
Brésil : à gauche et à l'extrême gauche

À gauche, la candidate du PSOL (Parti du socialisme et de la liberté) fait campagne sur le thème des scandales et de la démocratie. Le PSOL avait au départ pour candidat un sénateur de l'État amazonien de l'Amapa, qui préféra faire campagne localement dans un front avec le PT et le PSB, le parti de Marina Silva.
(...)
V.G.

LO 3 OCT

Le sénateur auquel il est fait référence, Randolfe Rodrigues, se trouve quasiment hors du parti, a déclaré récemment Luciana Genro.
Voici la réponse qu'elle a donnée à une question sur le profil et le programme du PSOL dans cette élection :

Luciana Genro a écrit: Le PSOL cherche à se présenter comme une alternative radicalement distincte des trois candidatures que l’on voit fréquemment à la télévision. Ainsi, c’est pour nous une grande possibilité de montrer que nous avons une proposition alternative à ce qui prédomine dans le processus politico-électoral en raison d’une couverture extrêmement injuste de la part des grands médias.

Le PSOL se profile comme un parti d’opposition de gauche. Nous sommes nés de la vision qu’il était nécessaire de continuer à défendre les causes abandonnées par le PT. J’ai été expulsée du PT [en 2003] pour n’avoir pas accepté de me plier au pragmatisme voulant que nous abandonnions les revendications de la gauche pour s’allier à des figures comme Sarney ou Collor et mettre en place une politique économique qui soit en accord avec les intérêts des marchés financiers. Je suis d’ailleurs fière de cette expulsion qui atteste le fait que je ne me suis pas rendue, que je ne me suis pas vendue, que je n’ai pas abandonné mes idées politiques en échange de pouvoir.

Nous présentons aussi une proposition structurellement distincte de celle du gouvernement, à savoir le «continuisme» conservateur du PT. Celui-ci est caractérisé par le social-libéralisme, c’est-à-dire une politique économique libérale qui, au travers de certains programmes de distribution de richesse, prétend avoir une vague couleur sociale. De tels programmes redistributifs ne changent rien à la donne, puisque tous les bons morceaux du festin continuent à se trouver dans les mains du grand capital. Nous n’acceptons pas non plus le recul conservateur représenté par Aécio et le PSDB [Parti de la social-démocratie brésilienne], Aécio qui retombe dans la manie de privatisation des toucans [le toucan est le symbole de la social-démocratie brésilienne] en allant jusqu’à construire un aéroport avec de l’argent public afin de l’offrir à sa propre famille!

Enfin, nous n’acceptons pas non plus celle [Marina Silva] qui prétend incarner la «nouvelle politique», mais qui a, par exemple, un groupe de conseillers traditionnels dans la coordination de son programme de gouvernement et qui prend conseil auprès d’économistes historiquement liés au PSDB pour proposer des mesures très proches de l’agenda de ce parti, comme l’autonomie de la Banque centrale par exemple.

C’est ainsi que notre proposition est radicalement opposée à la logique des trois volets économiques que les trois candidats défendent. La principale mesure est l’audit de la dette et la suspension du paiement de celle-ci. Nous voulons également une révolution dans la structure d’imposition, une augmentation de l’impôt sur les banques et les grandes entreprises et fortunes qui soulagerait la classe moyenne et les salariés.

Il est nécessaire de mettre la BNDES [Banque brésilienne de développement économique et social] au service des micros et petites entreprises, c’est-à-dire au service du développement économique et social, comme l’indique le nom même de la banque, plutôt que de rester au service de grands oligopoles ou monopoles, comme nous avons pu le voir dans le cas de la Friboi [la principale multinationale brésilienne de l'industrie agroalimentaire] qui a reçu 7 milliards de reais pour acheter de plus petites entreprises (installations de réfrigération pour la viande) et concentrer encore plus le secteur.

C’est une proposition qui va modifier structurellement l’économie. Et aussi la politique. Nous défendons une valorisation plus grande des mécanismes de participation directe du peuple, à travers une mobilisation de la population qui force le Congrès [les deux chambres] à approuver des mesures d’intérêt populaire, à travers aussi l’utilisation de plébiscites et référendums pour que la population puisse s’exprimer de manière plus directe sur les thèmes politiques principaux du Brésil.

Il est également nécessaire de promouvoir un changement dans le régime politico-électoral, d’en finir avec le financement privé des campagnes et de démocratiser les moyens de communication en rendant à ceux-ci impossible le fait de n’appartenir, comme aujourd’hui, qu’à de grands groupes de pouvoir. Il faut développer les petits moyens de communication, les radios communautaires… Il est nécessaire de démocratiser l’accès à la télévision et d’empêcher que quelques familles la contrôlent entièrement, comme c’est le cas aujourd’hui.

La réforme agraire aussi est un élément fondamental, non seulement pour prendre en considération la population rurale, mais aussi pour améliorer la vie dans les villes par l’augmentation de la production d’aliments plus sains et meilleur marché.

Enfin, nous avons un ensemble de changements qui signifient de plus grands investissements dans ce qui réellement intéresse le peuple, en nous basant sur la logique selon laquelle il est nécessaire de s’opposer à des intérêts. Et les intérêts qui doivent être mis en question sont ceux du grand capital, des banques et des multinationales, les grands privilégiés du modèle économique actuel.

Lire l'entièreté de la traduction de son interview, publié par Correio da Cidadania le 30 août 2014, sur le site Al'encontre

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Prado le Jeu 2 Oct - 12:51

J'ai regardé les 18 clips de la campagne télévisée de Luciana Genro diffusés jusqu'à aujourd'hui. Ils  correspondent plus à la description de la campagne du PSTU que fait l'article de LO qu'à la description faite de la campagne de Luciana Genro !

On peut les regarder ici :
https://www.youtube.com/playlist?list=PL_ndadb5MizQ4042E3BYfdQB8zwPGOcE9

Voici l'avant-dernier clip.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Ven 3 Oct - 18:15



Plinio de Arruda Sampaio – Message sur un parcours militant

- Le message que nous allons délivrer au peuple brésilien,

- particulièrement à la jeunesse, est le suivant:

- Rebellez-vous, réclamez, insurgez-vous,

- Révoltez-vous, mettez le pied dans la porte.

- Personne ne fait une révolution

- avec de bonnes idées

- nous faisons la révolution avec la force de notre caractère

- avec la force de notre engagement

- le courage des risques que nous prenons.

- Le peuple ne prend en main son destin que lorsqu’il lutte.

- Avec une inégalité sociale de cette ampleur,

- il est impossible que vous ayez la démocratie

- et il est impossible que vous ayez

- une population jouissant d’un minimum de liberté.

- La solution à tout cela doit donc être trouvée.

- Vous avez compris?

- Ce n’est pas dans la stabilisation monétaire

- cela n’est qu’un aspect,

- cela n’a pas la moindre importance.

- Ce que je voudrais proposer pour le Brésil

- c’est une autre perspective.

- Un autre monde est possible!

- Chacun de nous a une contribution à apporter

- et ce n’est qu’en étant unis que nous parviendrons à un résultat.

- Et si cela ne devient pas une culture du peuple,

- vous pouvez être sûr que la situation ne s’améliorera pas.

- Si tu gagnes cela tout seul pour ta classe,

- pour ta corporation, aussi grande soit-elle

- le Brésil restera dans ce puits de barbarie,

- ta vie sera barbare.

- Nous sommes sur un bateau,

- personne ne peut se sauver seul.

- Le révolutionnaire est l’homme qui transgresse,

- qui n’accepte pas

- une règle injuste.

- Il respecte toutes les règles justes,

- il n’a besoin ni de police,

- ni de juge, ni de père, ni de personne!

- Il a le respect que lui dicte sa conscience,

- il ne passe au-dessus du droit de personne.

- Maintenant,

- la règle injuste, on ne doit pas l’accepter!

- J’ai l’honneur, le bonheur

- à l’automne de ma vie,

- dans les années finales de mon existence,

- d’être encore appelé à faire ce travail merveilleux,

- qui est de voir si je peux susciter dans le pays

- une nouvelle espérance.

- L’espérance n’est pas prévision, l’espérance est foi.

- La foi en la valeur,

- la foi qui n’a pas besoin de connaître le calcul des probabilités,

- c’est cela l’espérance.

- Nous avons l’espérance!

- En croyant aux valeurs de cette proposition,

- qui sont des valeurs éternelles,

- parce que l’homme n’a jamais accepté l’exploitation par un autre homme.

- Parce qu’en vérité, le socialisme est le bon sens.

- Le socialisme est le « sens bon » et le bon sens.

- C’est le « sens bon » parce que c’est le sens de l’amour,

- c’est le sens de la fraternité, c’est le sens de l’affectivité, de l’amour.

- Nous sommes socialistes

- et nous ne pouvons cacher notre socialisme à personne.

- On doit vivre le socialisme pour pouvoir faire le socialisme.

- Et le socialisme, c’est l’égalité, la liberté et la fraternité.

- La fraternité, c’est:

- «Je ne suis pas d’accord, mais je veux le bien. Ce bien est mon compagnon, il est solidaire avec moi.»

- Je crois que j’ai essayé de délivrer ce message à tout le monde,

- et c’est ce que je voudrais que soit (si je mérite une quelconque récompense pour ce que j’ai fait),

- l’attitude de mes compagnons et de mes camarades.

(Traduction A l’Encontre)

Plínio de Arruda Sampaio (26 juillet 1930 – 8 juillet 2014) était un militant historique de la gauche brésilienne, un des fondateurs du Parti des Travailleurs (PT). Il était membre du Parti Socialisme et Liberté (PSOL). Licence en Droit en 1954 à l’Université de São Paulo (USP), il a milité dans la Jeunesse catholique, de laquelle il fut président, et dans l’Action populaire, une organisation de gauche surgie des mouvements de l’Action catholique brésilienne. Il fut consultant et conseilleur auprès de l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO-ONU) et député fédéral lors de la mise en place de la Constituante en 1986. Il présida l’Association brésilienne de réforme agraire (ABRA), après avoir établi en plan de réforme agraire pour le premier gouvernement Lula (2003-2006), un plan qui ne fut jamais appliqué, ce qui l’a conduit à rompre avec le PT. Il dirigeait le site du Correio da Cidadania.
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Prado le Ven 3 Oct - 19:12

Roseau a écrit:
Plínio de Arruda Sampaio (26 juillet 1930 – 8 juillet 2014) était un militant historique de la gauche brésilienne, un des fondateurs du Parti des Travailleurs (PT). Il était membre du Parti Socialisme et Liberté (PSOL).

Une précision importante : il fut le candidat du PSOL à l'élection présidentielle précédente (2010). Il obtient 0,9% des suffrages.

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Prado le Dim 5 Oct - 21:54

Rétrospective de la campagne de Luciana Genro.


Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Prado le Lun 6 Oct - 10:04

Résultats de l'élection présidentielle :

- Dilma Roussef (PT) 41,6 %  43.267.438 voix (47% en 2010)
- Aécio Neves (PSDB) 33,55%  34.897.196 voix (PSDB : 33% en 2010)
- Marina Silva (PSB)  21,3 %    22.176.613 voix (Marina Silva, Parti vert, 19% en 2010)
- Luciana Genro (PSOL) 1,55%   1.612.186 voix (PSOL : 0,9% en 2010)

Parmi les candidats ayant obtenu moins de 1% :

Zé Maria (PSTU) 0,09%    91.209 voix (0,08% en 2010)
Mauro Iasi (PCB)  0,05%  47.845 voix (PCB : 0,04% en 2010)

Prado

Messages : 1278
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Dim 2 Nov - 20:26

Manif des fachos au Brésil réclamant l'impeachment de Dilma et l'intervention de l'armée :
http://www.otempo.com.br/cidades/manifesta%C3%A7%C3%A3o-pede-impeachment-de-dilma-e-interven%C3%A7%C3%A3o-militar-1.941028

avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Sam 20 Déc - 16:17

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Sam 20 Déc - 17:16

Joserti a écrit:C'est d'ailleurs pour çà que tous les grands capitalistes ont voté contre elle!  Fine analyse! Maintenant qu'elle-même refuse de rompre avec l'impérialisme contre les aspirations de ses électeurs, c'est autre chose!
La dialectique, quésaco ?
Roseau et ses gros sabots crottés qui veut battre Copas au nombre de conneries débitées!


Il s'améliore....
Le POI est prié de venir récupérer son clébard ...
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum