Brésil

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brésil

Message  chejuanito le Mar 5 Oct - 1:16

Dur de trouver des infos autrement qu'en portugais, si quelqu'un a des trucs en français intéressants...Je sais que le camarade Plinio de Arruda Sampaioa a recueilli un peu moins de 900 000 voix mais je n'ai pas retrouvé le score qu'avait fait Heloisa Helena (sachant qu'elle était nettement plus connue des jeunes génération. De même je ne sais pas s'il y avait d'autres candidat à la gauche du PT et des verts et ce que ça a donné pour eux...
avatar
chejuanito

Messages : 568
Date d'inscription : 08/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Marco Pagot le Mar 5 Oct - 1:29

Au niveau de la LIT-QI (en france le GSI)

http://www.zemariapresidente.org.br/

http://www.pstu.org.br/apuracao/

Tiens ya pas mal de résultats là

Ze Maria du PSTU arrive 4e avec 85000 et quelques voix
avatar
Marco Pagot

Messages : 939
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  sylvestre le Mar 5 Oct - 8:48

chejuanito a écrit:Dur de trouver des infos autrement qu'en portugais, si quelqu'un a des trucs en français intéressants...Je sais que le camarade Plinio de Arruda Sampaioa a recueilli un peu moins de 900 000 voix mais je n'ai pas retrouvé le score qu'avait fait Heloisa Helena (sachant qu'elle était nettement plus connue des jeunes génération. De même je ne sais pas s'il y avait d'autres candidat à la gauche du PT et des verts et ce que ça a donné pour eux...

En 2006 ? 6 575 393 voix. Une sacrée chute pour le PSOL, et l'obligation pour la gauche anticapitaliste brésilienne de remettre en débat sa stratégie.
avatar
sylvestre

Messages : 4489
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Invité le Mar 5 Oct - 11:17

Marco Pagot a écrit:Au niveau de la LIT-QI (en france le GSI)

http://www.zemariapresidente.org.br/

http://www.pstu.org.br/apuracao/

Tiens ya pas mal de résultats là

Ze Maria du PSTU arrive 4e avec 85000 et quelques voix
Zé Maria était le seul candidat se réclamant du trotskysme, non ?
85 000 voix, c'est extrêmement peu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La crise au Brésil

Message  Roseau le Mar 22 Fév - 19:22

une interview d'Afranio Bopre, président du PSOL

http://www.npa2009.org/npa-tv/all/all/24665
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Comuna !

Message  Roseau le Jeu 14 Avr - 23:08


"Comuna" ou la naissance, au printemps 2010, de l'une des premières expériences d'occupation de terres en milieu urbain au Brésil.
Les Sans Terre veulent depuis longtemps amener la réforme agraire en ville ; les Sans Toit veulent depuis longtemps conquérir le droit au travail, en même temps que le logement : c'est dans cette idée que, réunis autour de plusieurs mouvements sociaux (Mouvement des Sans Terre, Mouvement des Conseils Populaires), militants aguerris et habitants des favelas en quête d'émancipation (ré)inventent "la Commune".
Ils racontent comment l'organisation et la conscientisation les conduisent, hommes et femmes de Fortaleza, à devenir "Sujets de leur propre Histoire".
Photographie d'une Commune au XXIème siècle...

Un film de Flora Bajard et Julien Terrié, 28mn.
VO sous-titré FR, 2011.
http://ameriquelatineenlutte.blogspot.com/2011/04/comuna.html
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ecologique ou pas??

Message  irneh09218 le Dim 5 Juin - 9:02

La construction d'un barrage va inonder 400000 hectares de forêt et provoquer l’expulsion de 40000 indigènes..

http://kalasniblog.tumblr.com/post/6150237927/culturite-thedailywhat-powerful-photo-of-the

avatar
irneh09218

Messages : 502
Date d'inscription : 18/07/2010
Age : 66
Localisation : L'Ametlla de mar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  gérard menvussa le Sam 22 Oct - 20:43

Brésil : La vague de grèves annonce la naissance d’un nouveau mouvement syndical
LA BOTZ Dan
7 octobre 2011
version imprimable Enregistrer au format PDF n°23215

Les travailleurs brésiliens – de l’industrie lourde, des services, du secteur public et agricole – sont en train de mener une série de grèves et de manifestations massives jamais vues dans le pays depuis des décennies. Les facteurs sous-jacents qui expliquent cette montée du mouvement ouvrier sont variés : la puissance économique du pays, l’influence des syndicats dans la société et l’augmentation de l’inflation. En 2007 et 2008, l’économie brésilienne a connue une croissance annuelle de 5% et, malgré le fait qu’avec la crise de 2009 elle a connue une contraction de 0,02%, en 2010 elle a à nouveau progressé de 10%. Comme le souligne Eduardo Siqueira, travailleur de la santé publique né au Brésil et activiste de la communauté immigrée brésilienne aux Etats-Unis, « les travailleurs brésiliens ne craignent pas de perdre leur emploi, ils n’ont donc pas peur de faire grève ».

Et ils ne s’en privent effectivement pas. Depuis le début du mois de septembre, les travailleurs des banques, de la poste et de la métallurgie – y compris ceux de l’industrie automobile dans les usines de General Motors – ont mené des actions de grève. Plusieurs d’entre elles sont toujours en cours. Avec un taux d’inflation autour de 5%, de nombreux travailleurs luttent pour récupérer le terrain perdu et revendiquent de fortes augmentations salariales : les ouvriers de la métallurgie exigent une augmentation de 9,5% et les employés des banques 12,8%. Les postiers ont lancé leur grève afin de combattre une réforme approuvée par le Congrès National qui octroie des prérogatives plus importantes à l’Entreprise des Postes et Télégraphes (ECT), y compris la possibilité d’établir des associations avec le secteur privé.

Outre les grèves dans l’industrie, les services et le secteur public, il existe également un très fort mouvement des travailleurs agricoles. Le mois de septembre a débuté avec les « Marches des Margaridas ». 70.000 travailleurs ruraux, avec leurs tee-shirts de couleur lilas et des chapeaux de paille, ont défilé dans les rues de la capitale du pays, Brasilia. Maria Luiza dos Santos, une travailleuse rurale d’Alfonso Cunha, dans l’Etat de Maranhão, a expliqué que les femmes revendiquent « les droits des femmes, l’égalité salariale et la redistribution des terres » en faveur des paysans sans terre.

Les puissants syndicats brésiliens

Un dirigeant d’une entreprise étatsunienne qui travaille pour l’industrie pétrolière brésilienne a publié ce mois ci un article dans le « Oil & Gas Financial Journal » dans lequel il met en garde ses collègues contre les lois du travail « inflexibles » et les « puissants » syndicats existants au Brésil. « Dire que les syndicats brésiliens sont puissants, c’est peu dire », écrit-il, « Au Brésil, les travailleurs adhèrent automatiquement à un syndicat, concrètement à celui de la région où ils travaillent et dans la branche à laquelle appartient leur entreprise. La loi oblige le travailleur à cotiser pour le syndicat (l’équivalent d’une journée de salaire par an). Il existe au Brésil 18.000 syndicats de travailleurs, tous profondément enracinés dans leurs secteurs respectifs, avec des revenus suffisants pour financer leurs activités et avec une énorme influence politique ».

L’étonnement de ce dirigeant étatsunien du secteur pétrolier face à la force du syndicalisme brésilien simplifie de manière excessive la grande complexité du mouvement ouvrier au Brésil. Ce pays compte plusieurs fédérations syndicales, dont les positions politiques varient peu entre elles, certaines se situant à gauche tandis que d’autres sont au centre-gauche, certaines se considérant au centre ou modérées. Ces fédérations sont à la fois en concurrence et en coopération entre elles et, dernièrement, d’après Siqueira, elles collaborent plus que dans le passé récent. Les syndicats locaux et les travailleurs collaborent également étroitement, menant des actions de grèves de solidarité, se soutenant les uns les autres même s’ils ne sont pas du même syndicat ou de la même fédération. Selon Siqueira, les grèves et l’effervescence générale actuelle du mouvement ouvrier a forgé une nouvelle génération de cadres syndicaux intermédiaires plus combatifs. Siqueira, qui revient d’un voyage dans son pays, affirme qu’il n’avait jamais rien vu de semblable à cette nouvelle vague de combativité syndicale depuis les années ’80.

Un mouvement syndical né dans la lutte

Le mouvement syndical moderne au Brésil est né dans les luttes contre la dictature militaire qui a dirigé le pays de 1965 à 1985. Avec comme fer de lance les ouvriers métallurgiques des banlieues industrielles de São Paulo, les travailleurs brésilien ont d’abord créé des syndicats industriel et ensuite une nouvelle fédération (la CUT) à la même période que le développement du Mouvement des Paysans Sans Terre (MST), et finalement du Parti des Travailleurs (PT) qui a mené son leader Luiz Inácio da Silva à la présidence du pays en 2002 et en 2006. Mais Lula a appliqué les mêmes politiques néolibérales que ses prédécesseurs, avec la seule différence qu’il a impulsé des programmes de lutte contre la pauvreté dont ont bénéficié les Brésiliens les plus pauvres.

La première législature de Lula fut une expérience ambiguë pour les travailleurs. Des dirigeants et des militants du PT ont occupé des postes politiques importants dans le gouvernement. La CUT jouissait d’une influence que n’a jamais connue le mouvement ouvrier brésilien dans toute son histoire, mais ce ne fut que cela : influence et non pouvoir. La tendance de la direction de la CUT à faire confiance en Lula afin de mener à bien les changements, au lieu d’organiser les syndicats et les travailleurs afin qu’ils luttent pour eux, a affaibli le mouvement ouvrier. Le MST a continué à lutter, devenant pratiquement le seul mouvement social radical du pays.

Malgré cette lamentable évolution, pendant le second mandat de Lula – période au cours de laquelle le pays a connu une forte croissance économique et une augmentation importante de la production, avec la création de 14 millions de nouveaux postes de travail – le mouvement ouvrier a repris peu à peu sa vigueur. Les grèves ont commencé à proliférer, les syndicats ont noué des alliances avec d’autres mouvements sociaux, des leaders nouveaux ont émergés et on adopta des plateformes revendicatives afin de mettre sous pression le gouvernement.

L’élection de Dilma Rousseff – directement désignée par Lula afin de lui succéder – à la présidence a généré certaines craintes dans les mouvements sociaux et dans la société en général. Accédant au pouvoir sur base d’une vaste coalition politique hétérogène, Rousseff ne promet même plus de mener le pays vers le socialisme et n’affiche plus aucune ambition de démanteler le système économique néolibéral. Si on a beaucoup spéculé sur sa volonté de maintenir la politique de Lula combinant le néolibéralisme avec des programmes sociaux en faveur des plus pauvres, les syndicats quant à eux n’en attendent plus rien de bon.

D’un extrême à l’autre du Brésil, les travailleurs se donc sont mis en mouvement dans de nombreux secteurs. Jusqu’à présent, leur combativité retrouvée ne s’est pas accompagnée d’un processus de radicalisation. En général, les syndicats ne s’opposent pas frontalement au gouvernement, ils veulent exercer une pression sur la présidente Rousseff, sur le PT et le gouvernement, afin qu’ils accomplissent leurs promesses faites aux ouvriers et aux pauvres. Il reste à voir la suite des événements quand, avec la nouvelle phase de la crise économique mondiale, ce gouvernement démontrera clairement son absence de volonté de le faire.

Dan La Botz
LA BOTZ Dan

* Traduction faite à partir de l’article publié en espagnol dans Viento Sur :
http://www.vientosur.info/articulos...

* Traduction française pour le site www.lcr-lagauche.be

* Original en anglais disponible sur ESSF (article 23019) : Strike Wave Sweeps Brazil : No Sector Unaffected ; A New Union Movement On the March
avatar
gérard menvussa

Messages : 6658
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 60
Localisation : La terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

la lutte à l'Université de San Pablo

Message  Babalu le Mer 9 Nov - 18:32

Ils sont arrêtés 73, nous sommes maintenant des milliers dans la lutte à nouveau


"Brasil: la lucha en la Universidad de San Pablo
"Detuvieron a 73, ahora somos millares en la lucha otra vez"

Hoy miercoles 9 en la madrugada, finalmente fueron liberados los últimos estudiantes presos producto de la represión de la Policía Militar en la universidad más importante del Brasil: la Universidad de San Pablo. En la noche anterior, una gigante asamblea de 3000 alumnos había votado el paro estudiantil hasta la liberación de los compañeros y compañeras presas, el levantamiento de sus procesamientos y la satisfacción de los demás reclamos de la lucha.

El hecho es que el reaccionario rector Rodas, había ordenado el desalojo -en la noche del lunes 7- del rectorado de la universidad ocupado por los estudiantes en lucha contra el avasallamiento de la autonomía universitaria. En un operativo digno de la dictadura militar, 400 uniformados cargaron sobre los ocupantes y detuvieron a 73 de ellos. Con la complicidad histérica de los medios y las clases medias altas, y de los gobierno estadual del PSDB y el nacional del PT se llevó a cabo el operativo represivo.

Sin embargo, a estas horas, la situación de la lucha podría estar cambiado para mejor. No se trata, solamente, de la enorme asamblea y la votación de profundizar la lucha estudiantil; también está el hecho que entre sectores de la opinión pública cayó muy mal semejante operativo represivo.

El movimiento de lucha estudiantil había comenzado varios días atras en rechazo a la actividad de intimidación de la policía militar. El hecho es que desde hace dos meses Rodas introdujo este cuerpo represivo en la USP con la excusa de "velar por la seguridad de las personas y las propiedades"... En los hechos, la realidad es muy distinta: el cuerpo militar fue introducido en la universidad a modo de control e intimidación de los estudiantes y los trabajadores docentes y no docentes. Es que la USP tiene gran tradición de lucha; ha realizado varias huelgas estudiantiles en los últimos años; y el gobierno del PSDB viene tratando de liquidar estas características mediante un plan reaccionario de "normalización" de la universidad.

Este plan reaccionario ha incluido la expulsión de directivos del sindicatos no docente (SINTUSPI), y mismo de estudiantes; así como los reiterados ataques contra los estudiantes que se alojan en la universidad, en sus dormitorios (CRUPSI), y que vienen siendo la verdadera vanguardia de las últimas peleas en la USP.

El detonante de este último conflicto ha sido el hecho que la Policía Militar, mediante la práctica de revisar a los estudiantes, días atrás terminó deteniendo a tres supuestamente por la "portación de marihuana". Inmediatamente, se generó un enfrentamiento con 300 estudiantes que salieron en defensa de los estudiantes detenidos, lo que llevó a la ocupación de unos de los edificios de la universidad (FFLCH).

Esta situación generó una polémica en el seno de las corrientes que tienen actividad en la USP. La conducción estudiantil la tienen las fuerzas del PSOL (aliado del MST de la Argentina), y son conocidos por sus posiciones extremadamente de derecha. Sin embargo, como la sombra al cuerpo, está el PSTU, el que también se ha venido caracterizando por posiciones vergonzosas: ambos corrientes cumplieron un rol de boicot liso y llano de la lucha.

Aquí , la adaptación al electoralismo estudiantil que las caracteriza, hace estragos: se mide todo con el sector más atrasado que, por su número, es el que cuenta en las elecciones federativas, y se pone en la vereda de enfrente del amplio activismo que es el que está a la vanguardia de la lucha.

Desde ya que lo anterior no quiere decir caer en el vanguardismo, que siempre está planteado evitar el aislamiento entre la vanguardia y la base, el establecer vínculos entre ellos a la hora de la pelea. Pero otra cosa es estar sistemáticamente en la vereda de enfrente de asambleas de 1000 o mismo 3000 alumnos los que no configuran de ninguna manera "grupúsculos" como los califica el PSTU (haciéndole el juego a la campaña histérica de los medios), sino la flor y nata -por así decirlo- del activismo de la USP, que ha salido a luchar por una bandera que es de principios: el echar a la policía militar de la universidad, el pararle la mano a la escalada represiva de Rodas.

Así las cosas, mancomunadamente, el PSOL y el PSTU había logrado hacer votar días atrás el levantamiento de la ocupación del edificio que había sido tomado luego de la detención de los tres estudiantes; solo para que, inmediatamente, otra moción (defendida por nuestros compañeros de PRAXIS), y a pesar de las maniobras de estos verdaderos adversarios de la lucha, se votara dar un escalón superior, pasando a ocupar el rectorado de la universidad. Y, ahora, luego de la represión, haberse resuelto la huelga general estudiantil de toda la USP.

Desde la corriente Socialismo o Barbarie, tenemos el orgullo de decir que nuestros compañeros y compañeras agrupados en el grupo PRAXIS, vienen cumpliendo un rol de vanguardia en esta lucha. No se trata solamente de que ese rol lo vienen jugando ya hace tiempo en el seno de la pelea de los estudiantes por su alojamiento. También está el hecho que en la pelea por la ocupación contra la Policía Militar, los compañeros han jugado un rol de vanguardia. Esa es la razón por la cual tuvimos una de nuestras compañeras presas, así como también cayeron dos compañeros de un grupo con el cual tenemos relaciones solidarias, los compañeros de Espacio Socialista (hubo también presos de la LERQUI, del la agrupación estudiantil MNN y del POR).

Por esta razón, desde la corriente SOB hemos lanzado una serie de iniciativas en varios países para difundir la pelea, y nos ponemos a disposición en todo lo que haga falta para lograr el triunfo de la huelga estudiantil en curso.

avatar
Babalu

Messages : 152
Date d'inscription : 08/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Sam 11 Fév - 22:48

Rio : pompiers et policiers en grève pendant le Carnaval


avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

12 étudiants detenus

Message  Babalu le Mar 21 Fév - 17:39

Universidade de São Paulo (USP), Brasil

Novo ataque brutal da Polícia Militar (PM)
ordenado pelo governador Alckim

Tropa de choque invade USP e prende 12 estudantes

Práxis-SoB, 19 de Fevereiro de 2012

Hoje, próximo às cinco horas da manhã, a tropa de choque invadiu massivamente a USP. No exato momento, eles cercam toda a área da Moradia Retomada, desde o espaço ao redor da Coseas, até a frente da Agora.

Os moradores, foram detidos e levados para o 14 DP de Pinheiros e não há nenhum canal de comunicação entre os moradores do Crusp, provavelmente porque os celulares já devem ter sido apreendidos.

Este ato representa mais um ataque brutal aos movimentos autônomos e legítimos que agem dentro da Universidade como um núcleo de resistência ao projeto de modernização elitista e privatista de Rodas, que usa mais uma vez da força repressora do Estado - o choque -, ordenada pelo governador Alckim, para coibir e eliminar quaisquer setores que sejam opositores a tal projeto.

Convocamos a todos estudantes, organizações e quaisquer pessoas a vir a USP o mais rápido possível para defender estes contra mais este ataque brutal!
avatar
Babalu

Messages : 152
Date d'inscription : 08/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Mer 18 Avr - 20:54

Le mouvement puissant des enseignants pour les salaires (22%)
Menaces des juges sur le droit des grèves
Nécessité d'une dissolution de l'appareil des juges du système



De très grandes AG se tiennent depuis presque 1 an dans les secteurs de l’éducation







avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Jeu 7 Juin - 2:20

De grandes batailles sociales ont lieu au Brésil depuis un moment, que ce soit dans le secteur public (éducation, santé, etc) comme dans les secteurs industriesl où les sidérurgistes montrent les dents.

Salaires, salaires et salaires, même dans des moments de contraction de l'activité sous l'impact de la crise capitaliste internationale, notamment dans l'automobile.

Le Brésil depuis un moment est dans une phase de batailles sociales intense.

Commençons par la vidéo du PSOL Campinas de soutien à une bataille sociale :


Puis les batailles des sidérurgiste sur les salaires :



Contrairement à une idée rependue dans les milieux gauchistes européens le Brésil est un pays où la population rurale est moins importante qu'en France et où le prolétariat urbain est énorme.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Copas le Jeu 5 Juil - 1:13

Beaucoup de grandes batailles sociales au Brésil depuis 1 an , une forte intensité dans tous les secteurs (enseignants, séries de batailles avec souvent des victoires dans l'automobile, etc).

Un tour sur le fil international des batailles dans l'automobile montre cela.

Mais également l'habitude de grandes AG de lutte ont montré des masses importantes de participants (notamment les enseignants).

La classe ouvrière brésilienne demeure très remuante et avec une forte confiance en soi dans beaucoup d'endroits. Comme pour la classe ouvrière chinoise (pour la confiance en soi due à des victoires des fois importantes), mais là avec des organisations politiques et syndicales plus avancées.

Il y a a une nouvelle restructuration en cours du champ de l’extrême gauche et des organisations syndicales.

Cette situation est susceptible d'entrer en percussion forte et violente si la crise capitaliste s'accentuait et frappait avec force le Brésil.
avatar
Copas

Messages : 7035
Date d'inscription : 26/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Lun 16 Juil - 5:59

L’expérience de construction de la DS et du PT, de 1979 au premier gouvernement Lula

par João Machado
http://orta.dynalias.org/inprecor/article-inprecor?id=1328
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Ven 10 Aoû - 11:03


Brésil: en pleine crise financière, le gouvernement se fait plus néolibéral
Par Paulo Passarinho
http://alencontre.org/ameriques/amelat/bresil/bresil-en-pleine-crise-financiere-le-gouvernement-se-fait-plus-neoliberal-2.html
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voilà le printemps carioca !

Message  Roseau le Mar 2 Oct - 3:12

avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Roseau le Lun 26 Nov - 23:01

Le début de la fin de l’hégémonie pétiste dans les secteurs organisés de la classe ouvrière
http://alencontre.org/ameriques/amelat/bresil/bresil-le-debut-de-la-fin-de-lhegemonie-petiste-dans-les-secteurs-organises-de-la-classe-ouvriere.html
avatar
Roseau

Messages : 17784
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brésil

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum