Les pieds-rouges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les pieds-rouges

Message  Babel le Ven 24 Juil - 20:55

Très beau documentaire sur France-Culture, dont je recommande vivement l'écoute, pour la richesse et la qualité de ses témoignages-portraits.  
Ma mère, pied-rouge en Algérie
24.07.2015 - 17:00

L'heure du documentaire compose des portraits
Un documentaire de Claire Zalamansky et Christine Robert
Rediffusion de Sur les Docks du 13/12/2007

Claire et Marie-Claude Zalamansky C. ZALAMANSKY©RADIO FRANCE
« Ma mère est un pied-rouge ! Pas une peau rouge, non ! Un pied-rouge.
On a rangé sous ce qualificatif polémique et peu flatteur, tous ces jeunes et moins jeunes qui, au lendemain de la guerre, se sont mis au service de l’Algérie indépendante. Français, Espagnols, Italiens, Grecs, - humanistes, chrétiens ou communistes, ils  ont cru à cette cause. Non sans générosité, ils partirent donner leur savoir-faire et leur compétence à un pays vidé de son sang.

Des années plus tard, ma mère se souvient. Elle me raconte ses illusions, ses bonheurs et ses désenchantements, le quotidien : la rencontre avec un coopérant  sur le terrain et ma naissance, le retour définitif à Paris.

Nous entendons aussi ses compagnons d’alors, médecin comme elle, infirmière ou enseignant et d’autres plus « rouges » encore, déjà fortement engagés durant la guerre d’Algérie. Ils dessinent une Algérie jamais oubliée, entre tristesse, émotion et colère, témoignent du don de soi, aux autres et à leur époque. »

Avec :
Marie-Claude Zalamansky-Hurel, médecin pédiatre en Algérie, à Batna (Aurès) puis à Constantine de 1962 à 1966 ;
Paul Oriol, médecin épidémiologiste à Constantine, de 1964 à 1965 puis dans un dispensaire spécialisé dans les soins anti-tuberculeux à El Harrach (Alger), de 1965 à 1972 ;
Mohamed Harbi, conseiller du président Ben Bella, historien ;
Pierre Avot-Meyers *, militant trotskiste, correcteur et documentaliste au Moudjahid (hebdo en langue française) de 1962 à 1964 à Alger ; archiviste et documentaliste à l’Union Générale des Travailleurs Algériens, de 1964 à 1965. Expulsé d’Algérie après le coup d’état de Boumedienne.
Jean-Robert Henry, étudiant en droit à Alger de 1963 à 1965 ; enseignant à la faculté de droit à Alger de 1967 à 1977.

* Dirigeant du PCI et de la IVe Internationale, il s'engage aux côtés de Michel Pablo, Gilbert Marquis, Henri Benoist, Monique Laks, Michel Mazière, Michel Fiant, et bien d'autres, dans le soutien à la révolution algérienne. Il sera arrêté et torturé par les sbires de Boumedienne, puis expulsé avec sa compagne, Simonne Minguet, deux mois après le putsch qui met fin à l'expérience Ben Bella.

La notice bio parue au moment de son décès, le 3 juin 2009 : ici.

Un ouvrage est consacré à ce sujet :Algérie, les années pieds-rouges : des rêves de l'indépendance au désenchantement (1962-1969), par Catherine Simon, éd. La Découverte.

Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

merci

Message  Reves le Ven 31 Juil - 9:15

Merci Smile

Reves

Messages : 10
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum