Indigènes de la République

Page 19 sur 22 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21, 22  Suivant

Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Ven 27 Mai - 18:56

[quote="verié2"]
MO2014
ta dernière remarque est un étonnant mélange d'aigreur et de stupidité qui, transposée donnerait "il suffit de voir les cortèges, comme celui d'hier entre Bastille et Nation, pour constater qu'ils réunissent au coude à coude des travailleurs de toutes origines, dont mille fois plus de "prolétaires" que n'en a jamais rassemblé LO..."
A la différence que LO (comme le NPA) ne boudent pas ces manifestations sous prétexte qu'elles appartiendraient... "au champ syndical bureaucratique" (pour plagier le style du PIR).

Selon verié2 les mobilisations en cours appartiendraient... "au champ syndical bureaucratique"... tu devrais quand y aller pour te rendre compte que ce n'est pas le cas.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Ven 27 Mai - 19:12

Selon verié2 les mobilisations en cours appartiendraient... "au champ syndical bureaucratique"... tu devrais quand y aller pour te rendre compte que ce n'est pas le cas.
Tu fais semblant de comprendre de travers ou quoi ? Bien évidemment, les manifs n'appartiennent pas davantage "au champ syndical bureaucratique" qu'au "champ politique blanc" - les deux expressions/concepts sont grotesques, je le soulignais par cette comparaison. Tu n'as peut-être pas remarqué les guillemets et la dérision... Very Happy

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Sam 28 Mai - 2:44

verié2 a écrit:
Selon verié2 les mobilisations en cours appartiendraient... "au champ syndical bureaucratique"... tu devrais quand y aller pour te rendre compte que ce n'est pas le cas.
Tu fais semblant de comprendre de travers ou quoi ? Bien évidemment, les manifs n'appartiennent pas davantage "au champ syndical bureaucratique" qu'au "champ politique blanc" - les deux expressions/concepts sont grotesques, je le soulignais par cette comparaison. Tu n'as peut-être pas remarqué les guillemets et la dérision... Very Happy

Je te laisse ton humour sur le champ politique blanc et sur les mobilisations en cours appartenant au champ syndical bureaucratique. Pendant que tu rigoles tout seul de tes "dérisions", l'extrême gauche laïciste ne participait au meeting de Saint Denis de mercredi dernier (comme tu as "boudé" tous les meetings et manifestations des organisations décoloniales de ces dernières années) et  les organisations du champ politique blanc, dans le silence complice de l’extrême gauche laïciste, poursuivaient ses tentatives de destruction des moyens d'expression des organisations décoloniales avec comme cible principale le PIR ce qui te réjouit c'est clair :

Le compte Facebook d'Houria Bouteldja vient d'être à nouveau suspendu cette fois ci pour un mois, présageant nous le craignons une suppression pure et simple. Et ce alors que les pages FB de tous les groupes fachos prolifèrent.

Il semble bien que les auteurs de cette censure soient l'UEJF et SOS racisme engagés dans une grande campagne contre "La haine sur Internet". Le document ci dessous tend effectivement vers cette hypothèse.

Le plus cocasse c'est que les cibles de ces officines réac SOS racisme et l'UEJF sont le PIR et Houria Bouteldja alors que des dizaines de pages FB de fachos, de racistes, d'islamophobes, du FN et bien sûr de sionistes tendances LDJ ne sont absolument pas visés.

Les anciens posts d'HB continuent d'être signalés, tel celui ci qui évidemment ne correspond en rien à un commentaire "haineux" ou "antisémite".
"Selon Benjamin Netanyahu, "Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs". L'idée vient des Arabes. Je me disais bien aussi qu'une idée aussi dégueu ne pouvait pas venir d'un peuple aussi raffiné que les Allemands. Les Arabes, c'est déjà plus logique."

Il y a tout lieu de penser que les canailles obtiendront bientôt son interdiction totale sur FB, de même que celle du PIR par une campagne massive de signalements.

L'hypothèse des signalements coordonnés se précise et concorde dans la période, à l'issue d'un mois de "testing de masse" réalisé entre autres par des militants de l'Uejf et de SOS Racisme, consistant à signaler les contenus correspondant selon eux à des discours "haineux", qui a pris fin le 10 mai. ( http://tempsreel.nouvelobs.com/…/l-uejf-et-sos-racisme-vont… )
La page du PIR, à l'issue de signalements répétés, a été suspendue le 9 mai, et il est probable que les signalements se poursuivront pour empêcher son rétablissement. Le recours à ce type de méthode pour tenter d'étouffer notre expression, et celle de nombreux autres indigènes, est le signe d'associations aux abois qui ne peuvent plus compter aujourd'hui que sur la censure numérique et le soutien d'un pouvoir délégitimé pour se maintenir.

Le petit monde responsable de cette première expérience se réunissait le 15 mai pour des "Assises de la lutte contre la haine sur Internet", qui étrangement rassemblait aussi la plupart des adversaires de l'antiracisme politique. Le programme vaut le coup d'œil.
Y.B.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  marxmarx le Sam 28 Mai - 14:26

MO2014 a écrit: l'extrême gauche laïciste ne participait au meeting de Saint Denis de mercredi dernier

C'est un raisonnement bien etrange.
Tu reproches aux partis du "champ politique blanc" de ne pas venir aux meetings du pir
Peut etre avaient ils peur d'etre refoulés à l'entrée Laughing

Faites votre vie mais ne reprochez pas aux autres de faire la leur

Les bases de l'Extreme gauche ne peuvent avoir que peu de choses en commun avec les votres, dans la mesure ou la division des prolétaires en couleur, religion etc. sont le cancer du mouvement révolutionnaire.


marxmarx

Messages : 161
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Lun 30 Mai - 22:49


Qui a peur de Houria Bouteldja ?
Parce que j’entends d’ici vos insultes, colères, et autres «idiote utile ! tu sais pas de quoi tu parles !», je tiens à préciser : cette tribune ne s’adresse pas aux identitaires républicains en crise actuelle de psychose, obsédés par la soi-disant «islamisation de la France», mais à ceux pour qui être de gauche ne se résume pas à faire passer l’entre soi Blancs-bien-pensants pour de l’universalisme, et sont prêts à observer le monde depuis une autre place que la leur.

A ce jour, le (soi-disant) antiracisme qu’on peut qualifier d’antiracisme moral domine les champs médiatique et politique à coup de «le racisme, c’est mal, faisons une grande farandole» et autres «le cœur n’a pas de couleur». Or ces intentions, ô combien respectables, sont incapables de régler quoi que ce soit : ni l’inégale répartition des richesses, ni le racisme institutionnel.

Face à cet antiracisme à sa mémère se dresse un antiracisme politique, articulé autour de notre histoire, dont l’objectif salvateur est de sortir d’un système de domination rance, et comme l’actualité nous le prouve, en voie d’autodestruction.

En mars est sorti un livre (up)percutant, électrique et déstabilisant : les Blancs, les Juifs et nous. Vers une politique de l’amour révolutionnaire de Houria Bouteldja, qui incarne cet antiracisme articulé en profondeur (Libération du 25 mai).

L’auteure est de longue date «grillée» par ses détracteurs, bien plus puissants qu’elle dans les champs politiques et médiatiques. Depuis des années, ils s’attellent à extraire des passages de ses écrits afin de leur donner une tournure bien dégueulasse. Combien de fois m’a-t-on rappelé à l’ordre à son sujet «mais-enfin-elle-est-homophobe ça-va-pas-la-tête-lis-ça !» Sauf que la phrase en question, une fois recontextualisée, racontait une lutte décoloniale et, qu’on soit d’accord ou pas avec son point de vue, ne pouvait en aucun cas être résumée à de l’homophobie.

Il est très facile de discréditer un texte, surtout quand la pensée est complexe et formulée sous forme de paradoxes. Et, depuis la sortie du livre de Houria Bouteldja, c’est «#PassionRatonnade» : de Guénolé sur le plateau de Ce soir (ou jamais !), à Marianne ; et les flemmards se satisfont de ce massacre sans prendre la peine de la lire, répétant à tout va qu’elle est antisémite, sexiste, homophobe et raciste anti-Blancs…

Je ne rentrerai pas dans le petit jeu malsain des extraits qu’on interprète. Une première mise au point s’impose : il n’y a pas d’arroseur arrosé avec le racisme. Le racisme est un ensemble de pratiques et de croyances qui font «système» : elles permettent à un groupe d’en exploiter un autre en profondeur, et si possible le plus longtemps possible, tout en prônant «l’égalité» sur son territoire.

Or, Houria Bouteldja et les populations non blanches en France, si agressives que puissent être leurs attaques contre l’ordre blanc, ne seront jamais en mesure de dominer, ségréguer la «race» blanche (pour une explication rapide et super LOL, voir cette vidéo sur YouTube (1)).

Antisioniste, Houria Bouteldja l’est sans ambiguïté. Et, c’est à travers cet engagement qu’elle déconstruit la question de l’antisémitisme. Elle la développe par une argumentation stimulante et enfin déprise d’européocentrisme. Elle interroge l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé. Car la violence rationalisée et industrialisée envers une catégorie de population, c’est bien une invention du colonialisme européen. Et, oui, il y a, en France, un monde colonisé, dont les Juifs ont été historiquement (et encore aujourd’hui sous des formes renouvelées) les victimes. Et ce livre est bien une tentative de réconciliation et d’organisation d’une lutte politique commune.

Houria Bouteldja ouvre son livre en expliquant qu’elle utilise les termes de «Blancs» et «blanchité» comme désignation d’un groupe social et évidemment pas d’un point de vue biologique. Pourtant, à gauche, on accuse le livre de racialiser la question sociale. Il faut probablement être du bon côté du voile, celui que décrit W.E.B Du Bois dans la société étasunienne d’après l’esclavage, pour se payer le luxe de minimiser les effets de race.

Le seul voile qui pose problème aujourd’hui, c’est ce rideau entre la business class et la classe économique de l’avion, qui permet à ceux qui payent plus cher leur place de croire qu’ils ne sont que vingt dans de grands fauteuils alors que le vol transporte 210 passagers, entassés à l’arrière.

Et oui, il y a bien un voile à arracher, et ce n’est pas celui des femmes musulmanes… Il est temps pour nous tous de regarder en face l’inégalité inhérente, irréductible, des passagers de cet avion, afin que les «bien installés» - certes moins bien qu’en première classe - affrontent le réel de ceux qui sont parqués derrière. La dignité de tous passe par là et plus que jamais, quitte à ce que ça vous brûle un peu les yeux, lisez Bouteldja (2) !

(1) https://www.youtube.com/watch?v=dw_mRaIHb-M.
(2) Revoir à ce sujet l’explication détaillée de Nacira Guénif à la Java, à Paris, le 28 mars.
Océanerosemarie Auteure et comédienne
http://www.liberation.fr/debats/2016/05/30/qui-a-peur-de-houria-bouteldja_1456167

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Lorry le Mar 31 Mai - 0:12


Qui a peur de Houria Bouteldja ?

Ce titre est complètement idiot.
Pourquoi faudrait-il avoir peur de cette personne qui travaille tranquillement à l'Institut du Monde Arabe, institution financée par l'état, qui est régulièrement invitée dans les medias, qui a l'occasion de dire et écrire très publiquement ce qu'elle pense et a même droit à de la pub dans la presse bourgeoise pour ses "oeuvres" ?
On peut ne pas apprécier sa personnalité, son côté phraseur creux, la trouver réac comme Zemmour,.
Mais avoir "peur" d'elle, ce serait aussi ridicule que d'être terrorisé par Christine Boutin, et accorder à l'une et à l'autre une influence qu'elles n'ont pas (hors de leurs microcosme respectifs)  clown

Lorry

Messages : 101
Date d'inscription : 14/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Roseau le Mar 31 Mai - 7:27

marxmarx a écrit:
MO2014 a écrit: l'extrême gauche laïciste ne participait au meeting de Saint Denis de mercredi dernier

C'est un raisonnement bien etrange.
Tu reproches aux partis du "champ politique blanc" de ne pas venir aux meetings du pir
Peut etre avaient ils peur d'etre refoulés à l'entrée Laughing

Faites votre vie mais ne reprochez pas aux autres de faire la leur

Les bases de l'Extreme gauche ne peuvent avoir que peu de choses en commun avec les votres, dans la mesure ou la division des prolétaires en couleur, religion etc. sont le cancer du mouvement révolutionnaire.


Le cancer, qui divise le mouvement ouvrier, c'est de ne pas reconnaître et combattre les oppressions spécifiques, qu'elles soient raciales ou de sexe. Ca fait longtemps que des organisations MR, notamment le NPA, ont compris qu'il faut s'unir sur la base du rejet de l'exploitation et de l'oppression. Pas de projet d'émancipation sociale sans l'un et l'autre!
Curieux qu'il fasse le rappeler sur un forum MR...
avatar
Roseau

Messages : 17750
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 31 Mai - 9:24

Lorry a écrit:

Qui a peur de Houria Bouteldja ?
Ce titre est complètement idiot.
Pourquoi faudrait-il avoir peur de cette personne qui travaille tranquillement à l'Institut du Monde Arabe, institution financée par l'état, qui est régulièrement invitée dans les medias, qui a l'occasion de dire et écrire très publiquement ce qu'elle pense et a même droit à de la pub dans la presse bourgeoise pour ses "oeuvres" ?
On peut ne pas apprécier sa personnalité, son côté phraseur creux, la trouver réac comme Zemmour,.
Mais avoir "peur" d'elle, ce serait aussi ridicule que d'être terrorisé par Christine Boutin, et accorder à l'une et à l'autre une influence qu'elles n'ont pas (hors de leurs microcosme respectifs)  clown

Lorry ex hadrien, ex vals, ex ... et sans doute futur ex car c'est un spécialiste de l'injure publique cause de ses bannisements successifs du forum, nous explique qu'il ne faut pas avoir peur d'Houria Bouteldja car son influence serait exagérée selon lui.
Mais au fait, que fait hadrien/Lorry sur le forum ? Quelle est sa contribution ? Participe-t-il à différents fils de discussion ? Publie-t-ils des textes de référence ou de réflexion ? ...
Makach, que dalle !
Il réserve la  totalité de ses posts aux fils du PIR et au fil sur l'islamophobie (il suffit de faire une recherche rapide sur l'ensemble de ses post pour le prouver).
Alors, pour quelqu'un qui n'a pas peur Shocked, il a en tout cas, une obsession unique et récurrente : dénigrer, calomnier et injurier le PIR, les organisations décoloniales et ses militantes et militants. Souffre -t-il d'un toc ? Est-il un adorateur du journal Marianne, ou de Guénolé, un membre de Riposte Laïque ou un laïciste de LO... ? Nous ne le saurons jamais. Mais une chose est sure : c'est qu'il est là uniquement pour pourrir et empêcher tout débat sur les revendications et luttes décoloniales.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Toussaint le Dim 5 Juin - 17:36

Le cancer, qui divise le mouvement ouvrier, c'est de ne pas reconnaître et combattre les oppressions spécifiques, qu'elles soient raciales ou de sexe.

En effet, en effet, Roseau.
Mais il y a pire que de ne pas reconnaître et combattre, il y a en être partie prenante, relayer à sa façon, voire s'associer pleinement aux discriminations ou aux campagnes de stigmatisation comme le fait LO.
Et appeler à voter pour une secte qui fait de l'islamophobie un de ses TOCs favoris, de la chasse aux lycéennes voilées et leur expulsion du service public un sport valorisant, du licenciement d'une salariée voilée une juste cause, des exclusions des étudiantes voilées par des profs racistes un non-évènement, c'est simplement contradictoire avec ce que tu dis.
Cela frappe d'ambigüité toute votre démarche par ailleurs.
Vous allez discuter en tête à tête avec vos vieux amis exclusifs de LO, mais vous ne pourriez partager une tribune avec ces gens-là et les assos ou mouvements exprimant le refus des discriminations. Parce que la secte refuserait leur présence et quitterait la tribune. Non sans raison, car elle se trouverait confrontée à de sévères interrogations.
Au NPA, comme à la LCR, vous êtes parfois dans le grand écart comme en ce moment, entre votre appel à la Marche des Dignités et votre appel à voter LO. Retomberez-vous dans la campagne islamophobe comme la LCR de 2004 contre les lycéennes en foulard, ou les militantes palestiniennes voilées? Dans les faits, vous n'aves pas modifié la position scélérate du BP de la LCR sur l'exclusion des élèves voilées, et sur l'interdiction du voile. Vous n'avez pas non plus clarifié votre position sur la possibilité de militer au NPA tout en portant le voilé.
Vous n'avez pas non plus jeté vos forces pour construire un mouvement anti-guerre.
En fait de voiles, vous naviguez au minimum, prêts à hisser les voiles ou les enlever totalement, selon le vent. Il en faudra un peu plus pour nous convaincre sur votre position réelle quant aux discriminations. C'est bien de dénoncer l'islamophobie tout en appelant à voter pour des islamophobes arrogants et pugnaces. C'est bien, et je n'ironise pas. Mais cela fait douter de votre sincérité comme ceux qui en doutaient ont eu raison lors de la création du NPA avec les Grond et autres Sammy... contre les Ilhem et cie qui voyaient leur ciel s'éclairer malgré les non-dits. Ils pensaient avoir leur place, on leur a fait miroiter l'égalité, on leur réservait une place de nègres au sens plein du terme, ils pouvaient ramer, bosser, mais surtout pas représenter, ni diriger, ni même se montrer d'ailleurs.
Vous êtes bien avec vos amis de Presles, vous êtes si proches et en confiance que vous appelez à voter pour eux? Grand bien vous fasse, en effet vous êtes pareils.
avatar
Toussaint

Messages : 2238
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Dim 5 Juin - 18:31

Juste une précision Toussaint,
Tout en refusant la chasse aux filles ou femmes voilées, peut-on considérer que le voile islamique est un signe, soit de soumission religieuse, soit de soumission à l'homme, soit un signe de provocation djihadiste ?
Peut-on enfin considérer, sur un forum marxiste révolutionnaire, que le critère de classe l'emporte sur tous les autres et qu'aucun de ces derniers ne peut primer le premier !

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Dim 5 Juin - 19:14

Kock a écrit:Juste une précision Toussaint,
Tout en refusant la chasse aux filles ou femmes voilées, peut-on considérer que le voile islamique est un signe, soit de soumission religieuse, soit de soumission à l'homme, soit un signe de provocation djihadiste ?
Peut-on enfin considérer, sur un forum marxiste révolutionnaire, que le critère de classe l'emporte sur tous les autres et qu'aucun de ces derniers ne peut primer le premier !
Un "signe de provocation djihadiste" ? What a Face Tu dérailles, ou quoi ? Ca peut tout simplement être un signe d'affirmation identitaire, signifiant en gros "je suis musulmane ou d'origine musulmane, arabe, j'en suis fière et je vous emmerde". Rien à voir avec le djihad ! Ta référence au djihad est très dangereuse : c'est une incitation à l'agression et à la répression policière.

Pour le reste, ce n'est pas non plus nécessairement en toutes circonstances un "symbole de soumission à l'homme". Ca peut tout simplement s'inscrire dans une tradition. Le terme "soumission religieuse" n'est pas non plus approprié, c'est d'appartenance religieuse qu'il faut parler, ce n'est pas tout à fait la même chose.
__
Quant à Toussaint, totalement incohérent puisqu'il nous a dit avoir lui-même appelé à voter LO, il en est resté à ses vieux règlements de comptes qu'il ressasse. Aujourd'hui, le NPA combat clairement l'islamophobie, LO a évolué et la dénonce aussi. Ce qui ne passe pas nécessairement par la participation aux réunions du PIR, c'est un autre problème.

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Dim 5 Juin - 20:39

Mais bien sûr que si, cela peut être un signe de provocation djihadiste (le djihad n'est pas propre à Daesch, loin de là )....Quant à la soumission au mari ou à Allah, ne te cache pas derrière ton petit doigt, Vérié !

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Lun 6 Juin - 18:11

Kock a écrit:Mais bien sûr que si, cela peut être un signe de provocation djihadiste (le djihad n'est pas propre à Daesch, loin de là )....Quant à la soumission au mari ou à Allah, ne te cache pas derrière ton petit doigt, Vérié !
Le voile est un symbole religieux. Donc de l'appartenance à une religion et de l'observation d'une de ses coutumes ou coutumes supposées. Point. C'est absurde de le diaboliser de cette façon et encore plus absurde - et dangereux - d'en faire un "symbole djihadiste". Et c'est grave, car c'est de toute évidence une incitation à l'agression et à la répression policière - qui, elles, peuvent inciter à la radicalisation...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Lun 6 Juin - 18:38

Il n'y a rien d'absurde.....en tant que marxistes on n'a pas à conforter quelque signe religieux que ce soit !

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Duzgun le Lun 6 Juin - 23:01

Kock a écrit:Il n'y a rien d'absurde.....en tant que marxistes on n'a pas à conforter quelque signe religieux que ce soit !
Le jour où tu seras marxiste on en reparle! Very Happy
avatar
Duzgun

Messages : 1628
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ftour Debout ce samedi 11 juin

Message  MO2014 le Mar 7 Juin - 9:31

Tous les islamophobes de ce pays font un lien entre la religion, la tradition le foulard et le djiadisme (ici présenté sous forme de symbole) qu'il faudrait condamner en bloc pour montrer patte "blanche". Lorsque les discriminations s'abattent sans cesse sur les musulmans réels ou supposés, quand les contrôles au faciès et les violences policières, lorsque les insultes et les agressions, lorsque les discriminations raciales à l'embauche, au salaire, à la carrière se multiplient, etc.etc.etc. un certain gauchisme qui, n'oublie jamais de rappeler que le voile est un signe religieux ou un signe machiste dans le meilleur des cas et dans le pire "une provocation djihadiste". Et les millions qui font le ramadan c'est quoi une provocation djihadiste selon celui qui donne des leçons de marxisme ?

A ce sujet la plupart des chefs d'états ont envoyé leur salut aux musulmans pour le ramadan sauf ... je vous le donne en mille : Hollande qui, lui, ignore évidemment superbement près de 6 millions de ses compatriotes : http://www.saphirnews.com/Ramadan-2016-les-messages-des-chefs-d-Etat-sauf-Hollande-aux-musulmans_a22476.html

Bref si vous avez voulez protester contre l'islamophobie qui pourrit la vie de millions gens en France nous serons toutes et tous au Ftour debout samedi 11 juin à partir de 20 h esplanade de la Basilique à St Denis.
Pour protester contre la diffusion d’une enquête diffamatoire publiée par le Figaro Magazine sur la ville de Saint-Denis et en solidarité avec celles et ceux qui sont chaque jour un peu plus stigmatisés et discriminés, plusieurs associations appellent à Ftour Debout ce samedi 11 juin 2016 à partir de 20h.
métro St Denis Basilique

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Mar 7 Juin - 9:58

Effectivement, ceux qui placent le critère racial au-dessus du critère de classe sont sans doute les mieux placés pour parler de marxisme!!!

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 7 Juin - 10:06

Kock a écrit:Il n'y a rien d'absurde.....en tant que marxistes on n'a pas à conforter quelque signe religieux que ce soit !
Entre "conforter", et stigmatiser, diaboliser, dénoncer comme un indice significatif de crypto terrorisme et, par voie de conséquence, réprimer et agresser, il y a de la marge, tu ne le vois pas ?

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 7 Juin - 11:07

Kock a écrit:Effectivement, ceux qui placent le critère racial au-dessus du critère de classe sont sans doute les mieux placés pour parler de marxisme!!!

Hiérarchie ? Non ! Plutôt articulations comme le montre l'article qui suit :

Pouvoir politique et races sociales, Houria Bouteldja

La race est le nœud qui lie le pouvoir d’État au grand capital. C’est cette analyse que propose ici Houria Bouteldja, à l’occasion d’un discours prononcé au « Procès de l’antiracisme politique » (25 mai 2016). Face aux attaques multiples dont le Parti des indigènes de la république a été la cible, parmi tout un spectre de mouvements de l’immigration et antiracistes présents à ce meeting, Boutledja déployait sa ligne de défense. Briser le système raciste suppose une politique d’alliance entre l’antiracisme politique et les franges radicalisées du mouvement social. Pour indiquer la centralité de la race au sein même des préoccupations du mouvement Nuit debout, Bouteldja propose un détour par l’histoire longue du capital et de l’État-nation. Elle retrace le nouage racial entre valorisation géopolitique et valorisation capitaliste. Et elle invite tous et chacun à participer au combat des descendants de colonisés pour défaire ce nœud, et donner aux luttes contre le néolibéralisme un contenu anti-étatiste et anti-impérialiste bien plus conséquent.


Madame la Présidente,
Je commence par vous dire que je fais le choix d’une défense de rupture. Aussi, je ne démentirai aucune de ces accusations. Je laisse tous ces McCarthy qui peuplent l’éditocratie française à leurs responsabilités. Par expérience, je sais que se défendre ne sert strictement à rien étant donné notre accès limité aux mass médias alors qu’eux y ont le rond de serviette.
Cela dit, j’ai quand même des aveux à faire.
Comme nous l’a appris Frantz Fanon, une société est raciste ou ne l’est pas.
Et comme seule la vérité est révolutionnaire, je vais dire la vérité.

Ce que dit Guénolé1 n’est pas vrai mais je ne peux pas dire que ce soit complètement faux. En effet, si je fais partie d’une société raciste, en tant que partie de ce tout, je suis moi même traversée par le racisme qui la structure. Aussi, je postule ici que toute personne vivant dans une société raciste, et affirmant être épargnée par le phénomène, au mieux s’illusionne sur elle même, au pire ment. Le racisme, nous l’avons ingurgité depuis l’enfance quelle que soit notre position hiérarchique sur l’échelle de la dignité humaine. Si nous sommes en haut de cette hiérarchie, nous éprouvons peu ou prou une conscience boursoufflée de nous-mêmes. Notre seule ambition, souvent inavouée, est de maintenir cette position de domination.
Si nous sommes de ceux qui subissent ce racisme, alors, nous éprouvons irrémédiablement, peu ou prou, la haine de nous-mêmes. Les groupes subalternes n’aspirent qu’à une chose : se laver de l’indignité dans laquelle ils sont pour se hisser dans l’échelle de ladite hiérarchie, quitte parfois à piétiner ceux qui sont en dessous. Par exemple, très récemment, à la rencontre des Musulmans du Bourget, le titre d’un débat à propos des réfugiés était : « Faut-il accueillir toute la misère du monde ? ». C’est une question qui avait été posée par Michel Rocard et que Le Pen peut parfaitement endosser. Aujourd’hui, certains d’entre nous la posent.
Je trouve que la question est indécente surtout lorsque nous sommes nous-mêmes issus de l’histoire de l’exil avec toutes les douleurs qu’elle charrie et surtout parce que nous ne sommes pas innocents en tant que citoyens européens des guerres que la France mène en notre nom et, il faut le dire, même indirectement, dans notre intérêt.
C’est à ce titre que je vous invite à penser les mots de James Baldwin qui, observant avec tristesse les effets destructeurs du racisme sur les Noirs, s’était interrogé sur leur destin avec cette question : qu’adviendra-t-il de la beauté des Noirs ?

La lucidité est sûrement la blessure la plus proche du soleil, et la lucidité de Baldwin est une lucidité qui consume. Parce que se regarder en face, ce n’est pas facile. Pourtant, c’est un passage obligé pour qui veut vraiment en finir avec le racisme. Je passe aux aveux ce soir, mais je l’avais déjà fait dans mon livre Les Blancs, les Juifs et Nous, vers une politique de l’amour révolutionnaire.
Dans l’un des chapitres, je reproche aux Juifs (comme produits de l’histoire antisémite) de s’être tendanciellement intégrés à cette société alors qu’ils venaient tendanciellement d’une histoire révolutionnaire. J’écris ceci :

Le pire pour moi n’est pas là. Après tout, vos renoncements vous regardent. Le pire, c’est mon regard, lorsque dans la rue je croise un enfant portant une kippa. Cet instant furtif où je m’arrête pour le regarder. Le pire c’est la disparition de mon indifférence vis à vis de vous, le possible prélude de ma ruine intérieure.

Il y a deux manière d’interpréter ce passage : façon Guénolé ou façon Baldwin. La première a évidemment remporté les faveurs de la médiocrité ambiante. La seconde, plus exigeante, fait son chemin. La seconde exige, comme nous y invite aussi Aimé Césaire, d’aller chercher le petit Hitler qui se trouve au fond de nous-mêmes et pas seulement à l’extrême droite, précisément parce que le racisme fait système. En d’autres termes, dans une société raciste, il faut résister à l’intégration. Il faut prendre conscience de notre propre pourrissement, de notre déchéance progressive. C’est précisément ce que font tous les militants ici présents de l’antiracisme politique et c’est ce qui explique leur mise en accusation. Le paradoxe est que c’est parce que nous refusons la hiérarchisation raciale et qu’on cherche la lumière qu’on est pointés du doigt comme des voyous.

Or, nous ne sommes pas des voyous. Nous sommes des héritiers des luttes de l’immigration qui nous ont précédées et qui tous les jours inventent la France.
Et c’est en tant qu’héritiers que nous observons le mouvement Nuit Debout. C’est forts d’une longue expérience des luttes que nous avons un message à transmettre au mouvement social en butte aujourd’hui aux coups de matraques du pouvoir socialiste.

Dans un article du Monde daté du 3 mai2 et signé par de nombreux intellectuels, il était fait le constat suivant concernant Nuit Debout : « Des critiques ont pointé l’absence des habitants des quartiers populaires, et notamment des immigrés et minorités postcoloniales. » Plus loin, les signataires affirment :« Si l’articulation s’opère avec des secteurs du mouvement ouvrier et les réseaux associatifs issus des quartiers, rien ne pourra arrêter ce mouvement ». Le 20 avril dernier, à la Bourse du travail de Paris, Frédéric Lordon a prononcé un discours important dans lequel il soulignait la chose suivante : le mouvement social doit faire face à deux fléaux, je cite, « la violence du capital et la violence identitaire raciste ».
Eh bien nous sommes d’accord.
Mais que faire pour que cette juste analyse devienne effective et qu’elle ne reste pas cantonnée à une incantation abstraite ?

Imaginons qu’il y ait deux logiques du pouvoir distinctes dans nos sociétés : une logique capitaliste du pouvoir, qui repose sur le fait de générer le plus d’argent possible ; et d’autre part, une logique « géopolitique » du pouvoir, qui repose sur l’accumulation de puissance géopolitique, sur le fait de faire régner l’ordre sur le territoire national et d’être une puissance militaire, industrielle, commerciale face à d’autres nations. Il y a ici deux formes de rivalités distinctes : les rivalités économiques strictes (la concurrence entre entreprises privées) et les rivalités politico-militaires-diplomatiques (la rivalité entre nations-puissances).
On peut encore imaginer que le déploiement de l’impérialisme moderne soit le fait de faire marcher ces deux logiques main dans la main : les capitalistes financent la politique de puissance des États (emprunts publics, industries d’armement, sociétés d’exploitations coloniales) et qu’en contrepartie, les États utilisent leur puissance pour faire valoir les intérêts de leurs propres entreprises (la main d’œuvre mise en esclavage pendant la traite négrière, le travail forcé dans les colonies, la déstructuration des communautés agricoles dans le Tiers-monde, le pétrole comme facteur clé dans les invasions de l’Irak et l’Afghanistan pour s’assurer qu’il reste hors de portée du contrôle des peuples de la région…)
Pour le dire schématiquement, le capitalisme naît grâce à la politique de puissance des États-nations, et les États-nations ont gagné en puissance (de destruction, de conquête) grâce au capitalisme moderne. Maintenant, imaginons que l’un des piliers de cette « logique géopolitique du pouvoir », ce soit la race. Tout simplement parce qu’il s’est joué, à l’échelle du monde, une division hiérarchique : entre les nations dominantes, rivales entre elles, et les nations dominées, terrain de chasse des nations dominantes. L’enjeu est crucial : la race est ce qui fait le nœud de l’alliance entre l’État moderne et le grand capital. C’est autour de la race que se noue la valorisation capitaliste et la politique de puissance des États-nations.
Ainsi, le personnel de l’État (hauts fonctionnaires, préfets, états-majors, etc.) « rencontre » le capital via la race. En suivant sa logique autonome, nationale-raciale, l’administration sert des intérêts capitalistes. Elle sert d’abord ces intérêts en poursuivant une politique de puissance impériale : ça veut dire continuer à faire valoir des intérêts économiques « nationaux », à travers des accords commerciaux, diplomatiques, militaires. C’est ce que fait la France avec son industrie de l’armement et ses grands groupes spécialisés dans l’aéronautique ou le nucléaire ou via la Françafrique – ces instances font valoir les intérêts de quelques grands groupes emblématiques : EADS, Dassault, etc.
Ensuite, sur le sol national, il y a tout simplement une continuité coloniale de l’État-nation, qui se manifeste dans la matérialité même de l’appareil d’État : c’est l’histoire de sa police, de ses préfectures, de ses services de renseignement, de son système idéologique et médiatique, de son école républicaine. Tous ces appareils poursuivent peu ou prou une logique de séparation de la population entre les Blancs et les autres. Cette logique de séparation est constitutive de l’État-nation moderne et, comme l’ont admirablement démontré Abdelmalek Sayyad ou Étienne Balibar, la nation produit forcément des « étrangers », l’universalisme des droits de l’homme a toujours eu des exceptions et, par ailleurs, les nations mènent des politiques prédatrices dans le Sud global.
Or, en reproduisant la race, le personnel de l’État renforce des hiérarchies qui sont exploitées par le grand capital. Les descendants de colonisés sont aussi les derniers embauchés et les premiers licenciés. Ce système offre une réserve de main d’œuvre bon marché, qui peut par exemple se faire allègrement ubériser. Cela nous mène au dernier point : si cette main d’œuvre est plus facile à exploiter, c’est parce que la logique raciale de l’État-nation a eu tendance à protéger davantage les prolétaires blancs des difficultés économiques que les prolétaires non blancs. Cela implique aussi que le mouvement ouvrier blanc a tendance à spontanément s’en remettre à la légalité républicaine, à faire confiance à la neutralité de l’État ou, au mieux, à considérer que l’État providence constitue la face « gentille » de l’État contre une face méchante, autoritaire, sécuritaire. Mais pour les non-Blancs, même la face « gentille » de l’État est un moyen de les tenir en respect : assistantes sociales, travailleurs sociaux, assurance chômage, protection infantile, personnels de santé, psychiatrie – tout est une modalité du contrôle social.
C’est ainsi que nous pouvons conclure : la logique raciale renforce l’apathie et la mollesse du mouvement social. Si la suprématie blanche est l’un des nœuds qui unit le grand capital et l’État, défaire ce nœud parmi les opprimés c’est permettre une radicalisation des mots d’ordres du mouvement social, parce que son opposition au capital devra aussi se traduire par une opposition à l’État.

Or, il se trouve, si l’on s’en tient à l’histoire des luttes postcoloniales, que ce sont elles qui sont à l’avant-garde de la confrontation avec l’État national et impérial et à sa mythologie depuis plus de quarante ans à travers les comités police/justice, les résistance face aux démantèlements des camps de Rroms, la lutte contre le racisme d’Etat, pour la Palestine, la fin de la Françafrique, et pour la mémoire de la colonisation et de la traite qui remettent en cause le socle idéologique de la mythologie républicaine.
Aussi, je dirai que si le mouvement social a une vraie ambition politique, il ne tient qu’à lui de faire évoluer son centre de gravité qui est actuellement celui la loi Travail et dont, bien entendu, nous comprenons les enjeux, vers les questions liées à l’impérialisme, au racisme et à ses conséquences dramatiques sur le sol français. Je pense bien entendu aux attentats de janvier et de novembre 2015 bizarrement absents des débats à Nuit Debout.
Pour finir, je ne peux pas terminer ma plaidoirie sans une adresse à Clémentine Autain :

En visite en Israël, Manuel Valls a dénoncé le 22 mai dans une interview à Radio J, « l’islamo-gauchisme », « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation ».

Elle répond via le blog du Monde « Rouge et vert » qu’elle réfléchit à porter plainte contre lui pour diffamation, parce qu’elle ne partage pas les idéaux réactionnaires de Tariq Ramadan et qu’Ensemble! ne s’est pas joint au meeting de décembre (qui dénonçait l’État d’urgence) à la bourse du travail de St Denis, suite aux attentats du Bataclan à cause de la présence de Tariq Ramadan3.
Je voudrais rappeler ici, qu’il y a 11 ans, la même Clémentine Autain avait retiré sa signature de l’appel des indigènes de la république. Pourquoi ? Je vous le donne en mille, parce qu’a côté de plusieurs miliers de signataires, il y a avait déjà celle du diabolique Tariq Ramadan.
Alors, j’aimerais simplement dire à Clémentine Autain que si elle partage les convictions de Frédéric Lordon sur le capital et le racisme, elle ferait mieux de se défaire au plus vite de l’étreinte mortelle de Manuel Valls et de sortir par le haut de son piège. Et je vais lui apprendre également que Tariq Ramadan, quelles que soient les critiques qu’elle ou que nous puissions lui faire, fait partie de l’antiracisme politique, par son combat contre l’islamophobie et pour la Palestine. Aussi, je ne peux que lui rappeler une règle d’or en politique. Il faut savoir identifier son ennemi principal et, à l’évidence, Clémentine Autain a du mal à le reconnaître : l’anticapitaliste qu’elle est met à équidistance l’un des plus puissant représentant de l’État bourgeois avec un intellectuel musulman auxquels s’identifient une grande partie des classes populaires non blanches, qui à ma connaissance n’est pas patron d’une entreprise du Cac40. Si Tariq Ramadan fait perdre à Clémentine Autain sa propre grammaire politique, soit il est un diable, soit Clémentine Autain est objectivement complice de la politique de l’État et, en cela, elle renforce la mollesse et l’apathie du mouvement social. Tout cela pour dire qu’au moment où l’on voit au loin – mais pas si loin – poindre le spectre du fascisme, nous sommes à la disposition de Clémentine Autain pour l’aider à reconnaître ses ennemis de classe. Quant à nous, nous serons toujours vigilants pour savoir reconnaitre nos ennemis de race qui par la magie de la politique et de l’amour révolutionnaire se déracialisent quand ils luttent à nos côtés pour devenir des frères et des sœurs en humanité.

Madame La présidente, c’était là ma ligne de défense contre les accusations portées à mon encontre.

Notes :
Thomas Guénolé est un politologue qui a dressé, au cours d’un débat télévisé, un réquisitoire contre l’ouvrage d’Houria Bouteldja, Les Blancs, les Juifs et nous. Voir https://www.youtube.com/watch?v=O5sn-Tbyz_0 [↩]
http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/05/03/nuit-debout-peut-etre-porteur-d-une-transformation-sociale-de-grande-ampleur_4912446_3224.html [↩]
http://gauche.blog.lemonde.fr/2016/05/23/autain-valls-veut-substituer-la-question-de-lidentite-a-la-question-sociale/ Il faut par ailleurs noter que, dans un entretien récent, Clémentine Autain proposait, en tant qu’élue de Sevran, un plan d’action contre le « djihadisme » qui faisait nombre de concessions au consensus anti-terroriste et sécuritaire : « En tant qu’élue de Sevran, je demande que la police dispose des moyens de mener une action de renseignement et d’action sur le terrain pour mettre hors d’état de nuire les recruteurs sectaires et djihadistes et prévenir de nouveaux attentats. Cette action de la police doit aussi permettre de prévenir les trafics en tout genre : je renouvelle notre exigence d’un commissariat de plein exercice à Sevran, un commissariat ouvert 24 heures sur 24, aux effectifs et aux moyens techniques renforcés sur le terrain. Nous n’avons pas besoin de l’état d’urgence permanent mais de justice et d’égalité. Nous n’avons pas besoin que soient surveillées toutes nos libertés mais que les réseaux d’embrigadement soient démantelés par les services de renseignements spécialisés. » [↩]


http://revueperiode.net/pouvoir-politique-et-races-sociales/


MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Mar 7 Juin - 11:34

Ah la belle découverte.....contre-révolutionnaire !! L'hitlérisme n'est plus un produit social et le choix du grand capital face à sa crise irrémédiable pour briser le mouvement ouvrier, non, non, vous n'y êtes pas ! "Il faut aller chercher le petit Hitler qui est en nous" !!!! Tous coupables, la lutte de classe disparaît ( le marxisme aussi par la même occasion), et les grands capitalistes, avec leurs agents, se trouvent dédouanés !

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 7 Juin - 13:29

Kock a écrit:Ah la belle découverte.....contre-révolutionnaire !! L'hitlérisme n'est plus un produit social et le choix du grand capital face à sa crise irrémédiable pour briser le mouvement ouvrier, non, non, vous n'y êtes pas ! "Il faut aller chercher le petit Hitler qui est en nous" !!!! Tous coupables, la lutte de classe disparaît ( le marxisme aussi par la même occasion), et les grands capitalistes, avec leurs agents, se trouvent dédouanés !

Tu connais très approximativement le marxisme mais encore moins Aimé Césaire...

...Oui, il vaudrait la peine d’étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches d’Hitler et de l’hitlérisme et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXe siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’un Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon, que s’il le vitupère c’est par manque de logique, et qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est pas l’humiliation de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, c’est l’humiliation de l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les nègres d’Afrique.
Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme, 1955

Et oui,  il faut aussi chercher le petit macho qui est en nous, le petit raciste, le petit réformiste, le petit bourgeois, ... qui est en nous car le patriarcat, le racisme, l'exploitation, ... sont systémiques. Ce ne sont pas les fanfaronnades et les récitations d'un auto déclaré marxiste qui nous émanciperons de ce travail de réflexion et de remise en question.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  verié2 le Mar 7 Juin - 18:27

MO2014
Et oui,  il faut aussi chercher le petit macho qui est en nous, le petit raciste, le petit réformiste, le petit bourgeois, ... qui est en nous car le patriarcat, le racisme, l'exploitation, ... sont systémiques. Ce ne sont pas les fanfaronnades et les récitations d'un auto déclaré marxiste qui nous émanciperons de ce travail de réflexion et de remise en question.
Il me semble que tu tombes là dans le "psychologisme", à savoir que l'origine des phénomènes sociaux serait à rechercher dans les psychologies individuelles. Même s'il faut tenir compte de ces psychologies, elles ne permettent rien d'expliquer en elles-mêmes. Sinon comment comprendre qu'une population comportant le même pourcentage de machos, de racistes, de gens imprégnés de préjugés religieux soit capable dans une période de se lancer dans l'action révolutionnaire et dans une autre de soutenir un dictateur facho et ses exactions racistes ? En mai 68 par exemple, les gens n'avaient pas moins de préjugés racistes, religieux, sexistes, homophobes etc qu'aujourd'hui, ils en avaient même sans doute davantage. C'est dans la lutte que ces préjugés reculent, par grâce à des introspections pour rechercher le "petit Hitler qui sommeille en nous"...

verié2

Messages : 8494
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 7 Juin - 18:36

verié2 a écrit:
MO2014
Et oui,  il faut aussi chercher le petit macho qui est en nous, le petit raciste, le petit réformiste, le petit bourgeois, ... qui est en nous car le patriarcat, le racisme, l'exploitation, ... sont systémiques. Ce ne sont pas les fanfaronnades et les récitations d'un auto déclaré marxiste qui nous émanciperons de ce travail de réflexion et de remise en question.
Il me semble que tu tombes là dans le "psychologisme", à savoir que l'origine des phénomènes sociaux serait à rechercher dans les psychologies individuelles. Même s'il faut tenir compte de ces psychologies, elles ne permettent rien d'expliquer en elles-mêmes. Sinon comment comprendre qu'une population comportant le même pourcentage de machos, de racistes, de gens imprégnés de préjugés religieux soit capable dans une période de se lancer dans l'action révolutionnaire et dans une autre de soutenir un dictateur facho et ses exactions racistes ? En mai 68 par exemple, les gens n'avaient pas moins de préjugés racistes, religieux, sexistes, homophobes etc qu'aujourd'hui, ils en avaient même sans doute davantage. C'est dans la lutte que ces préjugés reculent, par grâce à des introspections pour rechercher le "petit Hitler qui sommeille en nous"...

Encore un autre qui n'a pas compris Césaire. L'as tu lu au moins ? Je t'encourage à le faire.


Dernière édition par MO2014 le Mar 7 Juin - 20:06, édité 1 fois

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Kock le Mar 7 Juin - 18:50

Quand Césaire dit une connerie, il faut dire "amen" !! Pauvre MO2014 qui a besoin de béquilles pour penser, en plus de façon complètement fausse ! Pour lui, la lutte de classes c'est vraiment secondaire, seule la couleur de peau emporte le morceau !

Kock

Messages : 144
Date d'inscription : 29/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  MO2014 le Mar 7 Juin - 19:53

J'ai précisé que je ne voyais pas de hiérarchies entre lutte des classes, lutte de genre, lutte contre les discriminations raciales, contre l'état colonial, contre l'état de domination de classe... etc. mais plutôt des articulations qu'il est nécessaire d'analyser précisément (voir une contribution d'Houria Boutelja, juste ci-dessus)
Celui qui liait foulard, islam et djiadisme à partir de notions très approximatives du marxisme vient maintenant dénoncer les "conneries" d'un des textes majeurs du grand anti-colonialiste Aimé Césaire.
Je crois qu'il y a une citation d'Audiard qui conviendrait parfaitement à tes "contributions" dans ce fil.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indigènes de la République

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 22 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21, 22  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum