Islamophobie

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  MO2014 le Ven 27 Jan - 16:18

Au Figaro : un article acheté, un torchon offert
par Julien Salingue, vendredi 27 janvier 2017

Déshumanisation, sexisme et islamophobie.

Dans son édition du jeudi 26 janvier 2017, Le Figaro relate, sous la plume de Stéphane Durand-Souffland, le procès de l’historien Georges Bensoussan, poursuivi pour « provocation à la haine raciale » suite à des propos tenus le 10 octobre 2015 lors de l’émission « Répliques », diffusée sur France culture et animée par Alain Finkielkraut [1]. Ce procès fait suite à une plainte déposée en 2016, que le parquet a jugée recevable et décidé d’instruire : d’où l’audience du 25 janvier et le « compte-rendu » du Figaro qui a suivi.

Parmi les parties civiles, on trouve notamment SOS-Racisme, le MRAP, la LDH, la Licra et le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), dont la présence semble avoir particulièrement intéressé Le Figaro, qui lui a notamment fait les « honneurs » de la titraille :



Le CCIF était appelé à témoigner à la barre [2], en la personne de Lila Charef, avocate et responsable juridique du collectif. Des qualités dont les lecteurs du Figaro ne seront pas informés, pas plus que du nom de Lila Charef d’ailleurs, puisque le plumitif du quotidien de Serge Dassault a estimé plus pertinent, pour introduire la jeune femme, de nous parler de… sa tenue vestimentaire :

   La représentante du CCIF est coiffée d’un voile rose et fleuri, mais cette militante n’apprécie pas les questions, excellentes au demeurant, de la présidente.

Peu nous importe ici de savoir si les questions de la présidente étaient ou non « excellentes ». Mais Lila Charef est à ce point anonyme qu’elle est d’emblée réduite au voile qu’elle porte. Qui plus est, elle est « coiffée d’un voile rose et fleuri, MAIS… » Mais quoi ? «  Mais » c’est une « militante » qui de surcroît « n’apprécie pas les questions ». Que comprendre, sinon que, selon le journaliste – qui n’est bien sûr pas un militant –, les couleurs chatoyantes du voile de la responsable juridique du CCIF servent à faire diversion pour dissimuler ses opinions « militantes » et, comme on l’apprendra quelques lignes plus loin, son « insolence » ? En résumé : un voile suspect, une jeune femme suspecte. CQFD. « Mais » après tout il ne s’agit sans doute là que d’une opinion figaresque…

Le pire est, malheureusement, à venir. En effet, Stéphane Durand-Souffland ne s’arrête pas en si bon chemin, puisque quelques lignes plus bas, Lila Charef devient tout simplement… un voile :

   « Il me semble que nous sommes au procès de Georges Bensoussan », esquive insolemment le voile fleuri.

Ou comment réduire une femme à un de ses vêtements… Et ce n’est pas fini :

   « Je suis ici en tant que partie civile, je ne voudrais pas que les rôles soient inversés », insiste le voile.

Que dire devant une telle ignominie, qui concentre sexisme, islamophobie et déshumanisation ? Si un prix de l’abjection journalistique était décerné, nul doute que le chroniqueur judiciaire du Figaro aurait de bonnes chances de l’emporter…

On ne sera pas étonné que l’article soit particulièrement complaisant à l’égard de Georges Bensoussan qui, apprend-on, « maintient ses propos et s’en explique posément », d’après un journaliste qui s’inquiète en fin d’article, à la lumière de ce procès, de « l’avenir du débat intellectuel autour d’un sujet brûlant ». Ainsi, pour Le Figaro, prétendre que dans les « familles arabes » l’antisémitisme serait « atavique » – c’est-à-dire héréditaire – fait partie du « débat intellectuel ». À ce compte-là, on comprend que Stéphane Durand-Souffland puisse estimer que ses saillies sexistes et islamophobes sont une forme de « journalisme », et que la direction de la rédaction du journal soit convaincue qu’une telle prose constitue un respectable « article de presse ».

PS : l'article du Figaro en pdf http://www.acrimed.org/IMG/pdf/figarobensoussanccif.pdf
http://www.acrimed.org/Au-Figaro-un-article-achete-un-torchon-offert

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  yasujiro le Ven 27 Jan - 22:51

Indymedia Nantes : Le racisme décontracté de lutte Ouvrière

https://nantes.indymedia.org/other_medias/36724

De tous les trucs islamophobes, puants, en plus d’être stupides, que j’ai déjà lus de la part de l’extrême gauche, je crois que le texte de Lutte Ouvrière (LO) intitulé « le piège de la lutte contre l’islamophobie » se place très largement dans le cortège de tête (et pourtant il y a du niveau à l’extrême gauche). Ce n’est pas une surprise, surtout avec LO, et ça montre bien que ça ne s’arrange pas :

http://donotlinkfb.com/78o6


En plus des raccourcis, des mensonges, des raisonnements bidons, ainsi que les sempiternelles polémiques sur l’usage du mot « race » (syndrome gauchiste du disque rayé), voici les deux passages qui selon moi valent de l’or :

« Mais nous estimons que c’est notre rôle, en tant que communistes, de dénoncer l’emprise de la religion musulmane sur la jeunesse d’origine immigrée ; de nous battre, de militer pour essayer d’arracher celle-ci au « brouillard de la religion », comme écrivait Marx, pour lui ouvrir les yeux, lui faire comprendre que son émancipation ne se fera pas par la soumission à des principes religieux d’un autre âge, mais dans l’union de classe avec le reste du prolétariat. »

« Dans ce combat, il est indispensable de gagner au communisme des jeunes travailleurs issus de l’immigration, non pas en encourageant leurs préjugés religieux mais en en faisant des révolutionnaires, c’est-à-dire des athées, capables de contrebalancer dans leur propre milieu les idées propagées par les ennemis du mouvement ouvrier. »

Merci, Lutte Ouvrière, d’assumer ce que vous êtes avec ce passage que je viens de citer : des assimilationnistes (de gauche), des civilisateurs (de gauche) sûrs d’avoir pour mission de « transformer » les travailleurs issus de l’immigration en « révolutionnaires », c’est-à-dire en « athées ». Les uns veulent christianiser (droite), les autres, ici communistes, veulent séculariser et rendre athées. Je suis presque heureux que cette version assimilationniste et colonialiste de gauche soit poussée à s’assumer avec une telle décomplexion face à la structuration toujours plus grande du mouvement antiraciste autonome. Et sur ce point, ça ne se limite pas à LO, et c’est justement ça le problème. Car LO, encore, on pourrait ignorer... Mais c’est toute une extrême gauche aux abois qui est forcée de prendre position et de publier (de la merde, certes) sur un sujet dont elle voudrait pourtant qu’on reconnaisse le caractère secondaire. Et rien que pour ça on a gagné : le sujet devient incontournable, tout le monde doit se positionner, plus souvent, ou de façon plus affirmée (et donc plus raciste).

Ici, dans cet exemple, ils écrivent sans aucune honte qu’ils doivent transformer et rendre athées des populations. Le « nous » ici est évidemment implicitement communiste, blanc, européen. C’est ce « nous » blanc qui a la mission de « transformer » ces « eux » trop réactionnaires, remplis de préjugés religieux, incapables de révolution et qu’il faut « arracher » à sa barbarie culturelle et religieuse « d’un autre âge ». (Comment pensent-ils pouvoir recruter politiquement des gens en balançant ça, au fait ?!) Prenons la mesure de la violence symbolique du propos. Il symbolise le rapport de pouvoir entre gauches et immigration, à l’avantage des premiers. Mais bon, ça prouve à quel point ils sont aux abois, incapables qu’ils sont de mobiliser le prolétariat post-colonial, c’est-à-dire le plus fragilisé, le plus vulnérable. Et, plutôt que d’être poussés à l’introspection face à cet échec, ils préfèrent enrager et se trouver des excuses (racistes) que l’on peut résumer comme suit : les racisés sont réactionnaires, parce que particulièrement religieux, raison pour laquelle ils ne nous rejoignent pas (alors qu’on possède la Vérité, et les seules voies possibles d’émancipation, of course). Il faut donc s’atteler à les libérer de ces religion et culture qui entravent leur marche vers le progrès.

LOL

yasujiro

Messages : 20
Date d'inscription : 08/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Sam 28 Jan - 10:29

Inutile de pousser la caricature comme le fait ce texte, notamment en traitant LO de colonialistes. Les conceptions de LO sont tout simplement celles de l'anticléricalisme anarchiste et radical socialiste du 19ème siècle, c'est à dire des conceptions idéalistes, qu'ils confondent avec le marxisme. Les citations glanées dans des écrits de Marx, Lénine etc, sans jamais tenir compte du contexte, à la manière des potaches qui cherchent à nourrir leurs dissertations dans l'espoir d'épater les profs, n'y changent rien.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  MO2014 le Sam 28 Jan - 11:11

Une réponse du CCIF à Manuel Valls.


Par : Ccif | 27/01/17
Les mensonges de Manuel Valls : l'arroseur arrosé

Quand un homme politique est à court d’arguments, quand il n’est pas capable de mobiliser des soutiens par la qualité de ses idées, quand il n’a au bout du compte plus rien à perdre, il est prêt à tout, même s’il s’agit pour cela de détruire sa famille politique et d’antagoniser le pays.

C’est très précisément ce que Manuel Valls aura fait, de toutes ses forces, pendant cette campagne pour les primaires socialistes.

Au cœur de sa stratégie pour le deuxième tour : un procédé qui consiste à « islamiser » son adversaire, en espérant le démonétiser auprès d’un électorat que l’on voudrait réceptif à des questions identitaires et islamophobes.

Ainsi, Manuel Valls et ses soutiens auront utilisé les mêmes techniques que la fachosphère et la droite identitaire, qui d’Ali Juppé à Farid Fillon en passant par Djamel Macron, n’auront pas ménagé leurs efforts pour rendre le climat électoral irrespirable.

Car les plus zélés soutiens de Manuel Valls sont caractérisés par un paradoxe politique coupable et consternant, s’agissant de leurs liens idéologiques inavoués avec l’extrême droite qu’ils disent combattre, spécifiquement sur les questions liées à l’islam et aux musulman-e-s :

Une divergence subjective, dans les discours et prétentions affichées, mais une convergence objective, dans les moyens utilisés comme dans les cibles visées. Une étude des intéractions entre la fachosphère et la vallsosphère, notamment sur les réseaux sociaux, serait de ce point de vue édifiante.

En ligne de mire, le CCIF, dont Manuel Valls a fait sa bête noire depuis son accession à des responsabilités ministérielles, au point d’intervenir personnellement pour essayer d’entraver le travail de notre association par tous les moyens à sa disposition.

Et d’attaquer son adversaire au deuxième tour des primaires socialistes, Benoît Hamon, en utilisant d’un procédé de disqualification par capillarité digne d’un état d’inquisition. Voici le « raisonnement » utilisé :

Benoît Hamon a pour porte-parole Alexis Bachelay.
Alexis Bachelay a participé à des évènements avec le CCIF et dénoncé l’islamophobie.
Le CCIF maintient des liens et de respect et d’indépendance avec toutes les associations, notamment musulmanes.

Parmi lesdites associations, certaines ne conviennent pas à Manuel Valls…

Par conséquent, toutes les personnes précitées sont coupables de complaisance vis-à-vis de l’islam radical et/ou (c’est selon l’humeur de M. Valls) de l’islam politique.

Il s’agit aussi au passage d’ostraciser le CCIF, puisque malgré tous les moyens et le zèle déployés par Manuel Valls et son équipe, notre association n’a fait que se renforcer et gagner en efficacité et en soutiens durant les dernières années.

Le problème, c’est qu’avec le même procédé, Manuel Valls devrait se disqualifier lui-même. En effet :

Manuel Valls a pour porte-parole Christophe Caresche.
Christophe Caresche a reçu, en avril 2013, des membres du CCIF pour leur faire part de son indignation face à l’islamophobie.
Le même mois, Christophe Caresche avait publié une tribune dans Libération, excellente au demeurant, pour fustiger le dévoiement de la laïcité dont Manuel Valls se rendait déjà coupable, dénonçant dans la chasse au voile une « obsession française »…

Tant qu’on y est, il faudrait aussi disqualifier le parti socialiste, dont le premier secrétaire JC Cambadélis a reçu le CCIF et pris, à plusieurs reprises, des positions claires contre l’islamophobie.

Il faudrait aussi bannir Corinne Narassaguin, porte-parole du Parti Socialiste, qui avait participé au dîner annuel du CCIF, pour représenter son parti.

N’oublions pas non plus de démanteler l’ONU et de bannir tous les membres du gouvernement et leurs équipes, qui sont en contact régulier avec le CCIF, pour avancer concrètement sur des dossiers d’islamophobie.

Par cohérence avec lui-même, Manuel Valls devrait donc s’exclure lui-même de Manuel Valls, victime par capillarité des méthodes de diabolisation qu’il voudrait appliquer à d’autres.

À ce jeu-là, il faudrait exclure nos parents, nos voisins, nos collègues. Et leurs amis aussi, de sorte que plus personne n’ait de lien avec personne, complaisants qu’ils sont tous avec « l’islam politique » que Manuel Valls agite, incapable de fournir le moindre élément objectif pour mettre en cause l’intégrité du CCIF et de ses soutiens. Car pour lui, tout-e musulman-e qui s’exprime dans l’espace public est l’islam politique.

On voit bien la mécanique de conspiration qui se trame dans les discours de Manuel Valls et de ses soutiens, jugeant comme coupable et suspecte toute personne qui ne serait pas alignée idéologiquement sur leurs positions, prêtant aux musulman-e-s, notamment celles et ceux ayant accès à la parole publique, une volonté cachée de conquête, d’entrisme et d’infiltration. C’est le « complot musulman », le « grand remplacement », euphémisés pour les rendre audibles à une sphère politique se revendiquant de « gauche républicaine » mais partageant les mêmes ressorts idéologiques que l’extrême droite qu’ils disent combattre… en reprenant ses thèmes de campagne.

Il faut sérieusement mépriser son peuple pour être prêt à le diviser et à le monter contre lui-même, par seul attrait du pouvoir, quitte à pratiquer la politique de la terre brûlée.

Manuel Valls en fait la démonstration. Jusqu’à dimanche, au moins.
http://www.islamophobie.net/articles/2017/01/27/les-mensonges-de-manuel-valls-larroseur-arrose

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  MO2014 le Sam 28 Jan - 11:34

Ouf, Valls va dégager demain !
Manuel Valls, Caroline Fourest et les «islamo-gauchistes»
27 janvier 2017 Par Mathieu Magnaudeix, Mediapart

Le député Philippe Doucet (PS) est un garçon brut de décoffrage. Pas la langue dans sa poche, le genre qui bastonne. Jeudi soir, quelques minutes avant que Manuel Valls ne prenne la parole devant 600 supporteurs dans un gymnase d'Alfortville (Val-de-Marne) pour son dernier meeting, il analysait déjà les raisons d'une défaite qui n'a pas encore eu lieu.

À l’écouter, c’est la faute à François Hollande – « le mec, il a rien vendu, pas raconté d'histoire sur son quinquennat, c'était trop enkysté pour retourner ça ». La faute à cette primaire express – « Hamon a eu deux ans pour se préparer, Valls cinq mois pour réfléchir et six semaines de campagne ». La faute aux zigzags sur le 49-3 : « Dans la période de fous où on est, les gens veulent des élus qui ne bougent pas, des mecs en béton. »

Philippe Doucet dit quand même que « rien n’est joué ». Comme lui, la plupart des soutiens de Manuel Valls s’attendent pourtant, sauf très grande surprise, à une défaite dimanche face à Benoît Hamon. Si tel est le cas, l’ancien premier ministre rejoindra le trio des dirigeants écartés en moins de deux mois de la course à la présidentielle : l’ancien président Nicolas Sarkozy, débranché au premier tour de la primaire de la droite ; son successeur, François Hollande, qui a renoncé à se représenter ; l’ancien premier ministre Alain Juppé, distancé par François Fillon dans la course à la présidentielle.

Dans son discours, Manuel Valls lui-même a évoqué sa possible défaite. « J’ai du mal à vous quitter. » Il a tenté un dernier appel à la mobilisation « Ne vous faites pas voler votre victoire, je ne veux pas que lundi il y ait la gueule de bois. » Il a rappelé ses fondamentaux : une « société du travail », l’« autorité », la « gauche patriotique, républicaine » qu’il affirme incarner.

Jeudi 26 janvier, Manuel Valls clôt son dernier meeting de la campagne à Alfortville. © Reuters Jeudi 26 janvier, Manuel Valls clôt son dernier meeting de la campagne à Alfortville. © Reuters
À la fin de son discours, Manuel Valls a aussi félicité quelques compagnons de route. Un étrange quatuor. « Ma laïcité, c’est celle de Caroline Fourest, d’Élisabeth Badinter, de Mohamed Sifaoui, de Malek Boutih », a-t-il lancé, très applaudi par un public acquis. A priori, rien d’étonnant : pour un dernier meeting de campagne, il est de coutume de saluer ses amis. Sauf que ceux-là n’ont rien de consensuel. Ils représentent un pan d’une gauche républicaine, laïciste, aux accents identitaires, où la question de la justice sociale est, au fil des ans, devenue secondaire.

Lire aussi

Enquête sur Tariq Ramadan Par christophe Gueugneau
Hamon-Valls: l’éclatement final de la deuxième gauche Par Fabien Escalona
Dossier: la primaire du PS Par La rédaction de Mediapart

Comme leur champion Manuel Valls, ils clivent – comme lui, cela constitue leur fonds de commerce. Depuis le 11 septembre, depuis la loi contre les signes religieux à l’école de 2004, et encore plus depuis les attentats terroristes qui ont meurtri la France, ils se posent en remparts d’une « gauche laïque » assiégée par les « islamistes ». Au nom de la lutte contre l’extrême droite et les religieux ultraconservateurs, ils fustigent le « communautarisme », l’influence des « Frères musulmans » et les « idiots utiles » de l’intégrisme. Ils dénoncent la « culpabilité coloniale » d’une gauche antiraciste, décrite en complice objective, voire consentante, des terroristes. Ils refusent d’évoquer l' islamophobie, terme du dictionnaire qui désigne l’hostilité contre les citoyens de religion ou de culture musulmane – et pas juste celle de l’islam.

Ils font du voile un emblème politique, en feignant de ne pas saisir qu’il peut être porté pour des raisons très différentes. Défenseurs autoproclamés de l’« universalisme » des Lumières, ils fustigent les erreurs coupables d’une gauche aveuglée, disent-ils, par le relativisme, la rhétorique minoritaire et le récit multiculturaliste. Au nom de la lutte contre l’antisémitisme, ils critiquent, à raison, l’importation du conflit israélo-palestinien en France, mais il leur arrive de décrire les quartiers populaires comme de petits Gaza. Bien qu’ils s’en défendent, ils ont érigé la laïcité en nouvelle religion.

On passera vite sur Mohamed Sifaoui, dont on se demande encore comment il a atterri dans un discours de candidat à la présidentielle. Autoproclamé « journaliste d’investigation » et spécialiste du djihadisme – il s'apprête à publier un livre intitulé Manuel Valls contre la gauche la plus bête du monde –, Sifaoui est moins connu pour le sérieux de son travail que pour ses fausses pistes et ses remarques douteuses. Un jour, il prétend connaître l'endroit où se trouve le corps d'Estelle Mouzin, fillette disparue en 2003 à Guermantes. Un autre, il s’en prend sur France 2 à Latifa Ibn Ziaten, la mère d’un des militaires tués par Mohamed Merah parce qu’elle porte le voile, vêtement qu’il a encore il y a peu qualifié de « serpillière ».

Lire aussi

Enquête sur Tariq Ramadan Par christophe Gueugneau
Hamon-Valls: l’éclatement final de la deuxième gauche Par Fabien Escalona
Dossier: la primaire du PS Par La rédaction de Mediapart

Féministe, militante pro-Pacs à la fin des années 1990, ancienne de Charlie Hebdo, Caroline Fourest est autrement plus influente auprès de Valls. Elle l’a d’ailleurs ouvertement soutenu lors de la primaire, a accumulé les interventions médiatiques et s’est même fendu d’un billet féroce contre Benoît Hamon.

Fourest fait partie des éditorialistes qui, depuis quinze ans et à des degrés divers, ont contribué à faire de l’islam la grande conversation française. Connue depuis sa biographie controversée de Tariq Ramadan en 2004, un livre dans lequel elle dépeint, avec beaucoup d'insinuations mais pas de preuves, le prédicateur influent dans les banlieues en agent des Frères musulmans (lire notre enquête), elle considère « l’intégrisme musulman » comme plus dangereux que les extrémismes juifs ou catholiques, qualifiés de « plutôt folkloriques » dans son ouvrage, Tirs croisés (2003). Dans La Tentation obscurantiste, paru deux ans plus tard, elle appelle à un « affrontement idéologique fratricide avec la gauche confuse et sa tentation obscurantiste », « prête à fournir les commissaires politiques et les petits soldats qui manquent aux intégristes ».

Elle fustige depuis lors « les rouges-bruns » et les « islamo-gauchistes ». À ce titre, cette très proche de Manuel Valls apparaît comme la théoricienne des « deux gauches irréconciliables » popularisée il y a un an par son ami Manuel Valls : une formule qui désignait les clivages entre des lignes politiques et économiques différentes, mais traçait aussi une frontière avec « ceux qui font des meetings avec Tariq Ramadan », avait expliqué le premier ministre.
« Choix entre les valeurs républicaines et le communautarisme »

Caroline Fourest se défend régulièrement de tout racisme anti-musulman. Mais à force d'accumuler les approximations et de qualifier d'« islamistes » aussi bien des associations musulmanes impliquées en politique que des terroristes, elle fait partie des voix qui ont opéré en France « un glissement constant dans le discours politique, à la télévision et dans la presse écrite entre des termes comme islam, islamisme et intégrisme », écrit la chercheuse américaine Mayanthi Fernando dans The Republic Unsettled, une somme sur les crises de la laïcité française, publiée aux États-Unis en 2014.

Fourest, Sifaoui, la philosophe Élisabeth Badinter, qui n'a pas « peur de se faire traiter d'islamophobe » et affirme qu’« en dehors du FN, plus personne ne défend la laïcité »… C’est dans leur sillage que Manuel Valls, distancé par Benoît Hamon dimanche 22 janvier, a explicitement choisi de placer sa campagne de l’entre-deux-tours.

« Une nouvelle campagne s’ouvre », avait-il promis la semaine dernière. Il a tenu ses promesses. À sa façon. Dans un bel élan collectif, ses soutiens ont tout fait pour dépeindre Benoît Hamon, le député de Trappes (Yvelines), en complice naïf de l’intégrisme musulman. Ancien président de SOS-Racisme et spécimen de néoconservateur peu commun dans la vie politique française, le député (PS) Malek Boutih l’a accusé de « dérive identitaire », notamment pour ses propos après un reportage de France 2 sur l'absence des femmes dans un café de Sevran (regarder ici notre débat) fréquenté en majorité par des musulmans.

« Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste et fait un appel du pied électoral, a-t-il dit. C’est une stratégie d’attrape-tout. Pour obtenir un vote, tout est valable. C’est le pire des discours possibles, un discours de faiblesse. » « Sa théorie est claire : il est normal qu’il y ait du communautarisme car les musulmans sont maltraités. Il justifie des comportements sexistes, mais aussi une montée de la radicalité. »

Théoricien de l’insécurité culturelle et initiateur du « Printemps républicain », l’universitaire socialiste Laurent Bouvet a dépeint Hamon en symptôme du « crépuscule de la gauche républicaine ». Sur Facebook, Sébastien Gros, l’ancien chef de cabinet de Valls à Matignon, a résumé le second tour en « choix entre les valeurs républicaines et le communautarisme ». Dans Libération, un ministre vallsiste anonyme a été jusqu'à dépeindre Benoît Hamon en « candidat des Frères musulmans ».

Manuel Valls lui-même a dénoncé chez son adversaire des « accommodements » et des propos « ambigus ». Lors du débat de l’entre-deux-tours, il a reproché au porte-parole de Benoît Hamon, Alexis Bachelay, d’avoir participé début 2016 à Gennevilliers à une réunion avec le Collectif contre l’islamophobie (CCIF) et d’avoir alors plaidé « contre l’idée même d’état d’urgence ». Cette réunion, il se trouve que j’y ai assisté pour Mediapart (on peut en lire le compte-rendu ici). Elle était ouverte à tous, j’étais le seul journaliste. Je n’y ai entendu aucun propos honteux, discriminatoire, antisémite, que sais-je. J’y ai en revanche entendu des citoyens, la plupart de culture ou de religion musulmane, raconter leurs déceptions envers le gouvernement Valls.

Au meeting de Manuel Valls, jeudi soir, Philippe Doucet justifiait le tour étrange pris cette semaine par la campagne. Panique à l’idée de perdre ? Pas du tout. Il paraît que c'était une stratégie calculée. « Il fallait bien vous occuper, les journalistes, on sait comment vous fonctionnez. Si on n’avait pas fait ça, vous ne vous seriez pas intéressé à ce second tour. »

Dit-il vrai ? C’est possible. Après tout, du point de vue de la communication, la campagne de Manuel Valls fut de A à Z une authentique catastrophe – elle est chaperonnée par son ami Stéphane Fouks, vice-président de Havas (ex-Euro RCSG), expert incontesté en campagnes politiques ratées, à commencer par celles de Dominique Strauss-Kahn.

Pourtant, cette semaine, il s’est joué en réalité quelque chose de plus profond. Depuis deux ans et demi, dès qu’il s’est retrouvé en difficulté politique, dès qu’il a voulu marquer son terrain face à François Hollande, Manuel Valls a enfourché le cheval d’une vision maximaliste de la laïcité, en disant son accord avec une loi sur le voile à l’université – qu’il savait impossible – ou en donnant raison cet été aux maires, la plupart de droite dure, ayant signé des arrêtés anti-burkinis. Il a voulu la tête du président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco, coupable d’avoir signé une tribune après les attentats de Paris, également signée par de nombreuses personnalités, mais aussi par le CCIF ou le rappeur Médine. Dans la dernière ligne droite, Manuel Valls a tenté le coup une fois de plus. Peut-être la fois de trop. Peut-être la dernière.

Jeudi soir, alors que Manuel Valls avait déjà terminé de parler, le public de Benoît Hamon réuni dans une autre ville de banlieue parisienne, Montreuil (Seine-Saint-Denis), a ironiquement scandé « Bilal président ! », le prénom arabe donné à Hamon par la fachosphère. « Me voilà donc aux yeux des racistes, des xénophobes, rebaptisé d’un très joli prénom à mes yeux. […] Je suis fier qu’ils m’appellent Bilal. Et je serai fier aussi qu’ils m’appellent Elie, David, peu importe », a répondu Hamon. Deux discours, deux imaginaires, deux visions de la laïcité, deux récits de la société française : c'est aussi l'enjeu du vote de dimanche.

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Duzgun le Sam 28 Jan - 12:29

verié2 a écrit:Inutile de pousser la caricature comme le fait ce texte, notamment en traitant LO de colonialistes. Les conceptions de LO sont tout simplement celles de l'anticléricalisme anarchiste et radical socialiste du 19ème siècle, c'est à dire des conceptions idéalistes, qu'ils confondent avec le marxisme.
Les conceptions radical socialistes sont bel et bien colonialistes, non?

Je ne dirai pas forcément que ce texte de LO est colonialiste, mais paternaliste et raciste par contre...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Sam 28 Jan - 17:00

Duzgun
Les conceptions radical socialistes sont bel et bien colonialistes, non?
Certes, mais il n'y a pas de liens mécaniques, me semble-t-il entre l'anticléricalisme républicain, dirigé au 19ème siècle contre les résidus de l'aristocratie et leurs suppôts ecclésiastiques, et le colonialisme, non ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  yannalan le Sam 28 Jan - 17:06

Quand même, une des raisons avancées par la gauche colonialiste, c'était d'apporter la civilisation aux sauvages fanatiques.

yannalan

Messages : 2073
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Duzgun le Sam 28 Jan - 17:10

verié2 a écrit:
Duzgun
Les conceptions radical socialistes sont bel et bien colonialistes, non?
Certes, mais il n'y a pas de liens mécaniques, me semble-t-il entre l'anticléricalisme républicain, dirigé au 19ème siècle contre les résidus de l'aristocratie et leurs suppôts ecclésiastiques, et le colonialisme, non ?
Non, pas de lien mécanique, tu as tout à fait raison.
Mais au delà de l'anticléricalisme républicain, l'article de LO pue le paternalisme à la limite du racisme quand il prétend par exemple éduquer les jeunes arabes à l'athéisme. Et là on approche de la logique colonialiste, d'accord avec yannalan.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Sam 28 Jan - 17:29

Duzgun
au delà de l'anticléricalisme républicain, l'article de LO pue le paternalisme à la limite du racisme quand il prétend par exemple éduquer les jeunes arabes à l'athéisme
C'est bien évidemment une conception idéaliste, totalement étrangère au marxisme. Mais je crois que c'est surtout une conception d'enseignants investis de la mission d'éduquer leurs élèves - et la jeunesse en général, voire l'ensemble des classes populaires - auxquels il ne vient pas une seconde à l'idée qu'ils pourraient s'éduquer eux aussi à leur contact. Je crains que les enseignants et ex enseignants, qui constituent comme chacun sait une part importante du petit appareil de LO, lesquels ne peuvent échapper à l'influence de leur milieu, ne pèsent assez lourd au sein de cette organisation. Et bien sûr, l'attitude des enseignants face aux élèves jugés les plus ignares est souvent teintée de mépris paternaliste, voire de haine quand, les forte têtes contestent leur savoir et leur position sociale. Du colonialisme ? On peut certes établir un parallèle, mais les militants de LO sont sincèrement anti colonialistes.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Dim 29 Jan - 16:26

L'islamophobie aux Etats unis. En ce moment des dizaines de milliers d'Américains manifestent contre le décret islamophobe de Trump. Nous pouvons êtres fiers de cette réaction de solidarité d'une partie de la population et de la jeunesse américaine. Voilà qui devrait faire réfléchir tous ces ultra laïques bas de front qui se prétendent "de gauche" voire marxistes, mais n'ont qu'une obsession taper sur la religion musulmane.
http://www.liberation.fr/planete/2016/11/06/l-islamophobie-a-toujours-existe-mais-trump-l-a-certainement-normalisee_1526302

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  MO2014 le Lun 30 Jan - 16:15

Le #MuslimBan ne sort pas de nulle part : il s’inscrit pleinement dans la politique internationale US de ces dernières années
Glenn Greenwald / lundi 30 janvier 2017
Journaliste, cofondateur de The Intercept

Il n’en demeure pas moins honteux.
Alors que la résistance s’organise aux États-Unis contre le décret raciste interdisant l’accès au pays aux ressortissants de 7 pays, nous publions une traduction d’un texte de Glenn Greenwald, initialement paru sur le site de The Intercept.


Il n’est pas difficile, pour quiconque a conservé son humanité, de comprendre d’emblée pourquoi la décision de Donald Trump d’interdire l’entrée sur le sol étasunien aux ressortissants de sept pays musulmans est inhumaine, discriminatoire et honteuse. Durant la campagne présidentielle, la cruauté de cette mesure avait même été reconnue par Mike Pence [1] (« offensante et inconstitutionnelle ») et Paul Ryan [2] (violation des « valeurs fondamentales » de l’Amérique), dont la lâcheté et les ambitions empêchent désormais toute réaction.

En août dernier, lorsque Trump a commencé à évoquer ce projet de blocage des musulmans, son propre secrétaire d’État à la Défense, le général James Mattis, déclarait « nous avons perdu foi en la raison », ajoutant : « Ce genre de choses nous cause des dommages immédiats considérables, et cela a des répercussions à l’échelle internationale. »

La seule justification donnée, et ce de manière ostensible, pour expliquer ce décret - à savoir la nécessité de maintenir à distance les musulmans extrémistes - ne tient absolument pas debout. Les pays qui ont produit et soutenu le plus grand nombre de terroristes anti-US - l’Arabie Saoudite, l’Égypte, le Qatar et les Émirats Arabes Unis - ne sont pas inquiétés car les régimes tyranniques qui sont à leurs têtes sont de proches alliés des États-Unis. À l’inverse, les sept pays visés par le décret - Syrie, Irak, Libye, Somalie, Iran, Soudan et Yémen - n’ont rien produit de tel ; comme l’a rappelé l’Institut Cato ce vendredi 27 janvier : « Entre 1975 et 2015, les immigrés de ces 7 pays n’ont tué aucun américain sur le sol étasunien. » Et, d’après une récente étude du Centre de recherche New America, depuis le 11 septembre 2001, les morts provoquées par l’extrême-droite étasunienne dépassent largement celles causées par des extrémistes musulmans.

Vendredi soir, alors qu’il était l’invité d’une radio chrétienne, Trump a promis de donner la priorité aux réfugiés chrétiens sur tous les autres. C’est un sacrilège ; l’idée-même de déterminer qui mérite d’être accueilli aux États-Unis sur la base de la croyance religieuse est de l’intolérance à l’état pur. Au-delà de la dimension morale, dans un pays où le « libre exercice de la religion » est un principe fondateur, cette mesure est aussi certainement inconstitutionnelle. Dans l’édition du New York Times du jour, David Bier, analyste pour l’institut Cato, explique d’ailleurs précisément en quoi ce décret est illégal.

Le pire étant que le gouvernement des États-Unis a joué un rôle central dans les horreurs que nombre des personnes désormais interdites d’entrée dans ce pays ont fui. La rumeur selon laquelle Trump protégerait les pays avec lesquels il fait affaire est absurde. En réalité, cette liste n’est que le reflet de politiques de longue date visant précisément ces sept États. Obama avait déjà restreint les droits de visa pour ces mêmes ressortissants et, bien avant l’arrivée de Trump au pouvoir, les régimes de Riyad et du Caire jouissaient déjà d’une protection spéciale.

Au-delà du soutien étasunien aux pires régimes du monde, ce sont, en premier lieu, les agressions menées par les États-Unis qui structurent la liste de Trump. De fait, sur les 7 pays à majorité musulmane, cinq ont été bombardés par Obama et deux (l’Iran et le Soudan) ont été lourdement sanctionnés et pénalisés. Ainsi, Trump interdit l’entrée sur le sol américain à des migrants venant de pays que le gouvernement étasunien a lui-même contribué à déstabiliser ou à détruire et ce, aussi bien sous les Républicains que sous les Démocrates. C’est ce paradoxe qu’a souligné, avec une candeur pour le moins surprenante, le sénateur démocrate Chris Murphy :

Traduction : « Nous bombardons votre pays, créant ainsi un cauchemar humanitaire, puis nous vous enfermons à l’intérieur. C’est une film d’horreur, pas de la politique internationale. »

Il est essentiel d’appréhender et de lutter contre l’extrémisme de Trump et ses spécificités, mais il faut aussi reconnaître qu’une part essentielle de ces abus trouve ses racines dans des terreaux politiques et culturels dont l’existence le précède de longue date. Les histoires d’horreur de l’immigration — y compris celles de familles déchirées — ne datent pas d’hier. ABC News le relevait en août dernier, « l’administration Obama a expulsé plus de personnes que toute autre administration dans l’Histoire. En fait, le nombre d’expulsions sous son gouvernement dépasse la somme de toutes celles ayant eu lieu sous les présidents du 20e siècle. »

Et la raison pour laquelle Trump peut aussi facilement puiser dans le réservoir de l’islamophobie est que les sentiments anti-musulmans ont servi de carburant à la guerre contre le terrorisme pendant plus de 16 ans. Qu’elles se situent au centre-gauche ou à droite, il existe des factions dont l’objectif principal consiste à démoniser les Musulman-e-s et l’islam. Un gouvernement peut ainsi se permettre de bombarder, envahir et espionner le même groupe de personnes pendant plus de 15 ans en s’appuyant simplement sur la diabolisation et la déshumanisation constantes de ce groupe et en jouant sur les peurs ; ce qui est précisément ce que les États-Unis ont fait sous les deux dernières administrations. Les gouvernements de Bush et d’Obama ont accompagné une toute nouvelle (et plutôt extrême) phase de violation des libertés et des droits, ciblant principalement, si ce n’est exclusivement les musulmans.

Trump ne sort pas de nulle part. Il est la conséquence logique, et la plus grotesque, d’une variété de phénomènes dont nous avons permis la prolifération : une guerre interminable, une présidence quasi omnipotente, des pouvoirs de guerre illimités allant de l’espionnage à l’emprisonnement arbitraire en passant par la torture et les assassinats, l’érosion continue des libertés publiques au nom de garanties illusoires de sécurité, et la diabolisation incessante des musulmans présentés comme des Autres effrayants, primitifs et particulièrement violents.

Un pays qui s’engage dans une guerre sans fin contre plusieurs autres États provoque non seulement les morts de millions de personnes mais détruit aussi sa propre population. Trump est le fruit pourri qui a inévitablement germé à partir de ces racines fétides.

Trump n’est pas un produit russe, ou italien, ou sud-américain : c’est un phénomène typiquement et totalement étasunien. Il est le visage, sans doute le plus extrême, de la guerre contre le terrorisme et de la dérive nationale post-2008 vers l’oligarchie. Prétendre que Trump est une sorte d’aberration magistrale, un abandon radical de l’Histoire américaine et de ses valeurs, est une manière trompeuse d’essayer de nous blanchir, de nous dédouaner de ce que nous avons collectivement approuvé et permis.

Ainsi avons-nous vu et entendu, la semaine dernière, de nombreuses personnes prétendre être choquées des projets de Trump en matière de développement de prisons secrètes, de recours à la torture ou à la pratique pourtant illégale d’extradition de prisonniers, alors même qu’elles ont été parmi les premières à défendre ces mesures, à les mettre en place ou à protéger ceux qui le faisaient de poursuites pénales. Dénoncer et s’opposer à Trump ne devrait pas servir à cacher nos récents péchés ou à dissimuler ces graines plantées avant lui et qui lui ont permis de germer. S’opposer aux attaques de Trump contre les libertés fondamentales requiert une compréhension claire du cadre qui lui a permis d’émerger.

Mais ce bannissement des musulmans — parce que, dans les faits et dans l’intention, c’est ce dont il s’agit — n’en revêt pas moins des différences notables en termes de degrés, certes mais aussi de nature. Malgré tout ce qui a pu précéder l’adoption de cette mesure, on ne peut nier que Trump entraîne désormais les États-Unis vers un terrain sombre et particulièrement oppressant qui marque une nouvelle étape par rapport à ce que les précédents présidents ont introduit, au nom de la protection contre les musulmans. Une codification formelle de cette islamophobie est intrinsèquement dangereuse car susceptible de développer davantage encore les préjugés de millions d’Américains contre des Musulmans qu’ils imaginent violents et dangereux.

Au-delà de ces risques, les horreurs humanitaires produites instantanément par le décret de Trump sont inestimables. Cette mesure va, de toute évidence, condamner à mort ces ’innombrables réfugiés de guerre qui ont fui les ravages que les États-Unis ont eux-mêmes contribué à provoquer et qui sont désormais privés d’accès à la terre d’accueil étasunienne. Les parallèles avec la manière dont les réfugiés Juifs fuyant la persécution nazie ont été traités dans les années 30 et 40 sont manifestes. Créé il y a peu, le compte Twitter @Stl_Manifest rappelle le parcours de ces Juifs dont les bateaux ont été bloqués par l’administration Roosevelt en 1939, alors qu’ils tentaient d’échapper aux nazis, et qui ont fini par trouver la mort à Auschwitz ou dans d’autres camps.

Comme l’a démontré mon collègue Lee Fang en 2015, la rhétorique dominante sur les réfugiés musulmans est identique à celle qui fut utilisée pour diaboliser les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Un exemple parmi d’autres : en 2015, un dessin publié dans le Daily Mail présentait les réfugiés Musulmans comme des rats (première image ci-dessous), faisant ainsi parfaitement écho à une caricature parue en 1939, dans un journal viennois, et représentant les Juifs de la même façon (deuxième image ci-dessous) :


The Daily Mail, 2015.


Das Kleine Blatt, 1939.

Mais comme je l’ai déjà dit, ce sont souvent les injustices les plus concrètes et les moins dramatiques qui résonnent quand il s’agit de violations des libertés publiques. Cet article de McClatchy, publié ce vendredi 27 janvier, en est un exemple parmi d’autres. Il raconte l’histoire de Murtadha Al-Tameemi, un jeune d’origine irakienne, travaillant comme développeur pour Facebook, qui a dû quitter le Canada où il rendait visite à sa famille, et revenir d’urgence aux États-Unis avant que le décret n’entre en vigueur. Craignant (à juste titre) de ne plus pouvoir rentrer chez lui s’il partait quelques jours, il ne retournera certainement pas voir ses proches de sitôt. Dans cet article, Al-Tameemi revient en outre sur les horribles abus et injustices auxquels il a longtemps été confronté en tant qu’immigré musulman vivant aux États-Unis ; il doit désormais faire face à une totale et absolue interdiction d’y entrer.

Parallèlement, le New York Daily News rapportait ce matin que de nombreux Musulmans et Arabes, détenant pourtant des visas pour les États-Unis depuis bien longtemps, se sont retrouvés bloqués dans des aéroports et n’ont pu prendre leurs avions. Encore plus significative, quoique plus difficile à quantifier, est la grande peur des Musulmans américains et des immigrés qui s’interrogent sur ce que cette mesure va engendrer, à la fois en termes de normes culturelles et de nouvelles politiques de répression. Et, tout comme les attitudes envers les communautés LGBT étasuniennes ont évolué à mesure que leurs histoires personnelles sont devenues plus connues, les récits d’abus subis par des Musulmans ordinaires, qui voient leurs droits les plus fondamentaux piétinés sans la moindre justification, sont essentiels pour rendre compte de l’injustice de ces politiques.

L’une des plus grandes forces d’opposition à ces abus réside dans le dynamisme, l’indépendance et l’efficacité des organisations de défense des droits civiques des Musulmans américains. La plus grande structure travaillant sur ces questions, le Conseil des Relations Américano-Islamiques (CAIR), a d’ailleurs longtemps été la cible du gouvernement des États-Unis. L’administration Bush n’a pas hésité à qualifier l’association de « co-conspiratrice » dans une affaire de terrorisme, en veillant toutefois à ne pas les accuser officiellement : il s’agissait de salir leur réputation sans leur donner la possibilité de se défendre dans le cadre d’un procès. Et comme indiqué dans un article publié en 2014, le directeur exécutif de l’organisation a été la cible d’une surveillance électronique particulièrement invasive, mise en place par la NSA.

CAIR joue désormais un rôle essentiel dans la défense des Musulmans américains et des immigrés face à ces attaques contre leurs libertés. L’organisation a d’ores et déjà annoncé qu’elle contesterait la constitutionnalité et la légalité de l’interdiction émise par Trump. Les Musulmans, qui n’ont presque aucun autre recours quand leurs droits sont menacés, sont souvent défendus par CAIR ; vu la situation, ils n’auront jamais eu autant besoin d’eux.

Mais depuis longtemps, CAIR est aussi la cible des personnalités et franges islamophobes les plus extrêmes, comme Peter King [3], et celle de conservateurs particulièrement dangereux exerçant aujourd’hui une influence significative sur l’administration Trump. Breitbart, dont l’ancien directeur, Steve Bannon, est désormais l’une des personnalités les plus puissantes de la Maison Blanche, a ainsi longtemps eu le groupe dans le collimateur.

Étant donné la répression que l’organisation a subie de la part d’un pouvoir qui était moins réactionnaire, il y a de grandes chances que CAIR soit durement pris à partie. Le groupe est un véritable rempart, protégeant les Musulmans Américains et immigrés des atteintes à leurs droits et libertés. À ce titre, l’association a besoin et mérite le soutien de toutes celles et ceux qui peuvent aider, cela peut se faire en cliquant sur ce lien (par ailleurs : j’ai eu à plusieurs reprises, l’occasion d’intervenir lors d’événements organisés par CAIR ou certains de leurs partenaires et, dans un esprit de solidarité, je compte y participer davantage encore cette année).

Il arrive souvent que les extrémistes des deux côtés d’un conflit prolongé finissent par mettre en miroir les attributs, la mentalité et les tactiques de l’autre. C’est précisément ce à quoi nous assistons aujourd’hui, alors que les croisés anti-musulmans des États-Unis adoptent les mêmes thèses que Daech et ses alliés, à savoir que l’Occident et les Musulmans sont intrinsèquement et irrémédiablement opposés. Comme l’a expliqué mon collègue, Murtaza Hussain, en 2015, l’objectif stratégique ultime de l’État islamique est d’éliminer la « zone grise » dans laquelle évoluent les Musulmans occidentaux, « générant une hostilité entre les populations musulmanes de l’intérieur et les sociétés dans lesquelles ils vivent » afin de convaincre ces deux groupes sociaux de se faire la guerre au lieu de chercher l’harmonie et l’intégration.

Il est difficile d’imaginer quelque chose qui aille autant dans le sens de l’objectif de Daech, de sa narrative centrale, que ce décret de Trump interdisant l’entrée aux États-Unis de certains musulmans tout en privilégiant l’accueil de réfugiés chrétiens. Il n’est pas impossible en revanche que des mesures bien plus graves soient adoptées. Le risque désormais est que cette interdiction ne constitue qu’un premier pas sur cet abject chemin, pas le dernier. C’est pourquoi il est indispensable que tout soit fait pour dénoncer ces abus, les combattre et les mettre en échec le plus rapidement possible.

Texte publié avec l’aimable autorisation de son auteur.
Traduction : Sihame A., avec l’aide de Lady Teruki et Mohamed B.

[1] Vice-Président des États-Unis

[2] Président de la Chambre des représentants et l’un des chefs de fil du Parti Républicain

[3] Parlementaire, membre du Parti Républicain

http://contre-attaques.org/l-oeil-de/article/il-n-en

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Lun 30 Jan - 16:39

Excellent article !

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  ottokar le Lun 30 Jan - 22:13

verié2 a écrit:Je crains que les enseignants et ex enseignants, qui constituent comme chacun sait une part importante du petit appareil de LO, lesquels ne peuvent échapper à l'influence de leur milieu, ne pèsent assez lourd au sein de cette organisation.
Cela fait plusieurs fois que Vérié fait du simplisme caricatural sur ce point. C'est comme si on disait que le fait d'écrire des romans policiers poussait certains à chercher des coupables et faire de la kremlinologie au petit pied Smile

Ni LO ni Nathalie n'ont l'image d'un parti de profs ou d'une prof qui vient faire des leçons, mais de militants du mouvement ouvrier. LO a d'ailleurs bien d'autres représentants connus, JP Mercier de PSA, Eric Pecqueur de Toyota dans le Nord, Sébastien Benoit dans l'Ouest, cet ouvrier syndicaliste de chantiers de St Nazaire qui n'a pas serré la main de Hollande, etc. Pour le reste, et parce qu'elle milite dans les milieux populaires LO est plus confronté que bien d'autres au danger islamiste et réussit à adopter une attitude clairement antiraciste, sans se couper de travailleurs croyants et sans non plus céder aux pressions des islamistes. La fête de LO draine un public visiblement populaire et de toute origine, il y a même des femmes voilées, auxquelles il ne viendrait à l'idée de personne d'interdire l'entrée ! Et si LO est connue pour être athée, antiraciste, la religion n'est pas l'axe de sa campagne présidentielle, visiblement.

Mais sur le danger des islamistes (ainsi que des racistes, bien entendu) et l'attitude à avoir, on ne se convaincra pas.

ottokar

Messages : 196
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Lun 30 Jan - 23:59

ottokar a écrit:
verié2 a écrit:Je crains que les enseignants et ex enseignants, qui constituent comme chacun sait une part importante du petit appareil de LO, lesquels ne peuvent échapper à l'influence de leur milieu, ne pèsent assez lourd au sein de cette organisation.
Cela fait plusieurs fois que Vérié fait du simplisme caricatural sur ce point.
C'est une hypothèse liée à des souvenirs précis : des enseignants de LO avaient invité à la Fête de LO le réalisateur de La journée de la jupe, Lilienfeld, et se flattaient de faire tourner ce film raciste, islamophobe et sécuritaire dans des établissements scolaires. Que ces enseignants n'aient pas réalisé le caractère de ce film en dit tout de même assez long. Cela dit, il y a sans doute d'autres raisons, à commencer par la tradition anti cléricale/anti religieuse de LO, plus proche de celle des anars du 19ème siècle que de celle des marxistes.

Ni LO ni Nathalie n'ont l'image d'un parti de profs ou d'une prof qui vient faire des leçons, mais de militants du mouvement ouvrier.
L'image de LO ? L'image est une chose. Le fonctionnement interne et les lois sociologiques en sont une autre. Je ne remets pas en cause le travail que fait LO en direction de la classe ouvrière, mais il est difficile d'imaginer que la forte proportion d'enseignants dans la composition de LO ne joue pas un rôle. Du fait des simples lois sociologiques, c'est tout simplement impossible. Dans un groupe de 30 personnes, la composition sociale peut ne jouer aucun rôle dans les positions politiques. Dans une organisation de mille ou deux mille personnes, la présence massive pendant des décennies d'une très forte proportion d'enseignants ne peut pas ne pas avoir de conséquences. Sauf si LO était une secte totalement coupée de la vie sociale, ce qu'elle n'est pas.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Mar 31 Jan - 11:26

Ottokar
il y a même des femmes voilées (à la fête de LO), auxquelles il ne viendrait à l'idée de personne d'interdire l'entrée !
J'ai souvent souligné cela pour montrer les contradictions absurdes dans lesquelles se débat LO, par exemple en refusant de soutenir le droit des mères de famille voilées d'accompagner des sorties scolaires ou le droit d'une salariée de porter un foulard religieux si cela ne nuit pas à son travail (chez Bablyloup par exemple).

Cela-dit, je te signale que des militants de LO ont déclaré qu'ils refusaient de vendre des vignettes de la fête à des personnes portant le foulard islamique.

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Jeu 2 Fév - 13:43


verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Byrrh le Jeu 2 Fév - 14:29

verié2 a écrit:Réponse du NPA à l'article de LO
Nullement. Réponse qui n'engage que ses auteurs, autrement dit Ugo Palheta, Julien Salingue et Christine Poupin.

Byrrh

Messages : 1009
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Jeu 2 Fév - 15:04

Byrrh a écrit:
verié2 a écrit:Réponse du NPA à l'article de LO
Nullement. Réponse qui n'engage que ses auteurs, autrement dit Ugo Palheta, Julien Salingue et Christine Poupin.
OK

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Jeu 2 Fév - 15:20

Dans l'ensemble cette réponse me semble correcte. Mais je suis en désaccord sur quelques points :
-Il n'y a pas de lien mécanique entre le choix de LO de militer prioritairement dans les entreprises et ses positions sur l'islamophobie. Si LO n'a pas les moyens d'être partout à la fois, elle pourrait apporter un soutien de principe aux manifestations contre l'islamophobie, comme elle le fait par exemple pour les migrants ou contre l'homophobie, le sexisme, l'écologie.
-Dire que la religion musulmane subit une discrimination voire une persécution d'Etat me semble excessif.

Mais l'élément essentiel reste que LO s'en prend à ceux qui combattent l'islamophobie et non à l'islamophobie, même si elle reconnait au passage que certaines catégories peuvent se sentir discriminées à juste titre. On peut noter que le dernier numéro de LO compte deux courts articles pour dénoncer les mesures de Trump et l'attentat commis au Canada contre les fidèles d'une mosquée. Le terme "islamophobie" n'apparait pas : ces méfaits sont mis sur le compte du seul "racisme" - ce qui est bien évidemment inexact, car c'est bien la religion musulmane qui est visée. D'ailleurs LO évoque aussi des actes "anti musulmans". Alors, LO est-elle revenue en arrière et a-t-elle décidé de bannir à nouveau le terme "islamophobie" ?

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Byrrh le Jeu 2 Fév - 16:06

verié2 a écrit:Alors, LO est-elle revenue en arrière et a-t-elle décidé de bannir à nouveau le terme "islamophobie" ?

Brève LO du 31/01/2017 :

Tuerie au Québec : les assassins et ceux qui les arment

L'auteur présumé de la tuerie qui a fait six morts et de nombreux blessés dans une mosquée à Québec était connu pour ses positions identitaires et islamophobes. Il faut être déséquilibré pour commettre un tel acte barbare. Mais le climat créé par Trump avec son décret interdisant l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans sur le sol américain ne peut qu'encourager ce genre de geste perpétrés par des fous racistes. Le suspect avait d'ailleurs répercuté les propos de Donald Trump sur les réseaux sociaux.

Trump a présenté ses condoléances au Canada après la tuerie. C'est d'une hypocrisie sans borne tant il en porte une part de responsabilité !

https://www.lutte-ouvriere.org/breves/tuerie-au-quebec-les-assassins-et-ceux-qui-les-arment-76069.html

Byrrh

Messages : 1009
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  verié2 le Jeu 2 Fév - 16:54

Mais je parle du court article du journal LO où il n'est pas question d'islamophobie :


Canada : le racisme tue

Six personnes ont été tuées et huit autres blessées dans l’attaque d’une mosquée au Québec, dimanche 29 janvier. Tous étaient des Canadiens binationaux, algériens, tunisiens, marocains ou guinéens.

Ce soir-là, un homme encagoulé a ouvert le feu sur les participants à la prière. L’agresseur a été arrêté par la police et aussitôt inculpé de meurtre. Il s’agit d’un étudiant connu pour ses idées nationalistes et antiféministes dans son université ainsi que sur les réseaux sociaux. Il y affirmait partager les propos les plus réactionnaires du président américain Donald Trump et se posait en admirateur de Marine Le Pen.

La mosquée avait déjà été la cible de gestes de haine. En juin 2016, une tête de porc y avait été déposée en période de ramadan, accompagnée d’une note « Bon appétit ». Des lettres d’insultes à caractère raciste y avaient également été adressées. Ces actes destinés à faire régner un climat d’insécurité parmi les musulmans se sont finalement conclus par une tuerie. Le Canada compte un peu plus d’un million de musulmans parmi ses 36 millions d’habitants et a par exemple accueilli 40 000 Syriens en un an.

Qu’il s’agisse du geste d’un déséquilibré ou d’un attentat terroriste planifié, ces assassinats montrent en tout cas que les propos d’une Marine Le Pen ou d’un Donald Trump peuvent inspirer des tueurs.
Daniel MESCLA
Je ne crois pas que l'emploi de ces différents termes soit le seul fait du hasard ou de l'inspiration individuelle. D'autant que l'attentat contre la mosquée du Quebec est clairement islamophobe et non raciste proprement dit, sinon au sens large. Or on attendrait d'un article du journal qu'il soit plutôt plus précis qu'une brève. De même, dans un article voisin, Trump est "seulement" qualifié de "provocateur xénophobe", alors que ses mesures sont clairement islamophobes, puisqu'elles ne concernent que des étrangers censés être d'une religion particulière en raison de leur pays d'origine, et non l'ensemble des étrangers. Et elles ont bien été comprises comme telles, puisque, dans toutes les manifs, c'est le "muslim ban" qui est dénoncé.

Ces variations de vocabulaires semblent bien confirmer l'existence de sensibilités différentes au sein de LO, vu l'importance accordée par LO au terme "islamophobie", qualifié successivement d'"invention et arme des mollahs" puis de seulement "ambigu".

verié2

Messages : 8506
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Duzgun le Jeu 2 Fév - 21:41

Byrrh a écrit:
verié2 a écrit:Réponse du NPA à l'article de LO
Nullement. Réponse qui n'engage que ses auteurs, autrement dit Ugo Palheta, Julien Salingue et Christine Poupin.
Tout comme l'article de LO "n'engageait que son auteur"... Mais tu te doutes qu'un article signé par la porte-parole du NPA est un petit peu une réponse du NPA quand même...
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Byrrh le Jeu 2 Fév - 22:26

Duzgun a écrit:
Byrrh a écrit:
verié2 a écrit:Réponse du NPA à l'article de LO
Nullement. Réponse qui n'engage que ses auteurs, autrement dit Ugo Palheta, Julien Salingue et Christine Poupin.
Tout comme l'article de LO "n'engageait que son auteur"... Mais tu te doutes qu'un article signé par la porte-parole du NPA est un petit peu une réponse du NPA quand même...
Poupin fait bien ce qu'elle veut - elle ne s'en prive d'ailleurs pas -, mais elle ne représente à la limite que les secteurs droitiers et opportunistes du NPA. Je connais des dizaines de militants et militantes du NPA qui ne se reconnaissent pas dans cette tribune.

Pour Palheta et Salingue, qui sont les véritables auteurs de ce texte, c'était bien joué d'avoir ajouté la signature d'une "porte-parole". Belle entourloupe, bravo.

Mais pas sûr que tu me dirais que c'est la parole du NPA si je te présentais un texte d'Armelle Pertus, une autre "porte-parole". Celle-ci n'aurait pas mis son nom sous une pareille bouse.

Les opportunistes et les sectaires du NPA aiment baver sur LO, on le sait. Qu'ils aient donc le cran de le faire en représentant leur propre politique lors du prochain débat LO-NPA à Presles ! Laughing

Byrrh

Messages : 1009
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Duzgun le Ven 3 Fév - 0:17

Byrrh a écrit:secteurs droitiers et opportunistes (...) une pareille bouse (...) Les opportunistes et les sectaires
Je n'ai rien à voir avec les courants que tu vises, mais pour autant je ne m'abaisserai pas à discuter avec quelqu'un qui utilise de telles insultes en lieu et place du débat politique.
C'est dommage, je trouvais jusque là que tes interventions sur ce forum étaient souvent pertinentes, mais là tu as visiblement dépassé les limites et pété les plombs. Cela clôt pour moi toute discussion possible. Bonne continuation à toi.
avatar
Duzgun

Messages : 1599
Date d'inscription : 27/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islamophobie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum