anipassion.com

Racisme d'Etat

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  verié2 le Mer 24 Juin - 17:13

C'est clair qu'on peut aller faire le Djihad en Israël au service de Tsahal sans avoir le moindre problème en France, mais que c'est plus risqué d'y aller en Syrie au service des Islamistes... même si Israël soutient certains de ces Islamistes...

verié2

Messages : 8449
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  hadrien le Mer 24 Juin - 17:26

Mais bon si tu es content du gouvernement actuel, grand bien te fasse

J'ai simplement pointé un paradoxe dans ce que tu avances et ça veut dire que je suis content du gouvernement actuel No
Pour qui connait un peu l'histoire de l'impérialisme français, on sait qu'il a toujours voulu garder plusieurs fers au feu, entre d'un côté un soutien à Israël comme avant-pont des intérêts généraux de l'impérialisme au Moyen-orient et de l'autre une "politique arabe" pour maintenir ses intérêts économiques et politique dans la région.
Il est donc arrivé que les dirigeants israéliens manifestent leur mécontentement en fonction des coups de pagaie, à droite, à gauche des différents gouvernements français .
De la même façon, l'impérialisme français est globalement aligné sur l'impérialisme US, ce qui ne l'empêche pas, parallèlement de tenter de maintenir ses propres zones d'influence et les intérêts spécifiques de sa bourgeoisie.
Il faut être aveugle (ou aveuglé) pour ne pas comprendre cette contradiction permanente.

hadrien

Messages : 285
Date d'inscription : 09/02/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  verié2 le Mer 24 Juin - 18:06

Pour qui connait un peu l'histoire de l'impérialisme français, on sait qu'il a toujours voulu garder plusieurs fers au feu, entre d'un côté un soutien à Israël comme avant-pont des intérêts généraux de l'impérialisme au Moyen-orient et de l'autre une "politique arabe" pour maintenir ses intérêts économiques et politique dans la région.
Je pense que nous sommes tous d'accord sur ce point. Mais les dirigeants arabes eux-mêmes jouent double jeu en dépit de leurs déclarations enflammées. L'Egypte était jusqu'à la chute de Moubarak un des meilleurs alliés d'Israël. (Et je suppose qu'elle l'est toujours.) Donc le soutien de l'Etat français à Israël ne les dérange pas vraiment non plus. Israël n'est pas en conflit avec le monde arabe, mais avec les Palestiniens et, conjoncturellement, avec certains Etats arabes.

Dans ce contexte compliqué, l'Etat français soutient tout de même systématiquement Israël contre les Palestiniens comme on l'a vu au moment de Gaza. Ca n'a rien d'incompatible avec la vente d'armes à l'Arabie saoudite ou au Qatar, comme hier à Saddam Hussein et à Khadafi...


verié2

Messages : 8449
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  yannalan le Mer 24 Juin - 18:23

C'est noyer le poisson, Hadrien.
Depuis la création de l'Etat sioniste, il y a eu un traitement de faveur, depuis la protection des agents sionistes dans les colonies et protectorats français, le vote du partage de la Palestine, le collaboration sur le nucléaire, l'agression de 1956 à Suez, le refus de toute sanction internationale, la non-répression de la LDJ et du Betar en France, l léchage de cul aux dîners du CRIF, j'en passe et des meilleures. Se réclamer du marxisme, c'est aussi regarder la réalité en face.

yannalan

Messages : 2065
Date d'inscription : 25/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  marxmarx le Mer 24 Juin - 18:57

MO2014 a écrit:Je laisse l'autre raciste ma calomnier -c'est bon signe Very Happy ,  en me prêtant des propos que je n'ai jamais écris (il est d'ailleurs incapable de les citer)

Se faire traiter de raciste par un type qui vous traite de petit blanc est un plaisir de fin gourmet clown pig

marxmarx

Messages : 150
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Mer 24 Juin - 20:03

marxmarx a écrit:
MO2014 a écrit:Je laisse l'autre raciste ma calomnier -c'est bon signe Very Happy ,  en me prêtant des propos que je n'ai jamais écris (il est d'ailleurs incapable de les citer)

Se faire traiter de raciste par un type qui vous traite de petit blanc est un plaisir de fin gourmet

Je ne sais pas si tu es petit, bien que l'adjectif s'applique parfaitement à ta pensée. Je ne sais pas non plus si tu es blanc ou plutôt rose car bien sur tu dois parler de ce dont il n'est pas question ici : la couleur de peau. Car lorsque nous utilisons ce mot c'est dans sa définition matérialisant la domination d'un système colonial étatique. Et il se trouve que tu voles régulièrement au secours de l'état pour soutenir les lois racistes et discriminantes à l'encontre des musulmanes réelles ou supposées. Alors oui, blanc, comme l'état colonial et ses lois racistes tu l'es sans contestation et aussi tout comme ton organisation communautariste "blanche" LO.

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  marxmarx le Mer 24 Juin - 22:12

MO2014 a écrit:
marxmarx a écrit:
MO2014 a écrit:Je laisse l'autre raciste ma calomnier -c'est bon signe Very Happy ,  en me prêtant des propos que je n'ai jamais écris (il est d'ailleurs incapable de les citer)

Se faire traiter de raciste par un type qui vous traite de petit blanc est un plaisir de fin gourmet

Je ne sais pas si tu es petit, bien que l'adjectif s'applique parfaitement à ta pensée. Je ne sais pas non plus si tu es blanc ou plutôt rose car bien sur tu dois parler de ce dont il n'est pas question ici : la couleur de peau. Car lorsque nous utilisons ce mot c'est dans sa définition matérialisant la domination d'un système colonial étatique. Et il se trouve que tu voles régulièrement au secours de l'état pour soutenir les lois racistes et discriminantes à l'encontre des musulmanes réelles ou supposées. Alors oui, blanc, comme l'état colonial et ses lois racistes tu l'es sans contestation et aussi tout comme ton organisation communautariste "blanche" LO.

Ca fait 10 fois que je te dis que je ne suis pas membre de lo, tu es retardé ou quoi ?
Mais il faut etre encore plus retardé pour affirmer que Lo défend un état colonial.

Et c'est une pirouette facile sur le terme petit blanc. Jamais de la vie je n'oserai traiter quelqu'un de petit noir ou de petit arabe, en m'abritant derrière des explications aussi fumeuses que vides. C'est la différence entre nous. pig

marxmarx

Messages : 150
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Vérosa_2 le Mer 24 Juin - 22:14

MO2014 a écrit:Alors oui, blanc, comme l'état colonial et ses lois racistes tu l'es sans contestation et aussi tout comme ton organisation communautariste "blanche" LO.
Et LO était-elle une organisation "blanche" lorsqu'elle tentait de coordonner toutes couleurs de peaux confondues les grévistes de PSA-Aulnay ? Certes il y aurait à redire sur cette lutte un peu corporatiste (Vérié l'a longuement souligné il y a longtemps sur le forum). Mais enfin merde quoi, accuser LO SANS ARRET de "communautariste blanc", ça va un temps. Pourquoi pas "suprémaciste" tant qu'on y est ? Un peu de retenue et un peu plus d'analyse ne nuirait pas.

PS : Je ne suis pas à LO, et n'en suis pas sympathisant, j'ai des différends sérieux avec cette orga. Mais à ce point ça devient du délire.

Vérosa_2

Messages : 683
Date d'inscription : 01/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  marxmarx le Mer 24 Juin - 22:31

yannalan a écrit:
La vérité dans son plus simple appareil :
MO2014 évoque la provocation criminelle d'un hacker probablement ultra sioniste... et considère que c'est l'état français qui est derrière ça !

Faut être aveugle pour voir que l'Etat français soutient les sionistes, tant en France qu'en Israel.  Forsane Alizza ou Kemi Seba se ont dissoudre leurs orgas, la LDJ parade sous protection policière...Les dirigeants s'e battent pour être au dîner du CRIF...Les diplomates français à Jérusalem sont traités comme des chiens sans aucune démarche du gouvernement...
Ouvre les yeux, pas besoin d'être 2 fois Marx pour constater.

Exact yannalan
Il ne s'agit pas de nier Ce facteur

Mais le problème tient dans l'analyse du "philosemitisme" de l'état français par le Pir et repris avec hystérie par Mo2014.
Ce terme qui indique le favoritisme de l'état français VIS A VIS DES JUIFS et non vis a vis des SIONISTES !
on passe d'une analyse geopolitique à une analse raciste


Non au philosémitisme d’État » : un slogan indigne !
Déclaration du Bureau Exécutif du MRAP

Dans la manifestation contre le racisme qui s'est déroulée à Paris le 21 mars, un slogan est apparu « non au philosémitisme d’État ». Il dénature le combat antiraciste en l'inscrivant dans la concurrence des victimes.

Ce slogan figurant dans l'en-tête d'un tract reproduit sur le site du PIR (Parti des « Indigènes de la République ») établit une insupportable hiérarchisation des indignations selon que les victimes soient musulmanes ou juives. Le MRAP déplore les insuffisantes mobilisations des représentants de l''Etat quand surviennent des actes anti-musulmans, anti-roms, anti-arabes, mais ne saurait tolérer une campagne indigne contre un « philosémitisme » supposé.

Le MRAP déplore la politique pro-israélienne de la France, mais il est inacceptable de passer ainsi d'une politique pro-isralienne à la notion à connotation antisémite d’État français pro-juif.

Ce slogan désigne les juifs comme les privilégiés de la République. Il alimente la thèse antisémite d'une mainmise de leur part sur l'appareil d’État et s'inscrit dans les fantasmes complotistes de Dieudonné, entre autres. A propos de l'humoriste antisémite, ce même parti politique écrit d'ailleurs ceci : « ce que voient les indigènes, c’est ça. Un homme debout. On a trop été contraints à dire « Oui Bwana, oui Bwana ». Quand Dieudonné se lève, il guérit une blessure identitaire.

Sur son site, le PIR entretient insidieusement la thèse d'un antisémitisme traditionnel d'extrême-droite et d'un antisémitisme réactionnel qui serait dû aux privilèges dont bénéficient les juifs dans le traitement du racisme.

Les juifs deviennent alors les premiers responsables « de l’hostilité de la part des sujets post-coloniaux » à leur égard, car ils sont les « goumiers » de l'Occident « rendus complices de ses crimes comme à Gaza ».

Afin de mieux préciser encore la fonction des « goumiers », troupes supplétives indigènes au service de l'armée coloniale et là où le MRAP voit avant tout des « oubliés de l’histoire », le PIR rapporte que les goumiers africains (« sénégalais » précise-t-il), furent des "sauvages", des violeurs, des massacreurs de populations arabes et en conclut « le parallèle avec les Juifs est édifiant. Les Juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe »

Survenant quelques semaines après le massacre de « juifs » dans l’épicerie Casher, trois ans après l’exécution d’enfants dans l'école juive de Toulouse, ces théories sur le « philosémitisme » indignent ceux se réclament de la lutte contre tous les racismes.

La lutte antiraciste ne peut s’accompagner de cette indécente hiérarchisation et opposition entre les victimes du racisme, ni de cette assignation des juifs au statut de « goumier »

Les actes islamophobes, les actes antisémites, la stigmatisation permanente des Roms, les discriminations qui perdurent et détruisent le tissu social, imposent plus que jamais une lutte contre tous les racismes qu'ils émanent ou non des institutions.

Pour le MRAP, il nous paraît ainsi essentiel de comprendre les ressorts inhérents à chaque forme de racisme, sans en oublier ou minimiser un seul, pour mieux le combattre.

La lutte pour l'égalité des droits des minorités est essentielle, et elle doit être doublée par un travail constant de déconstruction des préjugés individuels tant par la culture que par l'éducation populaire.

Paris, le 7 avril 2015.

marxmarx

Messages : 150
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Mer 24 Juin - 23:53

Pour stigmatiser les populations issues de l'immigration, les racistes font un usage immodéré des accusations de racisme anti-blanc, de sexisme...etc. ou encore d'anti-sémitisme (avec son pic de popularité au moment des mouvements de solidarité avec les Palestiniens en juillet dernier) une spécialité récurrente des Finkelkraut, de Manuel Valls... reprise lourdement par les portes voix de la secte raciste dans le forum. Ils sortent le MRAP croyant s'acheter une vertu. Notons que le MRAP si prompt envoyer ses avocats porter le fer en justice les ont laissés bien au chaud peut être après les avoir consultés, a préféré rester sur le terrain du communiqué mensonger. La réponse du  PIR  :

Le bureau exécutif du Mrap dénonce le PIR comme « antisémite » : Analyse d’une stratégie

Récemment, le Bureau exécutif du MRAP s’en est pris au PIR, qu’il accuse d’antisémitisme. Selon ce communiqué[1], la dénonciation du philosémitisme de l’État français par le PIR[2] reviendrait à hiérarchiser les victimes du racisme et à valider la thèse d’une emprise juive sur la France. Ainsi, le PIR, selon la pensée ubuesque du MRAP, serait coupable de promouvoir ce que précisément il dénonce chez l’État : la hierarchisation des racismes.

Ce communiqué a été très vite relayé par l’organisation sioniste BNVCA, connue surtout pour son obsession à poursuivre en justice la campagne de boycott d’Israël par BDS. Celle-ci en a profité pour réclamer l’interdiction du PIR. Il a aussi été relayé par des antifascistes de carnaval[3] qui, à l’instar du BE du MRAP et autres antiracistes fossilisés, certains ouvertement islamophobes, ne frémissent pas à l’idée d’être les idiots utiles du néo-conservatisme à la française.

Bien que les dernières déclarations[4] de Gilles Clavreul, le nouveau délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme,  confirment notre thèse sur le philosémitisme d’État, nous ne ferons rien ici pour démonter les accusations de la direction du Mrap et laissons à nos lecteurs la liberté de nous interpréter. Nos mots sont pesés. Lorsque nous les rendons publics, nous les assumons entièrement. Aussi sommes-nous étonnés que l’association antiraciste ne nous ait pas encore traduits en justice car, comme elle ne l’ignore pas, l’antisémitisme est un délit, pas une opinion.

En attendant notre convocation devant un tribunal, nous nous permettons de livrer les véritables motifs de cette charge aussi grossière que pathétique. En effet, sous ses airs faussement angéliques, l’association poursuit des objectifs bien moins avouables qu’il n’y paraît.

Le communiqué du MRAP ne fait que révéler ce que nous savions déjà : l’un des derniers bastions du vieil antiracisme moral craque de toute part et glisse à son tour vers le national-républicanisme. Celui-ci a renoncé depuis longtemps à lutter contre le racisme d’État pour se consacrer à des passions nouvelles : liquider l’héritage du regretté Mouloud Aounit qui avait fait de l’islamophobie son cheval de bataille, et lutter contre le « racisme anti-blanc » (une idée jusque-là cantonnée à l’extrême-droite).

En vérité, le grand regret du Mrap, c’est la fin de l’antiracisme paternaliste des années Mitterrand si cher à la gauche institutionnelle. Un antiracisme stérile où l’indigène, infantilisé et éperdu de reconnaissance pour ses protecteurs, savait demeurer à sa place de figurant. Dès lors que les victimes deviennent actrices de leur destin et l’expriment de manière autonome, l’antiracisme officiel panique.

Le communiqué traduit ainsi une réaction aux recompositions en cours dans le champ de l’antiracisme, où les renoncements du Mrap au combat contre l’islamophobie et ses compromissions avérées avec le racisme institutionnel ont été débordés par l’antiracisme politique des indigènes et de leurs alliés. Que ce soit après les manifestations contre l’exposition Exhibit B ou encore dans les conférences internationales contre l’islamophobie (décembre 2013 et 2014) et le meeting contre l’islamophobie du 6 mars 2015, le MRAP s’est retrouvé du mauvais côté de la barrière.

Nous savons  que le PIR n’est pas la véritable cible des attaques. En vérité, ce que l’actuelle direction du Mrap – en quête du monopole perdu de l’antiracisme – escompte, c’est casser les nouvelles et fragiles solidarités militantes qui se tissent entre les associations musulmanes comme PSM, l’UOIF, les associations luttant contre l’islamophobie comme le CCIF ou MTE, les mouvements politiques comme le PIR, et la gauche radicale et antiraciste. En d’autres termes, sous ce prétexte – le pseudo-antisémitisme du PIR, dont la démonstration ferait le bonheur de beaucoup – il fait ce que Caroline Fourest a déjà tenté de faire à l’occasion du meeting du 6 mars, quand elle avait stigmatisé l’alliance avec des « communautaristes »,  des « sexistes » : briser un front de lutte qui menace son pré-carré.

Mais, s’il justifie contre nous des appels à la répression, c’est bien lui, par l’entremise des luttes politiques, qui risque de finir dans les oubliettes de l’histoire. Heureusement pour nous, le Mrap n’est pas constitué que de sa seule direction. Un autre Mrap est-il encore possible ?



Le PIR

Le 27 avril 2015

[1] http://www.mrap.fr/ab-non-au-philosemitisme-d2019etat-bb-un-slogan-indigne-1

[2] http://indigenes-republique.fr/racisme-s-et-philosemitisme-detat-ou-comment-politiser-lantiracisme-en-france-3/

[3] http://luftmenschen.over-blog.com/article-les-effroyables-imposteurs-du-12-janvier-125634240.html

[4] « Tous les racismes sont condamnables, mais le racisme anti-Arabe et anti-Noir n’a pas les mêmes ressorts que l’antisémitisme dans sa violence. Il faut être capable de dire la particularité de l’antisémitisme », libération, le 16 avril 2015

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Jeu 25 Juin - 0:50

Contrôles au faciès: l'Etat est condamné pour «faute lourde»

24 juin 2015 | Par Louise Fessard

C'est une belle victoire pour les citoyens. La cour d’appel de Paris a condamné jeudi 24 juin l’État pour « faute lourde » dans cinq cas de contrôle au faciès présentant « un caractère discriminatoire qui engage la responsabilité de l’État ». Les juges déplorent au passage l'absence « d’obligation de traçabilité » des contrôles d'identité qui « constitue une entrave au contrôle juridictionnel ».

Ce jugement marquera sans doute un tournant dans les pratiques policières françaises. La chambre civile de la cour d’appel de Paris a condamné jeudi 24 juin l’État français pour « faute lourde » dans cinq cas de contrôle au faciès. Allant à l’encontre des réquisitions de la procureure, la cour a estimé que, faute d’arguments crédibles du ministère de l’intérieur justifiant ces contrôles d’identité, ces derniers présentaient bien « un caractère discriminatoire qui engage la responsabilité de l’État ». Celui-ci devra verser 1 500 euros de dommages et intérêts à cinq des requérants.

En avril 2012, treize Français, tous noirs ou arabes, avaient assigné l’État pour « pratique discriminatoire ». Ils demandaient au ministère de l’intérieur de prouver que les contrôles d’identité qu’ils avaient subis n’étaient pas fondés sur leur couleur de peau. Ils s’appuyaient sur la loi du 27 mai 2008 concernant la lutte contre les discriminations, qui prévoit que c’est au mis en cause de prouver que sa décision n’est pas fondée par un motif discriminatoire.

Cette loi, « dont le domaine d’application est circonscrit à la matière sociale et aux relations professionnelles », ne s’applique pas « au présent litige », ont répondu les juges de la cour d’appel. En revanche, en vertu de la jurisprudence européenne, face à un faisceau d’indices permettant de penser qu’il y a eu discrimination, c’est bien à l’autorité publique de « démontrer le caractère justifié de la différence de traitement », tranchent-ils.

Les cinq requérants avaient produit des témoignages attestant qu’à chaque fois, seuls des Noirs et/ou des Arabes avaient été contrôlés. Deux d'entre eux, « d’origine nord-africaine » et âgés de 19 ans et 20 ans, avaient été contrôlés et fouillés à la terrasse d’un McDonald's à Villeurbanne le 1er octobre 2011, « alors que les autres personnes attablées à la terrasse du restaurant (…) étaient toutes des Blancs ». Les trois autres, âgés de 18 et 21 ans et également « d’origine africaine » ou « nord-africaine », avaient eux été contrôlés et fouillés à l’entrée du centre commercial de La Défense le 10 décembre 2011. Un témoin de la scène avait « observé au total une dizaine de personnes contrôlées durant 1 h 30 environ ». C'étaient « uniquement des hommes noirs et des arabes âgés entre 18 et 35 ans » pourtant « habillés classiquement (jeans, survêtements) ». Ces contrôles n’avaient, selon lui, débouché sur « aucune arrestation ».


La cour d’appel s’appuie également sur les « statistiques d’ordre général » citées par les requérants, comme cette étude du CNRS montrant qu’à Paris un Noir et un Arabe ont 6 et 8 fois plus de risques de se faire contrôler qu’un Blanc. Contrairement à ce qu’a soutenu l’État, qui les avait dédaigneusement balayées (relire notre récit de l'audience du 24 février 2015), ces études constituent bien « un élément d’appréciation en ce qu’elles révèlent qu’est "surcontrôlée" une population, jeune, masculine, portant des vêtements à la mode dans la jeune génération issue des quartiers défavorisés et appartenant aux minorités visibles ».

La cour estime que sont « ainsi réunies des présomptions graves, précises et concordantes, permettant de retenir que le contrôle litigieux a été exécuté en tenant compte de l’apparence physique de l’intéressé et de son appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race ». Et que face à ces présomptions, l’État français « ne peut démontrer en quoi le contrôle systématique et exclusif d’un type de population, en raison de sa couleur de peau ou de son origine (…) était justifié ». « Une violation aussi flagrante des droits de la personne ne peut dès lors que constituer une faute lourde engageant directement la responsabilité de l’État », concluent les juges.

Ils ne contestent pas la « régularité » de ces contrôles d’identité au regard de l’article 78-2 du code de procédure pénal qui les encadre. Mais le rôle du juge judiciaire ne se limite pas à « ce contrôle de la stricte légalité des contrôles d’identité opérés », rappellent-ils. La justice doit également « s’assurer que ceux-ci ont été exécutés dans le respect des droits fondamentaux de la personne, selon des critères objectifs, étrangers notamment à la couleur de peau ».

Au passage, les juges taclent l’abandon par le gouvernement socialiste du récépissé pour les contrôles au faciès. Car comment exercer un réel travail de contrôle en l’absence de trace écrite des contrôles d’identité ? « La problématique résulte de ce que le contrôle litigieux n’a donné lieu à la rédaction d’aucun procès-verbal, qu’il n’a pas été enregistré, ni fait l’objet d’un récépissé », déplorent-ils. Cette absence « d’obligation de traçabilité » constitue selon eux « une entrave au contrôle juridictionnel ».

Mais la cour d’appel a trouvé un moyen ingénieux de contourner cet obstacle. Malgré l’absence de trace écrite, les contrôles d’identité constituent bien « une action de police judiciaire » et peuvent donc engager la responsabilité de l’État en cas de « dommage causé par le fonctionnement défectueux du service de la justice » (article L141-1 du code de l’organisation judiciaire), tranchent-ils. Une solution aimablement suggérée par le Défenseur des droits Jacques Toubon qui avait invité les juges à « s’interroger sur la manière dont les textes applicables peuvent être interprétés pour offrir au justiciable des garanties suffisantes contre le risque de voir les contrôles d’identité échapper à tout contrôle juridictionnel effectif ».

«A défaut de volonté politique, c’est la justice qui fait avancer le droit»

« La cour d’appel a fait prévaloir l’État de droit, s’est réjoui Me Félix de Belloy, l’un des deux avocats des treize requérants. Elle rappelle que les contrôles d’identité sont un acte policier censé être encadré par des règles légales et que les policiers doivent pouvoir justifier les raisons de leurs contrôles. C’est le début de la fin des contrôles au faciès. » Pour son confrère Me Slim Ben Achour, « le récépissé va devenir incontournable afin de garantir les droits des citoyens et même protéger les policiers qui pourront ainsi, le cas échéant, montrer que leur contrôle était justifié ».

Dans les huit autres cas, la cour d’appel a décidé de ne pas condamner l’État, le plus souvent au motif de la « dangerosité de la zone » dans laquelle le contrôle avait eu lieu. Pour deux de ces contrôles, qui s’étaient déroulés le 27 septembre 2011 à Vaulx-en-Velin, les juges soulignent par exemple que « dans les jours précédents, de nombreux véhicules automobiles avaient été incendiés », ce qui avait provoqué un déploiement policer « spécial ». « Ceci pose un vrai problème juridique, estime Me Slim Ben Achour. Est-il légitime de contrôler quelqu'un qui ne montre pas d'indice objectif d'avoir commis un délit ? » Les huit personnes envisagent un éventuel pourvoi en cassation. De son côté Lanna Hollo, d'Open Society Justice Initiative (la fondation du milliardaire George Soros), remarque que tous ces cas concernent « des banlieues pauvres ». « La cour indique explicitement que le comportement des requérants ne serait pas considéré suspect ailleurs, mais qu’il l’est dans ces endroits "dangereux", s'inquiète-t-elle. Cela crée un système judiciaire à deux vitesses. »

Dans un autre contexte, à Saint-Germain-en Laye, les juges estiment que les deux jeunes hommes contrôlés correspondaient au signalement des auteurs présumés « d’un vol en réunion avec violences » qui venait d’être « commis dans le centre-ville par deux personnes de type nord- africain ». « Le contrôle litigieux a donc été opéré à partir de critères objectifs », tranchent-ils. C’est néanmoins un boulevard qu'ouvre la cour d’appel de Paris pour tous les citoyens s’estimant victimes de contrôles au faciès. « Il va y avoir un enjeu financier évident si chaque personne demande réparation », souligne Me Slim Ben Achour.

« La cour ouvre une voie d’action efficace contre ces abus, salue le Syndicat de la magistrature, plutôt classé à gauche. Constatant que l’absence de traçabilité des contrôles d’identité entrave le contrôle juridictionnel, elle accepte de se fonder sur un faisceau de circonstances graves, précises et concordantes. » De son côté, le Défenseur des droits espère que ces décisions contribuent « à faire avancer le débat sur la nécessaire régulation des contrôles d’identité, dans la double perspective (…) d’une action mieux ciblée, gage d’une efficacité accrue des forces de l’ordre, et d’une amélioration de leurs relations avec la population ».

« Fallait-il en passer par une condamnation de l’État pour démontrer l’évidence et l’urgence de répondre à des milliers de personnes qui sont quotidiennement soumises à des pratiques inacceptables et reconnaître leurs droits fondamentaux : le droit à la non-discrimination, la liberté de circuler, la protection de la sûreté et de la vie privée ? », a réagi le Syndicat des avocats de France (SAF).

Côté politique, Europe Écologie-les Verts, les Jeunes Socialistes et les Jeunes Communistes en profitent pour revenir à la charge sur la création d’un récépissé, mesure abandonnée dès l’été 2012 par l’actuel premier ministre Manuel Valls. Les Jeunes Socialistes soulignent qu’il serait incompréhensible « qu'aucune mesure ne soit prise à la suite d'une décision de justice qui indique que l'État est hors-la-loi ». « À défaut de volonté politique, c’est la justice qui fait avancer le droit, constate le député socialiste Pouria Amirshahi. Si le législateur s'était saisi de cette question, conformément à l’engagement n° 30 du candidat Hollande, le sort de toutes les victimes de contrôles au faciès ne serait pas remis entre les mains d’un juge. »
http://www.mediapart.fr/journal/france/240615/controles-au-facies-letat-est-condamne-pour-faute-lourde?page_article=1

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Mer 8 Juil - 14:06

Un petit rappel a propos du 31 octobre 2015 : la Marche pour la Dignité et contre le racisme :

Marche de la Dignité

L'appel !

En octobre 2005, étaient fauchées à Clichy sous bois, les jeunes vies de Ziad et Bouna, une tragédie mettant en cause des fonctionnaires de police. Depuis, la stratégie de l'État français, loin de chercher à châtier les coupables, consiste uniquement à fuir ses responsabilités. Comme il l'a fait dans les dizaines de crimes policiers depuis des décennies.

Ce même mois d'octobre 2005, comme réponse à leur mort, un vent de colère secoua toutes les banlieues de France pendant des semaines. Les interprétations les plus courantes de ces émeutes incriminèrent à juste titre la déshérence des quartiers, les conditions sociales lamentables, le chômage, la vie dure : une véritable guerre sociale faite aux pauvres. Mais elle ne dirent pas assez combien au cœur de cette révolte, figurait, forte, l'exigence de respect. La dénonciation du mépris par lequel avait été traitée la mort de ces deux adolescents et à travers leur cas, la dénonciation du mépris souverain dans lequel sont tenus les habitants des quartiers, leur attachement à la dignité collective.

Vingt ans plus tôt en 1983, ce sont déjà d'autres violences policières qui poussèrent des jeunes issus de l'immigration post-coloniale à mener à travers la France la Marche de 1984, la fameuse marche pour l'égalité. Égalité sociale, bien sûr mais aussi égalité de considération. Les jeunes disaient "Nous ne sommes pas du gibier à flics, nous sommes des êtres humains !" L'État se devait de la briser. Il mit alors tout en oeuvre pour saboter cette auto-organisation en médiatisant à outrance certaines officines pseudo-antiracistes. Celles-ci s'employèrent de tous leurs moyens financiers à étouffer la Marche pour l'égalité sous les milliers de décibels de concerts gratuits et leur anti-racisme de pacotille.

Aujourd'hui, comme il y a 30 ans, comme il y a 10 ans, loin d'avoir renoncé à ses comportements passés, l'État français ne sait que renforcer tous ses dispositifs de surveillance et de répression. En plus des conditions sociales toujours plus déplorables, le harcèlement des populations des quartiers, leur humiliation, constituent le quotidien pour les Noirs, les Arabes, les Rroms, les Blancs des quartiers. Dans ce paysage dévasté, le crime policier n'est jamais fortuit. Il est l'aboutissement de toute la logique d'un État qui n'a pour nous que désintérêt et mépris.

Le crime policier est l'expression achevée du racisme d'État. C'est celui-ci qui conditionne des fonctionnaires puissamment armés à passer à l'acte, c'est lui qui les dispense de réfléchir au moment tragique, qui leur donne le temps de se saisir de leur arme, d'ajuster et de tirer à mort ou d'écraser la poitrine et la gorge de leur proie sous la clef d'étranglement. Le message implicite que délivre le crime policier est simple. "Non seulement vous n'êtes pas des êtres humains comme les autres, mais avec vous nous pouvons aller jusqu'à la mise à mort et les meurtriers sont assurés de l'impunité". À ce jour, rarissimes sont les procès ayant abouti favorablement. Le crime policier n'est jamais un homicide involontaire, il n'est jamais gratuit, il est là pour répandre la consternation, la désolation dans les cœurs et les esprits des familles endeuillées, pour nous faire renoncer à être traités comme des êtres humains. Il n'épargnera personne, il est là pour nous terroriser. C'est pourquoi comme il y a 30 ans, comme il y a dix ans, contre l'humiliation quotidienne, contre le mépris, contre l'islamophobie, la négrophobie, la rromophobie, galopantes, contre les crimes policiers, s'impose une nouvelle marche : la marche de la dignité. Notre réaction puissante, organisée, confiante est la seule façon d'enrayer notre écrasement collectif annoncé.

C'est à cette grande Marche de la Dignité que nous vous convions le 31 octobre prochain.

Amal Bentounsi

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Toussaint le Mer 8 Juil - 21:57

Excellent appel.

Toussaint

Messages : 2673
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Eugene Duhring le Mer 8 Juil - 23:38

Toussaint a écrit:Excellent appel.
Même si cet appel concerne aussi les blancs des quartiers ? Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Eugene Duhring

Messages : 1706
Date d'inscription : 22/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Jeu 9 Juil - 0:47

Oui nous menons de nombreuses actions avec les organisations et militants antiracistes blancs.
Laughing

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Toussaint le Jeu 9 Juil - 3:46

Même si cet appel concerne aussi les blancs des quartiers ?

Ben oui, et il y a aussi des blancs au PIR, et ils étaient déjà invités par le texte de l'Appel de 2005; que tu t'en étonnes montre seulement que ne sais et ne comprends pas grand chose du PIR. Mais cela n'est pas grave, tu ne comprends visiblement pas grand chose non plus à ton propre parti, le pcF.

Toussaint

Messages : 2673
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  marxmarx le Jeu 9 Juil - 14:44

Toussaint a écrit:
Même si cet appel concerne aussi les blancs des quartiers ?

Ben oui, et il y a aussi des blancs au PIR.

Interview de Bouteldja sur le site du pir en  juin :
Le PIR est-il une organisation non-mixte ?

Non, il y a des blancs, très peu, mais de toute façon ils ne restent pas longtemps. Ils ne se sentent pas bien, ce que je comprends.

marxmarx

Messages : 150
Date d'inscription : 13/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Toussaint le Jeu 9 Juil - 17:29

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Ben oui, c'est comme les indigènes à la secte Lutte Ouvrière ou au NPA, il n'y en a pas beaucoup, la plupart ne restent pas, et moi aussi je les comprends.

Toussaint

Messages : 2673
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  verié2 le Jeu 9 Juil - 17:58

Toussaint a écrit: Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy Ben oui, c'est comme les indigènes à la secte Lutte Ouvrière ou au NPA, il n'y en a pas beaucoup, la plupart ne restent pas, et moi aussi je les comprends.
Et visiblement cette division te plait beaucoup...
Sauf que c'est faux, il y a des exemples de sections syndicales où le NPA est influent où "Indigènes" et "Blancs" (selon tes critères...) travaillent fraternellement côte à côte. (Et il y en a aussi certainement dans des sections syndicales où LO, voire le PCF sont influents.) Si tu avais assisté par exemple aux manifs lors de la dernière grande grève SNCF de 2014, tu aurais vu beaucoup de jeunes de toutes les couleurs côte à côte et particulièrement combatifs. (Ce que tu ne pouvais évidemment pas voir de ta lointaine Guyane, complètement imbibé de conceptions abstraites. Et que ne pouvait pas voir MO2014, qui ne s'intéresse aux Indigènes que comme "habitants des quartiers" et non comme prolétaires salariés. Un petit tour devant les portes de technicentres SNCF ou de centres postaux vous ferait du bien à tous les deux...)

verié2

Messages : 8449
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Toussaint le Jeu 9 Juil - 18:42

il y a des exemples de sections syndicales

Oh, mon dieu!!!! Je pensais que nous parlions de partis politiques, mea culpa. Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Encore ton absence totale de scrupules dans le débat, on parle de partis, tu démarres sur les syndicats... Pauvre vérié, pas fichu de débattre sur ce que disent les gens...

Alors, répondons au malhonnête récidiviste: le PIR est très actif dans plusieurs structures syndicales où ses militants, blancs ou pas, travaillent fraternellement avec des blancs et des non blancs. Heureusement que régulièrement des sections syndicales, le plus souvent CGT (tu kiffes, non, CGT?), soutiennent les demandes de locaux, voire le font pour les sociologues du PIR... Very Happy

manifs lors de la dernière grande grève SNCF de 2014, tu aurais vu beaucoup de jeunes de toutes les couleurs côte à côte

Oh, mon dieu!!!! Je pensais que nous parlions de partis politiques, mea culpa. Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Encore ton absence totale de scrupules dans le débat, on parle de partis, tu démarres sur les syndicats et tu continues sur les grèves et les manifs... Pauvre vérié, pas fichu de débattre sur ce que disent les gens...

Alors, répondons au malhonnête récidiviste: jamais le PIR n'a appelé à ne pas manifester ou faire grève avec les partis blancs. Very Happy

Je crois bien qu'un petit tour par des réunions publiques du PIR et une discussion avec des gens du public, si tu supportes la mixité culturelle, te feraient le plus grand bien. Quant à savoir que les indigènes sont une part importante de la classe ouvrière, nous le disons constamment.

Ce que je disais, et que tu ne peux contester qu'en partant sur autre chose, ta méthode de débat préférée, c'est que les indigènes ne restent pas très longtemps dans leur écrasante majorité dans les partis révolutionnairrrres prrrolétarrriens blancs. Et comme je les comprends à lire les posts des ouailles de la secte islamophobe Lutte Ouvrière! Et les tiens, le chasseur de lycéennes voilées et le grand défenseur de la loi raciste de 2004.

Toussaint

Messages : 2673
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Jeu 9 Juil - 19:28

verié2 a écrit:Et que ne pouvait pas voir MO2014, qui ne s'intéresse aux Indigènes que comme "habitants des quartiers" et non comme prolétaires salariés.

J'emploie de préférence et si possible systématiquement les termes "quartiers populaires". Sur le reste je ne suis pas le dernier pour souligner que travailleurs issus de l'immigration constituent une grande partie du prolétariat de ce pays, en soulignant la pénibilité de leur travail, leurs salaires plus bas, leurs déroulements de carrière plus discriminés, sans parler des discriminations à l'embauche lorsque l'on s'appelle Amine ou Nardjes. Arrête de mentir. Merci.

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Toussaint le Jeu 9 Juil - 20:30

Ttttt, mon bon ami, tu ne sais pas que le dernier mot à la mode, c'est "les quartiers immigrés"? Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Toussaint

Messages : 2673
Date d'inscription : 09/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  MO2014 le Dim 1 Nov - 22:11

La nécessaire politisation de l’antiracisme
Contribution au futur livre d’ATTAC sur l’antiracisme

Le racisme n’est pas une réalité intemporelle pesant sur l’humanité comme une tare originelle ou un défaut permanent qu’il faudrait sans-cesse combattre. Il est au contraire un rapport social historiquement daté, mouvant dans ses formes et dans ses cibles et pouvant en conséquence disparaître. Son émergence date de l’apparition d’un système social précis ayant besoin pour s’étendre de justifier une hiérarchisation des groupes humains. L’esclavage et la colonisation comme modalités de l’accumulation primitive du capitalisme européen sont les bases matérielles de l’émergence des théorisations racistes. Auparavant existait bien sûr des conflits, des guerres et des agressions mais elles n’étaient pas argumentés sur une logique de hiérarchisation de l’humain.

La défense du même système social et économique conduit à une mutation des formes et visages du racisme  pour lui permettre de garder son efficace et ses fonctions de légitimation de l’inégalité. Depuis les écrits d’Aimé Césaire et de Frantz Fanon nous savons que les horreurs de la seconde guerre mondiale ont mis fin au premier âge du racisme : le racisme biologique. Avec le nazisme, cet âge du racisme ne s’appliquait plus seulement aux « autres » qu’il fallait civiliser au besoin par la violence mais  à d’autres européens. Les luttes de libération nationale des décennies 50 et 60 vont achever la délégitimation de ce premier âge du racisme. Mais comme l’inégalité et l’exploitation perdure dans le néocolonialisme, le racisme mute également de visage. Le second âge du racisme est sa forme culturaliste nous apprend Fanon. Désormais ce ne sont plus les « races » qui sont hiérarchisées pour justifier les inégalités mais les cultures.

La fin de l’équilibre bipolaire issu de la seconde guerre mondiale bouleverse une nouvelle fois la donne. La disparition de « l’ennemi rouge » ouvre une séquence historique où la concurrence tend à devenir sans entrave déclenchant  une nouvelle course au contrôle des matières premières stratégiques pour l’Afrique et pour le pétrole concernant le Moyen-Orient. De nouvelles guerres coloniales pour l’accès à ces ressources, pour le contrôle des sites géostratégiques et pour faire obstacle aux concurrents se multiplient. Le racisme culturaliste ne suffit plus dans sa forme générale. Une précision des cibles est nécessaire pour justifier les nouvelles guerres coloniales. Le troisième âge du racisme émerge par précision des cibles : l’islamophobie et la négrophobie.  Avec ces deux visages les agressions au Moyen-Orient pour lutter contre « l’islamisme » et en Afrique contre le « tribalisme » trouvent une légitimation au sein des peuples d’Europe et des Etats-Unis.

Par ailleurs la nouvelle séquence historique a aussi pour conséquence une dérégulation généralisée dans les pays économiquement dominant. Paupérisation massive, précarisation généralisée et destruction des conquêtes sociales en sont le résultat. Dans ce contexte le besoin de « souder la nation » pour les classes dominantes fait émerger la nécessité de construire à l’interne des figures de la menace : le musulman, le noir, le Rrom. Ce dernier est dès lors construit comme l’image de l’altérité absolue menaçante. La Rromophobie n’est ainsi pas un phénomène inexplicable mais est comme la négrophobie et l’islamophobie le résultat d’un besoin de légitimation dans un contexte ultralibéral.

Ces trois nouvelles formes du racisme ont été idéologiquement préparées par des mouvements d’idées diffusés depuis plusieurs décennies. Il s’agit d’une construction par en haut qui de la théorie de « la fin de l’histoire » de Fukuyama à celle du « choc des civilisations » d’Huntington prépare nos sociétés à ces nouveaux visages du racisme. Leur efficace s’explique également par les héritages coloniaux qui ont irrigués et imbibés les sociétés dominantes. Aucune déconstruction de l’espace mental colonial et de ses images du noir, de l’arabe et du musulman n’a été mise en œuvre après les décolonisations. Elles pouvaient en conséquence être revivifiées pour les mettre au service des besoins contemporain de la domination.

Il était nécessaire de souligner ces quelques éléments pour mesurer l’ampleur des mutations nécessaire pour que l’antiracisme contemporain soit à la hauteur de la nouvelle situation mondiale et nationale.  L’antiracisme moral et de compassion ne peut être d’aucune aide dans le contexte contemporain. Seule la compréhension de la dimension politique du racisme et de l’antiracisme prenant en compte les causalités matérielles internes et externes peuvent permettre de faire reculer « la bête immonde ». Le racisme est une construction étatique liée à l’ultralibéralisme et aux nouvelles guerres coloniale et non une « haine » ou un « rejet » ancré dans une soi-disant « nature humaine ».

L’antiracisme « fraternaliste » pour reprendre une expression d’Aimé Césaire ne nous sera d’aucune utilité non plus. Il débouche sur une euphémisation des enjeux et sur un rapport paternaliste à l’égard des victimes du racisme qui est désormais refusé par les premiers concernés. Seule l’auto-organisation des premiers concernés c’est-à-dire des personnes racisées  dans le cadre d’une alliance égalitaire avec les forces sociales et politiques progressiste est susceptible de permettre une reprise de l’offensive. Enfin l’antiracisme général ne désignant pas les cibles et visages contemporains du racisme  (islamophobie, négrophobie et Rromophobie) est également condamné à l’échec.

Politiser le racisme, partir de l’auto-organisation des premiers concernés et désigner les visages contemporains du racisme, sont pour le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaire, trois conditions incontournables d’une reprise de l’offensive.

Said Bouamama pour le F.U.I.Q.P.
https://bouamamas.wordpress.com/2015/10/30/la-necessaire-politisation-de-lantiracisme/

MO2014

Messages : 1226
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Racisme d'Etat

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum