Mort de François Maspero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mort de François Maspero

Message  verié2 le Lun 13 Avr - 9:43

Je place cette disparition dans la rubrique "Histoire et théorie" en raison du travail considérable fait par Maspéro pour diffuser de nombreux ouvrages marxistes et/ou traitant du mouvement ouvrier, des questions sociales, historiques etc. Ce fut un éditeur et un libraire militant. Rendons lui hommage.
Sur Mediapart
François Maspero est mort

12 avril 2015 | Par MFKA

François Maspero est mort hier chez lui. Alerté par une fuite d'eau on l'a découvert aujourd'hui mort dans sa baignoire. Il avait passé la journée du vendredi 10 avec moi qui l'avait amené dans une clinique de banlieue ou il a subi un examen radiologique demandé par le spécialiste qui le suivait. Il avait 83 ans. Hier on honorait la libération de Buchenwald où est mort son père .Je connaissais François depuis près de 40 ans et au fil des ans il était devenu mon meilleur ami. Il y a environ 15 jours il assistait à la maison des syndicats à la projection du film que ses amis lyonnais lui ont consacré. Une nombreuse assistance était là et ont pu dialoguer avec lui. Nous n'imaginions pas que ce serait sa dernière apparition. Sa fille Julia était au Québec mais a pu être prévenue par téléphone. Comme tous ceux qui l'ont connu sa disparition me cause une douleur difficile à surmonter.

Marcel-Francis Kahn

verié2

Messages : 8505
Date d'inscription : 11/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mort de François Maspero

Message  Byrrh le Lun 13 Avr - 10:52

Une bien triste nouvelle. Espérons que le documentaire qui lui est consacré sera rapidement diffusé.

Byrrh

Messages : 1009
Date d'inscription : 12/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mort de François Maspero

Message  MO2014 le Lun 13 Avr - 13:20

À nos yeux, François Maspero a été l’un des grands passeurs de la pensée et de l’héritage communiste et anticolonialiste de l’après-guerre. Les éditions Maspero sont une référence incontournable de l’édition critique. Elles ont été le théâtre de débats importants à l’extrême gauche dans les années 1960-1970 et ont joué un rôle pionnier sur de nombreux plans. Maspero est celui qui a publié Fanon, les écrits politiques de Baldwin, Malcolm X, le Che, des anthologies des classiques du mouvement ouvrier, la collection « Théorie » de Louis Althusser, la revue « Partisans »… Nous avons souhaité l’interroger sur son projet et les ambitions éditoriales qu’il avait à l’époque. Nous reproduisons ici ce qu’il appelle une « tentative de réponse » à nos questions.


Entretien avec François Maspero : « Quelques malentendus »
François Maspero18 septembre 2014
19670300_0256-040_librairie-Maspero

Au vu de vos questions [ci-dessous en Annexe], il m’apparaît qu’elles reposent sur quelques malentendus.

Le premier réside dans l’emploi répété des mots « théorie » et « théorique ».

Vous êtes une revue marxiste ce que je respecte tout à fait : c’est une grille de lecture de la société qui a fait ses preuves. Cela dit, il faut bien comprendre que je n’ai pas été vraiment marxiste — et encore moins formé à la théorie. Je ne suis guère allé plus loin dans la lecture de Marx que le Manifeste. J’ai intégré la vie active à 21 ans en travaillant à la mise en forme d’un dictionnaire technique anglais-français pour les éditions Gauthier-Villars, une fois reçu au bac après quatre échecs successifs, et après avoir préparé un certificat d’ethnologie au Musée de l’homme. Ma conception de l’histoire, de la société et de la vie est surtout affective, probablement du fait d’avoir baigné dès l’enfance et l’adolescence dans une famille de résistants. Cette conception, à partir de ce que j’ai connu de la guerre — et de toutes celles qui ont suivi — serait plutôt shakespearienne : pour paraphraser sommairement Macbeth : « une histoire pleine de bruit et de fureur, écrite par un fou et racontée par un idiot. » Disons aussi que je dois beaucoup à Sartre pour la conception de la liberté, et que je n’ai jamais renié Camus.

Ensuite, vous n’avez pas voulu prêter attention — indulgence, incrédulité de votre part ? — à ce que je vous ai écrit : « Je n’ai été qu’à la croisée de leurs chemins [des auteurs], un peu comme une éponge, juste capable d’absorber et de régurgiter. En l’occurrence, de mettre en forme, et rien de plus ».

J’insiste là-dessus. Pierre Vidal-Naquet m’a défini un jour comme un « intellectuel organique », en m’expliquant que c’était un terme employé par Gramsci et je lui ai fait confiance.

Vous me demandez de « revenir sur les liens qui se sont tissés entre la librairie « La joie de lire », l’activité éditoriale et le monde militant dans l’aventure des éditions Maspero ». De fait, après avoir très mal vécu et encore plus mal supporté l’enseignement de l’ethnologie de l’époque, j’ai eu, dans ma première librairie, rue Monsieur-le-Prince, l’occasion de rencontrer des lecteurs de Présence Africaine, des militants des colonies portugaises, dont Mario de Andrade, Amilcar Cabral, et plus généralement anticolonialistes, et des visiteurs aussi divers que Césaire (alors député), Senghor (alors sénateur) et L. G. Damas. Grâce à Mario de Andrade, je suis entré en contact avec Fanon pour éditer L’An V de la révolution algérienne, évidemment refusé par tous les éditeurs. C’est aussi le temps de mes liens avec Peuple et Culture. De fin 1955 à fin 1956, dans la foulée du « Dégel », j’ai adhéré au parti communiste, dont j’ai été exclu pour avoir protesté simultanément contre Budapest et les réticences du parti communiste à s’engager réellement contre la guerre d’Algérie : je me suis fait reprocher par André Tollet (membre du comité central) de « dégueuler sur le parti ». Une expérience extrêmement bénéfique.

Je me suis ensuite endetté pour acquérir « La joie de lire », et tout a bien marché jusqu’à 1968 (une fois passés, durant la guerre d’Algérie, les attentats, les saisies à répétition très coûteuses et les inculpations pour atteinte à la sûreté de l’État, incitation de militaires à la désobéissance et à la désertion, et j’en passe.) ; nous étions 7 à y travailler, et je n’aurais jamais dû m’endetter de nouveau pour doubler la surface et passer à une trentaine de travailleurs (ils refusaient le terme d’ « employés »). À partir de ce moment, c’est devenu infernal. Je tenais alors beaucoup à une direction collective, et l’un de ses principaux membres, Émile Copfermann, dont l’apport a été par ailleurs inestimable, particulièrement sur le plan de l’éducation, de la psychiatrie et du théâtre, avait pour conception qu’il fallait éditer tout ce qui « contribuait au débat », et j’y ai un temps adhéré. D’où des brochures émanant aussi bien de groupes maoïstes, que du groupe Révolution !, du Front solidarité Indochine, de l’École émancipée et d’autres dont j’ai oublié les noms, et, effectivement, de la Ligue communiste. Publiant la revue Tricontinental interdite et divers livres sur les dictatures africaines, j’étais accablé de procès et de condamnations (dont l’une pour avoir insulté un grand ami de la France, Mobutu : « publication d’ouvrage étranger », « injures à chef d’État «étranger ») à des sommes énormes, à la privation de mes droits civiques et même à trois mois de prison (que je n’ai pas faits grâce à la mort de Pompidou, Giscard ayant eu la bonne idée de déclarer une amnistie pour les petites peines). Et dans le même temps, une grande part des mêmes groupes qui éditaient leurs brochures chez moi prônait le vol (« piquer chez Masp »), parce que c’était « révolutionnaire ». Une majorité de « travailleurs » de la librairie laissaient faire en arguant qu’ils n’avaient pas été embauchés pour jouer les flics. J’ajoute que je ne pouvais pas faire appel à la police car, après en avoir discuté avec le commissaire du quartier, il m’avait mis en garde, vu l’affluence dans la librairie, contre de probables troubles en cas d’arrestation, ce qui donnerait à la préfecture, trop heureuse de l’occasion, un motif pour fermer la librairie.

J’ai adhéré à la Ligue communiste en 1970, surtout pour réagir contre les membres de la direction collective qui se proclamaient militants et ne l’étaient pas du tout (le plus cauchemardesque des collaborateurs de Partisans étant un certain Boris Fraenkel). Cette adhésion, je la dois surtout à mon ami — qui l’est resté jusqu’à la fin — Daniel Bensaïd. Puis est venu un accident de moto, une grave dépression et finalement une tentative de suicide qui m’a tenu plusieurs jours dans le coma et que, bien entendu, on s’est empressé de considérer bidon. En 1973, j’ai mis fin à l’édition des brochures, des revues Partisans et Tricontinental : cette dernière, par mon obstination stupide à en continuer la parution, alors que j’avais dans un premier temps écrit aux responsables cubains qu’elle ne correspondait pas aux espoirs que le Che y avait placés, ruinait la maison. Difficilement remis, je n’ai pas appartenu à la LCR. nouvelle mouture, ni plus rien publié qui soit signé d’elle.

À cette époque aussi, beaucoup d’auteurs se sont mobilisés dans un grand mouvement de solidarité pour faire face aux difficultés des éditions, ce qui est à tout le moins peu courant. J’ai alors décidé de vendre La Joie de lire, ce qui était la seule solution dans la mesure où une grande partie de ses « travailleurs » étaient de plus en plus incontrôlable (les auteurs mobilisés, découragés par leurs discussion avec eux, ont décidé de ne défendre que les seules éditions), et où les acheteurs s’engageaient à garder le personnel. Puis ceux-ci se sont dépêchés de se déclarer en liquidation après avoir largement puisé dans la caisse, ce qui leur a valu procès et condamnation en correctionnelle, mais ceci est une autre histoire.

De tout cela, je retiens deux extrêmes : d’une part la formidable mobilisation des auteurs ; et à l’opposé, certaine visite d’Alain Geismar et de Serge July venus me proposer leur livre Vers la guerre civile et qui, sur mon refus, m’ont aboyé que le jour viendrait où je devrais restituer toute la laine que j’avais tondue sur le dos de la révolution.

Vous parlez de « projet politique », d’« activité théorique », d’« impératifs politiques et théoriques ». Je ne vois pas les choses comme ça. Je dirai seulement que j’ai toujours été sensible aux luttes des peuples pour leur liberté et concerné par cet axiome : « un peuple qui en opprime un autre ne peut être un peuple libre ». Pierre Vidal-Naquet a établi de subtiles distinctions parmi les opposants au colonialisme et au néo-colonialisme : héritage dreyfusard, héritage de la résistance, morale judéo-chrétienne (je cite de mémoire). Franchement, je ne sais pas de laquelle de ces catégories je relève. En tout cas, j’ai soutenu la lutte du peuple algérien, en liaison avec la fédération de France du FLN. J’ai vu assez vite la confiscation de cette lutte au profit d’une nouvelle oligarchie. J’ai mis beaucoup d’espérance dans les débuts de la révolution cubaine, et j’ai pris mes distances après la mort du Che, étant allé moi-même par deux fois en Bolivie. La militarisation de la société cubaine et l’alignement sur l’Union soviétique ont fait le reste. Mais je n’ai jamais renoncé à soutenir tout ce qui m’apparaissait porteur d’espoir. Je repense souvent à cette phrase de La Fêlure de Scott Fitzgerald que Jorge Semprun aimait citer : « Il faut savoir que les choses sont sans espoir et être pourtant déterminé à les changer. »

J’ajoute que j’ai toujours eu pour principe, à partir du moment où je publiais un auteur, de le soutenir en cas de nécessité : c’est ainsi que, par exemple, je me suis fait expulser de Bolivie, puis d’Espagne pour être allé témoigner en faveur de l’auteur d’une biographie de Franco, et que je suis allé manifester en Israël, en 1971, ma solidarité avec un auteur palestinien interné dans un camp. Du moment qu’on publie, on est responsable jusqu’au bout.

Permettez-moi encore de vous dire que je suis incapable de répondre à votre question : « Selon quels impératifs politiques ou théoriques avez-vous favorisé “l’importation” dans l’espace français d’écrits et de débats stratégiques ayant trait, etc. ? » J’ai seulement fait ce qui, à l’époque, à tort ou à raison, m’a semblé juste, et rien d’autre. Je sais qu’en Mai 68 j’entendais répéter : « la morale, y’en a rien à foutre. » Pourtant je reste convaincu qu’il existe une morale révolutionnaire (dont Trotsky a écrit qu’elle exige par rapport à la morale bourgeoise « un courage moral d’un autre calibre »). Et à part quelques couacs (la publication, toujours pour « participer au débat », d’Albanie, terre de l’homme nouveau de Gilbert Mury, de textes d’Enver Hodja et de la collection « Yenan » d’Alain Badiou… que je ne cesse de regretter, je pense ne pas m’en être trop mal tiré.

Vous voulez savoir comment m’est venue l’idée de publier des traductions de la « pensée noire américaine » : c’était dans la droite ligne de ce que j’ai dit plus haut, sans plus : un minimum d’intérêt pour ce qui se passait dans le monde — un minimum sans lequel on ne devrait pas mériter la qualité d’être humain. Cela ne s’est d’ailleurs pas produit « dès la fin des années 1950 », disons même que j’ai été en retard. J’ai manqué la publication d’autres livres (ou je n’en ai pas eu les moyens), comme par exemple ceux de Du Bois dont m’avait pourtant beaucoup parlé mon ami Abdou Moumouni.

De la même manière, j’ai publié des textes de la Fraction Armée Rouge allemande, tout en précisant, cette fois, dans un court avant-propos, d’une part l’importance que l’on devait leur accorder et en quoi nous devions nous sentir concernés, et d’autre part l’impasse où ils me semblaient mener.

Vous me demandez si « l’édition “engagée” peut intervenir dans la recomposition politique de la gauche radicale. » D’abord je réfute ce terme d’ « engagée » appliqué à l’édition : le véritablement engagement requiert une action plus directement concrète que le seul fait d’éditer des livres, sinon c’est vraiment s’en tirer à bon compte. Ensuite je vous rappelle que les temps ont profondément changé : à l’époque où j’ai publié les premiers textes, le livre était encore un medium de premier plan, presque au même titre que les journaux, la radio, et la télévision qui n’avait qu’une chaîne. La photocopie était embryonnaire, et Internet pas même imaginable. Je suis conscient que certains livres ou brochures peuvent encore aujourd’hui avoir un effet de masse : je pense bien sûr à Indignez-vous de Stéphane Hessel, encore que malgré toute l’amitié qui nous a unis, je trouve inopérante et tout à fait insuffisante la seule indignation, et je me suis gardé de la pratiquer dans mes propres écrits.

Il me semble quand même qu’à l’époque de l’individualisation à outrance, du Web, des réseaux sociaux et tutti quanti, ce doit être difficile pour la seule édition que vous qualifiez d’ « engagée » d’intervenir efficacement dans la recomposition politique de la « gauche radicale », terme qu’il conviendrait d’ailleurs de préciser un peu, tant il me semble englober tout et n’importe quoi — ce qui fait un peu désordre, quand on se réclame de la « théorie ».

Vous voulez que je revienne sur ma rencontre avec Louis Althusser et Charles Bettelheim. Pour Louis Althusser, les rapports ont été affectueux (sauf dans les montées de crise maniaque, où il devenait impossible : c’est ainsi qu’il m’a sommé un jour de me remplacer à la direction des éditions par Étienne Balibar). Il faisait une excellente épaule d’agneau aux pêches (ou aux abricots, je ne sais plus) : mais évidemment il n’a été question de philosophie qu’épisodiquement, il me tenait à mon niveau et c’était bien comme ça. À part la liberté totale qu’il avait pour gérer sa collection, il n’a pas eu d’influence notoire sur le reste de la production. Il avait coutume de dire, avec une certaine condescendance que ce que je publiais était « du domaine de l’idéologie », terme pour lui éminemment péjoratif, ou alors que je sortais « trop de mauvais livres » (je ne lui donne d’ailleurs pas toujours tort). Toutefois, à trois reprises j’ai dû publier dans les « Cahier libres » des livres qu’il avait d’abord programmés dans sa collection et pour lesquels j’avais donc signé un contrat : le premier, Bangla Desh, nationalisme dans la révolution, de Bernard-Henri Lévy ; puis L’intelligence au pouvoir de Michèle Loi (sur les merveilles de la révolution culturelle, si j’ai bonne mémoire) ; et surtout Lettres de l’intérieur du parti de M. A. Macciocchi : dans ce cas particulier, le livre devait comporter au départ les lettres de Macciocchi et les réponses d’Althusser, puis ce dernier a brutalement renoncé aux siennes, ce qui ne présentait plus guère d’intérêt. Mais enfin, je le répète, les relations avec Althusser ont été amicales. Il avait toujours besoin de séduire. Cela ne l’a évidemment pas empêché d’aller créer une autre collection — « Analyse » — chez Hachette… J’ajoute que j’avais beaucoup d’affection pour sa femme Hélène, mais là aussi, c’est une autre histoire.

Pour Charles Bettelheim, c’est simple : j’ai eu peu de contacts avec lui, tout passait par son collaborateur, Jacques Charrière (directeur par ailleurs du périodique L’Avant-Scène). Je prenais les consignes et j’obéissais ; je n’ai eu qu’un problème, c’est avec un certain Dumenil dont il me semble qu’il a fait son chemin depuis. Je ne pense pas que cette collection bien délimitée ait eu quelque influence sur les autres publications, que ce soit dans la série « sociologie » (Wright Mills) ou « économie » (André Gunder Frank) et plus tard avec Critique de l’économie politique.

Le seul qui m’ait honoré de ses considérations hautement théoriques est Maurice Godelier qui m’en a abreuvé des heures durant, malheureusement (ou heureusement ?) souvent incompréhensibles pour moi. Je lui suis néanmoins reconnaissant de la publication de plusieurs grands classiques de l’anthropologie (Byzance noire, De la Souillure), mais celle des Jardins de corail de Malinowski ne relève pas de lui mais d’un vieux rêve personnel. Et je ne lui dois pas non plus un grand nombre de publications relevant de près ou de loin de l’anthropologie, comme Le long voyage des gens du Fleuve, Les fleurs du Congo, Le Royaume du Waalo, les livres de Basil Davidson, Claude Maillassoux,M. H. Dowidar, Pierre-Philippe Rey, Gérard Althabe, Mahjemout Diop, etc. (Je rappelle ici que le troisième livre que j’ai publié dès 1959 était Au pied du mont Kenya, thèse sur son propre peuple de Jomo Kenyatta, alors en prison, avec une préface de Georges Balandier.)

En revanche, j’ai pu profiter de beaucoup d’apports et de conseils, débordants de générosité, venant d’auteurs comme Christian Baudelot, cité dans un mail précédent, et d’autres tels que (dans le désordre) Roger Gentis, Yves Benot, Abdou Moumouni, Albert Memmi, Yves Lacoste (avant le virage de la revue Hérodote de la géographie à la géopolitique intervenu après mon départ), Jean Copans, Pierre Vidal-Naquet, Jean Maitron, Gérard Althabe (qui a animé la collection « Luttes sociales »), Elizabeth Roudinesco, Mouloud Mammeri (qui m’a fait publier les Isfra de Si Mohand et sa Grammaire berbère), Taos Amrouche, et tant d’autres qui foisonnaient. J’ai probablement su être suffisamment à l’écoute de leurs suggestions, et chaque auteur apportait les siennes. Georges Haupt, à qui j’ai demandé de diriger la « Bibliothèque socialiste » était à lui seul tout un roman, ses suggestions sur l’histoire du mouvement socialiste fusaient comme un feu d’artifice. J. P. Vernant, outre l’apport inestimable de ses livres, s’est toujours comporté envers moi comme un frère plus âgé : c’était un homme qui, jusqu’aux derniers temps avant sa mort, vous donnait une formidable envie de vivre. Grâce à lui et à P. Vidal-Naquet, j’ai pu publier une collection d’études grecques et romaines qui a marqué son temps. Enfin je n’aurai garde d’oublier Chris Marker, sans qui, tout bonnement, je n’aurais jamais été le peu que j’ai été. Il m a fait entre autres partager l’idéal de ce qu’était alors Peuple et Culture, et beaucoup plus encore : toute une vision du monde où le rêve restait toujours au cœur de la réalité ; sans le rêve (et contrairement à l’utopie), une vie ne peut être que végétative. Lui aussi, et plus encore, m’a donné cette même envie et cette même force de vivre et de ne pas renoncer au métier.

J’ai pris un plaisir particulier à nourrir trois collections. « Voix », confiée à Fanchita Gonzalez-Batlle et consacrée à la poésie, avec par exemple le succès du Septième homme de John Berger, des poèmes de Nâzim Hikmet et des premiers livres de Tahar Ben Jelloun : « Réintroduire le poétique au cœur du politique », disait Édouard Glissant, dont j’ai un temps publié la revue Acoma. « Actes et Mémoires du peuple », que j’ai dirigée personnellement sous le nom de Louis Constant et dont le best-seller reste toujours Les carnets de guerre de Louis Barthas édités grâce à Rémy Cazals. Puis « La Découverte », fondée sur des récits de voyage, pas seulement européens : l’Inca Garcilaso de la Vega, Ibn Batouta ou Juan Pérez Jolote…

Un autre aspect des éditions a été de se mettre au service d’organisations telles que la CFDT, l’Union générale des travailleurs sénégalais (mon camarade et ami Sally N’Dongo), l’École émancipée, le Planning familial, le syndicat de la magistrature, les Paysans Travailleurs (ancêtres de la Confédération Paysanne, avec Bernard Lambert) ; et surtout le Gisti en imprimant à prix coûtant des livres et des cahiers d’alphabétisation.

J’ai beaucoup aimé ce métier, et particulièrement tout ce qui relevait de la conception graphique, du travail avec les imprimeurs, et des échanges avec les auteurs, formidablement stimulants quand ils voulaient bien se mettre à ma portée. À mesure que le temps a passé, j’ai pris de plus en plus la profession en détestation. Au point de la qualifier, encore récemment, de proxénétisme. Chez beaucoup de « grands » (et parfois moins grands) éditeurs, il y a des comportements possessifs odieux. Simplement, je hais autant la possession que le pouvoir. Et haïr le pouvoir (que ce soit sur les individus ou pour le choix des livres) est quand même embêtant quand on est censé diriger une entreprise (même prétendument intellectuelle) — ce que j’ai fait, hélas, beaucoup trop longtemps…

Lorsque j’ai engagé François Gèze fin 1980, il dirigeait déjà une collection du Cedetim (successivement « Centre d’études socialistes du tiers-monde », puis « Centre d’études anti-impérialistes », et enfin « Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale ») : étrangement la seule collection authentiquement liée à ce « tiers-mondisme » qu’il m’a reproché. Je me suis rendu compte de mon erreur après coup : lui et son inséparable Bruno Parmentier sortaient des grandes écoles, et donc je ne faisais pas le poids. Je me souviens qu’un des reproches qu’ils m’adressaient était de « confondre l’expérience avec les conditions de l’expérience », ce qui était pour eux, je suppose, un crime impardonnable.

Avant mon départ, les derniers livres que j’ai publiés sont La France contre l’Afrique, en poche, L’Odyssée dans la traduction de Jaccottet avec une postface de François Hartog, les récits de Kolyma de Varlam Chalamov, les mémoires du capitaine Dreyfus (préfacés par Pierre Vidal-Naquet), le Poème sans héros d’Anna Akhmatova. Je suis parti sans indemnités, cédant mes parts à François Gèze pour un franc symbolique ; Après, j’ai eu la chance de faire des reportages, (factuels, certes, c’est-à-dire ne contenant rien de « théorique »), de travailler à la radio et dans la presse : La Chine, Sarajevo, les Balkans, la Palestine, Gaza, les Caraïbes, etc. J’ai écrit des, romans, des récits et des nouvelles, traduits dans diverses langues. Je suis allé à la rencontre des habitants de cette terre — Les Passagers du Roissy-Express, Balkans-Transit —, et j’ai tenté de relater les débuts de la conquête de l’Algérie dans L’Honneur de Saint-Arnaud. J’ai fait plus de 80 traductions de trois langues ; dont quelques-unes me tiennent à cœur : Conrad, Rigoni-Stern, César Vallejo, Álvaro Mutis… Toutes choses qui m’ont plus apporté intellectuellement que l’édition, mais dont je comprends bien qu’elles sortent de votre champ d’intérêt.

J’ai continué pendant quatre ans la publication de la revue « L’Alternative (pour les droits et les libertés en Europe de l’Est) », à laquelle j’ai dû malheureusement mettre fin parce qu’après des numéros remarquablement réussis et substantiels, porteurs d’espoirs dans les potentialités des pays toujours sous domination soviétique — espoirs hélas trahis plus tard —, le poids des nationalismes (roumain, ukrainien, des pays baltes, particulièrement) y devenait insoutenable. J’ai eu la chance dans ce cadre de vivre en Pologne certains moments stimulants du « KOR » puis de « Solidarnosc », et de connaître entre autres des amis comme Jean-Yves Potel, ou Adam Michnik et Jacek Kuron rencontrés à Varsovie, Lev Kopelev ou Efim Etkin, qui, de même que les militants tchèques de la Charte 77 rencontrés à cette époque à Prague : des moments intenses.

Je suis conscient de ne pas avoir su répondre de façon satisfaisante à vos questions. Mais pour ma part, je pense que vous avez fait erreur sur la personne en imaginant un individu que je ne suis pas et que je n’ai jamais été. Je n’ai jamais eu une grille de lecture théorique des textes que j’ai publiés, j’ai seulement eu la chance de voir des dizaines d’auteurs et même de lecteurs venir à moi de directions multiples, au gré de mes curiosités et d’une certaine vision de l’histoire et des sociétés dont ils étaient porteurs, et surtout d’espoirs qui pouvaient coïncider de près ou de loin avec les miens.

En fait, je crains bien que tout cela ne vous apporte pas grand-chose de plus que ce qui est déjà contenu dans le livre de la Maison des Passages1.

Fr. M.



ANNEXE

Questions de Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem à François Maspero :

• Les éditions Maspero, des premières activités de diffusion de brochures et d’ouvrages pendant la guerre d’Algérie jusqu’à la fin de la librairie « Le joie de lire », ont été un exemple inégalé d’interaction entre la librairie indépendante, le militantisme et l’édition radicale de gauche. Est-ce que vous pouvez revenir sur les liens qui se sont tissés entre la librairie « La joie de lire », l’activité éditoriale et le monde militant dans l’aventure des éditions Maspero ?

• Dès les toutes premières phases des publications des éditions Maspero, on sent affleurer un projet politique autour des luttes anticoloniales et antiracistes. Votre activité de publication a commencé au cœur de la lutte de libération nationale algérienne. On aurait aimé savoir si cette expérience vous a suggéré la nécessité d’un certain type d’activité théorique, qu’on rencontre par exemple dans la revue Partisans, les publications d’écrits du Che, de Fidel Castro… On peut constater que les éditions Maspero ont fait paraître des textes qui ont accompagné les luttes des peuples opprimés – des luttes ou des textes qui avaient par ailleurs peut-être peu de visibilité en France – au moment même où ces combats étaient en train d’être menés. Comment est par exemple venue l’idée de publier des traductions de la pensée noire américaine (Malcolm X, Baldwin) dès la fin des années 1950 et le début des années 1960 ?

• Dans le droit fil de la question précédente, est-ce que cet internationalisme a été amené à évoluer ou à se préciser ? Selon quels impératifs politiques ou théoriques avez-vous favorisé « l’importation » dans l’espace français d’écrits et de débats stratégiques ayant trait à des formations sociales semi-coloniales – ou en tout cas dominées par l’impérialisme ?

• L’une des marques des éditions Maspero était l’ouverture aux différentes tendances du « gauchisme », et même à certaines composantes du Parti communiste. Vous avez même fourni aux organisations de la gauche radicale de véritables tribunes, à travers des collections, des séries d’ouvrages – on pense notamment à celles qui furent dévolues à la Ligue communiste, puis Ligue communiste révolutionnaire. Quelle était votre conception du débat politique et théorique pour permettre une telle variété et une telle ouverture, à l’heure où les polémiques les plus sectaires étaient à leur point haut ? De quel œil regardiez-vous les polémiques incessantes du gauchisme ? Pensez-vous que l’édition « engagée » peut intervenir dans la recomposition politique de la gauche radicale ?

• Pouvez-vous revenir sur votre rencontre avec Louis Althusser et Charles Bettelheim, et leur influence sur le catalogue de la maison ? À travers ces auteurs et le vaste éventail qu’on a intitulé « althussérien », on sent que les éditions Maspero ont contribué à une science sociale française — on pense ici à l’économie politique ou la sociologie – très marquée par le marxisme, dans une large mesure effacée aujourd’hui par d’autres courants des sciences sociales.. Est-ce que vous avez un regard sur les potentialités de ce renouveau des sciences sociales, ce qui a été peut-être été trop vite balayé par vos successeurs aux éditions La découverte ?
http://revueperiode.net/entretien-avec-francois-maspero-quelques-malentendus/

MO2014

Messages : 1287
Date d'inscription : 02/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Maspéro par Chris Marker

Message  Babel le Mar 14 Avr - 10:20

On vous parle de Paris - Maspero, les mots ont un sens, 1970


Babel

Messages : 1081
Date d'inscription : 30/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mort de François Maspero

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum